Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

3. Monde religieux : Juifs et Romains, Juifs et chrétiens, Romains et chrétiens

Théodore Reinach, Textes d’auteurs grecs et romains relatifs au judaïsme1

Texte intégral

  • 1 Théodore Reinach, Textes d’auteurs grecs et romains relatifs au judaïsme, Les Belles Lettres, 2007

1Genèse. Il m’a toujours semblé – plus ou moins inconsciemment – qu’un Juif (dans mon cas d’Algérie) se devait, après avoir fait passer l’étude du monde gréco-romain avant celle de la Torah, de se pencher sur l’histoire des Juifs dans le monde antique. À plus forte raison, s’il était incroyant. D’où cette longue introduction à ce recueil que j’ai, pour ma part, augmenté de modeste façon.

2Les textes grecs et latins que Théodore Reinach a patiemment rassemblés nous permettent d’avoir un tableau, partiel, certes, mais vivant et coloré, parfois contrasté, souvent inattendu, toujours intéressant, des relations qui s’établirent et perdurèrent entre le monde juif et le monde gréco-romain. Mais il n’est pas toujours facile d’en avoir une vue synthétique, tant la matière est dispersée, qui s’étend sur près d'un millénaire, fragmentaire, lacunaire. L’ordre chronologique adopté ici, que contrarie la division entre textes grecs et latins, complique encore les choses. Il a semblé donc utile, voire indispensable, d’en faire une synthèse historique et littéraire, cohérente, du moins on l’espère, en tous cas utile. Au service, avant tout, de cet incomparable historien que fut, entre autres choses, Théodore Reinach, à qui l’on ne rendra jamais assez hommage.

3Rapidement, trop rapidement, brossé ici, ce tableau permettra au lecteur, spécialiste ou simple curieux, en l’y renvoyant, de mieux comprendre et apprécier des textes, parfois lapidaires, parfois prolixes. Autant de pièces d’une mosaïque dont les manques se font toujours cruellement sentir (malgré de nombreux ajouts ultérieurs). Mais, telle quelle, et avec le recul du temps, elle peut donner l’illusion d’une spectrographie, aux contours flous certes, aux barrières temporelles démesurément étendues – du viie s. a.C. au ve s. p.C. -, aux frontières géographiques qui vont jusqu’aux limites du monde connu. Une expansion qui s’étend des bornes étroites de la Judée-Palestine au cœur des royaumes hellénistiques et aux marches de l’empire romain. Tableau brouillé, donc, mais qui représente un monde juif multiforme, à la fois méconnu ou méprisé et envié ou admiré. Un pays dont la position stratégique en fait un enjeu pour les grandes puissances, entre l’Orient et l’Occident, un peuple aux orientations politiques souvent antagonistes, une diaspora omniprésente, au poids indéniable. Avec, depuis le iie s. a.C., l’ombre tutélaire de Rome, sans qui rien ne se fait et rien ne peut se faire.

Les Juifs et le monde grec

4Le premier contact culturel entre le monde grec et le monde juif remonte sans doute au xe s. a.C., peut-être par l’intermédiaire de ces mercenaires grecs qui se louaient aux souverains orientaux. David aurait pu, si l’on en croit II Samuel, 20.23 et I Rois, 1.38, employer des mercenaires crétois. Joas a été placé sur le trône par des mercenaires cariens ou crétois (voir II Rois, 11.4), vers 840. On trouve des hoplites grecs mercenaires dans l’armée égyptienne de Néchao, vainqueur du roi Josias à la bataille de Megiddo (608). Le poète grec du vie s., Alcée, aurait-il connu par son frère Antiménidès, qui combat devant Jérusalem, dans l’armée de Nabuchodonosor, une prophétie d’Isaïe ? On a même voulu – à tort, semble-t-il – voir dans l’un de ses fragments poétiques une allusion au combat qu’aurait mené Antiménidès contre un Juif de taille gigantesque.

5L’historien grec du ve s. Hérodote, lorsqu’il déclare que l’usage, chez les Syriens de Palestine, de la circoncision leur vient des Égyptiens (R1 = Reinach, texte no 1), fait-il allusion aux juifs ou aux Philistins ? Quoi qu’il en soit, quand Jérémie s’enfuit en Égypte, après la chute de Jérusalem en 586, il se réfugia (Jérémie, 43.7 ; 44.1) à Daphné où se trouvait, sans doute déjà une garnison de mercenaires grecs. Mercenaires qui devaient côtoyer souvent leurs collègues juifs et parfois combattre dans les mêmes rangs. Par ailleurs, depuis longtemps, marchands grecs et juifs étaient en concurrence. Les rangs perses, au temps des guerres médiques, comptaient des soldats juifs que Choerilos de Samos a peut-être chantés (R3).

6Sans doute les Juifs avaient-ils pénétré en Asie Mineure avant l’époque d’Alexandre puisqu’un écrivain grec comme Hécatée d’Abdère (fin du ive-début du iiie s.) se révèle très familiarisé avec le judaïsme (R9).

7Le philosophe Théophraste (mort en 287) qualifie les Juifs de “race de philosophes” (R5). Il semble même qu’Aristote, du moins si l’on en croit son disciple Cléarque de Soli, ait discuté philosophie avec un Juif de Syrie (R7). En tout cas, il mentionne, dans ses Météorologiques, la mer Morte (R4). Faute de pouvoir vraiment comprendre la religion de ces marchands et de ces mercenaires de Syrie-Palestine, on pense donc qu’ils descendent des philosophes de l’Inde. Hermippos de Smyrne, philosophe alexandrin du iiie s., voit en Pythagore un disciple des Juifs (R14). Image positive et qui va le demeurer encore quelques siècles.

8Les Spartiates en particulier nouèrent d’étroites relations avec les Juifs. Ceux-ci, semble-t-il, avaient commencé à s’établir à Sparte dès la fin du ive s., sur l’invitation du roi Arée, dont une lettre, peut-être légendaire, rappelle que “les Spartiates et les Juifs sont frères et qu’ils sont de la souche d’Abraham” (I Macchabées, 12.7-19).

9Mais c’est surtout la bienveillance d’Alexandre envers les Juifs qui est demeurée légendaire. Il se peut qu’après la prise de Gaza le conquérant macédonien ait tenu à voir Jérusalem. C’est en cette occasion que se placerait une légende rapportée par Flavius Josèphe : Alexandre renonça à châtier les Juifs qui avaient pris parti contre lui lorsque, devant les portes de Jérusalem, il vit venir à lui une longue file d’hommes vêtus de blanc conduits par le Grand Prêtre. Interrogé par son ami Parménion, le jeune héros répondit que “ce Dieu lui était apparu en songe et l’avait exhorté à conquérir l’empire perse”. Légende sans doute. Mais il semble certain qu’Alexandre accorda de nombreux privilèges auxjuifs, surtout à la colonie qui venait de s’installer dans une ville nouvelle, laquelle allait devenir la métropole du Moyen-Orient : Alexandrie.

10De nombreux récits talmudiques montrent le conquérant engagé dans des discussions avec les sages de Judée, jouant le rôle d’arbitre dans un procès entre Égyptiens et Juifs ou manifestant son désir d’entrer dans le Saint des Saints.

11Dès lors, les relations entre Juifs et successeurs d’Alexandre, les diadoques, vont être caractérisées par des périodes de tension et des moments de paix. C’est que la Palestine devient un champ de bataille et un enjeu à la fois pour ses voisins d’Égypte, les Lagides, et ceux de Syrie, les Séleucides.

12Il semble que, dès le iiie s., les souverains d’Égypte et de Syrie rivalisaient pour attirer les Juifs dans leurs nouvelles capitales : Alexandrie d'un côté, Séleucie et Antioche de l’autre. En fait, la première grande migration après Alexandre vers Alexandrie commença tragiquement puisqu’elle fut la conséquence de la prise de Jérusalem par Ptolémée I Sôter (en 320, 312 ou 302, la date est incertaine). Mais très vite le général d’Alexandre transforma ses prisonniers en mercenaires qu’il chargea de surveiller à la fois ses frontières et ses sujets égyptiens parfois un peu turbulents. Ce qui ne fut pas pour faciliter les relations des Juifs avec les vaincus égyptiens et les vainqueurs grecs. Ptolémée II Philadelphe (283-244) aurait émancipé à ses frais plus de 100 000 esclaves juifs pour peupler ses colonies. La fameuse traduction de la Bible (La Septante), faite sur sa demande par soixante-dix traducteurs juifs suffit à prouver – quels que soient les éléments légendaires de l’histoire – l’importance de la colonie juive en Égypte.

13Capitale de l’Égypte des Lagides, métropole de près d’un million d’habitants au début de l’ère chrétienne, centre commercial et intellectuel du monde méditerranéen oriental, Alexandrie était autant peuplée de Grecs que de Juifs qui formaient une colonie florissante et comptaient parmi eux des membres éminents de l’administration lagide. Cela explique peut-être l’envie, sinon la haine, de leurs concitoyens grecs et égyptiens. C’est à cette époque sans doute que circulent des récits calomnieux sur l’Exode. Propagés déjà par des Égyptiens comme le prêtre Manéthon (Rio), ils font de la sortie d’Égypte la fuite honteuse d’un groupe de lépreux, de pestiférés, conduits par un prêtre égyptien qui prendra le nom de Moïse. D’autres, comme Agatharchide de Cnide (IIe S.), raillent les superstitions des Juifs (R16). Ou, comme Mnaséas de Patras (iie s.), leur crédulité (R19). Plus tard, au ier s., le philosophe stoïcien Posidonios d’Apamée (R25) et le rhéteur Apollonios Molon (R26), dont Cicéron suivra les cours à Rhodes, reprendront les mêmes calomnies.

14Qu’amplifieront des Alexandrins comme Chaerémon (R58), personnage considérable qui fut le précepteur du jeune Néron, ou encore Lysimaque (R59), Nicarque (R61) et, surtout Apion (R62), contre lequel Flavius Josèphe a écrit un pamphlet.

15Ce qui est sûr, c’est qu’il faut chercher l’origine de ces railleries ou de ces calomnies dans la situation particulière des Juifs à Alexandrie, et plus généralement dans tout le pays. Ils se sont trouvés dans le camp du vainqueur grec : ils ont militairement, parfois économiquement (on signale de nombreux percepteurs d’impôts juifs), participé à la vaste entreprise de coupe réglée du pays que fut l’occupation lagide.

16Par ailleurs, les Grecs supportèrent mal, eux les vainqueurs, d’entrer en concurrence avec un groupe ethnique suffisamment influent pour compter dans ses rangs de nombreux chefs militaires. Ainsi, vers la fin du iie s., les Juifs Onias et Dosithée commandent dans l’armée légitimiste du fils de Ptolémée VI Philométor en lutte contre un oncle rebelle. Plus tard, au tout début du ier s., dans les luttes qui opposèrent la reine Cléopâtre III à son fils Ptolémée IX, l’armée royale est commandée par deux frères, les Juifs Ananias et Helkias, si l’on en croit le témoignage du célèbre géographe Strabon d’Amasée (R49).

17Ainsi Égyptiens et Grecs s’entendaient fort mal avec les Juifs d’Égypte et, sans doute, ces dissensions furent-elles encouragées en sous-main par un pouvoir lagide de plus en plus chancelant. Nul doute aussi que les Juifs d’Alexandrie, que le Talmud décrit comme irréfléchis, audacieux et dissolus, contribuèrent involontairement à étayer les pamphlets gréco-égyptiens, nul doute aussi que ces récits rencontrèrent des oreilles complaisantes jusque dans les sphères du pouvoir, secrètement satisfait de faire pièce à des alliés devenus vite compromettants dès lors qu’ils n’étaient plus utiles.

18Peu à peu la civilisation grecque pénètre les mœurs juives, la Palestine s’hellénise. Insensiblement, les classes aisées adoptent la langue et les coutumes grecques. Les échanges commerciaux, puis culturels font que Jérusalem, son histoire, sa topographie, commencent à être connues. On en veut pour preuve les récits d’historiens des iie et ier s. a.C. comme Polybe (R21), Théophile (R20), Timocharès (R22), Xénophon le topographe (R23), Alexandre Polyhistor (R28). Les Juifs voyagent, visitent la Grèce. On se frotte de philosophie, du moins si l’on en croit Jésus fils de Sira, auteur de l’Ecclésiastique ; on y noue aussi des relations plus frivoles avec quelque belle païenne, s’il faut accorder du crédit aux plaintes que Méléagre de Gadara, poète érotique du iie s., met dans la bouche d’un amoureux déçu dont l’amante, Dérno, est éprise d’un Juif (R24).

19Jérusalem, où le collège des prêtres est devenu une association gymnique, a, comme toutes les cité grecques, ses jeux athlétiques. Partout s’élèvent des palestres, partout l’on vit à la grecque et cette mode fait que l’on va même, parmi la jeunesse dorée de Jérusalem, adopter pour le gymnase des... prépuces artificiels. En 312 le calendrier juif s’est mis à l’ère séleucide, un siècle plus tard dirigeants et Grands Prêtres ajoutent à leur patronyme un nom grec : Jésus devient Jason, Onias, Ménélas. Le premier ira jusqu’à offrir 300 drachmes pour un sacrifice en l’honneur d’Héraclès, le second – comble de l’abomination – affectera le Temple de Jérusalem au culte de Zeus Olympien. Et l’on voit, s’indigne l’auteur du Second Livre des Macchabées, les Gentils emplir "le Temple de luxure et d’orgie, folâtrant avec les courtisanes, ayant commerce avec des femmes jusque dans les saints parvis” (6.4).

20Mais Rome ne peut pas laisser échapper une pièce si importante dans l’échiquier méditerranéen. Il faut donc, face à sa puissance montante, alors que l’Égypte lagide n’est pas de taille à résister, que la Syrie d’Antiochus Épiphane prenne la tête d’un front hellénistique sans faille. Les Juifs doivent, bon gré mal gré, prendre parti pour les Grecs, la cité grecque, la culture grecque contre le Barbare romain. C’est donc avant tout une nécessité politique, bien plus qu’un fanatisme religieux qui va pousser Antiochus à interdire le sabbat, la circoncision, la lecture de la Loi. Mal lui en prend : persécutions et massacres font naître un mouvement de libération nationale qui part des campagnes et va balayer les collaborateurs des Séleucides. En 165, la commission royale de l’hellénisation est massacrée dans le village de Modin. Les responsables prennent le maquis, avec, à leur tête, Mattathias et ses cinq fils. C’est ainsi que commence la révolte des Maccabées.

21En quelques années la nation juive, conduite par Judas Maccabée, se voit accorder par les Séleucides une autonomie interne. Il est vrai que, par une politique habile, les Juifs en ont appelé à la République romaine qui les prend sous sa protection. Pendant un siècle le peuple juif se trouve dans une nouvelle phase, conquérante et expansionniste. À Judas, mort en 160, succède son frère Jonathas. En 142, Simon le troisième frère prend le pouvoir, renoue les relations avec Sparte et surtout avec Rome, commence une politique de conquête à travers la Palestine cisjordanienne et transjordanienne. Politique que poursuivent ses successeurs : Jean Hyrcan (135-104), Aristobule et Antigone (104-103), Alexandre Jannée (103-76), Alexandra (76-67), Hyrcan II (67). Cette monarchie aux apparences paradoxales, grecque de l’extérieur, mais hébraïque dans son économie profonde, pratique les annexions, les destructions (le Temple des Samaritains sur le mont Garizim, par exemple), les conversions forcées. Le pays est prospère, il se remplit de monuments et de forteresses (dont Massada).

22Mais Rome veille : en 146, elle a détruit Carthage et son plus prestigieux général, Pompée, vient de réduire le Pont et la Bithynie à l’état de provinces romaines. Il vise déjà l’Égypte, le grenier à blé du monde méditerranéen, et commence à tourner les yeux vers ce royaume juif trop fort et trop indépendant. Il n’attend qu’une occasion pour intervenir ; elle lui est fournie par des luttes pour le pouvoir. Aristobule, frère du souverain Hyrcan II, tente de lui ravir le royaume qui a pour défenseur Antipater, le père d’Hérode le Grand. Il commet la fatale erreur d’en appeler aux Romains. Pompée, trop heureux de l’occasion, tranche en faveur d’Hyrcan II. Aristobule, qui a compris son erreur, va tenter en vain de s’opposer à l’entrée des troupes romaines en Palestine. Trop tard : Pompée est déjà là !

Les Juifs et Rome

23Sans doute à l’automne 63 a.C. (on n’est pas sûr de la date exacte), Pompée pénètre dans Jérusalem après un siège de trois mois. Douze mille Juifs sont morts au combat, la cité est démantelée et le général vainqueur a poussé l’audace sacrilège jusqu’à pénétrer dans le Saint des Saints du Temple. Hyrcan II n’a plus que le titre d’ethnarque, il doit payer tribut à Rome. Bien des historiens évoqueront la victoire de Pompée : Plutarque (R70), Appien (R75), Dion Cassius (R99), Tite-Live (Ri36a). Mais c’est Cicéron, sans doute le premier romain à parler des Juifs, qui la magnifiera, dans son Pro FLacco (R126).

24C’est le début de la Pax Romana, c’est le début aussi du règne de rois fantoches, tout dévoués à Rome. Avec Antipater commence la dynastie des Hérodiens, dont le plus célèbre sera son fils, Hérode le Grand. De cette période troublée pour le monde romain, pleine de guerres civiles, l’histoire ne retiendra pas les intrigues de palais à Jérusalem, les rivalités, les meurtres, les alliances avec Rome ou avec l’ennemi parthe. Tous ces événements se fondent dans la gigantesque partie qui se joue entre les derniers successeurs d’Alexandre, Lagides et Séleucides, et Rome. Au final, dans la première guerre civile, entre le héros sacrilège de 63 a.C., Pompée, et le fin politique qu’est César, les Juifs ont choisi : ils se retrouvent en 48 a.C. dans le camp du vainqueur et garderont jusqu’à son assassinat, quatre ans plus tard, un attachement sans faille, relaté par Suétone (R183), à celui qui, le premier, avait promulgué la légitimité de la religion juive, religio licita dans le monde romain. Lors de la seconde guerre civile, après avoir pris le parti d’Antoine, nous rappelle Plutarque, ils se rallieront à Octave (R73).

25Le dictateur, puis ses successeurs, seront les garants de la stabilité du pouvoir en Palestine. Un roi fort comme Hérode règne-t-il, on lui laisse alors une relative autonomie : on le proclame même à Rome en 40 a.C. roi des Juifs, ainsi que le rappelle Strabon (R54, chap. 46). Jusqu’en 4 a.C., date de sa mort, la Judée prospère sous la botte romaine. Mais que le monarque vienne à disparaître, et la réaction violente d’un peuple qui le détestait presque autant que Rome montre aux Romains que la Judée est décidément bien turbulente.

26On connaît la méthode romaine : Varus pacifie le pays, prend Jérusalem, crucifie 2000 Juifs (voir Tacite, R180, chap. 9). Bref, en l’an 5 p.C. l’affaire est réglée. Elle est parachevée, un an plus tard, par la destitution du dernier souverain Archélaüs, un des fils d’Hérode, qu’Auguste lui-même avait, après plaidoirie de Nicolas de Damas, conseiller d’Hérode (R45), placé sur le trône. Envoyé par l’empereur à Vienne, en Gaule, pour changer d’air, “au-delà des Alpes”, dit Dion Cassius (R106), il semble y avoir fini sa vie, du moins si l’on en croit Strabon (R54), à une date inconnue. Le temps de l’alliance est bien fini, commence celui de la révolte.

27De 6 à 67 ce sera le régime des procurateurs, hauts fonctionnaires cupides, méprisants, le plus souvent ignorant des choses juives. Quatorze en tout, qui mettront le pays en coupe réglée, sous prétexte d’y faire régner l’ordre. Us sont aidés par une poignée de collaborateurs, pris parmi la secte des sadducéens, dont la doctrine s’oppose à celle des pharisiens et dans les rangs desquels sont nommés les Grands Prêtres. Désormais sans pouvoir ni prestige, ceux-ci ne semblent jamais assez dociles aux yeux de l’occupant : entre 15 et 26, pour ne prendre que ce seul exemple, le procurateur Valerius Gratus en dépose cinq ! Une prospérité trompeuse, un système fiscal oppressant, perfectionné par de nombreux recensements, génèrent des troubles, d’abord sporadiques, menés surtout dans les campagnes par des résistants. Dont les uns, les pharisiens, prônent la résistance passive, tandis que d’autres, les zélotes, sont pour une action plus vigoureuse. Certains même qu’on nomme sicaires (du nom de la lame courbe dont ils se servent) multiplient les attentats.

28C’est dans ce contexte pré-révolutionnaire, que le peuple juif se referme sur ses traditions nationales et religieuses. Ce n’est pas un hasard si, en 64, quelques années avant la révolte générale contre Rome, le Grand-Prêtre Jésus Ben Gamla décrète que désormais “on instituerait des maîtres pour les petits enfants dans toute cité et dans toute bourgade” (Talmud, Baba Bathra, 21a). Il s’agit bien, face à l’occupant, de maintenir vivace, dès la plus tendre enfance, la vie religieuse de la communauté.

29Quant aux Romains, ils multiplient les maladresses. Ainsi Caligula, monté sur le trône en 38, compagnon de jeu d'Hérode Agrippa, petit-fils d’Hérode le Grand et père de Bérénice, qu’il fait préteur et maître de l’ancien royaume d’Abilène, Caligula donc, ordonne qu’on érige sa statue dans le Temple de Jérusalem. Seule sa mort, en 41, empêcha la guerre, ainsi que nous le dit Tacite (R180, chap. 9). Claude, son successeur, qui doit le trône en partie à l’habileté de son ami Hérode Agrippa, reconstitue pour lui le royaume de son grand-père et permet aux Juifs de jouir de quatre années d’indépendance entre 41 et 44, date de la mort d’Agrippa (voir Dion Cassius, R107). Retour ensuite au règne des procurateurs. De 52 à 60, ce fut le Félix des Actes des Apôtres, “un de ses affranchis que Claude aima le plus”, affirme Suétone (R187). Il avait épousé Drusilla, la sœur de Bérénice (R180, chap. 10, avec une erreur de Tacite corrigée dans la n. 3) et maintint un semblant d’ordre jusqu’à son départ. Dès lors coups de mains et révoltes se succédèrent jusqu’au soulèvement de 66, sous le règne de Néron.

30La Grande Guerre vient de commencer. Mais ces deux siècles de relations judéo-romaines que nous venons d’esquisser rapidement ne se résument pas, on s’en doute, à une suite de conflits dont l'essentiel se serait passé en terre juive. Qu’en est-il donc des Juifs devant l’opinion romaine ?

31La richesse et la complexité de ces relations tient au fait que, si en Judée les rapports sont nécessairement ceux qu’implique une occupation, le plus souvent brutale, partout ailleurs, dans l’empire romain, se nouent des liens économiques, politiques, voire amicaux entre les populations qui peuplent cet empire et la diaspora juive.

32C’est dès le xe s. a.C. – et non après la chute du Temple, en 70, fable complaisamment répandue par les Pères de l’Église – que les Juifs étaient établis en Égypte, puis en Syrie. Peu à peu cette installation déborde la cadre de la Méditerranée orientale pour aboutir, au ier s. p.C., à un tableau impressionnant de la diaspora juive, dont les indications nous sont fournies par Flavius Josèphe (Antiquités juives, 11.5), Philon d’Alexandrie (In Flaccum, 6.3) et le texte célèbre de Luc (Actes, 2.9-11) sur les foules juives qui viennent de partout pour célébrer la Pâque à Jérusalem.

33Et de fait les Juifs sont installés partout. En Europe, on les trouve dans toute l’Italie (à Rome, bien sûr, mais aussi à Ostie, Gênes, Milan, Ferrare, Bologne, Ravenne, Capoue, Naples, Pouzzoles, Pompéi, Tarente etc.), en Sicile, en Sardaigne, en Espagne, aux Baléares, en Gaule (à Narbonne, Marseille, Arles, Avignon, Uzès, Bordeaux, Lyon, Vienne, Mâcon, Dijon, Poitiers, Nantes, Orléans, Lutèce etc.), en Germanie (à Cologne, Bonn etc.), en Grande-Bretagne, en Pannonie (Sarajevo), en Thrace, en Macédoine, en Grèce (à Delphes, Athènes, Corinthe, Sparte, Délos etc.), aucun de ces établissements n’étant postérieur au iiie s. p.C.

34En Asie Mineure, où l’implantation est plus ancienne, on trouve des Juifs dans toutes les colonies grecques d’Orient, les îles, Chypre, l’Ionie, la Lydie. La Syrie avec Antioche, Samosate, Damas est un des hauts-lieux de l’émigration, mais aussi la Cilicie, la Bithynie et le royaume de Palmyre. Est-il utile de mentionner le littoral phénicien et la bande côtière de Palestine (Gaza, Césarée, Ascalon) ?

35L’Afrique accueille des Juifs par milliers. Mentionnons pour mémoire toutes les cités égyptiennes, l’Éthiopie, la Libye, la Cyrénaïque, mais surtout l’Afrique romaine, avec ses colonies florissantes dont celles de Carthage, Tripoli, Tozeur, Sousse. La Numidie et les Maurétanies ont aussi des centres juifs. Sans parler de la Babylonie et de la Mésopotamie qui sortent des limites de l’empire.

36La vie juive dans la diaspora est réglée par toute une série de lois que les Romains ont élaborées afin que chaque Juif puisse vivre selon sa religion, tout en participant aux activités de la cité. Ces dispositions, qui s’appliquent jusqu’en 70 aux seuls Juifs citoyens romains (les Juifs de Palestine étaient considérés comme des étrangers), seront étendues ensuite à tous les Juifs sans exception, du moins à ceux qui vivent dans l’empire.

37Légalement les Juifs sont sous la protection romaine. César a élaboré une “grande charte”, où il est explicitement déclaré que les Juifs sont autorisés à vivre “selon leurs lois”. Ces privilèges seront sans cesse renouvelés, y compris par l’empire chrétien. La religion juive étant religio licita, c’est-à-dire “autorisée légalement”, les Juifs sont dispensés de ce qui peut les gêner dans leurs croyances. Ils ne rendent pas de culte aux divinités païennes ; le serment que tout Romain doit prêter à l’empereur est spécialement adapté pour eux. Si l’on sacrifie à Jérusalem pour ce dernier (du moins jusqu’en 70), on remplace, dans la diaspora, ce sacrifice par des prières adressées dans les synagogues à l’Étemel pour l’empereur. Devant lequel on ne se prosterne pas et dont on n’adore ni l’image, ni la statue. D’où le scandale causé par les prétentions de Caligula.

38Les Juifs ont le droit de se réunir pour célébrer leurs fêtes et, chaque semaine, le sabbat. Dispensés, pour des problèmes de nourriture, du service militaire, ils sont exemptés d’impôt tous les sept ans, pour l’année sabbatique et partent chaque année officiellement en pèlerinage à Jérusalem. Ils ont, dans la vie quotidienne, un marché propre et touchent en cas de distribution alimentaire (donc non casher) une somme correspondante.

39Après 70, ils sont sous l’autorité religieuse d’un patriarche. Dans chaque cité chaque communauté a le droit de réunion et d’association. Considérée comme personne juridique, elle peut ester en justice, recevoir des donations, avoir des biens et les gérer. À sa tête, un conseil des anciens, avec des fonctionnaires d’autorité (les archontes) et religieux (les “pères” – ou les “mères” – de la synagogue). Un chef religieux, le rabbi, est assisté des prêtres, d’un sacristain, d’un lecteur de la Bible et d’un traducteur pour les païens qui se pressent le samedi pour en écouter la lecture publique. Des hommes et des femmes, si l’on en croit le poète Ovide (R134a) qui dans son Art d’aimer, conseille même, au nouveau venu à Rome de fréquenter cette cérémonie, propice aux rencontres...

40La synagogue est un bâtiment sacré et protégé que la communauté entretient, tout comme les écoles, les bibliothèques, les hospices, parfois les bains, toujours les cimetières. Même si les Juifs pieux préfèrent être enterrés en Palestine.

41Si les Juifs habitent dans des quartiers particuliers, comme à Rome le Transtevere, le Subure, le Champs de Mars (R169, n. 2), ils ne sont pas cantonnés dans un ghetto. Pas de différenciation nominale : ils ont latinisé leur nom ou adopté des noms romains, sauf ceux d’ennemis comme Titus, puis Hadrien, honnis par tous !

42Participant à toutes les fonctions municipales, ils sont parfois chevaliers ou sénateurs. Assez souvent médecins, professeurs, publicains, décurions. On trouve parmi eux des avocats, des militaires et même, à Smyrne, des pompiers ! Mais la plupart d’entre eux ne travaillent pas dans l’administration : ils sont le plus souvent agriculteurs, quelquefois commerçants, sans que cela soit un monopole : marchands de tissus, de chevaux, aubergistes. Ce sont le plus souvent de petites gens. À Rome, Martial et Juvénal nous les campent en mendiants (R169 et R170). Pas de main mise sur la finance (aucune mention de banquier juif), mais quelquefois des artistes : peintres, poètes (voir Martial, R168), acteurs, comme cet Aliturus que chérissait Poppée, l’épouse de Néron.

43Bref, rien qui puisse, du moins dans la diaspora, justifier un antagonisme viscéral. La romanisation ne provoqua de révolte en pays juif que parce qu’elle fut ressentie comme une occupation militaire. Les Juifs partout ailleurs s’accommodèrent fort bien du mode de vie des Romains, avec qui ils entretinrent des rapports de bon voisinage. Nul doute, pourtant, qu’ils rencontrèrent souvent incompréhension, mépris, hostilité.

44Cicéron en fournit un bon exemple. En 59, il défend L. Valerius Flaccus dans un procès qui lui est attenté à son retour d’Asie. On l’accuse d’avoir détourné à son profit des sommes diverses collectées dans la province. Entres autres, des sommes que les Juifs d’Asie Mineure avaient réunies pour les envoyer à Jérusalem. Le procès se déroule sur fond de troubles intérieurs, par ailleurs les Juifs de Rome sont là. Aussi la hargne, le mépris et les sarcasmes de Cicéron dépassent-ils largement les railleries habituelles prononcées contre un adversaire. Ils nous prouvent, à tout le moins, la puissance et la cohésion de la colonie juive de Rome. Mais pointent aussi dans ses propos des arguments qui seront le cheval de bataille des écrivains antiques : la concordia des Juifs entre eux et le bloc qu’ils forment contre leurs adversaires (R126, R127). Cette colonie nombreuse (on peut l’estimer à Rome au début de l'Empire à 50 000 sur 600 000 habitants) est parfois accusée de troubles par le pouvoir. Ainsi, en 19, Tibère décide de chasser les Juifs et les Égyptiens de Rome ; il en fait déporter 4000 en Sardaigne, puis étend l’expulsion à l’Italie entière. Expulsion dont les motifs restent obscurs et que Tacite raconte avec le mépris qu’il va manifester envers les Juifs (R175-181). En tout cas, ils reviennent assez vite s’installer à Rome, où, si l’on en croit Suétone (R186). Claude, en 49, intervient pour calmer l’agitation que semble avoir provoquée la prédication judéo-chrétienne et chasse de nouveau – pour un temps – les Juifs de Rome.

45Tandis que géographes et historiens dissertent, tantôt avec une neutralité bienveillante, comme Pline l’Ancien (R150-160) ou Trogue Pompée (R138-140), tantôt avec une ignorance malveillante, comme Tacite, l’homme de la rue hésite. Devant ce culte étrange, ces coutumes exotiques, ce sabbat, que l’on assimile très vite au jour de Saturne – moment de deuil-, des poètes comme Tibulle (R133), Ovide (R135), Martial (R166), Juvénal (R171a ; R172), Perse (R147), Rutilius Namatianus (au ve s. !) (R215), avouent, avec plus ou moins de virulence, leur incompréhension et leur réprobation. Mais ce faisant, ils donnent de précieux renseignements sur la judaïsation d’une partie de la population. Certains hésitent désormais, comme nous le rapportent Tibulle ou Ovide, à entreprendre un voyage le jour du sabbat, d’autres, comme Juvénal ou Perse, sont les témoins de l’existence de demi-prosélytes qui adoptent certaines coutumes juives sans se convertir tout à fait. Preuve d’une attirance incontestable pour une religion dont la ferveur et l’antiquité étaient aux yeux des Romains garantes d’authenticité.

46Si le nationalisme, d’un côté, la maladresse et la rapacité de l’autre, aboutirent à cet immense gâchis que furent les guerres juives, ce fut, la plupart du temps, du fait des occupants romains et des nationalistes en Judée. Où il nous faut revenir à cette année 66. Les révoltés chassent de Jérusalem le roi pro-romain Agrippa II, fils d’Hérode Agrippa et frère de Bérénice. Néron fait alors intervenir, en 67, son meilleur général : Vespasien. Les opérations traînent deux ans jusqu’en 69 ; la résistance juive s’est réfugiée à Jérusalem. L’accession de Vespasien au trône impérial retarde l’inévitable issue. Qui survient en août 70, quand les légions romaines, sous les ordres de Titus, le fils de Vespasien, brûlent le Temple, sans doute le 29 août, puis, peu après, prennent la ville. La résistance perdure encore trois (ou quatre) ans à Massada dont les derniers défenseurs de suicident (R178-181 ; R108-109).

47Après 73, les Juifs réfugiés en Égypte prennent les armes en même temps que ceux de la Cyrénaïque. Révolte sans lendemain. En 115, sous Trajan, c’est la diaspora qui se soulève, à Cyrène, Chypre, en Mésopotamie (R112). Hadrien, arrivé au pouvoir en 117, calme le jeu, mais en 131 éclate la deuxième Guerre de Judée, dont Dion Cassius nous raconte le déroulement (R113). Elle dure jusqu’en 135. 580 000 morts, 50 forteresses prises, 985 cités rasées, dont Jérusalem qui prend pour nom Aelia Capitolina. Les pertes romaines sont si élevées qu’Hadrien, rendant compte au Sénat de sa victoire, ne croit pas devoir se servir de la formule habituelle : “moi et mes troupes allons bien”. Les révoltes de 150 (155 ? 161 ?), sous Antonin le Pieux (R199), et de 193, au début du règne de Septime Sévère (R201C), ne seront que les sursauts de désespoir d’un peuple moribond. Le IIIe s. sera un siècle de paix, mais la lutte reprendra avec l'arrivée au pouvoir des empereurs chrétiens, dans le contexte plus large des relations entre les deux religions sœurs, devenues ennemies acharnées (révolte de 351, sous Constantin). Mais ceci est une autre histoire...

48Il est temps de conclure sur des chiffres. On peut estimer qu’au ier s. p.C., on compte 7 millions de Juifs (plus un million en Babylonie). Sur ce nombre, il faut compter 3 millions pour la Palestine et 4 millions pour la diaspora. Si l’on s’en tient à ces chiffres, cela signifierait que, dans l'empire romain, évalué à la même époque à 70 millions d’habitants, un habitant sur dix était juif. Chiffre énorme, d’autant plus que les variations de la concentration des communautés juives faisaient que cette proportion était ramenée, en Méditerranée orientale, à un Romain sur cinq ! On comprendra mieux alors la force du judaïsme dans le monde romain, son attraction sur les foules (il faut comprendre, sans doute, beaucoup de convertis dans ces chiffres) et le danger qu’il pouvait représenter aux yeux de certains Romains.

49Il faut donc, encore une fois, rendre grâce à Théodore Reinach, d’avoir patiemment collationné les textes grecs et latins qui sont les témoins de cette surprenante histoire largement méconnue.

50Et maintenant ? J’aurais sans doute quelques infimes modifications qui tiendraient compte de nouvelles découvertes et, bien sûr, de nouvelles études sur les rapports entre les Juifs et le monde antique.

Notes

1 Théodore Reinach, Textes d’auteurs grecs et romains relatifs au judaïsme, Les Belles Lettres, 2007.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search