Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

3. Monde religieux : Juifs et Romains, Juifs et chrétiens, Romains et chrétiens

Célestin-Albin de Cigala. Urbi et Orbi1

Texte intégral

  • 1 Célestin-Albin de Cigala, Urbi et Orbi, Les Belles Lettres, 2008.

1Genèse. J’avais depuis longtemps dans ma bibliothèque cette suite de Quo Vadis ? et je cherchais désespérément un éditeur qui veuille bien la donner à lire. Le roman aurait dû suivre Quo Vadis ?, mais des contraintes éditoriales m’en ont empêché. Tel quel, il est se lit bien. À la fois dans la tradition des romans populaires du xixe s. et dans la continuité de ces romans “sulpiciens” dont j’ai parlé dans Quo Vadis ?

2Le héros de fiction, parce qu’il participe de l’humain, doit, lui aussi, lutter contre le temps. Il peut l’ignorer superbement : il en est ainsi dans la bande dessinée. Superman, Alix, Astérix, Prince Vaillant ou le Fantôme ne vieillissent pas, ou imperceptiblement. C’est tout juste si Alix, en plus d’un demi-siècle, a affirmé une identité virile, ou si le Fantôme a eu de Diana Palmer des jumeaux appelés à lui succéder dans un avenir encore lointain. En littérature, le fait est plus rare. Tarzan excepté, qui, né à la fin du xixe s., combat encore avec une fougue juvénile pendant la Seconde Guerre Mondiale, les héros du roman d’aventures, du roman de cape et d’épée, du roman policier ou du roman populaire sont soumis à la durée. Lagardère meurt lâchement assassiné, Pardaillan disparaît déjà sexagénaire, Lupin, toujours alerte, compte quand même un demi-siècle et des poussières à la fin de sa saga. Que dire de d’Artagnan qui – roman historique oblige – est rattrapé par l’Histoire et meurt – comme il convient – au siège de Maastricht.

3Or ils sont tous immortels, dans le souvenir de leurs millions d’admirateurs et la tentation est grande de les faire revivre de différentes manières. Au fond, il n’est que trois solutions : refaire la même œuvre, imaginer une suite, donner au personnage une postérité fictive. La première, rarissime en littérature, se nomme le remake au cinéma. Remake qui peut d’ailleurs prendre bien des formes, depuis les réécritures de Rio Bravo que sont El Dorado et Rio Lobo, trois films d’Howard Hawks ou la transcription dans l’univers du western du film noir, High Sierra devenant La Fille du désert, deux films de Raoul Walsh.

4La deuxième a engendré des centaines de romans et de films dont le titre est invariablement annoncé par Le Retour de ou La Revanche de (ce qui revient au même). Mais c’est encore la troisième solution, celle qui consiste à doter le héros d’une postérité, qui donne les plus riches résultats, sinon en qualité, du moins en pittoresque. Remarque préalable : le héros (rarement l’héroïne) est presque toujours pourvu d’un fils (rarement d’une fille).

  • 2 Réédité par nos soins aux Éditions de Passy, 2006.

5C’est la littérature du xixe s. qui a donné l’exemple avec Le Fils de d’Artagnan, Le Fils de Lagardère, tous deux écrits – quelle coïncidence – par Paul Féval Fils. Grand admirateur de Dumas, Jules Lermina a écrit, en 1881, un Fils de Monte-Cristo2. Jules Verne, qui admirait tout autant le grand écrivain, s’étant contenté dans Mathias Sandorf (1885) de réécrire les aventures d’Edmond Dantès. En fait, ne nous laissons tromper par le titre : ces Fils de ne sont que des suites déguisées des aventures du héros même si un rejeton – souvent fort jeune – fait son apparition !

  • 3 Presses Pocket, Grands romans historiques, no 2318.
  • 4 Presses Pocket, Grands romans historiques, no 2231.

6Ces tics du roman populaire, quelles que soient les formes qu’il adopte, sont-ils encore de mise dans le roman historique et – surtout – dans le roman historique à l’antique qui nous intéresse ici ? Vaste question à laquelle il n’est pas aisé de répondre simplement. Certes, il y a des cas de figures simples : Le Fils de Ben Hur (1963) de Roger Bourgeon3 continue les aventures des personnages du roman de Lewis Wallace (1880)4. Échappés aux flammes de l’incendie qui dévore Rome en 64, déchirés devant Jérusalem assiégée par les légions de Titus en 70, meurtris par la disparition de Pompéi en 79, Ben-Hur et son fils Philippe cherchent en vain, en ce siècle de fer, de réconcilier César et Dieu. Rome, Jérusalem, Pompéi : trois villes immortelles.

  • 5 Presses Pocket, Grands romans historiques, no 2278.
  • 6 Réédité par nos soins, Les Belles Lettres, 2007.

7Moins évidente est la réécriture d'un roman comme Fabiola (1854), du cardinal Wiseman5, par son disciple le cardinal Newman qui écrira, en 1856, Callista, l’histoire d’une martyre chrétienne du iiie s. De même, il faudra une bonne dose de flair pour retrouver dans La Prêtresse d’Isis. Légende de Pompéi (1922) d’Edouard Schuré une nouvelle version, presque cent ans après, des Derniers Jours de Pompéi (1834) d’E. Bulwer-Lytton6 accommodée à la sauce égyptomaniaque.

8Reste le dernier titre du quatuor “sulpicien”, le plus récent, le plus connu, le plus lu, le plus décrié aussi : Quo Vadis ?, livré en feuilleton dès mars 1895, terminé en février 1896, publié la même année, traduit très vite en italien et en anglais, mais qui dût attendre 1900 pour paraître en français, le 19 juin, dans La Revue Blanche, amputé d’un tiers. Il n’est pas dans nos intentions d’entrer ici dans le détail fort complexe des traductions du roman, ni dans les polémiques qui suivirent sa parution. Disons très vite que Sienkiewicz fut accusé d’avoir imité, en vrac, Chateaubriand, Dumas, Bulwer-Lytton, Flaubert, Renan, Soulié, Rebell, Louÿs et bien d’autres encore...

9Quoi qu’il en soit le succès fut au rendez-vous : on donna le nom du livre à des friandises, des cravates, des chevaux de course (en 1905 le Grand Prix de Paris fut remporté par un Quo Vadis ?, tandis que des Lygie, des Vinicius et des Pétrone galopaient sur les hippodromes). La parodie acheva de nourrir l’avidité du public : on crée au théâtre des Mathurins en 1901 une revue : Rococo Vadis, peu avant l’amusant roman de Léon Valbert, Quo Vad...roullis ? Roman des temps bibéronlens (1903), qui n’a rien à voir ou presque, sauf le titre, avec notre histoire. Ce sont surtout le théâtre et l’opéra qui portèrent l’enthousiasme du public à son comble. En 1901, Coquelin Aîné, l’immortel Cyrano dans la pièce de Rostand (1897), qui dirigeait le théâtre de la Porte Saint Martin, émerveillé par le roman, acheta à l’Anglais Wilson Barrett – auteur lui-même du Signe de la croix, pièce qui inspira un film de C. B. DeMille – l’adaptation théâtrale du roman, adaptation qu’il fit réécrire par Emile Moreau. La pièce fut jouée le 17 mars et atteignit le nombre important de 167 représentations dans l’année. En 1909, d’abord à Nice, puis à la Gaîté-Lyrique de Paris, fut joué un opéra de Jean Nouguès d’après un livret d’Henri Cain. 200 représentations consécutives et une triomphale tournée en Europe. En 1928, on en était à 7000 représentations !

10Négligeons les deux drames en vers de Célestin Trouillet en 1911, l’adaptation, en vers, du roman par Paul de Marcillat en 1908, pour en arriver à la première grande adaptation cinématographique, celle de Enrico Guazzoni, en 1912-1913, le premier long métrage – 2 h – de l’histoire du cinéma. 1924, 1951, 1984, 2001 : autant d’adaptations au cinéma et à la télévision. Tandis que le roman achevait de se dégrader au fil de la BD en 1951 (inspirée par le cinéma) et 1985 (inspirée par la télévision).

11Nous avons laissé pour la fin – on s’en doute – l’ouvrage que nous présentons ici : Urbi et Orbi, roman des temps postnéroniens. Son auteur, l’abbé Célestin-Albin de Cigala, docteur en théologie, auteur d’ouvrages de critique christiano-littéraire, comme La Poésie du Bréviaire, essai d’histoire critique et littéraire (1899) et de saintes biographies comme Vie intime de Pie X (1904), n’était pas un de ces romanciers frivoles qui – à la fin du xixe s. – mettaient l’Antiquité à la sauce érotico-décadente. Il avait déjà présenté, en 1901, une nouvelle de Sienkiewicz : Allons à Lui, écrite en 1892 et qui est une sorte de pré-Quo Vadis ?, puisqu’elle met en scène les premiers chrétiens. Il eut donc l’idée de concevoir “une vision et une reconstitution du passé”, traitée d’après “la même méthode” que le roman original.

12On y retrouve les mêmes éléments que dans Quo Vadis ? Les mêmes personnages, à l’exception de Néron et de Pétrone qui sont morts et les mêmes thèmes dramatiques : des amours contrariées, une cité en flammes, les jeux du cirque, les martyrs de l’arène. Poppée a été remplacée par... Bérénice, jalouse de la beauté de Lygie, Rome par Jérusalem qu’assiègent Titus et ses légions, mais on donne toujours de malheureux chrétiens en pâture aux lions. Pourtant les différences sont de taille. D’abord le roman n’a que 300 pages, soit moins de la moitié de son original ; on ne trouve pas de “méchant” empereur : Vespasien est un “bon” empereur et son fils Titus toujours loyal et amical envers Marcus Vinicius. La vérité historique, déjà maltraitée dans Quo Vadis ?, l’est encore plus ici : il n’y a pas eu de persécution sous Néron, encore moins sous Vespasien et Titus. Moins dramatique, sauf aux moments paroxystiques que sont le siège de Jérusalem et les jeux cruels du cirque, plus descriptif, le roman de de Cigala ne manque pas de qualités. On lui trouvera même des vertus pédagogiques dans sa description des institutions romaines. Reste une question lancinante : pourquoi si vite une suite, alors que les lecteurs français ne semblaient pas encore rassasiés de l’original ?

13Pour y répondre, il faut se pencher sur la production française, en cette fin de siècle, des romans à l’antique. Au moment de la publication du roman de Sienkiewicz l’Antiquité était revenue à la mode, tendance que Flaubert et Gautier avaient déjà abordée. Jean Lombard avec, en 1880, L’Agonie (sur Julien l’Apostat) et, en 1888, Byzance, avait créé un style chatoyant, ourdi de mots extraordinaires, à la limite du merveilleux et de l’obscurité. Pierre Louÿs avec Aphrodite, en 1896, Paul Adam, avec ses Princesses byzantines, en 1893, donnaient dans un érotisme de bon aloi. Alors que Jean Bertheroy, avec, surtout, La Danseuse de Pompéi, en 1899, s’adonnait au style nouille et dégoulinant de lyrisme, la Thaïs d’Anatole France, en 1890, se voulait antichrétienne, à tout le moins pro-païenne. Quant aux Contes de la décadence romaine, en 1898, de Jean Richepin, ils insistaient sur l’atmosphère délicieusement délétère et immorale de l’ancienne Rome. Le roman lui-même de Sienkiewicz, il faut bien l’avouer, avait été amputé en France de quelques passages un peu lestes, au point même que naîtra presque immédiatement, une édition expurgée à l’usage de la jeunesse. Edition qu’on verra reprise jusqu’à ces dernières années ! Il était donc urgent de marcher dans la voie qu’avait ouverte Wiseman et qui faisait les beaux jours des éditeurs spécialisés, comme Marne, à Tours : mettre l’Antiquité à la sauce chrétienne.

14Ajoutons qu’en ce début de siècle la laïcité a porté de rudes coups au militantisme religieux – nous sommes à la veille de 1905 ; que l’affaire Dreyfus a ravivé des passions inavouables et qu’enfin le cinéma a montré déjà – depuis ses débuts en 1895 – quel merveilleux instrument de propagande chrétienne il pouvait être : les martyrs chrétiens y sont à l’honneur depuis 1901 avec le Quo Vadis ? de Ferdinand Zecca et Lucien Nonguet. Bref tous ces éléments peuvent expliquer le désir de l’abbé de Cigala de faire – plus à la façon de la littérature apocalyptique et des évangiles apocryphes – un roman où l’histoire profane le céderait à l'histoire religieuse. On lui pardonnera d’autant plus aisément qu’il n’a pas démérité. Il a même eu le bon goût de laisser une fin ouverte – que nous ne dévoilerons pas ici – qui permettra à nos héros de trouver – sous d’autres plumes, qui sait ? – une digne conclusion de leurs dramatiques débuts.

15Et maintenant ? Ayant édité Quo Vadis ?, j’aurais pu éviter des répétitions inutiles. J’aurais pu aussi citer d’autres suites que je ne connaissais pas à l’époque, celle des Misérables ou celle d'Autant en emporte le vent. Par ailleurs Alix Senator, bande dessinée de Valérie Mangin qui raconte les aventures de notre héros, devenu sénateur vingt ans plus tard, m’aurait permis de nourrir mon exposé sur le temps dans la BD.

Notes

1 Célestin-Albin de Cigala, Urbi et Orbi, Les Belles Lettres, 2008.

2 Réédité par nos soins aux Éditions de Passy, 2006.

3 Presses Pocket, Grands romans historiques, no 2318.

4 Presses Pocket, Grands romans historiques, no 2231.

5 Presses Pocket, Grands romans historiques, no 2278.

6 Réédité par nos soins, Les Belles Lettres, 2007.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search