Version classiqueVersion mobile

Aquam in altum exprimere

 | 
Alain Bouet

Le puits antique des Augustins à Layrac (Lot-et-Garonne)

Présence d’une roue

Francis Fournier et Philippe Jacques

Texte intégral

  • 1 Devignes 1992, vol. 1, 55, 63. 72, 183 ; vol. 2, 113.
  • 2 Dubourg 1896, 6.
  • 3 Stern 1970.
  • 4 Dubourg 1896, 77.
  • 5 Clémens & Dautant, 1990, 17.

1De Layrac, bourg de 3000 habitants situé à dix kilomètres au sud-est d’Agen (fig. 1), nous n’avions comme plus vieux repères historiques reconnus que le menhir de la “Grand Peyro”, vestige du Néolithique final ou du Bronze ancien1. De l’époque médiévale, seules subsistent l’église romane Saint-Martin (XIe, XIIe s.) avec sa mosaïque2 “Samson domptant le lion” (XIe s.)3 et la petite église d’Amans4, de même époque mais hélas très endommagée, ainsi que deux mottes, une à Goulens près du château, l’autre avec fossé (XIIe s.) à Saint-Marc au pied du Gers et une enceinte au “Fort” (XIIIe s.) à la sortie nord-ouest du village5.

2Dans le but d’enrichir ce passé, deux prospections inventaires ont été réalisées, permettant de dresser une première carte de sites archéologiques inédits.

1. Contexte géographique

  • 6 Carte IGN au 1/50000, Service de la carte géologique de la France, année 1962.
  • 7 Plan cadastral : Section B1, parcelle 157.

3Positionnée au confluent du Gers et de la Garonne (fig. 1 et 2), la commune se partage entre terres d’alluvions, terrasses et plateaux6. Le village, implanté sur une large terrasse, domine les deux cours d’eau. Le site des Augustins se trouve à 1,5 km à l’ouest de Layrac, au cœur d’une gravière, dans la vallée de la Garonne, sur des alluvions argilo-sablonneuses de basse plaine7.

2. Contexte archéologique de la commune (fig. 2)

Fig. 1 : Situation du Lot-et-Garonne en France et de Layrac dans le contexte régional.

  • 8 Fournier et al. 1999.

4Les premières prospections nous ont livré deux villae. Celle de Vignettes semble relativement importante au vu du ramassage de surface réalisé. Alors que la villa de Trouillès Haut paraît plus restreinte. Cette dernière a fait l’objet d’un relevé stratigraphique en 1998 dans le talus de bord de route8. Dans la vallée du Gers, ce sont deux bâtiments secondaires occupés dès le Ier s. a.C. qui ont été repérés à Cavagnac (fig. 2, no 1) et Phiquepeau (fig. 2, no 2). Deux petits sites ont été recensés à la sortie nord-ouest du village, sur une terrasse du Gers, à Lagravade (fig. 2, no 3) et à Broques (Néolithique et petit habitat antique). Pour sa part, la vallée de la Garonne a livré un habitat de plusieurs hectares possédant une chronologie assez étendue (fig. 2, no 4).

5C’est en 2001, dans le récent lotissement “Beausoleil’’(fig. 2, no 5), que les empreintes d’un bâtiment antique inédit ont été découvertes. Les différentes observations réalisées lors des sondages ou des tranchées ont montré une récupération totale des murs de cet édifice vraisemblablement à la période mérovingienne. Le peu de matériel inventorié (tegulae, imbrices, moellons, céramique commune, sigillée...) atteste une occupation dès le Haut-Empire. Une destination agricole de ces structures est fortement probable.

Fig 2 : Carte de répartition des vestiges dans les environs de Layrac.

6Au cours de cette même année, ce travail de prospection systématique a permis la découverte du puits des Augustins (fig. 2, no 6) au sein de la gravière du même nom en bordure du chemin communal.

3. Le site de Batail (fig. 3)

7Il est certainement le plus riche, tant au niveau du mobilier que de l’importance de l’occupation, et en l’occurrence celui qui nous intéresse le plus. En effet, il est situé à 700 m du puits des Augustins et en est à ce jour l’habitat le plus proche.

8La chronologie du site a pu être reconstituée au travers de l’abondant mobilier découvert en prospection de surface. Le matériel lithique (haches polies, armatures de flèches, lamelles retouchées, nucleus, percuteurs...) semble confirmer une présence dès le Néolithique. La céramique à décors incisés et pointillés sur pâte fine peut être attribuée au Bronze final. Plus rustique, parfois à gros dégraissant, la céramique à cordons digités et bords de lèvres à décors incisés ou digités, caractéristique du premier Age du Fer est très présente. Il en est de même pour la période du deuxième Age du Fer et surtout de sa phase finale avec de la céramique commune. Le début de la romanisation est caractérisé par de la céramique campanienne, de la sigillée italique (marques de VALERIUS VOLUSUS avec palme et ATEIUS) et de l’amphore (Dressel 1A et 1B, Dressel 2/4 italique avec marque CUSPI sur l’anse, Pascual) et de la pré-sigillée de l’atelier de Bram. Le changement d’ère et les décennies qui suivent sont aussi marqués par les sigillées, mais celles-ci proviennent des officines sud gauloises (Montans et La Graufesenque). La céramique commune est très abondante. Métaux, verre, meules sont aussi représentés mais difficilement datables. En conclusion, ce site qui couvre environ 8 hectares, a livré à la prospection un éventail important de matériel pour une occupation de plusieurs siècles. A n’en pas douter, nous sommes là au centre d’un domaine qui s’étendait largement dans la vallée de la Garonne et sur les rives du Gers.

Fig. 3 : Layrac : positionnement des sites de Batail et des Augustins.

4. Circonstances de la découverte

  • 9 Merci à elle pour sa compréhension et son aide précieuse (MM. Decler, Mathon, Reiter : propriétaire (...)

9Lors de l’aménagement d’un fossé du chemin communal no 1, traversant la gravière des Augustins, fut mis au jour un affleurement de tuiles gallo-romaines en quantité suffisante pour attirer notre attention et procéder aux démarches officielles. Le décapage de surface nous révéla un bouchon de tuiles (essentiellement des tegulae) qui semblait obstruer une structure fossoyée. La fouille pouvait commencer et ce, avec l’appui logistique de la direction de la gravière9.

5. Méthodologie de fouille

10Afin de mieux cerner le comblement stratigraphique du puits, la fouille a été appréhendée de la manière suivante. Tous les niveaux parfaitement constitués ont été dégagés dans leur intégralité. Pour les comblements sans stratification particulière, la fouille des sédiments s’est opérée par moitié du conduit sur des hauteurs n’excédant pas 1,50 m. Tous les 2 m, des paliers ont été aménagés en périphérie de la structure fouillée de manière à diminuer la pression des terres environnantes et ainsi d’éviter tout risque d’éboulement.

6. Le puits (fig. 4)

11Le puits est apparu à une profondeur de 0,50 m par rapport au niveau de circulation actuel. De forme cylindrique, il possède une profondeur de 5 m pour un diamètre de 2 m. La présence de la nappe phréatique a été détectée à une profondeur de 4,50 m, laissant ainsi une hauteur d’eau d’environ 0,50 m. Cependant il est difficile de s’appuyer sur cette donnée car cette structure est entourée de lacs artificiels résultant de l’activité de la gravière ; elle se trouve donc sur un point haut par rapport à son environnement immédiat. Cette configuration a très certainement abaissé de façon conséquente le niveau de la nappe qui se retrouve maintenant à l’air libre. La structure a été creusée pour les trois quarts dans des limons de Garonne. Le quart inférieur est implanté dans un banc d’argile compacte.

  • 10 Diot à paraître.

12Aucune trace de cuvelage n’a été décelée à la fouille, pourtant il est difficile de concevoir une telle structure ouverte sans un maintien des terres environnantes, surtout au niveau de la couche d’alluvions qui se délite très rapidement sous l’effet de la pluie. Cette absence est peut-être due à une décomposition consécutive à d’importantes variations du niveau de la nappe d’eau. L’analyse des sédiments de l’US 1400, réalisée par M.-Fr. Diot10, montre la présence de micro-charbons qui résultent peut-être de la décomposition de bois in situ.

Fig. 4 : Stratigraphie du puits (Jacques 2001).

7. Le remplissage (fig. 4)

  • 11 Information S.R.A.. J. B. Desbrunais.

13— US 1100 (fig. 5 et 6) : cette couche est exclusivement constituée par des tuiles. Il s’agit pour l’essentiel de tegulae, les imbrices ne forment qu’un faible pourcentage. Elles représentent un poids d’environ 1000 kg. A l’exception d’une imbrex découverte complète et d’une tegula présentant simplement un éclat, aucune reconstitution de tuile n’a pu être réalisée. Ceci nous montre qu’il s’agit d’un rebut amené ici en comblement final. Ces déchets proviennent peut-être d’une officine de tuilier proche ; celle de Caudecoste11 est à ce jour la seule recensée dans ce secteur quelques kilomètres en amont de notre site.

Fig. 5 : US 900 et 1100.

  • 12 Peut-être celui du site de Batail qui est actuellement le plus proche qui ait été recensé.

14– US 1200 : c’est la partie la plus importante du comblement, elle est constituée par une terre limoneuse brun grisâtre contenant des charbons de bois, des petits tessons de céramique d’époque protohistorique et des restes osseux. On peut donc voir ici deux apports différents : tout d’abord de la terre provenant d’un habitat protohistorique limitrophe12 et en parallèle, le long de la paroi du conduit, des rejets de restes de faune au fur et à mesure du comblement (fig. 7).

  • 13 L’épaisseur est plus importante que les tegulae.

15– US 1250 : il s’agit d’un niveau irrégulier constitué par des fragments de briques13 et de tegulae (fig. 8).

Fig. 6 : Début du dégagement du bouchon des tuiles (US 1100) ; vue prise du sud (cl. Ph. Jacques).

Fig. 7 : Base du dépôt 1230 (cl. Ph. Jacques).

Fig. 9 : US 1300.

  • 14 Juillard à paraître.

16– US 1300 (fig. 9, 10, 11) : cette couche de terre cendreuse contient de nombreux restes osseux, essentiellement des crânes14, des petits blocs calcaires, des tuiles, deux fragments d’une panse d’amphore vraisemblablement de type Dressel 2/4 (1310) et deux vases en céramique commune (1320, 1330) (cliché 5).

17– US 1400 : couche d’argile limoneuse dont la stratification exacte n’a pu être parfaitement cernée à la fouille. Elle peut, par hypothèse, être reconstituée de la manière suivante :

Fig. 8 : Vue générale de l’US 1250 (cl. Ph. Jacques).

Fig. 10 : Vue générale de la partie inférieure du dépôt de l’US 1300 (cl. Ph. Jacques).

Fig. 11 : Vases 1320 et 1330 (cl. Ph. Jacques).

Fig. 13 : Détail du niveau de céramique de l’US 1400 ; vue prise du nord (cl. Ph. Jacques).

Fig. 12 : US 1402.

  • 1401, fin de la couche qui scelle les niveaux de céramiques.

  • 1402, niveau contenant les vases 1410, 1420, 1440 et 1450 (fig. 12, 13, 14).

  • 1403, fine couche scellant le premier niveau de céramiques.

  • 1404, premier niveau de céramiques reposant directement sur le fond du puits, il contient les vases 1430 et 1460 (fig. 15 et 16).

8. L’environnement du puits

18Dans l’environnement immédiat, une structure en pierre sèche (US 900) a été dégagée à l’ouest. Elle recouvre une fosse dont les limites n’ont pu être cernées. Son remplissage est caractérisé par le même limon que le substrat naturel environnant dans lequel on retrouve des blocs calcaires, un fer à cheval et quelques tessons de céramique et de verre. Le mobilier découvert permet de dater ce comblement du XVIIe s. Cette fosse est à mettre en relation avec les fermes modernes environnantes sans que sa fonction ait pu être définie.

Fig. 14 : Pichet 1410 (cl. Ph. Jacques).

Fig. 16 : Fin du niveau céramique de l’US 1400 (cl. Ph. Jacques).

Fig. 15 : US 1404.

19Le reste du site n’est absolument pas exploitable, car on trouve à 20 m au nord un vaste lac artificiel, au sud, à même distance, une zone de stockage de la grave et le secteur d’extraction. Il est donc actuellement très difficile et même impossible de savoir si une zone d’occupation plus proche que le site de Batail (700 m au nord) a existé. De toute manière ce puits ne se trouve pas au centre d’un habitat car la dizaine de mètres entourant la structure n’a livré aucun vestige d’époque antique.

9. Le mobilier céramique

20Trois formes principales ont été inventoriées :

  • 15 Santrot 1979, 163.
  • 16 Jacques 2002.
  • 17 Jacques à paraître a.
  • 18 Sireix 1999, 251-252, fig. 2423, 2424 et 2426.

21Le premier type est un grand pichet à pâte grise foncée (fig. 14, 17, 18, 19, 20). Il possède une panse ovoïde reposant sur un fond plat, terminée par un col avec lèvre à renflement externe. L’anse à ruban et à sillon central prend naissance sur le col pour venir s’attacher sur la partie haute de la panse. La pâte est fortement dégraissée de grains de minéraux. Cette forme est très courante en Aquitaine pendant tout le Haut-Empire, elle est répertoriée sous le numéro 356 par M. H. et J. Santrot15. On rencontre cette forme à Agen à partir de l’époque augustéenne (site du commissariat de police)16 et pendant tout le 1er s. p.C. (site du Carmel)17. A Bordeaux, ce type de forme a été notamment rencontré entre 50 et 80 p.C. (site Camille-Jullian)18. Cette forme a livré deux capacités différentes : l’élément représenté figure 18 (le plus gros modèle) est issu de la strate 1300 qui appartient au comblement du puits. Les deux autres vases (fig. 17 et 19), ainsi que les pichets fragmentés découverts dans l’US 1400, sont identiques et de capacité inférieure de moitié au précédent.

  • Fig. 14, 17 et 20. Vase 1410 : diamètre du col : 102 mm ; diamètre de la panse : 180 mm ; diamètre du fond : 81 mm ; hauteur : 249 mm.

  • Fig. 18. Vase 1330 : diamètre du col : 120 mm ; diamètre de la panse : 254 mm ; diamètre du fond : 111 mm ; hauteur : 344 mm.

  • Fig. 17 et 20. Vase 1470 : diamètre du col : 115 mm ; diamètre de la panse : 191 mm ; diamètre du fond : 86 mm ; hauteur : 240 mm.

  • 19 Santrot 1979, 183.

22Le deuxième type correspond à une cruche à pâte rouge dite à “lèvre en amande” (US 1400, fig. 21). Elle est caractérisée par une panse ovoïde légèrement tronconique reposant sur un pied annulaire et surmontée d’un col à manchon terminé par une lèvre effilée oblique vers l’intérieur avec rainurage. Cette forme est également très courante en Aquitaine. Dans la typologie de M. H. et J. Santrot, elle porte le numéro 42919. Elle semble apparaître dès le premier quart du Ier s. p.C., mais sa période d’utilisation est à placer entre le milieu du Ier s. et le début du IIe s. Un seul individu a été découvert.

Fig. 17 : Vase 1410.

Fig. 19 : Vase 1470.

Fig. 20 : Pichets 1410 et 1470 (cl. Fr. Fournier).

Fig. 18 : Vase 1330.

23— Fig. 21. Vase 1450 : diamètre du col : 74 mm ; diamètre de la panse : 224 mm, diamètre du fond : 106 mm ; hauteur : 280 mm.

  • 20 Santrot 1979, 164.
  • 21 Jacques & Martin 1997, 73.
  • 22 Jacques 1994.

24La troisième forme est un pichet à pâte rouge de petites dimensions (US 1300, fig. 22). Il est de forme globulaire à fond plat terminé par une lèvre plate externe. L’anse prend naissance sur la lèvre et vient se raccorder sur le haut de la panse qui est ornée d’une rainure concentrique. Cette forme, répertoriée par M. H. et J. Santrot (no 358)20, est présente à Agen en milieu clos sur deux sites. A Saint-Jacques, au sud d’Agen, le mobilier contemporain du pichet a été daté des années 75-85 p.C. (fosse 2)21. Sur le chantier de la résidence Griffon, au nord d’Agen, le remplissage de la fosse où a été découvert le pichet est daté des années 60-70 p.C.22.

25— Fig. 22. Vase 1320 : diamètre du col : 106 mm ; diamètre de la panse : 152 mm ; diamètre du fond : 80 mm ; hauteur : 168 mm.

Fig. 21 : Vase 1450.

10. Interprétation

10.1. Le comblement

  • 23 Juillard à paraître.

26L’US 1400 correspond à la phase primaire d’utilisation du puits. Celle-ci semble avoir duré puisqu’elle a généré un dépôt boueux de 0,60 m tout en sachant que ce type de structure est fréquemment curé tout au long de sa période d’utilisation. L’US 1300 marque l’abandon du puits dans sa fonction initiale. Cette phase peut être assimilée à un “dépotoir”, mais celui-ci semble secondaire surtout au niveau de la faune. Cette dernière présente dans cette US une sélection évidente avec la présence exclusive de crânes. Ils sont tous édentés23, ce qui tendrait à démontrer que leur décomposition s’est opérée hors du puits. L’US 1200 représente une phase de comblement volontaire, définitive et assez rapide. Elle a été réalisée avec de la terre étrangère au site. La présence de tessons protohistoriques en assez grand nombre montre que le sédiment provient d’un secteur occupé par un habitat. Pour l’instant ce dernier est identifiable au site de Batail, distant de 700 m du puits des Augustins. L’US 1100 correspond au comblement définitif du puits. Celui-ci n’est intervenu que plus tard, après que le comblement primitif se soit tassé, ce qui lui confère une forme convexe.

27Fig. 22 : Vase 1320.

10.2. Le puits

  • 24 Désert et al. 1981 ; Boudet 1993 ; Jacques à paraître.
  • 25 Ferdière 1988, 227-228.

28La fonction de puits à eau semble évidente. En revanche, ses dimensions ne le classent pas dans la catégorie des puits domestiques. En effet, ce type de puits, à Agen24 ou dans le monde rural antique25, possède un diamètre d’ouverture beaucoup plus restreint d’environ un mètre. Sa localisation en dehors de tout contexte d’habitat confirme cette première observation. S’agit-il, dans ce cas-là, d’un puits servant à l’irrigation de terres agricoles ou à l’élevage ? Son grand diamètre d’ouverture pourrait accréditer cette hypothèse.

  • 26 Diot à paraître.

29Ce type d’installation peut induire une activité maraîchère, les céréales de l’époque (blé, orge, millet, avoine, seigle...) ne nécessitant pas d’apport en eau supplémentaire dans leur phase de maturation. L’analyse palynologique pratiquée sur des échantillons de terre prélevés au sein des US 1300 et 1400 n’apporte pas d’élément permettant de confirmer cette hypothèse. Les sédiments sont vraisemblablement des dépôts secondaires qui n’ont pas permis la conservation des pollens26. Les quelques éléments décelés appartiennent à des spores de champignon, de fougère et des graminées de pin. Ces résultats caractérisent plutôt un milieu forestier, mais il faut rester prudent sur cette interprétation car elle ne repose que sur des restes partiellement conservés et dont l’origine géographique ne peut pas être cernée.

  • 27 Juillard à paraître.

30Ce puits a pu également servir à l’alimentation en eau d’un élevage. Cette hypothèse pourrait en partie expliquer la présence de la faune découverte dans le comblement et qui se rapportent exclusivement à des races domestiquées27. Ces résidus fauniques appartiennent à du mouton (ou de la chèvre), à du porc, à du bœuf et à du cheval. Ces restes présentent très peu de traces de décarnisation et certaines espèces (bœuf et cheval) sont représentées presque exclusivement par des crânes. Ces éléments ne peuvent en aucun cas être le résultat d’une consommation et donc provenir d’un habitat. Ils ont été découverts dans la phase de remplissage du puits ; il est possible que lors de la désaffection de cette structure, le “ménage” a été réalisé en périphérie et tous les résidus divers et variés ont été jetés en comblement. Ces crânes ornaient peut-être l’entrée d’une étable ou d’une bergerie.

31Les vases retrouvés dans l’US 1400 ont pu servir à puiser l’eau. La majeure partie de ces pichets ne possède plus d’anse, ce qui pourrait indiquer qu’ils étaient attachés par cette dernière. Lorsque l’on observe la disposition des vases au fond du puits, on s’aperçoit qu’ils sont tous disposés suivant le même axe, impliquant une position constante de la personne qui puise l’eau. Une deuxième hypothèse peut être évoquée ; elle découle de cette disposition et du diamètre assez important du conduit. Il est possible que l’extraction de l’eau ait pu se réaliser non pas à la force des bras mais par l’intermédiaire d’une machinerie : soit une poulie remontant une grappe de vases liées ensemble, soit une roue à godets. Dans ce dernier cas, les vases feraient office de godets. En ce qui concerne les pichets, ils ont été retrouvés complets (sans anse) ou par moitié (partie inférieure). Cette dernière observation montre bien que ces récipients étaient attachés par la partie haute (encolure et anse). Quand ils se sont brisés, le bas est tombé au fond du puits alors que le haut du vase est resté accroché au système de puisage. Cette hypothèse renforce la fonction agraire de la structure et peut expliquer la disposition des vases.

11. La datation

32Le creusement du puits est impossible à dater. Aucune structure, aucun niveau annexe n’a été repéré. La période d’utilisation est difficile à cerner dans son ensemble. En revanche l’étude de la céramique permet de dater la fin de son activité. Les trois formes de vases découvertes permettent d’envisager le courant de la seconde moitié du Ier s. p.C. (époque flavienne ?). Son comblement définitif (US 1200 et 1100) semble avoir rapidement succédé à sa désaffection, mais aucun élément ne permet de dater véritablement cette phase. Ce comblement rapide et le parfait nivellement de la structure montre bien la réutilisation de cet espace. Cette nouvelle fonction n’a pas laissé de trace. Peut-être s’agit-il simplement de la conquête de nouvelles terres agricoles.

12. Conclusion

33Ce puits à eau, par ses dimensions et son implantation, n’est donc pas lié à un habitat, mais semble plutôt avoir eu une fonction agraire. Tl a été implanté sur la basse terrasse, à mi-distance entre le coteau et la Garonne. Il peut donc s’agir d’un point relais d’alimentation en eau pour les cultures où l’élevage, sans que l’on puisse actuellement incliner pour l’une ou l’autre des hypothèses.

34La présence d’une machinerie de type roue à godets pour remonter l’eau n’est pas à exclure. Malheureusement il faut rester très prudent dans nos conclusions car très peu d’éléments viennent accréditer cette hypothèse. En effet, elle ne découle que des observations dimensionnelles de la structure, de la disposition des vases ainsi que de leur typologie. En milieu rural c’est à ce jour la première fois qu’un tel aménagement est évoqué en Aquitaine.

35Dans le courant de la deuxième moitié du1er s. p.C., peut-être à l’époque flavienne, le puits est abandonné et rebouché. Cet abandon peut avoir plusieurs origines, soit un tarissement de la nappe, soit une restructuration complète du type d’activité : abandon de l’élevage, changement du type de culture ou autre.

36La récupération de l’espace a été rapide et totale, soit parce que cette structure ouverte était dangereuse, soit parce que la zone a été immédiatement réutilisée. Pour reboucher le puits (environ 15 m3 de volume), la terre n’a pas été prélevée en périphérie mais sur un habitat distant de 700 m. Ces observations montrent toute l’attention qui est apportée à l’entretien du terroir. En effet, la structure n’a pas été abandonnée après sa désaffection ; au contraire, elle a été rebouchée en trois phases (US 1300, 1200 et 1100) jusqu’à son complet nivellement avec apport de matériaux extérieurs et assez lointains, au moins pour les deux dernières phases. La réoccupation n’a laissé aucune trace.

37Ce puits s’intègre vraisemblablement dans un domaine rural. Ce dernier est actuellement mal connu. Seul le site de Batail peut actuellement s’y rattacher. Il a livré des éléments contemporains du puits sans que l’on puisse classifier clairement les vestiges, bâtiments agricoles ou habitat à structures légères.

  • 28 Les prospections et sondages ont révélé ces dernières années trois bâtiments agricoles inédits. Un (...)
  • 29 Jacques 2001.

38Ces dernières années les découvertes se sont multipliées en milieu rural. Ainsi la cartographie de l’habitat se complète. Ces résultats sont dus à une étroite collaboration entre le travail de terrain des archéologues (bénévoles et professionnels) et le suivi des différents dossiers par les Services de l’État. En effet de nombreux bâtiments ont été mis en évidence, des villae mais également des structures d’exploitation28 et un mausolée29. La découverte de ce puits nous montre toute l’attention qui doit être portée à la prospection et à la surveillance des travaux (agricoles et autres). Ce type de structure est très difficile à déceler, seule la présence d’un bouchon constitué de matériaux de construction facilite le repérage.

Bibliographie

Bibliographie

Boudet, R. (1993) : “Agen l’Ermitage”, in : Bilan scientifique de la région Aquitaine 1992, Bordeaux, 89-90.

Clémens, J. et A. Daitant (1990) : “Mottes et camps au Moyen Age en Lot-et-Garonne”, Sites défensifs et sites fortifiés au Moyen-Age entre Loire et Pyrénées, Aquitania Suppl. 4, 9-21.

Désert. J., Golvin. J.-Cl., Jerebzoff, A., J. Seigne (1981) : “Agen : sauvetage et disparition de l’amphithéâtre romain”, Archeologia, 158, 40-49.

Devignes, M. (1992) : Le mégalithisme en Aquitaine, Thèse de troisième cycle, Université de Bordeaux 3.

Diot, M.-F. (à paraître) : Analyse palynologique, puits gallo-romain des Augustins commune de Layrac, Lot-et-Garonne.

Dubourg, Abbé (1896) : Monographie du Prieuré et de la ville de Layrac, Agen.

Ferdière, A. (1988) : Les campagnes en Gaule romaine, Tome 1. Les hommes et l’environnement en Gaule rurale (52 av. J.-C. - 486 ap. J.-C.), Paris.

Fournier. Fr., Jacques, Ph. et J.-L. Moreno (1999) : “Layrac, Trouillès-Haut", Bilan scientifique de la région Aquitaine 1998, DRAC/SRA, Bordeaux, 80-81.

Jacques, Ph. (1994) : “Évolution de l’habitat antique et médiéval (Griffon, 1989-1990)”, Vingt ans d’archéologie en moyenne Garonne, Agen, 15-16.

– – – (2001) : “Roquefort Lescazes, lotissement Plein Ciel”, Bilan Scientifique 2000, Bordeaux, 95-97.

– – – (2002) : "Agen Hôtel de Police”, Bilan Scientifique 2001, Bordeaux, 112-115.

– – – (à paraître a) : “Le site du Carmel”, Agen antique.

– – – (à paraître b) : “Le site du rond point St-Jacques”, Agen antique.

Jacques, Ph. et Th. Martin (1997) : “Céramiques sigillées et vases à parois fines des sites de Lespinasse et du Centre administratif St-Jacques à Agen (Lot-et-Garonne)”, Documents de Céramologie Montanaise, 1, 41-98.

Juillard, F. (à paraître) : La faune du puits des Augustins.

Santrot, M. H. & J. (1979) : Céramiques communes Gallo-Romaines d’Aquitaine, Paris.

Sireix, Chr. (1999) : “La céramique commune”, in : Les fouilles de la place des Grands-Hommes, Pages d’Archéologie et d’histoire Girondines 3, Bordeaux, 85-109.

Stern, H. (1970) : “Une mosaïque de pavement romane de Layrac”, Cahiers archéologiques, 20, 81-97.

Notes

1 Devignes 1992, vol. 1, 55, 63. 72, 183 ; vol. 2, 113.

2 Dubourg 1896, 6.

3 Stern 1970.

4 Dubourg 1896, 77.

5 Clémens & Dautant, 1990, 17.

6 Carte IGN au 1/50000, Service de la carte géologique de la France, année 1962.

7 Plan cadastral : Section B1, parcelle 157.

8 Fournier et al. 1999.

9 Merci à elle pour sa compréhension et son aide précieuse (MM. Decler, Mathon, Reiter : propriétaire, directeur et chef de carrière).

10 Diot à paraître.

11 Information S.R.A.. J. B. Desbrunais.

12 Peut-être celui du site de Batail qui est actuellement le plus proche qui ait été recensé.

13 L’épaisseur est plus importante que les tegulae.

14 Juillard à paraître.

15 Santrot 1979, 163.

16 Jacques 2002.

17 Jacques à paraître a.

18 Sireix 1999, 251-252, fig. 2423, 2424 et 2426.

19 Santrot 1979, 183.

20 Santrot 1979, 164.

21 Jacques & Martin 1997, 73.

22 Jacques 1994.

23 Juillard à paraître.

24 Désert et al. 1981 ; Boudet 1993 ; Jacques à paraître.

25 Ferdière 1988, 227-228.

26 Diot à paraître.

27 Juillard à paraître.

28 Les prospections et sondages ont révélé ces dernières années trois bâtiments agricoles inédits. Un se trouve à proximité de la villa de Goulard (Sainte-Colombe en Bruilhois. 47), le second est implanté sur cette même commune au lieu-dit Lacombe ; le troisième est situé sur la commune de Sérignac, au lieu-dit Menjoulan, à proximité immédiate de la villa située sous le bourg actuel.

29 Jacques 2001.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Situation du Lot-et-Garonne en France et de Layrac dans le contexte régional.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig 2 : Carte de répartition des vestiges dans les environs de Layrac.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 3 : Layrac : positionnement des sites de Batail et des Augustins.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 4 : Stratigraphie du puits (Jacques 2001).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 5 : US 900 et 1100.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 6 : Début du dégagement du bouchon des tuiles (US 1100) ; vue prise du sud (cl. Ph. Jacques).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 7 : Base du dépôt 1230 (cl. Ph. Jacques).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 9 : US 1300.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 8 : Vue générale de l’US 1250 (cl. Ph. Jacques).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 10 : Vue générale de la partie inférieure du dépôt de l’US 1300 (cl. Ph. Jacques).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 11 : Vases 1320 et 1330 (cl. Ph. Jacques).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 13 : Détail du niveau de céramique de l’US 1400 ; vue prise du nord (cl. Ph. Jacques).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 12 : US 1402.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 14 : Pichet 1410 (cl. Ph. Jacques).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 16 : Fin du niveau céramique de l’US 1400 (cl. Ph. Jacques).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 15 : US 1404.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 17 : Vase 1410.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 19 : Vase 1470.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 20 : Pichets 1410 et 1470 (cl. Fr. Fournier).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 18 : Vase 1330.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 21 : Vase 1450.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10437/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

Auteurs

GRAPBA (Groupe de Recherches Archélogiques du Pays de Buch et de l’Agenais) GRAPBA

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search