Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

2. Imaginaire : fantastique et science-fiction, cinéma, BD

Les Gaulois de papier1

Texte intégral

  • 1 L’Histoire, no 252, mars 2001.

1C’est le 16 septembre 1948 que les lecteurs belges du journal Tintin purent lire, dans le numéro 38, 3° année, la première aventure d’Alix : Alix l’intrépide, par Jacques Martin. Les Français, eux, durent attendre jusqu’au 28 octobre le n° r de l’édition française.

2Un général romain victorieux qui entre dans une cité vaincue, un jeune garçon trop curieux qui, s’appuyant sur une balustrade, fait tomber des blocs de pierre sur le cortège. Cela ne vous rappelle donc rien ? C’est le début de Ben-Hur, que le cinéma, après le roman, avait – en 1948 – illustré déjà par deux fois et que J. Martin, à son tour, voulait mettre en images. Juda Ben Hur devint donc Alix, un jeune Gaulois réduit, à la suite du meurtre de son père, un chef de tribu, en esclavage dans la cité parthe de Khorsabad assiégée, en 53 a.C., par les troupes du triumvir Crassus.

3Peu à peu, le personnage va prendre de l’ampleur et sa personnalité s’affirmer. Adopté par un riche patricien romain (encore un souvenir du roman de L. Wallace), Alix, Gaulois de naissance, mais Romain de cœur, sillonne le monde du ier s. a.C. : il est devenu, peu ou prou, le messager, voire l’agent secret de César, dont il a pris le parti contre Pompée. Sur fond de grandeur romaine dont le jeune homme se sent dépositaire, au nom d’un idéal de civilisation qui s’exprime, ici ou là, par le refus de la violence, le souci de soulager les humbles et de secourir les opprimés.

4Mais est-on toujours dans le monde du ier s. a.C. ou, au contraire, dans celui des années 1960 ? Car ce vieux chef qui justifie si piteusement les otages qu’il a dû livrer aux envahisseurs au nom d’un moindre mal (Les Proies du volcan) n’évoque-t-il pas les lâches allégations de la collaboration pétainiste ? Et ces officiers romains coupables d’avoir massacré les habitants d’un village conquis (La Griffe noire) ne renvoient-ils pas, en pleine guerre d’Algérie (l’album paraît en 1959), à d’autres soldats ? D'ailleurs, dans Le Dieu sauvage, le mot de passe des sentinelles romaines n’est-il pas “le glaive et la charrue” (ense et aratro), la devise du maréchal Bugeaud ?

5On pourrait multiplier les exemples : Alix évolue dans un monde de bulles où la politique contemporaine pointe derrière la fiction gallo-romaine. Avec le temps il a acquis une indéniable maturité, son caractère s’est affermi, tout comme ses goûts. Mais ses aventures n’ont pas pris une seule ride. Tant les septuagénaires d’aujourd’hui sont ravis de retrouver leurs émotions enfantines...

6En est-il ainsi des sexagénaires qui, le 25 octobre 1959, virent apparaître, dans un nouvel illustré, Pilote, un drôle de bonhomme, du nom d’Astérix ? Les parents du petit Gaulois, René Goscinny, le scénariste, et Albert Uderzo, le dessinateur, cherchaient pour le nouveau journal un personnage bien français. Leur choix se porte d’abord sur Renard, le héros du fameux Roman. Hélas ! Il vient d’être traité. Il faut donc trouver – en catastrophe – un héros sympathique et bien de chez nous. Un petit bonhomme de Gaulois sans âge, à la laideur amusante et au caractère acide, flanqué d’un bon gros, placide, mais costaud : Obélix. Bref, des anti-héros. Ils formeront un couple invincible grâce à une potion magique concoctée à base de gui par le druide Panoramix.

7Tous ces Gaulois sont retranchés dans un petit village, en Bretagne, un avatar anonyme d’Alésia, dans la Gaule occupée par des Romains qui s’agitent, bâtissent, commercent, apportent les bienfaits ( ?) d’une civilisation dont nos irréductibles défenseurs du désordre ancien ne veulent pas. Succès immédiat, extraordinaire, incompréhensible pour les auteurs eux-mêmes. Que consacre, le 1er février 1965, l’envoi du Gaulois vers les astres : le satellite que la fusée française Diamant vient de mettre sur orbite, ce satellite qui symbolise à la fois l’indépendance recouvrée et la fierté nationale restaurée, a été nommé “Astérix” !

8Astérix était donc devenu – bien malgré lui – l’âme de la résistance bon enfant d’un dernier carré de matamores, de sympathiques braillards, sans autre perspective politique que la célébration autour d’un sanglier rôti d’une éphémère victoire sur le Romain. Ils sont d’ailleurs bien gentils ces Romains et pas si fous que cela. Bons princes, ils laissent faire, avec quelques rages sans lendemains. C’est que, dans Astérix, ils sont moins connotés Allemands qu’Américains.

9Le contexte, en effet, des années 1960 fait irrésistiblement penser aux tentatives d’un de Gaulle pour lutter contre l’impérialisme yankee. La Gaule dont Astérix fera le tour dans l’album no 5, Le Tour de Gaule d’Astérix, c’est la France qui, certes, s’est retirée de l’OTAN, mais qui s’américanise à grands pas avec ses promoteurs, la toute-puissance des médias, l’urbanisation accélérée et le rush des vacances. Combat d’arrière-garde au nom d’un chauvinisme agressif et d’un nationalisme frileux. Combat dont on voit les effets pervers dans l’Union européenne encore aujourd’hui.

10Dès lors l’univers des bulles engendra d’étranges Gaulois qui, tous, tentèrent, mais en vain, de ravir la palme à Astérix. Le personnage le plus intéressant des années 1950 avait été celui du Gaulois Aviorix, créé en 1955, donc avant Astérix, dans le journal Héroic-Albums. Aviorix est, comme Alix, le fils d’un chef de la tribu des Trévires, dans la Gaule du nord, sous l’Empire romain. Puis vint Rock l’invincible, un Celte, dans Hurrah ! M magazine. Olac le gladiateur, créé en 1964, est un Gaulois ami de Rome, une sorte d’agent secret à la recherche de complots contre l’empire. Plus tard, en 1980, Anaël, qui n’eut droit qu’à un seul album et qui vit au temps d’Attila, suivit de près les Gaulois de la série Jugurtha, en 1977, cantonnés, au IIe S. a.C., dans un rôle marginal, tous comme ceux, plus attendus, de L'Histoire de France en bande dessinée, en 1976.

11En fait, à part Alix, qui continua de vivre et de prospérer, un seul autre Gaulois rivalisa vraiment durant quelques années avec Astérix : Taranis, création, en 1976, du journal Vaillant, devenu Pif Gadget depuis 1969. Vaillant, avait été, après la guerre, le pendant pour la jeunesse de l’Humanité. Il s’était donné pour but de raconter l’histoire de la Résistance et de fournir aux jeunes lecteurs un contenu moins violent, plus humaniste, plus pacifiste que les autres illustrés. Créer un héros gaulois impliquait, du moins dans l’optique du journal, de le faire participer activement à la lutte contre l’envahisseur romain. Ce que fera Taranis, un jeune Gaulois adolescent qui vit à l’époque de César et le combat.

12Dessinées par Raphaël Marcello, sur un scénario de Victor Mora, les aventures de Taranis débuteront le 6 décembre 1976, dans le no 404 de Pif Gadget et se termineront, au bout de 52 épisodes, dans le no 679, en mars 1982. Fils de paysan, Taranis va devenir, malgré son jeune âge, le successeur de Vercingétorix qui lui a donné pour mission de continuer le combat. Là aussi, comme pour Alix et Astérix, le monde de Taranis renvoie aux réalités contemporaines et à l’histoire récente : on y exalte “la Gaule combattante’’, on arrête, après perquisition, un résistant. Dans une mise en images où dominent les trois couleurs, seuls quelques collabos gaulois – bien cruels, il est vrai – troublent l’harmonie d’une Gaule mythiquement unie tout entière dans le même combat.

13Ces dernières années ont vu finir le temps où la Gaule n’était censée intéresser que les collégiens boutonneux ou les amateurs de calembours. En 1985, l’intrigue de La Fille des Ibères (F. Boilet/R. Durand) se passe en 110 a.C. dans le sud de la Narbonnaise, sous occupation romaine. Mais c’est surtout la série Vae Victis (Rocca/Milton), commencée en 1991, qui est la preuve de la nouvelle maturité du thème : son héroïne, une jeune Celte, change le lecteur des jeunes Gaulois (et Gauloises) aseptisés. Si l’évidente érudition n’arrive pas toujours à compenser la crudité de l’image, le soin apporté aux caractères, le rythme de l’intrigue, qui commence à la veille de la Guerre des Gaules et la richesse du scénario font de cette série une réussite éclatante.

14Tout comme cette autre, qui a été commencée en 2005, Le Casque d’Agris (S. Luccisano et L. Libessart) qui se passe au iiie s. a.C. Son héros, Agris, jeune prince Picton, qui a fui après l’assassinat de son père, en emportant le casque sacré, symbole de son pouvoir royal, a trouvé refuge chez les Sénons. Marquée par un souci archéologique constant (le fameux casque découvert dans la grotte des Perrats, à Agris en Charente, est visible au musée des Beaux-Arts d'Angoulème), elle traduit une approche pédagogique et talentueuse de la Gaule d’avant les Romains.

15Alix ou la tentation de la collaboration, Astérix ou le vertige de l’indépendance, Taranis ou l’exaltation de la Résistance. Peut-on aller plus loin ? On pourrait évoquer sans doute les délices de la nouvelle société gallo-romaine que prône la très giscardienne Histoire de France en BD. Se demander si, derrière le rêve utopique qui, au iie s. a.C., pousse Jugurtha et ses amis gaulois, il n’y a pas quelque chose d’un socialisme autogestionnaire. Ou si, par-delà la haine de l’envahisseur Hun qui domine chez Anaël, un demi-millénaire après la Guerre des Gaules, on ne retrouve pas le rejet de l’étranger, du travailleur immigré, de l’autre.

16Une chose est sûre en tout cas : si le mythe gaulois a trouvé pour fonctionner un vecteur idéal à travers la BD, c’est surtout parce qu’il faisait implicitement référence à des prises de position politiques contemporaines des lecteurs des années 1950-1980. Aujourd’hui il ne reste plus – autant dans les bulles que sur les écrans (voir l’échec du Vercingétorix de J. Dorfmann) – qu’un divertissement, certes plaisant, mais désormais dépourvu d’épaisseur idéologique.

Notes

1 L’Histoire, no 252, mars 2001.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search