Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

1. Mondes antiques : Égypte, Grèce, Rome

Rome et les républiques modernes1

Texte intégral

  • 1 TDC, Janvier, 2015.

1De Robespierre à Hitler, de Washington à Mussolini, Rome n’a cessé de fasciner les républiques modernes. Ancêtre naturel qu’il s’agit d’égaler pour l’Italie fasciste, objet d’admiration qu’il faut surpasser pour l’Allemagne nazie, idéal de grandeur dont les États-Unis sont les héritiers manifestes, principe de liberté qui guide la France révolutionnaire. Lois et institutions, guerres d’indépendance ou de conquêtes, manifestations culturelles et réalisations artistiques : tout, dans les cœurs et dans les esprits, devait être romain. Mais, au demeurant, de quelle Rome s’agit-il ? La Rome républicaine ? La Rome impériale ? La Rome des Brutus et des Gracques, des Scipions et de Cicéron ? Ou celle de César et d’Auguste, de Néron et de Trajan ?

2Car sous le nom de Rome se cachent, dans l’Amérique de 1780, la France de 1789, l’Italie de 1922 et l’Allemagne de 1933, des souvenirs historiques et des images fantasmatiques que chaque république va décliner, modeler, inventer selon ses désirs et ses besoins, ses rêves et ses illusions. Guidée par les raisons et la déraison de ses chefs qui tous, peu ou prou, ont grandi avec son souvenir. Robespierre, Saint-Just, Camille Desmoulins, Marat, Gracchus Babeuf : la liste est longue pour la France. George Washington, Thomas Jefferson, Benjamin Franklin, Abraham Lincoln : presque autant pour l'Amérique. Mussolini rêve d’Empire, et le jeune Hitler se passionne pour l’histoire de la Rome antique, plongé avec ravissement dans Les Plus Belles Légendes de l’Antiquité classique de Gustav Schwab (1792-1850), édité entre 1838 et 1840 et maintes fois réédité jusqu’en... 2002.

Les vertus de la République

31789 : deux images emblématiques. David présente au Salon ses Licteurs apportant à Brutus le corps de ses fils, le Congrès américain adopte le sceau des États-Unis créé en 1782. On y voit, à l’avers, un aigle aux ailes déployées qui tient un ruban où figure la devise fédérale e pluribus unum (un seul à partir de plusieurs). Dans sa serre gauche, un rameau d’olivier à 13 étoiles dans la droite, un faisceau de 13 flèches, au-dessus un motif à 13 étoiles. Sur le revers, encore du latin : annuit coeptis (il favorise nos entreprises) et nouus ordo saeclorum (un nouvel ordre des siècles, inspiré par Virgile, Buc., 4.5). Tout est là ou presque.

4La Révolution française a cherché ses modèles dans la Rome républicaine, mais aussi dans la Sparte de Lycurgue. Le recul de l'enseignement du latin a été compensé par celui de l’Histoire antique. Mais cette histoire a moins pour but la connaissance des faits que celle d’un répertoire de leçons morales qui forgeront les âmes. À travers Tite-Live et Plutarque se détachent des figures de héros, les deux Brutus, le fondateur de la République et le meurtrier de César, Mucius Scaevola et Decius Mus, aux premiers temps de la République, Caton d’Utique et sa vertu farouche, à sa fin. Mais si le théâtre voit fleurir des tragédies à l’antique, si la mode et le langage suivent le mouvement antiquisant, si, sans cesse, orateurs et tribuns, pour conjurer tous les périls, invoquent les grandes figures romaines, la France, même si elle transforme le Panthéon en un lieu de souvenir de ses grands hommes, ne se couvre pas de monuments : ils y sont déjà. Le siècle de Louis XIV était passé par là. Il faudra, pour ce faire, un État neuf, dont le “destin manifeste” se veut romain.

5La comparaison entre Rome et les États-Unis d’Amérique est une évidence qui, d’ailleurs, se manifeste encore aujourd’hui chez les historiens américains. Dont certains confrontent les grandes périodes de l’Histoire américaine et celles de l'Histoire romaine. Aux interventions romaines en Macédoine et en Grèce des années 215-196 a.C., correspondraient celles des États-Unis durant les deux Guerres Mondiales ; à la crise économique des années 210 a.C., celle des années 1929-1930. Sans aller jusque là, on peut remarquer que les Pères fondateurs américains comparent leur lutte contre les Anglais pour la liberté à celle de Brutus (le revoilà !) en 509 a.C. contre les Tarquins. Washington (1732-1799), nouveau Cincinnatus, renonce, en 1783, à son titre de général, se retire dans ses terres, mais revient en 1789 pour devenir le premier président de la jeune nation.

6Jefferson (1743-1826), président de 1801 à 1809, ardent défenseur du latin et des écrivains antiques, est un fervent partisan d’une architecture néo-classique. Il dessine lui-même les plans du parlement de Richmond, capitale de la Virginie, sur le modèle de la Maison Carrée de Nîmes et conçoit pour l’Université du même État un dôme plus grand que celui du Panthéon de Rome. D’ailleurs, c’est un “Panthéon”, inauguré en 1946, qui commémore le120e anniversaire de sa mort. À Washington, après le Capitole, la Cour suprême, construite entre 1929 et 1935, avec ses 27 400 blocs de marbre et ses portes en bronze de 6,5 tonnes a l’aspect d’un grand temple romain. Jusqu’aux gares qui sont influencées par l’art antique. L’exemple le plus fameux est celui de l’Union Station de Washington, construite en 1908 sur le modèle des thermes de Dioclétien, dont le hall – inspiré du frigidarium – s’élève à 29 m et est décoré de 36 statues géantes de légionnaires romains. Quant à sa façade, elle évoque l’arc de Constantin.

7La référence de la puissance américaine à celle de Rome est une constante : la pax Americana a succédé à la pax Romana. Avec les mêmes angoisses, surtout depuis le 11 septembre 2001, sur la chute des empires. Angoisses que l’actualité internationale renforce aujourd’hui. Cette idée de mort et de renaissance des empires se retrouve – mais avec d’évidentes différences – dans les affirmations identitaires de l’Italie fasciste et de l’Allemagne nazie.

La grandeur de l’empire

81922. La Marche sur Rome des Chemises Noires donne le pouvoir à Mussolini (1883-1945). La Rome antique est le thème favori de ses discours. C’est dans le passé romain que repose le concept d’empire italien. Le 2 avril 1923, à Milan, Mussolini, devenu président du Conseil, évoque avec émotion cette “Rome qui était au centre d’un empire qui n’avait pas de frontières”. Et dont les réalisations “nous remuent jusqu’au plus profond de nous-mêmes”. C’est Rome qui justifie les conquêtes coloniales. À l’entrée des troupes italiennes à Addis-Abeba, Mussolini déclare : “L’Italie a finalement son empire. [...] Levez bien haut, Légionnaires, vos insignes, vos armes et vos cœurs pour saluer, après quinze siècles, la réapparition de l’empire sur les collines sacrées de Rome’’.

9Pour magnifier cet empire, l’archéologie est mise – dès l’allocution de Mussolini, le 31 décembre 1925, aux archéologues et historiens de l’art – au service de la romanité. Il faut, avant tout, dégager les grands monuments de la Rome antique et les isoler pour en montrer la grandeur. Partout, on fouille, à Ostie, à Trieste à Véies, à Agrigente, à Paestum, à Cumes, à Pompéi, à Herculanum. À Rome, la zone des forums impériaux, une fois dégagée, permet, en 1932, l’ouverture de la via dell’Impero, le long de laquelle, le 21 avril 1933, sont inaugurées des statues de César, Auguste, Nerva et Trajan, puis, un an plus tard, des cartes qui représentent le monde romain à divers moments de son Histoire ; cartes auxquelles s’ajoute, le 28 octobre 1936, celle de l’empire italien proclamé par Mussolini. La zone qui s’étend entre le Palatin et le Caelius se voit, elle, percée par la via dei Trionfi. Très vite, c’est au tour du Colisée, du forum de César, des marchés de Trajan, de la basilique Ulpia de retrouver leur splendeur passée.

10Figure tutélaire du régime, Auguste, auquel Mussolini est souvent comparé. Son Mausolée sur les bords du Tibre commence à être dégagé en octobre 1934. Peu avant les commémorations de son bimillénaire, qui débutent le 23 septembre 1937. La Mostra augustea délia Romanità est organisée de manière thématique : la famille, les métiers, la vie municipale, la religion, l’armée, les conquêtes, le droit. Avec, en point d’orgue, cette maquette de la Ville à l’époque de Constantin, qu’on voit traîner dans tous les péplums, même lorsqu’ils se passent sous la République ! Le 23 septembre 1938, l’exposition est close par l’inauguration de la nouvelle piazza Augusto Imperatore où a été replacé l’Ara Pacis (Autel de la Paix). Dernier élément d’un culte qui avait vu, le 28 octobre 1932, l’installation d’une statue du Princeps devant son forum et, quatre ans plus tard, sur le mur extérieur de la basilique de Maxence, la carte du monde romain à la mort d’Auguste.

11L’architecture suit, qui bâtit des ponts, comme le pont Flaminio à Rome, des aqueducs, des Palais, des Places, comme le Foro Mussolini à Rome, conçu par Enrico Del Debbio, partisan, comme Armando Brasini, ou Marcelo Piacentini, d’une architecture monumentale, inspirée de l’antique. Dont le régime multiplie les signes : le salut fasciste, un vocabulaire sorti tout droit du latin : Duce, licteur, cohorte, centurie, et l’image omniprésente de la Louve “mère’’ de Romulus et Remus.

127 mai 1938. Il pleut sur Rome. Hitler (1889-1945) est en visite officielle depuis le 2. Il a enfin rencontré, en 1934, Mussolini pour lequel il éprouve beaucoup d’admiration. Loin des parades officielles, il va, seul, visiter, une seconde fois, l’exposition Auguste, symbole emblématique de cette Rome qu’il admire tant. Au point que, dès son arrivée au pouvoir, il assigne aux professeurs de latin et d’histoire ancienne, aux archéologues et aux artistes, aux soldats et aux architectes, un seul but : rivaliser avec Rome, voir plus grand, aller plus loin, la surpasser par la conquête et le gigantisme. Ses propos privés, rapportés par divers témoins, montrent à quel point il est pétri d’histoire romaine. Ici, lors d’un repas du 25 avril 1942, alors que les troupes allemandes qui piétinent devant Stalingrad, ont de sérieux problèmes de ravitaillement, il rappelle – en bon végétarien qu’il est – que les légionnaires romains se nourrissaient surtout de fruits et de céréales. Là, le 3 juin 1942, il vante les éléphants d’Hannibal, qu’il compare aux chars contemporains.

13Mais c’est surtout à l’édification d’un gigantesque réseau routier qu’il consacre ses efforts. Il sait que les voies romaines ont permis aux légionnaires de se déplacer vite et de conquérir le monde. Pour lui, comme pour ses ingénieurs, la route est la matérialisation de l’idée d’empire. Il convient donc de la doter d’œuvres d’art, comme ces Colonnes d’Hercule que l’architecte du régime, Albert Speer, imagine à l’entrée de l’autoroute qui commence à Salzburg.

14Hitler, peintre raté, se rêvait architecte : il dessine donc des croquis, qu’il montre à Speer. Le pays se couvre de monuments. Sous l’égide de Speer, amoureux sincère de l’Antiquité, s’élaborent de gigantesques projets : le dôme de la Grande Halle qui devait culminer à 250 m de haut, la création, à Berlin, d’un axe nord-sud sur le modèle des villes romaines, doté de la plus grande avenue du monde. Il s’agit de dépasser Rome, avec la tribune du Zeppelinfeld de Nuremberg qui, d’une longueur de 390 m, bat de 180 m celle des Thermes de Caracalla. La tribune devra être coiffée d’une statue allégorique de 60 m de haut, plus haute que la statue de la Liberté (46 m) et, surtout, de la statue de Néron-Hélios (36 m). Le Grand Stade de Nuremberg accueille 400 000 spectateurs, le double de la capacité du Circus Maximus à Rome. Un arc de triomphe, esquissé par Hitler et dessiné par Speer d’une hauteur de 117 m devait être le symbole de la capitale de l’Allemagne, Germania, nouveau nom de Berlin, tout comme la Néropolis de Néron devait remplacer le nom de Rome.

15Mais il est un autre aspect, plus étonnant, de la “romanité” d’Hitler : son goût pour les ruines et le désir de voir, dans des milliers d’années, celles de l’Allemagne rivaliser avec celles de Rome. Au fond, c’est moins pour paraître que pour durer qu’il bâtit. On comprend, dès lors, son indifférence devant Berlin livré à la destruction, son désir profond de voir disparaître – comme tant de cités antiques – le monde qu’il a créé et qui ne lui survivra que sous la forme de ruines. D’où son refus de négocier un armistice, son suicide à la façon d’un Néron, comme lui, un artiste raté. Pour Hitler, un grand destin, ne peut s’achever qu’au milieu des flammes de l’apocalypse.

16L’ironie de l’Histoire a fait que, se rendant à Berlin en août 1945, Harry L. Hopkins, le conseiller du Président Truman, évoque – devant la cité en ruines – le souvenir de cette Carthage sémitique, symbole d’un monde que Rome avait vaincu et envers qui le Führer avait une haine maladive !

17On peut imaginer que l’exposition du 19 mars 2014, tout à la gloire d’Auguste, venue des bords du Tibre sur les rives de la Seine, n’aurait pas déplu aux organisateurs et aux visiteurs de celle du 23 septembre 1937. Les temps changent, mais Rome reste éternelle...

18Et maintenant ? Avec plus de place, j’aurais insisté sur les rapports entre Mussolini et la Rome antique.

Bibliographie

Références bibliographiques :

Chapoutot, J. (2008) : Le National-socialisme et l’Antiquité, PUF.

Foro, P. (2014) : Dictionnaire de l’Italie fasciste, Vendémiaire.

Guyot, A., et P. Restellini (1996) : L’Art nazi, éd. Complexe.

Malissard, A. (2009) : “Les USA, une nouvelle Rome ?” in : Actes du colloque de l’ARELAP (Association pour la Recherche et l’Etude de l’Antiquité Plurielle) de Nouan-Le-Fuzelier, 11-13 septembre 2009, Rome et les Républiques, 80-97.

Notes

1 TDC, Janvier, 2015.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search