Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

Le latin en France ou La guerre de mille ans1

Texte intégral

  • 1 L’Histoire, no 191, septembre 1995, p. 20-21. Complété et mis à jour par la revue italienne Dionis (...)

1“Pourquoi, s’écriait Rimbaud, apprendre du grec ? Du latin ? Je ne le sais... Enfin on n’a pas besoin de cela... Pourquoi apprendre le latin ? Personne ne parle cette langue... Que sait-on si les latins ont existé ? C’est peut-être quelque langue forgée...’’. Ainsi s’exprime le jeune élève Rimbaud et on serait tenté de ne voir là qu’une révolte enfantine, si elle ne faisait écho, tout au long des siècles, à d’autres accès de mauvaise humeur. C’est Voltaire, un siècle avant Rimbaud, qui supprime le latin de l’éducation du jeune marquis de la Jeannotière : “Je veux que mon fils soit un homme d’esprit, dit Madame de la Jeannotière, et vous voyez bien que s’il savait le latin il serait perdu. Joue-t-on, s’il vous plaît, la comédie en latin et l’opéra ? Plaide-t-on en latin quand on a un procès ?”. C’est Francion, le héros de Charles Sorel, qui, au xviie s. s’élève contre la loi faite en classe de ne parler qu’en latin : “La loi qui m’était la plus fâcheuse, écrit-il, à observer était qu’il ne fallait jamais parler autrement que latin et je ne pouvais me désaccoutumer de lâcher toujours quelques mots de la langue maternelle”. C’est enfin la terrible dédicace de Jules Vallès, dans Le Bachelier : “A ceux qui nourris de grec et de latin sont morts de faim, je dédie ce livre”.

2Ainsi l’enseignement des langues anciennes – mais surtout du latin – n’a-t-il été en France qu’une longue querelle, toujours étouffée, jamais éteinte. Chaque époque a ses bonnes raisons pour la renouveler et, invariablement, voit-on se dresser, les uns contre les autres, les humanistes et les Barbares, les réactionnaires et les progressistes, en un mot, les Anciens et les Modernes. Seul un coup d’œil sur les siècles passés peut nous permettre d’avoir une vision objective et historique de cette guerre de Mille ans, qui a pris, trop souvent, des allures de guerre de religion.

3“Parlez français, je vous répondrai !”. Ce mouvement d’humeur d’un papetier du XVIe s. interpellé en latin par le Recteur de l’Université de Paris qui se plaignait de la mauvaise qualité de ses fournitures, faillit se terminer mal pour l’artisan : il fut cité devant le parlement. L’anecdote témoigne qu’à cette époque, le latin, encore langue de culture, n’était déjà plus une langue de communication. Il restait cependant la langue unique et obligatoire dans les collèges dont la règle était : Latine loqui, pie uiuere (“Parler latin et vivre pieusement”) – tout un programme !

4Et dans bien des milieux, le latin était d’un usage familial courant : le cas de Montaigne, soumis par son père à “un bain linguistique” (Essais, I, 26), n’est pas isolé ! L’Université de Paris, quant à elle, avait adopté pour toutes ses facultés la règle suivante : Nemo schoiasticorum in coilegio lingua uemacuia loquatur, sed latinus sermo eis usitatus etfamiiiaris (“Que personne parmi les étudiants ne parle sa langue et qu’on ait une pratique courante du latin”, Statuts du 3 septembre 1599, art. XVI). De même, la langue officielle des clercs et de l’Église était le latin.

5Mais la situation ne pouvait durer. Dès 1453, le français est reconnu comme l'auxiliaire de l'enseignement du latin (Catholicon abbbreuiatum). En 1487, l’imprimerie diffuse le premier vocabulaire latin-français, imprimé à Genève (mais le premier lexique a été, en 1280, le Glossaire d’Évreux). Voici que paraissent, un peu partout en Europe, les premières traductions des œuvres antiques (dès 1509). Le mouvement de révolte contre le latin part des facultés de province : à Montpellier, à Lyon, on commence à avoir recours au français. C’est dans cette langue que sont rédigés les cours pour les chirurgiens et les barbiers (auxiliaires médicaux). Un manuel chirurgical illustre, le Guidon de Guy de Chauliac, avait, depuis 1503, une édition française. En 1538, Jean Canappe, docteur à Montpellier et professeur de chirurgie à Lyon, en donne une nouvelle édition, puis traduit en français les textes du médecin grec Gallien (iie s. p.C.), pour le plus grand contentement de ses collègues, dont le célèbre Ambroise Paré.

6Même chose pour la pharmacie. La corporation des apothicaires et “épiciers” est formée de gens d’origine modeste qui connaissent mal le latin. De même pour la médecine générale : les principes d’hygiène mis en avant pour lutter contre ces fléaux que sont la lèpre, la peste et le tout récent mal de Naples (la syphilis) doivent être énoncés en français. La contagion gagne le Collège des trois langues, le futur Collège de France, où, dès 1529, quelques professeurs, et non des moindres, comme Ramus, osent enseigner en français ! Bientôt une totale liberté est laissée à chacun, mais... les programmes continueront à être rédigés en latin. Ils le resteront jusqu’en 1791.

7En 1539, par ailleurs, l’ordonnance de Villers-Cotterêts a rendu obligatoire l’usage du français dans tous les actes administratifs. Vieux rêve qui date de Louis XI, si l'on en croit Commynes (Mémoires, VI, 6), et de Louis XII qui avait en 1510 ordonné l’usage du français pour les affaires criminelles. À Villers-Cotterêts, un pas décisif est franchi, sonnant le glas d’une latinité vivante. Certes le latin conserve encore des défenseurs : en 1523, l’Église condamne catégoriquement l’usage du français dans le culte et interdit la lecture de la Bible en français.

8Il est vrai qu’en 1522, la Bible de Luther était en allemand et que, l'année suivante, Lefèvre d’Étaples avait traduit le Nouveau Testament en français. En 1541, la Réforme adopte le français comme langue de culte. À partir du milieu du xvie s., l’emploi du français en littérature était général. Si Montaigne avoue avoir quelque peu hésité, en 1637, Descartes explique dans son Discours de la méthode les raisons de son choix.

9Seul l’enseignement restait, comme il va de soi, en retard. Le latin, qui visait surtout à former l’éloquence, y était roi. Déclamation, versification, composition latine, version quelquefois : tel est le programme des Jésuites, codifié dans la Ratio Studiorum (1599). L’essentiel des cours se fait en latin (on ne commence le grec que plus tard), dont l'usage est obligatoire, même pendant les récréations ! Quant au français, on ne s’y exerce que par la version (latine) et par la double traduction (un texte français traduit en latin et retraduit en français).

10Chez d’autres, on est plus souple. Chez les Oratoriens, le français est la langue d’enseignement jusqu’en 4ème, ensuite, il ne le reste que pour la seule histoire. À Port-Royal, on apprend à lire en français et on écoute des traductions d’auteurs anciens (Plutarque, Valère-Maxime). Richelieu, pourtant, avait eu le projet, dès 1641, d’ouvrir un collège international où l’on n’enseignerait qu’en français. La mort l’empêcha de poursuivre. Dès 1643 apparaît, chez les Oratoriens, la première grammaire latine en français, celle du père de Condren. Presque simultanément (1644) Lancelot publie sa Nouvelle méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue latine. En 1665, le Journal des savants est rédigé en français. Et le poète Louis Le Laboureur vante, en 1669, les Avantages de la langue française sur la latine.

11Le mouvement prend de l’ampleur. Colbert crée, à Paris, en 1680, une chaire de droit français où l’on enseigne en français. On admet du bout des lèvres, à la fin du siècle, le français pour les petites classes, dans la Ratio discendi et docendi (1792) de Jouvency. En 1700, le pas est franchi : Jean-Baptiste de la Salle crée des collèges où l’enseignement moyen ne comporte pas de latin. Entre 1700 et 1719, le mouvement gagne Rouen, Angers, Marseille, Saint-Yvon, Mureville, Montpellier, Carcassonne. En 1726, dans son célèbre Traité des études, Rollin est bien forcé de faire une place à l’enseignement du français. En 1759, les Bénédictins de Sorèze adoptent un cursus sans latin. En 1776, c’est au tour de l’école militaire royale d’en arriver là. Entre-temps, en 1762, D’Alembert, dans l’article “collège" de l'Encyclopédie, avait condamné l’enseignement en latin.

12La Révolution ne fera que précipiter les choses. Elle supprime, en 1794, les anciens collèges et universités. Nourris d’antiquité classique, inspirés par un vif idéal gréco-romain, chantres parfois d’une République romaine et d’une Sparte d’Épinal, les hommes de 1789 sont pourtant hostiles au latin, trop lié, selon eux, à l’Ancien Régime. Dans les nouvelles grandes écoles, les études ne sont faites qu’en français. Si Napoléon, dès 1802 (19 frimaire, an XI) redonne au latin sa place éminente dans le premier lycée qui voit le jour à Moulins, en 1803, partout, l’enseignement ne se fait désormais qu’en français. Le latin n’est plus qu’une matière, mais qui reste enseignée dès les petites classes.

13Cependant, la monarchie de Juillet, rendant sur un rapport de Guizot, en 1832, un enseignement primaire public obligatoire, doit faire face à un afflux d’écoliers pour lesquels il est difficile d’imposer unanimement un enseignement du latin dans les petites classes. Trente ans plus tard, en 1865, Victor Duruy amorce un mouvement dès lors irréversible, en créant un enseignement secondaire “spécial” sans latin. En 1880, Jules Ferry repousse en 6ème les débuts de l’étude du latin. La création, un an plus tard, par Camille Sée, d’un enseignement secondaire sans latin ni grec destiné aux seules jeunes filles, ouvre la voie à l'officialisation, en 1902, d'un enseignement moderne, à côté d’un classique. En 1905 s’achève une réforme commencée en 1880 : plus de vers latins, plus de dissertations latines, plus de thèses en latin.

14Dès lors la place accordée au latin dans le cursus secondaire se réduit se plus en plus. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, la démocratisation de l’enseignement secondaire (jusque là payant, sauf pour les boursiers) lui porte les derniers coups. En 1959, le latin est supprimé du premier trimestre de la classe de 6ème, devenu trimestre d’orientation. Dix ans plus tard les débuts de son étude sont reportés en 4ème. Dix ans encore et son horaire dans cette classe passe de quatre à trois heures : le latin n’est plus qu’une option comme les autres ; précédé pourtant d’une “sensibilisation” en 6ème et d’une “initiation” en 5ème.

15C’est cette dernière qui se transforme, en 1995, en un véritable enseignement du latin. Dont on peut se demander s’il est bien dans le sens de l’histoire : la véritable démocratisation aurait consisté à offrir à tous les élèves en 6ème et en 5ème la réelle possibilité d’accéder à l’Antiquité gréco-romaine et de réserver, en 4ème, aux seuls volontaires, l’enseignement de la langue.

16C’était compter sans les contraintes horaires et le choix désormais dévolu aux conseils d’établissements de décider des priorités des matières. Bref, en 2013, on s’achemine vers une mort programmée du latin dans les collèges, lui qui est déjà moribond dans les lycées. Et l’on craint bien que le lobby – composite, mais fort actif – des “défenseurs” (ah, quel mauvais terme !) du latin ne propose, dans un combat d’arrière-garde, que des remèdes d’apothicaires, là où il faudrait une potion magique.

17À force de “défendre” un enseignement où, souvent, trop souvent, la tradition fait bon ménage avec la sclérose, on a oublié la richesse contemporaine des productions fictionnelles sur l’Antiquité : romans, cinéma, bande dessinée. Sans parler des autres arts. Plus qu’un replâtrage, soumis aux bonnes volontés du pouvoir central et des petits chefs locaux, la seule voie – du moins à notre avis – serait une nouvelle conception d’un enseignement qui se nommerait : “enseignement de l’Antiquité” et où le latin aurait, bien sûr, une place de choix. Mais dans une optique radicalement différente : comme l’instrument d’un savoir éclaté (langue, littérature, histoire, philosophie, sociologie), mais dans l’unité retrouvée du monde antique. On peut rêver...

Et maintenant ? Le latin (et le grec) est menacé de mort par la réforme du collège, dont l’application est annoncée pour la rentrée 2016. Tronquées d’un tiers, ces matières perdraient leur statut de disciplines (donc avec programmes et horaires fixes) et deviendraient de simples options consacrées à l’étude de la seule langue. La civilisation serait cantonnée dans l'un des 6 EPI proposés aux établissements qui devraient en choisir 2.

Notes

1 L’Histoire, no 191, septembre 1995, p. 20-21. Complété et mis à jour par la revue italienne Dionisio, en 2013.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search