Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

1. Mondes antiques : Égypte, Grèce, Rome

La complainte des amours mortes1

Texte intégral

  • 1 Les Amours de Didon et d’Enée, Coll., Lycée Rodin, 2012.

“Les amours mortes se réveillent à la pelle du souvenir”

1Genèse. J’ai accepté de préfacer ce bel ouvrage réalisé par un professeur du lycée Rodin (Paris) pour plusieurs raisons. La première était que mon fils y avait fait ses études et que mon petit-fils était dans la classe de ce professeur, d’où un ton qu’on pourrait juger un peu trop lyrique. La deuxième était que j’y avais animé, en 2011 et 2012, des stages sur le Péplum demandés par... l’Inspection générale (mais oui !). La troisième était qu’il fallait encourager toutes les entreprises de ce type.

2Nec procul hinc partem fusi monstrantur in omnem/ lugentes campi. “Et partout, près d’ici, où le regard se porte/ S’étend à l’infini le champ des amours mortes”. Énée a consulté la Sibylle de Cumes. Certain qu’il pourra s’établir au Latium, il lui demande de descendre aux Enfers revoir son père Anchise. Et là, au milieu des ombres silencieuses de ces femmes mortes d’amour, il rencontre le fantôme de Didon, errant dans la forêt. Didon, qui répond aux larmes d’Énée par un silence farouche. Victime d’un destin contraire et jouet des dieux cruels.

3Comme ils sont loin, ces accents déchirants du chant 6 de l’Énéide, comme ils sont loin du chant d’amour du chant 4. Comme ils semblent loin, dans le monde d’aujourd’hui, au temps des amours tarifiés des séries télévisuelles et de l’exhibition des sentiments érigés en dogme dans l’impudicité vulgaire des magazines et des shows. Comme il semble loin le temps où les vers de Virgile ou ceux d’Homère éveillaient des échos dans le cœur des lycéens.

4Et pourtant... Et pourtant, un professeur de latin – mais oui, il y en a encore – a réussi à faire partager sa passion pour la Rome antique, ses écrivains et sa langue, à une poignée de jeunes latinistes – mais oui, il y en a toujours – de seconde d’un lycée parisien. Elle a choisi, pour faire éclater au grand jour une telle singularité, de mettre en images les Amours de Didon et d’Enée, ce chant 4 qui commence en chant nuptial et se termine en chant funèbre.

5Encore fallait-il trouver la forme appropriée : entre la rusticité de la bande dessinée et la complexité du film, elle a préféré la photographie. Une sorte de roman-photo qui rend le son nostalgique et fané de ces ciné-romans à la touchante naïveté qui racontaient et montraient à la fois. Mais le dessein/dessin s’est voulu ici plus près de la luxuriance lyrique du texte. Dont les accents sont scandés par des portraits de latinistes. Qui, par la parure, la coiffure, le maquillage, le regard, semblent à la fois incarner les personnages virgiliens et, en même temps, rêver sur un ailleurs que seule, dans notre siècle de fer, l’Antiquité peut apporter. C’est, du moins, mon opinion, et je la partage.

6Que peut-on souhaiter à ces jeunes latinistes, parmi lesquels j’ai reconnu l’un des miens, sinon une vie portée par l’amour des textes et la grandeur des sentiments ? Que peut souhaiter un latiniste au soir de sa vie à une autre latiniste, jeune et talentueuse, sinon de garder son enthousiasme intact et de le faire de nouveau partager ?

7Par une autre ballade des amants du temps jadis, Hélène et Pâris, Antoine et Cléopâtre, Titus et Bérénice et tous ceux dont l’immortalité n’est assurée que par le souvenir des amoureux de l’Antiquité ? Pourquoi pas ? L’enthousiasme est une lumière qui s’use quand on ne s’en sert pas...

8Et maintenant ? Je ne retrancherais pas un mot de ce que j’ai dit mais j’insisterais encore davantage sur les dangers qui menacent notre culture et le monde que nous avons connu.

Notes

1 Les Amours de Didon et d’Enée, Coll., Lycée Rodin, 2012.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search