Version classiqueVersion mobile

Aquam in altum exprimere

 | 
Alain Bouet

Le point de la recherche sur les machines élévatrices d’eau

Alain Bouet

Texte intégral

  • 1 Nous excluons de cette présentation les pompes qui font l’objet dans ce même volume d’un article d (...)
  • 2 Voir les considérations de C. Jullian sur les aqueducs comme élément indispensable de la vie d’une (...)
  • 3 Voir le fameux passage de Frontin (Des aqueducs de Rome, 16) : “Aux masses si nombreuses et si néc (...)
  • 4 Leveau 1987, 98-99 ; Leveau 2000, 310.

1L’intérêt pour les machines élévatrices d’eau dans l’Antiquité1, donc pour leurs vestiges archéologiques, est relativement récent puisqu’il ne remonte qu’à un peu plus d’un siècle. En effet, ce qui a fasciné, et fascine encore avant tout historiens et archéologues, ce sont les aqueducs qui excitent la curiosité par l’ampleur des vestiges, leur importance numérique et leur impact laissé dans le paysage ; ils symbolisent la grandeur de la civilisation romaine2. Ils ne se font que l’écho des auteurs antiques eux-mêmes3. Caractéristique de la cité antique : une eau abondante et en grande partie gaspillée dont l’image s’impose après ces premières recherches4.

1. Les machines élévatrices d’eau : les textes

  • 5 Nous laissons de côté les textes mentionnant seulement les machines pour ne retenir que ceux les d (...)
  • 6 Oleson 1984, 326.
  • 7 Pneumatica, 61. Voir Humphrey 1998, 29-30. Il peut s’agir d’un tympan (l’eau est stockée dans des (...)
  • 8 Pneumatica, 65. Voir Humphrey 1998, 313-315.
  • 9 Traité d’architecture, 10.4.1-4. Voir Humphrey 1998, 310-312.
  • 10 Les godets sont fixés sur une chaîne sans lin mue par une roue.
  • 11 Dans la collection des Universités de France.
  • 12 Domergue 1990, 444.

2Certains textes permettent toutefois une autre approche. Il s’agit généralement de descriptions courtes qui ne vont pas sans poser un certain nombre de problèmes d’interprétation5. Celui de Philon de Byzance du milieu du IIIes. a.C.6 – mais connu seulement par une traduction arabe tardive – donne la description d’une roue compartimentée7 et d’une chaîne à godets8. Le texte le plus célèbre probablement est toutefois celui de Vitruve9 qui traite tour à tour du tympan, de la roue à augets et de la chaîne à godets10. Ces textes ont donné lieu à des restitutions plus ou moins complexes selon les périodes, de la publication de Cl. Perrault en 1673 à celle de L. Callebat et Ph. Fleury en 198611 (fig. 1). Toutefois, un certain nombre d’interrogations ne peuvent pas trouver de réponse dans ces seules sources, la principale portant sur la façon dont la chaîne à godets était fixée sur la roue pour éviter son glissementl12.

3Vu leur multiplicité et leur omniprésence, les machines élévatrices apparaissent comme un fait essentiellement oriental.

2. Les machines élévatrices d’eau : la découverte progressive des vestiges archéologiques

  • 13 Maiuri 1931.
  • 14 Maiuri 1950, 128-129.
  • 15 Ceci n’est pas étonnant car les thermes abandonnés à l’époque augustéenne sont immédiatement rempl (...)
  • 16 Maiuri 1958, 108-109.

4Le développement croissant des fouilles a commencé à mettre en évidence ce type de structure, particulièrement à Pompéi. Ainsi, en 1931, dans un article consacré aux puits et conduites d’eau de la ville campanienne, A. Maiuri évoque-t-il ces machines13. Rappelons que tous les bâtiments thermaux fouillés – Thermes de Stabies, du Forum, Thermes Républicains – étaient alimentés par des puits avant la construction d’un aqueduc à l’époque d’Agrippa. Ces machines élévatrices ne sont toutefois pas l’apanage des édifices publics puisqu’on en retrouve un exemple dans la tannerie de la Maison de la Reine d’Angleterre. La nappe phréatique profonde d’environ 25 m rend obligatoire l’emploi de tels engins, et plus particulièrement de la roue à chaîne à godets, la seule capable d’un puisage à une telle profondeur. Tous les puits n’ont pas été intégralement fouillés, celui des Thermes de Stabies, par exemple, n’a été exploré que sur 13 m alors qu’il doit être profond d’environ 25 m. S’il existait des pièces en bois, celles-ci n’ont pas encore été retrouvées. A. Maiuri rapporte que le seul puits étudié jusqu’à la base est celui des Thermes républicains profond de 20 m14. Aucun élément de bois n’y a été découvert, preuve que la machinerie a été méticuleusement démontée et qu’elle ne s’est pas effondrée suite à un manque d’entretien ou un abandon15. En 1958, le même fouilleur publie les Thermes du Forum d’Herculanum dans lequel se trouve un puits circulaire de 2,25 m de diamètre16 (fig. 2). Seul le frigidarium de la section des hommes est relié au réseau public, le reste du bâtiment tire son alimentation du sous-sol. La profondeur du puits est de 8,25 m à partir du niveau de circulation mais, la margelle étant située au premier étage, sa profondeur totale s’élève à 13 m. Les découvertes sont très modestes puisqu’elles se limitent à deux coussinets en bronze servant, semble-t-il à la rotation d’un axe. L’hypothèse mériterait d’être confirmée.

Fig. 1 : Restitution d’une roue à chaîne à godets. a : Perrault 1673, Pl. LXII, fig. III. b : Callebat & Fleury 1986, 144.

Fig. 2 : Herculanum, Thermes du Forum : coupe du puits (Maiuri 1958, 108).

5Toutes ces trouvailles se ressemblent : on est toujours en présence d’un puits maçonné. Considérant la profondeur de la nappe phréatique, on peut déterminer le type de machinerie – la roue à chaîne à godets – mais les pièces elles-mêmes ont disparu.

  • 17 Ricciardi 1996, I, 167-169.
  • 18 Ricciardi 1996, I, 147-148.
  • 19 Ricciardi 1996, I, 111.
  • 20 Ricciardi 1996, I, 149-155.
  • 21 Ricciardi 1996,I, 177-180.
  • 22 Ricciardi 1996, I, 174-175.
  • 23 Ricciardi 1996, I, 157-158.
  • 24 Ricciardi 1996, I, 107-110.
  • 25 Ricciardi 1996, I, 104.
  • 26 Voir ci-dessous.
  • 27 Cicerchia & Marinucci 1992, 38-40.
  • 28 Bridger 1989, 50.
  • 29 Bouet 2004, I, 209.
  • 30 Voir ci-dessous.

6Un constat semblable peut être dressé à Ostie. Ici, la proximité de l’eau autorise l’emploi non plus de la chaîne à godets mais de la noria – où les godets sont fixés sur la jante – ou de la roue à augets. Alors que, dans le cas d’une chaîne à godets, le puits présente une forme se rapprochant du carré, dans les derniers exemples le cuvelage a une forme caractéristique étroite et allongée. De tels puits sont connus dans les thermes de La Trinacrie17, du Forum18, de Buticosus19 dans ceux de Mithra20, de l’Invidioso21 ou des Six Colonnes22 en plus de ceux des Cisiarii23, ainsi que dans le Caseggiato della Cisterna24 et le Sede degli Stuppatores25. Là aussi, hormis les bains des Cisiarii, le bois de la machinerie n’a pas été retrouvé26. L’architecture nous fournit toutefois quelques enseignements. On peut en effet déduire de la forme étroite et allongée de la fosse, la largeur et le diamètre maximaux de la roue. Ainsi, dans la publication des Thermes du Forum, les fouilleurs proposent-ils de restituer une roue d’environ 10 m de diamètre, à savoir trente-trois pieds romains27 (fig. 3). Dans d’autres cas, c’est simplement par la logique et la déduction qu’on peut appréhender la machinerie. A Xanten (Allemagne), dans les Bains anciens de l’insula 38, la présence d’un puits creusé à seulement 2,40 m de la chambre de chauffe a poussé les fouilleurs à restituer une roue à chaîne à godets28. Dans ceux de la villa de Bantayré à Cazères (Haute-Garonne)29, un aménagement semblable à celui de La Cougourlude à Lattes (Hérault)30 permet de penser à une noria.

Fig. 3 : Ostie, Thermes du Forum : pièce de service avec emplacement de la noria (Cicerchia & Marinucci 1992, 39).

Fig. 4 : Pompéi, Thermes de Stabies : restitution de la roue à chaîne à godets (Pemp 1939, 117).

7Dans les bâtiments où l’architecture est particulièrement bien conservée, on peut tirer des renseignements du frottement de la roue – ou plus généralement de la machinerie – sur les parois latérales du cuvelage.

  • 31 Oleson 1996, 67-72.

8Deux études ont bien pris en compte ces éléments. En 1939, R. Pemp restitue dans le puits des Thermes de Stabies à Pompéi, à partir des traces laissées au sommet du cuvelage – deux rainures ne présentant pas de traces de calcite alors que tel est le cas ailleurs – deux chaînes à godets actionnées par une seule roue (fig. 4). De façon générale, cette idée sera reprise par J. P. Oleson, bien qu’il note la particulière complexité de la machinerie que l’on retrouverait également dans la Maison de la Reine d’Angleterre31. Cette chaîne à godets est devenue ainsi célèbre, reproduite dans bon nombre de synthèses. Il est d’ailleurs étonnant de noter que la restitution, probablement la plus répandue de ce type de machine, ne repose pas sur la découverte de pièces de bois, mais sur deux traces laissées dans le cuvelage.

  • 32 Nielsen & Schiøler 1980.

9Le même type d’analyse – bien que la machinerie soit différente – a été réalisé en 1980 par I. Nielsen et T. Schiøler32 dans leur publication du système d’alimentation en eau des thermes de Mithra à Ostie (fig. 5). Les traces de frottement visibles sur une des parois latérales du puits permettent d’imaginer une roue de noria de 7,80 m de diamètre et 0,50 m de large. Le débit restitué est de l’ordre de 1000 litres par heure, ce qui demeure modeste car le bassin le plus petit à une capacité de 1500 litres. Il faut 1h30 pour le remplir, en plus des autres cuves. On est donc en présence de restitutions graphiques basées évidemment sur des exemples ethnographiques. Les pièces de bois elles-mêmes n’ont jamais été retrouvées.

  • 33 Domergue 1990, 444.
  • 34 Domergue 1990, 445.

10Dans quelques rares cas toutefois, les découvertes ont livré des structures plus précises. C’est ainsi qu’à la fin du XIXe s. des éléments sont découverts dans deux mines du sud-ouest de la péninsule ibérique : celles de Cabeza del Agua et Sotiel Coronada. Dans la seconde, il s’agit de godets en bronze en relation avec des pièces de bois appartenant au tambour du treuil. Comme le note toutefois Cl. Domergue, l’ensemble n’est pas très parlant33 ; dans quelques autres cas – mines de Riotinto, Rio Crispinejo près d’Aznalcollar, Aljustrel, ce sont seulement des godets qui ont été retrouvés34.

Fig. 5 : Ostie, Thermes de Mithra : relevé de la paroi orientale du cuvelage du puits (Nielsen & Schiøler 1980, 153).

  • 35 Domergue et al. 1999.

11Toujours dans les mines de la même région, c’est avant 1864 que, lors de la nouvelle exploitation de celle de São Domingos, furent mises au jour plusieurs roues à augets dont une a été donnée au Conservatoire impérial des arts et métiers de Paris où elle a été exposée dans des conditions rendant impossible toute étude nouvelle (fig. 6). Il faudra attendre 199935 pour que celle-ci soit enfin menée à bien et publiée !

  • 36 Boon & Williams 1966.

12Entre temps d’autres découvertes, qui ont fait l’objet d’études succinctes, ont été réalisées : roues à augets de Tharsis (Espagne) avant 1876, de Riotinto (Espagne) à partir de 1886, de Brad (Roumanie) en 1892, de Dolaucothi (Grande-Bretagne) en 193536.

Fig. 6 : São Domingos : roue à augets (Domergue et al. 1999, 54).

Fig. 7 : Cosa, Spring House : éléments d’un godet en bois (Oleson 1987, fig. XIII-10).

  • 37 Oleson 1984, 201-204.
  • 38 Oleson 1987, 116-122.

13En un siècle, les découvertes se sont multipliées, mais les enseignements tirés sont demeurés modestes. On pouvait attendre beaucoup de l’exhumation en 1972 à Cosa (Italie), dans le puits de la Spring House, d’une multitude de pièces de bois appartenant à une chaîne à godets dont plusieurs dans un état de conservation remarquable (fig. 7). Leur étude permit de montrer qu’ils étaient fixés, non pas sur une chaîne métallique, mais sur deux cordes qui assuraient leur stabilité. Les premiers résultats sont présentés par J. P. Oleson en 198437, mais il faut attendre 1987 et la publication du contexte pour être en présence d’une élude plus précise38. Le lecteur reste toutefois sur sa faim car, une fois de plus, seuls les godets qui ne posent pas de problème de restitution sont précisément décrits. Quelques autres pièces sont connues, mais l’inventeur conclut à l’impossibilité de restituer le mécanisme et se contente de publier plusieurs clichés montrant un étalage de pièces a priori informes. On ne saura jamais si une étude plus poussée – et probablement bien plus laborieuse – n’aurait pas permis d’aller un peu plus avant dans la reconstitution.

  • 39 Schiøler 1976.
  • 40 Oleson 1984.
  • 41 Entre autres White 1984, Viollet 2000, Wikander 2000. A ajouter la nouvelle édition de l’ouvrage d (...)
  • 42 Par exemple, Trevor Hodge 1992, Harry 1994, Aicher 1995, Taylor 2000, de Kleijn 2001. Nous ne parl (...)

14Les premiers travaux de synthèse sur les machines élévatrices ne sont publiés qu’assez tardivement. Deux principaux sont à signaler, ceux de Th. Schiøler39 et de J. P. Oleson40. Le premier livre une documentation iconographique bien utile pour les comparaisons. Quant au second, il constitue une véritable somme qui est devenue la “bible” de tout chercheur travaillant sur les systèmes d’élévation de l’eau. Ces dernières années ont vu une inflation d’ouvrages traitant de la technique dans l’Antiquité41 et, dans ce cadre, ils consacrent un chapitre aux machines prises en compte ici. En fait, si chacun apporte quelques réflexions complémentaires, on n’assiste pas à un renouvellement fondamental de la connaissance, car les exemples pris en compte sont toujours les mêmes. On est dans le même cas de figure qu’avec les aqueducs où l’on assiste à la parution – en un bref laps de temps – d’une multitude de synthèses ayant pour cadre Rome ou l’Empire42.

  • 43 Ménassa & Laferrière 1975.
  • 44 Delpech et al. 1997.
  • 45 Pelet 1991.
  • 46 Amouric 2001.

15Une meilleure connaissance de ces machineries peut résulter également de leur comparaison avec les exemples ethnographiques, patrimoine bien souvent en voie de disparition. Les études sont encore malheureusement trop peu nombreuses. Deux récentes sont toutefois à signaler, l’une sur la Sagiya, roue à eau égyptienne43, l’autre sur les norias de l’Oronte44. A celles-ci, il faut ajouter les recherches touchant les périodes médiévale, moderne ou contemporaine qui, par l’abondance et la multiplicité des sources, peuvent être d’une grande utilité. On ne mentionnera que celles menées sur le Valais45 ou sur la France méditerranéenne46.

Fig. 8 : Marseille, La Bourse : restitution de la roue à aubes (Varoqueaux & Gassend 2001, 545).

  • 47 Guéry & Hallier 1987.
  • 48 Varoqueaux & Gassend 2001.

16Dans ce contexte général, quelle est la situation en Gaule ? Le niveau de connaissances est tout à fait semblable à ce que l’on retrouve ailleurs. Pour quelques découvertes on ne dispose que d’indices ténus. Ainsi, dans le bassin-réservoir du port antique de La Bourse à Marseille (Bouches-du-Rhône), deux norias ont été restituées d’après les traces d’ancrage relevées dans une des parois47. La première, d’un diamètre de 3 m, qui remonterait au début du IIe s. p.C., a été remplacée – peut-être au IIIe s. – par une autre du même type de plus de 4 m de diamètre. Cette dernière a laissé la place à la fin du Ve s. à une roue à aubes d’un diamètre restituable de 2,80 m et d’une largeur de 0,25 m dont on conserve une partie des joues maintenue par six rayons prolongés par des pales formant godets48 (fig. 8). Il s’agit d’une trouvaille qui remonte à 1968 mais qui n’a été réellement publiée qu’en... 2001.

Fig. 9 : Nîmes, ZAC des Halles : plan et coupe du bassin ayant pu accueillir une noria (Poupet et al. 1993, 52).

  • 49 Bouet 2003, II, 141.

17La découverte faite à Lattes est plus récente, mais plus problématique. Au cours des fouilles menées sur le site de la villa de La Cougourlude entre 1987 et 1989, le bâtiment thermal a été dégagé ainsi que, à proximité, un canal reconnu sur une trentaine de mètres. Il s’agit d’un simple fossé creusé dans le substrat, mais le fond en est empierré sur 8 m et renforcé par une dalle de marbre en remploi qui a conservé des traces de frottement d’une roue hydraulique verticale. Ses inventeurs ont émis l’hypothèse qu’elle entraînait une meule et qu’il s’agissait donc d’un moulin mais, considérant la proximité des bains, on peut se demander s’il ne s’agissait pas d’une machine élévatrice d’eau49.

Fig. 10 : Chassey-Lès-Montbozon, Pré Guillemin : restitution de la roue à chaîne à godets (Barçon 1997, 118).

  • 50 Poupet et al. 1993, 53, 62.
  • 51 Veyrac 1999, 462-463.

18Sur le site de la ZAC des Halles à Nîmes étudié en 1990, antérieurement aux domus romaines, c’est un parcellaire en terrasses mis en place entre le début et le troisième quart du 1er s. a.C. qui a été découvert50. On y retrouve un système d’irrigation constitué de canaux et de bassins. L’un d’eux est particulièrement important (1/1,70 m sur 2,10/2,20 m) et vu la présence d’une encoche dans une de ses parois, P. Poupet propose d’y restituer une noria – une roue de 2 m de diamètre permettant d’élever l’eau de 1 m (fig. 9). Cette découverte est intéressante à plus d’un titre, par sa datation précoce comme par son emplacement. Il s’agirait de la première machine identifiée en milieu rural et destinée à l’irrigation de champs. Cette interprétation a été récemment remise en cause avec une argumentation qui ne laisse pas indifférent51.

  • 52 Barçon 1997, 111-120.
  • 53 C’est ce qui a été noté encore récemment au sujet de la roue à augets de la mine de São Domingos ( (...)

19Découverte plus récente encore, celle réalisée entre 1991 et 1995 dans la villa du Pré Guillemin à Chassey-Lès-Montbozon (Haute-Saône). La bâtisse est organisée autour d’un péristyle dont un des côtés est occupé par une grande citerne de 551 m2, alimentée par une source. De part et d’autre, se trouve une pièce, chacune comportant un puits rectangulaire long de 4,10 m pour une largeur de 0,65 m. Aucune preuve que les puits et l’alimentation en eau courante soient contemporains. Les fouilleurs y restituent deux roues à chaîne à godets. Il s’agit d’une reconstitution uniquement graphique car aucune pièce de bois n’a été retrouvée dans les comblements52. On note sur les illustrations la présence abondante de pièces métalliques, ce qui va à l’encontre de ce que l’on peut voir à travers les quelques exemples archéologiques connus53 (fig. 10). L’idée de norias est écartée par les fouilleurs, alors que la profondeur de la nappe phréatique permettrait leur emploi. L’argument principal avancé est qu’actuellement le niveau de la nappe phréatique varie énormément. Ceci n’est pas suffisant et l’on pourrait aisément imaginer une roue d’environ 4 m de diamètre permettant d’élever l’eau d’environ 3 m, hauteur suffisante en l’espèce. De surcroît, les puits ont une forme très particulière – étroite et allongée – et rappellent ceux des norias d’Ostie, alors que les chaînes à godets ont des puits approximativement carrés ou circulaires. On peut douter très fortement de la restitution proposée.

  • 54 Étude de Fr. Conche, E. Plassot et Chr. Pellecuer. Voir leur contribution dans ce volume.
  • 55 Étude de Fr. Fournier et Ph. Jacques. Voir leur contribution dans ce volume.
  • 56 Fouille dirigée par A. Bouet ; étude S. Coadic. Voir leur contribution dans ce volume.
  • 57 Fouille dirigée par I. Blair. Voir la contribution de I. Blair. R. Spain et T. Taylor dans ce volu (...)
  • 58 Fouille dirigée par M. Bedello. Voir la contribution de l’inventeur dans ce même volume.
  • 59 Aquilué et al. 2002, 254.

20Pour la Gaule aussi, les renseignements techniques relatifs aux machines élévatrices sont extrêmement limités. Pourtant, ces dernières années, les découvertes se sont multipliées, tant en Gaule qu’à l’extérieur. Dans la villa de Careiron et Pesquier à Milhaud (Gard), un puits, fouillé en 2001-2002, devait être équipé d’une machine élévatrice, mais elle n’a pas été retrouvée, autorisant l’irrigation des champs54. Même type de trouvaille probablement aux Augustins à Layrac (Lot-et-Garonne)55. A souligner l’importance particulière des découvertes ayant livré des pièces de bois, qu’il s’agisse des chaînes à godets de Barzan (Charente-Maritime)56 et de Londres57 ou de la roue à augets des Thermes des Cisiarii à Ostie58. On peut espérer pouvoir ajouter à leur liste d’ici quelques années la machinerie des thermes d’Ampurias (Espagne) qui étaient alimentés par un puits grossièrement carré de 2,50 m de côté, fouillé, à l’heure actuelle, sur une profondeur de 12 m59.

  • 60 Bloch 1935, 545.
  • 61 Castella 1994.
  • 62 Leveau 1995 ; Leveau 1996.
  • 63 Brun & Borréani 1998, 308-309.

21Ainsi, pour la première fois, dans un laps de temps assez court, on s’est trouvé en présence de plusieurs machines pourvues de pièces de bois nombreuses susceptibles d’être étudiées avec des méthodes modernes. On peut alors se demander si l’on n’est pas à la veille d’un renouvellement des données scientifiques pouvant changer en partie – ou compléter – l’image que l’on en avait. En tout cas, la multiplication des points de découverte en Occident a pour conséquence que ce qui apparaissait comme un fait essentiellement oriental, se retrouvait en réalité dans l’ensemble de l’Empire romain. On est dans une situation semblable à celle des moulins une vingtaine d’années en arrière. On considérait alors depuis l’article de M. Bloch60 que le moulin était une invention antique vulgarisée seulement au Moyen Age. En quelques années, grâce à la multiplication des découvertes, la documentation existante a été totalement revue. Ainsi, au moulin d’En Chaplix à Avenches (Suisse), daté du Ier s. p.C., ont été retrouvés les aménagements en bois du fond du canal. Bien que la machinerie ait totalement disparu, la découverte des meules en pierre ne laisse aucun doute sur l’interprétation61. La reprise des fouilles par Ph. Leveau dans l’énorme moulin de Barbegal dans les environs d’Arles (Bouches-du-Rhône) qui comprend deux séries de huit roues aménagées le long de la pente, a participé au renouvellement des données. L’auteur a montré que la construction ne remontait pas au IVe s. mais au IIe s. et que sa destruction intervenait dans la deuxième moitié du IIIe s.62. La construction – et donc le progrès technique dont elle témoigne – ne pouvait pas s’expliquer par la diminution de l’esclavage. Les trouvailles se sont ensuite multipliées dans les villae de Provence et la relecture de la documentation ancienne a permis d’en faire resurgir un certain nombre d’autres. La carte dressée par J.-P. Brun et M. Borréani compte désormais quarante-trois points de découverte63.

  • 64 Nous remercions Raymond Descat, directeur d’Ausonius, qui a soutenu l’organisation de cette journé (...)

22Ainsi, le moulin, en quelques années, n’a plus été considéré comme rare en Occident. On peut se demander si l’on n’assiste pas à un phénomène similaire au sujet des machines élévatrices. C’est ce renouvellement des données qui a été à l’origine de l’organisation d’une journée d’études à l’Institut Ausonius de Bordeaux le 14 mars 200364 en présence de chercheurs français, anglais et italiens. Le présent ouvrage rassemble leurs contributions auxquelles sont venues s’adjoindre celles d’autres personnalités malheureusement absentes.

Bibliographie

Bibliographie

Aicher, P. J. (1995) : Guide to the Aqueducts of ancient Rome, Wauconda.

Amouric, H. (2001) : “Les norias en France méditerranéenne : un outil universel et conquérant”, in : Brun & Jockey 2001, 551-570.

Amouric, H., H. Prudes et J.-L. Vayssettes (1989) : “Le moulin de La Courgourlude à Lattes (Hérault)”, Archéologie en Languedoc 4, 111-112.

Aquilué, X.. P. Castanyer, M. Santos et J. Tremoleda (2002) : “Primer resultats del projecte d’intervenciò arqueològica a les termes publiques de la ciutat romana d’Emporiae (Empúries, L’Escala, Alt Empordà)”, Emplúries, 53, 241-260.

Barbet, G. et Ph. Gandel (1997) : Chassey-Lès-Montbozon, un établissement rural galloromain, Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté 627, Paris.

Barçon, J.-Cl. (1997) : “Étude architecturale et essais de restitutions”, in : Barbet & Gandel 1997, 109-136.

Bloch, M. (1935) : “Avènement et conquête du moulin à eau”, AHES, 36, 538-563.

Boon, G. C. et C. Williams (1966) : “The Dolaucothi Drainage Wheel”, JRS, 56, 122-127.

Bouet, A. (2003) : Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise, Vol. I. Synthèse ; Vol. II. Catalogue, Coll. EFR 320, Rome.

Bridger, Cl. (1989) : “Colonia Ulpia Traiana, insula 38 : die Befunde der Grabung 1979 bis 1983”, Rheinische Ausgrabungen 31, Cologne.

Brun, J.-P. et M. Borréani (1998) : “Deux moulins hydrauliques du Haut-Empire romain en Narbonnaise, Villae des Mesclans a La Crau et de Saint-Pierre/Les Laurons aux Arcs (Var)”, Gallia, 55, 279-326.

Brun, J. P. et Ph. Jockey, éd. (2001) : Tέχναι, Techniques et sociétés en Méditerranée, Hommage à Marie-Claire Amouretti, Aix-en-Provence.

Callebat, L. et Ph. Fleury (1986) : Vitruve. De architectura. Livre X, texte, traduction et commentaires, Paris.

Castella, D. avec la collab. de E. et P.-A. Bezat, Fr. Eschbach, F. E. Koenig, Ch. Martin, A. et Chr. Orcel, V. Serneels et J. Tercier (1994) : Le moulin hydraulique gallo-romain d’Avenches “En Chaplix”, Aventicum VI, Lausanne.

Cicerchia, P. et A. Marinucci (1992) : Le Terme del Foro o di Gavio Massimo, Scavi di Ostia XL Rome.

Delpech, A., F. Girard, G. Robine et M. Roumi (1997) : Les norias de l’Oronte : analyse technologique d’un élément du patrimoine syrien, Damas.

Domergue, Cl. (1990) : Les mines de la Péninsule ibérique dans l’Antiquité romaine, Coll. EFR 127, Paris-Rome.

Domergue, Cl., Chr. Binet et J.-L. Bordes (1999) : “La roue de São Domingos”, La revue, Musée des arts et métiers, 27, 59.

Fabre, G., J.-L. Fiches et J.-L. Paillet (2000) : L’aqueduc de Nîmes et le Pont du Gard, Paris.

Grenier, A. (1960) : Manuel d’archéologie gallo-romaine, 4ème partie : Les monuments des eaux : aqueducs-thermes, Paris.

Guéry, R. cl R. Hallier (1987) : “Réflexions sur les ouvrages hydrauliques de Marseille antique retrouvés sur le chantier de la Bourse”, L’eau et les hommes en Méditerranée, Paris, 265-282.

Harry, E. B. (1994) : Water Distribution in Ancient Rome : the Evidence of Frontinus, Michigan.

Humphrey, J. W., J. P. Oleson et A. N. Sherwood (1998) : Greek and Roman Technology : a Sourcebook, Annotated translations of Greek and Latin texts and documents, Londres-New York.

Jullian, C. (1920) : Histoire de la Gaule, V. La civilisation gallo-romaine, Paris.

De Kleijn, G. (2001) : The Water Supply of ancient Rome, City Area, Water and Population, Amsterdam.

Landels, J. G. (2000) : Engineering in the ancient World, Berkeley-Los Angeles.

Leveau, Ph. (1987) : “A quoi servaient les aqueducs antiques ?”. L’histoire, 105, 96-104.

– – – (1995) : “Les moulins de Barbegal, les ponts-aqueducs du vallon de l’Arc et l’histoire naturelle de la vallée des Baux, Bilan de six ans de fouilles programmées”, CRAI, 115-144.

– – – (1996) : “The Barbegal water mill in its environment, Archaeology and the economic and social history of antiquity”, JRA, 9, 137-153.

– – – (2000) : “Les aqueducs : construction et place dans la ville antique”, in : Fabre et al.

2000, 281-314.

Maiuri, A. (1931) : “Pozzi e condotture d’acqua nell’antica città di Pompei, Scoperte di un pozzo presso la Porta Vesuvio”, NSC, 546-576.

– – – (1950) : “Scoperta di un edificio termale nella Regio VIII, Insula 5, nr. 36”, NSC, 84, 116-136.

– – – (1958) : Ercolano, I nuovi scavi (1927-1958), Rome.

McCann, A M. (1987) : The Roman Port and Fishery of Cosa, A Center of Ancient Trade, Princeton.

Ménassa, L. et P. Laferrière (1975) : La Sagia, Technique et vocabulaire de la roue à eau égyptienne.

Monteil, M. éd. (1993) : Les fouilles de la Z.A.C. des Halles à Nîmes (Gard), Bulletin de l’École Antique de Nîmes, Suppl. 1, Nîmes.

Nielsen, I. et T. Schiøler (1980) : “The Water System in the Baths of Mithra in Ostia”, ARID, 9, 149-159.

Oleson, J. P. (1984) : Greek and Roman Mechanical Water-Lifting Devices : the History of a Technology, Toronto.

– – – (1987) : “Chapter V. The Spring House Complex”, in : McCann 1987, 98-128.

– – – (1996) : “Water-Lifting Devices at Herculaneum and Pompeii in the Context of Roman Technology”, in : Cura Aquarum in Campania, Proceedings of the Ninth International Congress on the History of Water Management and Hydraulic Engineering in the Mediterranean Region, Pompei, 1-8 October 194, Leyde, 67-77.

Pelet, P.-L. (1991) : “Des Rois Mages à la dynamo, Les roues hydrauliques verticales en Valais”, Vallesia, 46, 245-276.

Pemp, R. (1939) : Drei Wasserhebewerke Pompejis, Würzburg Aumühle.

Perrault, Cl. (1673) : Vitruve, Les dix livres d’architecture, traduction.

Poupet, P., L. Sauvage et M. Monteil (1993) : “La campagne avant la ville”, in : Monteil 1993, 29-79.

Ricciardi, A.-M. (1996) : La civiltà dell’acqua in Ostia antica, Rome.

Schiøler, T. (1973) : Roman and Islamic water-lifting wheels, Odense.

Taylor, R. (2000) : Public Needs and Private pleasures : water distribution, the Tiber river and the urban development of ancient Rome, Rome.

Trevor Hodge A. (1992) : Roman Aqueducts and Water Supply, Londres.

Varoqueaux, Cl. et J.-M. Gassend (2001) : “La roue à aubes du grand bassin de la Bourse à Marseille”, in : Brun & Jockey 2001, 529-549.

Veyrac, A. (1999) : Nîmes antique et l’eau. Thèse de doctorat Nouveau Régime, Université d’Aix-Marseille I, Aix-en-Provence.

Viollet, P.-L. (2000) : L’hydraulique dans les civilisations anciennes, 5000 ans d’histoire, Saint-Étienne.

Wikander, O. éd. (2000) : Handbook of Ancient Technology, Leyde-Boston-Cologne.

White, K. D. (1984) : Greek and Roman Technology, Londres.

Notes

1 Nous excluons de cette présentation les pompes qui font l’objet dans ce même volume d’un article de Ph. Fleury.

2 Voir les considérations de C. Jullian sur les aqueducs comme élément indispensable de la vie d’une cité (Jullian 1920, IV, 58) et celles d’A. Grenier sur la grandeur de la civilisation romaine au travers de ces aqueducs et sur le fait que les villes romaines ne pouvaient pas survivre sans aqueduc (Grenier 1960, 220-227).

3 Voir le fameux passage de Frontin (Des aqueducs de Rome, 16) : “Aux masses si nombreuses et si nécessaires de tant d’aqueducs, allez donc comparer des pyramides qui ne servent évidemment à rien ou encore les ouvrages des Grecs, inutiles, mais célébrés partout”.

4 Leveau 1987, 98-99 ; Leveau 2000, 310.

5 Nous laissons de côté les textes mentionnant seulement les machines pour ne retenir que ceux les décrivant. Tous les textes ayant trait à la technologie antique ont été rassemblés dans le très pratique ouvrage de W. Humphrey, J. P. Oleson et A. N. Sherwood (Humphrey et al. 1998).

6 Oleson 1984, 326.

7 Pneumatica, 61. Voir Humphrey 1998, 29-30. Il peut s’agir d’un tympan (l’eau est stockée dans des compartiments aménagés dans la roue elle-même) ou d’une roue à augets (les godets sont intégrés à la jante). La description ne permet pas de trancher.

8 Pneumatica, 65. Voir Humphrey 1998, 313-315.

9 Traité d’architecture, 10.4.1-4. Voir Humphrey 1998, 310-312.

10 Les godets sont fixés sur une chaîne sans lin mue par une roue.

11 Dans la collection des Universités de France.

12 Domergue 1990, 444.

13 Maiuri 1931.

14 Maiuri 1950, 128-129.

15 Ceci n’est pas étonnant car les thermes abandonnés à l’époque augustéenne sont immédiatement remplacés par une zone de jardin rattachée à la Casa della Calce voisine (Maiuri 1950, 133).

16 Maiuri 1958, 108-109.

17 Ricciardi 1996, I, 167-169.

18 Ricciardi 1996, I, 147-148.

19 Ricciardi 1996, I, 111.

20 Ricciardi 1996, I, 149-155.

21 Ricciardi 1996,I, 177-180.

22 Ricciardi 1996, I, 174-175.

23 Ricciardi 1996, I, 157-158.

24 Ricciardi 1996, I, 107-110.

25 Ricciardi 1996, I, 104.

26 Voir ci-dessous.

27 Cicerchia & Marinucci 1992, 38-40.

28 Bridger 1989, 50.

29 Bouet 2004, I, 209.

30 Voir ci-dessous.

31 Oleson 1996, 67-72.

32 Nielsen & Schiøler 1980.

33 Domergue 1990, 444.

34 Domergue 1990, 445.

35 Domergue et al. 1999.

36 Boon & Williams 1966.

37 Oleson 1984, 201-204.

38 Oleson 1987, 116-122.

39 Schiøler 1976.

40 Oleson 1984.

41 Entre autres White 1984, Viollet 2000, Wikander 2000. A ajouter la nouvelle édition de l’ouvrage de J. G. Landels (Landels 2000).

42 Par exemple, Trevor Hodge 1992, Harry 1994, Aicher 1995, Taylor 2000, de Kleijn 2001. Nous ne parlons pas ici des monographies nouvelles de bâtiments très utiles à l’avancée de la connaissance.

43 Ménassa & Laferrière 1975.

44 Delpech et al. 1997.

45 Pelet 1991.

46 Amouric 2001.

47 Guéry & Hallier 1987.

48 Varoqueaux & Gassend 2001.

49 Bouet 2003, II, 141.

50 Poupet et al. 1993, 53, 62.

51 Veyrac 1999, 462-463.

52 Barçon 1997, 111-120.

53 C’est ce qui a été noté encore récemment au sujet de la roue à augets de la mine de São Domingos (Domergue et al. 1999, 59).

54 Étude de Fr. Conche, E. Plassot et Chr. Pellecuer. Voir leur contribution dans ce volume.

55 Étude de Fr. Fournier et Ph. Jacques. Voir leur contribution dans ce volume.

56 Fouille dirigée par A. Bouet ; étude S. Coadic. Voir leur contribution dans ce volume.

57 Fouille dirigée par I. Blair. Voir la contribution de I. Blair. R. Spain et T. Taylor dans ce volume.

58 Fouille dirigée par M. Bedello. Voir la contribution de l’inventeur dans ce même volume.

59 Aquilué et al. 2002, 254.

60 Bloch 1935, 545.

61 Castella 1994.

62 Leveau 1995 ; Leveau 1996.

63 Brun & Borréani 1998, 308-309.

64 Nous remercions Raymond Descat, directeur d’Ausonius, qui a soutenu l’organisation de cette journée d’étude.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Restitution d’une roue à chaîne à godets. a : Perrault 1673, Pl. LXII, fig. III. b : Callebat & Fleury 1986, 144.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Fig. 2 : Herculanum, Thermes du Forum : coupe du puits (Maiuri 1958, 108).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 3 : Ostie, Thermes du Forum : pièce de service avec emplacement de la noria (Cicerchia & Marinucci 1992, 39).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 4 : Pompéi, Thermes de Stabies : restitution de la roue à chaîne à godets (Pemp 1939, 117).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 5 : Ostie, Thermes de Mithra : relevé de la paroi orientale du cuvelage du puits (Nielsen & Schiøler 1980, 153).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 6 : São Domingos : roue à augets (Domergue et al. 1999, 54).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 7 : Cosa, Spring House : éléments d’un godet en bois (Oleson 1987, fig. XIII-10).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Fig. 8 : Marseille, La Bourse : restitution de la roue à aubes (Varoqueaux & Gassend 2001, 545).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 9 : Nîmes, ZAC des Halles : plan et coupe du bassin ayant pu accueillir une noria (Poupet et al. 1993, 52).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 10 : Chassey-Lès-Montbozon, Pré Guillemin : restitution de la roue à chaîne à godets (Barçon 1997, 118).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10428/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search