Version classiqueVersion mobile

Éphèse et Pergame

 | 
Helmut Halfmann

Chapitre II. Éphèse au ier siècle

Texte intégral

Néron

  • 109 IK-Ephesos, 18 b-c ; 19 A IV ; 19 B.
  • 110 P. Herrmann (1995, part. 24 sq.) a rassemblé les témoignages qui concernent le cas de Sardes.
  • 111 Sur l’histoire de la construction et la datation de la porte ouest d’après les récents sondages, vo (...)

1L’étape suivante dans le développement de l’urbanisme des deux villes au cours du ier siècle p.C. est stupéfiante et nécessite des explications : on peut parler dans le cas de Pergame d’une stagnation qui perdure bien au delà de la deuxième moitié du siècle. A Ephèse, le ou les tremblements de terre de la période tibérienne affectèrent plusieurs quartiers de la ville et furent l’occasion d’une reconstruction, attestée dans le secteur occidental de l’agora commerciale, l’agora tetragonos, où l’on érigea à nouveau la stoa et la porte occidentale. La céramique en remploi comme matériel de remblai donne comme terminus a quo le premier tiers du ier siècle p.C. Ainsi que le constate l’édit du proconsul Paullus Fabius Persicus, sous Claude, de nombreux temples étaient en ruines à la suite d’incendies ou d’effondrements et la ville se trouvait dans une crise financière aiguë109. Il convient vraisemblablement, dans le cas d’Éphèse, de ne pas surestimer aussi bien l’étendue des dégâts provoqués par les tremblements de terre que l’ampleur des mesures d’aide impériale, par comparaison avec les douze villes touchées par des séismes en 17 p.C. et qui n’honorèrent Tibère comme leur κτίστης que quelque quinze années plus tard110. Le soutien impérial apporté à Éphèse a visiblement à peine suffi à remettre en place l’infrastructure indispensable et d’ailleurs aucun témoignage n’aété jusqu’ici attesté d’une vénération particulière de la maison impériale à l’époque tibéro-claudienne, ou d’un essor de la construction. Un nouvel essor de la construction publique démarra par contre brusquement sous Néron et le portique oriental de l’agora, terminé dans les premières années de son règne, semble être un indice pour dater l’achèvement de la nouvelle construction, voire pour dater la restauration des portiques de l’agora de l’époque néronienne seulement111.

  • 112 IK-Ephesos, 410, avec les addenda p. 8 sq. Mitsopoulos-Leon 1991, 13.
  • 113 Scherrer 1994, 13.
  • 114 Engelmann 1993b, part. 111 ; Hueber 1997a, 83 sq.
  • 115 IK-Ephesos, 3003 ; Wilberg 1923, 76 sq. ; Lang 1985, avec les pl. 20-21.

2C’est sous Néron, pour la première fois, que la ville elle-même apparaît comme bailleur de fonds d’une construction, en l’occurrence du bâtiment annexe (fig. 7, no 3) à l’extrémité occidentale de la basilique construite par Pollion sur l’agora commerciale112. Dans les premières années du règne de Néron, un commanditaire privé acheva le portique oriental à deux nefs situé sur la “rue de marbre”. Ce bâtiment succédait à un autre de l’époque hellénistique qui avait été certainement endommagé lors des tremblements de terre de l’époque tibérienne113. Depuis la partie sud de ce portique, un large escalier extérieur conduisait au triodos, place située à la jonction de la rue dite des Courètes et de celle du théâtre et à l’embranchement de la voie vers Ortygie (fig. 17). L’identification de ce secteur du portique avec l’auditorium, bâtiment du tribunal et du consilium du proconsul d’Asie, attesté par une inscription (IK-Ephesos, 3009) reste toujours contestée et l’existence de “l’autel” situé en vis-à-vis doit être prise en considération dans le débat114. Le nom du donateur qui se trouvait sur une architrave du petit côté méridional du portique n’a malheureusement pas été conservé. Avec son épouse Claudia Mètrodôra, entre 54 et 59 p.C. il a dédié la stoa à la maison impériale, à la cité et à Artémis. Mètrodôra du moins semble être issue d’une famille éphésienne qui devait posséder depuis peu le droit de citoyenneté romaine, puisqu’un certain Ti. Claudius Metrodôros apparaît dans la liste (présentée plus loin) des donateurs pour le bâtiment de la taxe des pêcheries en une notable troisième place, avec un don de trois colonnes ; il doit avoir été un proche parent de Mètrodôra. Dans l’inscription monumentale bilingue, c’est le texte latin écrit en lettres plus grandes sur l’architrave frontale, et qui est le plus mis en valeur, alors que le texte grec, écrit plus petit, se trouve sous le chapiteau mural. C’est pourquoi il convient de relier très vraisemblablement du moins l’époux anonyme de Mètrodôra et donateur du portique oriental au groupe bien connu des anciennes familles italiennes115. Les pêcheurs et poissonniers financèrent leur bâtiment de la taxe des pêcheries avec les dons en argent et en nature des citoyens éphésiens, qui se sont immortalisés par une liste constituée d’environ 100 noms (IK-Ephesos, 20). Comme le relevé des bailleurs de fonds pour la banque de l’Artémision de l’époque tibérienne, cette liste nous permet de pénétrer plus profondément la structure sociale de la ville : les quatre plus riches donateurs sont des citoyens romains ; au reste, trois d’entre eux portent des cognomina grecs et, pour cette raison, ne sont sans doute pas des Italiens immigrés. Parmi les six noms suivants se trouvent trois non-Romains ; on constate ainsi, en dépit d’une composante italienne toujours importante, une lente ascension de la population autochtone au niveau de l’aristocratie financière locale et à celui de la couche des commanditaires d’édifices encore dotés de moyens modestes.

  • 116 IK-Ephesos, 411,2113 ; Alzinger 1970. 1638.
  • 117 IK-Ephesos, 4123. Sur le sénateur C. Stertinius Maximus, voir Alföldy 1982, 323.
  • 118 Knibbe et al. 1989, 228, no 60 (AE, 1990, 935 : SEG, 39. 1178).
  • 119 IK-Ephesos, 463, avec les addenda p. 13. Il n’est pas certain qu’il s’agisse effectivement d’une co (...)
  • 120 IK-Ephesos, 987-988 ; sa mère, l’épouse d’Apelle, se nommait Claudia Pythou f. Polemonis.
  • 121 Knibbe et al. 1984. 121 (SEG, 34, 1122).

3On rencontre également sous Néron le groupe déjà connu sous Auguste des affranchis issus de maisons aristocratiques et qui avaient fait d’Éphèse leur terre d’élection. C. Stertinius Orpex, avec sa fille Stertinia Marina, se promut grand restaurateur et embellisseur du stade hellénistique, en faisant entre autres reconstruire la salle des spectateurs et ériger un sanctuaire à Némésis116. Orpex se définit dans l’inscription dédicatoire provenant de son tombeau comme affranchi du consulaire C. Stertinius Maximus, un consul suffect de l’année 23 p.C. originaire vraisemblablement de Hasta en Ligurie. Que ce soit dans le cas de ce dernier ou encore dans celui d’Orpex, aucune relation n’a pu être attestée avec l’Asie Mineure117. Un descendant d’Orpex, Stertinius Maximus Eutychès, appartenait néanmoins à l’ordre équestre et servait comme son ancêtre, scriba librarius du Maximus, lui-même en tant que scriba d’un legatus pro praetore de la province d’Asie (IK-Ephesos, 1540). Des fonctionnaires impériaux, en l’occurrence ici un procurateur d’Asie, se distinguaient en tant que donateurs “étrangers”, non pas, dans le cas précis, d’un édifice, mais d’un groupe de statues de la maison impériale d’au moins quatre mètres de large, que le procurateur avait fait ériger à ses propres frais à un endroit certainement fréquenté de la ville118. Un certain [-] Apellès, membre de l’ordre équestre et tribun militaire de la legio VI Ferrata stationnée en Syrie, semble avoir également contribué à embellir la ville sous Néron-l’inscription fragmentaire ne donne pas davantage de détails119. Il doit s’agir de L. Vipsanius Neonos f. Corn. Apellès, dont les deux filles Vipsaniae Olympias et Polla donnèrent chacune 5 000 deniers pour une “basilique” dans un intervalle de temps situé avant la première néocorie et très vraisemblablement sous Néron. Elles ont certainement restauré ou embelli la basilique de l’agora civique construite par Sextilius Pollio120. Cette basilique fut agrandie sous Néron d’un chalcidicum occidental (fig. 7, no 3, voir p. 41). Néron fit enfin lui-même réinstaller une canalisation conduisant l’eau de la vallée du Caÿstre jusqu’à l’Artémision121.

  • 122 Cass. Dio 65.9.2. Sur Ti. Claudius Balbillus, je renvoie aux sources et à la bibliographie récemmen (...)
  • 123 Dniger 1993, 169 sq. Scherrer 1997a, 110. Datation incorrecte dans Brunet 1997.
  • 124 Sa fille, Claudia Capitolina βασισσα, épousa d’abord un descendant de la famille royale de Commagèn (...)

4Faute de sources correspondantes directes, on est réduit au stade des hypothèses quant à la recherche d’un arrière-plan, d’un motif à cette activité de construction se mettant en place visiblement d’un seul coup dans les premières années du règne de Néron. Il en va de même pour la question de savoir pourquoi, de Tibère à Claude, ni Éphèse, ni Pergame, à l’inverse d’autres villes, ne se distinguèrent par une intense activité de construction. La question est suffisamment importante pour être encore une fois débattue et résumée à la fin de cette étude. Des raisons “personnelles” – malheureusement uniquement cernables dans de très rares exemples – ont dû en tout cas jouer un rôle. Elles ont attiré l’attention de l’empereur – quelle que soit son expression concrète – sur une ville particulière qui, de son côté, exerçait une sorte d’effet d’aimant sur les bailleurs de fonds, locaux privés ou publics. En ce qui concerne Ephèse, il faut, sous Néron, citer un grand bienfaiteur de la ville et ami proche de l’empereur : Ti. Claudius Balbillus, un homme apparemment très cultivé, qui avait accompli une carrière équestre et avait été promu préfet d’Égypte justement dans les premières années du règne de Néron. Je l’identifie à l’astrologue Balbillus qui, d’après Suétone (Nero, 36.1), jouissait de la confiance de l’empereur et en l’honneur duquel l’assemblée de la province d’Asie institua, après sa mort survenue en 70, un culte héroïque avec l’autorisation expresse de Vespasien122. Après la damnatio memoriae de Domitien, en quelque sorte en remplacement des Olympieia fondés par l’empereur, les Éphésiens continuèrent à célébrer seuls ces fêtes sous le nom justement de Bαλβίλληα ἐν φέσῳ123. La question de savoir où et quand Balbillus découvrit son amour pour Éphèse reste ouverte. La ville l’honora pendant sa procuratelle d’Asie exercée sous Claude en raison de sa dévotion constante envers la déesse et des services qu’il avait rendus à la cité (IK-Ephesos, 3041, 3042) : ce personnage cosmopolite, qui n’était sûrement pas originaire d’Éphèse (peut-être d’Alexandrie d’Égypte), érudit versé en littérature et en astrologie, intime de la famille impériale, apparenté aux maisons royales orientales124, avait, à l’instar de beaucoup d’autres, choisi de faire bénéficier Éphèse de ses très influentes relations. Sous Néron, Sénèque (Epist., 102.21) cite précisément Éphèse et Alexandrie comme exemples de villes densément peuplées et riches d’édifices majestueux.

Domitien

  • 125 Drager 1993, 87 sq.
  • 126 En dépit des datations qui avaient été proposées jusqu’alors, M. Dräger (1993, 233 sq.) a voulu pla (...)
  • 127 IK-Ephesos, 695 ; Fossel & Langmann 1972-1975.

5Aucun témoignage n’atteste jusqu’à présent d’une quelconque activité de construction à Éphèse pendant le règne de Vespasien, ce qui correspond au tableau dressé par Michael Drager125 d’une attitude dans l’ensemble restrictive, tout du moins dans la province d’Asie, de cet empereur à l’égard des autorisations de bâtir. Alors que Pergame demeura dans un premier temps toujours dans un état de “léthargie” pour l’activité de construction, Éphèse vécut un nouvel essor de cette activité sous les fils de Vespasien. Sous le proconsul M. Ulpius Traianus fut restauré le mur d’enceinte de l’Augusteum dans le secteur de l’Artémision, grâce aux revenus de ce dernier sanctuaire. Il s’agit du premier grand édifice construit depuis le règne d’Auguste, à l’intérieur de la ville même et aux frais de la cité. Les Éphésiens trouvèrent vraisemblablement un puissant intercesseur en la personne du proconsul C. Laecanius Bassus Caecina Paetus (80/81)126 qui, par son intervention, avait permis l’érection d’un nymphée (ὑδρεγδοχῖον, fig. 7, no 12)127, avec l’adduction d’eau correspondante, à l’angle sud-est de l’agora civique. Bassus accorda donc l’autorisation de construction, ou l’obtint de l’empereur, tandis que la ville prenait elle-même en charge les frais. Après son mandat de gouverneur, les Ephésiens l’honorèrent à plusieurs titres comme leur bienfaiteur. Dans la mesure où la façade du nymphée tournait le dos à l’agora civique et s’ouvrait sur le téménos du temple de la néocorie de l’époque de Domitien, la construction du nymphée dut s’insérer dans le dispositif prévu poulie culte impérial provincial, c’est-à-dire seulement sous Domitien.

  • 128 M. Dräger (1993, 122 sq., 135) place l’attribution de la néocorie au début de l’année 84, ce qui es (...)
  • 129 Milet : voir Herrmann 1989b, 191 sq..et 1994, part. 227 sq. Éphèse : voir IK-Ephesos, 428 (cf. intr (...)
  • 130 Ti. Claudius Clemens : IK-Ephesos, 853, avec le commentaire de Dräger 1993, 159 sq. Proconsulat de (...)
  • 131 Voir Scherrer 1997a, 108 sq. Je suppose d’ailleurs, contrairement à P. Scherrer, que la mise en pla (...)

6La ville reçut dès les premières années du règne de Domitien son premier temple, longtemps désiré, dédié au culte impérial provincial (fig. 7, no 10), le troisième de la province après ceux de Pergame et de Smyrne. II était situé au delà de l’extrémité orientale de la rue dite des Courètes, sur une terrasse du Bülbüldağ128. Des contacts étroits entre l’empereur et la ville, à l’occasion desquels les dignitaires locaux influents jouèrent également un rôle important, avaient précédé cette exceptionnelle marque de faveur. Dans cet exemple, nous ne connaissons certes pas les intercesseurs, mais nous pouvons citer des noms, dans le cas de Milet sous Caligula et dans celui d’Éphèse sous Hadrien129. Il s’agissait de l’édifice le plus imposant construit depuis la période augustéenne. Il dominait l’agora civique, sur une puissante terrasse (soutenue par des substructions) de 64,5 mètres sur 85,6, que l’on atteignait par un escalier extérieur situé au nord, et au centre de laquelle s’élevait un périptère de 24 mètres sur 34. La réalisation de ce temple dédié au culte impérial de l’empereur déclencha une relance de la construction urbaine, attestée même dans une résolution de la ville conservée à l’état fragmentaire (IK-Ephesos, 449), qui indiquait que la nouvelle échelle de grandeur des édifices impériaux devait entraîner une rénovation du bâti ancien. Stimulée par le temple de la néocorie financé par la province, la communauté des citoyens s’est ensuite sentie investie d’une mission d’embellissement de la ville. L’empereur avait spécialement envoyé à Éphèse un “délégué à la construction”, en la personne du procurateur Ti. Claudius Clemens, pour surveiller la réalisation du temple et le nouveau concept d’urbanisme de l’ensemble de la zone. La durée exceptionnelle de deux ans du proconsulat de Q. Iulius Cordinus C. Rutilius Gallicus dans les années 81-83 ou 82-84 s’explique sans aucun doute en premier lieu par la néocorie éphésienne et les règlements administratifs afférents130. L’achèvement en 88/89 du temple de la néocorie fut fêté par un agôn olympique pentétérique nouvellement instauré131.

Fig. 10 : Éphèse à l’époque flavienne.

  • 132 IK-Ephesos, 3008 ; Jobst 1983, 212 sq.
  • 133 IK-Ephesos, 413,419 = (melius) Scherrer 1997a, 119. Miltner 1960, 31 sq.
  • 134 Keil 1933, 15 sq. ; Alzinger 1970, 1608 sq. Sur la dénomination du gymnase, voir Scherrer 1995d, 12 (...)
  • 135 Karwiese 1993, 16.
  • 136 IK-Ephesos, 427, qui date au plus tôt de 89. Sur Aristio, cf. infra p. 89 et n. 217.
  • 137 Philostr., VA, 8.26. Scherrer 1997a, 112. W. Alzinger (1970, 1610), qui prend également en considér (...)
  • 138 Engelmann 1998,308 sq.
  • 139 IK-Ephesos, 415-416, 419 ; Knibbe et al. 1993, 125, no 15 (AE. 1993, 1474). Sur ce programme de con (...)

7La construction du temple de la néocorie fut également l’occasion, pour le secteur avoisinant, d’une réorganisation, voire d’une rénovation, selon un plan unitaire. La ville finança dans les années 94/95 le pavement de l’embolos, correspondant soit à la zone située le long de la rue dite des Courètes, soit à la rue elle-même132. Très peu de temps auparavant, en 93, un nymphée semi-circulaire (“fontaine de Domitien”) avait été érigé sur la place située devant le temple de Domitien, à l’est du chalcidium néronien de la basilique de Pollion (fìg. 7, no 11)133. L’activité de construction tint compte partout des exigences et besoins croissants de la ville néocore. La cité érigea ainsi un nouveau gymnase aux dimensions généreuses, le “gymnase du port” (fig. 10, no 16), à identifier sans doute avec le Σεβασν γυμνάσιον attesté par une inscription, et quatrième gymnase connu à Ephèse134. Ce dispositif impressionnant, mesurant dans sa totalité 356 mètres sur 240, s’avançait dans une zone où se trouvait encore quelques décennies auparavant une baie maritime. Peu de temps avant la construction, ce secteur fut donc remblayé et asséché, ainsi qu’il a été attesté dans l’aire voisine de la future église NotreDame135. Le dispositif n’était vraisemblablement constitué au départ que de deux parties : une palestre, dont la salle en marbre dans la partie méridionale avait été offerte par l’asiarque Ti. Claudius Aristio136, et, plus à l’est, une place ouverte de 200 mètres sur 240, entourée de tous côtés par des bâtiments à triple nef, ξυστῶν ἄλσος, où étaient disputés une partie des nouveaux concours éphésiens des Olympieia137. L’onéreux entretien de l’établissement était financé par une fondation alimentée pour l’essentiel par l’empereur lui-même, par des citoyens fortunés et par les ressources de l’Artémision138. Le besoin en eau, accru à la suite de la construction des nouveaux bâtiments du gymnase et de la fontaine, fut ainsi résolu par l’installation d’un troisième système de conduits, construit dans les années 92/93 et portant le nom de l’empereur, qui réunissait les ruisseaux du Marnas et du Klaseas. Un nymphée érigé d’abord en forme de tour à la périphérie méridionale de “l’agora civique” (fontaine), et sans aucun doute conçu en même temps que le gymnase du port, servait de point d’arrivée et de distributeur de ce système d’adduction (fig. 7, no 13 ; fig. 10, no 20)139.

  • 140 Les sondages réalisés en 1995 ont entièrement renouvelé notre connaissance de l’histoire architectu (...)
  • 141 IK-Ephesos, 3005. Le nom de son fils, Isidôros ὁ καὶ ρτεμίδωρος, a peut-être été transformé par ré (...)

8Mis à part celui de la néocorie, sans doute sous Domitien, un deuxième grand temple fit l’objet d’un programme de construction, celui qu’on appelle conventionnement le Sérapieion (fig. 10, no 17). La construction de l’édifice est datée de la fin du ier siècle p.C. palla céramique découverte dans les remblais de la terrasse à l’angle sud-ouest de l’agora commerciale et par la proximité stylistique évidente avec les portiques de la palestre du gymnase du port. La surface de la terrasse, de 100 mètres sur 75, et les dimensions du temple, soit environ 29 mètres sur 37, dépassent les dimensions du temple de la néocorie de Domitien, légèrement antérieur. L’architecture et la décoration luxueuses des portiques à deux étages tout autour du téménos et du temple sont en contradiction avec le fait que la façade du sanctuaire ne put être achevée et que, visiblement, elle ne porta aucune inscription monumentale qui pourrait donner des éclaircissements sur l’identité de la divinité vénérée ici140. Peut-être le célèbre Ti. Claudius Aristio, dont les querelles l’opposant à la ville pendant le règne de Trajan aboutirent à un procès devant l’empereur à Rome, ce qui pourrait expliquer l’inachèvement de la construction (voir p. 89), se trouvait-il derrière ce projet. L’impossibilité de contourner les côtés ouest et sud de l’agora, en raison de la présence de la nouvelle terrasse du temple, entraîna également une modification de la fonction de la porte occidentale et détermina les mesures de réaménagement qu’un pérégrin, un certain Ischyriôn d’Alexandrie d’Égypte, fit exécuter avec son fils, sous Domitien, entre 84 et 96. Ischyriôn utilisa l’angle mort existant désormais entre la partie externe de la porte occidentale et le côté postérieur du mur occidental de l’agora pour la construction d’une rampe d’accès et de deux bassins. Il lit de plus revêtir de marbre les murs de la stoa occidentale de l’agora141. Avec Ischyriôn, on est très certainement en présence d’un marchand qui fit ses affaires à Éphèse, y fit fortune, opéra des donations, et de manière comparable à Mazaeus et Mithridatès légua un “monument éternel” à la cité qui était le cadre de ses florissantes activités.

  • 142 IK-Ephesos, 2034, qui était autrefois erronnément attribuée au règne de Néron : cette erreur de dat (...)
  • 143 IK-Ephesos, 2037, commentée ci-dessous p. 88. Publication fondamentale : Heberdey et al. 1912. Voir (...)

9C’est de même seulement sous Domitien que fut entrepris le grand réaménagement du théâtre hellénistique, aussi bien de la skènè que de l’espace pour les spectateurs (fig. 6, no 3). La skènè reçut une nouvelle façade (dans un premier temps à deux étages) terminée en 85/86. L’espace réservé aux spectateurs fut agrandi et, à cette fin, renforcé dans sa partie septentrionale par d’imposantes constructions voûtées142. L’analemma sud fut érigé une dizaine d’années plus tard par un citoyen d’Acmonia en Phrygie143.

10L’image de cette euphorie de construction sous Domitien est complétée par de nombreux témoignages isolés (dont le nombre ira sûrement en augmentant), qui mentionnent noms et objets de la dédicace :

    • 144 IK-Ephesos, 1114-1118, 1120-1121a. Sur la datation de sa prytanie, voir Knibbe 1981, 19, 162. Sur l (...)

    Ti. Claudius Nysius, prytane avant 92/93, un autre nouveau citoyen de la période claudio-néronienne, se manifesta comme bienfaiteur au côté de Ti. Claudius Aristio. Il finança une corniche du théâtre (IK-Ephesos, 471), un groupe de statues dans le nouveau gymnase du port (IK-Ephesos, 518) et légua sa fortune sous forme de fondation pour l’organisation des Olympieia, après leur réintroduction dans les années 131/132144.

    • 145 IK-Ephesos, 446 ; Merkelbach & Knibbe 1979, avec d’autres témoignages sur M. Tigellius M.f. Maec. L (...)

    M. Tigellius M.f. Maec. Lupus, par deux fois grammateus du peuple dans les dernières années du règne de Domitien, fit reconstruire un édifice145.

  • L’empereur lui-même semble avoir financé la construction d’une rue en 86 (IK-Ephesos, 263 b).

  • 146 Lang-Auinger 1996, part. 204 sq., qui propose d’identifier la domus à une “maison de banquet”, prop (...)

11Pour parfaire le tableau de cette intense activité de construction, il convient de citer également l’impressionnante construction d’une domus (maison en terrasse 1) d’une surface de 1 400 m2 s’élevant sur des bâtiments antérieurs, au sud de la rue dite des Courètes. En déviant l’axe de construction nord-sud de la trame de Lysimaque sur l’axe de la rue dite des Courètes (de direction nord-est), on n’a pas simplement procédé à la rénovation d’une structure du bâti plus ancien, mais créé une perspective soulignant l’alignement de la rue et ainsi entrepris une nouvelle “organisation directionnelle” le long de cette voie146.

  • 147 De par leur extrême concentration entre les règnes de Domitien et d’Antonin le Pieux, les monnaies (...)

12Les stimulations extérieures et les bienfaiteurs étrangers, ainsi que l’autorisation impériale de pouvoir construire le temple de la néoeorie, demeurèrent encore déterminants dans l’activité de construction à Éphèse, même si nous ne connaissons malheureusement ni les circonstances concrètes, ni les intercesseurs. Il est cependant possible que le sénateur et proconsul Laecanius Bassus ait joué un rôle dans l’affaire. La cité apparaît néanmoins avec force pour la première fois en tant que commanditaire d’un gigantesque programme de construction, orienté vers les besoins d’une foule immense affluant de toute la province au temple de la néocorie à l’occasion des fêtes célébrées dans le sanctuaire : il s’agit, avant tout, du gymnase du port, des nymphées avec leurs systèmes d’approvisionnement en eau, du réaménagement et de la transformation du théâtre147. La ville dépassa ainsi l’activité privée de construction des familles italiennes, qui tenaient encore le haut du pavé à l’époque julio-claudienne. L’aisance de la population (et peut-être également ses effectifs) avait suffisamment augmenté vers la fin du ier siècle pour que la communauté puisse financer ces grands ouvrages par ses propres moyens. Les donations antérieures et les listes de donateurs procurent néanmoins toujours l’impression qu’Éphèse ne bénéficiait pas d’une forte présence de citoyens éminemment riches. Les prestations individuelles d’une classe supérieure autochtone “grecque” étaient encore à l’époque très modestes, même s’il est possible d’en constater un certain essor dans le cadre du développement local depuis Auguste et Néron, avec des édifices réaménagés ou agrandis ou plus richement décorés, bien que là également des étrangers de condition sociale plus modeste, comme Ischyriôn d’Alexandrie, apparaissent de façon typique dans le secteur de l’agora commerciale.

Notes

109 IK-Ephesos, 18 b-c ; 19 A IV ; 19 B.

110 P. Herrmann (1995, part. 24 sq.) a rassemblé les témoignages qui concernent le cas de Sardes.

111 Sur l’histoire de la construction et la datation de la porte ouest d’après les récents sondages, voir Scherrer 1996, 8 sq. Aucune des découvertes intéressant la porte – jusqu’aux chapiteaux corinthiens remployés dans la stoa orientale à la fin de l’Antiquité – ne va à l’encontre d’une datation à l’époque de Néron. P. Scherrer admet un important développement des constructions dès le règne de Tibère. Sur la stoa orientale, cf. infra.

112 IK-Ephesos, 410, avec les addenda p. 8 sq. Mitsopoulos-Leon 1991, 13.

113 Scherrer 1994, 13.

114 Engelmann 1993b, part. 111 ; Hueber 1997a, 83 sq.

115 IK-Ephesos, 3003 ; Wilberg 1923, 76 sq. ; Lang 1985, avec les pl. 20-21.

116 IK-Ephesos, 411,2113 ; Alzinger 1970. 1638.

117 IK-Ephesos, 4123. Sur le sénateur C. Stertinius Maximus, voir Alföldy 1982, 323.

118 Knibbe et al. 1989, 228, no 60 (AE, 1990, 935 : SEG, 39. 1178).

119 IK-Ephesos, 463, avec les addenda p. 13. Il n’est pas certain qu’il s’agisse effectivement d’une consécration à Claude. Par analogie avec les lignes suivantes de l’inscription. je suppose l’existence d’une lacune au début de la première ligne, et je restitue : [Nέρωνι] Kλαύδιωι Kαίσαρι Σεβαστῶι τῶι αὐτοκρατ[óρι]. Contrairement à S. Demougin (1992, 404), je ne me risquerais pas à affirmer que le chevalier était originaire d’Éphèse : je renvoie à titre de comparaison au tribunus militum leg. VI ferratae, C. Inlius Cleo, qui, pour avoir été honoré à Éphèse et avoir vécu sous le règne de Néron, n’en était pas moins originaire d’Euméneia, en Phrygie (IK-Ephesos, 688, avec commentaire : Demougin 1992,446 sq.).

120 IK-Ephesos, 987-988 ; sa mère, l’épouse d’Apelle, se nommait Claudia Pythou f. Polemonis.

121 Knibbe et al. 1984. 121 (SEG, 34, 1122).

122 Cass. Dio 65.9.2. Sur Ti. Claudius Balbillus, je renvoie aux sources et à la bibliographie récemment réunies par M. Dräger (1993. 67, avec n. 69). Voir également l’explication, à mon sens exacte, des honneurs dédiés à Balbillus (ibid., 56 sq.).

123 Dniger 1993, 169 sq. Scherrer 1997a, 110. Datation incorrecte dans Brunet 1997.

124 Sa fille, Claudia Capitolina βασισσα, épousa d’abord un descendant de la famille royale de Commagène, puis un riche chevalier, M. Iunius Rufus, praefectus Aegypti en 94-98, dont la fille, Iulia Balbilla, faisait partie de la suite d’Hadrien et de l’impératrice Sabine en Égypte : voir PIR2, C 1086, J 650 ; Brennan 1998.

125 Drager 1993, 87 sq.

126 En dépit des datations qui avaient été proposées jusqu’alors, M. Dräger (1993, 233 sq.) a voulu placer le proconsulat de Bassus en 78/79, soit avant celui de Trajan l’Ancien (daté avec certitude de 79/80), et prouver ainsi que des constructions avaient été lancées à Éphèse dès le règne de Vespasien. Le consulat de Bassus tombe dans le dernier nundinum de l’année 70 ; celui de Trajan ne peut pas (encore) être daté avec certitude. W. Eck (1982. 146 sq.) a néanmoins présenté tous les arguments permettant de dater le consulat de Trajan, qui donnent clairement la préférence à l’année 70 (avant Bassus) sur l’année 72 (les consuls de 71 étant connus). Voir également Camodeca 1991.37 sq. Des documents éphésiens, il est possible de conclure à l’antériorité du proconsulat de Trajan sur celui de Bassus, sans avoir à s’appuyer sur les dates de leurs consulats. Le proconsulat de Trajan l’Ancien, daté avec certitude de 79/80, offre un point lixe : LHerennius Peregrinus était alors grammateus du peuple pour la deuxième fois (IK-Ephesos, 412). En cette qualité. Peregrinus eut notamment à s’occuper des honneurs que la cité accorda au proconsul Bassus (IvEph 695). Cette initiative (ἐπιμέλεια), qui avait manifestement reçu l’accord préalable des deux parties, precède la ratification des honneurs par l’Assemblée, et leur mise en oeuvre aux frais de Flavius Asclepiodotus, qui. précisément, était alors grammateus du peuple. On trouve un autre exemple d’une telle procédure à Sardes, dans une inscription honorifique datée de 211 : Herrmann 1993, 248 sq. (AE, 1993. 1506). Asclepiodotus était donc le successeur de Peregrinus : comme M. Drager l’a bien vu (1993, 235), il lit appliquer le décret de l’Assemblée à un moment où Bassus n’était déjà plus proconsul. Comme la grammateia de Peregrinus se répartit sur deux proconsulats, il apparaît que le mandat des proconsuls et celui des magistrats éphésiens suivaient des cycles différents, dont le terme était respectivement placé au milieu de l’été et vraisemblablement au 22 septembre. Cf. Scherrer 1997b. 119 sq. Le schéma qui suit contribuera à éclairer ht succession des magistrats :

Image 100000000000036B000000E6D128C844.jpg

127 IK-Ephesos, 695 ; Fossel & Langmann 1972-1975.

128 M. Dräger (1993, 122 sq., 135) place l’attribution de la néocorie au début de l’année 84, ce qui est peutêtre un peu trop tard. Sur l’édifice, voir Alzinger 1970, 1649 sq. Sur la terrasse, voir Vetters 1972-1975. Friesen 1993, part. 29 sq.,et 50 sq.

129 Milet : voir Herrmann 1989b, 191 sq..et 1994, part. 227 sq. Éphèse : voir IK-Ephesos, 428 (cf. intra p. 99).

130 Ti. Claudius Clemens : IK-Ephesos, 853, avec le commentaire de Dräger 1993, 159 sq. Proconsulat de Gallicus : Eck 1985, 475 sq.

131 Voir Scherrer 1997a, 108 sq. Je suppose d’ailleurs, contrairement à P. Scherrer, que la mise en place du culte est contemporaine de l’attribution de la néocorie en 82/84, et qu’il a dû en conséquence exister un grand prêtre du culte provincial à Éphèse avant Ti. Claudius Aristio (88/89). L’obtention d’un titre de néocorie exempt d’obligations cultuelles – ne serait-ce que dans le cadre de constructions provisoires – me semble inimaginable.

132 IK-Ephesos, 3008 ; Jobst 1983, 212 sq.

133 IK-Ephesos, 413,419 = (melius) Scherrer 1997a, 119. Miltner 1960, 31 sq.

134 Keil 1933, 15 sq. ; Alzinger 1970, 1608 sq. Sur la dénomination du gymnase, voir Scherrer 1995d, 12 (sources épigraphiques : IK-Ephesos, 621,633. 661).

135 Karwiese 1993, 16.

136 IK-Ephesos, 427, qui date au plus tôt de 89. Sur Aristio, cf. infra p. 89 et n. 217.

137 Philostr., VA, 8.26. Scherrer 1997a, 112. W. Alzinger (1970, 1610), qui prend également en considération les thermes situés à l’ouest, plaide pour un conception et une exécution unitaires de la construction. Mais V. M. Strocka (1988, 302) a résolument daté les thermes de la fin du règne d’Hadrien, d’après les chapiteaux et les fragments de corniche.

138 Engelmann 1998,308 sq.

139 IK-Ephesos, 415-416, 419 ; Knibbe et al. 1993, 125, no 15 (AE. 1993, 1474). Sur ce programme de construction, voir la synthèse de Dräger 1993, 155 sq., avec bibliographie. Sur la “fontaine”, voir Heberdey 1912, 173 sq. ; Alzinger 1970. 160. De nouvelles recherches ont commencé en 1997 : Crouch & Ortloff 1998, 33 sq. L’association de la fontaine avec le gymnase du port est suggérée par le fait qu’en 337/350 le proconsul L. Caelius Montius fit concomitamment exécuter des travaux de rénovation sur les deux édifices, cf. infra p. 120.

140 Les sondages réalisés en 1995 ont entièrement renouvelé notre connaissance de l’histoire architecturale de cette partie occidentale de l’agora, et permis de dater le remblayage de la terrasse : voir Scherrer 1996, 10, et 1995c, 150 sq., avec la bibliographie antérieure. K. Koller (Vienne) a consacré un travail de diplôme inédit aux portiques du téménos [1995].

141 IK-Ephesos, 3005. Le nom de son fils, Isidôros ὁ καὶ ρτεμίδωρος, a peut-être été transformé par révérence envers la grande divinité éphésienne. Sur les relations étroites qu’Éphèse et Alexandrie entretiennent encore au iiie siècle, cf. infra p. 130.

142 IK-Ephesos, 2034, qui était autrefois erronnément attribuée au règne de Néron : cette erreur de datation explique que R. Heberdey, G. Niemann et W. Wilberg (1912, 41 sq.) aient fait remonter le début du réaménagement du théâtre au règne de Claude. Voir également IK-Ephesos, 2035, qui date des années 92/94. La donation par le prytane Hiérôn Aristogeitôn (inconnu par ailleurs) d’un accès voûté (ωαλίς) vers le diazôma supérieur (IK-Ephesos, 2033) appartient peut-être également à la fin du ier siècle. Heberdey 1912, 157, no 33, situe la construction “autour de notre ère” sur des critères exclusivement paléographiques. Selon R. A. Kearsley (1988, 44 n. 10) Hiérôn Aristogeitôn venait probablement d’Acmonia, et il était l’ancêtre de (T. Flavius ?) Hiérôn d’Acmonia (cf. infra p. 88). On pourrait se demander s’il ne s’agit pas d’un seul et même homme ; il faudrait néanmoins des témoignages supplémentaires.

143 IK-Ephesos, 2037, commentée ci-dessous p. 88. Publication fondamentale : Heberdey et al. 1912. Voir également Alzinger 1970, 1625.

144 IK-Ephesos, 1114-1118, 1120-1121a. Sur la datation de sa prytanie, voir Knibbe 1981, 19, 162. Sur la donation, voir Scherrer 1997a, 110.

145 IK-Ephesos, 446 ; Merkelbach & Knibbe 1979, avec d’autres témoignages sur M. Tigellius M.f. Maec. Lupus ; Drager 1993, 161 sq. C’est vraisemblablement son fils homonyme qui fit ériger, au nom de la ville, une statue de l’empereur Hadrien dans l’Olympieion d’Athènes (IG, II2, 3297). Comme beaucoup d’autres notables du monde grec, il obtint le droit de citoyenneté athénien, et fut héraut du Conseil et du peuple athéniens : Traili 1978, 303, no 28 = (melius) Traili 1982, 211 sq., no 16 : voir aussi Spawforth & Walker 1986, 93.

146 Lang-Auinger 1996, part. 204 sq., qui propose d’identifier la domus à une “maison de banquet”, propriété d’une association.

147 De par leur extrême concentration entre les règnes de Domitien et d’Antonin le Pieux, les monnaies découvertes au cours des récents travaux de dégagement menés à l’intérieur du stade prouvent que, depuis Domitien, il servait de cadre aux fêtes qu’on y organisait avec une largesse inconnue jusqu’alors. Voir Karwiese et al. 1996, 18 sq., 1997, 21 sq., 67 ; Karwiese 1998, 21 sq.

Table des illustrations

Légende Fig. 10 : Éphèse à l’époque flavienne.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search