Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

2. Imaginaire : fantastique et science-fiction, cinéma, BD

Hercule au cinéma1

Texte intégral

  • 1 Avant-Scène Cinéma, no 622, avril 2015, pp. 14-21.

1Si la mythologie avait eu, très tôt, les honneurs du muet, un seul héros en était absent : Hercule. Il devait, en 1957, se rattraper : Les Travaux d’Hercule, de P. Francisci, inaugurait ce qu’on nomme le second âge d’or du film à l’antique (le premier étant les années 1910-1925). Mais, comme dans les Métamorphoses d’Ovide, à cet âge d’or, qui dura à peine cinq ans, succéda bientôt un âge de bronze, lequel se transforma très vite en âge de fer ! En 1964 le péplum mourait sous le colt du western-spaghetti : on troquait le casque pour le stetson et la flèche pour le lasso. Ne restaient que les chevaux, ils servirent beaucoup.

Hercule à Cinecittà

2Tout avait commencé après la Seconde Guerre mondiale : le monde avait besoin de vacances, de soleil, d’insouciance et de gaieté. Le corps retrouvé bronzait sur les plages, le bikini faisait la bombe, l’amour, loin de la mort, se roulait dans la mer. Naquit alors le Club Méditerranée qui inscrivit sur son programme les nouveaux commandements. Ils n’étaient que trois, les trois S : Sea, Sex and Sun. Alain Barrière chantait : “II y a le ciel, le soleil et la mer”, tandis que les culturistes prenaient la pose.

31948, Londres ; 1952, Helsinki ; 1956, Melbourne ; 1960 – enfin ! – Rome : les Jeux Olympiques de l’après-guerre voulaient effacer ceux de 1936, de sinistre mémoire, à Berlin. Un étudiant en physiothérapie, né en 1926, dans le Montana, raflait tous les titres dans les concours : M. America en 1947, M. Monde en 1948, M. U.S.A en 1950 et, suprême consécration, M. Univers la même année. Il se nommait Steve Reeves, 1,85 m, 95 kg, 118 cm de tour de poitrine et ne savait pas encore que bientôt, en 1957, il allait incarner Hercule pour l’éternité cinématographique. Comme le fit J. Weissmuller pour Tarzan, comme le fera S. Connery pour James Bond.

4C’est en 1951 que le cinéma lui offre son premier engagement : un petit rôle dans la comédie musicale de R. Thorpe, Athéna. Déjà la Grèce antique ! Le film ne sort qu’en 1954, au moment même où triomphe sur les écrans Ulysse de M. Camerini.

5Remarqué par la fille du réalisateur P. Francisci – qui avait déjà porté à l’écran une Reine de Saba (1952) et un Attila (1954) –, une gamine charmée par la stature de l’acteur culturiste, Reeves tombe bien : le cinéaste rêve de faire revivre à l’écran le plus fabuleux de tous les héros grecs, Héraclès, plus connu sous son nom latinisé d’Hercule. Les Travaux d’Hercule, qui ne reprenaient que quelques-uns des exploits du fils de Zeus, remportent un triomphal succès. Francisci enchaîne, l’année suivante, avec Hercule et la reine de Lydie qui a l’originalité de broder sur la rivalité entre les fils d’Œdipe et de prendre Eschyle comme caution (Les Sept contre Thèbes). L’acteur impose à l’écran l’image d’un héros à la plastique irréprochable, au langage académique, aux manières nobles et à la vertu farouche. Image stéréotypée qui n’a, au fond, que peu à voir avec le héros grec, grand buveur et coureur impénitent. La plastique de l’acteur et celle de tous les culturistes qui lui succédèrent imposent aux réalisateurs quelques entorses à la légende des travaux (le nombre douze n’est pas canonique) : désormais Hercule préférera au maniement de la massue ou de l’arc des tours de force forains. Il faut dire que le Samson de C. B. DeMille était passé par là.

6Avec sagesse, Reeves refusa de se laisser cantonner dans le rôle d’Hercule et Francisci laissa la place à un des plus talentueux cinéastes – avec R. Freda – du cinéma italien de l’époque : V. Cottafavi. Dans La Vengeance d’Hercule, en 1960, il construit son film comme une tragédie antique (c’est d’abord un metteur en scène de théâtre) et montre la grandeur du héros en proie à la haine des dieux.

7L’année suivante, avec comme interprète le culturiste Reg Park, il bouleverse les codes du péplum, dans Hercule à la conquête de l’Atlantide, (1961). Il renonce à l’Hercule académique incarné par Reeves, enfant lointain de la Grèce aseptisée d’un Chénier ou d’un Heredia. Le sien est bonhomme, voire bonasse, plus porté sur la bonne chère que sur le coup de poing. “Un bon garçon, fort sympathique, un homme à moitié sérieux, à moitié farceur, dit son créateur, mais farceur dans le bon sens”. De fait, le héros cottafavien brise les règles établies : il refuse de s’impliquer dans la classique scène de bagarre d’ouverture, s’obstine à faire la sieste en laissant son ami Thésée s’activer sur le navire qui les mène chez les Atlantes. Il est vrai que Reg Park n’est pas n’importe qui : M. Univers à vingt ans, il est d’une intelligence remarquable, tourne cinq films avant de repartir, tranquille, chez lui en Afrique du Sud.

8Les critiques ne s’y sont pas trompés qui, pour une fois, ont pris au sérieux ce film à l’antique dont l’esthétique baroque, le choix des couleurs (une magnifique palette de rouges) et les péripéties spectaculaires montrent bien que, quel que soit le sujet, il peut être transcendé par un cinéaste manifestement inspiré.

9Comme le fut, cette même année 61, M. Bava, le maître du fantastique, qui envoya Hercule dans le monde souterrain. Dans Hercule contre les vampires – dont le titre original : Ercole al centro délia terra est plus exact – étonnant mélange de mythologie et d'horreur, il s’affirmait, avec une étonnante pénurie de moyens, comme le poète de l’Achéron et du monde des dieux d’en-bas. Il est vrai que, face à Reg Park, Christopher-Dracula-Lee se montrait tous crocs dehors...

10Cinq films, cinq chefs-d’œuvre. Monté sur le faîte, le héros, hélas ! ne pouvait que descendre. Certes, il eut encore de bons moments devant lui dans quelques bluettes amusantes. Dans Les Amours d’Hercule (C. L. Bragaglia, 1960), Mickey Hargitay (Hercule) servait de faire-valoir à sa sculpturale épouse dans le civil et au cinéma, Jane Mansfield (Déjanire). Dans Hercule se déchaîne (G. Parolini, 1962), le héros, incarné par le sympathique Brad Harris, affrontait... Serge Gainsbourg, puis, triomphant, rendait le pouvoir au peuple. Fait suffisamment rarissime dans le péplum pour qu’on le signale ici.

11Puis la médiocrité l’emporta dans Le Triomphe d’Hercule (A. de Martino, 1965). Enfin, le pire fut atteint avec Le Défi des géants (M. A. Bright, i.e. M. Lucidi, 1966), malgré la présence de Reg Park.

Hercule et les autres cycles mythologiques

Le cycle de Jason

12Les Travaux d’Hercule lorgnaient déjà du côté de Jason et des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes. On retrouvera donc logiquement le héros à travers les adaptations cinématographiques de la conquête de la Toison d’or, à laquelle il ne participa que partiellement.

13Dans Jason et les Argonautes (D. Chaffey et R. Harryhausen, 1963), fleuron du péplum, ce n’est pas un culturiste qui interprète Hercule, mais un excellent comédien britannique, Nigel Green. Il tient moins de place dans son remake à la TV (N. Willing, 2000).

Le cycle de Troie

14Le jeune Ulysse apparaissait déjà brièvement dans Les Travaux d’Hercule. Mais les cinéastes, fouillant la chronologie légendaire, font intervenir le héros lors d’un premier siège de Troie, où il tua le roi Laomédon, qui lui avait refusé la récompense promise pour avoir sauvé sa fille : dans Hercule et la princesse de Troie, (A. Band, i.e. A. Antonini, TV, 1964), on voit, pour l’unique fois, Gordon-Tarzan-Scott incarner Hercule. Qui retrouvera Ulysse – malgré quelques entorses à la chronologie – de retour de Troie, dans l’intéressant Ulysse contre Hercule (M. Caiano, 1961), où le subtil héros, incarné avec panache par Georges Marchai, vole la vedette au fils de Zeus.

Hercule et les gros bras du péplum

15Peu à peu, Hercule va devoir affronter tous les héros de la mythologie cinématographique. On le verra défier, puis seconder, Samson dans de rudes travaux (Samson contre Hercule, G. Parolini, 1962), puis venir l’aider, en compagnie d’Ulysse, contre des Philistins dont les casques noirs ont des relents germaniques. Dans Hercule, Samson, Ulysse (P. Francisci, 1964), il est malheureusement incarné par le plus nul des culturistes que fut Kirk Morris. Quant à Hercule, Samson, Maciste et Ursus, il réussit le tour de force de réunir, dans un improbable film de G. Capitani (1964), supervisé – mais de très loin – par V. Cottafavi, tous les gros bras du péplum. C’est là sa seule gloire.

Hercule par la bande

Le da

16Après ces quelques Hercule du pauvre (spectateur), il fallut en fabriquer un pour les ados américains. Ce fut, en 1997, sorti tout droit des studios Disney, Hercule, de R. J. Musker et R. Cléments, dont la sotte cucuterie dépassait les bornes de la décence mythologique. Hercule devenait, sous le nom de Herk, un boy scout bon enfantin. En 1998, Hercule retrouvera Xéna à la TV dans Hercules and Xena, de L. Naylor, un DA sous-vitaminé.

17On ne peut rien dire – faute de les avoir vus – d’Hercule chez Admète d’A. A. Petrov et des Travaux d’Hercule de S. Ovtcharow, 1999, deux très courts films d’animation russes.

18Voilà pour la série des DA. Qui fut commencée – on vous le rappelle – en 1910, par Émile Cohl, l’un des pionniers du film d’animation, parmi les plus talentueux.

Le porno

19Décence contre pour indécence, cucu contre cul, on pourra préférer Les Travaux sexuels d’Hercule du talentueux J. D’Amato (i.e. A. Massaccesi), paru la même année que le DA des studios Disney. Comme un pied de nez moqueur et un contrepoint salutaire ?

Le fantastique et la SF

20On pourrait ranger Hercule contre les vampires dans le registre fantastique et Hercule à La conquête de l’Atlantide au rayon SF. Mais il faut surtout voir l’influence de La Guerre des étoiles dans le dyptique de L. Coates (i.e. L. Cozzi) : Hercule (1983) et Les Aventures d’Hercule (1984). Ces films, décriés par la critique, comportent de jolis moments, surtout le premier. Mais ils sont desservis, il est vrai, par la présence bovine de Lou-Hulk-Ferrigno.

Parodies et duperies

La parodie

21La geste d’Hercule, trop souvent déclinée à Cinecittà, dût très vite s’engager dans les deux voies qui s’offrent à un genre en fin de course : la pornographie et la parodie. On vit, dans ce domaine, en 1961, Les Trois Stooges contre Hercule (E. Bernds), un monument de stupidité. Encore pire fut Deux corniauds contre Hercule, réalisé pourtant par le sympathique réalisateur des aventures de Toto, M. Mattoli. On a le droit de préférer Hercule à New York (A. A. Seidelman, 1970) qui, bien que lourdingue, vit les débuts du sympathique Arnold-Conan-Schwarzenegger (ici sous le nom d’Arnold Strong).

Les faux Hercule

22Peu à peu d’autres Hercule apparurent qui n’avaient en commun avec le héros de la mythologie qu’une force... herculéenne ou un faux-titre ! Ainsi fut Hercule contre Rome, sorti en France sous le titre : Samson contre Rome, en, 1964, de P. Pierotti, qui se passe à la fin du règne de Gordien II, en 238 p.C. Hercule contre les mercenaires, dont le titre original est II gladiatore di Messalina (U. Lenzi et V. Tourjansky, 1964), se passe, lui, sous le règne de Caligula. Hercule contre Spartacus (D. Paolella, 1965) a la particularité de n’avoir ni Hercule ni Spartacus, car son titre original est II Gladiatore che sfido l’impero, l’empereur en question étant, ici Néron !

23Pas d’Hercule non plus dans Hercule et les Titans (M. Lupo, 1963), dont le héros est, en réalité, Maciste. Pas d’Hercule encore dans Hercule contre Moloch (G. Ferroni, 1963) dont le héros qui s’attaque à Mycènes (d’où le titre original : La Conquista di Micene) est simplement doté d’une force colossale.

Les Hercule exotiques

24D’autres films, dont la chronologie laisse rêveur, tout autant que la localisation géographique, enverront Hercule chez les Incas (Hercule contre les fils du dieu soleil, O. Civirani, 1965) ou chez les Mayas, à moins que ce ne soit Maciste. Car il y a deux titres originaux : Ercole contro il gigante Golia et Maciste, il vindicatore dei Mayas, le film étant sorti en France sous le titre : Maciste, le vengeur du dieu Maya (G. Malatesta, 1966). Plus authentique et plus enlevé est l’Hercule contre les tyrans de Babylone de D. Paolella, 1964.

25Mais que dire d’Hercules, film indoue de S. Ram et B. Bros (1964), ou de Sheba ans Hercules de B. S. Choudhury, (1967), du même pays, dont on ne connaît que les titres ?

La tv

Les séries

26Après la fin de la saga d’Hercule au cinéma, il ne fallut que quelques années à la TV pour reprendre le flambeau, du péplum en général. Souvent brillamment.

27Tout commence, en 1994, par une série produite par Sam Raimi : Hercule. Cette série est précédée de cinq films pilotes, tous réalisés en 1994 et de bonne facture : Hercule et les Amazones, Hercule et le royaume oublié, Hercule et le cercle de feu, Hercule et le monde des ténèbres et Hercule et le labyrinthe du Minotaure.

28Viendront ensuite, jusqu’en 1999,116 épisodes de 45 minutes chacun. Hercule est incarné par le sympathique Kevin Sorbo. Mais le parti-pris de non-violence pétrie de bons sentiments, réduit cette série à un gentil divertissement d’adolescents. Le croisement, entre 1995 et 1998, avec la série Xéna ne change rien à une tendance qu’on va retrouver dans Young Hercules, en 1997, de T. J. Scott et dans les 50 épisodes de Hercule contre Arès, réalisé en 1998-1999 par une équipe de réalisateurs.

29Même public enfantin pour quatre épisodes (2a, 13a, 4b et 13b) de la série TV Mythic Warriors (1998-2000). Si l’Hercule de R. Young, en deux épisodes (2005), est plus enlevé, il n’en demeure pas moins d’un ennui distingué.

Un opéra filmé

30En 2004, L. Bondy a donné à la TV française un Hercule qui renvoie aux Trachiniennes de Sophocle et qui est une captation de l’opéra de G. H. Haendel, joué au Palais Garnier en décembre 2004.

Une nouvelle

31Omphale ou la Tapisserie amoureuse est une piquante nouvelle de Théophile Gautier, parue le 7 février 1834 dans Le Journal des gens du monde. Elle raconte les émois nocturnes d’un jeune homme qui dort devant une tapisserie montrant Hercule aux pieds d’Omphale. Michel Boisrond, dans la “Série Rose” (FR3) en a donné une délicieuse et coquine adaptation cinématographique en 1987, sous le titre : Hercule aux pieds d’Omphale.

Hercule aujourd’hui

32L’année 2014 a vu naître trois Hercule. Il est difficile de parler de l’Hercules Reborn de N. Lyon : il sortira sans doute en France en 2015. On en sait un peu plus sur Hercule : les Guerres Thraces de B. Ratner, tiré d’une superbe BD en deux volumes de S. Moore, et dont le héros est incarné avec fougue par Dwayne Johnson, “The Rock”.

33Quant à La Légende d’Hercule de R. Harlin, dont la stupidité le dispute à la niaiserie, la miséricorde nous interdit d’en dire davantage, malgré qu’on en ait !

34L’année 2015 s’annonce faste pour le péplum. Hercule y tiendra sans doute sa place. Mais laquelle ? Si P. Francisci pourrait sans trop de difficultés trouver un successeur à sa hauteur, qui nous donnera un nouveau Steve Reeves ?

Notes

1 Avant-Scène Cinéma, no 622, avril 2015, pp. 14-21.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search