Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

3. Monde religieux : Juifs et Romains, Juifs et chrétiens, Romains et chrétiens

Roger Bourgeon. Le fils de Ben-Hur1

Texte intégral

  • 1 Roger Bourgeon, Le Fils de Ben-Hur, Presses Pocket, Les Grands romans historiques, 1985.

1Genèse. Quand j’ai découvert ce joli roman, j’ai pensé qu’il ferait une belle suite à Ben-Hur. Il n’eut pourtant aucun succès !

2Le 20 décembre 1961, au Palais des Sports de Paris, le Grand Cirque de France produisait, avec la participation de RTL, un somptueux spectacle : Ben-Hur. Ce fut un triomphal succès, au point que le cirque partit en tournée. Et l’on vit tous les soirs, pendant quatre ans, devant des milliers de spectateurs, sous un chapiteau géant, la fameuse course de chars sur une piste de 45 m de long.

3Mais la démesure coûte cher et le spectacle Ben-Hur qui avait épuisé le capital amassé par les propriétaires du Grand Cirque de France, la famille Gruss, devait donner une dernière saison en 1965.

  • 2 Édité dans la même collection.

4Or ce spectacle avait été écrit, à partir du roman de Lew Wallace2, par un des animateurs et producteurs de RTL, Roger Bourgeon. La suite, il la raconte dans la préface du roman que nous publions aujourd’hui, dans notre collection “Grands romans historiques”.

  • 3 L’auteur de cette introduction faisait, lui aussi, partie des frustrés....

5Pourquoi cette publication ? Il s’agit d’abord d’exaucer le voeu de millions de lecteurs frustrés par une fin, trop brusque à leur gré, des aventures du prince Juda Ben-Hur3. Au fond, le coup de génie de Dumas n’a pas été d’écrire les Trois Mousquetaires, mais de leur donner une suite : Vingt ans après. Et cette comparaison n’est pas si gratuite qu’elle ne le semble au premier abord. Il y a parfois du Dumas chez Bourgeon. Relisez les pages (147 et suivantes) où Ben-Hur et ses amis se séparent pour avertir les chrétiens de Rome de l’incendie décidé par Néron. C’est exactement l’épisode des Trois Mousquetaires où nos quatre héros tentent de récupérer les ferrets imprudemment donnés par Anne d’Autriche à Buckingham...

6Mais une suite peut n’être qu’une pâle imitation. Ce n’est pas le cas ici. Roger Bourgeon a su, avec beaucoup d’aisance, utiliser au mieux les données historiques. En effet, lorsqu’on y songe, que d’événements aurait pu avoir vécus un homme qui, comme Ben-Hur, est contemporain du Christ : la crucifixion, les règnes de Caligula, de Claude, de Néron, l’incendie de Rome, la chute de Jérusalem, voire la disparition de Pompéi.

  • 4 Édité dans la même collection.

7Or cette idée amusante – enfin si l’on veut ! – de faire disparaître la famille de notre héros dans Pompéi ensevelie n’est pas une simple idée de romancier. Elle a, au moins, un fondement historique lointain. En effet, la sœur de Bérénice, Drusilla, épouse du procurateur Félix, perdit son fils Agrippa lors de l’éruption du Vésuve. Il est d’ailleurs tentant de lier les événements de Judée à ceux de Campanie. Citons, pour mémoire, l’adaptation, au cinéma, du roman de Bulwer-Lytton4, par M. Bonnard et S. Leone (1959). Lejeune Grec Glaucos a été transformé en un robuste centurion Glaucus qui revient de Palestine, où il a servi auprès de Titus. Et dans une adaptation, très lointaine, de quelques épisodes du roman, par E. Schoedsack, l’auteur de King-Kong, en 1935, on voit Ponce Pilate, ancien procurateur de Judée, séjourner à Pompéi.

8Comme tout roman populaire, au sens noble du terme, Ben-Hur engendre des épigones. Nos écrans ont largement montré des Fils de Zorro ou des Fils de Spartacus (on a même mis en scène des Fils de Cléopâtre...), ce sont les héritiers des descendants de tout poil des d’Artagnan ou des Lagardère. Car le roman populaire est ainsi fait qu’il engendre des mythes et que ces mythes font des petits. Avoir des fils (ou des filles) pour un héros de roman, n’est-ce point là le gage de l’immortalité ? Ben-Hur a donc fait souche : il a un fils, Philippe. Mais il semble pourtant, sans que l’enfant ait démérité, que le père reste encore le héros du roman de Bourgeon. En effet, comme tous les héros populaires, Ben-Hur n’a rien perdu, malgré l’âge, de ses facultés physiques et intellectuelles. On l’a vu sur les galères romaines, sur les pistes de l’hippodrome, sur les pas de Jésus, on va le voir désormais dans les catacombes de Rome, au milieu des intrigues de la cour de Néron, échappant aux flammes de l’incendie qui dévore la ville, déchiré par la guerre entre Juifs et Romains, cruellement éprouvé dans son amour familial par la fin de Pompéi.

9Cherchant enfin la paix dans la solitude et le dénuement à la fin d’un siècle qui voit se développer, jusqu’aux frontières du monde connu, la puissance de Rome.

10Et maintenant ? Je ne changerais pas un mot à cette préface.

Notes

1 Roger Bourgeon, Le Fils de Ben-Hur, Presses Pocket, Les Grands romans historiques, 1985.

2 Édité dans la même collection.

3 L’auteur de cette introduction faisait, lui aussi, partie des frustrés....

4 Édité dans la même collection.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search