Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

1. Mondes antiques : Égypte, Grèce, Rome

Spartacus et ses avatars1

Texte intégral

  • 1 G. Lucas, Spartacus et ses avatars. De la réalité au mythe. De Capoue à Hollywood, Éd. Chemins de (...)

“Je suis le pou de l'arène, pou de l’arène, pou de l’arène”
(Hymne des gladiateurs)

1Genèse : Un collègue m’avait demandé de dire quelques mots d’introduction à l’excellente étude qu’il a éditée sur Spartacus et sur tous ses avatars. Je me suis contenté d’esquisser quelques pistes qu’il a fort bien développées dans l’ouvrage.

2Cela commence comme une charade. Mon premier est un club sportif moscovite, mon deuxième est un annuaire gay, mon troisième, un robot médical. Et mon tout, un gladiateur rebelle. Cela continue comme un oral de bac. De qui se réclamèrent les anti-esclavagistes de la Révolution française ? Qui inspira les Garibaldiens de l’Unité italienne ? Qui guida les marxistes de la République de Weimar ? Qui nourrit l’inspiration des intellectuels communistes américains au tournant des années 1950 ? Une seule réponse : ce même gladiateur rebelle : Spartacus. Mythe à ce point fécond et plastique qu’on l’a, depuis des siècles, accommodé à toutes les idéologies et peint aux couleurs de toutes les fictions.

3Et d’abord les faits, rapidement résumés. Capoue, été 73 a.C. Une poignée de gladiateurs, en majorité gaulois, s’évade de l’école de Lentulus Batiatus. Ils battent la campagne, regroupent autour d’eux esclaves en fuite et paysans mécontents, se donnent un chef, Spartacus, un Thrace. Un berger devenu auxiliaire de l’armée romaine qu’il déserte ensuite, à moins qu’il n’ait été simplement qu’un prisonnier de guerre. Quelques victoires inattendues éveillent les craintes des Romains qui voient sans déplaisir Spartacus se diriger vers les Alpes, puis faire volte-face pour se réfugier à l’extrême pointe de l’Italie du Sud, en confiant ses espoirs à des pirates ciliciens qui les trahissent. Pris au piège par Crassus, il doit livrer un ultime combat, qui lui sera fatal, sur les bords du fleuve Silarus. Six mille crucifiés entre Capoue et Rome montreront à tous que Rome n’est pas tendre envers les rebelles. Quant à Spartacus, il a déjà disparu au cours de la bataille.

4Les historiens antiques ont vu en Spartacus le meneur d’une guerre d’esclaves, sans but politique défini. Non pas le libérateur d’un monde que Rome a asservi, ni le prophète d’une nouvelle société plus humaine et plus juste, figures qu’il incarnera, à partir du xiiie s. Faut-il alors entrer dans le détail des 15 tragédies, 12 bandes dessinées, 11 films, 8 romans, d’un ballet soviétique et d’une comédie musicale française qui forment la constellation de la légende ? À quoi s’ajoute aujourd’hui une série télévisée. Retenons au moins une idée-force : rarement figure antique aura été à ce point trahie par ceux-là même qui ont voulu, au mieux, la glorifier, au pire la faire entrer dans un moule anachronique, au service de causes, dont la générosité et la justesse, souvent, indéniables, ont usé de Spartacus, comme d’un produit au label prestigieux, made in Antiquité, et donc dans le domaine depuis deux millénaires.

5Il fallait – après plusieurs tentatives, restées le plus souvent incomplètes – retrouver enfin toutes les couleurs du mythe de Spartacus, entre l’Histoire et la fiction, entre Capoue et Hollywood (et Cinecittà). C’est avec un rare bonheur, une érudition sans faille et beaucoup de courage que Gérard Lucas, un helléniste de l’Université de Lyon2-Lumière, s’est attelé à ce travail difficile, où la rareté des sources antiques fait un écho contrasté à l’abondance des avatars fictionnels.

6Chacun pourra ainsi, après s’être plongé dans l’Histoire (ou avant de le faire !), jouir des délices de la fiction, romans, BD, films et séries télévisées. Tant est riche et plastique le mythe de Spartacus et tant il a engendré de mythèmes.

7Et maintenant ? Je n’ai pas pu – encore ? – éditer le Spartacus du romancier italien Rafaele Giovagnoli qui a inspiré le Spartacus du cinéaste Riccardo Freda (1954). Si la chose arrive un jour, je pense que ma préface sera très longue...

Notes

1 G. Lucas, Spartacus et ses avatars. De la réalité au mythe. De Capoue à Hollywood, Éd. Chemins de traverses, 2014.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search