Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

3. Monde religieux : Juifs et Romains, Juifs et chrétiens, Romains et chrétiens

Quelques aspects de la polémique judéo-chrétienne dans l’Afrique romaine (iie-vie s.)1

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend l’essentiel d’une communication faite au colloque “Juifs et judaïsme en Afrique d (...)
  • 2 La Réaction païenne, Paris, L’Artisan du livre, 1934.

1Le conflit judéo-chrétien est le plus souvent présenté essentiellement comme un conflit doctrinal dont nous avons surtout les échos, notons-le du côté chrétien. Par ailleurs, depuis Labriolle2, on met l’accent sur l’ampleur et la vivacité de la polémique pagano-chrétienne. En fait, à y regarder de plus près, il s’agit plutôt d’une polémique où s’affrontent trois adversaires : païens, Juifs et chrétiens. Le fait est patent en Afrique romaine, où cette lutte a pris quelques aspects particuliers que nous voudrions esquisser ici.

Un conflit religieux vif, mais limité

  • 3 Lactance a voulu écrire un traité contre les Juifs. Cf. Diu. Inst., 7.1.26.

2La plupart des Pères de l’Église ou des écrivains chrétiens se sont faits les témoins – parfois les acteurs – de ce conflit. Minucius Félix, Tertullien, Cyprien, Commodien, Lactance3, Augustin, Victor de Vita, Voconius en ont laissé, du iie au ve s., des traces dans leurs écrits. Sans compter les Actes des Martyrs, comme ceux de Marciana (fin iie s.), ceux de Salsa (ive s.) ou ceux de Philippe (fin ive s.). N’oublions pas, enfin, les traités anonymes, tardifs pour la plupart, comme le Dialogue sur la querelle entre l’Église et la Synagogue (ve s.), ou celui Sur l’Incrédulité juive, adressé à la fin du ve s., sous l'occupation vandale, par un certain Celsus, dont nous ignorons tout, à Vigilius, évêque de Thapsus.

3Cependant, les principaux témoins et acteurs du conflit sont, aux iie-iiie s., Tertullien et, aux ive-ve s., Augustin. Leurs écrits abondent en témoignages, pamphlets, échos, lettres, sermons, qui, à l’analyse, laissent entrevoir une position très nuancée à l’égard des Juifs et du judaïsme. Et ce, pour plusieurs raisons.

La nécessité d’un front commun contre le paganisme

4Raison tactique, d’abord, au moins jusqu’au triomphe de l’Église. Tertullien nous l’explique : le judaïsme est une “religion légale” (religio licita) dans l’empire romain, depuis César. Il peut être nécessaire pour les chrétiens, surtout en période de persécution, de s’y abriter (sub umbraculo insignissimae religionis ; cf. Apol., 16.3 ; 19.3 ; 21.2).

5Par ailleurs, aux yeux des païens, l’ancienneté d’une religion est un élément de respectabilité. D’où les nombreux passages où Tertullien rappelle que Moïse est antérieur aux plus anciens rois (Apol., 19.1-3), aux plus vieux législateurs (Adu. Marc., 2.17.3), à Saturne même (An., 28.1).

6Il faut aussi défendre les chrétiens contre les calomnies des païens. Or celles-ci sont souvent reprises de celles qui sont adressées aux Juifs. Ainsi sur le culte de l’âne, attribué aux Juifs, puis aux chrétiens, Tertullien est obligé de défendre les premiers contre Tacite cet “intarissable diseur de mensonges” (Apol., 16.3).

  • 4 Nous nous permettons de renvoyer à notre Tertullien et le judaïsme, Paris, les Belles-Lettres, 197 (...)

7Dans cette alliance “objective”, la lutte contre l’idolâtrie joue un rôle capital. Nous avons pu montrer, par ailleurs, les ressemblances étonnantes entre un traité de Tertullien comme le De Idolatria et l’Aboda Zara4. Même combat contre les jeux et leur immoralité. Tertullien, dans le De Spectaculis (19.1-3), Augustin, dans un Sermon (17.9 App.), insistent sur le fait que les Juifs ne vont pas au théâtre, du moins en Afrique romaine, en tout cas à Carthage et à Simittu, où Augustin prononce son sermon.

  • 5 Voir Tertullien et le judaïsme [n. 4], 168-172.

8Même front commun contre la magie, l’astrologie et, surtout, nécessité, parfois, de défendre les Juifs devant les hérétiques. Un seul exemple, qui ne manque pas de piquant : Tertullien, devant l’hérétique Marcion qui reproche aux Hébreux leur larcin à la sortie d’Egypte, va chercher dans les arguments rabbiniques une réponse satisfaisante (Adu. Marc., 2.20.4 ; 2.28.2 ; 4.24.1 ; 5.13.6)5.

La judaïsation de l’Église d’Afrique

9De nombreux témoignages nous laissent penser que la communauté chrétienne africaine, voire l’Église, reste judaïsante. Elle suit, d’après le témoignage de Tertullien, quelques prescriptions alimentaires, notamment pour la viande casher (Apol., 9.13-14 ; cf. Minuc., Oct., 3°-6 ; 33-4-5 ! 38.1). Si l’on en croit Augustin, au IVe S. encore, quelques chrétiens attardés et anachroniques continuent de le faire (C. Faust., 32.13).

10Même ressemblance pour ce qui est des jeûnes. Certes, les chrétiens ont choisi de se différencier des Juifs en adoptant des jours différents, mais tous excluent le sabbat. Les Montanistes qui suivent, en outre, quinze jours de xérophagie, font une exception, "bien entendu” (scilicet) pour le samedi et le dimanche (Tert, De Iei., 14.1 ; 14.3 ; 15.2). C’est d’ailleurs aux alentours de 200 p.C. qu’éclateront des querelles sur le jeûne du samedi dans l’Église.

11On pourrait souligner encore bien d’autres traces de ces affinités entre l’Église et la Synagogue : des institutions semblables, comme celles de ces seniores que mentionne Tertullien (Apol., 39), ou encore la réunion, dans les grandes occasions, d’assemblées de soixante-dix évêques (composition du Sanhédrin). On le ht en 220, 256 (Cyprien y assista), 311 p.C. Parfois les mêmes exclusions : ainsi, à Carthage, nous apprend Tertullien, Le Livre d’Enoch n’est pas canonique comme chez les Juifs (De Cul. Fem., 1.3 ; Adu. Marc., 3.6). De même, toujours à Carthage, selon le témoignage de Cyprien (De Op., 15), la boîte qui sert à recevoir les offrandes porte le nom hébreu de corban. Ce qui nous amène, très vite, à signaler, en passant, les influences juives dans la traduction de La Bible. À tel point qu’on s’est parfois demandé s’il n’y avait pas eu déjà une Bible juive latine, avant la chrétienne. Tertullien, puis Augustin, emploient parfois un terme latin là où l’on traduit par un terme grec. Ils sont les seuls à traduire le repas du vendredi soir par Cena Pura, au lieu du Parasceven (grec latinisé) habituel. Ils reprennent, sans doute, une expression en usage dans la communauté juive de Carthage (Tert., Ad Nat., 1.13 ; Aug., in Johan. Eu. Tract., 120.5 ! Serm., 221). Enfin – et il nous faudra arrêter là ce rapide défilé-, si le synode de Carthage de 252 décide que le baptême chrétien aurait lieu à la naissance et non le huitième jour, n’est-ce pas là la preuve qu’on continuait à suivre la coutume juive ?

De bons rapports entre les deux communautés

  • 6 Voir Tertullien et le judaïsme [n. 4], 111-116.
  • 7 M. Sznycer, présent au colloque, a souligné que la nécropole de Gammarth est une nécropole juive à (...)
  • 8 Voir sur ce point Tertullien et le judaïsme (n. 4), passim.
  • 9 II s’agit du verset 4.6 du Livre de Jonas.

12On a voulu se fonder sur les textes de Tertullien pour démontrer que les Juifs avaient usé de violence contre les chrétiens. En fait les exemples sont rares, souvent douteux6 Les deux communautés vécurent en paix, en général. Sans doute la présence de chrétiens dans le cimetière juif de Gammarth reste-t-elle douteuse7. Quoi qu’il en soit, Tertullien manifeste une grande familiarité avec la vie juive8 ; Cyprien, nous apprend Augustin, était aimé par les Juifs de Carthage. Et le même Augustin consulte souvent des rabbins, pour connaître la signification d’un terme (en l’occurrence, raca) (Serm., 310.1 ; De Serm. In M., 1.23) ou pour trancher sur un point particulier (en l’occurrence, la traduction par Jérôme du mot hébreu qui désigne la plante sous laquelle le prophète Jonas s’est endormi : lierre pour Jérôme, courge pour les fidèles de la communauté d’Oea, en Tripolitaine) (Ep., 71.3.69).

13On pourrait multiplier les exemples. Ceux-là sont les plus spectaculaires. C’est une des raisons qui nous poussent à nuancer l’appréciation portée habituellement sur la nature de la polémique judéo-chrétienne et à parler, plutôt, de rivalité prosélytique. Cet aspect, qui a été longtemps ignoré, au temps où l’on imaginait un judaïsme frileusement replié sur lui-même, dès la chute de Jérusalem, a été bien mis en lumière par les travaux de Marcel Simon. Il prend, en Afrique, une coloration bien particulière.

Une rivalité prosélytique

14De nombreux témoignages attestent la vivacité de la lutte et les résultats de chacun des trois camps, en comptant celui des païens.

Succès chrétiens auprès des Juifs

  • 10 Voir sur ce point nos hypothèses dans Tertullien et le judaïsme [n. 4], 220-224. Monceaux parle, a (...)

15Ils sont rares, du moins d’après les témoignages que nous possédons, en tout cas épars. Une inscription de Sitifis, difficile à dater, nous apprend qu’un certain Moïse s’est converti au christianisme (CIL, VIII, 8640 :...Qui mosathes] Iudaeus). Le 8 des ides de mars 336, on affiche à Carthage deux édits impériaux dont l’un recommande de protéger les Juifs devenus chrétiens contre leurs anciens coreligionnaires (C. Theod., 16.8.5). H y en avait donc et ils étaient, sans doute, en butte à l’hostilité des Juifs. Le témoignage de la version syriaque des Actes de Philippe (fin du ive s. ?) est formel, qui déclare que les Juifs ont tué, à Carthage, dans une synagogue, un des leurs devenu chrétien. Sans doute quelques païens, attirés par le judaïsme, ont-ils été plus loin, dans leur esprit, en embrassant la foi chrétienne. L’exemple de Tertullien semble être le plus caractéristique10.

Succès juifs auprès des chrétiens

  • 11 Hypothèse de M. Simon dans Verus Israël, Paris, De Boccard, 1948, 387.

16Certaines tendances “dures” du christianisme, comme le Montanisme, judaïsent ouvertement. Mais nombreux sont les chrétiens qui adoptent, peu ou prou, les coutumes, les institutions, parfois la foi, juives. Ainsi une lettre d’Augustin à Asellicus, évêque de Thusurus, nous apprend qu’un certain Aptus, qu’il ne connaît pas, enseigne aux chrétiens à judaïser. Il remet en vigueur les interdictions alimentaires, les observances rituelles, mais, surtout, donne à ses disciples les noms de Juifs et d’Israélites (Ep., 196.1.4 [14-16]). D’où la question, qu’on imagine angoissée, d’Asellicus : “Un chrétien peut-il se nommer Juif ou Israélite ?”. Et la réponse, qu’on devine embarrassée, d'Augustin : “Non. Ce serait possible si les termes étaient entendus au sens spirituel. Comme ils ne le sont pas, dans l'acception courante, c’est impossible” (Ep., 196.1.3[9]). II n’est pas indifférent de penser, comme on le verra par la suite, que cet Aptus pourrait bien être l’évêque donatiste qui participa à la conférence de Carthage de 41211.

Prosélytisme juif et prosélytisme chrétien face aux païens

  • 12 Un seul exemple : le propre neveu de Philon le Juif, Tiberius Iulius Alexander, préfet d’Égypte et (...)
  • 13 Voir sur ce point notre article sur “Julien et le judaïsme”, in : L’Empereur Julien, de l’histoire (...)

17Plus spectaculaires sont les résultats acquis par les deux religions face au paganisme. Certes, il y a des Juifs apostats. On en connaît d’illustres ailleurs qu’en Afrique12. Tertullien nous en signale au moins un, dans un passage qui a excité la curiosité des commentateurs13. Mais aucune comparaison n’est possible entre ce cas isolé et la foule des païens qui se presse aux cérémonies juives (Apol., 16.11 ; Ad Nat., 1.13.4 ; 1.14 ; 1.16.12), qui respecte le sabbat (Apol., 16 ; 18.9 ; Commod., Inst., 1.24.11-14 ; 1.37.g-10 ; 1.37.21-22), qui assiste à la lecture publique de la Bible (Apol., 18.9).

  • 14 Signalons encore un metuens d’après une inscription de Ksour el-Ghennaia, CIL, VIII, 4321. Voir P. (...)

18On peut penser parfois que ce judaïsme qui excite tant d’âmes en quête d’absolu est, en Afrique, légèrement différent du judaïsme de la Diaspora, largement hellénisé. Peut-être est-il plus proche d’une forme originale, transmise directement de Palestine aux Berbères ? C’est en tout cas, sans entrer dans les détails d’une hypothèse que d’aucuns trouvent peu fondée, ce que laisseraient penser des inscriptions comme celle d’Henchir Djouana où l’on annonce, après la mort d’un enfant (peut-être s’agit-il de deux) la venue du jour de la vengeance : Sed ueniet utique uindex ille noster dies14. Ne s’agit-il pas là du “Jour de Iahvé” ?

19En tout cas, l'abondance des tablettes trouvées à Carthage et à Hadrumète notamment, prouve clairement l’attrait de la magie juive sur les populations locales. Attrait sans doute suffisamment fort pour que surgissent souvent des prosélytes, dont certains même auront l’honneur de défendre la communauté juive lors de controverses. Tel ce prosélyte carthaginois qui représente ses nouveaux coreligionnaires dans le débat que relate 1’Aduersus Iudaeos de Tertullien (1.1).

20Les chrétiens cependant ne sont pas restés inactifs. Curieusement, ils ont aussi mené la lutte sur un terrain inattendu, celui de la magie : on a retrouvé, à Timgad, une invocation au Christ médecin et, sans doute faut-il voir dans la fameuse lampe de Carthage qui représente le Christ foulant le serpent et le chandelier à sept branches, moins le symbole de la victoire de l’Église qu’une contre-amulette représentant la victoire sur le mal. D’ailleurs Augustin affirme, avec regret, que si certains païens deviennent chrétiens, c’est que, pour eux, Jésus est un magicien (In Johan. Eu. Tract., 100.3).

21L’anecdote de la chrétienne Petronia est significative de cette rivalité judéo-chrétienne dans le domaine de la magie. Cette dame va consulter les reliques de saint Étienne à Uzali, près d’Utique. Elle cherche une guérison à ses maux. Le saint semble efficace : il a déjà à son actif plus de vingt-cinq guérisons. Quant aux conversions, on ne les compte plus. Ainsi, à Minorque, il convertit 540 Juifs en 8 jours. Cependant, deux précautions valant mieux qu’une, Petronia a consulté un sorcier juif (est-ce à Uzali ou à Carthage ?, l’histoire n’est pas claire là-dessus). Il lui a donné une amulette : une bague dont le chaton contient un calcul rénal de boeuf. Cette bague, elle la porte, enfilée à une ceinture. Et puis, elle est guérie et, près du fleuve Bagrade, sa bague se détache miraculeusement de sa ceinture. Petronia jette alors l’amulette. Elle n’en a plus besoin. Cette histoire, au résultat équivoque (qui a guéri en fait Petronia ?) est contée par Augustin (CD, 22.8.21). Bon exemple des luttes entre Juifs et chrétiens, elle nous rappelle que, pour les musulmans, Juifs et chrétiens sont considérés comme des guérisseurs et que le Pater a été transformé en oraison prophylactique : le Hadith al ruqya.

  • 15 Justinien, co-empereur, confisque des synagogues (C. Iust., 1.5.12).

22Cette ardeur prosélytique ne s’est pas éteinte, chez les Juifs, avec le triomphe du christianisme. Loin de là. Le Code théodosien signale, au ve s., un renouveau d’audace chez les Juifs (C. Theod., 16.5.44). Le ive concile de Carthage exige la mise à l’index de tous les chrétiens judaïsants (il y en avait donc encore). Au vie s., Ferrandus, évêque de Carthage, insère dans le canon des textes impériaux contre les Juifs et les judaïsants (ils existaient donc toujours). Il faudra, à la limite, recourir à la force pour les faire taire : c’est la première conversion forcée de l’histoire, celle des Juifs de Borion, sous Justinien (Proc., De Aedif., 6.2)15.

Des formes particulières de syncrétisme

23De tels contacts, une telle ardeur ne pouvaient manquer d’engendrer, en terre d’Afrique, des formes particulières de syncrétisme, qu’il nous faut maintenant passer – trop rapidement – en revue.

Les Judéo-chrétiens

  • 16 Voir Tertullien et le judaïsme [n. 4], 37.

24Sans entrer dans les détails d’une question fort complexe, signalons à Carthage, d’après Tertullien, la présence d’Ébionites. Adeptes de la circoncision et du baptême, ils existent encore au temps d’Augustin, comme une survivance, sous le nom de Symmachiens (C. Faust., 19)16.

25Le même Augustin atteste la présence d’Abéloniens. Ces Judéo-chrétiens ont un recrutement essentiellement rural et se caractérisent par une austérité de mœurs qui n’est pas sans faire penser aux Esséniens. Est-ce là une forme de judéo-christianisme proche d’un judaïsme gnostique ? Notons dans Les Pseudo-Clémentines, la présence de la syzygie Caïn/Abel (De Haer., 87).

Les formes déformées ou contestataires du christianisme

26On a suffisamment insisté sur le mouvement donatiste pour qu’il soit nécessaire, ici, d’y revenir. Notons cependant, dans le domaine qui nous intéresse, les tendances judaïsantes, signalées ci-dessus, de cet évêque donatiste, Aptus, présent à la conférence de Carthage de 412.

  • 17 Voir. M. Simon, “Le Judaïsme berbère”, in : Recherches d’histoire judéo-chrétienne, Paris-La Haye, (...)
  • 18 Cette remarque a été faite par M. Sznycer, après notre exposé.

27Autre mouvement qui, lui aussi, a suscité des analyses, souvent divergentes : celui des Circoncellions. M. Simon a relevé que le nom d’“lsraël” donné aux gourdins de ces contestataires devait se comprendre en adoptant la traduction palestinienne (qui est aussi celle de certaines hérésies chrétiennes), à savoir : “combattant de Dieu”. Et non pas la traduction propre à l’Église d’Afrique, à savoir “l’homme qui a vu Dieu”. Il y trouvait une influence juive supplémentaire17. On a, depuis, contesté cette explication. Pour J.-M. Lassère, il n’y a pas d’explications rationnelle ou religieuse'18. Soit. Remarquons cependant que, quelles que soient les raisons qui poussent des révoltés à appeler leur massue “Israël”, le fait d’avoir choisi ce mot, et non “Jésus” ou “Paul”, n’est pas sans signification. Après tout, Roland nomme son épée “Durandal”, Charlemagne, “Joyeuse”. Mais ni l’un ni l’autre ne la nomment “Israël” !

Les syncrétismes judéo-pagano-chrétiens

  • 19 Notons que Philastre (Lib. de Haer., 15) considère que c’est une hérésie purement juive. Mais il n (...)

28Un mouvement semble, à lui tout seul, vouloir faire la synthèse de trois religions : celui des Caelicoles. Mentionnés dans le code justinien avec les Juifs et les Samaritains (C. Iust., 3.29), les Caelicoles semblent être considérés comme appartenant à une hérésie juive ou judéo-chrétienne. On les trouve, au temps d’Augustin, dans l’arrière-pays africain, à Tubursicum. Augustin lui-même, qui semble connaître peu de choses de la secte, a invité l’Ancien à une conférence contradictoire (Ep., 44.6.13). En fait, les Caelicoles qui rendent un culte à la déesse céleste de Carthage, c’est-à-dire Caelestis, se nomment Juifs et chrétiens à la fois (Ep., 44.6.13)19. Sans doute faut-il les rapprocher des Déicoles de Palestine et de Syrie et des Hypsistariens de Cappadoce. Notons que, dans le langage rabbinique, le ciel signifie Dieu. Nous avons donc là une secte qui mêle rites païens, juifs et chrétiens. Bel exemple de syncrétisme...

29En tout cas, l’étude des textes de lois, du code théodosien ou du code justinien, montre que sont systématiquement associés Juifs et hérétiques. On trouve tantôt nommés “Juifs, Donatistes et païens” (sous Constance) ; “Juifs et Manichéens” (sous Valentinien II) ; “Juifs, Donatistes et Caelicoles” (sous Honorius) ; "Juifs, Samaritains et Caelicoles” (sous Justinien). Preuve supplémentaire, s’il en est besoin, que le judaïsme a été, en Afrique, peu ou prou associé à des mouvements de dissidence, au sens large du terme.

Conclusion

  • 20 Nous pensons aux quelques réserves qui ont accueilli l’exposé qui va suivre. Non, semble-t-il, sur (...)

30On pourrait, en forçant sur des notions que certains jugeront peut-être trop moderniste20, donner un sens politique à ce conflit judéo-chrétien.

31Avant le triomphe du christianisme, soit avant les années 330, on peut dire que, si Rome représente le paganisme, les chrétiens sont dans l’opposition et les Juifs, dans une majorité élargie. Certes, il y a des crises : 70, 115, 117, 135. Mais la politique philosémite des empereurs, plus ou moins chaleureuse, ne se dément pas. En somme, à cette époque, devenir chrétien, pour un païen, c’est entrer dans l’opposition. Devenir Juif, en revanche, c’est assumer plutôt une identité sémitique face à l’Empire. C’est ainsi, semble-t-il, qu’il faut comprendre les conversions africaines, fussent-elles puniques ou berbères.

32Avec Constantin, tout est changé. “N’ayons rien de commun avec la Nation des Juifs qui est une nation ennemie”, déclare le Concile de Nicée, lorsqu’il s’agit de décider de la date de Pâques (Eus., V. Const., 3.18). On croit rêver : il y a bien longtemps, deux siècles, qu’il n’y a plus de “Nation juive’’. C’est donc bien que le conflit judéo-chrétien est ressenti comme un conflit politique. D’ailleurs, dans le code théodosien, en 408-409 encore, la propagande pour le judaïsme est considérée comme un crime d’État, maiestatis crimen (C. Theod., 16.8.5). Désormais, Rome, c’est le christianisme et devenir chrétien, c’est entrer dans la majorité. Parfois seulement par opportunisme, comme le déplore Augustin (De Cat. rud., 17.2-6). Devenir hérétique, c’est le signe – qu’on veuille bien excuser l’expression – d’une opposition gauchisante. Avec, aussi, des recoupements politiques. Les Goths favorisent l’Arianisme et les Vandales joueront le Donatisme contre les Byzantins.

  • 21 Voir, sur ce point, notre article sur “Julien et le judaïsme” [n. 13].

33Devenir Juif, ou le rester, c’est toujours revendiquer, en Afrique, une identité sémitique ; c’est aussi, parfois, jouer un rôle politique. Par exemple, aider la révolte de Gildon, accueillir les Vandales et se montrer hostile à Bélisaire. Le règne de Julien l’Apostat avait d’ailleurs montré, dans tout l’empire cette fois, que le judaïsme pouvait encore représenter un poids politique contre le christianisme21.

34Quel sera, en définitive, le destin africain de cette rivalité ? La conquête arabe se heurtera, bien qu’elle ait été parfois sentie comme sémitique, à deux types de résistance. Celle du judaïsme berbère qui, finalement – c’est l’ultime leçon de la mythique Kahéna –, s’inclinera et celle de cités qui resteront, contre vents et marées, christianisées et romanisées : Volubilis, où, en 655, on parlera encore latin ; et, en Tripolitaine, Ain Zara et En Ngila où il perdurera jusqu’au xe s. pour cette dernière. Les unes ont choisi une fidélité entêtée qui annonce déjà les Croisades ; l’autre, une sagesse résignée qui prélude à un millénaire de bon voisinage.

35Et maintenant ? Je tempérerais largement cette fin optimiste, devant les crimes commis de nos jours contre Juifs et chrétiens au nom d’une forme dévoyée de l’islam. Par ailleurs, on a tendance aujourd’hui à considérer que la cohabitation religieuse dans l’Andalousie n’a pas été aussi pacifique et harmonieuse qu’on a bien voulu le proclamer.

Notes

1 Ce texte reprend l’essentiel d’une communication faite au colloque “Juifs et judaïsme en Afrique du Nord dans l’Antiquité et le Haut Moyen-Âge” (Montpellier, 1985).

2 La Réaction païenne, Paris, L’Artisan du livre, 1934.

3 Lactance a voulu écrire un traité contre les Juifs. Cf. Diu. Inst., 7.1.26.

4 Nous nous permettons de renvoyer à notre Tertullien et le judaïsme, Paris, les Belles-Lettres, 1977, 177-186.

5 Voir Tertullien et le judaïsme [n. 4], 168-172.

6 Voir Tertullien et le judaïsme [n. 4], 111-116.

7 M. Sznycer, présent au colloque, a souligné que la nécropole de Gammarth est une nécropole juive à l’époque romaine.

8 Voir sur ce point Tertullien et le judaïsme (n. 4), passim.

9 II s’agit du verset 4.6 du Livre de Jonas.

10 Voir sur ce point nos hypothèses dans Tertullien et le judaïsme [n. 4], 220-224. Monceaux parle, au sujet de Commodien, d'une “rancune de transfuge”.

11 Hypothèse de M. Simon dans Verus Israël, Paris, De Boccard, 1948, 387.

12 Un seul exemple : le propre neveu de Philon le Juif, Tiberius Iulius Alexander, préfet d’Égypte et chef d’état-major de Titus au siège de Jérusalem, en 70.

13 Voir sur ce point notre article sur “Julien et le judaïsme”, in : L’Empereur Julien, de l’histoire à la légende, I, Paris, Les Belles Lettres, 1978,141-158 (repris dans ce volume).

14 Signalons encore un metuens d’après une inscription de Ksour el-Ghennaia, CIL, VIII, 4321. Voir P. Monceaux, “Païen judaïsant, essai d’explication d’une inscription africaine”, Revue archéologique, 1902.

15 Justinien, co-empereur, confisque des synagogues (C. Iust., 1.5.12).

16 Voir Tertullien et le judaïsme [n. 4], 37.

17 Voir. M. Simon, “Le Judaïsme berbère”, in : Recherches d’histoire judéo-chrétienne, Paris-La Haye, Mouton, 1962, 46-47.

18 Cette remarque a été faite par M. Sznycer, après notre exposé.

19 Notons que Philastre (Lib. de Haer., 15) considère que c’est une hérésie purement juive. Mais il n’est guère digne de confiance.

20 Nous pensons aux quelques réserves qui ont accueilli l’exposé qui va suivre. Non, semble-t-il, sur le fond, mais plutôt sur la terminologie employée.

21 Voir, sur ce point, notre article sur “Julien et le judaïsme” [n. 13].

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search