Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

2. Imaginaire : fantastique et science-fiction, cinéma, BD

Claude Aziza, Le péplum, un mauvais genre1

Texte intégral

  • 1 Claude Aziza, Le péplum, un mauvais genre, Klincksieck, 50 questions, 2009, no 50.

1Genèse. Il manquait, en 2009, un essai rapide, ludique, informatif sur un sujet peu traité en France. La formule des “50 questions” me semblait commode. Sauf que dans le cas présent, ces questions m’ont été réellement posées... Le hasard a fait que cette même année sortirent deux autres livres sur le sujet. Ce qui prouve qu’il avait besoin d’être mis en lumière.

Bande-annonce

2Atmosphère fantastique. Les rues du ghetto de Prague au temps du Golem. Un rabbin les parcourt, appelons-le Rabbi Loew, il a – comme Diogène le Cynique – une lanterne à la main, mais lui, il ne cherche pas un homme. “J’ai les réponses, crie-t-il, donnez-moi les questions !”. Eh bien, l’auteur d’un “Cinquante questions sur...” est comme ce rabbin désemparé : il a les réponses, sinon il ne serait pas là. Mais il lui faut les questions.

3À partir de là, le scénario est modulable. Qui tient compte de l’auteur et du sujet du livre. L’auteur est-il un universitaire bon teint attelé à un austère sujet ? Pas de problème : il a trouvé les questions en fonction des réponses. Le sujet est-il plus ludique et l’auteur hors du circuit scolastique ? Là aussi aucun problème : les deux s’accordent comme larrons en foire. Reste, pour la bonne bouche, le cas le plus épineux : un sujet plutôt fantaisiste, mais un auteur issu de l’Université, pétri des principes hégéliens et habitué à la rigueur Spartiate – surtout s’il est antiquisant...

4Le lecteur aura compris tout de suite qu’il s’agit là d’un plaidoyer pro domo – restons Romains. Comment parler d’un genre éminemment populaire, dont le nom même est marqué au coin de la condescendance, voire du mépris : ce péplum qui s’est compromis dans les salles obscures en chantant une Grèce d’opérette, une Rome de pacotille, une Égypte de carton-pâte et une Bible d’Épinal – sur-Jourdain ? Ce péplum pour qui les mythes sont prétexte à des exhibitions d’anatomies soigneusement épilées ou perversement voilées, pour qui La Bible se résume à des duos – ou des trios – d’Arlequin et la politique internationale au nez de Cléopâtre ou au lait (d’ânesse) de Poppée ?

5Faut-il se lancer dans un combat d’autant plus beau qu’il est désespéré : “légitimer” par le discours sorbonnard un objet illégitime ? Faut-il, au contraire, au risque de voir disparaître les quelques progrès que la patine du temps et l’obstination de quelques pionniers ont permis d’obtenir, jouer le jeu des questions-réponses et suivre le cours capricieux qu’imposerait un lecteur de bonne foi, mais à la curiosité vagabonde ?

6On pourrait le laisser, ce lecteur, sur cet insoutenable suspense que nous préférons à celui, plus classique et définitivement réglé ici, à savoir : faut-il mettre ou ne pas mettre un accent aigu sur péplum ? Nous n’en ferons rien : on a opté pour la seconde solution, celle qui va prendre l’allure que Montaigne donnait à ses Essais, “à sauts et à gambades”. Adoptant, autant que faire se peut dans la façon de questionner et dans celle de répondre, la forme ludique et schizophrénique qui est – mutatis mutandis – celle de Diderot dans Le Neveu de Rameau : un dialogue, intérieur, mais alerte et vivant, où les questions et les réponses s’enchaînent, voire se déchaînent parfois.

7Montaigne et Diderot. Peste ! Pourquoi pas Hugo, tant qu’à faire ? Ce serait un livre écrit sous les auspices de Notre-Dame du pari...

8Alors qu'il ne s’agit que d’un modeste essai qu’on a voulu avant tout lisible, léger et ludique. Avec des ailes.

9Et maintenant ? À part quelques ajouts imposés par une riche actualité, je ne retrancherais pas un mot de ce que j’ai écrit. Qu’on se le dise !

Notes

1 Claude Aziza, Le péplum, un mauvais genre, Klincksieck, 50 questions, 2009, no 50.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search