Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

1. Mondes antiques : Égypte, Grèce, Rome

Rome, par ses historiens1

Texte intégral

  • 1 Rome, par ses historiens, Les Belles Lettres, 2012.

1Genèse. L’idée de cet ouvrage était de refaire des Contes et Légendes pour adultes et de les faire raconter par les historiens du monde antique eux-mêmes. Bref de laisser à d’autres le soin de le rédiger !

2“Sans peur, intègre, libre, au langage franc et vrai, nommant [...] une figue une figue ; sans haines ni amitiés, sans ménagements dictés par la pitié, la honte ou la timidité ; impartial, bienveillant sans complaisance ; sans concitoyens, sans patrie, sans sujétion, sans souverain ; sans calcul des effets, rien d’autre que les faits”. Quant à ces faits, “il faut, au prix de bien des peines” les trier, analyser leurs sources, les disposer enfin dans une langue claire, “sans mots impénétrables et hors des sentiers battus [...] tels que le grand public les comprenne”. Beau portrait d’historien par Lucien, dans Comment on doit écrire l’histoire (41 ; 47 ; 44). On peut, peut-être, y ajouter une qualité que, selon Denys d’Halicarnasse (Lettre à Pompée Géminos, 7), aurait eue l’historien Théopompe : “voir et dire pour chaque action, non seulement ce que la plupart peuvent voir, mais encore examiner en détails les causes invisibles des actions de leurs auteurs et les sentiments de l’âme difficiles à connaître pour la majorité des gens”.

3Tel est donc, pour les Anciens, l’historien. Mais à quoi sert donc l’Histoire ? Une réponse quasi unanime : l’Histoire a d’abord un but moral et pédagogique. Apprendre pour s’éduquer, se changer, s’améliorer, se réformer. En un mot apprendre à vivre en lisant les vies d’autrui ; tirer du passé des leçons pour comprendre, supporter, voire changer le présent. Les mêmes mots reviennent sous la plume d’historiens aussi différents que Polybe (1.1-2), Diodore de Sicile (1.1.1-4), Plutarque (Tim., 1-5), Tite Live (Praef1.8-10). Car si les deux premiers ont l’ambition d’écrire des Histoires universelles et le troisième des Vies, le dernier, lui, rédige une Histoire nationale, celle de Rome depuis les origines jusqu’à son époque.

4C’est donc dans son sillage et sous son ombre tutélaire que nous nous placerons. Avec, bien entendu, une différence fondamentale : si Tite Live est un historien – ou un historiographe, comme on voudra, nous n’entrerons pas ici dans une redéfinition des termes – et un écrivain, nous ne sommes, nous, que de modestes compilateurs, avec, dès le départ, un but clairement défini : une vision cohérente et colorée, diverse et variée de l’Histoire de Rome depuis ses origines jusqu’à sa fin. Nous éviterons ici de parler de “chute”... Bref, osons l’avouer, refaire ces "Contes et légendes” qui ont permis à tant de générations de connaître les grandes heures des civilisations passées. Mais les refaire sans recourir, par manque de goût ou de talent, on choisira le terme que l’on voudra, à une réécriture qui sentirait trop l’huile de la lampe ou la paraphrase. Nous avons préféré laisser parler les historiens, grecs et latins, qui ont raconté des pans entiers de cette Histoire. Une mosaïque bigarrée, si l’on voit les choses avec une bienveillance optimiste. Un centon, si on y apporte un œil critique agacé.

5Risquons pourtant un modeste plaidoyer pro domo. Il existe bien des anthologies d’historiens antiques, grecs ou latins, excellentes souvent. Abondent les recueils de textes, les biographies d’empereurs, les récits de batailles, regroupés au hasard des études et des synthèses. Mais jamais selon une simple ligne directrice : une histoire complète avec un début (légendaire) et une fin (mythique). Bien sûr, l’entreprise a ses limites et ses faiblesses. Elle se heurte à l’existence des textes et à leur pertinence. Elle néglige forcément, sans pouvoir les discuter, car tel n’est pas son dessein, les approximations, les erreurs, les partis pris. Elle ne peut – comme le font les romanciers et quelquefois, il faut bien l’admettre, les historiens – combler, par la puissance de l’imagination, les lacunes de la documentation. Dans le meilleur des cas, elle peut – et nous ne nous en sommes pas privés – citer et comparer des sources différentes, mais sans choisir. Car si la compilation ne manque pas parfois de grandeur, elle a toujours ses servitudes !

6Histoire de Rome, avons-nous dit, mais quelle Histoire ? Avant tout, celle que nous racontent les historiens. Ce qui est logique. Même si, parfois, nous n’avons pas hésité à avoir recours à d’autres écrivains, des poètes, un romancier, des apologistes. Ce qui revient à une sorte de chanson de geste ou de tapisserie de Bayeux qui met plus en relief les grands moments historiques ou les plus pittoresques. Parce que les plus connus, ceux qui sont dans toutes les mémoires : les jumeaux et la louve, les oies du Capitole, les éléphants d’Hannibal, la révolte des gladiateurs, l’incendie de Rome et sa “chute". Portraits gravés au burin. Les pères fondateurs : Brutus, Cincinnatus, Camille, Caton. Les ennemis : Hannibal, Vercingétorix, Jugurtha, Attila. Les révoltés : Spartacus, Catilina (c’est Cicéron qui fait la comparaison). Les seigneurs de la guerre : Marius, Sylla, César, Pompée, Crassus. Les empereurs, sages et “fous”, depuis Auguste jusqu’au petit Romulus Augustule. Les femmes de cœur et de corps, de pouvoir et de devoir : Cléopâtre, Agrippine, Messaline, Zénobie, Théodora. Et puis la foule des Barbares qui se pressent au limes : Goths et consorts, Vandales, Huns, face aux derniers défenseurs de Rome : Aetius, Ricimer, Stilicon. Enfin, ces voix nouvelles qui sont chrétiennes : apologistes et historiens ecclésiastiques. Reste le peuple. Mais on sait depuis longtemps qu’il est peu représenté en littérature, du moins jusqu’au xixe s. Alors en Histoire... On l’aperçoit parfois, en toile de fond du tableau : légionnaires en colère, foules en liesse ou en pleurs.

7C’est tout cela qui compose, en une sorte de fresque épique et baroque, dramatique parfois, pathétique souvent, mille ans et des poussières d’Histoire romaine. Ou d’histoire du monde antique, car celle-là est souvent inséparable de celle-ci. Cette Histoire, on l’a voulue, pour des raisons à la fois esthétiques et pédagogiques, agréable à lire, comme une sorte de roman à l’antique, entrecoupé de nécessaires respirations informatives et de transitions chronologiques.

8On l’a voulue aussi découpée en grands moments : les débuts de Rome, la Royauté et la République, le Haut-Empire et l’Empire tardif. Chacun de ces moments précédé et terminé par une sorte de synthèse qui tente – tâche difficile – de dire en peu de moments beaucoup d’années et d’en dégager quelques grandes lignes. Ce souci – quasi obsessionnel – de la lisibilité nous a fait tomber, on peut l’avouer, dans le refus de traductions trop collées au texte et donc parfois difficiles pour une lecture continue et à leur préférer, ce qui est un paradoxe – assumé – lorsqu’on travaille pour les Belles Lettres, de “belles infidèles” des siècles passés ou notre propre traduction. Qu’on n’y voie là aucun dédain pour l’exactitude scientifique- ce qui serait un comble pour les deux latinistes que nous sommes-, mais plutôt le souhait de voir ce livre entre toutes les mains. En somme ad usum Delphini.

9Comme si, dans cet âge de fer que vivent aujourd'hui les Humanités, il fallait ne pas hésiter, pour rendre la coupe du savoir historique moins amère, à lui ajouter quelques douceurs stylistiques, au prix parfois de la rigueur linguistique. Si c’est le prix à payer pour que revive, le temps d’un livre, cette Rome qui nous est si chère, il nous paraît bien faible, au regard de l’enjeu : redonner à tous les publics le plaisir de lire et le désir de s’instruire. N’était-ce pas déjà le but que s’étaient fixé les historiens antiques, illustres comme obscurs, qui voulaient, chacun à sa façon, immortaliser le destin de Rome ?

10Et maintenant ? Je pense qu’il faudrait aujourd’hui insister davantage sur la fin de Rome, prendre parti dans le débat qui oppose ceux qui la voient brutale et ceux qui... ne la voient pas. Peut-être aller chercher davantage dans le passé pour éclairer un présent qui prend des allures de fin de civilisation. Peut-être...

Notes

1 Rome, par ses historiens, Les Belles Lettres, 2012.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search