Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

1. Mondes antiques : Égypte, Grèce, Rome

Egon C. Corti. Vie, mort et résurrection d’Herculanum et de Pompéi1

Texte intégral

  • 1 Egon C. Corti, Vie, mort et résurrection d”Herculanum et de Pompéi, Payot, Petite Bibliothèque Pay (...)

1Genèse. Le texte de Corti était disponible, il me semblait qu'il fallait le rééditer.

“Le ciel déchiré, à l’orient, par une immense blessure, saignait, et le sang teignait de rouge la mer. L’horizon s’écroulait dans un abîme de feu. Secouée par de profonds sursauts, la terre tremblait, les maisons oscillaient sur leurs fondations, et on entendait déjà le bruit sourd des tuiles et des plâtras qui, en se détachant des toits et des corniches des terrasses, s’abattaient sur la chaussée, signes précurseurs d’un désastre universel. Un craquement sinistre se répandait dans l’air, un craquement d’os brisés, triturés. Et, dominant le fracas, par-dessus les pleurs, par-dessus les hurlements de terreur poussés par le peuple qui courait çà et là en titubant dans les rues comme un aveugle, un cri terrible s’élevait, qui déchirait le ciel.

Le Vésuve hurlait dans la nuit, crachant du sang et du feu. Depuis le jour où Herculanum et Pompéi avaient été ensevelies vivantes dans leur tombe de cendres et de lapilli, on n’avait jamais entendu dans le ciel une voix aussi horrible. Un gigantesque arbre de feu s’élançait très haut, hors de la bouche du volcan : c’était une immense et merveilleuse colonne de fumée et de flammes, qui jaillissait dans le firmament jusqu’à toucher les pâles astres”.

2On croirait entendre Pline le Jeune nous faire le tragique récit de la fin des cités campaniennes. Mais non, c’est Curzio Malaparte, et nous sommes en mars 1944. L’écrivain est à Naples avec les troupes alliées qui terminent leur campagne d’Italie, et dans son roman quasi autobiographique, La Peau (1949), il décrit une des plus formidables explosions depuis celle de 79 p.C. De la fissure ouverte sur la pente nord du Vésuve s’est échappée une coulée de lave dont le volume atteignit 200 millions de mètres cubes. Il s’en fallut de peu pour que le désastre égalât en ampleur le dernier réveil d’importance du monstre. Celui qui, le 16 décembre 1631, ne laisse jusqu’à la mer que ruines et deuils. Mais de cela et des innombrables éruptions qui se succédèrent au cours des siècles, on aura le détail dans le beau livre que nous présentons ici. Cependant il ne mentionne pas, parce qu’il s’arrête à la date de 1940, la catastrophe de mars 1944.

3Plus d’un demi-siècle s’est donc écoulé depuis que le comte Corti a décidé, avec verve et couleurs – et parfois un brin d’imagination ! – de raconter par le menu l’aventure fabuleuse que fut la découverte des cités martyres campaniennes. Mais si la fureur des éléments n’a guère laissé de repos aux êtres et aux lieux, celle des hommes s’y est ajoutée. Reprenons donc le récit où l’a laissé notre auteur.

4Trois ans ont passé, le monde est en guerre et les hommes jouent à d’autres jeux. Les Alliés ont débarqué en Sicile, il leur faut franchir le détroit de Messine pour prendre pied sur la péninsule. Ils multiplient les vols. Dans la nuit du 24 au 25 août 1943, un avion de reconnaissance éclaire, non loin de Pompéi, quelques installations militaires allemandes de peu d’importance. Erreur d’appréciation ou d’aiguillage, l’aviation américaine commence à bombarder Pompéi et ravage la pauvre cité endormie. Le musée qui abritait les précieux moulages obtenus depuis 1863 par l’astucieux procédé de Fiorelli est détruit ; un cratère énorme défigure le centre du forum ; une partie de l’enceinte et quelques maisons n’existent plus. Hélas, ce n’est pas tout. Quelques jours plus tard, les Alliés débarquent à Salerne, la Campanie se transforme en champ de bataille, des milliers de réfugiés recherchent un abri à Pompéi. L’aviation, toujours elle, y voit d'importantes concentrations de troupes allemandes. Cent cinquante bombes s’abattent sur la ville, atteignent pour la plupart des terrains vagues ou des chaussées, mais endommagent aussi les maisons des Vettii, du Faune, de Trebius Valens, et la belle villa de Diomède.

5La guerre est finie, les plaies sont pansées tant bien que mal et les fouilles reprennent. En 1950 on s’attaque à Stabies, dont l'exploration avait débuté deux siècles auparavant, en 1749, pour s’interrompre en 1762 ! La découverte de deux villas de grandes dimensions a donné, ici, un nouvel élan aux archéologues. En 1961, Alphonso de Franciscis prend la direction des travaux. Avec lui s’élabore une nouvelle philosophie : il s’agit moins désormais de faire de nouvelles découvertes que de conserver ce qui a déjà été trouvé à Herculanum comme à Pompéi. Car on en est là ! On lira chez Corti comment la cupidité, l’incurie et l’incompétence ont accompagné les découvertes au cours des siècles. On aurait pu penser qu’en cette seconde moitié du xxe s., cette période était révolue. Mais on ne pouvait imaginer cette lame de fond que fut, dès la fin de la guerre, le tourisme. On en verra plus loin les ravages actuels. Il fallut donc, dès les années ‘60, prendre des mesures de conservation élémentaires sans cesser pour autant de fouiller. En 1964 débute une campagne de sondages stratigraphiques dans la zone de la basilique de Pompéi ; en 1966-1967 on commence à fouiller le decumanus maximus (une des deux artères principales) d’Herculanum. Cette même période (1967) voit le début de l’exploration moderne d’une quatrième cité, Oplontis, située entre Pompéi et Herculanum, au bord de la mer. On découvre à Torre Annunziata une grande villa suburbaine et l’on commence à explorer toute la zone suburbaine de Pompéi. Cette année-là on admire au Japon la première exposition pompéienne.

6Au fil des années, le travail continue. Il faut sans cesse consolider (en 1968, on le fera pour l’amphithéâtre de Pompéi), explorer (la même année, le gymnase d’Herculanum est dégagé). On découvre, à Pompéi même, la maison d’un certain C. Iulius Polybius (1960) ; on isole et on met en valeur les thermes suburbains d’Herculanum (1970) et, encore à Pompéi, la zone située près de la porte du Samo commence par être fouillée systématiquement.

7Mais l’urbanisation accélérée des environs, la multiplication des visiteurs, la minceur des crédits donnés par le ministère des Biens culturels, qui ne suffisent même pas pour l’entretien des surfaces herbeuses, tout cela amène, en 1975, le Parlement italien à prendre des mesures particulières. Elles n’eurent pas le temps d’avoir de l’effet : le 23 novembre 1980, une nouvelle catastrophe s’est abattue sur Pompéi et Herculanum. Les deux villes ont subi un violent séisme. Des colonnes, des murs ou des pans de murs s’écroulent. On ferme 20 % d’Herculanum et 70 % de Pompéi aux visiteurs, tandis que le droit d’entrée passe de 150 à 4000 lires.

8Pourtant, les découvertes continuent. En 1982 et 1983, elles sont de première importance à Herculanum. Près des thermes suburbains de la ville, on dégage un bateau en bois de cinquante-trois squelettes blottis dans des sortes de garages à bateaux aménagés en bordure de mer. C’est le résultat de fouilles commencées en rg79 pour dégager la partie de la cité qui donnait directement sur la plage. La mer, en effet, venait battre les terrasses des thermes. Cette découverte a montré que, contrairement à l’opinion reçue, qui pensait que tous les habitants d’Herculanum avaient pu s’échapper (on n’a découvert que trois victimes), là aussi le volcan avait fait des ravages. Plus intéressante encore sera l’analyse des squelettes faite par l’anthropologue américaine Sara Biesel. Ici, un soldat soulevé par la coulée et précipité sur la plage : “C’était, nous dit Sara Biesel, un homme laid, avec un gros nez. Robuste, avec une forte musculature, il devait avoir dans les trente-sept ans et montait beaucoup à cheval. Il lui manque cinq dents, perdues au cours d’un combat. L’un de ses fémurs porte en outre la trace d’une blessure”. Plus loin sur la plage, une jeune fille à genoux, les poignets au sol, protégeant de son corps un enfant de six mois. Elle devait avoir quinze ans et était sans doute une esclave (les os de son bassin témoignent qu’elle n’a jamais procréé) ; elle tentait de sauver l’enfant de ses maîtres, dont la richesse peut se déduire d’une épingle d’or que porte le bébé autour du cou. On n’en finirait pas de détailler ces macabres découvertes. Signalons seulement ce marin, dont le bonnet de fourrure – insolite au mois d’août – a relancé de nombreuses spéculations, nourries par l’étude de la végétation, sur une date possible de l’éruption en automne. Signalons encore ce cheval qui, pris dans la boue brûlante, semble nager vers une improbable issue.

9En 1984, à la suite d’un rapport technique demandé à l’archéologue Jean-Pierre Adam, la Communauté européenne attribue, sur les 800 milliards de lires nécessaires à la sauvegarde du site, une première tranche de 36 milliards. Mais la nomination, en 1985, d’un nouveau surintendant bloque l’ensemble du processus et les travaux archéologiques ; 6 milliards seulement sont utilisés, et les autres attendent au milieu d’un dédale de problèmes techniques, administratifs et politiques. Sans parler des tranches à venir.

10Et pourtant, le temps presse et les découvertes n’attendent pas. À Pompéi, on continue vaille que vaille. On découvre en 1986 de nouvelles salles des thermes suburbains situés près de la porte Marine. En 1992, un trésor monétaire d’or et d’argent, ainsi que de la vaisselle de luxe, sont trouvés dans une maison proche de l’amphithéâtre, sans doute un thermopolium, sorte de fast-food à l’antique.

11Reste le problème des visiteurs. À Pompéi, ils sont près de 2 millions par an, certains jours on en compte plus de 20 000. Parmi eux, des vandales qui arrachent les pierres, des voleurs qui s’emparent du moindre objet – au point qu’on a renoncé aux reproductions des plus humbles objets de la vie quotidienne –, des Barbares qui, par jeu criminel, s’attaquent aux colonnes et les démolissent (cela est à prendre à la lettre, hélas !). Mais, surtout, des gens qui marchent, qui usent les chaussées, les trottoirs, les canalisations antiques placées, après le tremblement de terre de 62 p.C., à une faible profondeur. Les trottoirs, en tuf volcanique ou en calcaire, sont parfois, comme dans la rue de l’Abondance, ramenés au niveau de la chaussée. Et puis les graffiti, dont la sottise et la fatuité prétentieuse maculent les murs, voire les quelques peintures qui restent, peintures dont on tente parfois de couper des morceaux pour les conserver ou... les vendre !

12Après les hommes, la nature. Luxuriante au point que, depuis l’Antiquité, elle fournit plusieurs récoltes par an. Cette végétation envahit tout, les sols nus, les parties fermées au public, qui sont vite attaquées. Trente-et-une espèces végétales parasites s’attaquent au mortier, aux mosaïques, à l’enduit qui recouvre la maçonnerie, aux murs eux-mêmes, sur le sommet desquels s’installent ronces ou genêts. Des éboulements, des fissures, des décollements... Bref, la nature ne se laisse pas faire. Surtout lorsqu’elle est aidée – c’est un paradoxe – par les travaux de restauration. Entreprises locales incompétentes, mortier et béton de mauvaise qualité, fers qui s’oxydent et se rouillent, enduits qui gonflent et se décollent, bois tendre mal traité envahi par des insectes xylophages... Là encore, le laisser-aller, l’incurie, la malhonnêteté ont eu raison des efforts titanesques des archéologues et des gens de bonne volonté.

13À quoi bon continuer de brosser ce sombre tableau, dont les quelques maisons que l’on visite et qui sont bien entretenues ne donnent qu’une faible impression ? Il faut se glisser ailleurs, dans les zones non fouillées et, plus grave, dans ces maisons autrefois fouillées et dans lesquelles on ne peut plus entrer. Après le cataclysme volcanique, un désastre insidieux, lent, implacable, fait de Pompéi, plus que d'Herculanum, dont la majeure partie reste inaccessible, une citée toujours sinistrée. Et dont l’aventure, magnifiquement racontée par Egon Corti, ne méritait pas la fin tragique qui semble devoir être la sienne. À moins que la communauté internationale ne tente un gigantesque sauvetage de ce qui peut être encore sauvé. Quoi qu’il en soit, il est encore temps d’aller passer un moment dans la cité campanienne. Avant que n’adviennent de nouveau “Les Derniers Jours de Pompéi”.

14Et maintenant ? Je ne suis pas certain, après mes autres éditions, que cette préface aurait été utile. Je pense que je l’aurais supprimée !

Notes

1 Egon C. Corti, Vie, mort et résurrection d”Herculanum et de Pompéi, Payot, Petite Bibliothèque Payot, 1995. P268.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search