Versión clásicaVersión móvil

Aquam in altum exprimere

 | 
Alain Bouet

La noria découverte à proximité de “l’oratoire A”, dans le quartier épiscopal de Salone (mission archéologique franco-croate de Salone)

Éric Morvillez, Pascale Chevalier, Jagoda Mardešić, Branko Pender, Mira Topić y Morana Čaušević

Texto completo

  • 1 Éric Morvillez tient à remercier ici Alain Bouet d’avoir proposé d’accueillir cette première mise (...)

1Les fouilles programmées de 2002 et 2003, dans le cadre de la mission archéologique de Salone, ont amené la découverte d’une installation de roue hydraulique tardo-antique dont le fonctionnement a pu être restitué avec une relative précision. La publication de ce livre a semblé l’occasion de mettre en valeur cette découverte1. C’est en étudiant l’adduction et les évacuations d’une fontaine, installée dans la cour à l’arrière de “l’oratoire A’’ du quartier épiscopal, que l’existence de ce dispositif a pu être mise en évidence. Pour comprendre la présence et la fonction de cette machine, il convient de prendre en compte l’histoire complexe du site, les interprétations antérieures des bâtiments qui ont conditionné les appellations et fonctions données par la suite. Les fouilles récentes apportent un nouvel éclairage, encore incertain, sur cette partie du quartier épiscopal à la fin de l’Antiquité. Après une présentation de la problématique de l’interprétation du site lui-même, on pourra étudier la noria elle-même et sa fonction au sein d’un ensemble de constructions en cours de ré-interprétation.

2Rappelons d’abord que la Mission archéologique française à Salone a fêté en 2003 ses vingt ans d’activité en collaboration avec le Musée archéologique de Split et l’École Française de Rome. Dirigée à l’origine par N. Duval, puis C. Metzger, elle l’est depuis 2001, par Fr. Prévot (Université de Paris XII). Les années 2002-2003 ont marqué le début de la réalisation du nouveau programme pluriannuel de fouille : l’analyse de la transformation du paysage urbain de Salone, capitale de la province romaine de Dalmatie, sous l’influence de la christianisation. Le relevé d’ensemble du quartier épiscopal s’inscrit dans l’étude de la naissance progressive d’une topographie chrétienne. Les nouvelles fouilles se sont concentrées en 2002-2003 dans l’espace enserré par l’angle nord-ouest de la muraille (fig. 1-2), autour de ce que l’on a coutume d’appeler “l’oratoire A”, dans la parcelle cadastrale 1720 du cadastre de 2001.

1. Présentation générale

  • 2 Caes., Civ., 3.9.2.
  • 3 Suić 2003, 270.
  • 4 Le mur enserrant les nouveaux quartiers occidentaux et orientaux a été construit sous Marc-Aurèle (...)
  • 5 La question, souvent débattue, reste un sujet controversé que les prochaines fouilles pourraient é (...)
  • 6 L’archéologie démontre que la ville est abandonnée par ses habitants et non détruite par la violen (...)

3Le site de Salone – qui appartient au territoire de la petite ville moderne de Solin – se trouve à quelques kilomètres au nord de la métropole dalmate actuelle de Split, qui s’est développée dans et autour du palais de l’empereur Dioclétien (284-305). La civitas, appelée par César conventus civium Romanorum2, obtient de ce dernier le statut de colonie à l’issue des guerres civiles césaro-pompéiennes : Colonia Martia Iulia Salonae3. Aux Ier-IIe s., la ville se développe depuis son noyau ancien fortifié (l’urbs vetus) vers l’Est (urbs orientalis) et vers l’Ouest (urbs occidentalis). L’ensemble est ceint par un rempart en 170 p.C.4 La capitale administrative provinciale dalmate devient ensuite métropole ecclésiastique au IVe s., siège d’un évêché devenu archevêché au VIe s. Les invasions avaro-slaves auraient eu raison de la continuité urbaine du site : la population fuit, semble-t-il dans les années 630-6405, vers les îles du littoral et l’ancien palais impérial de la baie de Split6.

Fig. 1 : Plan du secteur de l’ “oratoire A” (M. Čaušević, d’après Br. Pender, M. Ćorić, L. Fiocchi).

Fig. 2 : Vue de la cour à la fontaine pendant la fouille. Au premier plan, le sarcophage servant de réservoir (cl. P. Chevalier).

  • 7 Abramić et al. 1917, 122-129, fig. 229, pl. VIII ; certains détails, comme les installations hydra (...)
  • 8 Dyggve 1951, fig. II.7 (plan schématique) et II.8 (restitution interne), chap. II, 23-24 et n. 14 (...)
  • 9 L’article de référence, consacrant cette hypothèse, est celui de Gabričević 1984.
  • 10 C’est sous cette appellation et avec cette datation très précoce qu’on le trouvera d’ailleurs dans (...)

4Le quartier situé au nord-ouest du groupe épiscopal (fig. 3), choisi pour analyser et mesurer la christianisation de l’espace urbain, appartient au secteur de la ville classique, étendu vers l’est dans le dernier tiers du IIe s. Il semble avoir évolué bien avant la construction du complexe cathédral, dont le chantier n’est pas antérieur au IVe s. L’ensemble des “petits thermes du Haut-Empire”, qui nous intéresse ici, dégagé jadis par Don Frane Bulić fut publié sous le nom de “Nordtherme” par William Gerber dans le premier volume des Forschungen in Salona7. Il était supposé avoir été transformé au tournant du IIIe et du IVe s. : l’ancienne palestre thermale aménagée serait devenue avant la Paix de l’Église un “christliches Oratorium, l’“oratoire A” d’Ejnar Dyggve8, considéré jusqu’à présent comme le plus ancien de la Salone chrétienne9, mais aussi comme l’un des premiers bâtiments chrétiens connus10.

5Pour comprendre le sens de cette installation hydraulique, il faut tenir compte de l’ensemble du contexte architectural et revoir à la lumière des fouilles récentes les nouvelles hypothèses sur la fonction de l’édifice. Rappelons d’abord qu’il s’agit de la révision de fouilles anciennes, menées par le directeur du Musée archéologique de Split, Mgr Bulić en 1902-1904, complétées par W. Gerber en 1908-1909, puis en partie par E. Dyggve en 1949. Un volet important du travail a consisté en l’étude des publications, mais aussi des photographies anciennes se rapportant aux fouilles du groupe épiscopal et de son petit quartier annexe (réalisé par M. Gaultier et E. Morvillez). Il s’agissait en effet de saisir la chronologie, l’extension et la qualité des diverses interventions archéologiques antérieures. Ces identifications systématiques de plans, relevés et clichés anciens, comparés avec le faciès actuel du site, nous permettent aujourd’hui d’ébaucher un historique beaucoup plus précis des fouilles du groupe épiscopal, plus spécialement pour le secteur étudié en 2002-2003. Avant de décrire la noria, installée dans la cour, il convient donc de préciser la nature du bâtiment dit “oratoire A”.

2. La salle dite “oratoire a” : transformation et interprétation

6Le petit complexe des bâtiments blottis dans l’angle de la muraille, construite en 170 p.C., a été interprété à l’origine, comme une domus du IIe s.

Fig. 3 : Plan du secteur de “l’oratoire A” (d’après Gerber - Forschungen in Salona I)

  • 11 Antérieurement à cette phase, qui remonte au Bas-Empire, ce petit secteur intra muros était densém (...)

7Elle comportait des petits bains (palestre, vestiaire, tepidarium, caldarium), donnant sur une cour dallée à l’ouest, et des pièces d’habitation situées en terrasse formant un étage plus haut au nord. A l’issue de nos deux dernières campagnes, nous pouvons affirmer avoir affaire à un édifice composé, pour sa phase la plus lisible actuellement11, d’une grande salle rectangulaire (6,62 x 14,60 m), flanquée le long de son tiers sud-est d’une pièce plus petite (3,71 x 5,78 m pour ses plus grandes dimensions), salle et annexe communiquant avec un couloir qui longe leur façade est, par deux portes.

8La grande salle possède en outre deux autres portes ouvrant vers le nord et vers l’ouest sur des espaces non couverts et une troisième ouverture au sud, à l’angle de la pièce annexe. On notera que la salle principale devait être couverte de voûtes, épaulées par treize contreforts. Tous les indices chronologiques que nous possédons convergent vers une datation de cet édifice à la fin du IIIe ou au IVe s. Sa fonction primitive demeure inconnue.

  • 12 Morvillez 1996, 158 (tableau de comparaison). A titre de comparaison directe, le sigma dessiné au (...)

9On lui adjoint dans un deuxième temps deux pièces thermales au sud, dont les suspensurae et les canalisations témoignent d’un usage chauffé, rectangulaires et dotées chacune d’un petit bassin respectivement semi-circulaire et rectangulaire au nord. Lors d’aménagements encore ultérieurs, on supprime les canaux et les deux bassins sont comblés et arasés. Au-dessus, on établit un dallage de calcaire dans la grande salle. La partie dallée du fond de la pièce est surélevée comme une estrade. Lors de la dernière phase de transformation, on y installe une banquette semi-circulaire (diamètre maximum 4,36 m, profondeur 2,83 m). En 1949, Dyggve relevait encore la trace de la fermeture du demi-cercle au sud-est, alors mieux conservée. On y a vu autrefois une installation liturgique (un synthronon). Par sa forme fermée et sa taille, la structure maçonnée, très arasée, pourrait correspondre plutôt à un lit de table semi-circulaire, un stibadium, permettant d’accueillir environ sept convives12. On rapprochera cette installation des lits en sigma découverts dans les maisons au sud de l’atrium de la basilique du Lechaion (Grèce – mais avec la forme de la table marqué à la corde) ou au lit de table en maçonnerie pleine de la maison n° 2 d’Histria, sur lequel N. Duval avait très tôt attiré l’attention. La grande salle aurait ainsi la fonction d’un triclinium dans son dernier état. S’il s’agissait en revanche comme on l’a proposé d’un synthronon, il aurait comporté un dossier, un degré au giron plus large servant de siège et un éventuel marchepied – sans oublier une possible cathèdre centrale. Nous aurions été alors dans une chapelle, possédant un autel en bois n’ayant pas laissé de trace au sol, ou dans une salle de réunion du clergé.

3. La cour a la fontaine située a l’ouest

  • 13 On a pu identifier : un fragment de bec de lampe africaine tardive, une série de fragments de vais (...)

10La salle ouvrait à son extrémité sur une cour, située à un niveau légèrement supérieur. Dans ses dernières phases d’utilisation, celle-ci, légèrement trapézoïdale, large en moyenne de 7 m, s’étend entre la façade occidentale du bâtiment à contreforts et le rempart à l’ouest. Les pièces situées à l’étage et leur escalier d’accès constituent sa limite nord. Plusieurs couches d’un remblai extrêmement épais (1,40 m au total), très hétérogène, servent de fondement au dernier aménagement : ce remblai contenait du mobilier archéologique datable entre le IIe et le VIe s. La cour est recouverte de dalles de calcaire de récupération. Elle comprend, dans l’axe de la salle à contreforts, une petite fontaine. Les canaux d’adduction et d’évacuation d’eau de la fontaine sont installés en même temps que l’on remblaie l’espace de la cour et que l’on construit un escalier au nord, le long du mur de terrasse de l’étage. Le terminus post quem fourni par la céramique de la dernière couche de remblai est le VIe s.13

11C’est dans l’angle nord-ouest qu’a été découvert l’emplacement de la roue élévatrice, placée dans le canal de l’aqueduc (qui passe au pied du rempart). Le petit canal d’adduction de la fontaine partait en oblique nord-ouest/sud-est. Maçonné en petit appareil calé sur les côtés par des pierres ou des massifs de maçonnerie, le canal d’évacuation mesure 0,34 m de largeur pour une profondeur préservée de 0,24 à 0,30 m. Comme le premier canal, son fond est aussi tapissé de tegulae. Il se termine, dans l’angle sud-est de la cour, par un regard quadrangulaire (0,34 x 0,38 m ; profondeur 1 m), qui présente à 0,80 m de profondeur une conduite s’écoulant vers le sud. La maçonnerie du canal et du regard ont obturé le débouché du précédent canal qui alimentait les petits thermes, et en a interdit l’usage – ce qui confirme encore, s’il en est besoin, la date tardive de l’aménagement hydraulique de la fontaine.

12La base quadrangulaire (fig.4) est le remploi d’un socle de fontaine antérieur, en calcaire blanc. Assez finement travaillé, il mesure 1,11 m x 1,04 m pour une épaisseur moyenne de 0,15 à 0,16 m. La dalle, laissée en place, a perdu un de ses côtés qui servait de fermeture au méplat quadrangulaire centré. Ce dernier servait à recevoir l’eau qui jaillissait d’un piétement central ou retombait d’une vasque placée sur celui-ci. Lors du nettoyage, aucune conduite d’adduction ne semblait lui correspondre : la dalle appartenait à une ancienne installation réaménagée.

Fig. 4 : Vue du socle de la fontaine dans la cour (cl. É. Morvillez).

4. La noria installée dans l’angle de la cour

  • 14 L’aqueduc de Salone, alimenté à l’est/nord-est par les sources du Jadro, a été étudié dans Abramić(...)

13L’aménagement de la noria a pu être découvert grâce au nettoyage du conduit de l’aqueduc. L’emplacement de la roue a été identifié par Br. Pender en 2003, grâce aux traces d’usure circulaire de l’axe, dues au frottement sur la pierre (fig. 5-6). L’installation hydraulique était enfermée dans un abri en forme de L, appuyé contre le rempart. Au pied passe le conduit de l’aqueduc (l. 0,80 m ; prof. 1,16 m)14. Les grandes dalles épaisses qui le recouvraient ont été retirées dans l’Antiquité tardive pour permettre l’installation de la roue hydraulique. On les a immédiatement remployées, notamment dans le massif de l’escalier de la cour qui mène au secteur situé à l’étage. Au moins une a servi à installer l’axe de la roue. L’abri de la noria a été observé par Gerber et Dyggve (il n’en subsiste aujourd’hui que des négatifs). Il s’agit d’une construction tardive, appuyée contre l’escalier et superposée pour ses murs au dallage de la cour – escalier et dallage contemporains étant datés du VIe s. par le matériel sous-jacent. L’abri de la noria résulterait donc d’une étape ultérieure du chantier d’aménagement de la cour.

Fig. 5 et 6 : Bloc ayant accueilli l’axe de la noria sur le canal de l’aqueduc, paroi ouest. On remarque les traces d’usure de la roue hydraulique (cl. É. Morvillez).

  • 15 Cf. Daremberg Saglio, s.v. rota aquaria, machina et metalla, Sur les sources et technique des roue (...)
  • 16 Gerber avait pensé que ces marques incurvées étaient dues à une chaîne en fer (von der Scheuern ei (...)

14L’installation récupère un sarcophage de calcaire (dim. int. 1,80 x 0,52 m ; prof. 0,45 m) comme réservoir (fig. 2 et 7). La noria15, posée à cheval sur le canal, puisait directement l’eau de l’aqueduc pour la déverser dans le sarcophage, d’où elle partait pour alimenter la fontaine de la cour (fig. 8). La cuve du sarcophage est posée sur un long bloc mouluré (un montant de porte couché ?) (fig. 9), comportant un ancien trou de louve, et sur une pierre large de 0,30 m disparue au nord. On note sur le long bloc une encoche à redan, située en face d’un bloc inséré dans la bordure du canal de l’aqueduc. La mortaise et les traces d’usure qui marquent ce dernier bloc indiquent qu’il servait à caler l’extrémité ouest de l’arbre de la roue hydraulique. Son diamètre de 2,20 m maximum peut être déduit de la position de l’axe par rapport à la profondeur de l’aqueduc, mais aussi des traces arrondies qui ont usé la paroi extérieure de la cuve du sarcophage16. A l’aide de toutes ces données, on peut restituer une roue en bois à augets rectangulaires intégrés, d’un type bien connu dans l’Antiquité qui déversait son eau dans le réservoir placé en hauteur. La reconstitution proposée (dessin Laurent Fiocchi, fig. 8) est un premier essai de conceptualisation de la machine d’après les données des fouilles. La taille et la forme des ouvertures des augets peuvent être discutées. On doit s’interroger d’une part sur la force du courant et la hauteur de l’eau dans le canal à cette époque.

Fig. 7 : Le sarcophage de calcaire servant de réservoir (cl. É. Morvillez).

Fig. 8 : Proposition de restitution de la noria, d’après les éléments connus à la fin de la campagne de fouilles 2003 (dessin L. Fiocchi).

Fig. 9 : Bloc situé sous le sarcophage servant de réservoir. Il comporte une encoche pour recevoir l’axe de la noria du côté est de l’aqueduc (cl. É. Morvillez).

15Le fond de la cuve du sarcophage a été travaillé pour créer une petite dépression circulaire pour la décantation de l’eau (diam. 0,25 m) (fig. 10). De plus, un trou rond, côté est en bas de la cuve, permettait d’insérer une canalisation faite de tubi fittili dont des éléments ont été retrouvés près de la noria, mais pas en place. Il constituait la conduite d’eau qui devait passer sous le mur est de l’abri, emprunter le canal d’adduction en diagonale sous la cour, pour rejoindre la fontaine. La pente de la canalisation et la pression nous échappe. En cas de trop-plein de la cuve, l’eau pouvait s’écouler directement dans ce même canal par une échancrure biseautée qui entame le bord supérieur du sarcophage. On peut y imaginer un élément verseur en bois.

  • 17 Vitr. 10.4.3-5.

16En dehors de la reconstitution plausible du mécanisme, cette installation de roue élévatrice mérite qu’on s’interroge sur le sens et le contexte d’une telle installation, à une époque relativement tardive. Les roues hydrauliques destinées à remonter l’eau sont employées depuis longtemps par les Romains. Vitruve consacre un passage de son livre 10 aux roues à augets (modioli) qui servent à l’irrigation des jardins et dans les salines17.

  • 18 15.52-55.
  • 19 Chastagnol 1981, 389, 406-407.
  • 20 Palladius, Traité d’agriculture, 1.41.
  • 21 Aus., Mos., v. 361-364.
  • 22 Bell. Goth., 1.19.

17Pour la période tardive, qui nous intéresse ici, les sources littéraires et épigraphiques montrent bien que la technique des roues hydrauliques est toujours employée fréquemment, en particulier en Orient. On le voit bien aussi dans l’Édit du maximum18 ou l’on évoque le prix du moulin à eau, ou dans l’inscription d’Orcistus19. Si l’on s’en tient à l’architecture domestique, on rappellera la présence des roues dans le cadre des domaines agricoles, quand Palladius20 propose l’ingénieuse récupération des eaux thermales pour faire tourner les roues à aubes des moulins. Les rotae liées à des moulins à vocation commerciale et industrielle sont bien attestées (meunerie et scieries), comme le rapporte Ausone citant des roues entraînant des meules à grain et des scies pour le marbre21. Et l’on rappellera pour le VIe s. (lors du siège de Rome en 536) la mention dans Procope22 de l’installation de moulins flottant sur le Tibre. L’iconographie nous apporte pour cette période peu d’éléments : on rappellera bien sûr la grande roue (de moulin ou de noria ?) représentée sur la mosaïque du Grand Palais de Constantinople, datée aujourd’hui dans le courant du Ve s. (fig. 11), ou la fameuse image de roue élévatrice représentée toujours en mosaïque sous les portiques de la grande colonnade d’Apamée de Syrie (Ve s.). Beaucoup des exemples de machines connus par l’archéologie concernent des installations alimentant des citernes de bains pour le haut-Empire, comme le cas célèbre de la roue des thermes de Stabies à Pompéi ou des trois exemples bien connus d’Ostie (Thermes du Forum, de la Trinacria et de Mithra). Et l’on se demandera à juste titre comment les petits thermes des phases précédentes étaient alimentés en eau, alors que l’aqueduc passait si près.

Fig. 10 : Sarcophage remployé pour servir de réservoir : la cavité circulaire creusée au fond sert de bassin de décantation (cl. É. Morvillez).

Fig. 11 : Moulin représenté sur la mosaïque du portique du Grand Palais de Constantinople (Cl. É. Morvillez).

18Mais, à notre connaissance, l’emploi d’une roue hydraulique pour monter l’eau d’une fontaine dans une habitation est beaucoup plus rare. Cela pose d’ailleurs plusieurs questions. Cette fontaine peut avoir rempli une double fonction. Utilitaire d’abord pour apporter l’eau courante à profusion dans la cour, pour la consommation des habitants. D’autre part, créer aussi un effet esthétique. Car ainsi, compte tenu des différences de niveau, et du type du socle de la fontaine, on peut l’imaginer agrémentée d’un jet d’eau. On rappellera à ce sujet qu’un piétement en calcaire a base carrée, creusé d’un canal à l’intérieur, avait été trouvé lors des fouilles dans le secteur, au début de siècle. Photographié et mentionné dans Forschungen in Salona, on ne l’a pas retrouvé pour le moment. Il est assez difficile de dire s’il aurait pu s’ajuster dans le socle de la fontaine. Les trous de la base auraient eux permis de faire passer une fistule. Mais il faut rappeler que le socle était remployé et qu’il nous manque la partie haute : on ne peut donc être certain dans l’état actuel de nos connaissances de l’utilisation réelle de tous les orifices. Il faut par conséquent rester prudent sur ce sujet.

  • 23 Nous tenons à remercier Sophie Coadic, étudiante en thèse à l’Université de Bordeaux 3, qui travai (...)
  • 24 Pour la Dalmatie, on rappellera un texte concernant le droit de l’eau pour les meuniers (CIL, III, (...)

19Parmi les questions techniques, on doit se demander si l’eau tombait directement du haut de la roue dans la cuve, ce qui aurait produit de forts remous et rendu le bassin de décantation peu utile, ou s’il existait une installation (en bois ?) pour casser la force de l’eau cascadant. La forme et la taille des trous latéraux des augets doit aussi être discutée : triangulaire comme dans certains cas connus23 ? Sur le plan juridique enfin, la question doit être posée du droit de puisage et de la dérivation de l’eau directement depuis le canal de l’aqueduc, avant le château d’eau24. On soulignera enfin que la roue était enfermée dans un pièce. Le bruit de l’eau et les grincements inévitables étaient donc étouffés, conservant à la cour sa tranquillité.

20Le complexe dans lequel s’est inscrit cette noria à l’époque tardive a connu au moins quatre phases principales qu’il faut avoir en mémoire pour comprendre le sens de cette installation tardive. La première phase correspond aux IIe-IIIe s. p.C., avec des structures de bâtiments a la fonction non encore identifiée qui s’inscrivaient dans une insula contournée par l’aqueduc et le rempart du dernier tiers du IIe s. La deuxième voit l’édification du bâtiment voûté à treize contreforts, son annexe sud-est et son corridor est. Le dispositif thermal privé de la troisième phase est installé dans l’Antiquité tardive (grosso modo au Ve s.). Il s’appuie sur le bâtiment à contreforts et occupe en partie l’intérieur de celui-ci. Dans une quatrième phase, les bains sont supprimés. On installe alors dans la grande salle, excavée et dotée d’un dallage surélevé d’un degré à l’ouest, la banquette semi-circulaire, occidentée (salle à manger, voire éventuellement d’une simple salle de réunion, secretarium/salutatorium secondaire). Au même moment – au VIe s., donc – on aménage à l’arrière une cour dallée relativement soignée et qui fait encore impression. Sur l’axe longitudinal de la salle, une fontaine agrémente cette cour qui se veut élégante et qui bruisse de l’eau puisée par la fameuse noria directement dans l’aqueduc. Si l’on opte pour une installation de salle à manger, cette fontaine, placée dans la cour à l’arrière des convives, illustre pour le VIe s. une fois de plus la volonté d’associer la vision et le bruissement de l’eau aux plaisirs du banquet.

Bibliografía

Bibliographie

Abramić, M., R. Egger et W. Gerber (1917) : Forschungen in Salona, I, Vienne.

Belamarić, J. éd. (1999) : Dioklecijanov akvedukt, Split.

Brun, J.-P. et M. Borreani (1998) : “Deux moulins hydrauliques en Narbonnaise”, Gallia, 55, 279-326.

Castella, D. (1994) : Le moulin hydraulique gallo-romain d’Avenches “En Chaplix”, fouilles de 1990-1991, Cahiers d’archéologie romande 62, Aventicum VI, Lausanne.

Chastagnol, A. (1981) : “L’inscription constantinienne d’Orcistus”, MEFRA,93, 381-416.

Dyggve, E. (1951) : History of Salonitan Christianity, Oslo.

– – – (1957a) : Le baptistère de la basilica urbana à Salone d’après les fouilles de 1949, in : Actes du V CIAC Aix-en-Provence 1954, Cité du Vatican-Paris, 189-198.

– – – (1957b) : “Nova bazilika discoperta u Solinu”, Peristil, 2, 57-61.

Gabričević, Br. (1984) : “Le plus ancien oratoire chrétien de Salone”, Vjesnik za Arheologiju i Historiju Dalmatinsku (Disputationes Salonitanae II), 77, 161-174.

Katić, M. (1999) : Salonitanski vodovod, in : Belamarić 1999, 59-63.

Mardešić, J., P. Chevalier (u suradnji E. Višić-Ljubić, M. Caušević, M. Gauthier, Chr. Goddard, E. Morvillez et Br Pender (2002) : “Preliminarni izvjestaj o hrvatsko-francuskim radovima u Saloni (2000,2002) episcopalni centar - oratorij A - Recherches croato-françaises à Salone - rapport préliminaire (année 2000, 2002), groupe épiscopal, oratoire A”. Vjesnik za arheologiju i historiju dalmatinsku, 95, 375-397.

Morvillez, É. (1996) : “Sur les installations de lits de table en sigma dans l’architecture domestique du Haut et du Bas Empire”, Pallas, 44, 119-158.

Suić, M. (2003) : Antićhi grad na istoćnom Jadranu, Zagreb.

Wikander, O (1984) : Exploitation of water power or technological stagnation ? A reappraisal of the productive forces in the Roman Empire, Lund.

Notas

1 Éric Morvillez tient à remercier ici Alain Bouet d’avoir proposé d’accueillir cette première mise au point dans ce volume. Il précise qu’il s’agit ici des conclusions provisoires mais sujettes à modification. La publication finale paraîtra dans un prochain volume de Salona, dans la collection de l’École Française de Rome. Un premier rapport est paru en 2002 (Mardešič & Chevalier 2002). Un bilan détaillé paraîtra dans les Chroniques de fouilles du prochain volume des MEFRA (à paraître). La campagne de fouilles 2003-2004 est sous presse dans la revue Vjesnik 96, 2004. La campagne de 2004 s’est poursuivie dans le même secteur. La présente étude n’aurait pu aboutir sans un travail d’équipe. Elle a fait l’objet d’une première présentation dans la chronique de fouilles des Mélanges de l’École Française de Rome (à paraître). L’équipe se composait de plusieurs membres du Musée archéologique de Split : Jagoda Mardešić, Ema Višić-Ljubić, conservatrice du site de Salone (Antiquité classique), Branko Penđer, M. Ćorić, Mira Topić. Pascale Chevalier, responsable du chantier pour la partie française, a supervisé l’étude de la zone des petits thermes et de “l’oratoire” ; Éric Morvillez, est responsable de la zone de la cour à la fontaine où a été découverte la noria ainsi que Christophe Goddard et Stéphane Gioanni (membres de l’EFR) ; Morana Čaušević, doctorante et Maja Bilić, étudiante en master d’archéologie (Université de Zagreb) ; Marjorie Gaultier, doctorante en histoire ancienne (Université de Paris XII-Val de Marne) et deux étudiants français en maîtrise-DEA : Linda Tallah (Université d’Avignon) et Laurent Fiocchi (Université de Clermont-Ferrand II).

2 Caes., Civ., 3.9.2.

3 Suić 2003, 270.

4 Le mur enserrant les nouveaux quartiers occidentaux et orientaux a été construit sous Marc-Aurèle par les vexillationes de la IIe et de la IIIe Légion Pia Concordia, ainsi que par les Ière et IIe cohortes des Dalmates (CIL, III, 1979-1980). Il a subi des restaurations qui l’ont progressivement hérissé de quatre-vingt huit tours aux IIIe-IVe s., puis sous Théodose II, au début du Ve s. Constantianos l’a réparé enfin au VIe s. pour résister à l’attaque des Ostrogoths (Procope, Bell. Goth., I, 16, 7-18).

5 La question, souvent débattue, reste un sujet controversé que les prochaines fouilles pourraient éclairer. Elle n’est pas sans incidence sur la datation de l’installation étudiée.

6 L’archéologie démontre que la ville est abandonnée par ses habitants et non détruite par la violence des envahisseurs avaro-slaves, comme le voulaient Constantin Porphyrogénète au Xe s., le chroniqueur du XIIIe s. Thomas l’archidiacre, et celui du XIVe s., connu sous le nom de Pope de Doclea.

7 Abramić et al. 1917, 122-129, fig. 229, pl. VIII ; certains détails, comme les installations hydrauliques, apparaissent sur le plan général, fig. 2, p. 13.

8 Dyggve 1951, fig. II.7 (plan schématique) et II.8 (restitution interne), chap. II, 23-24 et n. 14 sur le “cantharos” ; son relevé de 1949 est publié à échelle très réduite (Dyggve 1957a, 190 fig. 1 ; Dyggve 1957b, 58, fig. 1).

9 L’article de référence, consacrant cette hypothèse, est celui de Gabričević 1984.

10 C’est sous cette appellation et avec cette datation très précoce qu’on le trouvera d’ailleurs dans les manuels d’histoire de l’architecture, même les plus récents.

11 Antérieurement à cette phase, qui remonte au Bas-Empire, ce petit secteur intra muros était densément occupé dès le IIe s. En témoignent des murs sous-jacents aux vestiges analysés ici ; ces murs appartenaient probablement à une insula urbaine (la domus recherchée par nos prédécesseurs).

12 Morvillez 1996, 158 (tableau de comparaison). A titre de comparaison directe, le sigma dessiné au sol sur la mosaïque de la maison des mois à Argos mesure 4,60 m de diamètre.

13 On a pu identifier : un fragment de bec de lampe africaine tardive, une série de fragments de vaisselle africaine claire, habituelle à Salone, des fragments d’amphores et de céramique culinaire africaine, datables du VIe s., un fragment de titulus pictus (LRA de Méditerranée orientale des lVe-VIe s.), de très nombreux fragments d’amphores tardives orientales (Palestine, Syrie et Antiochène) et un fond de plat ou de bol de céramique phocéenne, bien datable du VIe s.

14 L’aqueduc de Salone, alimenté à l’est/nord-est par les sources du Jadro, a été étudié dans Abramić et al. 1917, 129-130 et dernièrement dans Katić 1999.

15 Cf. Daremberg Saglio, s.v. rota aquaria, machina et metalla, Sur les sources et technique des roues de moulin, on citera Wikander 1984, 18-23 ; Castella 1994, 13-28 ; voir Brun & Borreani 1998 (avec bibliographie). Pour une roue à augets de bois, cf. par exemple celle découverte dans les fouilles de la Bourse à Marseille, fig. 41, p. 316.

16 Gerber avait pensé que ces marques incurvées étaient dues à une chaîne en fer (von der Scheuern einer Eisenkette) à laquelle était attaché un seau destiné à remplir le sarcophage (Abramić et al. 1917, 128).

17 Vitr. 10.4.3-5.

18 15.52-55.

19 Chastagnol 1981, 389, 406-407.

20 Palladius, Traité d’agriculture, 1.41.

21 Aus., Mos., v. 361-364.

22 Bell. Goth., 1.19.

23 Nous tenons à remercier Sophie Coadic, étudiante en thèse à l’Université de Bordeaux 3, qui travaille sur les machines élévatrices, pour les remarques judicieuses sur notre première restitution proposée et l’utilisation de notre machine.

24 Pour la Dalmatie, on rappellera un texte concernant le droit de l’eau pour les meuniers (CIL, III, 14969/2). L’étude de cette question est en cours par Morana Čaušević.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1 : Plan du secteur de l’ “oratoire A” (M. Čaušević, d’après Br. Pender, M. Ćorić, L. Fiocchi).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 135k
Leyenda Fig. 2 : Vue de la cour à la fontaine pendant la fouille. Au premier plan, le sarcophage servant de réservoir (cl. P. Chevalier).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 226k
Leyenda Fig. 3 : Plan du secteur de “l’oratoire A” (d’après Gerber - Forschungen in Salona I)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 189k
Leyenda Fig. 4 : Vue du socle de la fontaine dans la cour (cl. É. Morvillez).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 353k
Leyenda Fig. 5 et 6 : Bloc ayant accueilli l’axe de la noria sur le canal de l’aqueduc, paroi ouest. On remarque les traces d’usure de la roue hydraulique (cl. É. Morvillez).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 242k
Leyenda Fig. 7 : Le sarcophage de calcaire servant de réservoir (cl. É. Morvillez).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 136k
Leyenda Fig. 8 : Proposition de restitution de la noria, d’après les éléments connus à la fin de la campagne de fouilles 2003 (dessin L. Fiocchi).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 80k
Leyenda Fig. 9 : Bloc situé sous le sarcophage servant de réservoir. Il comporte une encoche pour recevoir l’axe de la noria du côté est de l’aqueduc (cl. É. Morvillez).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 158k
Leyenda Fig. 10 : Sarcophage remployé pour servir de réservoir : la cavité circulaire creusée au fond sert de bassin de décantation (cl. É. Morvillez).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 226k
Leyenda Fig. 11 : Moulin représenté sur la mosaïque du portique du Grand Palais de Constantinople (Cl. É. Morvillez).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10485/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 336k

Autores

Université d’Avignon.

Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II

Conservatrice en chef du site de Salone (Antiquité tardive), responsable du chantier pour la partie croate.

Chef des services techniques.

Céramologue.

Doctorante.

© Ausonius Éditions, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search