Version classiqueVersion mobile

Éphèse et Pergame

 | 
Helmut Halfmann

Chapitre IV. Éphèse au iie siècle

Texte intégral

Trajan

  • 209 Dionysodôros : Knibbe 1981, B 24 = IK-Ephesos, 1024 (peu après 104), et Knibbe 1981, 165 sq. Prytan (...)
  • 210 Hèsychos : IK-Ephesos. 3065. M. Iulius [---]erianus : IK-Ephesos, 421. Un L. Mund[icius) Luci Arist (...)
  • 211 IK-Ephesos, 633 (πρύτανις, γυνμνασίαρχος τοῦ Σεβαστοῦ γυμνσίου καὶ πανηγυριάρχης τῶν μεάλων Πασιθέω (...)

1Après la grande période de Domitien, le développement de l’urbanisme se poursuit à Éphèse sous Trajan de manière continue, mais montre cependant l’image caractéristique pour la cité d’une large couche de donateurs moins fortunés finançant la remise en état et les travaux d’achèvement du bâti existant en complément d’un programme de construction soutenu essentiellement par la ville. Ainsi, le vaste et luxueux réaménagement du prytanée situé sur l’agora civique (fig. 7, no 6) date de l’époque de Trajan. Vers 105, le prytane Dionysodôros lit rénover le complexe à ses propres frais, alors que, ainsi qu’il est mentionné, on ne s’en était pas soucié depuis longtemps. La salle d’Hestia et les pièces limitrophes ont été rénovées en même temps ; à cette fin, un prytane dont nous ignorons le nom offrit 9 000 drachmes à la ville209. Comme sous Domitien, c’est à nouveau un Alexandrin, Hèsychos qui fit des dons dans un domaine relatif au commerce et à la banque. Précisément, il finança un aménagement de la salle de change monétaire avec des armoires et des bancs. Un M. Iulius [---]erianus fit don d’ateliers210, et P. Carsidius Pamphilio, un magistrat municipal, se glorifia de nombreuses et grandes “réalisations” pour sa patrie211. Le cas du prytane C. Licinius Menandrif. Ser. Maximus Iulianus est déjà beaucoup plus significatif. Prêtre de Rome et du culte local du gouverneur pour le proconsul césarien P. Servilius Vatia Isauricus, il avait de plus été l’envoyé de sa patrie à la cour impériale. Il offrit 2 500 deniers pour l’aménagement du port, une somme relativement modeste en comparaison des 75 000 deniers offerts à la même époque par T. Flavius Montanus d’Acmonia (voir plus bas), et participa aux frais du “nouveau” gymnase.

  • 212 IK-Ephesos, 3066 : δóντα δὲ καὶ εἰς τὴν κατασκεύν τοῦ καινοῦ γυμνασίου. Maximus fut prytane vers 10 (...)
  • 213 IK-Ephesos, 1618. La mère du donateur porte le gentilice d’Ulpia.
  • 214 Les dimensions d’IK-Ephesos, 423, laissent présager de l’importance de l’édifice. IK-Ephesos, 470, (...)

2Ses services (particulièrement soulignés) rendus à l’égard au fonctionnement du gymnase, pour lequel il fit l’apport d’une somme d’argent, profitèrent sans doute à un nouvel édifice, vraisemblablement une construction succédant à l’“ancien” gymnase dans le secteur de l’Artémision212. Une personne dont on ignore le nom finança des colonnes pour l’ἀρχαιον γυμνάσιον – pas avant le règne de Trajan213. Il semble que les deux donations soient en rapport avec le réaménagement et la nouvelle construction d’un complexe gymnique qui fut rebaptisé en conséquence sous Trajan et financé grâce à la fusion de différentes donations individuelles. Un des témoignages de cette activité de la construction au début du règne de Trajan dont le nombre ira sans aucun doute en grossissant est constitué par le fragment d’une inscription de 107/108 se rapportant à une construction et à un commanditaire inconnus, mais qui doit avoir appartenu à un édifice de grandes dimensions (portique ?)214.

  • 215 IGRR, IV, 643 + 1696. Il serait tentant d’identifier le Hiérôn Aristogeitôn qui finança un couloir (...)
  • 216 Escalier du théâtre : IK-Ephesos, 2037. cf. 498. “Achèvement” du théâtre : IK-Ephesos, 2061 II, qui (...)

3Entre 102 et 113, on acheva enfin les travaux du grand théâtre engagés depuis Domitien (fig. 6, no 3), dont la cavea avait été considérablement agrandie au moyen de nouveaux analemmata. Le mérite en revient à T. Flavius Montanus, fils d’un (T. Flavius ?) Hierôn et originaire d’Acmonia de Phrygie, où il est honoré par une συνεργασία τῶν γραφῶν215. Dans le cadre du réaménagement financé par ailleurs grâce au budget de la ville, Montanus fit don de l’escalier sud menant au deuxième diazonia et, comme il est dit expressément, “acheva le théâtre”, qu’il inaugura ensuite l’année de sa fonction en tant que grand prêtre du culte provincial par des concours très onéreux. La ville avait été vraisemblablement noyée financièrement par l’agrandissement du théâtre, après le coûteux programme de construction sous Domitien, de sorte que l’offre du bailleur de fonds étranger fut acceptée avec gratitude. L’achèvement du théâtre fut certainement l’investissement financier le plus important réalisé par Montanus et le public en garda longtemps la mémoire grâce aux très nombreuses inscriptions et statues qui lui furent dédiées. Les dons d’argent effectués en faveur des citoyens et la somme de 75 000 deniers qu’il mit dans l’aménagement du port, laissent néanmoins entrevoir un potentiel financier considérablement supérieur à celui des citoyens éphésiens attesté jusque-là. Les activités de cet homme dépassant le cadre de sa patrie, Acmonia, correspondent à sa fortune. Il n’était pas seulement grand prêtre provincial du temple de l’empereur à Éphèse, mais, en tant que praefectus fabrum, déjà membre de l’ordre équestre et apparemment ami proche du procurateur L. Vibius Lentulus. Les deux se financèrent réciproquement deux statues qui furent exposées dans le théâtre, objet de la générosité de Montanus216.

  • 217 Première asiarchie : IK-Ephesos, 234-35, 239, 1498. Sur la date, voir Diriger 1993, 140 n. 59, et S (...)
  • 218 Plin., Ep., 6.31, avec le commentaire de Sherwin-White 1966, 392 sq. Campanile 1992.
  • 219 IK-Ephesos, 424 A, datée de 102-114 ; Keil 1926, 271 sq. ; Alzinger 1970, 1605 sq. Sur la datation, (...)
  • 220 IK-Ephesos, 424 ; Miltner 1959, 326 sq. ; Alzinger 1970. 1607. Surmontant l’arrivée d’eau, alignée (...)
  • 221 Exemples du coût des conduites d’eau antiques dans Eck 1987, part. 78 sq.

4Dans les dernières années du règne de Trajan, ces donations privées aboutirent à un véritable programme de construction, supporté désormais par des personnalités éphésiennes dont les investissements pouvaient pour la première fois prétendre à une fonction marquant l’image de la ville. Le centre était la partie inférieure de la rue dite des Courètes. Ti. Claudius Aristio, déjà connu à l’époque de Domitien. un Ephésien dont les ancêtres remontent jusqu’au milieu du ier siècle a.C., s’y distingua particulièrement. Grand prêtre du premier temple provincial éphésien dédié à l’empereur en 88/89, il revêtit de nouveau cette dignité à deux reprises sous Trajan, puis, immédiatement après sa première prise de fonction, il fut nommé νεωκóρος (“gardien du temple”) à vie du temple impérial. Après la mort du donateur, le choix tomba sur lui afin d’achever la somptueuse bibliothèque de Celsus (voir plus bas) et de faire appliquer les dispositions testamentaires du défunt217. Par un heureux hasard, nous connaissons grâce à Pline le Jeune un épisode de la vie de ce personnage, car Pline avait été en fait appelé au consilium de l’empereur Trajan au moment même où Aristio, vraisemblablement en 107, avait à répondre à Rome aux accusations de quelques concitoyens malveillants. Pline désigna l’Éphésien comme princeps Ephesiorum, homo munificus et innoxie popularis et salua son acquittement218. Nous ignorons encore l’objet de la générosité d’Aristio, datant d’avant 107, et qui avait excité la jalousie de certains individus. Le procès montre de toute façon que les formules de louange stéréotypées utilisées dans le cas d’Aristio (IK-Ephesos, 425, 638), et aussi tout simplement dans les inscriptions le fait d’avoir embelli la ville par ses propres moyens, ne laissent naturellement pas transparaître les querelles surgies à ce sujet à l’intérieur de la communauté d’origine. Toutes les constructions financées par Aristio et connues jusqu’ici sont certainement postérieures à sa “réhabilitation”, c’est-à-dire des dernières années du règne de Trajan, et elles appartiennent à un “programme” qu’il réalisa avec son épouse Iulia Lydia Laterane : il s’agit de ce qu’on désigne comme la “fontaine sur rue” (fig. 13, no 28), située à l’est de l’agora civique, sur la voie conduisant à la porte de Magnésie ; d’un nymphée de 22 mètres de long219 ; puis, dans le secteur occidental (inférieur) de la rue dite des Courètes, du nymphée dédié à Trajan (fig. 14. no 1 ; fig. 15), avec un bassin large de 17 mètres et une façade à deux étages compartimentée par des niches220. De tels édifices nécessitaient naturellement une alimentation en eau en proportion. A ses propres frais, Aristio fit ainsi venir une nouvelle canalisation de 210 stades de long (environ 38 kilomètres) depuis la vallée du Caÿstre. Cette seule canalisation dut engloutir une somme de plusieurs millions221.

Fig. 13 : Éphèse à l’époque de Trajan et d’Hadrien.

Fig. 14 : Éphèse, partie basse de la “rue des Courètes” dans le secteur du nymphée de Trajan.

  • 222 Conduite d’eau : IK-Ephesos, 424, 3217, 4105. Voir également Forchheimer 1923. Tombeau : Thür 1997c (...)

5Il s’agit du programme de construction le plus on reux qu un ph sien ait jusqu alors r alis seul. En reconnaissance de ses services et selon une tradition entretenue à Éphèse et également suivie dans le cas de son contemporain Celsus Polemaenus (voir p. 93), Aristio reçut un tombeau ou plutôt un hèrôon (fig. 14, no 2) vraisemblablement sur le flanc oriental du nymphée de Trajan qu’il avait fondé222.

  • 223 Sur la localisation (non encore définitivement assurée) d’Ortygie dans la vallée du Kenchrios (Degi (...)
  • 224 IK-Ephesos, 422 A = Thür 1989, 71 (SEG, 39, 1185) ; Thür 1995c, 80.
  • 225 Fragment de l’inscription de l’édifice : IK-Ephesos, 329 (3) = Thür 1989, 69 (SEG, 39, 1184).
  • 226 IK-Ephesos, 422. Attribution correcte dans Thür 1989, 70 n. 4 et 23 n. 44. Sur la localisation du p (...)
  • 227 Temple de Trajan/Hadrien : IK-Ephesos, 429 ; Wörrle 1973. Bains de Varius : IK-Ephesos, 455, 500. N (...)
  • 228 Inscription de la prêtresse d’Artémis Quintilia Varilla : IK-Ephesos, 986. Sur les liens familiaux (...)

6Le programme de construction financé par Aristio était sans doute en relation avec la modification du parcours de la procession d’Artémis. On dut réfléchir à une nouvelle organisation de la place du triodos, point de rencontre de la rue dite des Courètes, de celle venant du théâtre et de la rue d’Ortygie au plus tard au moment où fut établi le projet de l’édification de la bibliothèque de Celsus, qui devait s’élever exactement sur l’ancien chemin bifurquant vers Ortygie223. L’itinéraire de la procession ne passait plus, au plus tard depuis cette époque, par l’agora inférieure et la porte méridionale érigée par Mazaeus et Mithridates, mais par la rue située plus haut venant du théâtre et parallèle au portique oriental néronien de l’agora (fig. 13, no 22), qui portait le nom de plateia et dont l’importance accrue se manifesta, déjà à cette époque, par un nouveau dallage224. Une porte construite en l’honneur de Trajan (fig. 17, no 2), qui avec sa façade marquait l’extrémité sud de la plateia et le point d’achèvement, visible de loin, de cette partie de la voie processionnelle, reprit désormais la fonction de la porte méridionale de l’agora comme marque du triodos (fig. 13, no 24 ; fig. 17). L’inscription monumentale fragmentaire n’a pas conservé le nom du commanditaire de cette porte dédiée à Hadrien après la mort de Trajan225. Il faut de plus ajouter dans le programme de construction de la fin de la période trajane un propylon érigé par la cité en 114/115 (fig. 14.no 3), qui se situait à l’est du nymphée fondé par Aristio sur la rue dite des Courûtes226, ainsi que les deux édifices jusqu’ici connus de P. Quintilus P.f. Gal. Valens Varius, également loué pour ses grandes et imposantes constructions. Dans les mêmes années, à partir de 113/114, Varius fit ériger un petit temple pour le culte impérial local en l’honneur de Trajan (fig. 16, no 2), qui ne fut achevé qu’après la mort de l’empereur et qui, comme la porte à l’extrémité de la plateia, fut alors dédié à Hadrien. Il fit entièrement construire des thermes (fig. 16, no 1) qui portèrent son nom, situés immédiatement derrière ce temple, visiblement sur un terrain qui en dépendait227. A l’exception de sa fille Quintilia Varilla, aucune information fiable n’a été découverte sur la famille du donateur. M. Wörrle a avancé l’hypothèse que, vu son nom, l’épouse du célèbre Ti. Iulius Celsus Polemaeanus, Iulia Quintilia Isaurica, pourrait peut-être appartenir à la famille éphésienne des Quintilii, ce qui pourrait expliquer la générosité prodiguée en faveur d’Éphèse parce consulaire vraisemblablement originaire de Sardes228.

Fig. 15 : Éphèse, restitution du nymphée de Trajan.

  • 229 Strocka 1988 (citation p. 299). L’auteur associe concrètement cette transformation à l’intervention (...)
  • 230 Smith 1998, part. 73 sq.

7Le fils de ce dernier, Ti. Iulius Aquila Polemaeanus, ayant lui aussi accédé au rang consulaire (consul suffectus en 110), fit ériger entre 114 et 117 pour son père défunt, un membre de la haute aristocratie sénatoriale, consul suffectus en 92 et proconsul Asiae en 105/106, une bibliothèque à titre d’hèrôon (fig. 13, no 23). La chambre funéraire découverte dans l’abside du mur postérieur et le sarcophage de Celsus confirment la fonction de l’édifice, aussi bien comme bibliothèque que comme hérôon. La tradition éphésienne d’honorer les grands bienfaiteurs (voir supra p. 41) s’est ainsi poursuivie. La construction clôturait le côté occidental de la place du triodos et se trouvait dans la prolongation de l’axe de la rue dite des Courètes. Très compartimentée, la façade de 21 mètres de largeur et 16 mètres de hauteur était un sommet de l’architecture éphésienne et constituait ainsi la véritable clôture de la perspective de cette somptueuse voie processionnelle. Derrière les motifs décoratifs caractéristiques de la ville de Rome mais d’un nouveau genre pour Éphèse, on trouve ici pour la première fois avec cette façade un besoin spécifique d’ostentation d’un nouveau type de donateurs originaires d’Asie Mineure qui, évoluant bien au-dessus des notables cités plus haut, avaient accédé au sommet de l’aristocratie impériale. “Il correspondait à leurs intérêts politiques et à leur besoin de prestige de sortir d’une notabilité provinciale et de se comporter d’une manière plus cosmopolite, c’est-à-dire, plus “impériale”. Cela exigeait également à parité la participation à la culture de la capitale et sa reprise délibérée dans sa ville natale”229. La combinaison de l’ornementation grecque et des symboles du pouvoir romain sous la forme des fasces illustre sur la façade de la bibliothèque la double identité de la classe dominante locale, qui avait voué ses ambitions au service de Rome230.

Fig. 16 : Éphèse, partie basse de lu “rue des Courètes”.

  • 231 IK-Ephesos, 5101 (dédicace de l’édifice) ; 5113 (acte de fondation) ; Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 11 (...)

8L’achèvement de la construction tarda lorsque Aquila mourut prématurément. Une commission sous la direction de Claudius Aristio trouva le montant nécessaire à la fin des travaux dans le fonds réservé pour la mise en service du bâtiment, les livres, et autres sommes en réserve qui se révélaient nécessaires à l’achèvement du bâtiment, et elle réapprovisonna la somme prévue à l’origine par des mesures d’économie et le produit de l’intérêt des sommes qui avaient été prêtées. Cette situation concorde avec le dallage de la place située devant la bibliothèque, réalisé grâce à une fondation commune à plusieurs phylai (tribus)231. La nomination d’Aristio, personnage connu et déjà très âgé, à la présidence de la commission qui devait mener à bien les travaux dans la bibliothèque correspondait certainement à la volonté expresse de Polemaeanus. L’amitié étroite entre les deux familles, qui est ici manifeste, avait probablement déjà joué un rôle important dans le procès d’Aristio devant l’empereur. Les chefs d’accusation débattus à Rome sans doute pendant l’été 107 peuvent très bien avoir trait aux événements de 105/106, année où Celsus Polemaeanus était proconsul d’Asie. Son influence et son témoignage ont sans doute grandement contribué à l’acquittement d’Aristio. C’est peut-être justement la coopération de ces deux hommes qui contribua à ce qu’Éphèse connût l’acmè de son développement architectural sous Trajan.

  • 232 Thür 1989, part. 134 sq.
  • 233 Sur le portique byzantin, voir Jobst 1983, 234 sq. Sur l’autel d’Artémis : Knibbe & Benda 1991. Fr. (...)

9Il n’en est pas moins significatif que, même si, comme on peut le démontrer, la classe supérieure locale se frayait un chemin vers l’élite des personnalités donatrices et supplantait peu à peu les donateurs étrangers, la ville restait toujours redevable au capital et à l’initiative des étrangers pour la réalisation du plus imposant édifice de l’époque, dans la mesure où Celsus Polemaeanus n’était sûrement pas originaire d’Éphèse, mais vraisemblablement de Sardes. Dans une ville dont l’activité tournait autour du commerce et de la finance, la construction de la bibliothèque soulignait à sa manière le rôle de la culture et de la science, contrastant très clairement avec le voisinage direct de l’agora commerciale, lieu de sociabilité et d’ostentation des couches sociales moins élevées. L’ensemble de la place située devant la bibliothèque et s’étirant jusqu’à l’angle de la rue dite des Courètes et celle du théâtre, dut à l’époque être réaménagé en centre de prestige, dominé par la bibliothèque, par la porte de Mazaeus et Mithridates, par le petit côté sud du portique de l’agora érigé sous Néron (qui était reliée à la place par un large escalier extérieur) et par la “porte d’Hadrien” s’élevant sur la rue (fig. 17)232. L’“autel” situé sur le côté sud de la place n’a pas pu être identifié de manière sûre (le portique érigé plus à l’ouest et décoré de sols de mosaïques ne date que de l’époque byzantine). L’édifice élevé à un emplacement significatif de la voie processionnelle, là où la rue bifurque vers Ortygie, lieu mythique de la naissance d’Artémis et d’Apollon, peut s’interpréter aussi bien comme un grand autel dédié à Artémis que comme un auditorium dont l’existence est attestée par l’épigraphie233.

  • 234 Ami de proconsuls et de légats proconsulaires d’Asie : IK-Ephesos, 27, 1. 341-342, 376-377. Amicus (...)
  • 235 IK-Ephesos, 27. Le premier commentaire de l’inscription, dû à R. Heberdey et al. (1912. 188 sq.), d (...)

10L’attractivité croissante de la ville, qui jouissait de la faveur impériale, pour les personnages de haut rang de l’aristocratie impériale concorde avec l’essor rapide de l’urbanisme, qui se poursuit sous Trajan. Ceux-ci n’apparaissent pas (encore) en tant que donateurs pour la construction d’édifices, mais leur seule présence et leurs diverses marques de faveur destinées à la ville complètent et expliquent l’image d’une prospérité alors en progression rapide. Il s’agissait de chevaliers venant d’Italie ou de la moitié occidentale de l’empire, qui s’installaient à Éphèse après leur carrière dans l’armée ou dans l’administration au service de l’empereur. Ils disposaient de relations auprès du gouverneur, quand ce n’était pas auprès de l’empereur, et ils procurèrent à la ville non seulement l’argent mais également la bienveillance des autorités romaines, indispensable au réinvestissement de la richesse sous une forme appropriée. Un des personnages responsables de ces conditions générales favorables à la ville fut le chevalier C. Vibius C.f. Ouf. Salutaris234. Une fois que Salutaris et le conseil de la ville se furent mis d’accord sur la disposition d’une donation, après des querelles internes et l’intervention du proconsul et de ses légats à sa requête (fin 103), il s’assura une place exceptionnelle dans l’opinion publique : les 31 statues dont il avait fait don étaient portées dans les occasions solennelles sur une voie processionnelle qui suivait celui de la procession d’Artémis à travers la ville, et elles étaient déposées dans le théâtre sur des socles correspondants, qui affichaient ostensiblement le nom du donateur (IK-Ephesos, 28-36D). Moyennant finance et non sans résistance, Salutaris obtint de la ville l’accord indispensable, grâce à un versement annuel de 1 800 deniers, somme qui devait être distribuée au conseil, à la Gérousia, à une partie de la population tirée au sort parmi les phylai, ainsi qu’à des éphèbes également tirés au sort et à des institutions cultuelles235.

Fig. 17 : Éphèse, disposition architecturale de la bibliothèque de Celsus
a. Plan (ci-dessus),
b. Restitution (ci-contre).

  • 236 Sur Lentulus, voir IK-Ephesos, 736,2031-2062,3046 (honneurs rendus par les fils d’un affranchi de T (...)
  • 237 IK-Ephesos, 680, 3048. Dans son inscription. Bassus donne Romae comme ungo. Sur les individus et le (...)

11Au théâtre, en ce lieu qui était le plus grand lieu de rassemblement de la ville, celui qui en avait assuré l’achèvement des travaux, T. Flavius Montanus d’Acmonia, et son ami proche, le procurateur L. Vibius C.f. Aem. Lentulus, s’étaient honorés réciproquement et au même moment par des statues. Lentulius appartenait aussi à la catégorie des fonctionnaires impériaux de rang équestre et l’hypothèse selon laquelle Lentulus et Salutaris, malgré leurs phylai différentes, étaient parents, voire frères, est vraisemblable236. M. Gavius P.f. Pal. Bassus et P. Gavius P.f. Pal. Balbus, légèrement plus jeunes et dont la famille était sans aucun doute originaire de Rome, offrent un parallèle assuré et contemporain d’un couple de frères appartenant à l’ordre équestre et s’installant à Éphèse. La dédicace à Éphèse des deux inscriptions honorifiques qui leur furent consacrées montre bien que les deux frères avaient fait de la ville le centre de leur vie, sans que l’on ait pu découvrir jusqu’ici en ce lieu des traces concrètes de leur activité237. M. Gavius Bassus eut pour fils le préfet du prétoire M. Gavius Maximus, en service pendant vingt ans sous Antonin le Pieux et qui devait logiquement avoir passé au moins une partie de sa jeunesse à Éphèse (voir infra p. 100).

Hadrien, Antonin le Pieux, Lucius Verus

  • 238 H. Thür (1989, 135) explique la concentration des constructions dans les dernières années du règne (...)
  • 239 IK-Smyrna, 594, avec le commentaire de G. Petzl ; IK-Smyrna, 697 ; sur les faveurs qu’Hadrien accor (...)
  • 240 IK-Ephesos, 1210 ; sur la situation du ναóς, voir Knibbe 1981.58 sq., 103. Cette donation a peut-êt (...)
  • 241 Knibbe et al. 1993, 122 sq., no 12 (AE, 1993, 1472).

12Le démarrage du programe de construction à Éphèse décrit précédémment, qui fut exécuté selon un plan d’ensemble, peut en partie s’expliquer comme une réaction à la deuxième néocorie impériale accordée en 113 à Pergame et à l’essor spectaculaire de la construction sous Trajan238. L’intense effort pour égaler les Pergaméniens dans la faveur impériale et son expression la plus flagrante, une deuxième néocorie, pourrait s’être exprimé dans les manifestations précoces de loyauté que les Éphésiens offrirent de manière ostentatoire au nouvel empereur Hadrien. Deux édifices commencés sous Trajan et lui étant originellement dédiés, le petit temple et le propylon, furent dédiés à nouveau en l’honneur d’Hadrien. Philostrate confirme qu’effectivement, au début de son règne, le nouvel empereur était bien intentionné à l’égard de la ville. Selon Philostrate (Soph., 531), c’est sous l’influence du sophiste Antonius Polemo qu’Hadrien aurait détourné ses faveurs d’Éphèse au profit de Smyrne, où résidait Polemo, alors que son rival Favorinus avait fait d’Éphèse le centre de son activité d’enseignement. En conséquence, Hadrien soutint Smyrne qui, outre Pergame, était la ville qui était le plus en concurrence avec Éphèse et qui reçut la coquette donation de 10 millions de drachmes, grâce à laquelle, selon Philostrate (Soph., 531), les habitants de Smyrne érigèrent un marché aux grains, le plus beau gymnase de toute l’Asie et un temple à proximité de la ville. En 124 au plus tard, Smyrne dut bénéficier de la générosité impériale lorsque Hadrien visita la ville et lui attribua, après Pergame et avant Éphèse, le deuxième titre de néocore de la province d’Asie239. Éphèse n’était donc pas au centre des faveurs impériales. De même, la présence d’Hadrien dans la ville, attestée en 124, ne laissa aucune trace dans la vie publique. A l’inverse de nombreuses autres villes, à Éphèse l’activité de construction était pour ainsi dire paralysée. Les édifices commencés sous Trajan, comme la bibliothèque de Celsus, furent certes achevés, mais on ne peut citer par ailleurs qu’une seule et modeste fondation, datée de 120, effectuée par un certain P. Rutilius Bassus Iunianus, comme prêtre de Déméter Karpophoros. Il érigea vraisemblablement un petit sanctuaire (ναóς) en l’honneur de la déesse, dans une des pièces annexes de la salle d’Hestia du prytanée (fig. 7, no 6)240. La taille de l’édifice apparaît négligemment petite par rapport au développement architectural fastueux entamé sous son prédécesseur Trajan. A cette époque de froid entre la ville et l’empereur, en 120 également, Hadrien donna l’ordre à la ville de pourvoir d’une digue un petit ruisseau coulant dans la vallée du Caÿstre, cela à ses propres frais, ce qui constrate nettement avec la générosité accordée à Smyrne241.

  • 242 IK-Ephesos, 428 ; Knibbe 1995b.
  • 243 Sur les séjours d’Hadrien à Éphèse, voir Halfmann 1986, 191 sq. Éphèse détenait encore la première (...)
  • 244 Karwiese 1995b et 1995a. 186. Il est certain que la construction était commencée sous Hadrien : voi (...)

13La deuxième visite impériale à Éphèse, en 129, marqua un tournant dans les relations entre la ville et l’empereur. Lors de cette occasion le souverain lit des présents “inégalables” à Artémis, donna une assise financière supplémentaire au sanctuaire et au port, assura des livraisons de céréales en provenance d’Égypte et autres marques de faveur malheureusement perdues sur l’inscription (IK-Ephesos, 274). L’acte de bienfaisance, attesté en 130/131, de l’asiarque C. Claudius Verulanus Marcellus semble avoir été une conséquence de ce “nouveau climat”. En compagnie de son épouse et de son fils, il fit revêtir de marbre (IK-Ephesos, 430) les palestres du gymnase du port datant de la période de Domitien (fig. 10, no 16), peut-être dans l’attente d’une nouvelle visite impériale. On ne sait pas si Verulanus était originaire d’Éphèse et si l’asiarchie en soi ne constituait pas le motif de sa générosité, comme cela avait déjà été attesté pour Flavius Montanus d’Acmonia (p. 88) et quelques années plus tard pour Aristokratès de CeKéramos (p. 101). Les efforts soutenus de la part de la ville, lors desquels un certain Ti. Claudius Piso Diophantus se distingua particulièrement242, aboutirent finalement en 131/132 à l’attribution de la deuxième néocorie impériale243. Le deuxième temple provincial (fig. 13, no 21), imitant par ses dimensions l’Olympieion à Athènes, était beaucoup plus grand que celui de Domitien et se présentait comme un dispositif grandiose, dominant la physionomie de la ville. L’emplacement du temple avait été gagné par l’assèchement d’une nouvelle aire entre le port et le stade, de sorte que le sanctuaire avait pu être érigé au centre sans avoir besoin d’acquérir de nouveaux terrains ou d’être obligé de détruire une partie du bâti ancien. Le gigantesque téménos d’environ 350 mètres sur 225 fut entouré de quatre stoai, dont la partie sud était, ainsi qu’il a pu être démontré, constituée de trois nefs qui, au ve siècle, accueillirent l’église Notre-Dame. Au centre se situait le bâtiment du temple de 85 mètres sur 57, et sans doute de 25 mètres de hauteur. Seuls des restes infimes du complexe, arasé jusqu’aux substructions, ont été conservés de sorte que l’on ne peut expliquer tous les détails de l’histoire de la construction244. A part cette phase de construction du temple de la deuxième néocorie, aucune autre activité de construction n’est attestée dans les dernières années du règne d’Hadrien. L’attribution de la néocorie n’eut curieusement aucun effet d’entrainement sur le développement de l’urbanisme, à la différence de ce qui s’était produit sous Domitien. On a ainsi l’impression que les relations entre la ville et l’empereur restèrent crispées et qu’Éphèse ne participa pas à l’essor vécu sous Hadrien par d’autres villes d’Asie Mineure ou de l’imperium en général, en l’occurrence Pergame. Il faut vraisemblablement chercher aussi les raisons de cet état de chose dans la rivalité avec Smyrne et dans la personne du sophiste Polemon. L’épigraphie pourra peut-être un jour éclairer davantage ce chapitre d’une relation ville-empereur.

  • 245 Sur ce sénateur, qui fut notamment quaestor de la province d’Achaïe, et proconsul de la province de (...)
  • 246 Ameling 1983.I, 136 sq. ; Jones 1978, 100 sq. ; Tobin 1997, 35 sq.
  • 247 IK-Ephesos, 21 1, 21 sq. : ἐξ[αιρέτως δὲ τὴν] ἡμετέραν πóλιν εἰς ἐπίδοσι[ν τοῦ ἀξιώματος] ἀγείωχεν, (...)
  • 248 Sur la gens des Gavii, originaire de Rome et établie à Éphèse, cf. p. 97 et n. 237. Le préfet du pr (...)
  • 249 Kampmann 1996, 29 sq. Peu après 144, à cause d’une intervention de Smyrne, Éphèse perdit à nouveau (...)
  • 250 IK-Ephesos, 618 ; Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 126 sq. (SEG, 34, 1168).
  • 251 IK-Ephesos, 661. Dionysios, fils de Neikophoros, se rattache à la fin du règne d’Hadrien ou au débu (...)
  • 252 Pontianus : IK-Ephesos, 690. Photinus : IK-Ephesos, 852. La mère de Pontianus, Hordeonia Paulina, d (...)

14Ce n’est que sous Antonin le Pieux et Marc Aurèle, donc un peu plus tard que Pergame, qu’Éphèse atteignit le sommet de son développement urbanistique. C’est seulement à cette époque qu’elle atteignit sans doute le niveau d’équipement de Pergame, et à partir de cette date, le retrait des donateurs étrangers correspondit à la promotion des deux premières familles éphésiennes au sein du Sénat romain, même si celles-ci ne pouvaient, de loin, rivaliser en dignitas avec les familles sénatoriales originaires de Pergame. Il est étonnant de constater qu’une seule des deux familles sénatoriales, la gens Vedia, apparaisse comme commanditaire d’édifices à Éphèse, tandis que le sénateur C. Claudius Titianus Demostratus s’orientait vers Athènes245. Cet état de fait pourrait s’expliquer par la rivalité entre deux familles de notables d’une seule et même ville, une rivalité qui n’est pas inhabituelle pour l’époque et dont on a des exemples à Athènes même246. Dans leur décret daté de 138 introduisant des festivités régulières en l’honneur de l’anniversaire d’Antonin le Pieux, les Ephésiens prouvèrent eux-mêmes que leur ville en particulier devait au changement de souverain un accroissement de son prestige. Ils citaient la fonction de gouverneur que le nouvel empereur avait exercée quelques années auparavant, pendant laquelle ce dernier – et non son père adoptif Hadrien (!) – avait gratifié Éphèse de bienfaits247. La césure de l’année 138 marque ainsi clairement un changement pour des rapports désormais radicalement plus positifs entre l’empereur et la ville. M. Gavius Maximus, préfet du prétoire pendant de nombreuses années sous Antonin le Pieux et ayant sans doute passé au moins une partie de sa jeunesse à Éphèse auprès de son père M. Gavius Bassus, joua certainement un rôle déterminant dans ce “retournement”248. Cette nouvelle phase des relations entre la ville et l’empereur mise en place avec Antonin le Pieux se manifesta d’abord par l’ajout aux titres de la ville d’une dénomination honorifique, πρῶτη, par laquelle on reconnut à Éphèse la première place dans la province249. A partir de 138, une intense activité de construction rappelant la période de Domitien et de Trajan apparut de nouveau brusquement. A côté des “grands projets”, des fondations modestes mais en plus grand nombre montrent qu’une “mentalité de dons” en faveur de l’embellissement de la ville était largement ancrée dans la population. L’archiereus Asias Aristokratès, originaire de Kéramos en Carie, donna, en tant qu’agonothète des deuxièmes Hadriania vers 139/140, une importante somme d’argent pour une construction dont l’identité est malheureusement perdue, mais vraisemblablement en rapport avec le théâtre ou avec le stade250. Entre 140 et 144, la ville lit exécuter d’importantes réparations pour l’équipement technique du théâtre et de petites restaurations dans ce même lieu (IK-Ephesos, 2039). A la même époque, un certain Dionysos, qui n’était pas encore citoyen romain et ne devait certainement pas faire partie des éléments les plus fortunés de la ville, mentionne avec fierté ses dons d’huile pour les gymnases de la ville et sa promesse de financer deux blocs de gradins dans le cadre d’une rénovation du stade, ainsi que les colonnes manquantes en marbre de Dokiméion dans le “gymnase d’Auguste” (“gymnase du port’’)251. La décoration du mouseion (non encore localisé) s’effectua également dans ces premières années du règne d’Antonin le Pieux grâce à C. Iulius C.f. Fab. Pontianus, issu d’une famille de marchands assez typique d’Éphèse. Ses ancêtres maternels étaient des immigrants venant de Pouzzoles en Italie, son père C. Iulius Photinus Celer honora dans les années 103/114 d’une statue son bienfaiteur, l’affranchi impérial et procurateur Ti. Claudius Classicus, que Photinus avait accompagné à Alexandrie d’Egypte252.

  • 253 Sur les derniers sondages, voir les rapports de fouilles publiés dans les JÖAI depuis 1991-1992. Su (...)
  • 254 Strocka 1988, 302 (attribution à la fin du règne d’Hadrien d’après la forme des chapiteaux composit (...)
  • 255 Scherrer 1995d, 9 et n. 42 ; cf. infra n. 277.
  • 256 Sur la porte sud, cf. infra p. 117 et n. 305. Sur la porte médiane, sise à l’extrémité de’“Acadiane (...)

15Cette générosité modeste mais largement diffusée et caractéristique d’Éphèse culmina avec la réalisation de projets grandioses, qui marquent le sommet du développement architectural d’Éphèse vers le milieu du iie siècle. En raison de l’absence d’inscriptions monumentales, la datation de ces édifices n’est malheureusement possible (dans certains cas) qu’à partir d’arguments stylistiques et se trouve ainsi contestée. Cela concerne d’abord le Sérapeion (fig. 10, no 17) dont les sondages en cours depuis quelques années éclaireront, il faut l’espérer, l’histoire de la construction. Le terrain destiné à ce téménos jouxtant à l’ouest l’agora tetragonos était déjà remblayé dans les années 90 du ier siècle et un temple avait été érigé, dont la décoration architecturale resta inachevée. Les chapiteaux des colonnes qui ont été conservés laissent supposer qu’un nouveau programme de décor fut entrepris dans les années 140253. L’agrandissement du “gymnase du port” (τó Σεβαστòν γυμνάσιον ; fig. 10, no 16) de l’époque de Domitien au moyen de thermes de 70 mètres sur 160 (βαλάνεια τῶν Σεβαστῶν) orientés vers l’ouest “selon le modèle du type impérial urbain romain”, a vraisemblablement fait partie de cette activité de construction relancée sous Antonin le Pieux. La donation de colonnes effectuée par Dionysos mentionnée ci-dessus pour le Σεβαστòν γυμνάσιον doit sans doute être mise en rapport avec ce projet254. Les ruines conservées à l’heure actuelle, incomplètement fouillées, du gymnase du théâtre (164 mètres sur 111 ; fig. 6, no 29) appartiennent à ce programme de réaménagement, voire d’agrandissement, du iie siècle255. La datation des trois grandes portes du port reste contestée. Une datation de l’époque d’Hadrien est majoritairement favorisée pour la porte médiane, située à l’extrémité occidentale de l’“Arcadiane” (fig. 18, no 32), et il serait effectivement pensable qu’en dépit d’une faible activité de construction monumentale – mis à part le temple de la néocorie – Éphèse, comme d’autres villes de l’empire, ait profité d’une visite de l’empereur pour ériger une porte d’apparat à l’endroit où Hadrien était entré dans la ville. Le fait n’est cependant pas certifié en raison de l’absence de sources épigraphiques. Du point de vue du développement de l’urbanisme spécifique d’Éphèse, il conviendrait de laisser ouverte entre Trajan et les années 160 la fourchette chronologique pour la construction du dispositif de l’“Arcadiane”, daté récemment de la première moitié du iie siècle et pour l’érection des trois portes du port256.

  • 257 Sur les Vedii d’Éphèse, voir désormais Fontani 1996. Cursus honorum de P. Vedius Antoninus : IK-Eph (...)
  • 258 Avant leur adoption, soit entre 123 et 136, M. Claudius Sabinus et son fils M. Claudius Phaedrus fi (...)
  • 259 “Cursus” : IK-Ephesos, 728. Il faut vraisemblablement identifier M. Claudius P. Vedius Antoninus Sa (...)
  • 260 Gymnase : IK-Ephesos, 431, 438 (date : 146/147) ; Alzinger 1970, 1615 sq.

16De même que nous ne disposons pas de datation certaine, nous ignorons pour le moment le nom des donateurs des édifices évoqués. On est en droit de supposer qu’il s’agit en partie de membres de la gens Vedia qui, à l’époque, avait un rôle dominant dans les programmes de construction d’Éphèse. Venant à l’origine d’Italie, la famille est attestée dans les sources à Éphèse depuis l’époque augustéenne et le dernier descendant direct, P. Vedius P.f. Quir. Antoninus, comptait parmi les notables locaux sous Trajan et appartenait également à l’élite provinciale après la distinction d’asiarque qu’il avait reçue257. Lui-même sans enfant, il adopta sous Trajan un autre citoyen en vue de la ville, M. Claudius Sabinus, dont vraisemblablement le père par le sang, et homonyme, avait également été asiarque et magistrat municipal (grammateus)258. Cet homme portant après adoption le nom de M. Claudius P. Vedius Antoninus Sabinus occupa de nombreuses fonctions municipales et provinciales. Membre de l’ordre équestre, il trouva le couronnement de sa carrière publique dans la charge de gymnasiarque qu’à un âge déjà avancé il revêtit spécialement à l’occasion de la visite de l’empereur L. Verus, en 162/163. Nous ne disposons jusqu’à présent que d’un seul témoignage louant d’une manière générale son activité de construction et signalant qu’il décora la ville de nombreux édifices259. Son fils, le futur sénateur M. Claudius P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus et l’épouse de ce dernier, Flavia Papiane, ornèrent la ville d’au moins un nouvel édifice monumental, un gymnase de 135 mètres sur 75 (fig. 18, no 29) qui se situait au nord de la ville, directement à côté du stade déjà existant et qui fut achevé en 146/147260.

Fig. 18 : Éphèse à l’époque antonine.

  • 261 IK-Ephesos, 141-193 (Oliver 1989, 300 sq., no 138-40. Sur l’épangélie et le rôle des autorités roma (...)
  • 262 Scherrer 1995d, 14 ; Dillon 1996, 261 sq. ; Smith 1998. Sur le “gymnase est”, voir Keil 1932, 25 sq (...)
  • 263 Pour quelques exemples de différends possibles, dont les inscriptions font rarement mention, voir L (...)

17De profondes divergences d’opinion entre le donateur et la ville accompagnèrent l’exécution de cette construction. Elles trouvèrent un écho dans trois lettres adressées par Antonin le Pieux aux Éphésiens ou aux Hellènes d’Asie. L’annonce formelle de la donation de Vedius (l’épangélie) ne provoqua pas les applaudissements d’usage, mais fit naître de telles divergences d’intérêts que non seulement le donateur s’efforça, comme il est habituel, d’obtenir la recommandation impériale en vue de la confirmation de l’objet de la fondation, mais que la communauté s’adressa également à l’empereur avec une contreproposition. D’après la teneur de la lettre de réponse datée de 145, les Éphésiens s’attirèrent d’ailleurs les foudres de l’empereur, qui préféra aux plaisirs momentanés comme les pièces de théâtre, les concours et les distributions d’argent, des investissements à long terme, durables, qui servaient d’abord la σεμνóτης de la communauté261. Une explication possible à ces tensions visiblement plus fortes qu’à l’accoutumée pourrait se trouver dans le fait que, vu les similitudes artistiques flagrantes, ce qu’on désigne comme le “gymnase oriental” (108 mètres sur 129) a dû être construit en même temps que le gymnase de Vedius (fig. 18, no 34). Les portraits semblables du donateur découverts dans le gymnase de Vedius et dans le gymnase oriental permettent en particulier de déduire qu’il s’agit d’un seul et même personnage, Vedius Antoninus, qui fit construire les deux gymnases262. La tendance absolument exceptionnelle des notables éphésiens de l’époque à vouloir se créer un monument durable au moyen de constructions monumentales conduisit visiblement à de graves conflits entre intérêts privés et intérêts publics, sur l’arrière-plan desquels, dans le cas précis, on ne peut faire que des spéculations. La soif d’ostentation de la gens Vedia peut avoir excité la jalousie d’autres familles éphésiennes. Il y avait peut-être également désaccord quant aux droits de propriété, auxquels étaient bien sûr liés en conséquence d’énormes ressources mais aussi des frais d’entretien (voir aussi infra p. 131)263.

  • 264 Mur : IK-Ephesos, 460 ; Alzinger 1970, 1629 sq. Statues : IK-Ephesos, 285 A. 1505. Lettres de l’emp (...)
  • 265 Mention du T. Flavius Papianus, petit-fils de P. Vedius Antoninus τοῦ κατασκευάσντος τò ἔργον : IK- (...)
  • 266 IK-Ephesos, 41 10. En dehors de cette inscription, seule la généalogie de son petit-fils (le “testa (...)
  • 267 ὁ κράτιστος. συγκλητικóς, testateur : IK-Ephesos. 731 : Knibbe 1981-1982, 125, no 123 (SEG, 33, 939 (...)

18La décision impériale eut en tous cas pour effet qu’il fut donné suite au souhait du donateur de se mettre en valeur. En un très court laps de temps, Éphèse disposa de deux gymnases supplémentaires – et donc de six gymnases au total –, soit toujours d’un de moins que Pergame, où sept gymnases sont attestés au plus tard depuis l’époque d’Hadrien. Vedius Antoninus et Flavia Papiane furent également à l’origine d’un mur compartimenté par des niches et des édicules situé derrière le podium du bouleutérion (fig. 7, no 8). Les Vedii occupèrent ce lieu central de l’auto-administration municipale non seulement par la donation de bâtiments, mais également par des statues, dédiées à Faustine la Jeune (morte en 147) et au futur empereur Lucius Verus. A cet endroit, ils firent immortaliser dans la pierre les lettres d’Antonia le Pieux comme preuves durables de l’estime impériale à leur égard264. D’autres édifices, restés jusqu’ici inconnus, doivent certainement être mis sur le compte de Vedius. Son petit-fils T. Flavius Papianus fut plus tard inhumé dans une de ces construction265. La réputation du commanditaire était aussi grande dans sa ville et auprès de l’empereur que sa position était faible parmi les sénateurs venant de Pergame. Dans la mesure où sur aucune des inscriptions monumentales Vedius Phaedrus n’est qualifié de συγκλητικóς, il ne fut apparemment admis au Sénat qu’après ses donations, opérées dans les années 140, par conséquent à un âge avancé. Il disparut après avoir gravi les premiers échelons de la carrière administrative en tant que questeur désigné de la province de Chypre266. Son fils, le συγκλητικóς P. Vedius Papianus Antoninus dont nous ne connaissons absolument aucun poste sénatorial, était le dernier rejeton de la famille des Vedii. Il légua par testament son immense fortune à l’Artémision, raison pour laquelle la ville l’honora comme κτίστης et grand bienfaiteur et, selon ses vœux testamentaires, restaura vraisemblablement aussi les monuments de ses ancêtres267. Sa générosité devint une échelle de référence et un modèle pour les générations suivantes : sous Elagabal, un certain Valerius Festus était ainsi loué en tant qu’important commanditaire à la manière du ἥρως Antoninus (voir infra n. 300).

Fig. 19 : Éphèse, Essai de restitution de la stoa de Damianos.

  • 268 Mention de Vedia Phaedrina en tant qu’épouse du sophiste : IK-Ephesos, 2100 (tombeau commun, cf. Ko (...)
  • 269 Sur Damianos, voir Knibbe & Langmann 1993, 56 sq., avec notice bibliographique.
  • 270 IK-Ephesos, 672, 3080. L’année de sa grammateia se déduit d’IK-Ephesos, 811. La statue de femme ass (...)
  • 271 Thür 1999a, 163 sq. Selon D. Knibbe (1995a, 12), la construction de la stoa ne témoigne pas de la s (...)
  • 272 H. Engelmann (1995) s’appuie sur le texte de Philostrate pour attribuer les branches de la stoa à d (...)

19Le nom et la famille des Vedii perdurèrent avec la lignée féminine : la sœur du testateur. Vedia Phaedrina, épousa le sophiste le plus célèbre de la ville, T. Flavius Damianos, dont les descendants – tous membres de la classe sénatoriale – sont encore connus sur deux générations jusqu’au milieu du iiie siècle268. La famille des Vedii et celle de Damianos, ainsi alliées par mariage, monopolisèrent pour ainsi dire l’influence politique et sociale, ainsi que l’activité de construction publique. Jusqu’à présent, nous ignorons malheureusement tout de la famille dont était issu Damianos, si l’on excepte la remarque générale de Philostrate (Soph., 605) selon laquelle elle appartenait aux familles les plus notables d’Éphèse269. Dans la Vie qu’il a consacrée à Damianos, Philostrate rapporte ensuite (Soph., 606) que la richesse de cet homme se voit au fait qu’il a fait planter d’arbres fruitiers et d’arbres d’agrément les domaines qu’il avait acquis, qu’il a fait installer le long de ses terrains situés en bord de mer des îles et digues artificielles pour la sécurité des bateaux entrant et sortant du port et qu’il a fait décorer ses propriétés rurales de la manière la plus luxueuse. L’information (Soph., 605) selon laquelle Damianos aurait fait restaurer de nombreux édifices vétustes est confirmée par l’épigraphie dans le secteur des thermes élevés par Quintilius Valens Varius (fìg. 16, no 1), où il fit ériger l’année où il exerçait la charge de grammateus (166/167) une salle avec toute la décoration fastueuse appropriée270. Philostrate mentionne cependant avant tout la stoa par laquelle Damianos créa une liaison directe, en duret couverte (fig. 19), entre l’Artémision, la porte de Koressos au nord, et la porte de Magnésie au sud-ouest de la ville. Les visiteurs du temple pouvaient désormais aller à pied sec du sanctuaire à la ville – un confort offert à Pergame depuis les premières années du règne de Trajan271. Après 700 mètres, la stoa se divisait en deux branches, conduisant chacune respectivement aux deux portes mentionnées et couvrant au total une distance de 2 kilomètres. Au delà de sa fonction de bâtiment utilitaire, elle devait ainsi offrir aux voyageurs venant de la campagne et se dirigeant vers Éphèse un impressionnant avant-goût de la ville272. Damianos offrit encore au sanctuaire même une salle de restauration, voire “un complexe de reception”, dont Philostrate loue au delùde toute mesure, la taille et la somptueuse décoration (Soph., 605).

  • 273 Heberdey 1912, 173 sq. J. Keil (1922-1924, 117 sq.) attire l’attention sur une monnaie frappée sous (...)

20Bordant les grands édifices mentionnés, notamment les thermes, apparut au iie siècle un long dispositif d’adduction d’eau composé d’au moins 12 aqueducs, qui sur 30 kilomètres amenait l’eau du Kenchrios (Değirmen Dere), depuis les montagnes situées à l’est de l’actuelle kusadasi jusqu’à la ville. Dans ce contexte de construction, le nymphée situé au sud de l’“agora civique” (la “fontaine”, Hg. 7, no 13), érigé sous Domitien comme point terminal de la canalisation du Marnas, dut être également agrandi de deux ailes et alimenté en supplément par une “nouvelle canalisation” provenant du Marnas (καινòς Mάρνας)273.

  • 274 P. Vedius Antoninus, le “fils adoptif” gymnasiarque ἐν ταῖς ἐπιδημίαις de L. Verus : IK-Ephesos. 72 (...)
  • 275 Jobst 1983, 225 sq. et 1985b ; Ganschow 1986, 209 sq. ; Knibbe & Benda 1991. Sur la localisation, v (...)
  • 276 SHA, 5.2.10 : amavit venatus, palaestras et omnia exercitia iuventutis ; 6.9 : ille in Apulia venab (...)
  • 277 Ce grand édifice, situé en un lieu remarquable de la ville, n’a malheureusement pas encore été étud (...)

21A l’exception du temple de la néocorie de l’époque d’Hadrien, les Vedii et Damianos ont visiblement supporté l’ensemble de l’activité de construction monumentale postérieure à Trajan qu’on trouve à Éphèse. C’était ainsi la première fois que la classe supérieure indigène apparaissait en tant que commanditaire exclusif dans un projet à une échelle comparable à celle de Pergame. L’érection de l’impressionnant “monument des Partîtes” pourrait également s’inscrire dans ce cadre-ce n’est ici qu’une supposition-grâce à l’engagement de ces familles : deux Vedii, en tant que gymnasiarque et grammateus, avaient reçu Lucius Verus dans la ville à l’occasion de sa tournée d’inspection sur le théâtre des opérations militaires. Damianos a ravitaillé en grains à ses propres frais une grande partie des troupes revenant de Syrie en 166/167274. Le monument commémoratif de la victoire (ἡ τοῦ Kαίσαρος νείκη : IK-Ephesos, 721), avec la représentation de l’adoption de Verus par Antonin le Pieux, de la guerre des Parthes et de la consecratio dans les scènes principales, fut érigé en 169, après la mort de l’empereur. La question de la localisation du monument est encore controversée et reste sans réponse. On a avancé l’hypothèse du supposé “autel” sur le côté sud de la place du triodos, qui se situait au carrefour de la rue des Comètes, de celle du théâtre et du chemin bifurquant vers Ortygie, lieu légendaire de la naissance d’Artémis (fig. 17). Une autre proposition identifie “l’autel” avec l’auditorium attesté par les sources épigraphiques et voit dans le monument des Parthes un dispositif cultuel dédié dans l’Olympieion aux empereurs par filiation adoptive (fig. 18, no 21). Le monument des Parthes souligne d’une manière figurative et monumentale la relation étroite entre l’empereur et la ville, développée déjà depuis le mariage célébré en 163 à Éphèse de Lucius Verus avec Lucilla, la fille de l’empereur, et ses (au moins) deux séjours dans la ville. Artémis apparaît comme déesse protectrice à la fois de la ville et de l’empereur, elle s’élève au rang de soutien indispensable d’Éphèse et de partenaire des bienfaits impériaux275. Apparemment, la ville d’Artémis et son style de vie correspondaient particulièrement bien aux besoins personnels de l’empereur. Si nous atténuons les exagérations de la tradition historiographique, il aimait avant tout la chasse et autres formes d’activité physique276. Cette phase d’une identification plus forte entre Lucius Verus et Éphèse, personnifiée par Artémis, semble être le contexte le plus vraisemblable dans lequel il est possible de placer l’activité de construction revendiquée pour Damianos. Dans la mesure où ils répondaient aux besoins de cercles plus larges de population et à des foules plus importantes, ses grands édifices, encore non datés, ainsi que la stoa conduisant à l’Artémision et la salle à manger, seraient le plus sûrement à situer chronologiquement à l’époque des visites de l’empereur, entre 162 et 166. Il convient également de placer sans doute dans le même contexte d’urbanisme la nouvelle construction du “gymnase du théâtre”, que l’on peut peut-être identifier avec le théâtre de la Gérousia (fig. 6. no 2), ainsi que celle des thermes (de dimensions totales, 93 mètres sur 11) à l’emplacement de l’ancien gymnase277.

Notes

209 Dionysodôros : Knibbe 1981, B 24 = IK-Ephesos, 1024 (peu après 104), et Knibbe 1981, 165 sq. Prytane inconnu : IK-Ephesos, 462 (avec addenda p. 12 sq.). Les inscriptions IK-Ephesos, 528 et 437, appartiennent à la même période : la seconde se rapporte au nouvel état de l’avant-cour du prytanée, dotée d’une colonnade, d’une porte monumentale et d’un revêtement en marbre. Pour la documentation, voir Engelmann 1985. Notons que les “amendes” dont les prytanes devaient s’acquitter en cas de manquement au rite sacrificiel étaient destinées à l’entretien du prytanée.

210 Hèsychos : IK-Ephesos. 3065. M. Iulius [---]erianus : IK-Ephesos, 421. Un L. Mund[icius) Luci Arist[-] fit également construire des ateliers, mais la date de la construction ne nous est pas connue (IK-Ephesos, 443, avec addenda p. 11). L’inscription est prise dans les fondations de l’annexe construite sous Néron à l’ouest de la basilique de Pollion, mais il est impossible d’en tirer un terminus ante quem (communication orale de H. Thür et P. Scherrer).

211 IK-Ephesos, 633 (πρύτανις, γυνμνασίαρχος τοῦ Σεβαστοῦ γυμνσίου καὶ πανηγυριάρχης τῶν μεάλων Πασιθέων). On le retrouve comme prytane dans les listes de Courètes IK-Ephesos, 1048, 1033. Nous ne disposons que d’un indice vague pour ancrer son activité dans la chronologie : son fils fut grammateus en 138/139. Sur sa famille, voir également Knibbe 1981, 122 sq.

212 IK-Ephesos, 3066 : δóντα δὲ καὶ εἰς τὴν κατασκεύν τοῦ καινοῦ γυμνασίου. Maximus fut prytane vers 105 : Knibbe 1981, B 22 = IK-Ephesos, 1022. Sur remplacement et la dénomination du gymnase, voir Scherrer 1995d, 14, qui renvoie à IK-Ephesos, 938 (confirmation de la localisation du καινòν γ. dans le secteur de l’Artémision) ; 938 A ; 1143 (sous Antonin le Pieux) ; 1500 (115/116).

213 IK-Ephesos, 1618. La mère du donateur porte le gentilice d’Ulpia.

214 Les dimensions d’IK-Ephesos, 423, laissent présager de l’importance de l’édifice. IK-Ephesos, 470, fait référence à un bâtiment datant des premières années du règne de Trajan, qu’il n’est cependant pas possible d’identifier.

215 IGRR, IV, 643 + 1696. Il serait tentant d’identifier le Hiérôn Aristogeitôn qui finança un couloir d’accès aux gradins du théâtre (IK-Ephesos, 2034) avec le père de Montanus : cf. supra n. 142. J. Nollé (addenda à IK-Ephesos p. 21 sq., 854) et R. A. Kearsley (1988, 43) présentent un stemma de la famille. Sur Montanus, voir également Scherrer 1997b, 114.

216 Escalier du théâtre : IK-Ephesos, 2037. cf. 498. “Achèvement” du théâtre : IK-Ephesos, 2061 II, qui énumère d’autres bienfaits donnant lieu à des honneurs ; cf. également les bases de statues IK-Ephesos, 2062 et 2063. Bases de statues dédiées à Vibius Lentulus, et par lui : IK-Ephesos, 2061 I-II (sur Lentulus, voir p. 97). Sur la fonction de praefectus fabrum, voir Demougin 1993, 241 sq. Sur l’origine de la famille et les autres liens familiaux avec Kibyra, voir Kearsley 1988, 43 sq.

217 Première asiarchie : IK-Ephesos, 234-35, 239, 1498. Sur la date, voir Diriger 1993, 140 n. 59, et Scherrer 1997b, 115 sq. Asiarque pour la troisième fois avant 113/114 : IK-Ephesos, 424-25. Néocore : IK-Ephesos, 237, 241, 424-25, 638, 4105. Prytane : IK-Ephesos, 425, 427, 638, vraisemblablement en 91/92 (Scherrer 1997b. 118). Grammateus vers 92/93 : IK-Ephesos, 508, 461. Gymnasiarque : IK-Ephesos, 638. Bibliothèque de Celsus : IK-Ephesos, 5101, 5113. Sur la conception d’ensemble de la bibliothèque et des édifices cités infra, voir Thür 1989, 135. Bonne vue d’ensemble dans Thür 1995b.

218 Plin., Ep., 6.31, avec le commentaire de Sherwin-White 1966, 392 sq. Campanile 1992.

219 IK-Ephesos, 424 A, datée de 102-114 ; Keil 1926, 271 sq. ; Alzinger 1970, 1605 sq. Sur la datation, voir Thür 1989, 134.

220 IK-Ephesos, 424 ; Miltner 1959, 326 sq. ; Alzinger 1970. 1607. Surmontant l’arrivée d’eau, alignée sur son axe, la statue colossale de Trajan présentait l’empereur comme le dispensateur de l’eau. Sur la symbolique des fontaines impériales, voir Glaser 1987, 123.

221 Exemples du coût des conduites d’eau antiques dans Eck 1987, part. 78 sq.

222 Conduite d’eau : IK-Ephesos, 424, 3217, 4105. Voir également Forchheimer 1923. Tombeau : Thür 1997c. Aux ve-vie siècles, le sarcophage se trouvait déjà à son emplacement actuel, à l’ouest de l’hérôon d’Androklos (ibid., 66 sep).

223 Sur la localisation (non encore définitivement assurée) d’Ortygie dans la vallée du Kenchrios (Degirmen Dere), à environ 15 km au sud d’Éphèse, voir Keil 1922-1924. Après la triodos, la rue tournait franchement à l’ouest, avant de filer à l’ouest juste derrière le Sérapieion.

224 IK-Ephesos, 422 A = Thür 1989, 71 (SEG, 39, 1185) ; Thür 1995c, 80.

225 Fragment de l’inscription de l’édifice : IK-Ephesos, 329 (3) = Thür 1989, 69 (SEG, 39, 1184).

226 IK-Ephesos, 422. Attribution correcte dans Thür 1989, 70 n. 4 et 23 n. 44. Sur la localisation du propylon, voir Thür 1995b, 87 sq.

227 Temple de Trajan/Hadrien : IK-Ephesos, 429 ; Wörrle 1973. Bains de Varius : IK-Ephesos, 455, 500. Nom : IK-Ephesos, 672. 1. 14, et 3080, 1. 15. Charges municipales, dons au peuple : IK-Ephesos, 712 B. Constructions : IK-Ephesos, 712 B, 986. Celsus figure en outre dans une liste encore inédite : Knibbe & Engelmann 1994, 24.

228 Inscription de la prêtresse d’Artémis Quintilia Varilla : IK-Ephesos, 986. Sur les liens familiaux possibles, voir Wörrle 1973, 475 n. 28.

229 Strocka 1988 (citation p. 299). L’auteur associe concrètement cette transformation à l’intervention des artisans qu’Aquila fit directement venir de Rome à Éphèse vers 112/113, après l’achèvement des grands travaux entrepris par Trajan. La bibliothèque de Celsus ferait ainsi figure de modèle, puisque le mélange du style romain et du style local se retrouve presque aussitôt dans le temple de Trajan dédié par Varius, et dans le Traianeum de Pergame. Sur ce problème, voir aussi Freyberger 1995, 214.

230 Smith 1998, part. 73 sq.

231 IK-Ephesos, 5101 (dédicace de l’édifice) ; 5113 (acte de fondation) ; Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 114 sq. (SEG, 34, 1092 – donation des phylai). Sur les deux sénateurs et leur origine, voir Groag 1918, 168 sq., 544 sq. ; Halfmann 1979, 11 sq., no 16 ; 133 no 37.

232 Thür 1989, part. 134 sq.

233 Sur le portique byzantin, voir Jobst 1983, 234 sq. Sur l’autel d’Artémis : Knibbe & Benda 1991. Fr. Hueber (1997a, 83 sq.) plaide pour l’auditorium ; cf. supra p. 53 sq.

234 Ami de proconsuls et de légats proconsulaires d’Asie : IK-Ephesos, 27, 1. 341-342, 376-377. Amicus optimus du proconsul en fonction quelques années plus tard : IK-Ephesos, 3027. Amicus du sénateur de Lycie M. Arruntius Claudianus : IK-Ephesos, 620.

235 IK-Ephesos, 27. Le premier commentaire de l’inscription, dû à R. Heberdey et al. (1912. 188 sq.), demeure fondamental. Importantes remarques sur le mode et le montant de la donation : Wörrle 1988, part. 20 sq., 152 sq, (le capital de 21 500 deniers n’a pas été versé ; la ville n’a touché que les intérêts). Cl. Schulte (1994) a eu raison de contester l’interprétation que G. M. Rogers (1991) donne des clauses de la donation – Rogers considérant que la procession répond au besoin d’opposer une identité éphésienne à l’influence romaine. L’origine non éphésienne de Salutaris suffit à rendre l’hypothèse invraisemblable. Mais l’interprétation de Cl. Schulte – existence d’un ordre social idéalisé et fictif à Éphèse, qui se refléterait dans la répartition de l’argent – est tout aussi contestable. L’évaluation du montant de la donation reste controversée : D. Knibbe et G. Langmann (1993, 31 n. 78) évoquent un “spectacle de Salutaris”, dont H. Engelmann (1995, 85) se refuse à admettre l’existence. Sur les statues et leur lieu d’exposition dans le théâtre, voir Gabelmann 1989, 368 sq.

236 Sur Lentulus, voir IK-Ephesos, 736,2031-2062,3046 (honneurs rendus par les fils d’un affranchi de Ti. Claudius Aristio) ; Devijver 1977, 864 sq., no 97. Dans l’hypothèse où il s’agirait réellement de frères, il faudrait expliquer leur appartenance à des tribus différentes.

237 IK-Ephesos, 680, 3048. Dans son inscription. Bassus donne Romae comme ungo. Sur les individus et leurs familles, voir l’étude approfondie de W. Eck (1993b).

238 H. Thür (1989, 135) explique la concentration des constructions dans les dernières années du règne de Trajan par une visite de l’empereur en 114, et par l’attente de son retour pendant sa campagne contre les Parthes.

239 IK-Smyrna, 594, avec le commentaire de G. Petzl ; IK-Smyrna, 697 ; sur les faveurs qu’Hadrien accorda à la ville de Smyrne, mentionnées par Philostrate et dans cette inscription, voir Winter 1996, 85 sq.

240 IK-Ephesos, 1210 ; sur la situation du ναóς, voir Knibbe 1981.58 sq., 103. Cette donation a peut-être suivi l’importante restauration du prytanée entreprise sous Trajan : cf. supra n. 209.

241 Knibbe et al. 1993, 122 sq., no 12 (AE, 1993, 1472).

242 IK-Ephesos, 428 ; Knibbe 1995b.

243 Sur les séjours d’Hadrien à Éphèse, voir Halfmann 1986, 191 sq. Éphèse détenait encore la première néocorie impériale de province sous le consulat de P. Afranius Flavianus, en 150/131 (IK-Ephesos. 430), la deuxième sous le proeonsulat de C. Iulius Alexander Berenicianus, en 132/133 (IK-Ephesos, 278). Une inscription encore inédite datant de 131 (Knibbe 1998b. 70) se rapporte manifestement à l’attribution de la néocorie.

244 Karwiese 1995b et 1995a. 186. Il est certain que la construction était commencée sous Hadrien : voir Beyll 1993. 6. et Karwiese et al. 1997, 12 sq. ; 1998. 17 sq. L’identité de l’Hadrianeion et de l’Olympieion d’Éphèse, contestée par Chr. P. Jones (1993, 149 sq.), est en réalité bien établie : voir désormais Scherrer 1999.

245 Sur ce sénateur, qui fut notamment quaestor de la province d’Achaïe, et proconsul de la province de Crète-Cyrénaïque en 161, voir PIR2, C 1044, et la nouvelle inscription éphésienne publiée dans Büyükkolanci & Engelmann 1991, 142 sq., no 9 (AE, 1991, 1504), qui mentionne également le proconsulat. Claudia Philippè, du dème athénien du Sounion, avait épousé un frère du sénateur en secondes noces. De son premier mariage avec Ti. Claudius Sospis de Mélitè. Philippè eut Ti. Claudius Demostratus, qui devint, sous Marc Aurèle, le célèbre opposant d’Hérode Atticus : voir Woloch 1973, 179 sq. Membres de la gens éphésienne dont les rapports de parenté avec le sénateur ne sont pas encore définis : Ti. Claudius Demostratus Caelianus, attesté sous les règnes de Trajan et d’Hadrien (IK-Ephesos, 278, 719, 1501, sans doute aussi 4101 A), vraisembablement fils du sénateur dont il était l’homonyme, et prêtre du collège des médecins éphésiens en 153/154 (Engelmann 1990, 89 sq. ; IK-Ephesos, 1162 ?) ; le prytane Ti. Claudius Demostratus Titianus (IK-Ephesos, 643. 1503 ?) ; le prytane C. Claudius Titianus Demostratus (IK-Ephesos, 1213).

246 Ameling 1983.I, 136 sq. ; Jones 1978, 100 sq. ; Tobin 1997, 35 sq.

247 IK-Ephesos, 21 1, 21 sq. : ἐξ[αιρέτως δὲ τὴν] ἡμετέραν πóλιν εἰς ἐπίδοσι[ν τοῦ ἀξιώματος] ἀγείωχεν, γενóμενος ἡμει[ν καθὄν τῆς σίας] ἡγεμóνευεν χρóνον, πολλῶ[v καὶ μεγίστων] ἀγαθῶν αἲτιος. L’éloge enthousiaste de l’empereur, malheureusement fragmentaire (Knibbe 1981-1982, 142, no 149), va dans le même sens. Cf. infra p. 124 sq.

248 Sur la gens des Gavii, originaire de Rome et établie à Éphèse, cf. p. 97 et n. 237. Le préfet du prétoire avait des liens familiaux avec l’Italie, et en particulier avec Firmum Picenum.

249 Kampmann 1996, 29 sq. Peu après 144, à cause d’une intervention de Smyrne, Éphèse perdit à nouveau la prôteia, et Pergame redevint πρώτη τῆς σιας, mais les nouvelles relations de la ville avec l’empereur n’eurent pas à en souffrir.

250 IK-Ephesos, 618 ; Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 126 sq. (SEG, 34, 1168).

251 IK-Ephesos, 661. Dionysios, fils de Neikophoros, se rattache à la fin du règne d’Hadrien ou au début de la période antonine par une liste de Courètes (IK-Ephesos, 1034, 1. 9). La titulature d’Éphèse en vigueur dans IK-Ephesos, 661, réduit la fourchette chronologique à 138-144 environ.

252 Pontianus : IK-Ephesos, 690. Photinus : IK-Ephesos, 852. La mère de Pontianus, Hordeonia Paulina, descendait sans nul doute de la gens Hordeonia, originaire de Pouzzoles ; son père appartenait à la tribu Falerna de Pouzzoles (IK-Ephesos, 981).

253 Sur les derniers sondages, voir les rapports de fouilles publiés dans les JÖAI depuis 1991-1992. Sur l’attribution au règne de Domitien, cf. supra p. 60 sq. Sur la datation des chapiteaux, voir Strocka 1988, 302.

254 Strocka 1988, 302 (attribution à la fin du règne d’Hadrien d’après la forme des chapiteaux composites et des fragments de corniches). Cf. Alzinger 1970. 1610 sq. Sur la dénomination de l’édifice, voir Scherrer 1995d, 14, avec renvoi à IK-Ephesos, 1104, 1155.

255 Scherrer 1995d, 9 et n. 42 ; cf. infra n. 277.

256 Sur la porte sud, cf. infra p. 117 et n. 305. Sur la porte médiane, sise à l’extrémité de’“Acadiane”, et sur la porte nord, voir Wilberg & Niemann 1923, 189 sq., 214 sq. Les datations oscillent entre le début de la période hellénistique et le règne d’Hadrien pour la porte médiane, entre 200 environ et l’époque de Caracalla (au plus tôt) pour la porte sud : voir Alzinger 1970, 1597, 1599 sq. ; Oberleitner et al. 1978, 60 sq. ; Zabehlicky 1995a, 203. Ni l’inscription de la porte sud ni celle de la porte nord ne nous renseigne sur la date d’édification. Les nouvelles éludes du décor architectural qui seront menées après le ravalement réalisé en 1995 livreront peut-être des informations plus sûres : voir Karwiese et al. 1996, 31 sq. Les fouilles modernes n’ont livré aucun résultat étayé par la stratigraphie, ainsi que Peter Scherrer me l’a confirmé. Sur l’édifice qui précéda l’“Arcadiane”, voir Schneider 1999.

257 Sur les Vedii d’Éphèse, voir désormais Fontani 1996. Cursus honorum de P. Vedius Antoninus : IK-Ephesos, 728. Prytane en 96/99 : IK-Ephesos, 1016. Grammateus du peuple pour la deuxième fois en 117/118 : IK-Ephesos, 429. Mentionné, sans que sa fonction ne soit identifiable, dans une liste de décrets du Conseil relatifs aux travaux de restauration prévus dans l’Artémision : IK-Ephesos, 1384. Grand-père du “testateur” : IK-Ephesos, 725, cf. infra.

258 Avant leur adoption, soit entre 123 et 136, M. Claudius Sabinus et son fils M. Claudius Phaedrus financèrent une statue en l’honneur de l’impératrice Sabine : IK-Ephesos, 4108. Mention d’un M. Claudius Sabinus, ἀρχιερεὺς τῆς σίας et γραμματεὺς τοῦ δήμου, et de son fils M. Claudius Proculus, ἣρως : Knibbe et al. 1989, 174, no 7 (AE. 1990, 911). S’agit-il en l’occurrence du père ou du fils adopté par P. Vedius P.f. Quir. Antoninus ? il n’est pas encore possible d’en décider. Cf. Fontani 1996, 230 n. 18.

259 “Cursus” : IK-Ephesos, 728. Il faut vraisemblablement identifier M. Claudius P. Vedius Antoninus Sabinus au chevalier P. Vedius Antoninus, qu’une inscription postérieure à 132 présente comme praefectus cohortis et trib. mil. leg. I Italicae : IK-Ephesos, 726, 726 A. Entre 140 et 144, P. Vedius Antoninus est cité comme grammateus dans la réponse qu’Antonin le Pieux adressa Éphésiens, qui s’étaient plaints de voir Smyrne bafouer la titulature reconnue à leur ville : IK-Ephesos, 1489-1490 ; Oliver 1989, 293 sq., no 135 A-B. E. Fontani (1996) suppose qu’Antoninus participa à l’action diplomatique de la ville au titre d’ambassadeur. Pendant le grammateia de Vedius, la ville entreprit des réparations dans le théâtre : IK-Ephesos 2039. Vedius embellit la ville par les constructions qu’il finança : IK-Ephesos, 728, 2064. Il obtint que l’on accordât des honneurs à des personnages haut placés : IK-Ephesos, 697 B, 3035. Mentionné dans la généalogie de son fils et de son petit-fils : IK-Ephesos, 725, 732, 4110. Son épouse, Ofellia Phaedrina, précocement disparue semble-t-il (IK-Ephesos, 3078), descendait peut-être d’une famille d’asiarques : IK-Ephesos, 700.

260 Gymnase : IK-Ephesos, 431, 438 (date : 146/147) ; Alzinger 1970, 1615 sq.

261 IK-Ephesos, 141-193 (Oliver 1989, 300 sq., no 138-40. Sur l’épangélie et le rôle des autorités romaines dans les donations privées, voir Wörrle 1988, part. 22 sq., 172 sq. Sur la concurrence entre les édifices et les concours comme manifestations de la munificence privée, voir Mitchell 1990, 189 sq.

262 Scherrer 1995d, 14 ; Dillon 1996, 261 sq. ; Smith 1998. Sur le “gymnase est”, voir Keil 1932, 25 sq., et 1933, 6 sq. ; Alzinger 1970, 1613 sq. Le fragment de l’inscription gravée sur l’entablement du portique de la palestre (Keil 1932, 31, fig. 15 = IK-Ephesos, 439) n’admet pas la restitution [---μετὰ Oὐηδρίας Φαιδρεί]νης ντω[νείης---], car l’épouse du sophiste Damianos, dont il serait question, ne portait pas le deuxième cognomen d’Antonina, comme Fabien vu S. Dillon (1996, 272 n. 39).

263 Pour quelques exemples de différends possibles, dont les inscriptions font rarement mention, voir Lek 1997c, 324 sq.

264 Mur : IK-Ephesos, 460 ; Alzinger 1970, 1629 sq. Statues : IK-Ephesos, 285 A. 1505. Lettres de l’empereur : cf. n. 261. Inscription inédite en l’honneur d’Antonin le Pieux : Knibbe 1998b, 69 sq.

265 Mention du T. Flavius Papianus, petit-fils de P. Vedius Antoninus τοῦ κατασκευάσντος τò ἔργον : IK-Ephesos. 676 A.

266 IK-Ephesos, 41 10. En dehors de cette inscription, seule la généalogie de son petit-fils (le “testateur”) définit Vedius Phaedrus comme συγκλητικóς : IK-Ephesos. 732. Mention de sa première épouse. Valeria Lepida, honorée en tant que mère de son fils, le “testateur” : IK-Ephesos, 3076, 2066. Mentions de sa seconde épouse, Flavia Papiana : IK-Ephesos, 729 (archiereia et fille d’archiereis) ; 3077 (belle-mère du “testateur”) ; 2067 (honneurs rendus à un asiarque). Mentions d’Antoninus dans la généalogie de son petit-fils : IK-Ephesos, 676 A, 3081.

267 ὁ κράτιστος. συγκλητικóς, testateur : IK-Ephesos. 731 : Knibbe 1981-1982, 125, no 123 (SEG, 33, 939). Honneurs rendus à ses ancêtres en ligne maternelle : IK-Ephesos. 2066, 3076-3078. Mentionné dans la généalogie de son petit-neveu : IK-Ephesos 678. Dans celle de sa nièce : IK-Ephesos 3081. Dans celle de son grand-père : IK-Ephesos 725. Agonothete διὰ βίου καί γένους des Hadrianeia : IK-Ephesos, 730. Prytane : IK-Ephesos, 502. Mentionne dans la liste de donateurs du règne de Commode : IK-Ephesos, 47 1. 8 = Knibbe 1981, B 54, κτίστης τῆς πάτριδος : Knibbe 1981-82, 125, no 123 (SEG, 33, 939) ; IK-Ephesos, 727, 3075, 3079.

268 Mention de Vedia Phaedrina en tant qu’épouse du sophiste : IK-Ephesos, 2100 (tombeau commun, cf. Koenigs & Radt 1979). Mentionnée dans la généalogie de Flavia Phaedrina : IK-Ephesos, 3081. Prytane : IK-Ephesos, 733. Mentionnée avec scs deux fils sous le règne de Commode : IK-Ephesos, 47,1.9-12 = Knibbe 1981, B 54. Sur sa descendance, voir Halfmann 1982, 629.

269 Sur Damianos, voir Knibbe & Langmann 1993, 56 sq., avec notice bibliographique.

270 IK-Ephesos, 672, 3080. L’année de sa grammateia se déduit d’IK-Ephesos, 811. La statue de femme assise découverte dans la salle, statue retravaillée en “scholastikia” au ive siècle, date de cette époque : voir Strocka 1985.

271 Thür 1999a, 163 sq. Selon D. Knibbe (1995a, 12), la construction de la stoa ne témoigne pas de la satisfaction d’un désir de luxe accru, mais plutôt – compte tenu des inondations répétées – de la nécessité urgente qu’il y avait à maintenir la communication entre la ville et le sanctuaire par temps de pluie.

272 H. Engelmann (1995) s’appuie sur le texte de Philostrate pour attribuer les branches de la stoa à deux phases de construction différentes ; les fouilleurs soulignent au contraire la conception unitaire de la réalisation DD. Knibbe, Via Ephesiaca III, resté inédit depuis 2001].

273 Heberdey 1912, 173 sq. J. Keil (1922-1924, 117 sq.) attire l’attention sur une monnaie frappée sous Antonin le Pieux, qui figure une nymphe des sources versant de l’eau dans un vase tenu par le Marnas. Il pourrait s’agir d’une allusion à la nouvelle conduite du Marnas (IK-Ephesos, 1530) : les travaux furent dirigés par Claudius Diogenes, qu’une inscription situe également sous les règnes d’Hadrien et d’Antonin (IK-Ephesos, 810). L’inscription fragmentaire de l’aile est (IK-Ephesos, 414) est dédiée à Artémis et à un empereur inconnu, que J. Keil (1922-1924) attribue à la même époque d’après la paléographie ; elle précise que le nymphée était approvisionné par le Marnas. W. Alzinger (1970, 1606) laisse la datation des phases de construction du nymphée ouverte. Il est certain que la conduite d’eau provenant de la région du Kenchrios desservait la ville d’Éphèse : elle avait donc une inclinaison sud-nord (communication orale de H. Thür et P. Scherrer) ; W. Alzinger (1987, 184) lui prête erronément une inclinaison contraire.

274 P. Vedius Antoninus, le “fils adoptif” gymnasiarque ἐν ταῖς ἐπιδημίαις de L. Verus : IK-Ephesos. 728. Vedius Gaius, grammateus lors d’une au moins des deux visites de L. Verus à Éphèse : IK-Ephesos. 3072. Dons de céréales par Damianos : IK-Ephesos. 672, 3080 ; Alföldy & Halfmann 1979, 210.

275 Jobst 1983, 225 sq. et 1985b ; Ganschow 1986, 209 sq. ; Knibbe & Benda 1991. Sur la localisation, voir en outre Engelmann 1993b, 110. Fr. Hueber (1997a, 90) plaide pour l’Olympieion. Le matériau utilisé pour le monument n’était pas un marbre local, mais de la dolomite provenant l’île de Thasos : voir Oberleitner 1995, 39 n. 4.

276 SHA, 5.2.10 : amavit venatus, palaestras et omnia exercitia iuventutis ; 6.9 : ille in Apulia venabatur ; Cass. Dio. 71.1.3 : ὁ δὲ Αούκιος ἔρρωτó τε καὶ νεώτερος ᾗν, τοῖς στρατιωτικοῖς τε ἔροις καταλληλóτερος.

277 Ce grand édifice, situé en un lieu remarquable de la ville, n’a malheureusement pas encore été étudié dans sa totalité ; voir les rapports de fouilles de J. Keil (1929, 1930, 1932) et Alzinger 1970, 1611 sq. Sur l’identification avec le gymnase de la Gérousia, attesté sous le règne de Tibère, et sur les deux états de l’édifice, voir Scherrer 1995d, 9 et n. 42 ; cf. supra n. 105.

Table des illustrations

Légende Fig. 13 : Éphèse à l’époque de Trajan et d’Hadrien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 14 : Éphèse, partie basse de la “rue des Courètes” dans le secteur du nymphée de Trajan.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10367/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 15 : Éphèse, restitution du nymphée de Trajan.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10367/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 16 : Éphèse, partie basse de lu “rue des Courètes”.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10367/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 17 : Éphèse, disposition architecturale de la bibliothèque de Celsusa. Plan (ci-dessus),b. Restitution (ci-contre).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10367/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10367/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 18 : Éphèse à l’époque antonine.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10367/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 19 : Éphèse, Essai de restitution de la stoa de Damianos.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10367/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search