Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

2. Imaginaire : fantastique et science-fiction, cinéma, BD

Le Passé recomposé de Lyon Sprague de Camp1

Texte intégral

  • 1 Les collections de L’Histoire, no 48, Juillet 2010, p. 32.

1Vous êtes un jeune archéologue américain plein d’avenir et d’illusions ; vous vous promenez à Rome et vous visitez le Panthéon. Soudain le temps se gâte, un coup de tonnerre, des gouttes de pluie, un éclair et vous vous retrouvez dans une autre Rome, sans lumières, sans voitures, sans ces nuisances olfactives et sonores qui font le charme de notre civilisation. A la place, des chars à bœufs et une entêtante odeur de crottin. Plus personne ne parle italien ni anglais. Les gens, bizarrement vêtus de tuniques, baragouinent une sorte de latin vulgaire mâtiné de mots germaniques. À partir de là trois hypothèses : a) vous êtes devenu fou, b) vous vous trouvez en plein tournage d’un péplum, c) vous avez été transporté, on ne sait comment, dans la Rome antique.

2C’est ce qui vient d'arriver à Martin Padway qui se retrouve avec un stylo, un crayon, un briquet et cinq dollars, en l’an 1288 Vrbis conditae, c’est-à-dire, évidemment, en 535 p.C. Vous faites quoi, vous, dans une Rome gouvernée par de débonnaires Goths ? Une Rome qui n’est plus qu’une petite cité de province, car le centre du pouvoir, en Occident, s’est déplacé à Ravenne et l’Empire d’Orient, toujours debout, est gouverné par Justinien. Tous ces détails pour vous donner le temps de trouver une solution. Comment se loger, manger, bref, vivre ? Mais Padway est un Américain bien de chez eux : il a son plan : a) aller trouver un banquier pour emprunter de l’argent. Sans caution ? Peu importe, il lui apprendra... les chiffres arabes, lui fera gagner du temps et comme le temps c’est de l’argent..., b) se lancer dans un commerce facile et juteux, la fabrique du brandy. Bon, les affaires marchent, les besoins vitaux sont assurés, il est temps de se mêler des affaires du monde. Celui du vie s. est très compliqué : les Goths se déchirent, Bélisaire, le général de Byzance, n’attend qu’une occasion pour reconquérir l’Italie. La seule force de notre héros, c’est qu’il connaît l’Histoire. Il a lu Carlyle, Mars, Wells, on suppose Gibbons. Bref, il sait comment meurent les empires : par la destruction des voies de communication et la transformation du village planétaire qu’était déjà Rome en une infinité de royaumes repliés sur eux-mêmes.

3Il faut donc que circule de nouveau l’information. Mais comment faire ? D’abord posséder la transmission rapide des nouvelles. Simple : il suffit d’inventer le sémaphore. Techniquement, c’est facile, vous et moi pourrions y arriver. Ensuite, créer un journal. Là, c’est plus compliqué : le parchemin n’est pas du papier, l’encre est rudimentaire, il faut fabriquer des caractères d’imprimerie, une presse. Enfin, tout cela coûte très cher, mais sera financé par... la publicité. C’est ainsi que naît le Tempora Romae, vendu dix sesterces, soit environ cinquante cents, ou encore cinquante centimes d’euros. Convenez que ce n’est pas cher. Bien sûr, il n’y a pas de couleur.

4Passons rapidement sur l’invention de la lunette de vue et d’autres babioles et l’on comprendra que notre ami Martinus – c’est ainsi qu’on l’appelle – devient vite prospère.

5Certes il a quelques problèmes religieux : il n’est ni arien, ni nestorien, ni monophysite, ni juif, mais enfin il se dit baptiste, ce qui, convenons-en, n’est pas si loin. Comme, il connaît l’Histoire, il peut donc surprendre et faire prisonnier ce brave Bélisaire, régler les problèmes de succession tout de Goths (astuce à faire supprimer par la rédaction), devenir une sorte d’éminence grise politique et se mettre au travail. Car il a tant à faire et à inventer : “la boussole, la machine à vapeur, le microscope et le mandat d’habeas corpus”.

6Et dans cette Rome parallèle qu’il a fait naître, l’Histoire a été transformée. “Les ténèbres avaient été conjurées”.

7De peur que les ténèbres est un passionnant roman d’un grand romancier de science-fiction, Lyon Sprague de Camp, mort en 2000 et dont on a fêté récemment le centenaire (il est né en 1907). Le récit est d’abord paru, comme c’est la coutume, dans le magazine Unknow en 1939. Puis en librairie en 1949. On le trouve en traduction française aux Belles Lettres, Le Cabinet noir, no 28, 1999, 7,87 €. Nous qui, comme Padway, connaissons l’Histoire, nous savons que les ténèbres vinrent quand même. Les lecteurs de 1939 savaient eux aussi cela, mais ils ignoraient, dans leur immense majorité, qu’elles allaient très bientôt s’abattre sur le monde civilisé.

8Et maintenant ? Je crois qu’aujourd’hui, alors que d’autres ténèbres viennent de s’abattre sur notre civilisation gréco-romaine et sur notre identité judéo-chrétienne, j’ajouterais quelques lignes de conclusion encore plus alarmistes.

Notes

1 Les collections de L’Histoire, no 48, Juillet 2010, p. 32.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search