Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

2. Imaginaire : fantastique et science-fiction, cinéma, BD

Maciste, un Hercule du pauvre1

Texte intégral

  • 1 Inédit, 2015.

1En 1913, le Corriere della Sera reproduisait une déclaration du poète D’Annunzio, alors réfugié à Paris : “Une firme turinoise, dirigée par un homme cultivé et énergique, doué d’un extraordinaire instinct plastique, prépare un essai d’art populaire d’après un sujet inédit que je lui ai fourni”. Ce sujet, c’était le scénario de Cabiria et “l’homme cultivé et énergique” le metteur en scène Giovanni Pastrone. Lequel d’ailleurs raconte l’histoire autrement : D’Annunzio se serait contenté de signer les trente pages du scénario, sans les lire, pour la somme de 50 000 francs. Quoi qu’il en soit, D’Annunzio semble bien être le créateur des noms des principaux personnages : Cabiria, l’héroïne, Flavius Axilla, le jeune premier, un patricien romain en mission d’espionnage à Carthage et Maciste, son fidèle esclave noir.

2On connaît le succès colossal du film, dû essentiellement au personnage de l’esclave Maciste. Ce bon géant (son nom est tiré du grec mégistos, superlatif de l’adjectif mégas), Pastrone l’avait en vain cherché du côté des athlètes. Mais les trouvant trop académiques, il s’était tourné vers des hommes du peuple : un pompier de Milan, un porteur de Trieste, un docker de Gênes. Le premier avait l’air trop dramatique, le second, trop aviné, le troisième remporta tous les suffrages.

3Pour Bartolomeo Pagano, né en 1874, c’est le début d’une carrière extraordinaire. Engagé à 600 lires par mois (il en gagnait 450 au port de Gênes), il va bientôt passer à 250 000 lires, puis 600 000 lires par an. Hercule bon enfant, mais inculte, il apprend vite à lire et à écrire. Un peu moins de trente Maciste feront sa gloire. Toujours modeste, après quelques essais peu convaincants dans d’autres rôles, il abandonne le personnage en 1928.

4Maciste, s’il est né de l’imagination de Pastrone – ou de celle de D’Anunnzio-, a cependant un modèle littéraire : Ursus, le dévoué serviteur de Lygie dans Quo Vadis ? de Sienkiewicz. Modèle lointain, d’autant plus que Maciste abandonne très vite l’Antiquité pour devenir une espèce de Fantômas bienfaisant, jouant dans le registre mélodramatico-épique, le rôle que Chariot tiendra dans la veine comique. Plus souvent en complet-veston qu’en pectoraux, le Maciste du muet a remporté un immense succès populaire, laissant intacte dans la mémoire collective l’aura attachée à son nom.

5Ce capital de popularité, un vieux routier du muet, Carlo Campogalliani (1885-1974), déjà réalisateur de cinq Maciste en 1919, décide de l’exploiter en i960. La mode est aux gros bras ; le mirifique et inattendu succès, en 1957, des Travaux d’Hercule, fait saliver les producteurs. On tourne Hercule sur Hercule, pourquoi ne pas ressusciter Maciste, en attendant Ursus, Samson, Goliath ? Mais le temps n’est plus aux détectives habillés, c’est celui des biceps, des deltoïdes, des musculatures luisantes et épilées, à la façon des athlètes antiques. Qu’à cela ne tienne, Maciste en sera. Héros désincarné, musclé, trop musclé, intemporel et sorti du néant pour y retourner sa tâche accomplie, il n’aura qu’une fonction : triompher du mal, qu’une obligation : jouer du muscle, encore du muscle, toujours du muscle.

6On le verra désormais, entre 196o et 1964, à travers vingt-cinq films, affronter quelques sauriens préhistoriques (Maciste contre les monstres) ; des hommes-taupes en Afrique (Maciste, l’homme le plus fort du monde) ; des Mongols en Chine (Le Géant à la cour de Kublaï Khan) ; le tzar Nicolas dans la Russie médiévale (Le Trésor des Tzars) ; le dernier des Cyclopes dans la Grèce antique (Maciste contre le Cyclope). Combattant tour à tour, et parfois simultanément, Hercule, Samson, Zorro et... des extra-terrestres (Maciste contre les hommes de pierre), on le retrouve contre le comique italien Toto et, film X oblige, tout contre quelques amazones insatiables dans deux productions “hard” : Les Amazones de la luxure et Les Gloutonnes.

7Dans cette production, le meilleur (rare) côtoie le pire (fréquent). Maciste ne serait-il donc qu’un Hercule du pauvre ?

Notes

1 Inédit, 2015.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search