Version classiqueVersion mobile

Éphèse et Pergame

 | 
Helmut Halfmann

Chapitre III. Pergame au iie siècle

Texte intégral

Trajan

  • 148 Habicht 1969, 80 sq., no 36. Des descendants de la famille sont encore connus au iie siècle. Sur de (...)
  • 149 Tac., Ann., 15.45.2 ; 16, 23. I ; D. Chr. 31.148-149 ; Plut., Mor., 815D. Weisser 1995. Je remercie (...)
  • 150 Habicht 1969,7 sq., qui attire l’attention sur l’origine pergaménienne de l’échanson de Domitien, F (...)
  • 151 Les témoignages relatifs à C. Antius A. Iulius Quadratus ont été réunis dans Halfmann 1979, 112 sq. (...)
  • 152 Sur les propriétés foncières : TAM, V.l, 71 et 245 ; MAMA, I, 24, avec le commentaire de P. Herrman (...)
  • 153 Voir plus haut p. 30 ; Ohlemutz 1940, 109.
  • 154 SNG v. Aulock 1396 ; Weisser 1995. Je dois à H. Müller (Munich) d’avoir été informé sur les fragmen (...)

1Pendant toute cette période du ier siècle p.C., il régna à Pergame une stagnation de l’urbanisme à laquelle, dans les sources, correspond l’extrême rareté des témoignages de l’initiative publique sous la forme de fondations. Un agôn fut fondé dans l’Asklépieion pour la maison impériale et ainsi redonna vie au sanctuaire, très vraisemblablement sous Tibère, en tout cas pas avant son avènement et sans doute après le tremblement de terre de 17 p.C. Un certain Dèmètrios Milatès, prêtre à vie du culte impérial, qui reçut (lui ou son fils ?) le droit de citoyenneté romaine de l’empereur Claude, figure comme donateur de l’agôn148. Sous Néron, Pergame fut avec Athènes la victime la plus célèbre de la cupidité impériale en matière d’œuvres d’art. Les Pergaméniens s’étaient attirés la colère de Néron en raison de leur résistance à l’affranchi Acratus, avec comme conséquence l’interdiction de frapper monnaie, de l’année 59 au plus tard jusqu’à l’époque de Domitien149. Cet état de fait s’acheva cependant brutalement au tournant du ier siècle p.C. : une véritable explosion de construction monumentale se produisit sous Trajan, allant jusqu’à une réorganisation de la ville, alors qu’à Ephèse, après les efforts de la période de Domitien, on assista à des fondations d’édifices certes continues mais néanmoins plus modestes (voir infra p. 87). Déjà, pour l’époque de Domitien, Chr. Habicht a pu repérer dans le cas de l’Asklépieion, sortant de son sommeil de Belle au bois dormant, des signes indiscutables d’un certain essor du sanctuaire, confortés par les découvertes archéologiques. Une évolution du besoin religieux vers une relation personnelle intérieure avec la divinité créa les conditions idéologiques appropriées. De hauts personnages natifs de Pergame et proches du dernier Flavien attirèrent l’attention de l’empereur spécifiquement sur la ville150. Si déjà nous avons plusieurs fois évoqué l’importance de l’empereur lui-même et des personnalités qui en tant qu’“intermédiaires” agissaient comme moteur de la vie publique, notamment des grandes villes provinciales, l’essor de Pergame est aussi inséparable du nom d’un citoyen de la ville, C. Antius A. Iulius Quadratus. Descendant d’une alliance matrimoniale de l’aristocratie royale galate et pergaménienne, possédant de riches propriétés en Lydie et en Phrygie, il fut introduit au Sénat par Vespasien et en 94, sous Domitien, devint consul suffect. Mais c’est Trajan qui l’honora d’une manière particulière avec le gouvernement de la Syrie, un deuxième consulat régulier (105) et le proconsulat d’Asie151. Deux générations plus tard, Aelius Aristide prononça un discours d’anniversaire à l’intention d’un jeune descendant de la famille et à cette occasion, souligna le rôle de Quadratus pour Pergame. Selon ses dires (Or., 30.8 sq. 203 sq. Keil), la famille de Quadratus n’habitait pas à Pergame lorsque la ville se trouvait être à l’état de ruine. Néanmoins, cette famille répondit à l’appel du dieu (Asklépios) de reconstruire cette ville, où ses ancêtres avaient vécu. Aristide ne dit rien quant à l’origine de la famille de Quadratus. La documentation extérieure à Pergame indique néanmoins la zone lydo-phrygienne, où la famille vivait peut-être sur les propriétés rurales héritées de ses ancêtres royaux, ce qui pourrait expliquer l’absence complète de traces de la famille à Pergame pendant les premières années du principat152. L’affirmation, certes enjolivée par la rhétorique mais confortant les trouvailles archéologiques et épigraphiques, est d’autant plus évidente que Pergame s’étiolait à l’époque précédant le retour de Quadratus, et que c’est Quadratus qui arracha la ville à son agonie. Si, selon Aristide, d’autres familles appartenaient à la ville, la ville dans son ensemble appartenait à sa famille, ainsi que le prouvent les bâtiments publics, théâtres, places publiques pour les assemblées du peuple et tout autre lieu décoré par Quadratus. Une autre preuve infaillible de l’illustre filiation royale est l’exercice de la prêtrise de Dionysos Kathègémôn, transmise par voie héréditaire dans la famille de Quadratus. Il a déjà été dit que le culte de Dionysos à Pergame avait été un culte familial des Attalides et que ses prêtres étaient issus de la famille royale. La personne de Quadratus continuerait cette tradition à la suite du Mithridatès de l’époque césarienne et renforcerait encore au iie siècle p.C. la puissance déterminante de l’héritage attalide153. Après la reprise des émissions monétaires sous Domitien, c’est Iulius Quadratus, seul, qui est désigné comme proconsul d’Asie sur les monnaies pergaméniennes. L’image de Dionysos apparaît pour la première fois mise en relief grâce au diamètre plus grand de la pièce de l’émission de Quadratus ; le nom et le motif honorent donc en lui le Fils de la Ville et la tradition attalide qu’il personnifiait. Le chiffre de déjà plus de 40 inscriptions honorifiques connues augmente à vue d’œil et, outre les témoignages cités plus haut, donne l’impression d’une véritable position monarchique de cet homme dans sa patrie, qui éclipse tout ce qui pourrait être comparable chez les bienfaiteurs originaires d’Éphèse154.

  • 155 Habicht 1969, 43 sq., no 21, avec commentaire : 1. 21 sq. : ἄvδρα εὐγενη καὶ ἐκ [βασιλέων τò γένος] (...)
  • 156 Voir également Birley 1997b. 227 sq. et n. 136. On pourrait toutefois identifier Iulius Bassus, sén (...)

2Un deuxième pergaménien de souche royale doit être mentionné au côté de Quadratus : C. Iulius Quadratus Bassus, consul suffect en 105 et l’un des plus grands généraux de Trajan, à qui, après sa mort, fut érigé à Pergame sur ordre d’Hadrien un monument funéraire (μνῆμα) aux frais du fiscus155. Le lieu où les ancêtres de ces sénateurs demeuraient pendant les premières années du principat et la nature de leurs activités restent un mystère dans le cas des deux Quadrati156. Le clan familial était peut-être tombé en disgrâce après la provincialisation du royaume galate sous Auguste et ses successeurs, et n’eut l’occasion de retrouver son ancienne position politique et sociale qu’avec l’accession au pouvoir de la dynastie flavienne.

  • 157 Habicht 1969, 154 sq., no 157 ; Ziegenaus 1970, 188 sq. : Radt 1999, 226 sq. La chronologie relativ (...)
  • 158 Ehrhardt & Weiss 1995, part. 342 sq. (AE, 1995, 1498).

3Dès les premières années du règne de Trajan (avant 105), une voie qui dès l’époque hellénistique, conduisait de la ville jusqu’au sanctuaire d’Asklépios fut complétée sur une longueur de un kilomètre par une voie parallèle recouverte de voûtes d’arctes, que l’on désigne sous le nom de via tecta (fig. 12, no 1), qui se transformait en rue à colonnade dans ses 150 derniers mètres (fig. 12, no 3). La petite place située à cet endroit de transition fut ornée d’une porte (fig. 12, no 2), datée par une inscription de ces mêmes années. A ma connaissance, cette inscription constitue pour Pergame le seul document montrant le Conseil et le peuple comme commanditaires d’un édifice ; la construction de la porte suppose l’exécution simultanée de la voie157. L’empereur lui-même lit exécuter par l’intermédiaire de son consul et des légats de ce dernier une construction semblable, et au même moment (101/102), entre Milet et Didymes. En raison de l’état des sources, il est malheureusement impossible d’éclaircir les circonstances de ce nouvel aménagement de voie à Pergame, par contraste avec Milet, où, sur ce sujet, de nouveaux documents épigraphiques ont été récemment mis au jour. Il n’est pas non plus possible de savoir s’il s’agit ici d’une réaction au privilège accordé par Trajan, et attesté par les sources, au sanctuaire de Didymes, du fait que l’Apollon de Didymes avait prédit le pouvoir à Trajan158, alors que l’Asklépieion bénéficiait de la faveur particulière d’Hadrien et de la sorte éclipsait le Didymeion comme centre d’attraction religieux.

  • 159 Schazmann 1923,46 sq. (portique) ; 84 sq. (thermes est).
  • 160 Inscription de l’architrave : IPergamon, 553 (IGRR, IV, 501) ; voir également Jacobstahl 1908, 412 (...)
  • 161 En dehors de l’inscription de l’architrave citée n. 160, Lupianus apparaît sur l’inscription dédiée (...)
  • 162 IPergamon, 466. Il s’agit de la salle F des thermes est (fig. 5, no 7) : Sehazmann 1923, 55 sq. ; R (...)
  • 163 Hepding 1910, 472, no 58 (où il est question des “empereurs”. 1. 7) et 59. Il s’agit peut-être du S (...)

4Le plus précoce des projets de grands travaux de réaménagement et d’agrandissement de l’époque de Trajan ne fut pas réalisé dans un sanctuaire, mais dans un lieu de divertissement, le grand gymnase hellénistique des Neoi sur la terrasse supérieure (fig. 4-5). Apparut ainsi d’une part un portique à deux étages d’ordre corinthien entourant la palestre (fig. 5, no 6), qui reçut un revêtement de marbre et remplaça une construction plus ancienne d’ordre dorique réalisée en andésite, et d’autre part, à l’est des bâtiments précédents, de nouveaux thermes (fig. 5. no 9)159. L’architrave du portique a conservé certains noms des donateurs qui ont contribué à l’extension des thermes, ainsi que les sommes correspondantes. Avec raison, Max Frankel suppose que, derrière le donateur le plus généreux (avec un montant de 70 000 drachmes) dont le nom est inconnu, se cache A. Iulius Quadratus, qui avait repris la gymnasiarchie à vie de ce gymnase et portait ainsi une éminente responsabilité financière160. Un autre donateur important, Claudius Lupianus, dépassant le stade des fonctions municipales (prytanie), avait déjà accédé à l’ordre équestre et avait servi comme tribun d’une légion stationnée en Égypte. Ses services rendus à sa ville natale durent être en réalité beaucoup plus importants qu’il n’est jusqu’ici attesté, car, en tant que κτίστης il fut après sa mort honoré comme héros, ainsi que son fils Ti. Claudius Paulinus, membre entre 129 et 137 du très élitiste collège des Hymnodes du temple néocore dédié à Auguste et à Rome161. Un Ti. Claudius Vetus est enfin nommé sur l’architrave. Une inscription honorifique provenant vraisemblablement du gymnase consigne la carrière municipale de ce dernier et l’honore en tant que klistès (fondateur) de l’aleipterion, une salle réservée aux onctions d’huile, qui faisait partie intégrante des nouveaux thermes orientaux162. Une base de colonne trouvée dans les thermes orientaux cite nommément un troisième donateur connu, Iulius Sextus, νεòς ρως et κτίστης στοᾶς. L’état fragmentaire de l’inscription ne permet plus d’identifier dans leur totalité les fonctions et honneurs de ce personnage163.

  • 164 Hepding 1907, 327 sq.,no 58-61 (IGRR, IV, 445-46) ; Devijver 1976, no 84.
  • 165 Quadratus : Hepding 1907, 337 sq., no 67 (IGRR, IV, 376). Capitolina : ibid., 335 sq., no 66 (IGRR, (...)
  • 166 Schazmann 1923,61 sq. ; Radt 1999, 127 sq.

5En fonction de ces sources, l’embellissement architectural de la terrasse supérieure du gymnase a donc été financé, pour la plus grande partie, pour ne pas dire exclusivement, par plusieurs particuliers fortunés, en l’occurrence des Pergaméniens de naissance. A l’inverse d’Éphèse sous Domitien, l’ensemble des sources jusqu’ici mises à notre disposition n’a pas une seule fois mentionné la ville comme commanditaire d’édifices dans ce secteur. L’importance accrue du gymnase des Neoi n’est pas seulement illustrée par les noms illustres des bailleurs de fonds, mais également par celui d’autres Pergaméniens célèbres. Les inscriptions affichées au gymnase nous livrent le nom des deux seuls officiers de rang équestre originaires de Pergame attestés aux ier et iie siècles : il s’agit de Claudius Lupianus, cité plus haut, et de C. Iulius Maximus164 (les inscriptions honorifiques pour les deux chevaliers attestés pour l’époque sévérienne furent placées, ce qui est typique de cette période, dans l’Asklépieion). De la même manière, ont été honorés dans le gymnase A. Iulius Quadratus, la βασίλισσα Claudia Capitolina, fille du Ti. Claudius Balbillus déjà cité et épouse en secondes noces d’un praefectus Aegypti, le νέος ρως C. lulius Pulcher, fils d’un archiereus, les fils d’un archiereus et gymnasiarque T. Flavius Menophantus, C. lulius Flavianus ρως et T. Flavius Florus165. Le surcroît d’intérêt pour le gymnase et ses activités eut pour correspondant, dans l’angle nord-ouest de la terrasse supérieure, à côté des nouveaux thermes, la construction entièrement nouvelle, sur l’emplacement de salles anciennes, d’un odéon abritant environ 1 000 spectateurs (fig. 5, no 5), mais dont le nom du commanditaire, en raison de l’absence d’inscriptions, ne nous a pas encore été révélé166.

  • 167 Sur la conduite du Madradag, voir Garbrecht 1987, 31 sq.

6Le besoin en eau considérablement accru à la suite de l’augmentation de l’activité du gymnase fut satisfait par une nouvelle adduction venant du nord, des monts du Madradag. C’est seulement à cette date que la ville fut ornée de ce monument typiquement romain et symbolisant “le pouvoir”, un aqueduc, alors qu’Éphèse en avait disposé dès l’époque d’Auguste, grâce à la générosité d’un Éphésien originaire d’Italie (voir p. 40 sq.). A Pergame, la construction d’un aqueduc intervint certes plus tard, mais elle lit exploser toutes les proportions jusque-là connues en Asie Mineure : la partie la plus imposante avec ses trois étages, ses 700 m de longueur et 30 m de hauteur, appartenait aux constructions les plus grandioses de ce genre dans tout l’imperium Romanum167 et elle ligure au premier rang du gigantesque programme de construction qui transforma Pergame en une “ville romaine” à l’époque de Trajan et d’Hadrien.

  • 168 Radt 1999, 213. Sur le Traiancum, voir Stiller 1895 ; bibliographie supplémentaire dans Price 1984, (...)
  • 169 IPergamon, 269 (IGRR, IV. 336), cf. Oliver 1989, 141 sq., no 49 : Ohlemutz 1940, 79 sq. ; Magie 195 (...)
  • 170 Hypothèse plausible de Birley 1997a, 166.
  • 171 Cette inscription inédite en l’honneur d’Hadrien (avant 129), que j’ai pu voir en 1991, est due à A (...)

7Sous Trajan, l’activité de construction à Pergame, que l’on peut déjà qualifier d’intense par rapport à celle des deux siècles précédents, fut éclipsée par un autre bâtiment dominant la ville par sa situation et ses dimensions. La faveur particulière de l’empereur à l’égard de la ville se manifesta sous la forme du plus grand honneur dont pouvait être gratifiée une ville provinciale, celui d’avoir le droit d’ériger un deuxième temple provincial du culte impérial (fig. 2 et 11, no 1). En 113/114, Pergame fut la première ville d’Asie Mineure à réaliser un tel édifice. A l’inverse d’Auguste, qui partageait ses lieux de culte avec une autre divinité importante et de la sorte dissimulait sa présence, Trajan reçut au côté de Zeus Philios son lieu de culte primordial sur l’acropole, premier et unique nouvel édifice monumental depuis la période des Attalides – “à un endroit à la vue de tous... tout simplement idéal pour l’érection d’un tel monument de pouvoir et de propagande de l’imperium romain. A aucun autre endroit de l’acropole on ne pouvait compter pour ce temple sur un effet plus spectaculaire”168. Des travaux de terrassement difficiles furent nécessaires pour aménager un plateau de 70 mètres sur 65 pour la cour et les portiques entourant le temple. Des constructions de soutènement à ancrage profond, prenant la forme de structures voûtées, bloquaient la partie antérieure du plateau et étaient revêtues d’un “mur écran” haut de 23 mètres, ce qui pour l’observateur situé en contrebas amplifiait la puissance monumentale du dispositif. Une foule de documents épigraphiques atteste expréssement l’intervention d’A. Iulius Quadratus dans le cas du Traianeum. Dans l’acte composé de quatre correspondances différentes qui a été conservé par fragments,Trajan définit Quadratus comme son amicus, qui a pris à sa charge les frais de l’agôn pentétérique nouvellement institué, des Traianeia Deiphilia qui avaient rang l’agôn isélastique169. La majorité de ses (au moins) quarante inscriptions trouvées à Pergame avaient été exposées dans le secteur du Traianeum. Elle montrent ainsi que, grâce à l’influence déterminante de Quadratus sur l’empereur, la deuxième nécorie impériale fut installée à Pergame et que, sans aucun doute. Quadratus contribua au financement de ce coûteux monument. L’amicitia entre l’empereur et Quadratus, attestée épigraphiquement, est élevée au rang d’élément théophore dans l’epitheton de Zeus Philios, vénéré dans le temple en compagnie de Trajan170. Avec des adjonctions certainement non prévues à l’origine comme les portiques latéraux et les bâtiments latéraux est et ouest, les contemporains ne virent l’achèvement du téménos que sous Hadrien, le successeur de Trajan. C’est une hypothèse vraisemblable que le fils homonyme de Quadratus, A. Iulius Quadratus, qui est connu depuis peu et dont l’inscription a été trouvée dans le Traianeum. ait eu part à l’achèvement de la construction171.

  • 172 Pulchra : IPergamon, 292 (IGRR, IV. 276). Poseidippos : IPergamon 293 (IGRR, IV. 340). Les bains on (...)

8A Pergame, comme en son temps à Ephèse, il semble que le bâti environnant le temple dédié à l’empereur ait été adapté à l’éclat du nouveau dispositif cultuel par des travaux de rénovation et de nouvelles constructions, observables dans la zone de la ville haute, plus précisément dans le secteur du sanctuaire d’Athéna. Dans le cas de l’une des donatrices, lulia Pulchra, il s’agit sans doute de la fille d’un grand prêtre provincial du même nom et de la sœur du personnage honoré dans le secteur du gymnase des Neoi. Le bâtiment est ainsi à rattacher à l’époque de Trajan. Un certain Poseidippos, inconnu par ailleurs, finança un petit édifice semicirculaire dans les premières années du règne d’Hadrien. Le nouvel édifice de bains au sudouest de l’agora supérieure (fig. 2, no 7) et le revêtement en marbre de la porte située à l’extrémité méridionale de la terrasse (fig. 2, no 6) doivent certainement être considérés comme parties intégrantes d’un “programme d’embellissement” dans le contexte de l’édification du Traianeum172.

  • 173 Hoepfner 1990, 282 sq. : Wulf 1994. 166 sq.
  • 174 Dörpfeld 1907, 232 sq., 237 : “A l’époque romaine, il y avait à Pergame suffisamment d’hommes dont (...)

9Le nouveau temple provincial dédié au culte impérial acquit d’ailleurs pour la nouvelle “ville romaine” créée aux pieds de l’acropole une importance infiniment plus grande. Ainsi que l’ont montré d’abord W. Hoepfner, puis dernièrement U. Wulf173, le Traianeum fut en effet inclus dans un plan d’urbanisme cohérent de la ville basse d’époque romaine, avec un système de voies orthogonales, en forme de grille (fig. 11). La situation du Traianeum – imposée par la nature – a de son côté très vraisemblablement déterminé l’orientation orthogonale des rues et exprimé d’une manière symbolique la volonté impériale et le pouvoir souverain de planification urbaine systématique. U. Wulf voit avec raison dans l’axe du Traianeum une artère principale de la nouvelle ville ; l’axe situé à l’est passe en direction du nord exactement au niveau du temple d’Athéna, et, vers le sud, au niveau de l’entrée du Maltepe (fig. 11, no 11), un tumulus, qui, aujourd’hui, ne présente pas la moindre ruine, mais qui est daté de l’époque romaine et porta un monument funéraire ou honorifique174. Au regard du tracé des rues, homogène et délibérément planifié, la conjecture la plus vraisemblable est de supposer qu’une sépulture d’envergure intégrée dans la physionomie générale de la ville romaine était destinée au citoyen le plus en vue de la ville, C. Antius A. Iulius Quadratus, à qui Pergame devait l’essor de son urbanisme sous Trajan.

  • 175 Radi 1999, 265 : Habicht 1969, 154, no 157. Sur les questions archéologiques, voir Wulf 1994, 156 s (...)
  • 176 Gal. 10, p. 909 (Kühn). Sur le septième gymnase, voir Habicht 1969, 83.

10Projet et phase de construction du Traianeum constituent par conséquent un terminus post quem pour la conception et le début des travaux de la ville basse de Pergame. Si l’on relie cette constatation aux éloges prononcés par Aristide, la césure de la construction urbaine dont il fait mention, ainsi que le rôle joué à cette occasion par Iulius Quadratus, n’est compréhensible qu’à partir de la fondation de la ville basse d’époque romaine. Cette dernière, en tant que nouveau centre d’habitat, fut dotée, peut-être déjà sous Trajan mais de manière certaine sous Hadrien, d’édifices publics adaptés à la taille et à l’importance de la ville. Étant donné que ces bâtiments se trouvent exactement sous la vieille ville de l’actuelle Bergama, à de rares exceptions près ils ont disparu ou sont toujours enfouis sous terre. Bien qu’ayant été utilisées comme carrière pendant des siècles, les ruines encore visibles aujourd’hui dominent toujours la silhouette de la ville, témoins impressionnants de l’architecture monumentale romaine. Toutes les constructions, ainsi que la totalité de la ville basse, n’ont été étudiées que de manière superficielle et incomplète. Une partie des anciens relevés des bâtiments n’est toujours pas publiée, les inscriptions correspondant aux constructions n’ont pas été conservées, de sorte que les détails des donations et du financement demeurent dans l’ombre. Les archéologues restent donc très prudents pour la datation et l’identification des bâtiments. La planification unitaire des grands édifices situés dans la ville basse a été cependant reconnue dès le départ et attribuée à un progamme de construction limité dans le temps. On remarque dans ce contexte l’ordonnancement orthogonal des constructions que U. Wulf (voir n. 173) a pu insérer dans une trame urbaine conforme au plan prévu et concordant avec la position du Traianeum. Indépendamment de ces considérations, la via tecta (Viran Kapi) incluse dans l’aile méridionale du théâtre, réalisée dans les premières années du règne de Trajan (voir supra p. 68-66) et qui fut prise en compte dans la construction du nouveau théâtre, a toujours constitué un terminus post quem pour ce dernier175. La ville a ensuite reçu sous Trajan un septième gymnase. Ce premier gymnase créé depuis Auguste est daté de façon sûre des premières années du règne d’Hadrien. Il doit sans l’ombre d’un doute être identifié avec le gymnase de Trajan mentionné par Galien (τò το Tραιανοῦ γυμνάσιον), où le philosophe cynique Theogénés menait ses controverses, même s’il ne peut être avec certitude relié à une ruine particulière de la ville basse176. On dispose cependant ainsi d’un terminus a quo fiable pour les débuts de l’activité de construction dans la ville basse.

Fig. 11 : Pergame. Essai de restitution du plan de la ville.

  • 177 Je renvoie aux résumés de Radt 1999, 262 sq., et Wulf 1994, 156 sq., part. 160, avec bibliographie (...)
  • 178 Deuhner 1977-1978 (datation p. 248) ; Radt 1999, 200 sq. Sur les architectes envoyés de Rome, voir (...)
  • 179 Construction semi-circulaire : Wulf 1994, 159 ; note sur une photographie dans Radi 1997. 428 sq. 2 (...)
  • 180 Sur la gurnellia, voir Conze 1913,284 ; Radt 1999, 87, 113 ; Wulf 1994, 142 sq.
  • 181 Première étude : P. Schazmann, vers 1908. Première publication : Wulf 1994, 162 sq. Je suis redevab (...)

11Le théâtre romain (fig. 11, no 6) se situait, ainsi que les autres bâtiments de cet ensemble – amphithéâtre et stade (fig. 11, no 4-5) – sur les flancs du Musala Mezarlik, complétés par des éléments d’architecture romaine du début du iie siècle découverts par hasard et par un vaste complexe de constructions au sud-est du stade, que l’on doit vraisemblablement identifier comme de grands thermes (fig. 11. no 8)177. Ce dispositif fut surpassé par ce que l’on désigne sous le nom de “cour rouge” (Kizil Aviti, fig. 11, no 7), un immense sanctuaire de 270 mètres sur 100, auquel du reste ne peut être attribuée avec certitude aucune divinité particulière. Certains indices, en particulier des caryatides à apparence égyptienne, laissent penser à une divinité originaire d’Égypte. Ce monument inhabituel dans l’architecture d’Asie Mineure est aujourd’hui daté unanimement de l’époque d’Hadrien et se distingue entre autres par sa technique de construction en briques, compacte et de grandes dimensions, que l’on ne peut rattacher à aucune tradition proprement micrasiatique, mais qui était très appréciée en Italie sous l’Empire. Selon une hypothèse de Wolfgang Radt, il est vraisemblable qu’en raison d’un privilège impérial (cf. Plin., Ep., 10.39-40), architectes et artisans aient été directement détachés de Rome de sorte que l’on peut supposer la participation à cette construction de notables pergaméniens ayant des relations avec l’Italie et avec l’empereur, ainsi que celle de l’empereur lui-même178. Au sud de la “cour rouge”, les restes d’un bâtiment semi-circulaire (fig. 11. no 9) de 37 mètres de diamètre ont été mis au jour, ce qui correspond à peu près aux dimensions de l’Odèon construit sous Trajan au niveau de la terrasse supérieure du gymnase. Un édifice circulaire (fig. 11, no 10) situé au sud-ouest de la “cour rouge” et interprété comme tombeau ou cénotaphe est daté avec une relative sûreté des années 120-130 p.C. Nous avons peut-être ici affaire à ce μνῆμα qui est attesté par l’épigraphie, érigé sur l’ordre d’Hadrien pour le consulaire C. Iulius Quadratus Bassus, originaire de Pergame et mort en Dacie en 118 p.C.179. A la phase de construction de la ville basse romaine appartiennent également les fondations faites au moyen de gigantesques substructions et le (ré)aménagement de ce qu’on désigne conventionnellement comme gurnellia (fig. 11, no 3), une place de 86 mètres sur 135, existant encore aujourd’hui, située à la transition de la ville d’Eumène et sur le tracé de l’axe principal provenant du Traianeum180. Les restes d’un gymnase romain d’assez grandes dimensions et sans doute de thermes (fig. 11, no 2) ont été découverts à 350 mètres au nord-ouest de la gurnellia, au nord du Selinous et au pied de l’acropole. La technique de maçonnerie est semblable à celle des “thermes de l’est” construits à l’époque de Trajan sur la terrasse supérieure du gymnase, de sorte que ces ruines pourraient être identifiées avec ce même gymnase181.

  • 182 Je renvoie aux autres édifices (découverts dans les années 1950 pour la plupart), mentionnés par Ch (...)
  • 183 Hoffmann 1993.

12Le tableau esquissé, qui ressemble à un puzzle, est le résultat de découvertes fortuites et de sources analysées de manière encore incomplète. Vu les circonstances, il restera à l’avenir tout aussi incertain182. Il est aussi assuré de pouvoir observer qu’on a conçu et commencé sous Trajan la construction d’une “seconde Pergame impériale” qu’il est cruel de constater le manque d’informations détaillées sur la datation, les commanditaires et les bailleurs de fonds des édifices publics. L’influence italienne est cependant visible partout et c’est pourquoi nous aurons à examiner le cercle d’individus de cette classe supérieure qui a consciemment célébré la transposition de l’architecture de la capitale romaine comme identification politico-idéologique au pouvoir suprême romain. Dans ce contexte, on doit au premier chef penser à l’aristocratie sénatoriale, dans les rangs de laquelle Pergame avait envoyé, précisément dans cette décennie, des hommes en vue de rang consulaire. Ce sont ces ambitions qui se reflètent également au niveau de la villa maritime découverte récemment sur l’île d’Elaioussa (Kizkulesi ou Mardaliç Adasi) dans le golfe d’Elaia. Cet édifice, correspondant parfaitement par sa situation et sa technique de construction aux luxueux modèles italiens, est daté de la première moitié du iie siècle p.C. et, selon une hypothèse plausible de l’auteur, devrait avoir appartenu à un riche Pergaménien faisant partie des commanditaires déjà identifiés ou encore inconnus183. Seul ce cercle de personnages peut avoir disposé des sommes considérables nécessaires à l’exécution, en l’espace d’une génération, de ce programme de construction auquel, sous Hadrien, s’étaient encore ajoutées la démolition, suivie de la reconstruction, de l’Asklépieion et que la restauration du sanctuaire de Déméter. Même si, dans l’un ou l’autre cas, l’empereur avait apporté son soutien direct, ce qui jusqu’ici n’a pas été formellement attesté, le groupe des commanditaires devait disposer de ressources qui dépassaient de loin les possibilités des autres villes. Les nombreuses inscriptions de l’Asklépieion qui ont été conservées, ainsi que celles du sanctuaire de Déméter, nous révèlent l’identité des membres de ce groupe (voir infra p. 77 sq.).

  • 184 Willers 1990, 68 sq., qui réunit les sources.

13Une question à ma connaissance encore jamais posée, et qui ne pourra pas être élucidée ici, concerne un parallèle historique possible entre la nouvelle ville basse pergaménienne et la “ville d’Hadrien” à Athènes, ainsi définie dans les sources et également appelée novae Athenae184. Nous avons certes plus affaire dans le cas de la “nouvelle Athènes” à un concept juridique abstrait qu’à une fondation radicalement nouvelle au plan urbanistique, comme ce fut en revanche le cas à Pergame. Il serait cependant intéressant de se demander si la “nouvelle Athènes” ayant l’Olympieion d’Hadrien comme centre n’aurait pas trouvé un modèle et un défi à relever dans la ville basse de Pergame romaine, qui s’ordonne en fonction du temple impérial de Trajan.

Hadrien

  • 185 Sur les vestiges des trois statues cultuelles, voir Raeck 1993, où l’on trouvera une nouvelle posit (...)
  • 186 Pergamon, 365 dont la lecture a été corrigée par Chr. Habicht (1969, 123).
  • 187 Habicht 1969, 9 sq.

14Le successeur de Trajan permit à l’essor de l’urbanisme engagé sous son prédécesseur de trouver son plein développement. Il ne le cédait en rien à Trajan pour ce qui est de la sympathie qu’il nourrissait pour la vénérable résidence des Attalides, mais, comme ce fut du reste le cas pour l’ensemble de sa politique, il y mit son empreinte personnelle. Le temple de néocore commencé sous Trajan et dédié à ce dernier et à Zeus Philios (fig. 2, et 11, no 1) fut achevé, et les fragments de trois statues cultuelles colossales montrent désormais également Hadrien comme propriétaire du sanctuaire aux côtés de Trajan et Zeus Philios. Ce processus n’illustre pas seulement un exemple supplémentaire de l’assimilation d’Hadrien à Zeus, observable partout dans l’empire romain, et des différentes épiclèses de ce dernier, mais également l’inclination particulière du nouveau souverain pour ce haut-lieu de la tradition hellénistique185. Une deuxième assimilation à Zeus, visible à Pergame, est de plus liée au nom d’Hadrien : l’empereur se présenta comme Zeus Asklépios, comme θεῶν ἐπιφανέστατος νέος σκλήπιος186, et.dans la vague d’une révérence alors toujours plus grande envers ce dieu, lui procura ainsi qu’à son sanctuaire pergaménien un éclat architectural et une gloire dépassant tous les autres Asklèpieia de l’empire187. Si Trajan le conquérant avait offert à la ville par l’intermédiaire de son ami Iulius Quadratus le temple impérial symbolisant par sa seule situation le pouvoir et la gloire de Rome, en mettant l’accent sur son essence divine et en faisant de lui l’égal de Zeus, Hadrien lit de la ville le centre d’un culte célèbre et envié. Les deux souverains ont ainsi transposé au plan monumental et dans un espace restreint leurs conceptions différentes du pouvoir.

15A partir de ce moment seulement, la décoration grandiose et fastueuse de l’Asklépieion donna un nouveau caractère à l’aspect du sanctuaire, qui, pour l’essentiel, était resté inchangé depuis la période attalide (fig. 12). A l’inverse d’Éphèse, aucun donateur étranger n’était impliqué, mais, exclusivement, la classe supérieure pergaménienne. Parmi elle on comptait deux, peut-être trois membres de la classe sénatoriale et même consulaire. La conception homogène du dispositif ainsi que les dimensions des édifices particuliers rappellent un type “seigneurial” de construction, comme nous le connaissons à Pergame à l’époque royale. Même pendant sa période de splendeur sous Antonin le Pieux et Marc Aurèle, en taille et en monumentalité Ephèse ne put rien opposer de comparable.

  • 188 Sur Rufinus, qui était notamment l’ami du rhéteur Aelius Aristide, voir l’étude détaillée de H. Hep (...)
  • 189 Ohlemutz 1940, 140.
  • 190 Prêtre de Zeus : IPergamon, 434 (IGRR, IV, 424). Ktistès : Prott & Kolbe 1902, 101 sq., no 102 (IGR (...)

16L’“édifice circulaire supérieur” (fig. 12, no 5), un temple circulaire de 24 mètres de diamètre intérieur, dans la lignée, sur le plan de l’architecture et de l’idéal religieux, du Panthéon de Rome (de 42 mètres de diamètre), devint le nouveau centre cultuel du sanctuaire. L. Cuspius Pactumeius Rutinus, consul ordinarius en 142, est attesté comme commanditaire du temple. Son père, L. Cuspius Camerinus, était vraisemblablement marié avec une Pactumeia Rutina, issue d’une famille sénatoriale établie à Cirta en Numidie. Trajan le fit entrer au Sénat et il obtint le consulat suffect en 126. En raison de la générosité manifestée envers ce complexe et peut-être pour d’autres services rendus, le nom du commanditaire fut donné à l’ensemble de la réalisation, qui reçut l’appellation de “Bois sacré de Rufìnus” (ουφίνιον ἄλσος)188. Erwin Ohlemutz suppose avec raison “que ce fut Rutinus qui eut le souci de l’ampleur et de l’unité de l’ensemble du complexe de l’Asklépieion ainsi que de la monumentalité de sa composition spatiale..., et qu’il fournit en même temps la plus grande partie des moyens financiers nécessaires”189. Le temple était dédié à Zeus Asklépios. Ce dieu se hissait ainsi au rang de celui qui représentait la plus haute divinité universelle, au côté de laquelle se rangeait Hadrien, en tant que Zeus Olympios. Rutinus lui-même devint sans doute à partir de 130 p.C. le premier prêtre du culte de Zeus Olympios nouvellement créé et exprima ainsi de manière visible dans sa personne la conception théologique du pouvoir impérial par l’édification du temple d’Asklépios et par sa prêtrise d’Hadrien pour le service du culte de Zeus Olympios. Il reçut le titre honorifique rare de κτίστης τῆς πατρίδος et apparemment l’honneur tout aussi rare d’être enterré après sa mort dans un lieu distinct ; la ville avait à ce su jet interrogé l’oracle d’Apollon à Didymes, dont la réponse n’a malheureusement pas été conservée dans le texte épigraphique190.

Fig. 12 : Pergame, Asclepieion.

  • 191 Habicht 1969, 142 sq., no 141 ; sur la construction même, voir Ziegenaus & Luca 1981, 15 sq. ; IPer (...)
  • 192 Chr. Habicht (1959-1960), a livré une étude approfondie de l’ensemble des témoignages concernant Ch (...)
  • 193 Habicht 1969, 23 sq., no 2, en particulier 24, n. I. Cf. infra p. 83 et n. 207 (sur l’ὐπατικóς Barb (...)
  • 194 Habicht 1969, 84 sq., no 38. Sur la bibliothèque, dans laquelle se trouvait également une statue d’ (...)
  • 195 Chr. Habicht songe à T. Flavius M[---], gymnasiarque sous Trajan (IPergamon, 438, 1. 17 = IGRR, IV, (...)

17Un second sénateur pergaménien et consul de la période hadriano-antonine, A. Claudius Charax, consul suffectus de 147, donna le propylon dans le secteur de l’entrée au sanctuaire, entre la rue à colonnade et la place (fig. 12. no 4). Deux epistylia fragmentaires en marbre avec le nom et la carrière de Charax font mention d’une autre donation, vraisemblablement à l’Asklépieion, sans que l’édifice ait pu jusqu’ici être identifié191. Charax n’était pas seulement sénateur romain et consul, mais également, dans sa patrie grecque, un dignitaire local et une personnalité estimée. A Sparte, il remplit la fonction éponyme de patronomos et c’est la ville de Patras, dans le Péloponnèse, qui composa l’inscription découverte à Pergame énonçant son cursus honorum en reconnaissance de son activité d’écrivain (τòν συγγραφέα). Dans son immense œuvre sur l’histoire de la Grèce et de Rome, Charax doit ainsi avoir loué les habitants de Patras ou les Achéens, peut-être pour leur qualité d’anciens alliés du roi Eumène II de Pergame. Connu également du futur empereur Marc Aurèle en raison de son activité philosophique (le fait est attesté), Charax personnifie par excellence ce type de citoyen cosmopolite, lettré, s’inspirant des traditions vivantes à Pergame, s’affirmant en tant qu’écrivain et qui gravit ainsi les sommets de la hiérarchie sociale romaine192. A la même catégorie appartient sans aucun doute un certain Marcellus, qui, comme Cuspius Rulinus, doit, comme héros, avoir été inhumé à l’intérieur de la ville. Il dut ainsi avoir une position comparable et rendre des services analogues à ceux de Charax. Chr. Habicht a émis l’hypothèse plausible selon laquelle il s’agirait ici de l’auteur d’un “miroir du prince” consacré à l’empereur Hadrien, et le fait que ce Marcellus ne soit pas encore connu au titre de donateur, voire de sénateur romain, ne serait imputable qu’à l’état des sources193. La nouvelle bibliothèque du sanctuaire (fig. 12, no 4), également érigée sous Hadrien, dont une Flavia Melitinè est connue comme commanditaire, se trouvait directement au nord du propylon, dans l’angle du portique septentrional se dirigeant vers l’ouest. La décoration intérieure, réalisée en marbre polychrome, était la plus luxueuse qui pût alors exister dans l’empire romain et témoignait ainsi de ce qu’était la richesse de cette dame194. Nous connaissons certes le nom de son mari, Flavius Metrodorus, et de son fils du même nom, tous les deux prytanes de la ville ; cependant, tout comme les ancêtres de la donatrice, ces derniers n’ont jusqu’à présent pas pu être repérés avec certitude dans la prosopographie pergaménienne195.

  • 196 Habicht 1969, 103 sq., no 64 ; 106 n. 14, autres témoignages sur la gens pergaménienne des Otacilii (...)
  • 197 Habicht 1969. 82 sq., no 37. Aristid., Or., 48.77.412 (Keil) atteste l’existence d’un gymnase ratta (...)
  • 198 Mènogénès (sans titre) sur des monnaies émises sous le proconsulat de Q. Poppaeus Secundus, vers 17 (...)

18Le sanctuaire était entouré sur les côtés nord, ouest et sud par des portiques dont seule la partie septentrionale, aujourd’hui reconstruite, a été conservée en bon état. Ainsi qu’il apparaît sur l’inscription de l’architrave, un certain [---] us Pollio avec son épouse [---]opè lit don, du vivant d’Hadrien, avant la bibliothèque érigée par Flavia Melitinè, de cette construction de 120 mètres de long, constituée de 45 colonnes et revêtue sur les murs intérieurs de marbre polychrome. Le donateur appartient peut-être à la gens Otacilia connue à Pergame depuis l’époque d’Auguste et qui, à l’époque d’Hadrien, conclut des alliances matrimoniales avec la gens Silia et avec les Iulii Bassi, qui apparaissent également comme commanditaires. Il convient de citer dans ce contexte Cn. Otacilius Pollio, connu comme membre de l’élitiste collège des hymnodes à la fin du règne d’Hadrien, mais également M. [---]us Pollio, “découvert” seulement depuis peu comme consul suffectus d’une des années comprises entre 129 et 132 qui – dans le cas où il serait réellement natif de Pergame – pourrait bien être ajouté à la série des commanditaires de l’Asklépieion déjà connus, qui sont de rang sénatorial voire consulaire196. Un nouveau gymnase, attesté par les sources mais dont la localisation n’a pu encore être déterminée, fut construit pour le sanctuaire réaménagé et le flot accru des visiteurs. L’édifice fut vraisemblablement financé par Ti. Claudius Mènogénès, fils d’Apollodôros, un grand prêtre du culte provincial, deux fois stratège, et visiblement lié au fils du proconsul Tettienus Severus, auquel il dédia une statue dans le sanctuaire de Déméter. Le conseil et le peuple louent avec exaltation sa générosité envers sa ville natale ; il était gymnasiarque de l’ensemble des sept gymnases existant à l’époque dans la ville et fut honoré comme κτίστης, un titre honorifique rare et attribué avant tout autrefois aux généreux commanditaires de constructions197. Parmi les ancêtres de ce personnage figurent peut-être un stratège du même nom (?) de l’époque tibérienne et un important ministre (ὁ ἐπὶ τῶν πραγμάτων) d’Attale II, fils de Mènophantès198.

  • 199 Hepding 1910, 442 sq., no 25. Sur la donation, voir Ohlemutz 1940, 212 sq. ; Bohtz 1981, 40 sq.
  • 200 Chr. Habicht (1969, 86) a fait l’inventaire des membres de la famille qui ne peuvent pas encore êtr (...)
  • 201 Hepding 1910, 445 sq., no 25 : 1912. 283 sq., no 7 ; Mènogénès dans la liste de l’Asklépieion : Hab (...)
  • 202 IPergamon, 299 (IGRR, IV, 362). A la restitution incertaine de la titulature impériale de Caracalla (...)
  • 203 Hepding 1907, 350, no 100. Si la restitution du nom d’[Ul]pius Fl[avianus] est exacte, et qu’il s’a (...)
  • 204 Sur Galien, voir Bowersock 1969, 59 sq. ; Nutton 1973. Ohlemutz 1940, 85, présente le père de Galie (...)

19De même que le temple impérial de Trajan sur l’acropole avait avec l’Asklépieion un pendant exprimant les principes du pouvoir à l’époque d’Hadrien (voir p. 77), la terrasse supérieure du gymnase, réaménagée sous Trajan, trouva son concurrent sous Hadrien dans l’embellissement du sanctuaire de Déméter (fig. 5, no 1), qui prenait en compte la popularité croissante des cultes à mystères. Le temple à antes, jusque-là dorique et en andésite, fut rehaussé dans son apparence extérieure et enrichi en façade d’un portique à colonnade d’ordre corinthien, de sorte que le sanctuaire présentait désormais un prostylon. L’inscription dédicatoire pour Déméter Karpophoros et Korè indique comme donateur (ἐκ τῶν ἰδίων) le prytane C. Claudius Silianus Aesimus199. L’homme était membre d’une éminente famille de Pergame : un [---]us Claudius Silianus assumait la fonction de grand prêtre du sanctuaire local du culte impérial l’année de l’octroi de la deuxième néocorie (113/114) ; les monnaies attestent de l’existence d’un stratège du nom de Claudius Aesimus en 137/138. auquel le fondateur pourrait être le plus vraisemblablement identifié, car la consécration à l’ἀρετή et à la σωφροσύνη de son épouse Iulia Pia fut effectuée dans le propylon de l’enceinte en même temps que deux inscriptions de L. Castricius Paullus, qui, quant à lui, est attesté comme membre du collège des hymnodes dans les dernières années du règne d’Hadrien200. De même que peu de temps auparavant sur la terrasse du gymnase, le portique en andésite fut remplacé par une architecture plus raffinée en marbre, datable de l’époque d’Hadrien d’après le style des rinceaux de l’ornementation. Plusieurs fragments d’architrave sont à rattacher à cette rénovation du portique. Les inscriptions mentionnent les donateurs ainsi que les projets respectivement financés, parmi lesquels plusieurs entrecolonnements. Seuls les noms d’un Ti. Claudius [---], d’un Artemon et d’un [Mèn]ogé[nès] ont pu, jusqu’ici être restitués à partir des fragments. Le nom du dernier nommé apparaît peut-être également sur une liste de noms provenant de l’Asklépieion et malheureusement conservée seulement à l’état fragmentaire201. La classe supérieure d’Éphèse, sous ses traits caractéristiques, c’est-à-dire ne disposant pas d’une richesse très considérable et de la position sociale correspondante au sein de la société impériale, s’est apparemment partagé les frais de ces embellissements, dans l’ensemble peu spectaculaires, en les divisant en “petits lots”. C’était vraisemblablement aussi à l’époque d’Hadrien que, devant la nécessité, il se trouva un donateur pour reconstruire le temple de Dionysos sur la terrasse du théâtre détruit par un incendie (fig. 2, no 2) : il était extérieurement identique en dimensions et en style à l’édifice hellénistique précédent, mais présentait à l’intérieur une décoration radicalement nouvelle en marbre polychrome et avait un naïskos supplémentaire202. L’agora inférieure (fig. 2, no 12), à Pergame un parent pauvre de l’activité de construction urbaine à l’inverse d’Éphèse, est attestée pour la première et unique fois depuis l’époque d’Eumène II. Elle fut vraisemblablement aussi à l’époque d’Hadrien le théâtre d’un programme de construction ou de rénovation de faible envergure. Les fragments (malheureusement difficiles à assembler) portant les traces d’une inscription en lettres de bronze indiquent une activité de construction qui se rapporte peut-être à la seule adjonction de l’époque romaine, une exèdre érigée devant le portique occidental203. A cette époque, il se trouva également des bailleurs de fonds qui s’attachèrent à la restauration des parties délabrées des portiques de l’agora, comme, entre autres, le père du célèbre médecin Galien, l’architecte, géomètre, astronome, et savant versé en d’autres arts (P.?) Aelius Nico (Neikôn), et a priori un proche parent de ce dernier, I(ulius?) Nicodemus Nico204. Ce n’est pas seulement la faible activité de construction qui montre que l’agora marchande ne comptait pas parmi ces places prestigieuses de la ville qui avaient la préférence de la classe supérieure pour son ostentation personnelle : c’est le cas aussi pour les rares noms de personnages pouvant être mis en relation avec l’agora inférieure, lesquels en outre n’appartiennent pas au sommet de la société pergaménienne.

20L’intense programme de construction – dans la ville inférieure nouvellement planifiée, dans l’Asklépieion, sur les terrasses de l’acropole – fut certes lancé sous Trajan et Hadrien, mais, il ne lut achevé que sous Antonin le Pieux. Cet effort, qui devait modifier le visage de la ville de manière si durable, s’est ainsi étalé sur deux générations.

  • 205 Aristid., Or., 53 (Keil) ; Jones 1991, 111 sq. H. Hepding (1933. 102 sq.) avait déjà bien vu que le (...)
  • 206 Données intégralement tirées de Garbrecht 1987, 34 sq., 43 sq. Sur le nombre d’habitants, voir les (...)

21Le témoignage le plus manifeste du nouveau système d’approvisionnement en eau de la nouvelle ville basse d’époque romaine date vraisemblablement du règne d’Antonin le Pieux. Il s’agit du “panégyrique sur l’eau à Pergame” d’Aelius Aristide, dont le début a été conservé et que C. P. Jones a le premier replacé dans son véritable contexte architectural, lequel pourrait du reste être encore davantage précisé205. Le discours relate l’inauguration solennelle d’une conduite d’eau, à laquelle “toute l’Asie” aurait participé et que l’on peut sans doute identifier avec la canalisation du Caïque. Aristide avait auparavant rêvé que la ville avait doublé de taille par l’adjonction, à proximité immédiate, d’un secteur orné d’édifices publics absolument semblable aux environs du temple de Zeus. Aristide doit faire ici allusion à la ville basse d’époque romaine nouvellement créée, qui effectivement “doubla” la superficie de Pergame et à laquelle la canalisation d’eau était vraisemblablement destinée au premier chef. La comparaison établie par Aristide avec le temple de Trajan pourrait indiquer l’organisation planifiée de la ville basse, évoquée plus haut, en fonction du Traianeum. On aurait donc ainsi des renseignements supplémentaires sur la datation et les circonstances de la création de la “nouvelle” Pergame, et, en même temps, sur les mesures d’infrastructure indispensables qui furent prises alors. La canalisation du Caïque provenant de la région de l’antique Germa (aujourd’hui Soma), à 55 kilomètres à l’est de Pergame, traversait plusieurs tunnels et pas moins de 40 aqueducs, pour aboutir dans la ville basse à proximité de la gurnellia. Elle livrait à la ville 200 litres d’eau par seconde, quatre fois plus que l’ancienne canalisation du Mandradağ sur l’acropole. Le relevé et le maintien d’une pente très faible de 0,031 % représentaient une prouesse technique des géomètres romains, devancée uniquement par l’Aqua Virgo à Rome. L’aqueduc enjambant le Karkasos, de 40 mètres de haut et de 550 mètres de long, n’est surpassé en hauteur que par le pont du Gard près de Nîmes, Vers le milieu du iie siècle p.C., environ 40 000 m3 d’eau de la meilleure qualité arrivaient chaque jour dans la ville, ce qui, pour une population estimée raisonnablement à 40 000 personnes, donne une quantité d’approvisionnement d’à peu près 1 000 litres par jour et par personne (la consommation moyenne quotidienne en Allemagne s’élève à 150 litres !)206.

  • 207 Schröder et al. 1904, 161 sq., no 4, 1. 9 (IGRR, IV. 494). En dépit de l’identification à Vettulenu (...)
  • 208 Voir les documents et les extraits cités dans Ohlemutz 1940, 149 sq.

22On peut montrer par ces indications, et de bien meilleure façon qu’à partir des édifices de la ville, pour la plupart détruits, le fait que le programme de construction réalisé à l’époque à Pergame comptait parmi les plus coûteux et les plus exceptionnels de l’imperium Romanum. Ce programme ne put être exécuté et mis en œuvre que grâce aux relations et aux moyens financiers d’une élite urbaine appartenant au sommet de l’aristocratie impériale et, par son ampleur, il ne peut se comparer qu’à l’activité de construction des Attalides. La coïncidence chronologique entre le zénith de la position sociale relative des Pergaméniens de naissance et celui des programmes de construction n’est pas fortuite. Étant donné l’état de la recherche et de la conservation des antiquités de Pergame, en particulier dans la ville basse d’époque romaine, toute mise en correspondance des deux registres, même certaine, ne peut que reposer sur une information limitée. Au reste, nous connaissons le nom de Pergaméniens de cette époque qui était haut placés dans l’échelle sociale mais se dérobent à tout essai d’identification ou dont encore aucune trace n’a pu être observée dans leur patrie. Parmi eux, il faut citer non seulement le père, connu depuis peu, de Cuspius Rufinus (voir n. 188), mais également par exemple un consulaire du nom de Barbarus, qui figure en compagnie de Claudius Charax dans une liste de donateurs d’offrandes207. Où et comment soutinrent-ils cette activité urbanistique d’envergure, en particulier en ce qui concerne l’Asklépieion ? La question est encore sans réponse. Le résultat d’ensemble, c’est-à-dire pour Pergame au iie siècle p.C. une gloire et une réputation dépassant les fontières de la province d’Asie, se trouve attesté dans le panégyrique d’Aelius Aristide-relatif à ce secteur de la ville et à la ville entière, avec son enthousiasme débordant pour le sanctuaire comme lieu thermal208.

Notes

148 Habicht 1969, 80 sq., no 36. Des descendants de la famille sont encore connus au iie siècle. Sur de possibles relations familiales avec Sardes à l’époque julio-claudienne, voir Herrmann 1996, 60 et n. 27.

149 Tac., Ann., 15.45.2 ; 16, 23. I ; D. Chr. 31.148-149 ; Plut., Mor., 815D. Weisser 1995. Je remercie M. Weisser de m’avoir d’ores et déjà autorisé à exploiter les résultats de l’étude qu’il publiera dans les Pergamenische Forschungen.

150 Habicht 1969,7 sq., qui attire l’attention sur l’origine pergaménienne de l’échanson de Domitien, Flavius Earinus. Diriger 1993, 176 sq. Sur les découvertes archéologiques, voir la synthèse de Ziegenaus & Luca 1981.

151 Les témoignages relatifs à C. Antius A. Iulius Quadratus ont été réunis dans Halfmann 1979, 112 sq. L’ascendance “royale” du sénateur découle de sa parenté avec le sénateur C. Iulius Severus, originaire d’Ancyre, qui se présente lui-même comme le fils d’un Iulius Quadratus, neveu (ἀνέψος) de Iulius Quadratus ὑπατικóς, le descendant des tétrarques et des rois galates, et le descendant des Attalides : voir Halfmann 1979,48, et le commentaire d’IK-Ephesos, 930 (inscription d’A. Iulius Amyntas et d’A. Iulius Amyntianus). A l’origine, soit avant qu’il ne soit adopté comme prétorien par un C. Antius, notre homme portait le nom d’A. Iulius Quadratus : voir Salomies 1992, 31. Pour ne rien dire des personnes citées par Aelius Aristide, un I(ulius) Ant(ius) Quadratus Attalus, logistès de Sardes en 211, figure très vraisemblablement parmi ses descendants : voir Herrmann 1993, part. 234 sq (AE 1993, SEG, 36, 1094).

152 Sur les propriétés foncières : TAM, V.l, 71 et 245 ; MAMA, I, 24, avec le commentaire de P. Herrmann et K. Z. Polatkan (1969, 46 sq.). Il convient désormais d’ajouter au dossier une inscription honorifique découverte dans le secteur de Kula-Selendi, et datée de 123/124 p.C. (Malay 1994, 35 sq. no 36). L’honorandus. A. Iulius Anicetus, doit certainement être identifié à son homonyme, qui lit ériger un tombeau à Pergame pour lui et sa famille (IPergamon, 590). Lin certain C. Iulius Anicetus, désormais connu par trois inscriptions du nord-est de la Lydie, appartient à la même famille : TAM, V.l, 253 ; SEG, 28, 929 ; SEG, 39, 1275, inscription datée de 175/176, où il est attesté en tant que citoyen de Pergame. Il est possible que les personnes citées ne soient pas des affranchis, mais de proches parents du sénateur A. Iulius Quadratus – ce d’autant plus que C. Iulius Anicetus se dit σύνβιος d’une Iulia Tychè ; or, c’est ainsi que se nommait la mère du sénateur. Voir également les réflexions de Birley 1997b, 227 sq. n. 136.

153 Voir plus haut p. 30 ; Ohlemutz 1940, 109.

154 SNG v. Aulock 1396 ; Weisser 1995. Je dois à H. Müller (Munich) d’avoir été informé sur les fragments de l’inscription retraçant sa carrière, dont le nombre est en constante augmentation.

155 Habicht 1969, 43 sq., no 21, avec commentaire : 1. 21 sq. : ἄvδρα εὐγενη καὶ ἐκ [βασιλέων τò γένος] κατάγοντα ; étant donné que ce sénateur portait le cognomen principal de Bassus, comme le montrent les dates consulaires (PIR2, J 508), j’associe Iulius Severus à la famille d’A. Iulius Quadratus (cl. n. 151), et non à la famille de Iulius Quadratus Bassus comme le fait Habicht.

156 Voir également Birley 1997b. 227 sq. et n. 136. On pourrait toutefois identifier Iulius Bassus, sénateur de rang prétorien qui eut à souffrir de son destin politique, et dont Pline se lit l’avocat en 102/103. au père de C. Iulius Quadratus Bassus. Pline témoigne de sa generis claritus et lui reconnaît une squalida senectus (Ep., 4.9.5 et 22) : deux traits qui conviendraient respectivement à la famille et à la personne du consul en fonction l’année 105.

157 Habicht 1969, 154 sq., no 157 ; Ziegenaus 1970, 188 sq. : Radt 1999, 226 sq. La chronologie relative de la via tecta et de la rue à colonnade n’est pas encore fixée : voir Luca & Voegtli 19X4, 155 sq. ; j’adopte ici l’interprétation de Chr. Habicht. C. Williams (19X3. 286) se demande si la via tecta ne date pas seulement du réaménagement d’ensemble que le sanctuaire subit sous le règne d’Hadrien.

158 Ehrhardt & Weiss 1995, part. 342 sq. (AE, 1995, 1498).

159 Schazmann 1923,46 sq. (portique) ; 84 sq. (thermes est).

160 Inscription de l’architrave : IPergamon, 553 (IGRR, IV, 501) ; voir également Jacobstahl 1908, 412 sq. no 49. Quadratus τòν αἰῶνος (sic) γυμνασίαρχον : IPergamon, 440 (IGKR. IV, 384, OGIS, 486). En se fondant sur la titulature de la ville et les parallèles qu’il a réunis, Chr. Habicht (1969, 159) a montré que cette donation ne datait pas du règne d’Hadrien, mais qu’elle remontait au règne de Trajan.

161 En dehors de l’inscription de l’architrave citée n. 160, Lupianus apparaît sur l’inscription dédiée à son fils Ti. Claudius Paulinus : IPergamon, 461 = (melius) Habicht 1969, 139. Paulinus, ρως : ibid. 139 no 134. Hymnôdos : IPergamon, 374 A ligne 17.

162 IPergamon, 466. Il s’agit de la salle F des thermes est (fig. 5, no 7) : Sehazmann 1923, 55 sq. ; Radt 1999, 126.

163 Hepding 1910, 472, no 58 (où il est question des “empereurs”. 1. 7) et 59. Il s’agit peut-être du Sex. Iulius Capito honoré dans le Traianeum (IPergamon. 478). A ce jour. Flavius Atticus, lui aussi nommé dans l’inscription de l’architrave (cf. n. 160), n’est pas attesté par ailleurs.

164 Hepding 1907, 327 sq.,no 58-61 (IGRR, IV, 445-46) ; Devijver 1976, no 84.

165 Quadratus : Hepding 1907, 337 sq., no 67 (IGRR, IV, 376). Capitolina : ibid., 335 sq., no 66 (IGRR, IV, 459) ; cf, supra p. 55 sq. Pulcher : ibid., 330 sq., no 62 (IGRR, IV, 453). Père et sœur : IPergamon, 292 (IGRR, IV, 276) ; cf. infra p. 72. Menophantus et sa famille : ibid., 331 sq., no 64-65 (IGRR, IV, 470, 456). Menophantus doit vraisemblablement être identifié au gymnasiarque T. Flavius M [---], qui participa à la mise en place d’une inscription en l’honneur de lulius Quadratus dans le Trajaneum : IPergamon, 438 (IGRR, IV, 375).

166 Schazmann 1923,61 sq. ; Radt 1999, 127 sq.

167 Sur la conduite du Madradag, voir Garbrecht 1987, 31 sq.

168 Radt 1999, 213. Sur le Traiancum, voir Stiller 1895 ; bibliographie supplémentaire dans Price 1984, 252. Sur l’aspect symbolique de l’architecture des substructions, comprises comme “monument du triomphe remporté par le commanditaire sur le terrain soumis”, voir Drerup 1966, 181 sq. (citation p. 190).

169 IPergamon, 269 (IGRR, IV. 336), cf. Oliver 1989, 141 sq., no 49 : Ohlemutz 1940, 79 sq. ; Magie 1950, 1451 n. 7 ; Herrmann 1975, 157 sq., cf. Herrmann 1988 ; Alba Musca 1985, 23 sq. ; Müller 1992, 218 n. 151 : “Comme le montrent de nouvelles découvertes, encore inédites, provenant des fouilles du Traianeum, il existait sur place au moins deux versions du dossier officiel AvP, VIII 2. 269 (IGRR, IV. 336).”

170 Hypothèse plausible de Birley 1997a, 166.

171 Cette inscription inédite en l’honneur d’Hadrien (avant 129), que j’ai pu voir en 1991, est due à A. Iulius Quadratus, νεωκóρος et ἱερερὺς τοῠ ∆ιονύσου et à sa mère lulia Urbanè.

172 Pulchra : IPergamon, 292 (IGRR, IV. 276). Poseidippos : IPergamon 293 (IGRR, IV. 340). Les bains ont recouvert une construction indéterminée (bains, gymnase ?) du début de la période hellénistique : ils sont approximativement datés par une monnaie de Trajan : voir Radt 1982,544 sq., 550. Sur la porte, voir Rheidt 1992,273.

173 Hoepfner 1990, 282 sq. : Wulf 1994. 166 sq.

174 Dörpfeld 1907, 232 sq., 237 : “A l’époque romaine, il y avait à Pergame suffisamment d’hommes dont la réputation et la richesse justifieraient qu’on leur attribuât un tel monument funéraire. Mais mieux vaut s’abstenir de citer des noms en particulier – ce serait pure hypothèse”. Conze 1913, 239 sq. ; Wulf 1994, 158.

175 Radi 1999, 265 : Habicht 1969, 154, no 157. Sur les questions archéologiques, voir Wulf 1994, 156 sq.

176 Gal. 10, p. 909 (Kühn). Sur le septième gymnase, voir Habicht 1969, 83.

177 Je renvoie aux résumés de Radt 1999, 262 sq., et Wulf 1994, 156 sq., part. 160, avec bibliographie supplémentaire.

178 Deuhner 1977-1978 (datation p. 248) ; Radt 1999, 200 sq. Sur les architectes envoyés de Rome, voir ibid., 209. Sur la datation, voir en dernier lieu Strocka 1988, 303. Selon l’inscription, deux prêtres d’Isis, P. Euphemus et Tullia Spendusa, consacrent divers objets de culte ; elle doit vraisemblablement être associée au sanctuaire : IPergamon, 336, avec le commentaire d’E. Ohlemutz (1940, 273 sq.).

179 Construction semi-circulaire : Wulf 1994, 159 ; note sur une photographie dans Radi 1997. 428 sq. 20 mètres à l’est, on a découvert les vestiges d’une rue dallée. Bâtiment circulaire : Koenigs & Radt 1979 (datation : Radt 1979). Mνῆμα de Bassus : Habicht 1969, 52 sq., no 21,1. 36 sq.

180 Sur la gurnellia, voir Conze 1913,284 ; Radt 1999, 87, 113 ; Wulf 1994, 142 sq.

181 Première étude : P. Schazmann, vers 1908. Première publication : Wulf 1994, 162 sq. Je suis redevable à W. Radt de m’avoir renseigné sur l’appareil du mur.

182 Je renvoie aux autres édifices (découverts dans les années 1950 pour la plupart), mentionnés par Chr. Boehringer (1959) : temple à podium du début du iie siècle (p. 149 sq. et annexe 3) ; grande exèdre ou petit théâtre (139) ; construction semblable (140) ; etc. Voir également Wulf 1994, 160 sq. La fonction de l’édifice romain de Koca Mezarlik, dont les murs en opus caementicium, au nord-est de la “cour rouge”, sont conservés sur une grande hauteur, n’a pu être encore déterminée : ibid., 162 sq. (renseignements aimablement fournis par W. Radt).

183 Hoffmann 1993.

184 Willers 1990, 68 sq., qui réunit les sources.

185 Sur les vestiges des trois statues cultuelles, voir Raeck 1993, où l’on trouvera une nouvelle position du problème. Sur Hadrien et son assimilation à Zeus, voir en dernier lieu Willers 1990, 58 sq., avec le compte rendu de S. Mitchell (1992, 721).

186 Pergamon, 365 dont la lecture a été corrigée par Chr. Habicht (1969, 123).

187 Habicht 1969, 9 sq.

188 Sur Rufinus, qui était notamment l’ami du rhéteur Aelius Aristide, voir l’étude détaillée de H. Hepding (1933a). Voir également Ohlemutz 1940, 138 sq. ; PIR2, C 1637 ; Halfmann 1979, 154, no 66. Son père. L. Cuspius Camerinus, avait été consul suffectus, comme le montre un diplôme militaire délivré le 1er juillet 126 : Eck & Roxan 1995 ; remarques prosopographiques, 77 sq. (AE, 1995, 1823). Sur le temple circulaire, voir Ziegenaus & Luca 1981,30 sq. ; Habicht 1969, 11 sq.

189 Ohlemutz 1940, 140.

190 Prêtre de Zeus : IPergamon, 434 (IGRR, IV, 424). Ktistès : Prott & Kolbe 1902, 101 sq., no 102 (IGRR, IV, 425). Inhumation : Habicht 1969, 23 sq., no 2 ; l’éditeur explique la consultation de l’oracle par l’intention des Pergaméniens d’inhumer Rufinus à l’intérieur de la ville. Il faudrait alors considérer le tombeau-temple construit au milieu du iie siècle p.C. sur le Niyazitepe comme un cénotaphe – si l’on admet le lien hypothétique que S. Karagöz, W. Radt et Kl. Rheidt (1986) établissent entre Rufinius et le monument-, ou l’attribuer à un autre notable de Pergame.

191 Habicht 1969, 142 sq., no 141 ; sur la construction même, voir Ziegenaus & Luca 1981, 15 sq. ; IPergamon 294 = (melius) Habicht 1959-1960, 119.

192 Chr. Habicht (1959-1960), a livré une étude approfondie de l’ensemble des témoignages concernant Charax à l’occasion de la publication de son cursus honorum (AE, 1961,320 ; SEG, 18,557). Sur l’œuvre littéraire de Charax, voir Andrei 1984. Sur la patronomie à Sparte, voir Spawforth & Walker 1986, 93.

193 Habicht 1969, 23 sq., no 2, en particulier 24, n. I. Cf. infra p. 83 et n. 207 (sur l’ὐπατικóς Barbarus).

194 Habicht 1969, 84 sq., no 38. Sur la bibliothèque, dans laquelle se trouvait également une statue d’Hadrien offerte par Melitinè (ibid., 29 sq., no 6), voir Radt 1999, 232 sq. H. Mielsch (1995. 772) suppose avec vraisemblance qu’après les travaux réalisés dans le gymnase des Neoi, sous le règne de Trajan, la bibliothèque de Mélitinè accueillit au moins une partie des ouvrages que le gymnase abritait naguère.

195 Chr. Habicht songe à T. Flavius M[---], gymnasiarque sous Trajan (IPergamon, 438, 1. 17 = IGRR, IV, 375), qu’il faut plutôt identifier à Menophantus, père du héros prématurément disparu T. Florus (Hepding 1907, 333) ; cf. supra p. 71. Toutefois, s’agissant de Flavia Mélitinè, il convient désormais de relever l’existence d’une notable portant le nom de Mélitinè, fille de Gaudotos, qui vécut vers le milieu du iie siècle a.C. ; nous savons qu’elle fut l’épouse du stratège royal dont le ressort s’étendait à la Carie, à la Lydie et à la région d’Éphèse : voir Malay 1996. Une autre aristocrate, contemporaine de la donatrice, peut entrer en ligne de compte : il s’agit de Ti. Claudia Meletine, de la famille de Ti. Claudius Milatus (Milates). Voir Habicht 1969, 81.

196 Habicht 1969, 103 sq., no 64 ; 106 n. 14, autres témoignages sur la gens pergaménienne des Otacilii. Sous le règne de Trajan, un [---] Pollio figure également sur une liste d’individus ayant offert un sacrifice : Hepding 1907, 293, no 17 (IGRR, IV, 500). M. [---]us Pollio, consul suffectus : Eck 1997c, 227 sq. Sur le portique nord, voir Radt 1984, 437 sq., et 1999, 235 sq.

197 Habicht 1969. 82 sq., no 37. Aristid., Or., 48.77.412 (Keil) atteste l’existence d’un gymnase rattaché au sanctuaire. Voir également Ohlemutz 1940,147. Chr. Habicht propose de restituer en Mè[nogénès] le nom du donateur qui finança une statue pour le jeune sénateur Tettienus Serenus, en s’appuyant sur Hepding 1933b, 557 n. 1, à propos de Ippel 1912, 301, no 26 (IGRR, IV, 1688).

198 Mènogénès (sans titre) sur des monnaies émises sous le proconsulat de Q. Poppaeus Secundus, vers 17/18 p.C. : BMC Mysie, 140 no 251 ; Fritze 1910, 79. Ministre d’Attale II : IPergamon, 171-176 (OGIS, 291-196) ; Hansen 1971, 201.

199 Hepding 1910, 442 sq., no 25. Sur la donation, voir Ohlemutz 1940, 212 sq. ; Bohtz 1981, 40 sq.

200 Chr. Habicht (1969, 86) a fait l’inventaire des membres de la famille qui ne peuvent pas encore être situés avec certitude. L’archiereus : IPergamon, 269, 1.7 (IGRR. IV, 336). Le stratège : Fritze 1910, 87 sq Iulia Pia : IPergamon, 310, cf. Hepding 1910, 460 (IGRR, IV, 278). Castricius Paulus : ibid.. 459 sq. no 41-42, cf. Ohlemutz 1940, 218 ; IPergamon, 374 A lignes 16 et 29.

201 Hepding 1910, 445 sq., no 25 : 1912. 283 sq., no 7 ; Mènogénès dans la liste de l’Asklépieion : Habicht 1969. 151 sq., no 153, qui ne se risque pas à identifier cet homme, au vu des nombreux individus portant le même nom à Pergame ; cf. cependant n. 197. Sur le portique, voir Ohlemutz 1940, 216 sq. ; Bohtz 1981,20 sq.

202 IPergamon, 299 (IGRR, IV, 362). A la restitution incertaine de la titulature impériale de Caracalla, que l’éditeur fonde sur la disposition des mortaises destinées à la fixation des lettres de bronze, pour dater la reconstruction du temple, on préférera l’analyse stylistique de V. M. Strocka (1988, 299 sq.), qui la fait remonter au règne d’Hadrien. Toutes les propositions d’identification du temple de Dionysos avec le troisième temple de la néocorie s’en trouvent dépassées. La titulature de la ville, telle qu’elle se trouve restituée dans les IPergamon, est également erronée, comme le montrent les parallèles réunis par Chr. Habicht 1969, 160 sq. Description de l’édifice : Bohn 1896, 41 sq. ; Schwandner 1990, 93 sq.

203 Hepding 1907, 350, no 100. Si la restitution du nom d’[Ul]pius Fl[avianus] est exacte, et qu’il s’agit du stratège attesté en 114/115, cela nous conduit à la même époque. Sur l’exèdre, voir Radt 1999, 88.

204 Sur Galien, voir Bowersock 1969, 59 sq. ; Nutton 1973. Ohlemutz 1940, 85, présente le père de Galien comme “un poète théologico-cosmologique et un philosophe de l’harmonie universelle”. En dehors de la Souda et des allusions autobiographiques, nous connaissons Galien par une série d’inscriptions pergaméniennes (pour la plupart isopséphiques) : IPergamon, II, 246 (IGRR, IV, 503) ; IPergamon, 339 (IGRR. IV, 502) ; Hepding 1907, 356, no 115 (IGRR, IV, 506) ; Hepding 1910, 481, no 70, avec la note de R. Herzog (1933) ; PIR2, A 226 ; Diller 1936, 507 sq. A propos d’une anecdote qui se rapporte peut-être au séjour qu’Hadrien lit à Pergame en 124, voir Birley 1997a, 167. Nicodemus Nico : IPergamon, 333 A, cf. Prott & Kolbe 1902, 140 sq.. no 179-180 ; IPergamon, 587 (IGRR, IV, 504-05). Sur la restauration du portique de l’agora, voir Dörpfeld 1902, 29 sq.

205 Aristid., Or., 53 (Keil) ; Jones 1991, 111 sq. H. Hepding (1933. 102 sq.) avait déjà bien vu que le discours d’Aelius Aristide était lié à l’achèvement d’une conduite d’eau.

206 Données intégralement tirées de Garbrecht 1987, 34 sq., 43 sq. Sur le nombre d’habitants, voir les calculs d’U. Wulf (1994, 166). Le chiffre de 120 000 habitants, que Galien (5,49 [Kühn]) prête à la ville de Pergame, doit être corrigé en l’étendant à la région de Pergame.

207 Schröder et al. 1904, 161 sq., no 4, 1. 9 (IGRR, IV. 494). En dépit de l’identification à Vettulenus Civica Barbarus (cos. ord. 157) que je proposais en 1979 (p. 209), je liens aujourd’hui que ce sénateur, pergaménien d’origine, vivait à l’époque d’Hadrien.

208 Voir les documents et les extraits cités dans Ohlemutz 1940, 149 sq.

Table des illustrations

Légende Fig. 11 : Pergame. Essai de restitution du plan de la ville.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10364/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 12 : Pergame, Asclepieion.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10364/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search