Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

2. Imaginaire : fantastique et science-fiction, cinéma, BD

L’Antiquité de David Wark Griffith1

Texte intégral

De Béthulie...

  • 1 L’Avant-Scène Cinéma, décembre 2015-janvier 2016, no 628-629, , p. 45-49.

1Le Livre de Judith, dont il existe plusieurs versions, en grec, en latin et en hébreu, a sans doute été rédigé au iie s.a.C. Il fait partie des textes inspirés par la révolte des Macchabées, mais ses incohérences historiques et géographiques en font plutôt une sorte de roman patriotique, dont l'héroïne porte le nom symbolique de “La Juive’’, Yehudit. Car Nabuchodonosor n’a jamais régné sur les Assyriens et pas à Ninive, son général en chef ne s’est jamais appelé Olopherne et... aucune Béthulie n’existe, même si sa description fait penser à la ville de Schechem. Ajoutons que le nom même de la cité ressemble au mot hébreu signifiant “vierge”, qui renverrait à une version tardive du récit où Judith n’est pas une jeune veuve, mais une jeune vierge.

2Pourtant la figure de cette héroïne a fasciné, dès le ixe s., peintres, sculpteurs, écrivains et, dès le début du xxe s., réalisateurs.

3Dès 1909, Louis Feuillade réalise Judith et Olopherne. Griffith l’a-t-il vu ? On peut en douter. En revanche, il s’inspire de l’écrivain Thomas Bailey Aldrich 1836-1907), (auteur d’un poème, puis d’une pièce de théâtre sur Judith, pour proposer à la société Biograph un long métrage de quatre bobines (60’environ) : Judith of Bethulia. Produit en 1913, après bien des difficultés, de l'aveu même du réalisateur (“Il nous fallut deux semaines entières pour réaliser ce film qui, par suite de ma prodigalité, devait coûter plus de treize mille dollars. Ce qui me valut d’attirer une nouvelle fois la colère de la direction”). La Biograph, effrayée de la longueur du film, voulant le sortir en quatre épisodes, il faudra attendre mars 1914 pour qu’il paraisse enfin sur les écrans.

4Le film suit fidèlement le récit biblique et, dans le rôle de l’héroïne, Blanche Sweet, une des actrices favorites du réalisateur. Une légende a fait du film le premier à utiliser un orchestre sur le plateau de tournage pour aider l’actrice dans certaines scènes d’émotion. Mais Blanche Sweet ne se souvient d’aucun musicien présent pendant le tournage ! Quoi qu’il en soit l’alternance des scènes dramatiques et des scènes d’action, qui rappellent que Griffith a été un réalisateur de westerns, font du film un des premiers chefs-d’œuvre du cinéma et, surtout, par la thématique et par la somptuosité de la réalisation, une sorte de préparation à Intolérance.

... à Babylone

5...C’est un film gigantesque (76 h de pellicule) de 1916, dont l’épisode le plus flamboyant (traité en solitaire en 1919, puis en 1926, enfin dans une version parlante en 1933, sous le titre La Chute de Babylone) reste la prise de la cité par Cyrus en 539.16 semaines de tournage, un budget de 400 000 dollars (somme énorme pour l’époque), des milliers de figurants, une équipe d’assistants qui deviendront tous célèbres, trois heures de projection et... un désastre financier. Pour évoquer Babylone : un palais de 45 m de hauteur, d’immenses murailles sur le chemin de ronde desquelles circulaient 5000 figurants, un chariot de travelling géant de 45 m de haut et de 20 m de large à sa base, le tout sur 6 jeux de bogies à quatre roues venant de wagons de chemin de fer et se déplaçant sur des rails, poussés par 24 manœuvres. Sans oublier un ascenseur au milieu du dispositif, actionné par une autre équipe. La fin d’un monde revu par le cinéaste, monde de tolérance et de douceur que le cruel Cyrus devait détruire. Monde fantasmatique, bien sûr...

6Il n’est pas ici utile d’insister sur le film, mais il faut se demander quelles sont les sources d’inspiration du réalisateur pour l’épisode babylonien. Au premier chef, bien sûr, la Cabiria de Giovanni Pastrone (1914) dont on retrouvera dans le film des éléments architecturaux insolites : les éléphants qui se trouvaient dans le palais de la reine Sophonisbe, en Numidie ! Mais il faudrait y ajouter l’influence, moins connue, d’un autre réalisateur italien, Enrico Guazzoni, dont le Quo Vadis ? de 1912 est le premier long-métrage (2 h) de l’histoire du cinéma. Il semble bien que Griffith ait éprouvé le besoin d’avoir comme collaborateurs des décorateurs italiens pour rivaliser avec Cabiria. On retrouvera l’épisode conté dans le film des frères Taviani, Good Morning Babylonia (1987).

7Reste une angoissante question, rarement posée : pourquoi Babylone ? Les fouilles de la cité commencèrent en 1811, se continuèrent dans les années 1850-1854, culminèrent entre 1899et 19 :17 » lorsqu’une équipe allemande dégagea les derniers niveaux de la Cité : la voie processionnelle, le temple de Marduk et, surtout, la porte d’Ishtar (qui prit d’ailleurs très vite la destination du musée de Berlin !). Il est possible – pure hypothèse de ma part – à en juger par les retombées mondiales de l’événement, que, sinon Griffith lui-même, mais peut-être son entourage, ait attiré son attention sur une actualité archéologique et, selon les critères de l’époque, sans doute assez fantaisiste. Car les découvertes concernèrent surtout la Babylone de Nabuchodonosor (604-562) qui disparut en 587, soit un demi-siècle avant la prise de la cité par Cyrus. Mais qu’importe le flacon chronologique, pourvu que le spectateur en ait l’ivresse fantasmatique. Et il l’a ! Sans doute plus avec cet exotique et flamboyant épisode qu’avec les trois autres, dont le récit de la Passion.

... En passant par Jérusalem

8Il faut bien l’avouer, l’épisode la Passion relève plus de la série de tableaux vivants, qui commencèrent au cinéma dès ses débuts, que d’un film. Si, vraisemblablement, Griffith n’a pu s’inspirer des deux Passions françaises de 1897 (Lear et Louis Lumière), il a, en revanche, parfaitement pu voir la première Passion américaine de 1897, celle de Louis Vincent, dont la caractéristique était d’être un metteur en scène de théâtre, qui croyait que filmer consistait à faire des photos ! Ou celles, toujours américaines, de 1898, de 1908,1909 (Thomas Edison), 1911 (réalisée par la Vitagraph), 1912 (il y en eut quatre dont, la plus célèbre, celle de Sidney Olcott). Ajoutons celle de 1913, les quatre de 1914 et celle, inachevée, d’Adolph Zukor (1915) ! Et nous arrivons à celle de Griffith qui, pour autant qu’on puisse en juger, après avoir vu celle d’Olcott, disponible depuis peu, ressemble aux films de ses prédécesseurs et constitue, du moins à mon avis, la partie la plus faible des quatre épisodes du film.

9Finalement le traitement de l’Antiquité par Griffith n’a rien – ou si peu – d’original, par rapport à la production européenne de l’époque. Le gigantisme, peut-être, en plus.

10Au fond son originalité ne réside-t-elle pas – les Passions exceptées – dans la rareté des films américains sur l’Antiquité ? À l’exception du Ben Hur de Sidney Olcott (1907), dont la brièveté et la pauvreté des moyens ne peuvent rivaliser avec la somptuosité des films de Griffith. Sans doute, plus que Pastrone, a-t-il été le premier à comprendre qu’une telle période de l’Histoire exigeait des moyens gigantesques et un langage nouveau. En cela, Griffith aura été le père des grosses machines du péplum, muettes puis parlantes. Merci patron !

Notes

1 L’Avant-Scène Cinéma, décembre 2015-janvier 2016, no 628-629, , p. 45-49.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search