Version classiqueVersion mobile

Aquam in altum exprimere

 | 
Alain Bouet

La chaîne a godets des thermes de Barzan (Charente-maritime) : une première approche

Sophie Coadic et Alain Bouet

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Sillières 2003, 86.
  • 2 Fouilles P. Aupert (CNRS) puis K. Robin (Archéologue départementale).
  • 3 Fouilles L. Tranoy (Université de La Rochelle).
  • 4 Fouilles A. Bouet (Université de Bordeaux 3).

1L’agglomération de Barzan (Charente-Maritime) se trouve à l’heure actuelle à 2 km de l’estuaire de la Gironde et du village de Talmont, à 16 km au sud de Royan. Dans l’Antiquité, il s’agissait probablement du port de la ville de Saintes, chef-lieu des Santons et capitale de l’Aquitaine, relié à celle-ci par une importante voie qui a fait l’objet de fouilles récentes1. Le renouveau de la recherche sur le site depuis 1994 d’abord sur le grand sanctuaire à temple circulaire2, puis sur la voirie3, le secteur des thermes4 et celui des entrepôts a profondément renouvelé les connaissances.

  • 5 Voir la publication du monument dans Bouet 2003, 104-133.

2Les thermes, connus depuis 1938, ont fait l’objet d’un dégagement exhaustif5 (fig. 1). Ils ont permis de saisir un édifice de plan semi-symétrique de presque 3000 m2 comprenant en façade nord un portique monumental XXIX sous lequel s’ouvraient deux séries de quatre boutiques (XVIII/XXI et XXV/XXVIII) encadrant les deux couloirs d’accès XXII et XXIV, eux-mêmes disposés de part et d’autre d’une pièce axiale à abside XXIII qui a pu être le siège d’un collège de nature indéterminée. Au sud, s’étendait la palestre XI bordée sur ses quatre côtés par un portique IX, X, XVII, XXX/XXXI. Celui du sud XXX/XXXI n’est pas complet car il donne accès aux pièces du bain comprenant deux frigidaria symétriques I et III enserrant un tepidarium central II, tandis que plus au sud se trouve le caldarium IV dont les parois opposées sont ornées de niches alternativement quadrangulaires et semi-circulaires. La pièce est chauffée par deux praefurnia ouverts à l’est et à l’ouest dans deux salles de chauffe V et VII.

Fig. 1 : Plan de l’état 1 des thermes de Barzan (Bouet 2003, 105).

3Les thermes ont été mis en place au début du IIe s. p.C. et ont été abandonnés dans la deuxième moitié du IIIe s. Ils n’ont connu qu’une phase de remaniements aux environs du milieu du IIe s.

  • 6 Basalo 1944, 157-159.
  • 7 Aupert et al. 1997, 21.
  • 8 La fouille du puits a demandé sept semaines de travail réparties entre 2000 et 2002. Nous tenons à (...)

4L’alimentation en eau de l’édifice a été à l’origine de nombreuses interrogations. En effet, un aqueduc qui pourrait avoir pour point de départ la source de Chauvignac à 3 km à l’est du site, a été découvert en 1939 à la sortie nord du village actuel6, mais il est situé à une altitude bien inférieure à celle de notre bâtiment. L’hypothèse d’un captage sous pression dans un puits vertical permettant l’élévation de l’eau a été envisagée7 mais, en l’absence de toute confirmation archéologique, demeurait bien fragile. La réponse est venue lors de la fouille en 20008.

2. Un puits de taille peu ordinaire

  • 9 2,98 m EO sur 4,40 m NS.

5La pièce de service VIII située à proximité immédiate de la chambre de chauffe orientale a livré un puits quadrangulaire de 13,11 m29, profond de 16 m, occupant la plus grande partie de la pièce, ne laissant en périphérie qu’une banquette d’environ 2,08 m au nord, 1,05 m à l’est, 1,83 m au sud et 0,80 m à l’ouest. Il est taillé dans le substrat à l’exception du mètre supérieur qui correspond à l’épaisseur de la stratigraphie (fig. 2). Là, les terres sont maintenues par une margelle à un parement en opus mixtum alternant assises de tegulae fragmentaires et petits moellons. Du fait de la fragilité du substrat, celle-ci n’est plus en place, mais un fragment comprenant encore sept assises pour une hauteur de 0,48 m a été retrouvé effondré au fond de la structure. Le seul moyen susceptible d’élever l’eau à une telle profondeur – si l’on exclut le seau et la corde – est la roue à chaîne à godets.

Fig. 2 : Coupe stratigraphique du puits alimentant les thermes (Bouet 2003, 49).

  • 10 En Gaule, les édifices sont généralement plus modestes que le bâtiment de Barzan : thermes du Mont (...)
  • 11 Voir la communication de I. Blair et R. Spain et T. Taylor dans ce même volume.
  • 12 Aquilué et al. 2002, 254.
  • 13 Schiøler 1973, 131-136.
  • 14 Brown 1951.

6Une telle structure n’est pas l’apanage de Barzan. Des thermes alimentés par des puits sont connus ailleurs dans le monde romain10 mais seule varie la taille de l’aménagement. Dans les Thermes de Stabies de Pompéi, l’ouverture du puits atteint 2,90 m sur 2 m, à Londres, la plus importante des découvertes avoisine 3,60 m de côté11, dans les fouilles récentes d’Ampurias, elle est de 2,50 m de côté12. Dans les Grands Bains Doubles d’Abu Mena, l’ouverture circulaire avait un diamètre de 3,30 m13. Les profondeurs sont très variables car dépendant de la nappe phréatique. Elles varient de 25 m à Pompéi, à 3 m dans le bâtiment thermal de Cosa14, en passant par 5 m en moyenne à Londres et 13m dans les Thermes du Forum à Herculanum.

3. Des découvertes exceptionnelles

7L’originalité du puits de Barzan réside également dans la découverte d’une quantité exceptionnelle d’éléments de bois conservés dans les deux derniers mètres de profondeur baignés par la nappe phréatique. La fouille s’est effectuée à la main, sans outil métallique, afin d’éviter toute détérioration du matériel ligneux. Toutes les marques sont donc théoriquement attribuables à l’usure antique. Un relevé précis des pièces a été effectué, de façon à faciliter la restitution de la machine et celle du comblement du puits. Un quadrillage constitué de carrés de 1 m de côté a été installé au niveau de la nappe phréatique. Toutes les pièces relevées l’ont été à partir de cette trame.

  • 15 Coadic & Espinasse 2004.
  • 16 Les machines élévatrices dans le monde romain, réalisée par S. Coadic.

8Les éléments les plus volumineux qui ne comportaient que peu d’intérêt ont été, après dessins, redescendus dans le puits. Les autres ont été transportés en caisses au Laboratoire d’Analyses et d’Expertises en Archéologie et Œuvres d’Art de Bordeaux dirigé par B. Szepertyski où ils vont faire l’objet de restauration. C’est donc quatre-vingt-une caisses, contenant près de quatre cents pièces, plusieurs centaines de fragments d’éléments travaillés et plus d’un millier d’éclats qui entrent dans cette étude. Les éléments les plus représentatifs ont fait l’objet de dessins réalisés par N. Saulière et ont été numérisés en 3D par L. Espinasse15. Ce travail fait partie intégrante d’une thèse en cours de réalisation16. Nous ne pouvons présenter dans ce cadre qu’une première approche qui consiste en la mise en séries des pièces présentant des caractéristiques communes. Plusieurs groupes ont ainsi été individualisés.

3.1. Les poutres

9Les pièces les plus grandes ont été dégagées dans la zone la plus haute où le bois était conservé. Il s’agit pour la plupart de poutres d’une longueur maximale de 3,22 m, qu’il faut identifier comme des éléments de la charpente de la pièce de service, à moins qu’elles ne fassent partie de la plate-forme supportant la machinerie.

3.2. Les pièces en “U”17

  • 17 Les appellations sont basées sur la morphologie des pièces et non pas sur leur fonction qui reste (...)

Fig. 3 : Pièce 286 (dessin N. S.)

  • 18 Catalogue 2, pièces 153 et 290.
  • 19 Catalogue 2, pièces 284 et 285.

10La série regroupe une vingtaine d’individus. Ceux-ci sont longs d’environ 40 cm, pour une largeur maximale de 15 cm et une épaisseur de 5 cm (fig. 3). Une extrémité est constituée d’un tenon rectangulaire de 5 à 10 cm et l’autre de deux avancées parallèles, d’une quinzaine de centimètres, séparées par une mortaise semi-circulaire. Celle-ci ne semble pas être due à une usure liée au frottement d’un quelconque élément. Elle est généralement un peu en biais par rapport à l’axe de la pièce. Des clous permettaient à l’origine de maintenir des pièces sur les champs, dans des mortaises rectangulaires de 10 cm de long en moyenne. La majorité de ces bois appartient au genre Quercus. Cependant, on peut noter que deux sont en orme (Ulmus sp.)18 et deux autres en hêtre (Fagus silvatica)19. Parmi ces derniers, l’un se différencie par l’absence de mortaise au niveau de ses champs. De plus, une pièce fixée par des clous contre un des champs a été découverte plaquée contre lui lors de la fouille. C’est une planche fine, en chêne, très altérée. Il est impossible de déterminer ses dimensions originales, mais on peut voir qu’un des champs était taillé en arc de cercle. Les marques qui ont pu être relevées font penser qu’à l’origine, la planche devait être perpendiculaire à la pièce principale. Ce cas précis soulève certaines questions auxquelles il est encore difficile de répondre. Peut-on par exemple imaginer que toutes les autres pièces en “U” étaient munies du même type de planche ? L’aspect arrondi de cet élément signifie-t-il que nous sommes ici en présence d’un élément de roue ? S’il est relativement délicat d’évoquer des réponses, c’est que la nature du bois et l’absence de mortaise au niveau des champs font de ce “U” une exception. De ce fait, déduire une règle générale de ce cas précis serait peut-être un raccourci un peu rapide.

3.3. Les pièces cylindriques

Fig. 4 : Pièce 214 (dessin N.S.)

11Une cinquantaine de pièces entre dans cette série. De forme cylindrique, une de leurs extrémités (“tête”) est un peu plus large que le reste ; l’autre est munie d’un tenon. La présence de plusieurs tailles, de plusieurs essences et de légères différences permet de déterminer quatre sous catégories. La majorité des pièces dépasse légèrement 30 cm de long (fig. 4), mais certaines approchent 55 cm (fig. 5). Les essences utilisées sont variées. Les identifications n’ont pas été toutes encore réalisées mais il semble qu’une partie des pièces soit en bois de fruitiers. Certaines sont traversées dans leur diamètre, soit par une petite mortaise cylindrique (diamètre : environ 0,5 cm), parfois encore comblée par un tenon en frêne (Fraxinus sp.), soit par un clou, au niveau de la partie centrale, à quelques centimètres de la “tête”. Celle-ci mesure généralement 12 à 15 cm de long, exceptionnellement plus de 15 cm, avec un diamètre avoisinant 6 cm. Quant au tenon, sa longueur varie de 2 à 5 cm, pour un diamètre de 2,5 à 3 cm.

Fig. 5 : Pièce 208 (dessin N. S.)

3.4. Les “pièces à double mortaise”

12Vingt-huit “pièces à double mortaise” ont été repérées (fig. 6). Ce sont des planches d’une dizaine de centimètres de long, 5 cm de large et 2 cm d’épaisseur, pour la plupart en chêne (Quercus sp.). Elles sont munies à chaque extrémité d’une mortaise semi-circulaire, inclinées l’une vers l’autre. Ces pièces auraient pu permettre de ménager un espace entre des éléments cylindriques, aujourd’hui encore indéterminés.

Fig. 6 : Pièce 207 (dessin N. S.)

13Au point où en est l’étude, il est encore difficile de se prononcer sur la fonction précise de ces familles d’éléments, ainsi que sur leur emplacement au sein de la machine. En revanche, pour d’autres pièces, la fonction ne fait pas de doute.

3.5. Les rouages

  • 20 Ménassa & Laferrière 1975, 34.

14La pièce majeure de cette catégorie est un tambour. Quatre demi-roues dentées, formant deux roues monoxyle en chêne (Quercus sp.) (diamètre : 50 cm ; épaisseur : 5 cm) (fig. 7) ont été découvertes dans le puits. Elles sont munies de treize dents, larges de 5 à 6 cm et dépassant en moyenne de 2 cm du corps de la roue. Les espaces entre ces dents sont larges de 5 à 7 cm et, au centre de chacun, se trouve une attache métallique (probablement la tige corrodée d’un clou). Au milieu de chaque roue, une mortaise carrée, de 10 cm de côté, est ménagée. Les attaches métalliques montrent que des éléments fixés aux roues se sont désolidarisés de celles-ci. Les deux ensembles ont été découverts dans la zone sud du puits. Or, il est un type de planches qui n’a été trouvé que dans cette partie. Celles-ci mesurent environ 67 cm de long et en moyenne 5 cm de large (elles sont plus larges au centre qu’aux extrémités). Elles sont munies de deux attaches métalliques (une à chaque extrémité). Ceci permet de restituer leur position d’origine, entre les dents des roues précédemment évoquées. Le tambour mesurait donc à l’origine 67 cm de long et 50 cm de diamètre (fig. 8). Les mortaises carrées accueillaient l’axe qui soutenait l’ensemble. La campagne de fouilles de 2002 a permis de dégager ce qui est probablement une des pièces maîtresses de la structure. Toujours dans la même zone du puits, la pièce 106 reposait à l’horizontale dans le sédiment. Dans ses parties les plus étroites, elle a une section carrée de 10 cm de côté, correspondant à la taille des mortaises précédemment évoquées. Ses extrémités circulaires en font un axe dont le modèle est assez proche de ce qui se voit actuellement en Égypte20. Son originalité vient de la partie centrale, beaucoup plus large que le reste (longueur : 53 cm ; largeur : 17 cm ; épaisseur : 10 cm). Elle donne à la pièce un aspect asymétrique par sa situation, respectivement à 110 cm et 50 cm des extrémités. Le tambour peut donc être replacé au-dessus de la partie centrale, ou au niveau de la partie étroite la plus longue. Il est cependant intéressant de noter que le tambour mesure 67 cm de long pour ses dimensions extérieures. Cela inclut l’épaisseur des deux roues, c’est-à-dire 5 cm chacune. Entre elles, il n’y a donc que 57 cm d’espace vide. Il est donc assuré que le tambour était fixé de part et d’autre de la partie centrale de l’axe, avec environ 2 cm de jeu à chaque extrémité.

Fig. 7 : Pièce 37 (dessin N. S.)

Fig. 8 : Restitution du tambour (numérisation 3D L. E.)

Fig. 9 : Pièce 123 (numérisation 3D L. E.)

  • 21 Pièces 123, 143 et 152.

15Il est probable que cette pièce joue un rôle essentiel dans le mécanisme. Mais il ne constituait pas l’unique rouage du système. En effet, divers éclats de jantes ont également été mis au jour. Certains d’entre eux ont été élaborés d’une façon relativement complexe (fig. 9) : la roue est constituée de deux éléments en arc de cercle de 8 cm de large et 6 à 7 cm d’épaisseur au maximum (Quercus sp. et Ulmus sp.) se faisant face et maintenus par des clous. Des mortaises rectangulaires, disposées régulièrement, ménagent des espaces parallélépipédiques dans l’épaisseur de la jante, où des rayons étaient placés (on les estime au nombre de quatorze). Ceux-ci sont longs de 30 cm et globalement cylindriques. Seule la partie maintenue dans la jante a une section carrée ou rectangulaire. Leur diamètre approche 5 cm. L’extrémité située au centre de la roue est munie d’un tenon à section grossièrement cubique ou cylindrique, d’environ 3 cm de long. Aucun moyeu n’a pu à ce jour être distingué. Doit-on imaginer une pièce ou un assemblage en bois aujourd’hui si fragmenté qu’il en serait méconnaissable ? Ou bien s’agit-il d’un élément métallique ayant fait l’objet d’une réutilisation ? Ce type de roue a été découvert sous la forme d’éclats, en particulier trois principaux21, dont la répartition en plan n’est pas significative, contrairement à ce qui a été vu précédemment pour le tambour.

16D’autres pièces en arc de cercle ont également été conservées dans le sédiment. Leurs formes sont variées, il serait prématuré d’en présenter ici des restitutions.

  • 22 Vitruve, De Arch., 10.1.1.

17Dans sa définition du terme machina, Vitruve explique que le système est “actionné par rotations, suivant le principe du mouvement circulaire que les Grecs appellent κυκλικὴ κίνησις”22. La découverte de rouages au fond du puits n’a donc rien de surprenant.

4. Datation

18La datation ne peut être fournie que par l’étude dendrochronologique, la période de fréquentation du monument ne donnant qu’un cadre général.

  • 23 Bouet 2003, 130.

19Les pièces de bois peuvent être regroupées en cinq périodes d’importance différente. Le tambour, élément central du mécanisme, est fabriqué dans un bois abattu entre 149 et 166 p.C.23, ce qui correspondrait à une phase de transformations architecturales réalisée dans le monument. Il est pourtant assuré que le puits est creusé lors de l’édification du bâtiment au début du IIe s. et qu’une machine – totalement remplacée dans un deuxième temps – devait déjà être en place.

5. Hypothèses de restitution

  • 24 Les godets formés de cruches retrouvés dans le puits des Augustins à Layrac (Lot-et-Garonne) sont (...)
  • 25 Forbes 1955, VII, 217.
  • 26 Bouet et al. 2000, 33.
  • 27 Une différence de traitement des peaux pourrait cependant être un facteur de distinction dans la c (...)

20La découverte de bois au fond du puits est venue confirmer ce que la taille de la structure laissait penser : l’hypothèse la plus vraisemblable est celle d’une chaîne à godets. Or, dans l’état actuel de la recherche, aucun d’entre eux n’a pu être identifié. Plusieurs solutions sont à envisager. Ils pouvaient être en céramique, en bois, en cuir ou en métal. La première hypothèse doit probablement être abandonnée : elle semble plutôt être caractéristique de la partie orientale de l’Empire24, à une époque légèrement plus tardive que ce qui nous intéresse ici, et aucun indice allant dans ce sens n’a été mis au jour dans le puits. De même, à l’heure actuelle, des éléments de bois qui ont été enregistrés, aucun ne paraît appartenir à un godet, qu’il soit du modèle de ceux découverts à Cosa ou de ceux mis au jour à Londres. L’idée, un temps admise, de les découvrir sous forme très fragmentée parmi le matériel ligneux est sans doute aujourd’hui à abandonner. Quant au cuir, possibilité envisagée par R. J. Forbes25, il semble que ce matériau n’ait pas été utilisé à Barzan : la nappe phréatique a permis la conservation de deux caligae26. Il est donc difficile d’imaginer que des outres, conçues de la même façon, aient totalement disparu27. Par défaut, la solution envisagée actuellement est donc celle de récipients métalliques à la paroi suffisamment fine pour éviter tout poids trop élevé, récupérés après l’abandon du système.

Fig. 10 : L’échelle en cours de fouille (cliché A. B.)

  • 28 Voir la communication de I. Blair et R. Spain et T. Taylor dans ce même volume.
  • 29 Di Pascuale 2002, 76.
  • 30 Domergue 1983, 37 et fig. 13.

21L’absence d’éléments reliant ces récipients entre eux est également problématique. La fragilité des pièces précédemment évoquées, en particulier celle de l’axe, semble interdire le recours à des tiges métalliques du même type que celles utilisées à Londres28. Il pourrait alors s’agir de simples cordes. Quant à la question du système d’entraînement, aucune roue étudiée ne répond aux caractéristiques qui pourraient en faire une calcatoria, une machine entraînée par une personne tournant dans une roue de type cage d’écureuil29. C’est sans doute un manège qui devait être utilisé à Barzan, sur un plancher placé quelques mètres au-dessus du puits et à un niveau supérieur à celui des réservoirs d’eau encadrant le praefurnium de la chambre de chauffe VII. Il est possible que l’accès à cette plate-forme se soit fait par une échelle, dont les éléments ont été mis au jour uniquement dans la partie supérieure du sédiment recelant le bois. Elle est constituée de cinq éléments, deux montants séparés de 40 cm et trois échelons distants 35 à 37 cm (fig. 10). La belle facture de cette échelle contraste singulièrement avec la simplicité de celles qui ont été mises au jour dans les mines espagnoles, à Aljustrel notamment, où il s’agit de simples troncs de chêne vert (Quercus ilex) dans lesquels des entailles ont été creusées30. Ceci témoignerait ici encore de la maîtrise technique du travail du bois des artisans qui ont construit la machine utilisée à Barzan.

22A ce stade de l’étude, le matériel ligneux pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. La restitution envisagée est cependant plus proche de ce qui a été proposé par J. P. Oleson pour la machine de Cosa que de ce qui a été découvert dans les puits de Londres.

  • 31 Oleson 1987.

23Notre machine serait d’ailleurs contemporaine de celle de l’agglomération italienne mais il semble toutefois que les savoir-faire diffèrent sensiblement. En effet, aucune pièce de la machine gallo-romaine n’a trouvé de comparaison dans le catalogue mis en place par J. P. Oleson31. Pourtant, il a pu être établi que certains éléments appartiennent indéniablement au mécanisme, du fait de leur aspect plus ou moins stéréotypé.

6. Conclusion

  • 32 Vitruve, Traité d’architecture, 10.4.4.

24“[...] s’il faut amener l’eau à une plus grande hauteur encore, on fera passer autour de l’essieu d’une même roue [roue à augets] une double chaîne en fer, descendant jusqu’au dessous du niveau de l’eau et portant, suspendus, des godets en bronze d’une contenance d’une conge. Ainsi la rotation de la roue, en enroulant la chaîne sur l’essieu, entraînera jusqu’au haut les godets qui, une fois parvenus au-dessus de l’essieu, se retourneront nécessairement et déverseront dans un réservoir toute l’eau qu’ils auront élevés”32. Ce célèbre texte de Vitruve décrivant, quelques années avant le tournant de notre ère, la chaîne à godets pouvait laisser penser que ces machines étaient toutes fabriquées selon des modèles sinon identiques, au moins semblables. La découverte réalisée à Barzan, comparée aux quelques systèmes déjà connus, montre au contraire qu’il existait une véritable richesse technique, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives scientifiques.

Bibliographie

Bibliographie

Aquilué, X., P. Castanyer, M. Santos et J. Tremoleda (2002) : “Primer résultats del projecte d’intervenciò arqueològica a les termes publiques de la ciutat romana d’Emporiae (Empúries, L’Escala, Alt Empordà)”, Empúries, 53, 241-260.

Aupert, P., Carponsin-Martin, C., Dassié, J., Gustave, S. et D. Tardy (1997) : Le site archéologique de Barzan, ‘‘Le Moulin-du-Fâ” (Charente-Maritime), Barzan.

Basalo, L. (1944) : “Le temple du Moulin du Fâ”, Gallia, 2, 141-164.

Bouet A., Coadic S., Marchet G., Sauliere N., Bessac J.-C. et J.-P. Bost (2002) : Le Fâ, le puits PT 20700, le quartier à l’ouest des thermes, les entrepôts – D.F.S. de fouilles programmées, Bordeaux.

Bouet, A. (1997) : “Les thermes romains : de gros consommateurs d’eau ? Quelques exemples de Narbonnaise et des provinces voisines”. Les aqueducs de la Gaule romaine et des régions voisines. Colloque de Limoges, 10-11 mai 1996, Limoges, 133-160.

– – – dir. (2003) : Thermae Gallicae, les thermes de Barzan (Charente-Maritime) et les thermes des provinces gauloises, Ausonius Mémoires 10, Bordeaux.

Brown. F. E. (1951) : “Cosa I, History and topography”, MemAmAc, 20, 82.

Coadic, S. (2002) : Les systèmes d’alimentation en eau des thermes en Italie centrale et mérdionale, Mémoire de maîtrise dactylographié sous la direction d’A. Bouet, Université de Bordeaux 3.

– – – (2003) : Les machines élévatrices dans le monde romain. Mémoire de DEA dactylographié sous la direction de Fr. Tassaux, Université de Bordeaux 3.

Coadic, S. et L. Espinasse (2004) : “La chaîne à godets de Barzan (Charente-Maritime)”, Virtual Retrospect 2003, Proceeding of the Conference, Biarritz (France), November 6th-7th 2003, Bordeaux, 24-27.

Di Pascale, G. (2002) : “The fabrication of roman machines”, in : Renn & Castagnetti 2002, 75-82.

Domergue, Cl. (1983) : La mine antique d’Aljustrel (Portugal) et les tables de bronze de Vipasca, Paris.

Forbes, R. J. (1955) : Studies in ancient technology, Leyde.

Menassa L. et P. Laferrière (1975) : La Saqia, technique et vocabulaire de la roue à eau égyptienne, Paris.

McCann, A. M. (1987) : The Roman port and fishery of Cosa. A center of Ancient trade, Princeton.

Oleson, J. P. (1987) : “The Spring House Complex”, in : McCann 1987, 98-128.

Renn, J. et G. Castagnetti G. (2002) : Homo Faber : studies on nature, technology and science at the time of Pompeii, Studi della soprintendenza archeologica di Pompei, 6, Rome.

Schiøler, T. (1973) : Roman and Islamic water lifting wheels, Odense.

Sillières, P. (2003) : “Les communications entre Saintes et Bordeaux à l’époque galloromaine”, in : Itinéraire de Saintes à Dougga, Mélanges offerts à Louis Maurin, Ausonius Mémoires 10, Bordeaux.

Notes

1 Sillières 2003, 86.

2 Fouilles P. Aupert (CNRS) puis K. Robin (Archéologue départementale).

3 Fouilles L. Tranoy (Université de La Rochelle).

4 Fouilles A. Bouet (Université de Bordeaux 3).

5 Voir la publication du monument dans Bouet 2003, 104-133.

6 Basalo 1944, 157-159.

7 Aupert et al. 1997, 21.

8 La fouille du puits a demandé sept semaines de travail réparties entre 2000 et 2002. Nous tenons à remercier J.-Fr. Baratin, Conservateur Régional de l’Archéologie de la région Poitou-Charentes sans qui cette étude n’aurait pu être menée à bien.

9 2,98 m EO sur 4,40 m NS.

10 En Gaule, les édifices sont généralement plus modestes que le bâtiment de Barzan : thermes du Mont-Berny dans la Forêt de Compiègne (Oise), thermes des Bouvettes à Tavel (Bouet 1997, 134-139).

11 Voir la communication de I. Blair et R. Spain et T. Taylor dans ce même volume.

12 Aquilué et al. 2002, 254.

13 Schiøler 1973, 131-136.

14 Brown 1951.

15 Coadic & Espinasse 2004.

16 Les machines élévatrices dans le monde romain, réalisée par S. Coadic.

17 Les appellations sont basées sur la morphologie des pièces et non pas sur leur fonction qui reste encore en partie inconnue, faute de comparaisons antiques ou ethnologiques.

18 Catalogue 2, pièces 153 et 290.

19 Catalogue 2, pièces 284 et 285.

20 Ménassa & Laferrière 1975, 34.

21 Pièces 123, 143 et 152.

22 Vitruve, De Arch., 10.1.1.

23 Bouet 2003, 130.

24 Les godets formés de cruches retrouvés dans le puits des Augustins à Layrac (Lot-et-Garonne) sont tout à fait exceptionnels. Voir la contribution de Fr. Fournier et Ph. Jacques dans ce volume.

25 Forbes 1955, VII, 217.

26 Bouet et al. 2000, 33.

27 Une différence de traitement des peaux pourrait cependant être un facteur de distinction dans la conservation.

28 Voir la communication de I. Blair et R. Spain et T. Taylor dans ce même volume.

29 Di Pascuale 2002, 76.

30 Domergue 1983, 37 et fig. 13.

31 Oleson 1987.

32 Vitruve, Traité d’architecture, 10.4.4.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Plan de l’état 1 des thermes de Barzan (Bouet 2003, 105).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 2 : Coupe stratigraphique du puits alimentant les thermes (Bouet 2003, 49).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Fig. 3 : Pièce 286 (dessin N. S.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 4 : Pièce 214 (dessin N.S.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 5 : Pièce 208 (dessin N. S.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 6 : Pièce 207 (dessin N. S.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Fig. 7 : Pièce 37 (dessin N. S.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Fig. 8 : Restitution du tambour (numérisation 3D L. E.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 9 : Pièce 123 (numérisation 3D L. E.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 10 : L’échelle en cours de fouille (cliché A. B.)
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10431/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 308k

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search