Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Étrusques au temps du fascisme et du nazisme

 | 
Marie-Laurence Haack
, 
Miller Martin

I - Les Étrusques dans l’imaginaire des peuples

Carl Diem et le sport étrusque

Jean-Paul Thuillier

Texte intégral

  • 1 Diem 1941,1-9. Cet article est d’ailleurs peu connu et par exemple ne figure pas dans la bibliogra (...)

1Il suffit de consulter une bibliographie générale sur la civilisation étrusque pour constater que les articles portant spécifiquement sur le sport étrusque ne sont pas très nombreux, et, depuis longtemps, mon attention a donc été attirée sur une étude parue en 1941 et intitulée précisément “Etruskische(r) Sport”1 : on pouvait être d’autant plus intéressé que la personnalité de l’auteur était loin d’être indifférente. Il s’agit en effet de Carl Diem qui, en dépit de cet article, ne s’est sans doute pas fait un nom dans le domaine de l’étruscologie mais qui est en revanche un personnage célèbre dans l’histoire du mouvement sportif du xxe siècle : rappelons simplement pour l’instant qu’il fut un des principaux organisateurs, pour ne pas dire le principal organisateur, des xie Jeux Olympiques de Berlin en 1936, et cette seule indication suffit à montrer que nous avons affaire ici à une personnalité très controversée. Je commencerai par retracer brièvement quelques traits saillants de la biographie de Carl Diem, je donnerai ensuite quelques indications sur la Revue Olympique (Olympische Rundschau) dans laquelle a été publié cet article, et j’en viendrai enfin au contenu même de cette étude.

  • 2 Kluge, V. 2002, 1-4.
  • 3 Moutsis 2007, 129-136.

2Carl Diem est né à Würzburg en 1882 et il est mort à Cologne en 19622 (fig. 1). Il est devenu très rapidement (en 1908) un haut dirigeant sportif en Allemagne et a multiplié très vite les contacts avec les représentants d’autres pays. Dès 1912, à l’occasion des Jeux Olympiques de Stockholm, il se retrouve à la tête d’une délégation de journalistes et d’athlètes et, un an plus tard, il rencontre Pierre de Coubertin : ce dernier ne manquera pas désormais de le considérer comme un grand ami et même comme un génie en raison de ses innovations dans le domaine de l’olympisme. Et surtout à partir de 1934, C. Diem bénéficiera de l’appui, pour ne pas dire de la complicité, de Coubertin : ce dernier, qui par ailleurs ne manifeste pas d’hostilité particulière au régime nazi, comprend que seule l’Allemagne peut désormais mettre en œuvre, y compris sur le plan financier, les projets qui lui tiennent à cœur depuis longtemps (l’Institut Olympique International, la Revue Olympique, l’Académie Olympique Internationale). C. Diem n’est pas membre du parti nazi et il est ainsi plus présentable sur le plan international3.

  • 4 Clastres 2008, 69-74 (70 : “La torche, symbole de purification, au même titre que la croix gammée, (...)

3Il serait d’ailleurs trop long d’énumérer les diverses responsabilités qu’exerce C. Diem dans le mouvement sportif et olympique non seulement en Allemagne mais aussi sur le plan international pendant les années centrales du xxe siècle : il est par exemple secrétaire du Comité Olympique Allemand en 1925, Chef de Mission aux Jeux Olympiques de 1928 à Amsterdam, Secrétaire du Comité d’organisation pour les xie Jeux Olympiques de Berlin de 1931 à 1937 et Directeur de l’Institut Olympique International à Berlin de 1938 à 1945. Parmi ses faits d’armes, on souligne toujours le fait qu’il inventa le relais de la flamme olympique, pour lequel on veut souvent trouver à tort des précédents antiques, et en tout cas il planifia et perfectionna tous les détails de cette manifestation, y compris sur un plan technique – c’est l’usine d’armement Krupp qui fut chargée de la réalisation de la torche (fig. 2). C’était mettre en lumière l’héritage hellénique, et ce voyage de la flamme entre Olympie et Berlin symbolisait clairement le lien entre l’athlète hellène et l’homme nouveau aryen que le film de Leni Riefenstahl exaltait aussi4 (fig. 3). Carl Diem a exercé tout au long de sa vie des activités de conseil en matière d’organisation sportive auprès de nombreux gouvernements : on peut citer ses fonctions de consultant en Turquie, en Bulgarie, en Inde, au Japon, en Afrique du Sud, en Argentine – je ne sais pas s’il faut tirer quelque conclusion de l’examen de cette liste...

Fig. 1. Carl Diem (1882-1962) (d’après Koulouri-Georgiadis 2007, 204).

  • 5 On notera qu’il a d’ailleurs publié une étude sur Goethe ainsi que sur Byron : Diem 1948 ; Diem 19 (...)
  • 6 Diem 1960 (une troisième édition est publiée à Stuttgart en 1971 : elle figure dans la bibliograph (...)
  • 7 Sur l’histoire des fouilles allemandes dans le sanctuaire d’Olympie, voir Kyrieleis 2011. La tenue (...)
  • 8 Moutsis 2007,123 (traduction anglaise d’un texte de C. Diem daté du 18 octobre 1935).

4Mais Carl Diem n’a pas été seulement un administrateur doué et inventif du mouvement sportif, il a eu bien d’autres activités que l’on pourrait qualifier de littéraires, à tel point que certains de ses amis n’ont pas hésité à le comparer à Goethe...5. Il a écrit plusieurs ouvrages, entre autres une Histoire mondiale du sport et de l’éducation physique (1960), pour ne pas parler d’une autobiographie et même d’une œuvre dramatique6 ; il dirige une revue sur laquelle nous allons revenir, il publie plusieurs articles, il prononce de nombreuses conférences aux États-Unis et en Europe (par exemple en 1942 à Paris sur “L’idée olympique dans la nouvelle Europe” (sic...) : conférence qui sera éditée l’année suivante par les services de propagande de l’armée d’occupation allemande (Institut Terramare). Il joue un rôle dans la reprise des fouilles archéologiques à Olympie (octobre 1936), liée évidemment à la tenue des Jeux Olympiques de Berlin, il suivra bien sûr de très près en particulier le dégagement de l’ancien stade, et en 1940 il devient d’ailleurs membre de l’Institut Archéologique Allemand7. On peut noter que Hitler finance en personne, pour 300 000 marks, les nouvelles fouilles d’Olympie et de son stade antique, C. Diem ne manquant pas de souligner le bénéfice politique de cette opération : “Germany benefits from another major scholarly project and, moreover, at a period when accusations are launched against it on a moral level. A project which will turn the attention of the civilised world towards us8” (fig. 4).

Fig. 2. Le relais de la flamme olympique en 1936 (d’après Moutsis 2007, 138).

5Enfin, et pour se limiter à ces aspects, Carl Diem est passionné par les questions de formation et d’éducation en matière de sport (il a cherché en vain à obtenir d’Hitler une chaire de professeur à l’Université de Berlin) : il a pris de multiples initiatives pour développer la pratique du sport dans les écoles et ce à tous les niveaux de l’éducation en Allemagne. On peut résumer cette activité en rappelant qu’il fonde en 1947 et dirige pendant de nombreuses années l’institution qui devient en 1965 l’École supérieure allemande du Sport de Cologne, la Deutsche Sporthochschule Köln, laquelle comprend en particulier un Institut d’Histoire du Sport, Institut für Sportgeschichte. Cette Université du Sport, avant d’être transférée à Cologne après la Seconde Guerre Mondiale, avait connu une première phase à Berlin à partir de 1920. Et sur le plan international, il est en 1955 un des principaux fondateurs de l’Académie Internationale Olympique (IOA) qui organise, sur le site même d’Olympie, des sessions de formation destinées à la jeunesse : la première session a lieu en 1961, un an avant sa mort (fig. 5).

Fig. 3. Le parcours de la première flamme olympique (d’après Clastres 2008, pl. 9).

  • 9 Sur ce point, voir Clastres 2008, 76-77, lequel rappelle aussi “l’aveuglement de Pierre de Coubert (...)

6Carl Diem, s’il a donc commencé sa carrière bien avant l’arrivée au pouvoir d’Hitler, est resté un haut dirigeant sportif pendant toute la durée du régime national-socialiste. Le fait qu’il n’ait pas été inquiété à la fin de la guerre et qu’il ait même reçu tous les honneurs possibles dans de nombreux pays, et ce jusqu’à sa mort (en 1948 il est déjà l’invité d’honneur des Jeux Olympiques de Londres, et le seul Allemand présent à cette manifestation, en 1960 il est l’hôte d’honneur des Jeux Olympiques de Rome, il est nommé citoyen d’honneur d’Olympie en 1961), tout cela ne prouve évidemment rien quant à ses responsabilités : pratiquement tous les dirigeants du mouvement olympique ont gardé leur situation, quelle qu’ait été leur collaboration avec le gouvernement d’Hitler, et dans certains cas on a même voulu présenter Diem et d’autres comme de véritables résistants anti-nazis...9. Ont évidemment joué en sa faveur le fait qu’il n’était pas inscrit au parti nazi et l’appui de nombreuses personnalités du mouvement olympique international.

  • 10 La comparaison s’impose d’autant plus que Leni Riefenstahl s’est toujours intéressée aux sports et (...)
  • 11 Clastres 2008,70 (rails de travelling, caméra-catapulte, caméras sous l’eau, ralentis...) : le tou (...)

7Carl Diem a réfuté toutes les critiques qui ont pu être émises à son encontre en présentant une défense ultra-classique dans ce genre de situation : selon lui, il n’a agi que dans l’intérêt du sport qu’il a tenu à l’écart de la politique et de sa corruption. Il n’empêche qu’en organisant et en réussissant les Jeux Olympiques de Berlin comme il l’a fait, il a rendu un fier service au régime national-socialiste et à Hitler. Je comparerais volontiers son rôle à celui de Leni Riefenstahl qui, en dépit de ses relations avec le Führer, échappa, sinon à toutes les poursuites judiciaires, du moins à toute condamnation10 : cette dernière a toujours prétendu qu’en filmant ces mêmes Jeux Olympiques de Berlin, elle n’avait fait qu’œuvre artistique, et son film “Les Dieux du Stade” (en fait la première partie du film intitulé “Olympia”), film réalisé avec de grands moyens techniques11, fut effectivement une très belle réussite esthétique : notons au passage qu’il avait obtenu en 1938 à Venise “la coupe Mussolini”... Mais son utilisation par la propagande nazie a été non moins incontestable, et la collaboration de ces deux personnages avec le régime hitlérien ne saurait être sous-évaluée (il faudrait aussi citer divers articles de C. Diem dans des revues liées au parti nazi et dont l’orientation n’est évidemment pas en opposition avec ce dernier...).

Fig. 4. Les fouilles du stade d’OIympie en 1937 (d’après Moutsis2007, 127).

Fig.5. Carl Diem à Olympie en 1961 (d’après Koulouri-Georgiadis, 131).

  • 12 Clastres 2011, 200-204, et pl. 30/1.
  • 13 Moutsis 2007, 131-133.
  • 14 Clastres 2008, 76.

8Venons-en maintenant à cette Revue Olympique ou Olympische Rundschau. Le CIO, Comité International Olympique, a toujours voulu être doté d’un bulletin officiel, puisque les partisans du renouveau des Jeux Olympiques ont dès l’origine mis en avant un volet intellectuel, à commencer par Pierre de Coubertin lui-même qui, en tant que président du CIO, a donc édité et même financé ce bulletin depuis 1901 jusqu’en 1925 (avec bien sûr des interruptions pendant la première guerre mondiale). De janvier 1901 à 1914, la couverture de la revue, qui paraissait chaque mois, était dotée d’un frontispice illustrant “la filiation entre l’agôn des Anciens et les sports de l’ère industrielle” – en réalité P. de Coubertin était plus intéressé par les sports de son époque (cyclisme, aviron, yachting, rugby...) que par ceux de la Grèce antique, et le lien entre les concours antiques et les jeux modernes n’est qu’“une construction idéologique forgée par un baron immergé dans le Tout-Paris de la Belle Époque”12. Puis le Comte Henri de Baillet-Latour, nouveau président, fait éditer à Bruxelles (il était belge), de 1926 à janvier 1938, une nouvelle revue intitulée Bulletin Officiel du CIO. C’est alors que Carl Diem obtient de Baillet-Latour l’autorisation de publier à Berlin cette Olympische Rundschau qui était envoyée gratuitement à tous les membres du mouvement olympique et qui poursuivra son existence d’avril 1938 jusqu’en octobre 1944, avant de renaître deux ans plus tard sous la présidence du suédois J.-Sigfrid Edström13. Frappante illustration de ce qui a été dit plus haut, à propos de l’épuration très discrète du CIO, le fait qu’“en 1946, puis de nouveau en 1949, Edström envisage même de coopter C. Diem, l’organisateur des Jeux de Berlin” pour ce nouveau Bulletin du Comité International olympique14.

  • 15 Diem 1942a, 21-29. À noter que les 30 figures de l’article de 1941 ne sont pas reproduites avec le (...)

9La revue olympique dirigée par Carl Diem comportait au début quatre numéros annuels et c’est donc dans le numéro 15 de 1941 que paraît l’article long de 8 pages sur le sport étrusque, signé du directeur même de la publication et accompagné de 28 figures. Une traduction en italien paraît dans le numéro suivant sous le titre “Lo sport presso gli Etruschi” et c’est à ce texte italien que je me réfère puisque c’est le seul auquel j’ai pu avoir accès, et ce grâce à mon collègue Wolfgang Decker qui d’ailleurs a longtemps enseigné à Cologne dans cette Deutsche Sporthochschule fondée par C. Diem15. Au passage, je ne sais si cette traduction italienne est due à l’alliance de l’Allemagne avec l’Italie de Mussolini et répondrait donc à une volonté politique, ou si elle ne tient qu’à la seule situation géographique des Etrusques au cœur de l’Italie.

  • 16 Diem 1941b. On notera avec intérêt que l’auteur publie aussi en 1942 une étude sur le Lusus Troiae(...)

10On pourrait s’interroger sur les raisons qui ont poussé ce dernier à rédiger cette étude, mais cela n’est pas tellement étonnant puisque, nous l’avons dit, il publie plusieurs ouvrages sur l’histoire des différents sports à travers le monde entier – et par exemple dans ce même numéro 16 de la Revue Olympique on trouve, tout de suite après l’article sur les Étrusques, un autre article de ce même C. Diem, écrit cette fois en français, sur le jeu de polo. C. Diem s’était penché dans un ouvrage antérieur sur les jeux équestres en Asie16. Les Étrusques ayant de toute façon laissé beaucoup de documents sur leurs spectacles sportifs ne pouvaient donc qu’attirer l’attention d’un historien du sport : mais leur cas l’a-t-il intéressé spécialement à la suite de lectures récentes ou l’auteur avait-il fait auparavant un voyage en Italie et visité des sites étrusques comme Tarquinia, je ne saurais le dire puisque je n’ai pas étudié tous les détails de la vie du personnage. Ce qui est sûr, c’est que Carl Diem a été un grand voyageur dans les pays européens à cette époque, et que les relations avec l’Italie de Mussolini ne pouvaient que favoriser un tel déplacement. Pour ce qui est de ses lectures, je me contente ici d’indiquer les principaux auteurs modernes qui sont cités dans l’article : T. Mommsen, B. G. Niebuhr, W. Helbig – ces deux derniers à propos de la thèse des origines septentrionales des Étrusques, ainsi que K. Pfister, F. Weege, spécialiste de la peinture étrusque, G. Q. Giglioli, E. Norman Gardiner, un des grands historiens britanniques du sport antique et surtout hellénique, et E. Gerhard, pour cette impressionnante entreprise qu’était le corpus des miroirs étrusques.

  • 17 Cf. Bevagna 2014.
  • 18 On nous permettra de renvoyer à Thuillier 2009, 877-880.
  • 19 Sannibale 2004, 81-101.

11L’article est précédé d’un sous-titre qui mérite d’être souligné : le sport étrusque doit-il être considéré comme une création originale, autochtone ou est-ce le simple reflet des coutumes, des splendeurs grecques ? Car si la question peut paraître simpliste aux yeux de beaucoup, elle est loin d’être sans intérêt encore aujourd’hui17. Étant donné l’importance des concours, de la gymnastique, des édifices à vocation sportive comme le stade, la palestre, le gymnase dans le monde hellénique, on a vite fait de tout accorder en ce domaine à la Grèce, et on va même jusqu’à placer à Olympie l’origine du sport, en ignorant superbement les témoignages de civilisations plus anciennes. Par ailleurs, un tel gréco-centrisme est loin d’être absent des études contemporaines en matière d’étruscologie. Quand on voit par exemple que, pour justifier la seule présence de pugilistes sur des fresques funéraires étrusques, certains, refusant une interprétation réaliste trop banale à leurs yeux, vont puiser dans les tréfonds de la mythologie grecque, on peut être surpris puisque cette épreuve était manifestement très populaire en Étrurie, comme le montrent bien sources littéraires et iconographiques : le fait que ces boxeurs soient parfois désignés par un nom propre devrait suffire à éliminer les interprétations symboliques et métaphoriques18. Et devant le nombre et l’importance des images à caractère sportif dans l’art étrusque, on a tôt fait de parler – et je cite là un des très rares articles portant directement sur les sports en Étrurie (2004) – d’“adoption de l’idéal grec” lié à la gymnastique et à l’athlétisme, en négligeant les informations contraires qu’apportent là encore données textuelles et épigraphiques quant au statut social de ces athlètes étrusques19. C. Diem répond à sa question initiale en prenant une position très équilibrée, et, à mes yeux, tout à fait raisonnable : si les influences helléniques sont incontestables, les caractères originaux du sport étrusque ne le sont pas moins. Encore aurait-il pu faire intervenir d’autres arguments allant dans ce sens.

12L’article de C. Diem est assez remarquablement informé en ce qui concerne la civilisation étrusque dans son ensemble. Il connaît les différentes théories sur l’origine de ce peuple, il résume bien son développement historique, note le caractère partial des sources grecques en raison de la thalassocratie étrusque – même si ce mot n’est pas prononcé – et signale l’existence de la dodécapole, pour s’en tenir à ces quelques points. Le sens religieux des Étrusques et le décor de leurs tombes l’amènent à une comparaison avec les Égyptiens, comme au temps de Stendhal. Les principaux apports des Étrusques à Rome sont rappelés de manière très juste : les insignia imperii – les licteurs et leurs faisceaux ne sont pas oubliés – la divination, les cérémonies comme le triomphe, la musique et... même les connaissances médicales.

  • 20 Voir le “catalogue de documents figurés étrusques présentant des motifs athlétiques, à partir du m (...)
  • 21 Colonna 1976, 187-195.

13Les principaux documents retenus par Carl Diem pour la connaissance des jeux étrusques sont, sans surprise, les fresques funéraires, mais aussi les “bronzes artistiques” : il entend par là les miroirs, les cistes (Ficoroni) et les situles de Bologne (la situle de la Certosa et celle de Benvenuti) et de la région atestine (Watsch, Matrei, Kuffarn) dont il décrit assez bien les zones figurées. Pour les peintures, il s’appuie en particulier sur Tarquinia bien sûr (Tombes des Augures, des Inscriptions, et surtout des Biges, cette dernière découverte, comme il se plaît à le souligner, par les Allemands Stackelberg et Kestner) mais il connaît aussi celles de Chiusi (Tombe della Scimmia, del Colle et de Poggio al Moro)20. On peut s’étonner qu’une catégorie de monuments très intéressante pour la question des jeux soit absente, celle des reliefs archaïques de Chiusi. En réalité, un de ces reliefs est cité page 27 mais comme une “ciste du Musée National de Palerme” : c’est même la seule erreur matérielle caractérisée dans l’ensemble de l’article. Ce relief connu de Palerme, avec sa tribune aux juges et au scribe, ses athlètes et sa danseuse, est celui que j’appellerais volontiers le relief Colonna, depuis que ce dernier lui a consacré un bel article dans les Mélanges en l’honneur de J. Heurgon21 (fig. 6).

Fig. 6. Relief archaïque de Chiusi conservé à Palerme (d’après Thuillier 1985, 441).

  • 22 Clastres 2011, 208-210. Cette fascination des nazis pour le discobole et le lancer du disque trouv (...)
  • 23 Thuillier 1985,155 et 291-292, fig. 38 ; Comstock-Vermeule 1971, 261, no 376 (ce miroir du ve sièc (...)
  • 24 Thuillier 2014, 37-44.
  • 25 Sur le pugilat en Étrurie, Thuillier 1985,181-268.

14Venons-en maintenant à quelques points particuliers de l’analyse de Carl Diem, sans commenter bien sûr l’ensemble de l’article. Il affirme que le sport principal, en Étrurie comme en Grèce, était l’athlétisme, au sens moderne du terme, c’est-à-dire la course, le saut et les lancers. Position qui ne me paraît pas correspondre à la réalité de l’iconographie étrusque, mais qui s’appuie sur le témoignage privilégié de fresques comme celles des Biges à Tarquinia (fig. 7). Par ailleurs, l’Allemagne de cette époque a été fascinée par la statue du Discobole de Myron comme on le voit bien dans le prologue du film de Leni Riefenstahl sur les “Dieux du Stade”, et comme le révèlent aussi les affiches sportives de la même période, et il était inévitable que l’attention de Carl Diem se portât d’abord sur ce type d’épreuves22. Au passage, page 25, il décrit fort bien le sauteur en longueur gravé sur un miroir de Chiusi aujourd’hui conservé à Boston, athlète qui effectivement n’était pas un danseur comme le croyait E. Gerhard23 (fig. 8). Mais un peu plus loin, et sans se rendre compte qu’il se contredit, C. Diem est amené à reconnaître que les images de pugilat sont vraiment très nombreuses (“numerosissime”), et bien sûr c’est le sport-roi chez les Étrusques : il suffit de rappeler, sans s’arrêter à l’iconographie effectivement abondante, le passage de Tite-Live 1.35, sur les equi et les pugiles amenés d’Étrurie à Rome par Tarquin l’Ancien, et ce fait étonnant pour ce qui peut sembler un point de détail, à savoir que plusieurs auteurs grecs ont été amenés à souligner la coutume étrusque de l’accompagnement musical du pugilat24. Et si Carl Diem déçoit en écrivant que le flûtiste accompagne les lutteurs (et non les boxeurs) – c’est une confusion très répandue chez les antiquisants mais qu’un sportif comme lui ne devrait pas commettre – il note en revanche très justement la garde particulière des boxeurs étrusques25.

Fig. 7. Fresques de la Tombe des Biges de Tarquinia (calque) (d’après Thuillier 1985, fig. 66).

Fig. 8. Sauteur en longueur étrusque (d’après Thuillier 1985, 292).

  • 26 Pour la Tombe des Biges, ibid., 622-634, et fig. 66. Pour la question de la non-nudité des athlète (...)
  • 27 Bartoccini-Lerici-Moretti 1959 ; Moretti 1966.

15De même, il parle trop souvent d’exercices gymniques et d’atmosphère de palestre, ignorant par-là la condition sociale des athlètes étrusques : c’est sans doute dû là encore à l’impression laissée par la Tombe des Biges au cachet particulièrement hellénique. Mais la non-nudité de ces athlètes étrusques est bien soulignée par lui26. C. Diem traite ensuite de façon trop rapide la question des jeux équestres : mais il est vrai que la Tombe si révélatrice delle Olimpiadi et celle du Maestro delle Olimpiadi n’étaient pas encore découvertes (peut-être a-t-il pu voir ces fresques lorsqu’il est venu aux Jeux Olympiques de Rome en 1960 puisqu’elles avaient été mises au jour deux ans auparavant, et on sait que c’est cette manifestation contemporaine qui leur a donné leur nom)27 : en tout cas, si C. Diem avait connu cette tombe peinte et son nom en 1941, nul doute que ce grand dirigeant du mouvement olympique aurait été passionné par un tel document (fig. 9). Or, c’est bien sur un tel sujet qu’il aurait pu mettre particulièrement en évidence l’originalité des sports étrusques : il suffit ici de rappeler non seulement le vêtement des cochers étrusques mais aussi leur technique particulière consistant à nouer les guides autour de la taille, que C. Diem aurait pu rapprocher de l’Égypte. Il remarque que les Étrusques connaissent les courses de biges et de triges, ce qui est juste, mais il a tort d’ajouter celles de quadriges dont il n’y a aucune image en Étrurie ; en revanche, il signale bien les épreuves de cavaliers-acrobates, de desultores qu’il considère comme étant d’origine asiatique (c’est un point qui revient souvent chez lui à propos des exercices hippiques).

16Il y a enfin une remarque, et je terminerai là-dessus, sur le caractère cruel et sanglant de certains jeux, imités plus tard par les Romains, et qui conduirait à considérer les Étrusques comme des barbares : si C. Diem ne donne ici aucune précision, je suppose qu’il fait allusion au jeu du Phersu, puisqu’il connaît les fresques de la Tombe des Augures (fig. 10). Mais l’auteur veut exonérer ce peuple de cette accusation en insistant sur leur goût pour la musique et la danse, sur le raffinement de leur artisanat et surtout de leur orfèvrerie, et enfin sur la place qu’ils ont accordée à la femme étrusque. C’est à propos de la Tombe des Biges qu’il peut souligner la liberté dont jouissait la femme étrusque. C. Diem remarque en effet que non seulement les Étrusques connaissaient les tribunes pour les spectateurs – avant la Grèce, dit-il, mais il aurait même pu aller plus loin sur ce point – mais aussi que leurs femmes étaient bien présentes dans ces tribunes au milieu des hommes, et cela contrairement aux habitudes grecques et orientales (fig. 11). S’agissant de l’intérêt de C. Diem pour les structures sportives, on peut noter que dans cette même année 1941 il propose de faire construire à Berlin un stade de 200 000 places qui ferait de la capitale allemande le carrefour du sport mondial : on sait qu’un tel stade sera construit plus tard au Brésil, mais le mythique Maracana de Rio a désormais vécu et n’a plus qu’une capacité de 80 000 spectateurs...

Fig. 9. Tombe des Olympiades (Tarquinia) : paroi droite (cl. Sopr. Antich. Etruria merid.)

Fig. 10. Tombe des Augures (Tarquinia) : paroi droite (cl. Sopr. Antich. Etruria merid.)

  • 28 Sur ce point particulier, Thuillier 2010, 339-350.

17En conclusion, malgré les quelques critiques que j’ai été amené à présenter, malgré les inexactitudes et les approximations – mais j’ai par ailleurs laissé de côté plusieurs remarques très justes et très pertinentes de l’auteur – on ne peut que souligner la bonne tenue de cet article daté de 1941 sur un plan scientifique et historique, et j’aurai bien d’autres remarques négatives à faire, parfois plus sévères, à propos d’études plus récentes sur les ludi étrusques. Il s’agit d’un article de facture classique, assez général évidemment étant donné sa longueur limitée, mais qui rentre parfois dans des précisions assez justes et non dénuées d’intérêt. Par ailleurs, si, comme je l’ai dit plus haut, Carl Diem fut, en tant que dirigeant du sport allemand et international, et aussi comme intellectuel, un collaborateur parfois zélé du régime nazi, cet article ne peut être taxé d’aucune dérive idéologique, et je ne crois pas par exemple qu’on puisse faire un sort à l’utilisation de l’expression “particularités raciales” à la page 22. Il y a même toujours dans cette page 22 une remarque qui est loin d’être inintéressante. Citant T. Mommsen, C. Diem note qu’on insiste habituellement sur l’aspect lourd et grossier des Étrusques qui se dégagerait de leur iconographie – et de ce point de vue les athlètes de la Tombe des Augures ont souvent été mis en avant – alors qu’au contraire les images des Grecs leur confèrent un aspect élancé : or, fait-il remarquer très justement, si l’on regarde les images grecques archaïques, on retrouve tout à fait les mêmes formes trapues et pesantes28 (fig. 12).

  • 29 À propos des fouilles d’Olympie, C. Diem se croit par exemple obligé de signaler que le secrétaire (...)

18Ainsi C. Diem ne tombe pas dans un fantasme bien présent dans l’Allemagne nazie qui est celui de la beauté grecque parfaite, et du lien entre le corps athlétique nu des Grecs et le corps aryen, un lien que symbolisait le relais de la flamme depuis Olympie jusqu’à la vasque du stade de Berlin. À part l’allusion à l’origine allemande des inventeurs de la Tombe des Biges, Stackelberg et Kestner, on ne peut même pas trouver de tendances nationalistes marquées, et C. Diem ne montre par exemple aucune préférence pour la thèse d’une origine septentrionale des Étrusques qui aurait pu être utilisée dans ce sens. Ainsi, à lire ces quelques pages de C. Diem, on pourrait presque être d’accord avec ce portrait d’intellectuel humaniste que ses laudateurs veulent dresser de lui, mais on ne peut oublier pour autant son rôle dans les Jeux Olympiques de Berlin en 1936, qui ont masqué la vraie nature du régime nazi, sans compter certaines contributions ou interventions pendant toute la durée du pouvoir hitlérien29.

Fig. 11. Tombe des Biges (Tarquinia) : tribune aux spectateurs (calque) (d’après Thuillier 1985, fig.66).

Fig. 12. Amphore panathénaïque : lutteurs (vers 540 a.C.) (cl. Musée de Karlsruhe).

Notes

1 Diem 1941,1-9. Cet article est d’ailleurs peu connu et par exemple ne figure pas dans la bibliographie du chapitre Etruscan Sport rédigé par Bevagna 2014, 408-411 pour le tout récent Blackwell Companion to “Sport and Spectacle in Greek and Roman Antiquity”.

2 Kluge, V. 2002, 1-4.

3 Moutsis 2007, 129-136.

4 Clastres 2008, 69-74 (70 : “La torche, symbole de purification, au même titre que la croix gammée, parcourt une Europe centrale déjà largement brune”) ; Clastres 2011, 191-213. Sur le film de Leni Riefenstahl, Olympia (et surtout sur le prologue de la première partie, Les Dieux du stade) voir aussi Bimbenet 2010, 97-104. On consultera aussi la belle monographie de Chapoutot 2008.

5 On notera qu’il a d’ailleurs publié une étude sur Goethe ainsi que sur Byron : Diem 1948 ; Diem 1950.

6 Diem 1960 (une troisième édition est publiée à Stuttgart en 1971 : elle figure dans la bibliographie de Mahl 1974, qui cite d’ailleurs l’ouvrage de C. Diem dans son introduction) ; Diem 1974.

7 Sur l’histoire des fouilles allemandes dans le sanctuaire d’Olympie, voir Kyrieleis 2011. La tenue de Jeux Olympiques est encore aujourd’hui l’occasion de divers projets archéologiques et surtout de publications portant sur ce site de l’Élide, comme le remarque A. Jacquemin dans son compte rendu de l’ouvrage de H. Kyrieleis (RA, 2014,401), et elle signale à propos de 1936 qu’il y eu une “divergence entre les commanditaires qui voulaient une fouille du stade, pour des motifs de propagande – c’est alors que fut créée la cérémonie de la flamme, qui devait connaître un grand succès –, et les archéologues qui préféraient fouiller les abords de l’Altis pour des raisons scientifiques”. S’il faut rappeler que c’est seulement le relais de la flamme qui fut créé en 1936, alors que la flamme olympique était déjà connue depuis 1928, la suite de l’histoire des fouilles ne manque pas d’ironie puisque “curieusement, la fouille du stade qui intervint lors de la reprise des travaux après la guerre fut d’un grand apport pour l’histoire de l’architecture d’Olympie (décors architecturaux en terre cuite) et pour l’histoire du monde grec en général (dédicaces d’armes qui révélèrent des conflits ignorés des sources littéraires” (ibid.).

8 Moutsis 2007,123 (traduction anglaise d’un texte de C. Diem daté du 18 octobre 1935).

9 Sur ce point, voir Clastres 2008, 76-77, lequel rappelle aussi “l’aveuglement de Pierre de Coubertin” à propos des Jeux Olympiques de 1936 : il faut dire que l’Allemagne hitlérienne avait multiplié les “marques d’honneur à son égard” (ibid., 73-74).

10 La comparaison s’impose d’autant plus que Leni Riefenstahl s’est toujours intéressée aux sports et aux athlètes : bien après la fin de la guerre, alors qu’elle était déjà âgée de 75 ans (elle est morte à 101 ans), elle photographiera les Noubas du Soudan et en particulier les lutteurs qui ont conservé certains traits de l’Égypte antique et dont elle souligne la nudité dans un splendide album (Riefenstahl 1977). Voir Le Rider 1980, XVI sq. et Decker 1976, 10-13.

11 Clastres 2008,70 (rails de travelling, caméra-catapulte, caméras sous l’eau, ralentis...) : le tout grâce au soutien financier de Goebbels.

12 Clastres 2011, 200-204, et pl. 30/1.

13 Moutsis 2007, 131-133.

14 Clastres 2008, 76.

15 Diem 1942a, 21-29. À noter que les 30 figures de l’article de 1941 ne sont pas reproduites avec le texte italien, l’auteur renvoyant d’emblée ses lecteurs au fascicule précédent.

16 Diem 1941b. On notera avec intérêt que l’auteur publie aussi en 1942 une étude sur le Lusus Troiae (Diem 1942b), ce qui montre bien que dans cette période son attention se porte sur les jeux étrusco-romains.

17 Cf. Bevagna 2014.

18 On nous permettra de renvoyer à Thuillier 2009, 877-880.

19 Sannibale 2004, 81-101.

20 Voir le “catalogue de documents figurés étrusques présentant des motifs athlétiques, à partir du milieu du vie siècle a.C. Époques ionico-étrusque, classique et hellénistique” dans Thuillier 1985, 119-175.

21 Colonna 1976, 187-195.

22 Clastres 2011, 208-210. Cette fascination des nazis pour le discobole et le lancer du disque trouve sa meilleure illustration dans le fait que Hitler a acquis le Discobole Lancelotti en 1938 : la statue de marbre, copie du bronze de Myron datée du milieu du iie s. p.C., est restée dans la Glyptothek de Munich jusqu’en 1948, date de son retour en Italie au Museo Nazionale Romano (cf. Caso 2013, 250).

23 Thuillier 1985,155 et 291-292, fig. 38 ; Comstock-Vermeule 1971, 261, no 376 (ce miroir du ve siècle a.C. a été acheté à Rome).

24 Thuillier 2014, 37-44.

25 Sur le pugilat en Étrurie, Thuillier 1985,181-268.

26 Pour la Tombe des Biges, ibid., 622-634, et fig. 66. Pour la question de la non-nudité des athlètes étrusques et du port d’un suspensoir sportif (la pseudo-infibulation), ibid., 369-403. C. Diem écrit à la page 27 de son article à propos d’une fresque de Chiusi : “In parte gli sportivi ritratti portano ancora un succinto indumento avvolto intorno ai lombi... che, secondo Tucidide (1.6), era in uso anche in Grecia nel primo periodo...”. De fait, ce sont les documents de Chiusi, fresques et vases peints, qui montrent le mieux cette pratique.

27 Bartoccini-Lerici-Moretti 1959 ; Moretti 1966.

28 Sur ce point particulier, Thuillier 2010, 339-350.

29 À propos des fouilles d’Olympie, C. Diem se croit par exemple obligé de signaler que le secrétaire de l’École archéologique allemande d’Athènes, le Dr. Wrede, est le représentant du NSDAP : Moutsis 2007, 125 (texte de C. Diem daté de 1940).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carl Diem (1882-1962) (d’après Koulouri-Georgiadis 2007, 204).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 2. Le relais de la flamme olympique en 1936 (d’après Moutsis 2007, 138).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Fig. 3. Le parcours de la première flamme olympique (d’après Clastres 2008, pl. 9).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 4. Les fouilles du stade d’OIympie en 1937 (d’après Moutsis2007, 127).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Légende Fig.5. Carl Diem à Olympie en 1961 (d’après Koulouri-Georgiadis, 131).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Légende Fig. 6. Relief archaïque de Chiusi conservé à Palerme (d’après Thuillier 1985, 441).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 7. Fresques de la Tombe des Biges de Tarquinia (calque) (d’après Thuillier 1985, fig. 66).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 8. Sauteur en longueur étrusque (d’après Thuillier 1985, 292).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 9. Tombe des Olympiades (Tarquinia) : paroi droite (cl. Sopr. Antich. Etruria merid.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Légende Fig. 10. Tombe des Augures (Tarquinia) : paroi droite (cl. Sopr. Antich. Etruria merid.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Légende Fig. 11. Tombe des Biges (Tarquinia) : tribune aux spectateurs (calque) (d’après Thuillier 1985, fig.66).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende Fig. 12. Amphore panathénaïque : lutteurs (vers 540 a.C.) (cl. Musée de Karlsruhe).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10650/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 494k

Auteur

École Normale Supérieure (Paris) ; thuillier@ens.fr

© Ausonius Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540