Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre l’Antiquité

 | 
Claude Aziza

Préface

Olivier Devillers

Texte intégral

1Le nom de Claude Aziza est familier, depuis longtemps, à tous ceux qui s’intéressent à l’Antiquité ; sans doute ceux-ci l’associent-ils spontanément à des thèmes que les dernières années ont vu, et en grande partie grâce à lui, se populariser, se développer et même dira-t-on se légitimer, comme l’Antiquité au cinéma, et plus largement les diverses formes de réceptions de l'Antiquité dans la culture contemporaine. Cette préoccupation pour un domaine dans lequel il est pionnier s’est traduite au cours des années à travers une activité éditoriale inlassable et intense. C’est d’abord à cette activité que, dans le cadre de la collection “Scripta Receptoria” récemment créée, Ausonius Éditions ont voulu rendre hommage, en réunissant l’ensemble de celles, parmi les préfaces qu’il a rédigées, dans lesquelles l'Antiquité occupe quelque place. Ces textes, épars et dont un grand nombre ne se trouvent plus, offrent un grand intérêt, pour eux-mêmes bien sûr, mais aussi pour l’éclairage qu’ils procurent sur la démarche de C. Aziza et ce qu’on pourrait appeler son “combat pour l’Antiquité”.

2Tel était le projet de départ. Une quarantaine de préfaces furent ainsi d’abord rassemblées. Ce travail terminé, pourtant, il apparut que, comme tel, l’ouvrage ne donnait qu’une image partielle de 1’“oeuvre” de Claude Aziza. S’il faisait amplement écho à ses talents de vulgarisateur et de prosélyte de la culture latine, deux autres volets, essentiels pourtant dans son parcours, indispensables pour comprendre la nature de son engagement, demeuraient absents : les volets scientifique et pédagogique.

3Pour ce qui est du premier, Tertullien fit ainsi son entrée dans le livre : à côté d’articles plus courts qui rappellent la collaboration régulière de C. Aziza avec divers périodiques, notamment L’Histoire, des articles scientifiques ont été introduits, qui reflètent la recherche fondamentale à laquelle il s’est consacré et dont sa monographie Tertullien et le Judaïsme (Paris, 1977) est sans doute l’exemple le mieux connu. Pour ce qui est de la dimension pédagogique, nous avons inséré un court roman que C. Aziza avait lui-même fait figurer en fil-rouge d’une méthode d’apprentissage du latin dont il fut le maître d’œuvre.

4L’ensemble de ces contributions (préfaces, articles scientifiques, articles de vulgarisation, roman...) ont été classées thématiquement. Trois centres d’intérêt se dégagent, autour desquels ont été constitués (parfois quelque peu arbitrairement, car ils se recoupent) les trois axes de ce livre : l’un concerne les rapports entre Juifs, chrétiens et païens, selon toutes les combinaisons possibles ; l’autre porte, plus généralement, sur le monde antique lui-même (son histoire, ses coutumes...) comme matrice de savoirs et d’images ; le troisième – qui renvoie assurément à la part la mieux connue de l’activité de C. Aziza – englobe tout ce qui regarde la réception de l’Antiquité, plus spécifiquement dans la fiction contemporaine. Pompéi cristallise assez bien ces trois préoccupations : sorte d’instantané de la “vie quotidienne” des Romains, objet de phantasmes et creuset d’archéofictions, mais aussi, avant sa destruction, lieu où se côtoyaient les religions. On pourrait en dire tout autant de Carthage : aemula imperii des Romains et patrie d'Hannibal, objet de réécritures modernes (à commencer par Salammbô), mais aussi, et notamment à l’époque de Tertullien, lieu de cohabitation et/ou de confrontations entre Juifs, chrétiens et païens.

5Au-delà de ces subdivisions, nous pensons que celui qui lira l’ensemble de ce volume ne pourra s’empêcher d’observer la cohérence qui, au-delà de la spécificité propre à des démarches diverses, s’en dégage.

6D’abord, il faut souligner la méthode de C. Aziza : nourrie par une érudition implacable, elle repose sur l’accumulation d'exempta choisis et classés avec soin au service d’une argumentation plus souvent démonstrative qu’interprétative. On ne peut ainsi qu’admirer la rigueur avec laquelle C. Aziza met en évidence, à travers ses présentations de dossiers, les divers aspects des problématiques auxquelles il s’attache, qu’il s’agisse de bande dessinée érotique ou de littérature chrétienne du11e s. Cette capacité à "scanner” un corpus, à revenir à la lettre – ou à l’image – des œuvres citées est sans nul doute la caractéristique la plus remarquable de la méthode qu’appliquent un grand nombre des textes réunis ici. Peu de bavardage donc dans les pages qui constituent ce volume, mais un reflet fidèle, une lecture fine, des corpus retenus...

7Dans l’esprit, ensuite, l’alacrité de la plume, l’enthousiasme de la découverte, le culte de la curiosité font des écrits de C. Aziza des lectures aussi agréables que stimulantes. Il y a de la verve, de l’humour, la volonté de partager le plaisir du savoir. S’y mêle le souci d’interpeler le lecteur au nom de l’Antiquité, et de l’interpeler à travers ce qui lui est familier : un héros de péplum aux muscles saillants, un héros de bande dessinée gauloise aux moustaches tombantes... Recourant au cinéma, à la science-fiction, au roman, à la publicité, mais aussi à ce qui devrait être le bagage de tout homme cultivé..., C. Aziza établit un dialogue basé sur une sorte d’intertextualité populaire qui sans cesse relance l’attention.

8Dans l’intention enfin, si le style ou certains thèmes traités peuvent parfois donner le sentiment de la légèreté, c’est, à relire les textes, une apparence somme toute partiellement trompeuse, car la gravité affleure dans le propos. Jamais ne disparaît la conscience qu’au cœur de la démarche de C. Aziza se trouve la sauvegarde d’un héritage. Car les textes rassemblés ici sont aussi ceux d'un militant, peut-être parmi les plus fervents, assurément parmi les plus déterminés, de la cause de la romanité et d’un défenseur de notre patrimoine gréco-romain, ferment de notre civilisation judéo-chrétienne.

9Il y a assurément quelque chose de don quichottesque chez quiconque entreprend de vouloir sauvegarder notre culture classique. C. Aziza l’assume, avec une forme de lucidité et d’emportement qui fait le prix de ses textes. Alors que beaucoup des études qui concernent aujourd’hui les mondes anciens sont le fruit d’un labeur de cabinet et ont vocation à s’y confiner, C. Aziza a choisi d’écrire en héraut de l’Antiquité. Ces pages invitent à entendre son appel...

10Un mot encore, plus personnel. Même si le contenu des contributions réunies ici revient au seul C. Aziza, unique auteur de ce livre-patchwork, j’ai contribué à la mise aux normes et, parfois, à la reproduction de ces textes. Ce fut pour moi un plaisir. C. Aziza est un homme prodigue en conseils, en souvenirs..., et j’ai l’occasion là de le remercier pour tout ce qu’il m’a apporté lors de l'élaboration et de la réalisation de ce projet.

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540