Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

3. Monde religieux : Juifs et Romains, Juifs et chrétiens, Romains et chrétiens

Jésus1

Texte intégral

  • 1 Jésus, Omnibus, 1998.

1Genèse. J’ai voulu réunir dans le même volume trois biographies de Jésus et un roman d’un auteur juif. Le mélange n’a guère plu et je puis dire – avec un certain recul – que ce Jésus doit être le seul volume sur le sujet qui n’a eu aucun succès !

2Bon an mal an Jésus fait la devanture des libraires, déchaîne les passions, provoque les scandales. Histoire et fiction mêlées, films et romans, bandes dessinées et albums pour la jeunesse, études critiques et émissions télévisées, œuvres de foi et livres de bonne foi.

  • 2 À la suite d’une erreur de calcul, Jésus serait né en 4, 6, voire 7 a.C.
  • 3 Les Évangiles emploient le terme “procurateur" en parlant de Pilate. En fait, ce terme n’apparaîtr (...)

3Il est pourtant un aspect de Jésus qui n’a retenu que tardivement – disons depuis deux siècles-, l’attention des historiens, c’est le Jésus de l’Histoire et les étapes de son existence terrestre, celle d’un homme à la première moitié de ce que l’on nommera bien plus tard – au vie s. – le premier siècle de l’ère chrétienne. Dans un contexte géographique et politique connu, celui de la Judée et de la Galilée, partie intégrante d’abord du royaume d’Hérode, allié et vassal de Rome, puis, après la mort de ce dernier (en 4a.C.2), provinces romaines. L’une, la Judée, sous administration directe de préfets romains3, l’autre, la Galilée, sous la tutelle d’un fils d’Hérode, Hérode Antipas (celui que les Évangiles nommeront Hérode tout court), mais sous l’œil attentif des autorités romaines. Le tout soumis à l’autorité du tout-puissant gouverneur romain de la province de Syrie voisine.

  • 4 Avant-propos de Esquisse de la vie de Jésus.

4Il est au moins deux raisons à ce relatif désintérêt. En apparence contradictoires, mais en réalité cohérentes. La première, c’est que les Évangiles pouvaient paraître remplir suffisamment un rôle de biographies. La seconde, c’est que ces mêmes Évangiles, à l’exception, peut-être, de celui de Jean, ne se présentent en rien comme des vies de Jésus. Sans suivre une opinion aussi tranchée que celle d’Albert Schweitzer qui affirmait que “le christianisme primitif observait une attitude d’indifférence envers la vie, comme telle, de Jésus”, on peut admettre avec lui que l’”on attendait le Messie devant venir dans la gloire et l’on ne prenait intérêt à la vie de Jésus de Nazareth que pour autant qu’elle concordait avec les paroles du Seigneur”4.

5De fait les Évangiles ne sont pas des ouvrages historiques – ce qui n’est pas une critique. Ce sont des livres de foi qui sont là pour témoigner du message christique et pour annoncer “la bonne nouvelle”. Certes, ils sont emplis de détails sur les paroles et les actions de Jésus. Mais détails souvent contradictoires, parfois confus, quelquefois incompréhensibles aujourd’hui, toujours guidés par leur but premier. Par ailleurs se posent des problèmes quasiment insolubles de sources, de datation, de publics auxquels ils sont destinés. Si l’on admet que l’Évangile de Jean a dû être écrit à l’extrême fin du siècle et, sans doute, par un témoin de Jésus, si l’on admet que celui de Marc est le plus ancien et qu’il est possible que sont auteur ait suivi Jésus, si l’on admet que Matthieu et Luc suivent Marc, mais qu’ils suivent aussi une autre source primitive, si l’on sait que Matthieu est sans doute un Juif s’adressant à un public juif et Luc un Grec s’adressant à des Gentils, c’est à peu près tout ce que l’ont peut tenir pour assuré. Discuter du reste nous entraînerait dans des controverses qui n’ont pas de place ici. Si l’on met bout à bout, en essayant de résoudre leurs divergences, voire leurs contradictions, les éléments biographiques que donnent les Évangiles, la vie de Jésus tient en peu de pages. Voltaire s’y est malignement essayé dans l’article “Christianisme” de son Dictionnaire philosophique : le tout ne dépasse guère la vingtaine de lignes !

6Inutile par ailleurs de chercher dans d’autres textes des éléments substantiels et complémentaires. Certes on en trouve dans les Évangiles dit de l’enfance, sur les premières années de la vie de Jésus, chez les Pères de l’Église des siècles suivants, chez quelques historiens et philosophes païens (Tacite, Suétone, Celse, Porphyre), chez l’historien juif Flavius Josèphe qui vit à la cour des Flaviens (Vespasien, Titus, Domitien) et qui écrit, à la fin du Ier s., une Guerre des Juifs contre les Romains (qui dura de 66 à 73) et une histoire du peuple juif, les Antiquités judaïques. Mais ces témoignages ou ces renseignements sont fort maigres, parfois sujets à caution et ne peuvent en rien combler les creux laissés par les évangélistes.

7On comprend le découragement qui peut s’emparer de l’historien devant de telles difficultés, on comprend aussi que les premières vies “historiques” de Jésus n’aient paru qu’au moment où l’Histoire devient une science à part entière, science dont les bases ont été jetées par Voltaire et quelques autres, dont l’Anglais Gibbon, spécialiste de l’Antiquité romaine. Par ailleurs, quel formidable déploiement de savoirs exige l’entreprise ! Quiconque s’essaye à une vie de Jésus doit maîtriser les sciences religieuses (les origines du christianisme), bien connaître l’Antiquité (les débuts de l’Empire romain), manier le latin, le grec, l’hébreu, l’araméen, avoir des notions d’épigraphie (pour les inscriptions), d’archéologie (pour les monuments), de géopolitique (le Proche-Orient au ier s. p.C.). Bien entendu, il ne peut y avoir de bonne connaissance du Nouveau Testament sans celle de l’Ancien. Pour comprendre le christianisme primitif, il faut non seulement connaître le judaïsme, mais aussi les religions orientales contemporaines (dont le culte d’Isis), sans compter les philosophies antiques gréco-latines, platonisme, épicurisme et surtout stoïcisme. Est-il nécessaire de continuer ?

8On comprend que l’ampleur de la besogne ait découragé plus d’un savant au point que l’un des plus illustres d’entre eux, le père Lagrange, l’ait déclarée impossible. Pourtant, à mesure que le temps passe, l’archéologie avance à pas de géant, la science des textes a connu d’immenses progrès, de sensationnelles découvertes (les manuscrits de la Mer Morte, entre autres) ont été faites, notre regard même sur la période et sur les textes s’est modifié. Les méthodes les plus en pointe ont permis de retrouver – avec une bonne chance d’exactitude-, parmi les paroles attribuées à Jésus, celles qui risquent d’être authentiques. Mais rien qui permette de composer une biographie – sinon exhaustive, du moins totalement cohérente – de Jésus. Certains pourtant s’y risquent chaque année ou presque, dans tous les pays, renouvelant l’angle d’approche, donnant leur version sur des points depuis longtemps débattus (les “frères” de Jésus, par exemple), insistant sur tel ou tel aspect de l’enseignement de Jésus. Pour les uns, il est un Messie combattant, proche des mouvements de libération nationale animés par les Zélotes ; pour les autres, un Messie souffrant, annoncé par les Prophètes et dont le royaume n’est pas de ce monde. Certains insistent sur son environnement juif, le voient proche des Pharisiens, mais peut-être aussi des Esséniens, par Jean le Baptiste. Quelques-uns soulignent la radicale nouveauté de son message. Et si tous reconnaissent qu’il dérangeait beaucoup de gens, tous ne sont pas d’accord quant à la cause de sa mort : a-t-il blasphémé contre la religion juive (ce que laisserait entendre la comparution devant le Sanhédrin) ou s’est-il attaqué aux lois romaines (ce qu’on peut déduire de sa comparution devant Pilate et de l’inscription, le titulus, marquée sur la croix du supplice) ?

9Bref, autant de Jésus que de périodes historiques ainsi que le démontre lumineusement Jaroslav Pelikan dans son Jésus au fil de l’Histoire.

10Nous avons tenté, dans ce volume, d’en montrer quatre à travers quatre Vie de Jésus qui n’ont de commun que d’avoir été écrites par des hommes de foi, mais avec des desseins bien différents, dans une forme chaque fois particulière, à des époques variées et qui ne s’adressent pas au même public. L’ensemble constitue – pour la première fois – un corpus varié qui permettra à tous, quelles que soient les croyances et leur degré, de retrouver Jésus de Nazareth.

Pascal ou les exigences de la grâce

11Les premiers pères de l’Église avaient déjà eu le souci de faire concorder les différents récits des Évangiles. Certains, comme Irénée, qui écrit au iie s. un traité contre les hérétiques et leurs prétentions, insistent sur l’unicité du témoignage apostolique : “Ce n’est pas par d’autres, écrit-il, que l’économie de notre salut nous a été connue, mais par ceux grâce à qui l’Évangile nous est parvenu”. Et plus loin : “Ainsi Matthieu, devant les Hébreux, dans leur langue propre, publia-t-il un Évangile. C’était le temps où Pierre et Paul fondaient l’Église de Rome où ils évangélisaient. Après leur mort, Marc, interprète et disciple de Pierre, nous transmit par écrit son prêche. Luc, quant à lui, compagnon de Paul, fit de même avec ce dernier. Puis Jean, disciple du Seigneur [...], tandis qu’il séjournait en Asie, à Éphèse, publia, lui aussi, un Évangile” (Contre les Hérésies, 2.1.1). C’est à peu près, selon Eusèbe, dans son Histoire ecclésiastique (6.14.5-7), ce que déclare Clément d’Alexandrie, contemporain d’Irénée. Pendant de nombreux siècles les sources évangéliques ne suscitèrent aucune recherche critique et il faudra attendre la seconde moitié du xviiie s. pour qu’elles le fassent, notamment par les travaux de J.-J. Griesbach. En revanche, dès l’Antiquité, de nombreux écrivains chrétiens avaient tenté d’établir à partir des récits évangéliques une sorte de récit unique (ce qu’on nomme une concorde) de la vie et des actions de Jésus. Le plus célèbre étant le De Consensu Evangelistarum (“Sur l’accord des Évangélistes”) de saint Augustin (ive s. p.C.). De telles concordes profiteront de l’invention de l’imprimerie et Pascal en a connu au moins deux. L’une de Jansénius, publiée en 1639, était une courte vie de Jésus (Sériés vitae ChristiJuxta ordinem temporum) qui terminait son Commentaire (Tetrateuchus) des quatre Évangiles. L’autre, Historia et Concordia Evangelica, a été composée en 1653 par Antoine Arnaud, très proche de l’écrivain.

  • 5 Le développement qui suit doit beaucoup à la belle présentation de Jean Mesnard du texte de Pascal (...)

12Mais le texte de Pascal n’a pas, comme les Pensées, été publié de son vivant5. Sans doute écrit dans l’année 1655, avant les Provinciales (1656) et les Pensées (1657-1658), après des fortunes diverses, il n’a vu le jour qu’en 1845, en Hollande, sous un titre qui n’est pas de Pascal et qu’on a conservé depuis : Abrégé de la vie de Jésus-Christ. Est-ce à dire que Pascal, s’il en avait eu le temps, aurait développé certains passages ? Sans doute. La numérotation (avec quelques redites et absences) en fragments plus ou moins longs peut laisser penser que, sauf effet stylistique recherché dans certains cas, l’écrivain aurait développé tel ou tel point.

  • 6 C’est ainsi, semble-t-il, qu’il faut comprendre le “abestissez-vous” si souvent cité.

13Tel que, l’Abrégé se présente comme un travail d’harmonisation des quatre Évangiles et une réécriture originale, avec un rythme, une respiration et des choix propres à l’auteur des Pensées. Est-ce à dire que le texte de Pascal se veut résolument anhistorique ? Certes pas, les nombreuses indications de temps et de lieu sont là pour indiquer l’importance de la chronologie, mais ce n’est pas le souci premier de l’écrivain : son dessein est avant tout théologique, il s’agit de faire comprendre le mystère de l’incarnation et de la double nature, humaine et divine, de Jésus. Sous une forme parfois volontairement dramatique, Pascal interpelle le lecteur : il faut trouver la voie vers le Christ puisque lui-même a trouvé la voie vers les hommes. On peut voir là la première étape d’un chemin qui passe d’abord par le dépouillement (“Alestissez-vous”)6, ensuite par le “pari”, qu’intervienne enfin – ou que n’intervienne pas – la grâce, qu’elle soit nécessaire ou suffisante.

Renan ou les exigences de la science

  • 7 On renverra le lecteur curieux au chapitre “Les interprétations rationalistes de la vie de Jésus” (...)

14Deux siècles plus tard, écrire une vie de Jésus se pose en de tout autres termes. Les tentatives se sont multipliées, trop nombreuses pour qu’on puisse seulement les signaler7. C’est sans doute, H. S. Reimarus, professeur de langues orientales à Hambourg, qui, le premier, peu avant sa mort (1768), osa penser clairement le problème, à savoir qu’il fallait que l’Histoire ne prenne en compte ni la notion de surnaturel, ni celle de révélation. Des extraits d’une Apologie des adorateurs rationnels de Dieu (4000 pages qu’il n’ose pas livrer de son vivant) publiés par Lessing, les deux derniers (Sur l’Histoire de la Résurrection et Du but de Jésus et de ses disciples) décrivent un Jésus historique, agitateur politique, dont l’échec fut la cause de la mort (on retrouvera, mutatis mutandis, la même thèse dans le Jésus guerrier de l’Indépendance, publié en 1975 à Montréal par Raoul Roy).

15Après Reimarus, dont la tentative n’eut aucun succès, H. E. G. Paulus tenta d’éliminer les éléments surnaturels, non pas en les niant, mais au moyen d’une interprétation naturaliste. Sa Vie de Jésus (1828) se veut une interprétation rationnelle des Évangiles. Mais c’est D. F. Strauss qui, dans sa Vie de Jésus (dont la première édition date de 1835-1836), crut pouvoir unir les faits historiques, à savoir l’existence de Jésus ancrée dans une réalité historique, et les éléments mythiques ajoutés par la suite : double portrait d’un Jésus historique face à un Christ idéalisé. À la même époque, en 1832, F. Schleiermacher exposait une théorie, qui ne sera publiée qu’après sa mort, dans sa Vie de Jésus (1864), de caractère plus philosophique qu’historique, pour réfuter Strauss.

  • 8 Signalons que Hegel lui-même écrivit en 1785 une Vie de Jésus qui ne fut connue qu’en 1907.

16Sans avoir publié de vie de Jésus, F. C. Baur, dans son Paul apôtre de Jésus-Christ (1845), appliqua à l’histoire du christianisme primitif la fameuse triade hégélienne : thèse (le courant judéo-chrétien de Pierre et de Jacques), antithèse (le courant héllénistico-chrétien de Paul), synthèse (l’Église catholique)8. Sans nier toutefois l’existence de Jésus. Ce que finit par faire radicalement son adversaire B. Bauer qui voyait le christianisme primitif comme une fusion entre le stoïcisme et le judaïsme héllénistique. Cette thèse coûta à son auteur, en 1842, la défense d’enseigner...

  • 9 Voir les indications biographiques sur Renan données dans le Dossier historique et littéraire et l (...)

17C’est ce qui arrivera, vingt ans plus tard, à Renan. Sa Vie de Jésus (1863) fut le premier pas de la critique française sur un terrain dont elle n’avait guère l’habitude et déclencha un tollé général. Le livre, annoncé dès la fin d’avril 1863, dans le Journal des Débats, est publié le 24 juin de la même année. Le succès est tel qu’avant la fin de l’année il compte dix rééditions et onze traductions ! En 1864, une version plus accessible, Jésus, se vend à un million d’exemplaires. Le livre suscite une riposte sévère et immédiate de l’Église : on souligne ses erreurs et ses contradictions, on injurie son auteur (Barbey d’Aurevilly se moque de “l’expulsé du séminaire9 qui a de l’évêque rentré dans le ventre”), pas moins de 321 brochures sont écrites contre Renan, on se livre, dans les campagnes, à des autodafés.

18Mais déjà, avant la publication du livre, Renan, dans son premier cours au Collège de France, avait parlé de Jésus dans des termes qui lui valurent sa suspension immédiate. Il se voit, en juin 1864, révoqué de sa chaire qu’il ne retrouvera qu’en 1870.

19Pourtant, ce qu’avait écrit Renan n’avait rien d’inattendu : depuis longtemps il travaillait sur Jésus sur lequel, en 1845, il avait écrit Un essai psychologique. Par d’ailleurs, sa science des textes et des lieux (encore qu’ils aient donné naissance à des descriptions plus poétiques qu’archéologiques), ses travaux en cours sur les origines de christianisme, l'intérêt même qu’il portait à la personne de Jésus (on en verra la preuve dans la Préface qu’il ajoute à la treizième édition, en 1867, celle qui fait autorité et que nous publions ici), bref tout cela faisait de Renan l’historien le plus qualifié de son époque pour parler sereinement de Jésus. Son caractère d’ancien séminariste, ses exigences scientifiques, surtout philologiques, le firent ranger du côté des positivistes, donc des ennemis de l’Église. Sa suspension fut un gage donné par le pouvoir impérial au parti clérical. C’était compter sans la force prégnante, le charme poétique, l’érudition sans faille d’un ouvrage qui, sans doute, a plus fait pour le christianisme que bien des thèses austères et engagées...

20Et maintenant ? Je crois que je ne ferais pas un ensemble sur Jésus, mais plutôt une anthologie des témoignages antiques, païens, juifs et chrétiens.

Notes

1 Jésus, Omnibus, 1998.

2 À la suite d’une erreur de calcul, Jésus serait né en 4, 6, voire 7 a.C.

3 Les Évangiles emploient le terme “procurateur" en parlant de Pilate. En fait, ce terme n’apparaîtra que plus tard, sous l'empereur Claude.

4 Avant-propos de Esquisse de la vie de Jésus.

5 Le développement qui suit doit beaucoup à la belle présentation de Jean Mesnard du texte de Pascal (“Les carnets DDB”, Desclée de Brouwer, 1992).

6 C’est ainsi, semble-t-il, qu’il faut comprendre le “abestissez-vous” si souvent cité.

7 On renverra le lecteur curieux au chapitre “Les interprétations rationalistes de la vie de Jésus” de l’ouvrage de Joseph Ricciotti cité en bibliographie (p. 188-226 de l’édition française, Payot, 1954).

8 Signalons que Hegel lui-même écrivit en 1785 une Vie de Jésus qui ne fut connue qu’en 1907.

9 Voir les indications biographiques sur Renan données dans le Dossier historique et littéraire et l'excellent article de Perrine Simon-Nahum, “Le Scandale de La vie de Jésus”, L’Histoire, no 122, mai 1989, pp. 64-65.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search