Version classiqueVersion mobile

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

Préface des préfaces

Claude Aziza

Texte intégral

1Réunir en un seul volume préfaces, articles et autres écrits concernant l’Antiquité a quelque chose, il faut bien l’avouer, d’assez inhabituel. La coutume est qu’on offre aux universitaires qui partent à la retraite ce qu’on nomme des “Mélanges”, où collègues et amis écrivent des textes qui relèvent du domaine des intéressés. M’étant occupé de trop de domaines, je n’ai pas eu de “Mélanges” et les textes regroupés ici ont tous été écrits (ou coécrits) par moi.

2J’ai pourtant cédé à la généreuse amitié d’Olivier Devillers qui m’a offert l’hospitalité d’Ausonius Éditions. La proposition était sérieuse, limitée – ce qui est naturel pour une maison d’édition dont le patronyme est celui d’un poète et homme d’État romain – au seul domaine antique. On trouvera donc d’abord ici toutes les préfaces, écrites entre 1984 et 2014. Puis, une partie, plus inattendue, sur les rapports entre l’Antiquité, le cinéma, la BD, la SF, le fantastique et le roman d’espionnage. Enfin, je terminerai par des études plus personnelles. Sur l’insistance d’Olivier Devillers, j’ai ajouté quelques articles scientifiques et une ou deux soties, au sens gidien du terme.

3Ces préfaces sont de trois sortes. Les unes présentent un roman ou un ensemble de romans et de nouvelles sur un thème ou sur un lieu. Les autres introduisent des ouvrages historiques. Les dernières servent d’avant-propos à des essais.

4Le lecteur – indulgent, comme il se doit – pourrait se demander pourquoi telle ou telle préface a sa place dans ce livre. Pour lui éviter une question, qu’on devine angoissée, j’ai jugé utile de dire brièvement, sous le titre : Genèse, les circonstances de la publication. Et de terminer par cette interrogation, apaisée ou amère, selon le cas : Et maintenant ? Où, paraphrasant, à la fois, Gilbert Bécaud et Dalida (on a les références culturelles qu’on peut !), je m’imagine – par un coupable excès de narcissisme – préfaçant le même objet, vingt ans après (merci Dumas) ou trente ans plus tard (encore merci Dumas).

5Je crois qu’il faut toujours – le temps venu – payer sa dette envers les écrivains, les cinéastes, les lieux, les thèmes, les personnages qui ont créé, forgé, nourri, une vocation, des rêves, des fantasmes. Quoi de mieux alors qu’une Antiquité rediuiua, toujours vivante “pour réparer du temps l’irréparable outrage” ? Et, pour rester chez Racine, se demander, devant les décombres d’une culture gréco-romaine en ruines que piétinent avec le même cynisme ignorants barbares et veules responsables politiques, “comment en un plomb vil, l’or pur s’est-il changé ?”.

6Ce linceul de pourpre où Paul Valéry voyait dormir les Dieux morts n’est plus aujourd’hui qu’un mythique suaire mythé, “peau de panthère et chlamyde trouées de mille et mille idoles du soleil”, pour ne pas quitter le poète. Idoles que les médias encensent devant un parterre de crétins surdoués. Dans cet âge de fer où nous sommes entrés, seule une féconde anamnèse peut encore espérer retrouver la blancheur de la toge ou les grâces du péplum...

7Exegi monumentum, déclarait Horace. Je préfère, pour ma part, dire, au prix d’un mauvais calembour : “Exigü certe monumentum. Sed meum.

Auteur

Université de la Sorbonne Nouvelle Historien de l’Antiquité fantasmatique

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search