Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

3. Monde religieux : Juifs et Romains, Juifs et chrétiens, Romains et chrétiens

Juifs et chrétiens à Pompéi1

Texte intégral

  • 1 L’Histoire, no 391, septembre 2013.

1La littérature romanesque du xixe s., sans doute inspirée par Les Martyrs de Chateaubriand (1809), a célébré avec éclat la tragédie du martyre chrétien, que ce soit sous Néron ou sous Dioclétien. Elle a même voulu, contre toute évidence historique ou archéologique, en trouver là où il ne pouvait y en avoir. Ainsi, en 1834, Les Derniers Jours de Pompéi de G. E. Bulwer-Lytton mettait en scène une colonie chrétienne jetée aux lions. Un siècle plus tard, en 1954, R. Llewellyn, dans Les Derniers Jours d’Herculanum, revenait sur le supplice des chrétiens. Qu’en fut-il en réalité ?

2Par ailleurs, l’existence de colonies juives en Campanie est attestée par l’historien juif Flavius Josèphe et par de nombreuses sources épigraphiques. À Stabies, par exemple, on a trouvé un sarcophage en marbre orné de onze figures mythologiques et dédié à Julius Longinus, un officier de la flotte de Misène, par son épouse Maria, à l’évidence une Juive.

La croix d’Herculanum

3Mais la découverte la plus intéressante a été faite à Herculanum, en février 1938, dans la Maison du Bicentenaire (V, 31). Dans une petite chambre d’allure modeste, on a trouvé une sorte d’oratoire au dessus duquel, assez haut sur le mur, a été tracée une croix, sans doute avec les ongles. Acte de peur, devant une fin imminente ? Acte de violence contre cette cité païenne ? Nul ne peut le dire. Si cette croix a été tracée par la main de l’occupante de la chambre, cela prouverait qu’il y avait, en 79, au moins non pas une chrétienne, car le terme serait anachronique, mais une judéo-chrétienne. Reste deux objections. L’une est de bon sens : cette croix est placée très haut. N’a-t-elle pas été tracée après le cataclysme par des visiteurs (comme cela s’est passé à Pompéi, notamment dans la Maison des Amours dorés) ? L’autre est plus forte historiquement : la croix, objet de honte et de dérision, n’est devenue l’emblème officiel de la chrétienté que sous Constantin. Même s’il l’est déjà effectivement depuis le iiie, voire le iie s., jamais le ier.

Sur les murs de Pompéi

4C’est à Pompéi que l’on trouve maintes preuves d’une présence juive nombreuse et prospère. Des inscriptions mentionnent un Ioudaikou, vigneron et commerçant en vin qui vend ses produits au thermopolium de L. Vetutius Placidus, sis rue de l’Abondance (I, 8, 7). Un autre négociant en vin, qui se nomme M. Valerius Abinnerious (prénom dérivé d’Abner), est sans doute de la même religion.

5Plus intriguant : un graffiti signé par un dénommé Ieshoua ou Jésus se moque du gladiateur Lucius Asicius en le qualifiant de “pauvre petit poisson”. Plus loin, sur le mur de la taverne de la rue de Diadume, un certain Jonas, comme le prophète biblique, est accusé de mauvaises manières avec un certain Philippus (“fellat”). Autre sujet de moquerie : la circoncision (voir Martial, entre autres). On qualifie un certain Natalis de uerpa.

6Mais l’inscription la plus intéressante se trouve sur la voie Consulaire. Fabius Eupor, un riche affranchi marchand de vin qui fait de la politique, invite à voter pour Cuspius Pansa. Il se présente comme “le chef des affranchis”. Or il semble bien que ce terme s’applique dans la Diaspora au chef de la communauté juive.

7Il y aussi des femmes juives. Dans la boutique de tissus, sise rue de la Fortune, dans la maison de Terentius Eudoxus (VI, 13, 6), se trouve une ouvrière du nom de Maria. Plus loin une esclave de la maison de Rustius Verus dite maison du Centenaire (IX, 8,3) se prénomme Martha. La Maria du thermopolium d’Asellina (IX, 2,2) rue de l’Abondance a, sans doute, des mœurs plus frelatées que sa corréligionnaire du même nom.

Dans les demeures

8Les maisons recèlent aussi des traces d’une présence juive. Ainsi, dans la maison du Médecin (VIII, 5, 24), on a trouvé deux peintures pariétales, près du jardin. L’une représente une caricature du Jugement de Salomon : la scène se passe au bord du Nil et les personnages sont des pygmées. L’autre est aussi une caricature de l’histoire de Jonas avalé par une baleine, sauf qu’ici c’est un hippopotame qui engloutit un pygmée. Qu’est-ce qui a donc poussé le propriétaire à se moquer de deux scènes célèbres de La Bible ? Deux hypothèses. La plus vraisemblable, c’est que c’est un païen agacé par la présence juive à Pompéi. La seconde, très peu probable, c’est que c’est un judéo-chrétien qui exprime ainsi son hostilité au judaïsme.

9Ailleurs, dans la maison de l’Éphèbe (I, 7, 10), on a trouvé un charmant bronze qui représente un vendeur de fouaces dont les traits sont exagérément orientalisés et le sexe gigantesque. Certains ont voulu voir là une caricature de Juif. D’autres, avec plus de bon sens, ont fait observer qu’il n’était pas circoncis ! Ce type de conclusion amène à d’hasardeuses hypothèses, comme celle qui voit dans l’immense hôtel qui se trouve au coin Nord-Ouest de la rue du Lupanar (VII, 11), un bâtiment tenu par un chrétien plutôt que par un Juif On y a trouvé, en effet, une sorte de cocotte minute (foculus anthepsa) en bronze, dont le sommet est orné par un guerrier captif qui a toutes les apparences d’un révolté juif de la Guerre de Judée. Un tel objet pourrait appartenir à n’importe qui ! Mais on peut rapprocher la statue d’une figure qui se trouve sur la tombe d’un soldat romain qui a combattu en Judée (tombe 13 de la nécropole située entre la porte Nocera et l’amphithéâtre).

10Reste l’inscription trouvée dans une humble demeure (IX, 1, 26). On y peut lire “Sodome et Gomorrhe”. Cri du cœur d’un Juif sur le point de succomber et qui maudit la cité impie ? Ou d’un Judéo-chrétien ? Ou encore d’un visiteur plus tardif ?

Le fameux Carré magique

11En définitive, c’est le fameux “Carré magique”, trouvé en 1925 très mutilé dans la maison de Poquius Proculus (I, 7, 1) et retrouvé, en 1936 complet, sur une colonne du portique de la Grande Palestre qui excité l’imagination de ceux qui veulent à tout prix trouver des chrétiens à Pompéi. Ce carré que je ne puis décrire ici faute de place, a été trouvé partout dans l’empire. On a voulu y voir la première expression du Pater Noster, en usage à la fin du ier s., mais en Orient, et seulement au iiie en Occident.

12Reste enfin un graffiti dans le vestibule d’une maison bourgeoise (I, 11, 14) avec les mots Poinium Cherem suivis de deux étoiles de David à 5 pointes. Le mot Cherem a deux sens : “châtiment” et “consécration”. La présence de Poinium, “troupeau”, semble indiquer que le propriétaire s’est placé sous la protection de Dieu (“Le Seigneur est mon berger”). Ce “troupeau” est sans doute celui de la communauté juive pompéienne menée par Fabius Eupor.

13Ainsi la présence juive est bien attestée à Pompéi. Sans nul doute la communauté comportait des Judéo-chrétiens, mais pas suffisamment nombreux et actifs pour justifier une sauvage répression de la part des autorités municipales qui avaient d’autres chats à fouetter : relever la cité du terrible tremblement de terre de 62.

14Note

15On trouvera plus de détails dans : C. Giordano & I. Kahn : Gli Ebrei a Pompéi, Procaccini Editore, Naples, 1979 ; nouvelle édition complétée, révisée et traduite en anglais, Bardi Editore, Rome, 2001.

Notes

1 L’Histoire, no 391, septembre 2013.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search