Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

3. Monde religieux : Juifs et Romains, Juifs et chrétiens, Romains et chrétiens

Cicéron et les Juifs1

Texte intégral

  • 1 L’Histoire, no 328, février 2008, p. 2-3.

1Premiers jours d’octobre 58 a.C. à Rome. Le tribunal Aurelium, un tribunal en pierre entouré de gradins, construit sur une partie du Forum, est entouré d’une foule bruyante qui se presse pour assister à un procès ordinaire contre un haut-fonctionnaire accusé de concussion, L. Flaccus.

2L’accusé dont la carrière jusque ici a été prestigieuse – tribun militaire, questeur ensuite, puis légat, enfin préteur en 64 et, pour couronnement, propréteur et gouverneur de la province d’Asie en 62 – est défendu par les plus brillants orateurs de son temps, Hortensius et Cicéron, dont le consulat de 63 s’était achevé par une éclatante victoire sur Catilina. Victoire dont l'un des artisans les plus dévoués avait été ce même Flaccus. Depuis les temps avaient changé : César en cette année 59 était consul, Pompée s’était détourné de son ancien allié de 62 et Clodius, l’ennemi acharné de Cicéron venait d’être élu tribun de la plèbe. L’accusation contre Flaccus était portée par D. Lelius Balbus, ami de César et de Pompée : détournement de l’argent public, extorsion de fonds à des cités, abus de pouvoirs contre des citoyens romains, bref le tout venant des gouverneurs de provinces qui se voyaient souvent accusés – comme Verrès par... Cicéron – au sortir de leur charge.

3Mais soudain apparaît une accusation pour le moins surprenante : Flaccus a interdit la sortie de la province de l’or recueilli par les Juifs pour être envoyé à Jérusalem, bien plus, il en aurait conservé pour lui-même une partie. Nous avons même le détail des sommes retenues, 100 livres d’or à Apamée, 20 livres à Laodicée, 100 livres à Adramyttium et quelques livres à Pergame. Une livre romaine pesant 327 grammes, l’ensemble représente plus de 73 kg d'or ou 730 kg d’argent, soit 170 000 drachmes, une somme considérable. Cette somme provenait de la contribution annuelle envoyée chaque année au Temple de Jérusalem par chaque Juif de la diaspora, soit 2 drachmes.

4Cicéron va s’employer, contre toute évidence, puisque les faits sont prouvés, à démonter l’affaire de l’or des Juifs. Avec des arguments qui loueraient presque Flaccus d’avoir arrêté une telle hémorragie financière pour garnir le trésor public, en refusant ainsi de céder à une “superstition barbare” (barbarae superstitloni) d’un peuple vaincu, réduit en servitude et dont la religion s’accorde mal avec la majesté romaine. Cette allusion à la prise de Jérusalem par Pompée en 63 se pare d’un argument dont on voit la mauvaise foi : Pompée a épargné le Temple de Jérusalem sans le profaner, non pas par respect pour le judaïsme, mais par souci de sa grandeur.

5Mais le plus étonnant reste à venir : Cicéron nous apprend au détour d’une phrase que se presse autour du tribunal un grand nombre de Juifs (sois quanta sit manus), dont on connaît la solidarité tenace (quanta concorclia) et, surtout, le poids dans les assemblées (quantum ualeat in conclonlbus). Ainsi éclate en 59 la première allusion de la littérature latine aux Juifs de Rome, allusion qui contient déjà en germe les arguments de l'antijudaïsme : la solidarité des Juifs et leur influence considérable.

6Reste un mystère : comment, si l’on admet que la population juive de Rome tire ses origines de la déportation par Pompée, après 63, de milliers de prisonniers destinés à être vendus comme esclaves, comment donc, en 59, soit quatre ans après les faits, est-elle si puissante, composée d’affranchis, devenus citoyens romains ? Une seule explication : les captifs de 63 ont trouvé à Rome des coreligionnaires déjà installés, bien implantés, nombreux, argentés et influents qui, par solidarité active, les ont rachetés, puis affranchis.

7Mais d’où sortent-ils ces Juifs de Rome ? Sans doute sont-ils venus avec (ou après) les trois ambassades que les Macchabées, dans leur lutte de libération contre la Syrie, ont envoyées à Rome. La première en 160, la deuxième en 143, la troisième en 139. Cette année même où Rome, si l’on en croit Valère Maxime, prend des mesures contre les cultes étrangers, dont le judaïsme. Mais il est probable que resta fixé à Rome un petit noyau juif qui ne fit guère parler de lui, mais qui grandit et prospéra dans l’obscurité.

8Un dernier point : peut-on taxer Cicéron d’anti-judaïsme ? Sans doute, car il a suivi à Rhodes les leçons d’Apollonios Molon qui, selon Josèphe, n’était pas tendre envers les Juifs. Mais il a surtout parfaitement joué son rôle d’avocat de la défense et a fait acquitter Flaccus. Malgré les Juifs de Rome...

Notes

1 L’Histoire, no 328, février 2008, p. 2-3.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search