Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

1. Mondes antiques : Égypte, Grèce, Rome

Résistant ou collabo ?1

Texte intégral

  • 1 Texte inédit pour présenter le roman aux adhérents de l’A.R.E.L.A.P..
  • 2 Komm l’Atrébate a été réédité en 2006, avec préface et commentaires de C. Chemla, aux éditions de (...)

1Curieuse histoire que celle de Komm, que César appelle Atrebas Commius dans sa Guerre des Gaules (livres 4, 5, 8). Ce chef des Atrébates, peuple belge, dont la capitale était Nemetocenna (aujourd’hui : Arras), fut d’abord un collaborateur, fidèle et zélé, de César qu’il abandonna, après son expédition manquée en Bretagne (aujourd’hui : la Grande-Bretagne), pour rallier Vercingétorix au moment d’Alésia. Du récit, assez obscur, de César, Anatole France (1844-1924) tire, une longue nouvelle, Komm l’Atrébate, publié d’abord dans L’Écho de Paris, entre le 2 septembre et le 16 novembre 1895, intégré ensuite dans le recueil de cinq nouvelles Clio en 18992.

2Le romancier raconte la même histoire, mais en changeant complètement de point de vue : ce n’est plus le vainqueur qui parle, César, mais le vaincu qui s’explique. Si la collaboration fut un fait courant durant la Guerre des Gaules – l’unité gauloise dans la résistance à l’envahisseur étant un mythe – elle supposait, du moins, un traitement juste de la part du Romain. Or Komm, chargé par César de préparer le terrain pour son expédition maritime, avait eu l’impression d’avoir été trahi : ne fut-il pas capturé par des Barbares celtes peints, des sortes d’indiens d’Outre-manche ? D’où son désir de revanche masqué par un double jeu dont César ne fut pas longtemps dupe. Si Vercingétorix finit mal, son allié temporaire Komm dut à la magnanimité de Marc Antoine, le lieutenant de César, d’avoir la vie sauve. On n’en sait pas plus et son histoire – tout comme la nouvelle – s’arrête là.

3Elle a aujourd’hui le charme un peu suranné de ces textes d’antan qui conjuguaient celtitude et bravitude.

Notes

1 Texte inédit pour présenter le roman aux adhérents de l’A.R.E.L.A.P..

2 Komm l’Atrébate a été réédité en 2006, avec préface et commentaires de C. Chemla, aux éditions de Passy.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search