Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

1. Mondes antiques : Égypte, Grèce, Rome

La Malédiction des momies1

Texte intégral

  • 1 La Malédiction des momies, Fleuve Noir, Bibliothèque du fantastique, 1997. En déroulant les bandel (...)

1Genèse. Le cas des momies est intéressant, qui relève à la fois du fantastique, de l’égyptologie et de l’égyptomanie. D’où l’idée de ce recueil qui aurait dû être suivi d’un autre recueil sur les monstres antiques. Mais la collection s’est arrêtée là...

2La malédiction de la momie, la vengeance des pharaons, les mystères des pyramides, autant de titres à sensation qui (s’)éclatent à la une des journaux et sur les affiches bariolées des films à frissons. Si l’Égypte fait rêver, ses momies font trembler. On ne les voit qu’à travers le filtre hollywoodien des années 1930. Cet âge d’or du fantastique dont on devine vaguement qu’il a quelque chose à voir avec la crise économique de 1929 et, dans le cas de notre momie, avec la découverte du tombeau de Toutankhamon par Howard Carter, quelques années auparavant, en 1922. Le lecteur plus cultivé ou plus curieux remontera à ce fameux Roman de la momie qui fit ses délices au collège en reliant ce texte de Gautier et de 1857 à l’égyptomanie qui fit rage en France et en Europe après la fameuse expédition d’Égypte. C’est mieux, mais c’est encore trop peu : il faut remonter plus loin pour voir apparaître notre momie sur la scène européenne.

3Certes nous n’irons pas jusqu’aux historiens grecs, Hérodote ou Diodore de Sicile. On se contentera du témoignage de ces nombreux voyageurs, plus de deux cents, qui ont visité l’Egypte et ses curiosités, entre le xve et le xviie s. Voici, par exemple, en 1547, Pierre Belon, médecin au Mans ; il désigne les momies sous la délicieuse expression de “corps confits’’ ! On en mangerait... D’ailleurs on va en manger, on en mange : dans toute l’Europe, on consomme de la “mummie”. Pilée, sous forme d’une appétissante pâte noirâtre, plus ou moins liquide, c’est un remède souverain, si l’on en croit Avicenne, contre “abcès et éruptions, fractures, contusions, paralysies, migraines, épilepsie, hémoptysie, maux de gorge, toux, palpitations, débilité de l’estomac, nausées, désordres du foie et de la rate, ulcères internes et aussi dans le cas d’empoisonnement”. Bref, un remède-miracle qu’on recommande bientôt pour les seuls maux gastriques, si bien que François Ier ne se déplace jamais sans son morceau de “mummie” accroché à sa selle. Il faudra attendre l’illustre Ambroise Paré et son Discours de la mummie pour que les malades abandonnent un remède dont l’efficacité relevait plus de la superstition imaginative que de l’expérimentation scientifique. Cela pour dire que s’il y a association entre horreur et momie, elle provient d’abord de nos habitudes médicales et quasi anthropophagiques...

4Objet de délices médicamenteuses, la momie va bientôt devenir sujet de fiction littéraire : le 19 mars 1696, on joue une comédie en un acte de Régnard, les Momies d’Égypte, dont les héros ne sont autres qu’Antoine et Cléopâtre, momifiés, comme il se doit. C’est que la momie qui a perdu ses vertus curatives passe pour quelque peu magicienne.

5Et pendant ce temps les voyageurs se pressent en Égypte. On n’hésite plus à se faire descendre dans les tombeaux, à faire la causette avec les momies que l’on rencontre, voire à en rapporter chez soi. Dès la fin du xvie s. commence un fructueux trafic de momies, le haut de gamme – un corps en bel état – se vendant cinq cents couronnes, selon le barème officiel, beaucoup moins si l’on traitait directement avec des fellahs plus chanceux ou plus astucieux dans la recherche des tombeaux. Les grands de ce monde, plus par esprit de lucre que par intérêt égyptologique, encouragent dès le xviie s. leurs légations à faire des recherches. Nicolas Peiresc, conseiller au Parlement d’Aix-en-Provence, acquiert deux momies dont l’une servira de modèle à Rembrandt, le surintendant Fouquet possédait – le Louvre en a hérité – deux sarcophages que ce bon La Fontaine admira fort. Bientôt on ne se contenta plus de collectionner les momies, on se mit à les démailloter et l’on constata, en 1698, avec Benoît de Maillet, consul de France au Caire, que sur les bandelettes ainsi dénouées on trouvait, en bas des habituels hiéroglyphes, des caractères différents. S’agissait-il d’un texte démotique ou copte ? On ne le savait point. Il faudra attendre 1822, Champollion et la pierre de Rosette pour que le mystère de l’écriture égyptienne soit dévoilé.

  • 2 Le roman est disponible chez Pocket (no 3252).

6C’est qu’entre-temps l’Égypte était entrée dans l’histoire... de France. L’expédition de Bonaparte (1798-1799) avait créé une vague d’égyptomanie qui perdurera tout le long du siècle. Il ne convient pas ici de s’étendre là-dessus, sinon pour signaler que la momie est à la mode et qu’elle entre, très modestement encore, en littérature. Quelques allusions dans le Frankenstein (1816) de Mary Shelley2, Le Père Goriot (1835) ou Illusions perdues (1837) de Balzac mais, surtout, un premier texte, anonyme, de 1827 : The Mummy. A Taie of Twenty-Second Century. Bientôt Gautier, avec Le Pied de momie (1840) et, surtout, Le Roman de la momie et Edgard Poe avec Petites discussions avec une momie (1845) feront de la momie un élément à part entière du fantastique littéraire. Entre-temps le démaillotage de momies devient un genre à la mode. On se presse le 6 janvier 1834 au Royal College de Surgeons pour assister à la démonstration d’un ténor en la matière, le professeur T. J. Pettigrew. Il n’y arrive pas toujours, comme en témoigne la séance du 10 avril 1834. Mais il va quand même, en 1852, momifier – sur sa demande – le duc d’Hamilton ! En France, quelques momies entreposées au Louvre après l’expédition d’Égypte se décomposèrent ; sous Charles X, on dut les enterrer d’urgence dans les jardins du Louvre qui bordent la colonnade Perrault. C’est là aussi qu’on enterra les victimes des Trois Glorieuses, au nombre de 504. En 1840, on les mit solennellement sous la colonne de la Bastille... avec les momies qui n’avaient pu être distinguées des restes des révolutionnaires ! Elles y sont toujours. Les Américains, pratiques, veulent fabriquer, à la fin du siècle, du papier avec les bandelettes. De trop mauvaise qualité, il servit un temps à l’emballage de l’alimentation...

7Et pendant ce temps, la momie intéresse toujours les romanciers : Conan Doyle avec L’Anneau de Toth (1980) et Le Lot 249 (1892), mais surtout Guy Boothby qui, avec Pharos l’Égyptien, donne le premier roman, en 1898, sur le thème fantastique de la malédiction des pharaons. Il n’est pas pensable d’énumérer tous les récits qui, désormais, font leurs délices de l’Egyptair antique et de ses momies. Qui continuent d’être à la mode. Au point que, le 3 janvier 1907, le Tout-Paris se presse au Moulin-Rouge pour assister à une pantomime intitulée Rêve d’Égypte. On y voit une momie qui lascivement se débandelette, tendrement enlacée et embrassée par son amant. Cela n’aurait rien que de très exotique si derrière la momie ne se cachait la jeune Colette et, derrière le séducteur, Mathilde de Morny, marquise d’Elbeuf, descendante de Louis XV, arrière-petite-fille de Joséphine de Beauharnais et de Talleyrand, Missy pour les intimes, et qui entretient avec Colette une scandaleuse et brûlante liaison. Comme quoi être momie mène à tout, il suffit d’en sortir... Un peu plus tard – et nous en finirons avec l’anecdote –, le 14 avril 1912 sombre corps et biens le majestueux Titanic avec, à son bord, une momie qu’un riche collectionneur amène en Amérique. De là à voir une nouvelle malédiction !

8Ainsi donc la momie est accommodée à toutes les sauces. Il en est de même sur les écrans où elle apparaît dès 1899, dans la Cléopâtre de Méfiés, pour ne plus quitter les salles obscures. Et en arriver, enfin, au chef-d’œuvre de Karl Freund, cette fameuse Momie (1932) qui donna le branle à toute une série de films archéologico-horrifiques, au premier rang desquels figure le remake de Terence Fisher, en 1959, La Malédiction des Pharaons et La Momie de Châdi Abdessalam (1968), où, pour une fois, il n’est pas question de malédiction et de terreur, mais de pillage des richesses archéologiques de l’Égypte.

9Si les maîtres de l’épouvante, en littérature, continuent de traiter le thème avec ses ingrédients habituels, que ce soient Rider Haggard (La Nuit des pharaons, 1913, que nous donnons ici), Lovecraft (Prisonnier des pharaons, 1924), Jean Ray (Les Momies évanouies, 1937), Robert Bloch (Les Yeux de la momie, 1938, que nous donnons ici), Anne Rice (La Momie, 1989)..., certains choisissent d’autres voies. Ainsi le Captain W. E. Johns abandonne momentanément son héros favori, Biggles, pour faire de La Momie égyptienne (1950) l’héroïne d’une nouvelle policière que nous reproduisons ici. Au même moment, les sympathiques Deux Nigauds d’Hollywood affrontent le monstre dans Deux Nigauds et La momie (C. Laumont, 1955).

10Aujourd’hui encore les momies ou des avatars de momies continuent de hanter les écrans, les livres et les imaginations. On en veut pour preuve le nouveau remake, en 1993, du film de Freund et le roman, qui date de 1994, de D. Calvo-Platero, La Momie secrète du Pharaon. Si, en l'occurrence, la momie est un homme – ce qui arrive parfois-, l'archéologue est une femme – ce qui n’arrive jamais. On devine la suite...

  • 3 Pour un développement plus nourri de ces idées, on lira notre communication à l’exposition Égyptom (...)

11Ainsi donc les romans de momies participent d’un triple fantasme3. Le premier relèverait d’une vision romantique de l’archéologie, science nouvelle et qui doit sa naissance à la campagne d’Égypte. C’est par l’archéologie que les hommes d’aujourd’hui – entendez le plus souvent : du xixe s. – vont retrouver les hommes d'hier, ou plutôt les femmes d’hier. Qui, malgré leurs charmes mortifères, semblent moins dangereuses, tout compte fait, que les femmes bien vivantes d’aujourd’hui. Gautier en est un bon exemple, lui qui n'aime les femmes que momifiées et – si possible – par morceau...

  • 4 On consultera sur ce point notre édition du roman de Bram Stoker, Dracula (Pocket, no 4669).

12Le deuxième fantasme serait né, lui, d’une interprétation pessimiste de l’Histoire qui tendrait à faire croire qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil et que le progrès n’existe pas. On en trouverait une démonstration douce-amère dans la nouvelle de Poe citée plus haut. Quant au troisième fantasme, on en trouverait des traces dans l’essence même du fantastique et de ses jeux avec la mort. Entre la vie et la mort, il y a, certes, le vampire4, mais il y a aussi la momie, figée pour l’éternité sous une forme mortelle et qui semble pouvoir, puisqu’elle a défié l’usure du temps, franchir les barrières qui séparent la vie de la mort. Reste à trouver comment, d’où le recours à un certain nombre de papyri ou de paroles magiques ; bref un bric-à-brac ésotorico-fantaisiste qui vise à produire l’immanquable effet de réel barthien, facilité dans ce domaine par la croyance toujours vivace dans les secrets de l’Égypte éternelle. Aujourd’hui, faute de pouvoir frissonner dans les tombeaux obscurs qui restent encore à découvrir, on tente d’en retrouver l’atmosphère dans ces chambres noires que sont les cinémas, temples d’éternité dont le symbole récent et publicitaire était – justement – une momie qui reprenait sa liberté.

13Et maintenant ? Je pense que j’aurais ajouté d’autres textes et développé la partie cinéma.

Notes

1 La Malédiction des momies, Fleuve Noir, Bibliothèque du fantastique, 1997. En déroulant les bandelettes : Guy Boothby, Pharos l’Égyptien – Robert Bloch, Les yeux de la momie – H. Rider Haggard, La nuit des Pharaons – Captain W. E. Johns, La momie égyptienne – Grant Allen, Le jour de l’an chez les momies – Henry A. Hering, Deux professeurs et une momie.

2 Le roman est disponible chez Pocket (no 3252).

3 Pour un développement plus nourri de ces idées, on lira notre communication à l’exposition Égyptomania (1994) : “Les romans de momies : fantasme(s) d’histoire ou d’archéologie”, à paraître dans les Actes du colloque.

4 On consultera sur ce point notre édition du roman de Bram Stoker, Dracula (Pocket, no 4669).

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search