Desktop versionMobile version

Aquam in altum exprimere

 | 
Alain Bouet

Puiser, élever et distribuer l’eau dans la villa de Careiron et Pesquier à Milhaud (Gard) : Premiers commentaires

Frédéric Conche, Éric Plassot and Christophe Pellecuer

Full text

  • 1 Conche et al. 2003.

1La villa a fait l’objet d’une fouille archéologique préventive réalisée par l’INRAP d’octobre 2001 à mars 20021. Elle se situe à sept kilomètres à l’ouest de la ville de Nîmes, dans la plaine de la rivière du “Vistre”, à deux kilomètres au nord du lit mineur actuel. Celle-ci est implantée en zone de piémont des reliefs calcaires, à proximité immédiate du village actuel (fig. 1). Le contexte géomorphologique est marqué par une succession de sols hydromorphes dont la constitution est stable au moins jusqu’au Moyen Age. Une part des limites parcellaires actives aujourd’hui constituerait un legs de l’Antiquité. Ainsi l’obligation d’assurer un drainage efficace quasi permanent des terres justifie la stabilité, dans ces grandes lignes, du paysage agraire. D’un point de vue topographique, l’établissement rural a pu prendre place sur un léger mouvement de relief, position renforcée par les travaux de construction et de réalisation de terrasses basses destinées à accueillir cours et bâtiments.

Fig. 1 : Cadre géographique de la villa.

2A cause de lacune documentaire, il est difficile de cerner les origines de cette villa. On ne peut guère être affirmatif pour dater la mise en place d’un premier centre d’exploitation agricole présentant des caractères résidentiels. Ces traits pourraient déjà être ceux de l’établissement connu pour la seconde moitié du Ier s. p.C. Faute d’une chronologie suffisamment précise, il est en effet impossible de déterminer si celui-ci apparaît avant le milieu de ce siècle, ce qui en ferait un exemple précoce somme toute peu courant en Narbonnaise, ou après cette date comme cela semble être généralement la règle. La question n’est pas sans intérêt si l’on s’en réfère à la proximité de Nîmes et au processus de romanisation de ses élites.

  • 2 Mielsch 1987, 61-62.

3L’extension du gisement antique est estimée à environ 1,5 ha, ce qui correspond à une image de surface caractéristique, pour la région Languedoc-Roussillon, des sites de villae (de 1 à 3 ha et plus). On disposerait ainsi d’une aire dégagée par la fouille, représentant entre 20 et 40 % de l’emprise architecturale de l’établissement (fig. 2). Malgré ces lacunes et incertitudes, on peut néanmoins proposer un état abouti de la villa, pour le milieu du IIe s. p.C., qui trouve quelque comparaison avec celle d’Horace à Licenza2. On perçoit une cour de proportion proche (40 x 80 m de côté) et le développement d’un corps de bâtiment principal sur l’un des côtés (des petits côtés pour la villa italienne et des excroissances sur une partie d’un long côté, sur le seul long côté nord dans le cas de Milhaud). De telles dispositions mettraient entre parenthèses le schéma courant des bâtiments distribués à la périphérie d’une cour centrale, pour préférer un développement linéaire, d’un type moins répandu.

  • 3 Balmelle 2001, 98-99 et 393-395.

4A cette période, l’évolution de l’établissement est marquée par une monumentalisation, moyennant le bassin d’un triclinium d’été encadré d’exèdres, des pièces d’agrément et par un renforcement bien perceptible de la fonction résidentielle, autant de faits qui se justifient par le caractère suburbain du site. La création de portiques est aussi une des manifestations du luxe de cet ensemble. On rappellera le caractère ambivalent de ce type d’architecture présent dans la sphère du public comme dans celle du privé, dans les demeures de privilégiés. La solution adoptée avec portique et pavillons hiérarchisés appelle quelques points de comparaison. On trouverait des formules avec galeries et exèdres dans les villae de l’Italie centro-méridionale ou dans d’autres provinces, des pièces d’apparat associées à des portiques ou péristyles, en relation avec des bassins d’agrément et jardins, comme, durant le Haut-Empire, dans la villa de Plassac en Gironde3. Milhaud ne serait qu’une variante de ces triclinia d’été luxueusement mis en valeur. La disposition retenue avec une grande salle flanquée de deux pièces de moindre ampleur susciterait curieusement quelques parallèles avec certains centres publics, la formule étant ramenée ici aux dimensions d’une villa rurale.

Fig. 2 : La villa de Milhaud, état au milieu du IIe s. p.C.

5Sur le côté oriental de la cour, les corps de bâtiments 2 et 3 témoignent de l’accroissement des surfaces de l’aile résidentielle septentrionale que nous n’avons pu explorer. Ce développement aurait alors comprimé les annexes de la pars rustica vers le sud. Ainsi, dans le bâtiment 2, figure le rez-de-chaussée des appartements de taille modeste, mais néanmoins fonctionnels comprenant culina, biclinium et cubiculum. Il jouxtait le corps de bâtiment 3 à vocation différente, abritant un puits et son dispositif de levage de l’eau. Cette installation semble jouer un rôle majeur dans le plan de ce secteur de la villa, si l’on tient compte de sa pérennité, de la complexité des aménagements hydrauliques conservés au sein de la pièce 6. A la cohésion fonctionnelle de l’ensemble devaient participer les pièces 8 et 13 dont l’interprétation est rendue difficile par le manque de données matérielles. C’est aussi à ce même moment que sur le côté est de la villa est construit un aqueduc maçonné souterrain, en remplacement d’un fossé.

6Il faudrait aussi souligner la présence d’aménagements plus modestes, tranchant avec la rigueur de cette organisation architecturale, à quelques mètres de la façade monumentale de la cour et de ses exèdres. Un jardin funéraire abritant des tombes de sujets nouveau-nés ou très jeunes et une série de cabanes témoignent de cette promiscuité des espaces aux fonctions si divergentes que ne révèlent pas toujours les plans réguliers des villae.

1. Puiser et élever : la conception du corps de bâtiment 3 (fig. 3)

7Dans l’œuvre, ce corps forme un quadrilatère de 10,10 x 7,40 m de côté, comptant deux salles principales dont l’une abritant le puits PT1086 (pièce 7) et l’autre bipartite (pièces 8 et 13). En façade sud, la première est flanquée d’un système de distribution d’eau englobant caniveaux et canaux maçonnés cernés de murs (pièce 6).

Fig. 3 : Le corps du bâtiment 3 abritant les pièces et les infrastructures dévolues au puisage, à la distribution de l’eau et à la mouture ?

8La construction du corps de bâtiment succède immédiatement à celle du puits PT1086 qu’il abrite. Pour des raisons évidentes de stabilité – à mettre en relation avec la hauteur sans doute importante de cette bâtisse – les concepteurs ont singulièrement augmenté les dimensions des murs en particulier pour la pièce 7. Ainsi, ont-ils, dans un cas doublé la hauteur de fondation qui atteint 1 m, pour trois d’entre eux, ou surdimensionné la largeur du mur mitoyen pour MR1104 (0,70 m). L’assurance d’une assise stable est renforcée par l’usage du mortier pour les fondations des trois murs porteurs orientées nord-sud. L’élévation en petit appareil demeure, quant à elle, conforme à ce que l’on en connaît ailleurs, comprise entre 0,45 à 0,52 m de large à l’exception du cloisonnement de la pièce 13, de 0,30 m de large. Toutes les élévations sont mortayées hormis le mur MR1209 lié à la terre.

  • 4 Plan rectangulaire, surface de 26,50 m2 dans l’œuvre (4,25 x 6,25 m).

9La pièce 74 abritait le puits et sa machinerie. On y accédait depuis une cour par l’ouverture (PR1223) placée dans l’angle nord-ouest où se trouve un seuil monolithique en calcaire coquillier comportant la feuillure, la butée et la crapaudine d’une porte à double battant l’un oscillant, l’autre fixe ou coulissant vers le sud.

10Le gros œuvre est homogène. L’élévation des murs fait appel au petit appareil à assises régulières et il ne semble pas que les parements internes aient été enduits. Le sol SL1131, plan, fait de mortier blanchâtre de plain-pied avec le seuil, venait protéger la base des murs suivant un placage à profil concave (fig. 4 et 5).

  • 5 3,80 x 1,56 m dimensions hors œuvre.
  • 6 5,14 m suivant l’axe nord-sud par 2,95 à 3,85 m est-ouest.
  • 7 De 0,27 à 0,80 m.
  • 8 SB1725 et 1726, plan carré de 1,28 m de côtés et quadrilatère de 0,95 x 1,30 m pour le second.

11Le puits ellipsoïdal PT1086 (fig. 3) est décentré vers l’ouest de la salle. Deux fois plus long que large5, il prend place dans un puissant massif pierreux de plan trapézoïdal irrégulier6, en guise de fondation. Le profil du massif n’est pas rigoureusement vertical, du moins pour la section nord, où la largeur s’épaissit de la base vers le sommet7 suivant le profil du creusement. Le plan de la fondation se prolonge par deux appendices à fonction de bases ou de contreforts visibles de part et d’autre de son axe transversal8.

  • 9 Entre 0,08 et 0,12 m de haut par 0,10 à 0,12 m de large et de 0,06 à 0,11 m de profondeur.

12Le cuvelage fut construit en moellons de calcaire marneux selon deux modes (fig. 6) : de bas en haut, on distingue une première élévation de 4,16 m montée en moyen appareil d’abord irrégulier puis peu à peu régulier. Dans ce cas, les assises dont la hauteur de la face utilisée en parement varient entre 0,10 et 0,40 m sont ajustées à sec pour faciliter le drainage de la nappe phréatique. La partie supérieure est faite d’un petit appareil régulier où alternent, sur 1,25 m de haut, des assises d’épaisseurs différentes de 0,10 à 0,20 m. Les moellons sont, cette fois, liés avec un mortier compact. Quatre trous de boulins ont été réservés dans le parement oriental et occidental. De section sensiblement identique9, ils s’affrontent et sont latéralement disposés à 0,60 m des extrémités de l’ellipse.

Fig. 4 : Profil transversal du corps de bâtiment 3.

Fig. 5 : La pièce 7 vue de l’est (cl. E. Passot).

Fig. 6 : Le puits PT1086 vu du sud en cours de fouille (cl. Fr. Conche).

13En arrière du parement, le chemisage pierreux englobe de nombreuses recharges d’épaisseurs variant de 0,15 à 0,30 m. On discerne des graviers alluvionnaires rapportés – matériau drainant par excellence – du limon d’infiltration et des amas de blocs liés au mortier blanc principalement dans la partie supérieure. Le fond du puits se trouve à environ 5,40 m sous la surface du sol de la pièce. Ce dernier succède à une alternance de fines couches de mortier blanc et de remblais participant d’une sédimentation relative à la construction du corps de bâtiment 3.

  • 10 Voir l’exemple d’Ostie, Mar 2001, 125-130 ou plus proche de nous celui de Chassey-Les-Montbozon (H (...)
  • 11 Champagne et al. 1997.
  • 12 Il est possible que le fragment d’étoffe recouvert de poix découvert dans le comblement du puits c (...)

14Le plan et l’agencement de cette salle ainsi que la spécificité de la construction du puits renvoient à l’usage d’une machinerie élévatrice. Différents types sont rapportés dans le livre de Vitruve et connus par les fouilles dans tout le monde romain10. Les variantes des systèmes élévateurs à roue verticale en usage en Gaule depuis le Ier s. p.C.11 concernent aussi bien la qualité et le mode de fixation des godets de puisage qu’ils soient en céramique, en bois calfaté12, fixés à l’intérieur ou sur la roue. Dans un autre cas, cette dernière peut aussi servir de guide à des augets en chapelet montés sur une chaîne (fig. 7). C’est sans aucun doute cette technique qui s’impose ici. C’est en effet la seule solution permettant d’atteindre l’horizon de graves pléistocènes captant la nappe phréatique à 3,65 m en contrebas de l’ouverture du puits. A l’inverse l’emploi d’une roue à récipients fixes dont le diamètre ne pouvait qu’être légèrement inférieur à celui du cuvelage ne fonctionnerait que pendant les périodes de montée en charge de la nappe.

Fig. 7 : Restitution planimétrique schématique du système d’élévation et de distribution.

  • 13 D’autres blocs monolithes ont sans doute été spoliés au VIe s., période d’intense activité de récu (...)

15Le décentrage du puits dans la pièce dégage un espace suffisant pour coupler sur le même axe la roue à chaîne dans l’axe longitudinal du puits et une roue motrice immédiatement à l’est. Il pourrait s’agir d’un modèle à échelons de type “cage d’écureuil” verticale. L’axe central d’entraînement des roues ainsi couplées pouvait d’une part reposer sur un des murs qu’il traversait et s’ancrer sur les deux massifs ou contreforts SB1725-1726 d’autre part. Le poids et les contraintes mécaniques liés à l’effort de la machine s’exerçaient principalement sur son axe de rotation d’une portée d’au moins 5 m. Il était donc impératif de le soulager autrement qu’aux extrémités connues, en un point intermédiaire, par des piétements, sans doute relatifs à la présence de dés monolithiques de soutènement disposés dans la pièce (SB1224, 1225 et 1649). On peut penser qu’au moins les deux derniers recevaient l’assemblage des poutres repoussant ainsi la roue motrice à proximité du mur13. Ce dispositif de roue à augets élevait donc l’eau à une certaine hauteur en vue d’un stockage ainsi que d’une distribution. C’est indiscutablement le double rôle de la pièce étroite 6 située en façade du bâtiment.

2. Distribuer (fig. 3)

  • 14 1,50 x 9 m pour 13 m2 hors œuvre.

16En avant des salles 7 et 8, entre et en retrait du corps de bâtiment 1 et de la galerie 1, est adjointe la pièce 6, qui rompt la linéarité des murs périmétraux de la villa. Il s’agit du principal aménagement du système de distribution d’eau, alimenté par la roue à déversement axial de la pièce 7. De plan rectangulaire, étroit14, il est cerné de murs maçonnés gardant la trace de nombreuses réfections en particulier pour le mur de façade (MR1105) qui tranchent avec la qualité et l’homogénéité du mur MR1112. Ce dernier matérialise sur 6,20 m de long la paroi nord de l’espace tout en chemisant l’angle sud-ouest de la pièce 7. Son retour vers le nord fait office de mur oriental pour la pièce 5, nous assurant ainsi de la contemporanéité des deux corps de bâtiment. La fonction de ce mur est ambiguë, on pense naturellement au confortement de l’angle de l’édifice mais il s’agit probablement d’une construction utile au fonctionnement du système hydraulique.

17Dans l’axe longitudinal de la pièce est bâti un bassin de 0,80 m de large maçonné en béton de tuileau (BS1699). Il n’en subsiste qu’une longueur de 5,20 m, qui devait se prolonger vers l’est, au contact du mur MR 1295, avant d’être partiellement détruit par une fosse médiévale. Le centre fut rechapé et réduit à un canal de 0,45 m de large en moyenne pour 0,35 m de profondeur (CN1167). L’étanchéité des bordures consiste en un large épaulement contre MR1112 ou en un cordon en quart-de-rond appliqué tout le long de la paroi des autres maçonneries.

  • 15 Ses piédroits, larges de 0,30 m. montés en moellons de calcaire dur liés au mortier beige, encadra (...)

18Le fil d’eau orienté à l’ouest suit une pente très faible dans sa moitié orientale qui s’accentue nettement à l’ouest avant d’obliquer vers le sud pour pénétrer dans la culina (pièce 5). Il outrepasse ensuite la façade du bâtiment en bifurquant vers le sud-ouest pour se connecter au caniveau CN116315 qui file dans les jardins en direction de l’un des pavillons bordant le portique (pièce 20).

  • 16 Exception faite de CN1805 dont le fond était une dalle en calcaire tendre (SB1802), encadrée des b (...)

19Deux autres canaux de fuite, CN1790 et CN1805, prennent racine dans l’épaisseur du mur MR1105. Si nous connaissons la largeur de l’ouverture du premier (0,35 m), nous ignorons cependant la physionomie de son tracé vers l’extérieur et le type d’aménagement de fond, démantelé plus tard lors de son bouchage. Par contre l’échappement voisin présentait deux fonds superposés faits de dalles en calcaire marneux, le dernier étant placé au même niveau que celui du caniveau principal CN116716. Ce fait implique bien sûr un premier état du dispositif auquel est associé le bassin BS1699. Néanmoins ces trois exutoires ont, à un moment donné, fonctionné ensemble. Ils sont dotés d’un système de vannes dont le plus remarquable exemplaire concerne le dispositif de l’état originel CN1805. Il est constitué à partir de deux blocs en calcaire tendre encadrant un conduit de 0,36 m de large. Les faces visibles sont pourvues de rainures colinéaires de 0,03 à 0,04 m de large pour le fond et les côtés. Le bloc occidental de cette vanne est commun au caniveau CN1790. De ce côté, la face utile arbore une rainure verticale de 0,10 m de large. Bien que le fond et le bloc en vis-à-vis fussent démantelés, un rainurage devait pareillement exister ici. Mais le système s’avère plus sophistiqué encore car les débits des canaux de fuite sont subordonnés à une troisième vanne barrant l’axe du caniveau principal. Conçue comme les autres, elle prend place entre les sorties géminées auxquelles elle est perpendiculaire. Ainsi le bloc central commun aux trois vannes est-il rainuré sur trois de ses côtés. Il est établi que l’obturation des vannes était guidée dans un plan vertical au moyen d’un élément en bois ou métallique dont le maniement autorisait la régulation des débits, la vidange complète des volumes, subordonnées aux différentes combinaisons d’itinéraire. Le premier degré hiérarchique concerne la vanne barrant l’axe du caniveau principal pour isoler sa partie orientale. Le second intéresse d’abord le canal CN1805 puis les réseaux adjacents dont fait partie CN1790. Suivant la logique générale du dispositif, on peut estimer qu’il était possible de l’obturer à partir d’une vanne placée dans la portion détruite empruntant la pièce 5. Chargé d’alimenter la culina, ce canal de fuite pouvait aussi participer à son assainissement. La conception de l’ensemble constitué d’un canal-bassin collecteur avec plusieurs sorties couplées à un système de vannes régulant des canaux de fuite, confirme bien un usage hydraulique de l’installation.

20Vu dans sa globalité, on peut du reste légitimement s’interroger sur l’intérêt d’un tel investissement s’il se limite au seul souhait d’approvisionner les habitants. Les variantes d’utilisation des vannes et des canaux de fuite multidirectionnels s’avèreraient adéquates pour irriguer les jardins voire des cultures soignées situées en aval.

21Comme nous l’avons décrit plus haut, l’angle médio-occidental de la pièce 5 est renforcé par un puissant mur que l’on envisagerait construit pour supporter une citerne aérienne. Outre le fait qu’elle alimentait par surverse le canal de distribution, nous pensons aussi qu’elle visait principalement à constituer une réserve d’eau permanente que l’on pouvait opportunément distribuer par gravité au sein même de la villa, par exemple vers le bassin du portique ou vers la pars urbana. Dans cette optique, des adductions placées en hauteur dans les murs étaient en mesure de distribuer l’habitat principal et de répondre notamment à la consommation d’un balnéaire.

3. Moudre ? : le rôle de l’aménagement SB1202 et des pièces 8, 13 (fig. 3 et 7)

  • 17 Dans l’œuvre : 27 m2 soit 4,15 x 6,43 m de long.
  • 18 La surface de la pièce 13 est de 4,20 m2 (1,75 x 2,40 m dans l’œuvre), les murets font 0,30 m d’ép (...)

22On ne connaît pour la salle 817, qu’une seule communication vers la cour 14 par une large ouverture de 1,30 m dépourvue de seuil. Dans l’angle nord-est fut aménagée une petite pièce de 4 m2 (pièce 13), matérialisée par deux cloisonnements18 interrompus par une ouverture de 1,70 m de large. Ces cloisons maçonnées étaient enduites, ce qui ne semble pas être le cas pour les murs de la pièce 8. On notera aussi que ce réduit n’était pas prévu dans la construction originelle car les murets ne sont pas chaînés au bâtiment et leurs fondations creusées à partir du sol de la pièce 8.

  • 19 Espace de 1,02 x 1,85 m de côté dans l’œuvre. D’ouest en est, il se compose de trois murets liés a (...)

23Ces deux remarques chronologiques s’appliquent à l’aménagement rectangulaire (SB1202)19 construit sur le mur médian des salles 7 et 8 au sud de ces dernières. Il est matérialisé par la fondation de trois murets et par le reliquat de béton de tuileau qui constituait un fond étanche. La place tenue par cet aménagement dans le plan général laisse entendre qu’il était entièrement ou partiellement accessible depuis les pièces 7 et 8. Sa surface dérisoire plaide pour une fonction technique malgré le peu d’indices pour la caractériser directement à part deux fragments de meules en basalte, découverts à la base de son remblaiement. Le fond, situé en contrebas des pièces 7 et 8, milite a priori pour un rôle de réceptacle, tel un bassin déduit par le voisinage du puits et du caniveau CN1167. Cette hypothèse se trouve renforcée par la présence d’une probable conduite d’évacuation traversant le mur MR1102. Son négatif apparaît au sud de SB1202 où il trouve son origine pour rejoindre CN1167 après avoir traversé obliquement le mur de façade du bâtiment.

  • 20 L’hypothèse d’une meunerie tient aux remarques d’Hervé Pomarédes, que nous tenons à remercier.

24Quel rôle et quelle relation entretenaient ces pièces ? Les disproportions longitudinales et la position du canal de distribution par rapport à la salle abritant le système de puisage nous incitent à émettre prudemment une hypothèse qui viendrait en complément des premières interprétations. Elle concerne aussi l’utilisation de l’eau par gravité mais cette fois en tant que force motrice au sortir de la citerne. En effet, quel serait l’intérêt de construire un si vaste canal de distribution susceptible de ne contenir qu’un faible volume d’eau. La partie conservée où se concentrent les canaux de fuite se suffirait à elle même. Il faudrait donc envisager une fonction différente quant à la moitié orientale malencontreusement détruite. D’un point de vue technique, elle était en mesure d’accueillir dans sa longueur une roue à aubes entraînée par un flux d’eau alternatif précipité depuis le réservoir aérien. Placée de cette façon, cette roue pouvait, par l’intermédiaire d’un engrenage, entraîner un moulin situé dans le réduit SB1202 où ont été retrouvées les meules. Les pièces attenantes 8 et 13 serviraient alors au stockage du grain et/ou de la mouture20. Malheureusement une telle installation n’a pas laissé de traces autres que les meules sur lesquelles repose notre fragile argumentation. Du reste on peut douter de l’intérêt de monter l’eau dans la citerne pour actionner le moulin dans la mesure où l’énergie employée pour actionner la roue du sytème de levage aurait suffit à l’entraîner.

4. Conclusion

25Les conclusions que l’on peut tirer de ces vestiges souffrent de l’image très partielle inhérente à leur conservation et aux limites de fouille. Si la caractérisation d’un procédé de levage et de distribution d’eau est un fait acquis, la démonstration laisse le champ ouvert quant à la destination de l’eau puisée.

26L’irrigation grâce aux canaux de fuite reconnus avec leur dispositif de vannes est probable et permettrait de localiser des cultures en aval des bâtiments. Mais cette seule fonction ne peut justifier l’investissement que représente l’aménagement du puits monumental et de la machinerie qui devait l’accompagner. Le soin apporté à sa construction et à celle du bâtiment est sans doute l’indice d’une consommation de l’eau par les habitants de la villa, vers le modeste appartement ou via des conduites de distribution vers la pars urbana et le bassin d’agrément du triclinium d’été. Il est vraisemblable que cette installation participe opportunément à l’assainissement du milieu humide du contexte géomorphologique et contribue éventuellement au fonctionnement d’une meunerie dans les murs. En dernier lieu, ce faisceau d’hypothèses va dans le sens d’une absence de fonction déterminée et unique. Des points d’approvisionnement sur le même modèle pouvaient être répartis selon les différents quartiers de la villa, stratégie qui ne laisse pas d’interroger sur l’existence et l’utilité d’un aqueduc domanial, peut-être pour louer une force motrice vers d’autres moulins.

Bibliography

Bibliographie

Balmelle, C. (2001) : Les demeures aristocratiques d’Aquitaine, Société et culture de l’Antiquité tardive dans le Sud-Ouest de la Gaule, Bordeaux.

Barbet, G. et P. Gandel (1997) : “Chassey-Les-Montbozon, un établissement rural galloromain”, in. H. Walter éds, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 627, Paris.

Champagne, F., Ferdière, A. et Y. Rialand (1997) : “Re-découverte d’un moulin à eau augustéen sur l’Yèvre (Cher)”, RACF, 36, 157-160.

Conche, Fr., M. Guillaume, E. Plassot, S. Barberan, S. Bonnaud, V. Forest, D. Foy, R. Lisfranc, J. C. Mege, D. Michel, R. Pellé, Chr. Pellecuer, H. Pomaredès, et Cl. Raynaud (2003) : Careiron et Pesquier - Lycée-2 à Milhaud (Gard), Document final de synthèse, SRA Languedoc-Roussillon, INRAP Méditerranée, Région Languedoc-Roussillon.

Mar, R. (2001) : El Santuario de Serapis in Ostia. Tarragona, Documents d’Arqueologia Clàssica, 4.

Mielsch, H. (1987) : Die römische Villa : Architektur and Lebensform, Munich.

Notes

1 Conche et al. 2003.

2 Mielsch 1987, 61-62.

3 Balmelle 2001, 98-99 et 393-395.

4 Plan rectangulaire, surface de 26,50 m2 dans l’œuvre (4,25 x 6,25 m).

5 3,80 x 1,56 m dimensions hors œuvre.

6 5,14 m suivant l’axe nord-sud par 2,95 à 3,85 m est-ouest.

7 De 0,27 à 0,80 m.

8 SB1725 et 1726, plan carré de 1,28 m de côtés et quadrilatère de 0,95 x 1,30 m pour le second.

9 Entre 0,08 et 0,12 m de haut par 0,10 à 0,12 m de large et de 0,06 à 0,11 m de profondeur.

10 Voir l’exemple d’Ostie, Mar 2001, 125-130 ou plus proche de nous celui de Chassey-Les-Montbozon (Haute-Saône) Barbet, Gandel 1997, 113-119.

11 Champagne et al. 1997.

12 Il est possible que le fragment d’étoffe recouvert de poix découvert dans le comblement du puits corresponde au calfatage d’un godet de ce type.

13 D’autres blocs monolithes ont sans doute été spoliés au VIe s., période d’intense activité de récupération de matériaux. Ainsi la base SB1224 semble bien avoir été déplacée.

14 1,50 x 9 m pour 13 m2 hors œuvre.

15 Ses piédroits, larges de 0,30 m. montés en moellons de calcaire dur liés au mortier beige, encadraient un canal de 0,45 m de large pour 0,30 m de haut. Au sortir du mur de façade du bâtiment 2, le fond était constitué d’une chape de mortier de tuileau.

16 Exception faite de CN1805 dont le fond était une dalle en calcaire tendre (SB1802), encadrée des blocs SB1801 à l’ouest et SB1803 à l’est. La largeur de l’encastrement est de 0,36 m. Concernant CN1167, le bloc SB1801 affichait une seconde rainure sur le côté septentrional faisant face au bloc SB1799 qui reposait sur le bloc SB1800. La largeur de l’encastrement est ici portée à 0,47 m. Le bloc 1801 comportait sur la face créant le côté oriental de CN1790, une troisième rainure taillée après coup au droit de sa jointure avec la pierre connexe.

17 Dans l’œuvre : 27 m2 soit 4,15 x 6,43 m de long.

18 La surface de la pièce 13 est de 4,20 m2 (1,75 x 2,40 m dans l’œuvre), les murets font 0,30 m d’épaisseur.

19 Espace de 1,02 x 1,85 m de côté dans l’œuvre. D’ouest en est, il se compose de trois murets liés au mortier qui ne sont parementés qu’à l’intérieur. Larges de 0,20 à 0,30 m, ils sont arasés et ainsi conservés sur 0,20 à 0,35 m de haut.

20 L’hypothèse d’une meunerie tient aux remarques d’Hervé Pomarédes, que nous tenons à remercier.

List of illustrations

Caption Fig. 1 : Cadre géographique de la villa.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10446/img-1.jpg
File image/jpeg, 130k
Caption Fig. 2 : La villa de Milhaud, état au milieu du IIe s. p.C.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10446/img-2.jpg
File image/jpeg, 134k
Caption Fig. 3 : Le corps du bâtiment 3 abritant les pièces et les infrastructures dévolues au puisage, à la distribution de l’eau et à la mouture ?
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10446/img-3.jpg
File image/jpeg, 199k
Caption Fig. 4 : Profil transversal du corps de bâtiment 3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10446/img-4.jpg
File image/jpeg, 129k
Caption Fig. 5 : La pièce 7 vue de l’est (cl. E. Passot).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10446/img-5.jpg
File image/jpeg, 367k
Caption Fig. 6 : Le puits PT1086 vu du sud en cours de fouille (cl. Fr. Conche).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10446/img-6.jpg
File image/jpeg, 327k
Caption Fig. 7 : Restitution planimétrique schématique du système d’élévation et de distribution.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10446/img-7.jpg
File image/jpeg, 221k

© Ausonius Éditions, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search