Version classiqueVersion mobile

Éphèse et Pergame

 | 
Helmut Halfmann

Chapitre V. La fin du iie et le iiie siècle

Texte intégral

Pergame

  • 278 (Gal. 14, p. 622 (Kühn) ; Nutton 1973, 164 sq.
  • 279 IK-Ephesos, 24 : μεγίστη καὶ πρώτη μητρóλις καὶ δὶς νεωκóρος. Sur Pergame, voir Habicht 1969, 32 (...)

1Au milieu du IIe siècle, en y incluant le règne de l’empereur Marc Aurèle, Pergame et Éphèse atteignirent l’acmè, l’accomplissement de leur développement urbanistique, mais toutefois avec une intensité et une tonalité différentes pour chacune des deux cités. En dépit de ce développement éclatant, Pergame fut touchée par des conflits internes qui éclatèrent précisément au su jet des projets de construction et autres donations. A ma connaissance, ces querelles ne sont attestées qu’une fois, dans une remarque faite en passant par Galien : une stasis (sédition) poussa le médecin à repousser son départ de Rome en direction de la patrie278. L’origine de ces troubles, datés du début des années 160, est totalement inconnue, mais, comme dans le cas d’Éphèse, elle pourrait être mise en relation avec une donation. Avec le changement de souverain en 161, la querelle au sujet de la reportem recommença et les empereurs y mirent bon ordre par des textes appropriés (Arist., Or., 23, 73, p. 52 Keil). Étant donné l’attachement particulier de Lucius Verus, il était aisé pour Éphèse de pouvoir introduire à nouveau πρώτη dans sa titulature. Pergame de son côté honorait Marc Aurèle et Lucius Verus en tant que κτίσται et σωτήρες. A ce moment-là, certainement avec l’autorisation impériale, elle lit face à la réévaluation du rang d’Éphèse par une néocorie d’Asklépios s’ajoutant aux deux néocories impériales279.

  • 280 Sur ce problème, voir Mitchell 1990, part. 189 sq.
  • 281 D’après sa reconstitution des principaux axes de la ville basse romaine. U. Wulf (1994. 158) suppos (...)
  • 282 Ti. Claudius Pius : Habicht 1969, 68 sq., no 30, προπύλου τοῦ πρòς τῆι ἀγορᾶι καὶ ὡροσκοπίου καὶ ζυ (...)
  • 283 Ziegenaus & Luca 1981, 76 sq, (datation p. 77 : après le règne d’Hadrien) ; Radt 1999, 237 sq. (deu (...)

2La passion croissante avec laquelle ces conflits à propos des questions de titulature se développèrent, et qui s’intensifièrent encore au iiie siècle, est à mettre en parallèle avec la signification toujours plus importante des fêtes agonistiques à partir de la fin du iie siècle, qui rivalisaient les unes avec les autres par le volume des dépenses engagées, par la mise en scène et par le titre qu’elles portaient. Cette nouvelle forme de patriotisme local se fit aux frais de l’engagement des donateurs en matière de construction. Le phénomène est général280. Il n’est pas facile de trouver une explication, les causes, comme toujours, étant spécifiques à chaque communauté. Dans le cas de Pergame, le développement de l’urbanisme s’effondra d’une manière plus soudaine qu’à Éphèse. Dans l’état actuel des sources, seuls deux nouveaux édifices relativement importants sont attestés après le milieu du siècle dans l’ancienne résidence attalide. Le chevalier Ti. Claudius Pius (κτίστης ἔργων) finança un propylon conduisant vers une agora, que l’on doit vraisemblablement rechercher dans la ville basse d’époque romaine281, ainsi qu’un cadran solaire et une balance. Pius, qui avait effectué la totalité de ses quatre militiae en Syrie et Cappadoce, comptait parmi les rares chevaliers (jusqu’à aujourd’hui on en connaît quatre) originaires de Pergame et il était le fils d’un Ti. Claudius Nicomèdès, parmi les descendants duquel figurait le sophiste de même nom vivant au début du iiie siècle, lui-même ami de L. Cuspius Pactumeius Rufinus, consul ordinarius en 197, issu de la grande famille pergaménienne des Pactumei. Il n’est pas possible aujourd’hui de définir les liens de parenté exacts. Il semble cependant que le donateur du propylon soit le frère d’un stratège attesté sous Marc Aurèle (entre 166 et 176) du nom de Claudius Nicomèdès282. De même, ce qu’on désigne comme le “bâtiment circulaire inférieur” (fig. 12, no 6) de l’Asklépieion devrait appartenir à la deuxième moitié du siècle. Il s’agissait du seul grand bâtiment qui ne se rattachait pas à la nouvelle conception hadrianique, dans la mesure où son mur extérieur était interrompu par le portique méridional, de sorte que pour cette raison l’époque d’Hadrien constitue un terminus post quem de la construction. Imitant dans sa forme le nouveau temple d’Asklépios avec ses 27 mètres de diamètre, l’édifice est désigné, d’après sa fonction, comme “grand édifice thermal”. La nécessité de sa construction dut apparaître rapidement avec l’essor des activités de l’Asclépiéion à cette époque, et c’est la raison pour laquelle l’édifice doit le plus vraisemblablement être placé dans une fourchette chronologique allant du milieu au troisième quart du siècle. En raison de l’absence de sources épigraphiques, nous ne connaissons ni la date exacte de construction, ni le nom du commanditaire283.

  • 284 Habicht 1969, 8, 18 ; Ohlemutz 1940, 150 sq. Sur les familles sénatoriales, voir Halfmann 1982, 626 (...)
  • 285 Ainsi C. Clodius Rufinianus, ἱππικóς (SNG Kopenhagen, Mysia, 509, 510), stratège sous Gordien III, (...)
  • 286 Iulius Apellas : IK-Smyrna, 604 ; PIR2, J 155-56 : Drew-Bear, Eck et Herrmann 1977, 367 sq. Fin de (...)
  • 287 D. C. 79. 20,4 ; 22, 3. Keil 1956 (sur IK-Ephesos. 802).
  • 288 Alföldy 1989a, part. 381 sq. = 1989b, part. 94 sq.

3A la fin du iie siècle, le centre de la vie culturelle et publique s’était de toute façon entièrement déplacé dans l’Asklépieion et dans la ville basse datant de l’époque de Trajan et d’Hadrien. Les inscriptions honorifiques dédicacées aux personnages de haut rang, jusqu’aux empereurs, prouvent d’une manière saisissante que l’Asklépieion était devenu l’incontournable lieu de prestige et que la ville haute attalide avait perdu en attractivité. Cette impression se confirmerait davantage si le matériel archéologique et épigraphique de la ville basse était plus abondant. Pergame et l’Asklépieion vécurent un dernier âge d’or lorsque l’empereur Caracalla visita personnellement la ville et le sanctuaire en 214, et qu’il distingua Pergame comme première ville de la province, pourvue d’une troisième néocorie impériale. C’est sous cet empereur, pour la dernière fois, que les inscriptions honorifiques des personnalités les plus importantes de l’empire trouvèrent leur lieu d’affichage dans l’Asklépieion. Les derniers sénateurs sans aucun doute originaires de la ville appartiennent à l’époque sévérienne, même si leurs familles étaient déjà entrées au Sénat sous Marc Aurèle ou sous Commode. Ils étaient apparentés aux autres familles sénatoriales de la province d’Asie284. S’il y eut des descendants de ces familles encore dans le courant du iiie siècle, ils n’ont laissé aucune trace dans la ville même, à moins qu’un jour des découvertes encore à faire ne nous informent de manière plus précise sur la question. Le même constat vaut également pour les familles qui sont attestées aussi bien dans la première moitié du iie siècle qu’au iiie siècle285. Seul le nom du sénateur Iulius Apellas se dégage des ténèbres de l’époque, si tant est qu’il soit issu de la famille pergaménienne louée par Aelius Aristide. Son nom n’apparaît pas à Pergame, mais il nous est seulement connu du fait que, sous l’empereur Valérien, il tenta de protéger sa propriété située près de Smyrne contre les atteintes illégales de la soldatesque. Les dernières inscriptions, de plus en plus rares, exposées dans l’Asklépieion, datent au plus tard du milieu du iiie siècle et n’attestent aucune activité de construction286. La rivalité entre les métropoles d’Asie Mineure occidentale, entretenue avec une âpreté particulière sous Caracalla et son successeur Macrin au sujet du nombre des néocories, laisse supposer un climat économique et social dans l’ensemble tendu, agité et caractérisé par des symptômes de crise. En même temps, cette rivalité est une preuve supplémentaire de la sympathie ou de la malveillance du souverain, d’ampleur variable et liée à la personne de l’empereur. Les Ephésiens avaient réussi à convaincre Macrin de retirer aux Pergaméniens tous les titres reconnus par Caracalla, ce qui arracha à ces derniers de telles invectives que Macrin décréta une atimie (soit une perte de privilège) contre Pergame287. L’opprobre imposée par Macrin fut certes verbalement levée par Elagabal. Elle n’en symbolise pas moins précisément une décadence progressive des échelles de valeur qui avaient encore encore joué un rôle dominant au iie siècle. C’est moins le christianisme en plein essor qui fut à l’origine du déclin du culte d’Asklépios (toutes les villes d’Asie Mineure durent vivre ce phénomène) que l’état d’esprit de l’époque, prosaïque et “primitif”, en particulier si l’on considère la personnalité des souverains : religion hellénistique, littérature, médecine, rhétorique, culture en général, toute cette symbiose avait été réalisée dans l’Asklépieion avec la participation intensive des empereurs du iie siècle et d’une élite de l’aristocratie impériale originaire de Pergame. Le caractère militaire de la nouvelle génération d’empereurs, les tendances restauratrices de la politique religieuse impériale qui favorisait les cultes de l’ancienne Rome, les représentations religieuses orientales en plein développement - tous ces éléments trouvèrent dans l’ancienne ville résidentielle un climat aussi inapproprié que possible288. La prospérité de la ville était si intimement liée à l’épanouissement de l’Asklépieion que le déclin du sanctuaire entraîna également dans sa chute la force d’attraction et la puissance économique de la ville. La configuration naturelle du site et l’aménagement de l’acropole avaient depuis l’origine symbolisé le pouvoir monarchique, qui en outre aussi avait été magistralement matérialisé dans le Traianeum. Or, au iiie siècle, elle avait perdu sa fonction identificatrice pour la vie publique de la cité, une fonction qui ne pouvait déjà plus être assumée par la ville romaine du iie siècle. Un empire faible avec une nouvelle identité idéologique, une nouvelle orientation des besoins religieux signifièrent la fin de la fonction centrale de l’urbanisme de la ville haute hellénistique et de l’effet d’attraction opéré par l’Asklépieion.

Éphèse

  • 289 Keil 1955b ; Kienast 1966, 95.
  • 290 Eck 1980.
  • 291 Halfmann 1982, 628 sq.
  • 292 IK-Ephesos, 892, avec mention de ses charges honorifiques ; elle était la fille du premier consul o (...)
  • 293 Bon exposé du problème dans Whittaker 1994, 127 sq.
  • 294 Hydreion : IK-Ephesos. 435-436 : Miltner 1960, 24 sq. ; Alzinger 1970, 1606. Sur la famille, voir I (...)

4A Éphèse, il est en revanche possible de constater une activité de construction, certes en retrait par rapport à l’époque antonine, mais continue jusqu’au milieu du iiie siècle. A cela, deux raisons semblent à mon avis pouvoir être avancées. En premier lieu, l’importance de la ville et du port en tant qu’étape du transfert des troupes s’est accrue à la suite des nombreuses guerres menées à la frontière orientale de l’empire289. Une grande partie des ressources de la ville fut certainement employée à cette fin. Mais, précisément, l’importance militaire de la ville eut nécessairement comme conséquence le maintien de l’infrastructure urbaine. Ensuite, la société urbaine, plus ouverte que celle de Pergame, put s’adapter avec plus de facilité à la nouvelle donne du iiie siècle, où les anciennes barrières et normes sociales cédaient le pas devant une organisation hiérarchique beaucoup plus compétitive et plus efficace au plan militaire. Cette constellation explique l’ascension de l’élite des personnalités locales au sommet de la classe sénatoriale, dans le groupe des consulaires, qui eut lieu seulement sous Septime Sévère, soit cent ans après la nomination des premiers consuls pergaméniens. Le fait que les Éphésiens eurent plus de difficultés à se hisser au niveau de la société dirigeante de l’empire est lié aux particularités structurelles d’Éphèse et sera expliqué plus loin. A la différence notable des premiers consuls pergaméniens, le consulat de la période sévérienne n’apportait plus comme cent ans auparavant le prestige et la distinction sur un plan social et régional. Il se manifeste en outre une interdépendance bien plus forte de ces familles avec les gentes sénatoriales de la partie occidentale de l’empire, ce qui devait avoir des conséquences sur le lieu où pouvait s’exercer leur générosité et l’ampleur de cette dernière. S’il est constaté de manière certaine qu’en dépit de leur situation juridique d’exception les sénateurs ne s’engagaient pas moins financièrement dans leur ville d’origine290, on observe d’autre part, suivant la période et le lieu, de flagrantes différences dans leurs initiatives respectives. L’entrée “massive” (si l’on peut dire) des Éphésiens dans la classe sénatoriale au iiie siècle - au moins deux douzaines de sénateurs éphésiens sont connus, même s’ils n’appartenaient qu’à un petit nombre de familles291 — ne s’est accompagnée d’aucun essor urbain, d’aucun embellissement architectural, et pratiquement aucun sénateur n’est attesté en tant que commanditaire d’édifice. La file du premier consul éphésien, une Claudia Caninia Severa, est louée d’une manière générale, comme de nombreux donateurs avant elle, pour avoir doté la ville de nombreuses et importantes réalisations. Malheureusement, il n’a jusqu’ici été possible ni de prouver concrètement son activité en matière architecturale, ni de trouver des informations supplémentaires sur sa famille paternelle (on sait seulement que son père était de rang consulaire et qu’il apparaît à Éphèse)292. La mère. Caninia Gargouilla, n’était en aucun cas originaire d’Éphèse, car elle se glorifiait de ses ancêtres consulaires. Tous les autres membres de l’aristocratie sénatoriale, comme les descendants du sophiste Damianos, la famille de Pompeius Hermippus Aelianus, de Claudius Cleobulus, les Atii (tant est qu’ils soient originaires d’Éphèse), n’apparaissent pas en tant que donateurs. Il semble dans le cas d’Éphèse qu’au seuil du iiie siècle il n’y ait plus eu aucun besoin de grands édifices coûteux et prestigieux comme les thermes, gymnases, théâtres, mais qu’il était beaucoup plus urgent de préserver le patrimoine architectural déjà en place, ce qui satisfaisait naturellement moins le besoin potentiel d’ostentation des familles les plus riches et ne leur permettait plus d’apparaître en tant que commanditaires. Le déclin de l’activité de construction publique ne doit ainsi en aucun cas être interprété a priori comme un phénomène de crise économique. Il a plutôt des origines structurelles, d’une part du fait même de l’existence d’un patrimoine architectural considérable, et d’autre part du fait d’un déplacement des intérêts de la classe supérieure locale. Le retrait des élites de la vie politique et économique de leurs villes natales est un phénomène déjà connu et examiné pour l’Italie, où le processus avait néanmoins commencé dès le ier siècle p.C.293. La classe supérieure éphésienne se déroba d’une manière différente de celle de Pergame. Plus son établissement au sein de la hiérarchie sénatoriale était ancien et élevé, plus son engagement envers sa patrie était faible. De toute façon, nous ne connaissons nommément que des donateurs issus du cercle des magistrats locaux : sous Septime Sévère (198/21 1) se distingua une famille de lettrés, un T. Flavius Menander et T. Flavius Lucius Hierax, visiblement deux frères, avec l’érection d’une fontaine (ὐδρεῖον), directement à l’ouest de l’édifice de Memmius (fig. 7. no 14). Le père, du nom de Menander (un rhéteur), et Menander le Jeune revêtirent la dignité d’asiarque. Hierax se vante d’être apparenté avec des sénateurs, voire des consulaires. Ce dernier se montre très actif bien au delà des limites de sa ville natale. Dans la vallée inférieure du Caÿstre, à Thyatire (aujourd’hui Tire), il participa dans les années 211/212 à la construction de nouveaux thermes. A Hypaipa, il remplit la fonction de stratège, il est reconnu à Alexandrie d’Égypte comme élève du rhéteur Aelius Demetrius, un ami du médecin Galien294. Dans la mesure où ils gagnèrent la sympathie et l’attention de l’empereur pour leur ville et permirent aux caisses de la cité de pouvoir financer des mesures de construction par des dons, les nouveaux sénateurs d’origine éphésienne n’étaient peut-être qu’indirectement responsables de ce maintien de la construction sous la dynastie sévérienne, maintien qui s’oppose clairement à la situation de recul de Pergame.

  • 295 Sur la troisième néocorie d’Éphèse, voir la lettre de Caracalla au koinon d’Asie (IK-Ephesos, 212), (...)
  • 296 L’hypothèse repose sur l’inscription honorifique dédiée à Caracalla qu’un certain T. Claudius Bithy (...)
  • 297 Scherrer 1995d, 15.
  • 298 IK-Ephesos, 3001 ; les fragments réunis sous la référence IK-Ephesos, 3002, se rapportent peut-être (...)
  • 299 Karwiese et al. 1995, 16.
  • 300 Knibbe & İplikçoğlu 1984, 130 sq. (SEG, 34, 1094).
  • 301 Cf. Knibbe 1981-1982, 88, no 1 (AE, 1983, 911) ; IK-Ephesos, 4336, etc.

5En 211, après des efforts longs et intenses de la part de la ville, Caracalla et Geta avaient accordé aux Éphésiens leur troisième temple impérial néocore. Caracalla avait cependant annulé cette distinction après l’assassinat de son frère, intervenu la même année. A la place, il avait attribué aux habitants de Pergame et de Smyrne, jaloux des Éphésiens, leur troisième néocorie, alors qu’Éphèse n’avait le droit de compter comme troisième que la néocorie d’Artémis295. Sous Elagabal, la ville reçut à nouveau, et encore pour une courte période, trois néocories impériales. On suppose que le troisième temple impérial, d’abord consacré à Caracalla et Geta, correspond au téménos entouré de portiques à deux étages limitant à l’ouest l’agora commerciale, ce qu’on désigne comme le Sérapieion, érigé à l’époque de Domitien et Trajan, peut-être agrandi dans les années 140 et vraisemblablement consacré à une divinité guérisseuse296. Il est cependant aussi possible que ce qu’on désigne comme le “macellum” (environ 65 mètres sur 65), une cour entourée de portiques avec un bâtiment circulaire de 20 mètres de diamètre et doté de 16 niches (fig. 18, no 35), ait été érigé comme nouveau centre du culte impérial à l’époque sévérienne. Il s’agirait, sur une colline de 30 mètres de hauteur à l’ouest du stade, de l’unique nouvelle construction marquante et de grandes dimensions datée du iiie siècle, sans que du reste nous connaissions le nom du commanditaire297. En 211 justement, et peu de temps après, la restauration d’une stoa fut entreprise (portique oriental de l’agora ?), pour laquelle l’asiarque et grammateus L. Aufidius Euphemus donna de l’argent298. Le nouveau pavement de la voie de circulation partant de la porte de Magnésie, réalisé au plus tôt sous Septime Sévère comme le prouve une découverte monétaire299, souligne également une renaissance de l’activité de construction sous Caracalla et ses successeurs immédiats. Sous Elagabal, un Valerius Festus, orfèvre, est loué entre autres comme κτίστης de nombreux édifices en Asie et à Éphèse, d’après le modèle du héros Antoninus (sans doute le “testateur” de la famille des Vedii), et célébré aussi pour “l’agrandissement” du port. Festus, qui se définissait comme descendant de proconsuls, n’était vraisemblablement pas originaire d’Éphèse. Il se comporta néanmoins en Éphésien d’adoption et en homme influent comme bienfaiteur de l’orfèvrerie et donateur, voire restaurateur d’édifices dans de nombreuses villes d’Asie, sans que nous puissions d’ailleurs préciser l’ampleur de sa générosité300. Éphèse conserva sa néocorie d’Artémis et les deux néocories impériales après l’assassinat et la damnatio memoriae d’Elagabal301. L’impulsion urbanistique déclenchée par l’attribution d’une néocorie impériale au ier et au iie siècle n’a, néanmoins, pas atteint à cette époque le niveau précédent et n’a pas davantage laissé la moindre trace sous Valérien et Gallien (peu avant 260), lorsque Éphèse obtint à nouveau sa troisième néocorie impériale.

  • 302 Plateia : εἰς τὴν τῆς Xρυσῆς πλατείας κατασκευήν (IK-Ephesos, 626). Rue des Courètes : ἀπò τοῦ πρ (...)
  • 303 Il était συνήγορος ταμιείου (advocatus fisci), au service des procurateurs des finances d’Asie, aux (...)
  • 304 IK-Ephesos, 444-445. 2076-2082 ; Knibbe 1985, 71 sq. Il est honoré d’une manière générale comme com (...)
  • 305 IK-Ephesos, 3086, où la restitution du verbe [κατεσκε]ύ[α]σ[ε]ν (reconstruire entièrement) n’est na (...)
  • 306 Agora sous le règne de Gordien : IK-Ephesos, 467. Potentina, prêtresse d’Artémis, et son père Iuliu (...)
  • 307 IK-Ephesos, 302-304 ; 4336. Il est à-propos de mentionner les honneurs rendus par Claudia Canina Se (...)

6L’activité de construction, attestée jusqu’au milieu du iiie siècle, s’est concentrée sur le maintien d’un niveau de vie adapté aux besoins des masses urbaines, particulièrement, à Éphèse, importante étape du transfert des troupes vers la frontière orientale de l’empire. C’est de ce souci que relevait la mise en état permanente des principaux axes de circulation du centre de la ville, attestée dans les deux dernières décennies de la dynastie sévérienne au niveau de la plateia, la rue allant de la porte d’Hadrien à celle de Koressos en longeant le théâtre, et au niveau de la rue dite des Courètes. La première mesure fut financée par un asiarque dont le nom ne nous est pas connu, la deuxième par le magistrat municipal, mais appartenant à l’ordre équestre, M. Aurelius Artemidorus Metrodorianus, dont le père avait déboursé 20 000 deniers pour l’assainissement du port302. Sous le règne de Sévère Alexandre, M. Fulvius Publicianus Nicephorus travailla dans ce sens. Il avait assumé les plus hautes charges publiques de la cité (celles de prytane, de secrétaire, d’agonothète entre autres des grandes fêtes d’Hadrien) et, de plus, en tant qu’advocatus fisci, avait été au service du procurateur des finances de la province d’Asie. Il appartenait donc à l’ordre équestre303. Il est également loué d’une manière générale pour avoir embelli sa ville natale de nombreux et grands édifices, mais nous savons plus concrètement qu’il avait restauré la rue de portiques joignant le théâtre et le stade, axe principal de circulation qu’empruntait la procession d’Artémis et, à ce titre, acquis le droit d’attribuer à des confréries d’artisans les espaces existant entre les colonnes (au moins 18)304. Ensuite, grâce au legs de sa fortune, des travaux furent exécutés au niveau de ce que l’on désigne comme porte méridionale du port (fìg. 1, no 33), point d’arrivée d’une voie parallèle à l’“Arcadiane”, courant au sud de cette dernière. Cette porte constitue un pendant au propylon de l’“Arcadiane”, situé à seulement 40 mètres au nord, dont la datation est encore une question complètement ouverte. Il n’a pas encore été déterminé si la somme donnée par Publicianus Nicephorus fut utilisée pour une nouvelle édification de la porte ou (ce qui me semble en tous cas plus vraisemblable) pour la rénovation d’un édifice plus ancien305. On restaura peut-être encore l’agora sous Gordien, ainsi que le montrent les vestiges d’une architrave. C’est à peu près à la même période qu’appartiennent trois donations alimentées par la fortune (en l’occurrence l’héritage) de Iulia Pantimè Potentilla. Cette dame fortunée était la fille d’un asiarque, prytane et grammateus qui, dans les années 177/180, avait fait partie d’une légation dépêchée auprès de Marc Aurèle et de Commode. Elle fit réaliser le pavement de la place située devant la bibliothèque de Celsus, la réparation du cadran solaire et celle des portiques supportant ce dernier au-dessus des rangées de gradins du théâtre, ainsi que le vestibule d’un sanctuaire de Némésis dans le théâtre306. Sous Gordien III, il est encore possible de saisir les témoignages d’une classe supérieure active et s’engageant pour l’intérêt commun. La question reste ouverte de savoir si la personne de l’empereur lui-même et (ou) peut-être de celle du logistès et consulaire D. Iunius Quintianus ont joué un rôle dans cette affaire. Ce n’est après tout pas un hasard si la plupart des inscriptions honorifiques s’adressant aux empereurs du iiie siècle après le règne de Caracalla, concernent Gordien III et son épouse Tranquillina307.

Vue d’ensemble

  • 308 Robert 1948, 117 sq., no 48.
  • 309 Liebeschuetz 1972. 132 sq. : Foss 1979, 24 sq. : Noethlichs 1981, 188 sq. ; Krause 1987, part. 23 s (...)

7Le milieu du iiie siècle a constitué une césure dans la vie publique de la ville. Toute forme d’ostentation personnelle des citoyens par des constructions ou des monuments publics comme les inscriptions a alors cessé. Des influences extérieures semblent avoir joué un rôle : les défaites subies contre les Sassanides, qui commencèrent sous Gordien, exigeaient d’une place de ravitaillement et de transbordement comme Éphèse que ses ressources soient consacrées aux besoins militaires de l’empire et non à ceux d’une politique de prestige à usage local. L’invasion massive des Ostrogoths dans l’aire égéenne, qui frappa Éphèse au printemps 263 et détruisit l’Artémision, anéantit de la sorte ce qui était après le port le principal facteur de prospérité économique de la ville. Des quartiers de la ville même furent également touchés308. Ces circonstances néfastes spécifiques à Éphèse s’accompagnèrent d’une réduction générale de l’autonomie municipale au profit d’un centralisme étatique, personnifié d’abord par les curatores, puis par le gouverneur. Depuis le milieu du iiie siècle, les notables de la ville bénéficiaires de la gratitude des habitants apparaissent au second plan derrière le gouverneur, qui représente les préoccupations urbaines directement auprès de l’empereur. C’est au gouverneur que s’adressent désormais les hymnes de louange autrefois dédiés aux concitoyens méritants. Il est évergète et patron de la ville et, en conséquence, c’est lui qui surveille et dirige les constructions publiques. Dans la mesure où, en volume, la structure du bâti produit pendant les deux premiers siècles de l’empire était désormais largement suffisante, à la fin de l’Antiquité le maintien en état des édifices fut jugé prioritaire par rapport au lancement de nouveaux programmes de construction. L’activité de construction publique, placée sous la responsabilité du gouverneur mais toujours comme auparavant exécutée aux frais de la communauté, représentait néanmoins pour les commanditaires un moyen apprécié de s’immortaliser et de satisfaire leur désir de gloire et leur vanité. Les plaintes des provinciaux et les décrets impériaux le montrent bien : le plus grand des maux semble avoir été la priorité accordée, aux frais des curiales, à des projets de construction inutiles au détriment de travaux d’entretien des bâtiments, pourtant indispensables. D’où les tentatives des gouverneurs de se mettre en valeur par des interventions dirigistes, consacrant davantage de soin aux programmes architecturaux des grandes villes de leur province qu’à ceux des cités plus petites. Sans l’avoir mérité, ils laissaient graver leur nom sur les édifices, alors que ceux-ci avaient été financés par la ville. Ils déplaçaient tout bonnement les concours dans une ville autre que celle qui avait fixée par le donateur, tout en ne mettant pas moins à contribution ce dernier. Enfin, ils négligeaient les affaires sérieuses, comme rendre la justice, au profit de la fréquentation assidue des concours et autres divertissements309. Dans la mesure où les empereurs eux-mêmes considéraient la popularité, mesurée par les acclamations, comme un indicateur de la “valeur” de leurs gouverneurs, ces derniers se trouvaient toujours devant le dilemme de devoir d’une part atteindre un haut degré de popularité auprès des citoyens de la province par l’organisation de concours et d’autre part de ne pas perdre cette faveur à cause des frais entraînés par cette même politique.

  • 310 Krause 1987, 14 sq. Sur Éphèse, voir Bauer 1996, 278 sq., 280 sq. L’auteur parle “d’une majesté acc (...)
  • 311 IK-Ephesos, 621. 307. Sur L. Artorius Pius Maximus, voir PLRE, I, 589 (Maximus 43). Sur la dénomina (...)
  • 312 IK-Ephesos, 1314-1315 : thermae Constantinianae. Ibid., 1316-1317 : “fontaine”. Sur les états antér (...)
  • 313 Sur Ephèse, voir Thür 1999c. Sur Pergame à la fin de l’Antiquité, voir Rheidt 1991, 241 sq. Vue d’e (...)
  • 314 Krause 1987, 20 sq.

8Même s’il ne disparut pas complètement, l’évergétisme privé subit un très fort recul dans le secteur de la construction par rapport aux époques antérieures. A l’appui de cette thèse. Jens-Uwe Krause a rassemblé une vingtaine de documents provenant d’Italie et d’Afrique. De rares témoignages peuvent également être cités dans le cas d’Éphèse : Eutropius fit revêtir de marbre la voie (plateia) reliant le théâtre à la rue dite des Courètes, Stephanus lit ériger un nymphée devant la façade de la bibliothèque de Celsus310. En gros cependant, l’impulsion sociale et politico-économique reposant sur la générosité privée céda le pas à un dirigisme étatique qui, de son côté, utilisait l’activité de construction publique comme moyen de sa propre ostentation. Dans la dernière décennie du iiie siècle, un proconsul d’Asie originaire d’Éphèse, L. Artorius Plus Maximus, apparaît comme donateur et est loué selon la formule habituelle pour avoir embelli la patrie de nombreux et grands ouvrages. Nous nous trouvons ici en face d’un phénomène hybride, entre l’engagement patriotique local et le souci d’ostentation du fonctionnaire impérial. Maximus a restauré le “gymnase impérial”, à identifier vraisemblablement avec le “gymnase du port” de Domitien (fig. 10), no 16)311. Avec lui débute une série de témoignages sur des activités dans leur grande majorité consacrées au maintien et en partie également au changement de fonction des bâtiments déjà existants. Le proconsul E. Caelius Montius fit restaurer le secteur des thermes du gymnase du port entre 337 et 350 et permit ainsi de les maintenir en service. Des travaux similaires sont attestés pour le nymphée situé au sud de l’agora politique (fig. 7, no 13)312. A Pergame, il n’y a à ma connaissance aucun témoignage analogue d’une activité de donation à la fin de l’Antiquité. S’il en existe un, il doit se trouver encore enfoui sous la ville basse d’époque romaine. Si l’on excepte les édifices cultuels chrétiens, les nouvelles réalisations d’urbanisme n’apparaissent qu’en nombre limité : à Éphèse au ve siècle, par exemple sous la forme de stoai le long de la rue dite des Courètes (ce que l’on désigne comme “stoa des Alytarques” ou “portique des Courètes”) ou sous celle des thermes byzantins” au vie siècle ; à Pergame sous la forme des thermes élevés à l’emplacement de la porte à l’extrémité de la via tecta conduisant à l’Asklépieion313. Le fait que les moyens privés encore existants furent dans une large mesure absorbés par l’activité de construction chrétienne, qui débuta au ive siècle, est de toute façon valable pour Pergame comme pour l’ensemble de l’empire. Comme on a pu le démontrer, les notables des villes, agissant souvent eux-mêmes en tant qu’évêques, et de même également les fonctionnaires impériaux ont contribué à la mise en place d’une infrastructure architecturale marquée par le christianisme, en premier lieu par la construction d’églises. Dans cette perspective ni Pergame ni Éphèse ne constituent une exception314.

Notes

278 (Gal. 14, p. 622 (Kühn) ; Nutton 1973, 164 sq.

279 IK-Ephesos, 24 : μεγίστη καὶ πρώτη μητρóλις καὶ δὶς νεωκóρος. Sur Pergame, voir Habicht 1969, 32 sq., no 10-11.

280 Sur ce problème, voir Mitchell 1990, part. 189 sq.

281 D’après sa reconstitution des principaux axes de la ville basse romaine. U. Wulf (1994. 158) suppose l’existence d’un forum à l’ouest de la “cour rouge”.

282 Ti. Claudius Pius : Habicht 1969, 68 sq., no 30, προπύλου τοῦ πρòς τῆι ἀγορᾶι καὶ ὡροσκοπίου καὶ ζυγοστασίου. Sur sa famille, voir le commentaire que Chr. Habicht donne de l’inscription dédiéé au sophiste Ti. Claudius Nicomedes (ibid., 71 sq., no 31)

283 Ziegenaus & Luca 1981, 76 sq, (datation p. 77 : après le règne d’Hadrien) ; Radt 1999, 237 sq. (deuxième moitié du iie s.).

284 Habicht 1969, 8, 18 ; Ohlemutz 1940, 150 sq. Sur les familles sénatoriales, voir Halfmann 1982, 626 sq.

285 Ainsi C. Clodius Rufinianus, ἱππικóς (SNG Kopenhagen, Mysia, 509, 510), stratège sous Gordien III, qui descendait de Clodius Glyco, hieronomen sous le règne d’Hadrien : voir Wörrle 1969, 190. Ainsi également Sex. Claudius Silianus (SNG Kopenhagen, Mysia 515, 518 ; v. Aulock 1425, 1426), stratège sous Gallien (260/268), qui descendait des Claudii Siliani (cf. supra p. 59 //).

286 Iulius Apellas : IK-Smyrna, 604 ; PIR2, J 155-56 : Drew-Bear, Eck et Herrmann 1977, 367 sq. Fin de l’Asklépieion : Deubner 1938, 20 sq. ; Ziegenaus & Luca 1981, 101 sq.

287 D. C. 79. 20,4 ; 22, 3. Keil 1956 (sur IK-Ephesos. 802).

288 Alföldy 1989a, part. 381 sq. = 1989b, part. 94 sq.

289 Keil 1955b ; Kienast 1966, 95.

290 Eck 1980.

291 Halfmann 1982, 628 sq.

292 IK-Ephesos, 892, avec mention de ses charges honorifiques ; elle était la fille du premier consul originaire d’Ephèse, Ti. Claudius Severus : les inscriptions qui lui sont dédiées ou qu’elle a dédiées datent des années 40 du iiie siècle : IK-Ephesos, 635 C, 639, 648.

293 Bon exposé du problème dans Whittaker 1994, 127 sq.

294 Hydreion : IK-Ephesos. 435-436 : Miltner 1960, 24 sq. ; Alzinger 1970, 1606. Sur la famille, voir IK-Ephesos, 801-3062. Hierax à Tire : IK-Ephesos, 3249. Stratège à Hypaipa : Münsterberg 1921-1927, 139 ; SNG Kopenhagen, Lydia 197, 199. A Alexandrie : Kayser 1994, 285 sq., no 98 (OGIS, 712), avec le commentaire de Jones 1967, 311 sq. : J. et L. Robert, Bull. ép., 1968, no 173.

295 Sur la troisième néocorie d’Éphèse, voir la lettre de Caracalla au koinon d’Asie (IK-Ephesos, 212), et l’inscription honorifique de Caracalla trouvée au Sérapieion : Knibbe et al. 1989, 166 sq., no 3, avec commentaire (AE, 1990, 907, et fragment identique IK-Ephesos, 291). Merkelbach 1978, 96 sq. ; Knibbe 1980, 798.

296 L’hypothèse repose sur l’inscription honorifique dédiée à Caracalla qu’un certain T. Claudius Bithynus offrit ἐπὶ τοῦ θεοῦ μου Nείλου Σεράπιδι θύουσιν (IK-Ephesos, 1230), et sur l’inscription citée n. 295 ; les deux documents ont été trouvés à proximité du téménos. Sur l’édifice lui-même, cf. supra n. 140. Pour un examen des découvertes archéologiques et épigraphiques faites jusqu’à ce jour, voir Walters 1995, 295 sq.

297 Scherrer 1995d, 15.

298 IK-Ephesos, 3001 ; les fragments réunis sous la référence IK-Ephesos, 3002, se rapportent peut-être à la même réfection. Selon H. Thür et P. Scherrer, il n’est pas certain que l’inscription dont on a retrouvé les nombreux fragments sur l’agora tetragonos provienne effectivement de là. La gens Aufidia est bien connue à Ephèse au iiie s. : elle est notamment représentée par le prytane M. Aufidius (IK-Ephesos, 1070, début du IIIe S.) ou l’asiarque C. Aufidius Mindius Polychronius (IK-Ephesos, 915, années 230/240). L. Aufidius Euphemus apparaît comme grammateus dans l’inscription monumentale de Lhydreion, IK-Ephesos, 435 (cf. n. 294). Sur son asiarchie (et ses gladiateurs), voir IK-Ephesos, 872, 1171. Offre un groupe statuaire pour le palais des Sévères : IK-Ephesos, 3087.

299 Karwiese et al. 1995, 16.

300 Knibbe & İplikçoğlu 1984, 130 sq. (SEG, 34, 1094).

301 Cf. Knibbe 1981-1982, 88, no 1 (AE, 1983, 911) ; IK-Ephesos, 4336, etc.

302 Plateia : εἰς τὴν τῆς Xρυσῆς πλατείας κατασκευήν (IK-Ephesos, 626). Rue des Courètes : ἀπò τοῦ πρυτανείου κάθοδος ἓως τῆς ἐνβάσεως τῆς Πλατεὶας (IK-Ephesos, 3071). Sur la localisation de la plateia. voir Thür 1989, 70 sq.

303 Il était συνήγορος ταμιείου (advocatus fisci), au service des procurateurs des finances d’Asie, auxquels, à notre connaissance il offrit trois bases : IK-Ephesos, 3049 (avant 211?), 739 (sous Caracalla ou Elagabal), 632 (sous Sevère Alexandre). Charges honorifiques locales : IK-Ephesos, 445, 679, 679 A. 1087, 3063. Protokyrès : IK-Ephesos, 1080 ; sur cette charge, voir Knibbe 1981, 97.

304 IK-Ephesos, 444-445. 2076-2082 ; Knibbe 1985, 71 sq. Il est honoré d’une manière générale comme commanditaire dans IK-Ephesos, 3063.

305 IK-Ephesos, 3086, où la restitution du verbe [κατεσκε]ύ[α]σ[ε]ν (reconstruire entièrement) n’est naturellement pas assurée ; il peut tout aussi bien s’être agi d’[ἐπεσκε]ύ[α]σ[ε]ν (remettre en état, réparer). Sur la différence de sens, voir Engelmann 1993b. L’inscription n’est donc d’aucun poids pour dater la porte ; le décor architectural, daté de l’époque sévérienne, peut remonter à une restauration entreprise par Nicephorus. Sur la porte, voir Wilberg & Niemann 1923, 172 sq. : Zabehlicky 1995b. Sur la date incertaine des trois portes du port d’Éphèse, cf. p. 101 et n. 256.

306 Agora sous le règne de Gordien : IK-Ephesos, 467. Potentina, prêtresse d’Artémis, et son père Iulius Artemas : IK-Ephesos, 983. Pavement : IK-Ephesos, 3009 = Engelmann 1993b. Pour avoir été entrepris devant la bibliothèque de Celsus, cet embellissement ne suffit pas à démontrer que Iulia Pantime Potentina était issue de la famille de Celsus Polemaeanus (contra PIR2, J 686). Cadran solaire : IK-Ephesos, 2041. Néméseion : IK-Ephesos, 2042, qui date du règne de Gordien III.

307 IK-Ephesos, 302-304 ; 4336. Il est à-propos de mentionner les honneurs rendus par Claudia Canina Severa, et ceux qu’on lui accorda : voir supra p. 114

308 Robert 1948, 117 sq., no 48.

309 Liebeschuetz 1972. 132 sq. : Foss 1979, 24 sq. : Noethlichs 1981, 188 sq. ; Krause 1987, part. 23 sq.

310 Krause 1987, 14 sq. Sur Éphèse, voir Bauer 1996, 278 sq., 280 sq. L’auteur parle “d’une majesté accrue de la ville à la fin de l’Antiquité” (ibid., 298). Sur Éphèse à la fin de l’Antiquité, voir Vetters 1966 ; Foss 1979 ; Jobst 1983, 236 (où l’on trouvera une critique de Foss) ; Jobst 1985a.

311 IK-Ephesos, 621. 307. Sur L. Artorius Pius Maximus, voir PLRE, I, 589 (Maximus 43). Sur la dénomination du gymnase, voir supra p. 60.

312 IK-Ephesos, 1314-1315 : thermae Constantinianae. Ibid., 1316-1317 : “fontaine”. Sur les états antérieurs, voir p. 60 et 107. Sur Caelius Montius, voir PLRE, I, 608. Les inscriptions publiques montrent que la ville ne bénéficie plus du tout de ses bienfaits.

313 Sur Ephèse, voir Thür 1999c. Sur Pergame à la fin de l’Antiquité, voir Rheidt 1991, 241 sq. Vue d’ensemble dans Radi 1999, 289 sq. ; Wulf 1994, 168 sq. Sur les thermes, voir Ziegenaus 1970, 188 sq.

314 Krause 1987, 20 sq.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search