Version classiqueVersion mobile

Éphèse et Pergame

 | 
Helmut Halfmann

Introduction

Ville, donateurs et données archéologiques

Texte intégral

  • 1 Zanker 1988,3.

1Voilà déjà plus de dix uns, Paul Zanker a montré le rôle du caractère inhospitalier de nos villes contemporaines dans le vif intérêt que portent depuis un certain temps les disciplines historiques et archéologiques au thème de la ville. En tant que lieu de vie, la ville a été ainsi minutieusement étudiée dans tous les domaines de l’activité sociale afin d’obtenir un tableau le plus complet possible des besoins, des valeurs, de l’opinion politique et du comportement de la société vivant en son sein. La réalité archéologique nous donne accès à la ville “dans sa forme matérielle et esthétique, comme reflet de l’état et de la mentalité de la société qui l’occupait’’1. Une description plus précise de la société elle-même n’est possible que si l’on analyse ses différentes composantes. C’est la tâche de l’historien de l’Antiquité d’essayer d’en brosser un tableau aussi cohérent que possible à partir des centaines d’informations isolées qui sont livrées par les sources. La présente étude a pour objet la manière dont la société urbaine modèle son environnement et dont la ville se manifeste en tant qu’institution politique, considérée sous l’angle de l’initiative ou du financement d’édifices par ses citoyens. Étant donné l’état des sources, on se consacrera essentiellement à l’étude du domaine public et à celle des élites sociales. Cette base méthodologique correspond au fait bien connu qu’un engagement bénévole pour le bien commun allant au delà du devoir normal du citoyen, soit ce qu’on désigne sous le nom d’évergétisme, avait une fonction et une signification particulièrement importantes dans les sociétés antiques.

  • 2 Je renvoie aux actes du colloque édités par W. Schuller, W. Hoepfner et E. L. Schwander (1989), et (...)
  • 3 Sur les théories de l’urbanisme dans l’Antiquité, voir Martin 1956, 13 sq.
  • 4 Hipp 1996.

2Fonction d’une architecture et d’une planification des constructions qui leur étaient particulières, le rapport entre, d’une part, la situation géographique et la physionomie d’une ville et, d’autre part, la structure de la société urbaine ne fait pas seulement question pour les Modernes. Ce point avait suscité la réflexion dès l’Antiquité. Hippodamos de Milet (milieu du ve siècle a.C.) fut à la fois un théoricien de la ville et un urbaniste. Le débat scientifique moderne sur le point de savoir si la dihairesis (division) des cités qui lui est attribuée correspond effectivement à un type de ville “démocratique” (on songe à l’exemple du Pirée) a cependant conduit davantage à chercher à définir comment, à Athènes, la “démocratie” se représentait elle-même qu’à analyser comment on peut mettre en application un modèle théorique de planification urbaine2. En ce qui concerne la situation géographique, quand dans ses Lois (704) il donne la parole à l’Athénien, Platon met en garde contre le fait de fonder une ville en bord de mer lorsque celle-ci ne dispose pas en même temps d’un arrière-pays fertile. Dans la mesure où, dans ce cas, la ville serait dépendante de l’intensité de ses échanges commerciaux, cette situation laisserait libre cours à la cupidité, les esprits seraient susceptibles d’être corrompus par la fourberie et l’insincérité, les citoyens oublieraient les valeurs telles que la fidélité et l’amitié : bref, la ville deviendrait tout simplement un foyer de mœurs dégénérées. Dans ses considérations sur l’urbanisme, Aristote met aussi en avant des points de vue pratiques et esthétiques largement répandus, comme la sécurité militaire, l’autarcie économique, les conditions climatiques. Une seule fois, lorsqu’il aborde la question des dispositifs de fortification, il établit un lien direct entre architecture et constitution : une acropole personnifie le caractère monarchique, une étendue de plaine incarne la démocratie et plusieurs ouvrages fortifiés l’aristocratie (Pol., 1330b.17 sq.)3. La philosophie politique a fondu les réalités de l’urbanisme dans un concept théorique, qui a été adapté au projet d’État idéal, sans, il est vrai, nécessiter en retour ou entraîner une application fonctionnelle du concept. C’est seulement au début de l’époque moderne qu’apparaît une véritable théorie de l’architecture. S’inspirant d’Aristote, elle juge explicitement nécessaire l’initiation de l’homme politique à l’art de la construction4.

3Si les théoriciens de l’État s’intéressaient au “type idéal” d’une ville, la présente recherche voudrait partir des conditions historiques réelles dans laquelle s’inscrit la ville pour élaborer une étude concrète et spécifique de l’architecture et de la société, en l’occurrence d’une société pouvant s’offrir sa propre architecture. Consciemment ou inconsciemment, ce phénotype correspond naturellement en grande partie aux principes généralement énoncés par les théoriciens. Il est néanmoins soumis à des développements et des priorités propres, dont la définition et l’analyse constituent le travail de l’historien. Le paradigme présenté ici est spécifié sous un triple aspect et prend ainsi valeur de modèle : sous un aspect chronologique (fin de la République et Empire), sous un aspect régional (les deux villes d’Éphèse et Pergame) et sous un aspect de typologie architecturale (conception de l’espace public de la ville).

  • 5 Bringmann 1993a, 89 (voir en outre la bibliographie citée infra n. 12).
  • 6 Sur l’apparition des édifices publies financés par des particuliers, voir Hesberg 1981, 55 sq. Sur (...)
  • 7 Je renvoie aux synthèses de P. Gros et G. Sauron (1988) et de H. Hesberg (1988), ainsi qu’à Zanker (...)

4Le lien entre la physionomie de la ville, l’évolution des réalisations architecturales et les composantes sociales qui la sous-tendent attire l’attention sur la question centrale de la sociabilité urbaine. Elle se manifestait par l’engagement bénévole, considéré sur un plan moral comme un devoir de la classe supérieure qui devait servir le bien-être de la communauté, dont les citoyens récompensaient le bienfaiteur pour sa générosité avec les honneurs appropriés et un souvenir reconnaissant. A l’origine, chaque acte de générosité était associé à l’entrée en charge dans les magistratures et autres fonctions officielles au service de la polis qui satisfaisaient de manière idéale l’ambition des personnes concernées et donnaient lieu à des hommages. Soucieuse cependant de l’égalité entre ses membres, la communauté poliade contrôlait et limitait les projets de construction ambitieux et, de cette manière, intégrait l’individu à une démarche collective. Ce rapport s’est modifié à l’époque hellénistique lorsque la polis fut incluse dans des structures de domination globales et ne fut plus une entité politique pleinement autonome. Les détenteurs du pouvoir, c’est-à-dire désormais les rois, avaient ainsi un “pouvoir intrinsèque de bienfaisance” orienté vers les villes : leur idéal de gouvernement reposait sur une logique de l’action et du succès, dont la générosité envers les sujets était une composante essentielle, tout en ayant elle-même pour le pouvoir un effet hautement stabilisateur. “Dans la vie politique comme dans la vie privée, les actes de bienfaisance établissent un lien personnel, suprajuridique”5. En raison de leur fragilité même et au delà des traités ou de la pression militaire directe, les royaumes hellénistiques ne pouvaient renoncer à la pression morale et ainsi à un levier de pouvoir prenant appui sur la reconnaissance qui lui était due. Les ressources royales autorisèrent une munificence aux dimensions nouvelles, plus importantes qu’auparavant. Avec le déclin des monarchies hellénistiques, ce fut cette générosité royale que prit en exemple un cercle restreint de riches familles dispensant toujours plus généreusement leurs bienfaits à leur communauté d’origine par des gestes ostentatoires spectaculaires. Une architecture dont, en quantité comme en qualité, l’ambition s’était élevée s’assurait une position plus indépendante, hors du contrôle de la communauté civique, mais se trouvant ainsi cependant depuis le ive siècle a.C. au centre de tensions diverses dans la mesure où, jusque-là, elle avait toujours été considérée comme l’expression de catégories et de valeurs politiques et morales collectives. D’une part, on approuvait les donations importantes des citoyens et dirigeants fortunés, car elles servaient l’intérêt général et apportaient du prestige à la ville, mais, d’autre part, on critiquait un luxe démesuré des constructions comme étant la manifestation d’un comportement tyrannique, conçu comme l’hégémonie d’une personne sur les autres, ou d’une ville sur une autre, encourageant du même coup la dégénérescence des mœurs. L’apparition de fondations privées entraîna l’émergence d’un nouvel univers de motivation et d’appréciation des constructions : l’action du commanditaire résidait dans sa capacité à dompter la nature par une réalisation architecturale à la fois grandiose et inspirant la confiance, qui, aux yeux de ses concitoyens, lui conférait un rôle de protecteur. Les Romains considéraient l’architecture en quelque sorte comme un moyen de dominer la nature et exprimèrent visuellement cette conception dans la construction d’aqueducs et autres édifices majestueux6. A Rome, l’évergétisme des particuliers dans le domaine de l’architecture est indissociable de l’évolution de la politique intérieure. Depuis le iie siècle a.C., la tendance croissante de l’architecture publique est à la matérialisation dans l’espace de la position de force du nouveau pouvoir aux dépens des institutions républicaines : elle connaît un premier apogée avec Pompée et César. Auguste imposa son monopole à l’urbanisme romain, auquel il imposa son joug. Dès lors, le mélange de l’ostentation personnelle du prince et des valeurs qu’elle entraînait avec elle va se transposer en un concept rigoureux, qui trouvera sa forme la plus spectaculaire sur le forum d’Auguste et aura une influence exemplaire sur l’aménagement de l’espace public dans les villes italiennes et dans les villes provinciales7.

5Il est bien connu que, dans la tradition de cet évergétisme d’influence hellénisto-romaine, les empereurs romains considéraient le financement des édifices publics, et surtout les subsides variés accordés aux villes provinciales, comme l’expression éminente de la munificence et de l’assistance du prince. De ce fait, l’objet de leurs générosités ne se distingue en aucune manière de ce que les donateurs privés estimaient utile pour le bien-être de la communauté et le maintien de leur gloire, sinon par l’ordre de grandeur de leur munificence.

  • 8 MacMullen 1959 ; Mitchell 1987 ; Winter 1996 (résumé 226 sq.).
  • 9 Kloft 1987.
  • 10 Winter 1998. Selon Tacite (Ann., 14.27), qui jugea le fait digne d’être rapporté, après un tremble (...)

6En tenant compte du caractère aléatoire des sources littéraires et épigraphiques, des études s’appuyant sur plusieurs régions ont permis de constater que les conditions préalables, les motivations, le financement et l’exécution des constructions ont engendré un ensemble complexe et varié de circonstances attestant toutes de l’influence de l’empereur sur la physionomie des villes8. La présente étude a pour but de préciser cette constatation et d’en donner des exemples concrets. L’action de l’empereur dans le domaine de l’architecture était l’une des nombreuses manifestations de sa liberalitas et, ainsi, de son action politique, certes déclenchée généralement par des demandes, des requêtes et plaintes de ses sujets, mais à laquelle il pouvait cependant aussi se dérober9. Les initiatives des villes ou l’action des intercesseurs agissant au nom des villes ont ainsi créé les conditions à partir desquelles l’empereur pouvait songer à élaborer une aide concrète. La générosité spontanée, “non réclamée”, constituait une exception et n’est attestée que dans le cas de l’empereur Hadrien, qui n’attendait pas les demandes de ses sujets, mais agissait de lui-même d’après les besoins respectifs des uns et des autres (Cass. Dio 69.5.2). Même à l’occasion de catastrophes naturelles, lors desquelles les empereurs assuraient une aide pour ainsi dire allant de soi, c’est en principe aux villes mêmes que revenait l’initiative de susciter le flux des bienfaits impériaux10. Cette initiative était à son tour dépendante de nombreux facteurs, dont nos sources ne nous permettent jamais d’avoir une connaissance exhaustive. Tout au plus pouvons-nous émettre des hypothèses, et dans des domaines limités. Il faut ici mentionner la situation économique et sociale de la ville en général et de sa classe supérieure en particulier, la protection d’un bienfaiteur “étranger” influent ou la qualité de ses relations avec l’empereur.

  • 11 Voir Migeotte 1997 et Eck 1997c.

7On touche ici au problème de l’importance des donations individuelles dans le fonctionnement général des villes. Surestimé jadis comme l’“élixir de longue vie” d’une situation économique et financière en déclin, le rôle de l’évergétisme dans l’essor de la culture urbaine du ier au iiie siècle p.C. a été depuis peu fortement relativisé11. On insiste avec raison sur les ressources financières des villes (même si elles étaient variables), grâce auxquelles ces dernières assumaient leurs tâches ordinaires et subvenaient aux besoins des habitants. Par nature, de telles actions n’ont pas ou peu été retenues par les sources, alors que les donateurs privés (à l’exception pour une fois de l’empereur) se bousculaient pour l’amour de la gloire devant la postérité, produisant la documentation correspondante. Étant donné l’inégal état des sources, il convient donc de déterminer et d’analyser le rapport entre engagement public au service de la collectivité et engagement privé, ainsi que de considérer la taille des réalisations, l’objet de la générosité (investissements nécessaires à l’infrastructure urbaine ou purs édifices d’ostentation et de luxe) et les motifs de la munificence. Indispensable à l’éclaircissement de ces questions, l’objectif était de parvenir à des études à valeur exemplaire mais précises sur des villes particulières, avec une conception différenciée du phénomène “évergétisme”, et reposant sur une prise en compte détaillée et fondée sur un arrière-plan historique général de l’histoire des constructions. Dans le cadre d’une étude comparative de deux cités, le “profil” de chaque ville peut être travaillé avec des contours plus nets, ce qu’il ne serait pas possible de réaliser dans le cadre d’une étude consacrée à un cas isolé.

8Deux villes bien connues de l’Asie Mineure antique se sont offertes à nous comme objet d’étude : Éphèse et Pergame (fig. 1). Elles appartenaient au même univers culturel, se trouvaient ainsi au départ dans des conditions de développement analogues, mais en raison de leur histoire et de leur situation, chacune possédait cependant des traits suffisamment individualisés pour qu’une comparaison entre elles puisse se révéler rentable. L’état des fouilles et de la conservation des monuments fixe certes les limites de l’investigation. En outre, l’historien de l’Antiquité se trouve dépendant du discours actuel des archéologues, qui apparaît par trop souvent contradictoire et qui ne peut naturellement que dans de très rares cas être soumis à une critique personnelle. En raison des fouilles (heureusement) encore en cours, il faut ainsi s’accommoder du fait qu’aussi bien l’état des fouilles que la discussion scientifique confèrent un caractère provisoire à de nombreuses constatations et interprétations et que ces dernières doivent être très rapidement corrigées. On est confronté à ce problème avec une acuité toute particulière dans l’étude urbanistique de la ville basse de Pergame à l’époque romaine, dont, si tant est que cela soit possible, le développement ne peut être présenté que dans ses grandes lignes, situation qui malheureusement ne devrait guère changer du moins dans un proche avenir. Abandonner la perspective d’ensemble signifierait renoncer pour une période indéterminée à une problématique historique et archéologique d’intérêt essentiel, à laquelle je voudrais au contraire attribuer un caractère de modèle. Un tel abandon méconnaîtrait en outre le fait que la “charpente” méthodique de l’étude, (pour rester dans la métaphore) constituée de plusieurs gros étais de même taille donnant naissance à un ensemble stable, n’est pas susceptible de s’effondrer si l’un de ses éléments révèle une fragilité. L’héritage parvenu jusqu’à nous dans les deux villes a livré aux archéologues et historiens un fonds à partir duquel il est possible de dégager de manière exemplaire un tableau dont les détails peuvent certes être toujours corrigés, mais qui, dans l’ensemble, est représentatif et valide pour l’histoire du développement urbain antique. Les données architecturales de la fin de la période hellénistique et de la période préromaine (déjà définies par la situation naturelle et l’histoire des deux villes, et en outre tout à fait spécifiques à chacune d’elle) constituent le point de départ de cette étude, car ce n’est qu’à partir du dernier siècle avant notre ère que, notamment dans le cas d’Ephèse, nous disposons de sources épigraphiques formant une base solide pour l’objet de notre présente étude. Parallèlement, les villes organisaient leur relation avec le pouvoir suprême romain sous des aspects plus directs et personnels, que ce soit de leur propre chef ou à l’initiative du pouvoir romain, et le souverain devenait désormais le seul personnage politique de référence. La structure sociale de la population urbaine, l’intégration de la classe supérieure dans la hiérarchie de la société romaine, les relations des villes entre elles et leurs rapports respectifs avec les autorités romaines, tout cela, dans le reflet du développement architectural urbain, constitue les coordonnées à l’intérieur desquelles la relation entre la polis grecque et l’empire romain s’établissait.

9Dans ce type de recherche, on se trouve confronté à une autre difficulté, à savoir trouver un juste équilibre entre une documentation historique et archéologique foisonnante et une présentation synthétique de ce matériel, qui doit faire apparaître structures et particularités. De ce fait, l’étude présentée ici ne peut et ne doit livrer aucun inventaire complet d’une recherche archéologique plus que centenaire. Elle ne peut pas non plus s’élever au niveau du débat d’une “typologie des villes” au sens de Max Weber. L’auteur est ainsi conscient du fait qu’il va offrir à certains lecteurs trop d’informations, à d’autres pas assez, et à d’autres encore des interrogations auxquelles ils n’ont pas apporté de réponse. Il s’agit ici d’une synthèse historique raisonnée et d’une analyse systématique, au sens où le flot ininterrompu des découvertes archéologiques et épigraphiques est maîtrisé et rendu utilisable pour aborder des thèmes historiques généraux. Nous ne tiendrons pas compte, à cette occasion, des découvertes mineures et mal établies qui ne modifieraient pas le tableau général. Cependant, dans ses variantes et ses nuances, cette impression d’ensemble doit être clairement obtenue à partir du matériel des sources et, dans la mesure du possible, être confrontée à des phénomènes comparables dans d’autres parties du monde romain. De la sorte, le présent travail voudrait être une contribution à une analyse plus sytématique du phénomène urbain antique.

Fig. 1 : Carte de l’Asie Mineure occidentale.

  • 12 Gehrke 1982 ; Walbank 1984 ; Bringmann 1993b.
  • 13 Schalles 1985, part. 1 sq.

10Dans le cadre du monde hellénistique de la première moitié du iie siècle a.C., Pergame était le centre d’un royaume qui possédait un rayonnement politique et culturel particulièrement important. Grâce à la qualité particulière de notre documentation relative à cette ville, l’organisation architecturale de Pergame révèle de manière exceptionnelle comment la conception du pouvoir peut se refléter dans la physionomie urbaine. C’est un fait bien connu que l’“État hellénistique” s’incarnait dans le souverain lui-même, dont la prospérité et la puissance étaient indissociables de l’état de son royaume. Par conséquent, il s’agissait de mettre constamment à l’épreuve la “capacité productrice” du pouvoir au moyen d’un spectre varié de grandes actions, dont le succès représentait en réalité la véritable légitimation du pouvoir du souverain sur ses sujets. Le pouvoir défini ajuste titre comme “charismatique”, selon la classification de Max Weber, supposait en tout premier lieu comme condition préalable à son exercice la capacité à être victorieux sur le champ de bataille, complétée par un large éventail de réalisations qui, en une écrasante exhibition de force et de richesse, alimentait ainsi ce charisme de manière continue12. Il convient d’inclure ici également les activités de construction des souverains qui étaient réalisées dans ce but, de sorte que, dans le cas des Attalides de Pergame, on parle tout simplement d’une “politique culturelle”13. Les centres urbains à vocation culturelle et religieuse du monde grec garantissant la publicité attendue, parmi eux bien sûr d’abord la résidence du souverain, ce sont eux qui bénéficièrent en premier lieu de ce genre d’opérations. Une topographie particulière, très stratégique, sur une montagne de 335 m d’altitude dominant la plaine du Caïque et s’effondrant brutalement sur trois côtés, avait prédestiné le site de Pergame à un rôle de forteresse. La soumission précoce et sans conditions au pouvoir occidental de Rome avait placé les Attalides du côté du vainqueur, de l’hégémonie romaine sur le monde méditérranéen oriental, et leur avait permis d’en récolter les fruits. Après le traité d’Apamée, ils se trouvèrent en possession de la plus grande partie de l’Asie Mineure, qui était aussi la zone la plus riche, ce qui fournit en particulier au roi Eumène II (197-159 a.C.) les moyens nécessaires à la transformation somptueuse de la forteresse en résidence royale et permit la réalisation d’une conception urbaine homogène sur le versant sud de la montagne. La volonté royale et la puissance exceptionnelle des finances du royaume attalide permirent de bâtir un ensemble de constructions monumentales dont l’effet ne pouvait qu’être accru par l’effet de situation d’une ville “d’une telle ampleur, dont la vue est admirable de loin et sous n’importe quel angle, tout simplement le véritable couronnement de toute la province” (Aristid., Or., 23.13 35 Keil). La majesté naturelle du site offrait des conditions idéales à l’ostentation personnelle du souverain et en même temps donnait au prince l’occasion de démontrer son “aptitude à triompher” par ses interventions majeures sur le cadre naturel, sous la forme d’une grandiose architecture en terrasses. Sur l’acropole, visuellement groupé autour du théâtre, se trouvait le centre politique et cultuel, sous une forme majestueuse, organisée et relativement homogène. Cette phase de la conception et de la réalisation architecturale a été si importante qu’après la mort du dernier souverain attalide en 133 a.C. et au début de la domination romaine, de telles interventions n’ont été, dans les siècles suivants et à une exception près, ni envisagées, ni souhaitées.

  • 14 Sur le développement du port d’Éphèse, voir Zabehlicky 1995a.
  • 15 Knibbe & Langmann 1993. Thür 1995a et 1999b.

11A l’inverse de Pergame, située à 26 km de la côte, le destin d’Éphèse est dès le départ lié à la mer et au port, et en conséquence il y eut toujours un effort pour maintenir le port dans sa fonction de centre nerveux de la ville, à Labri de l’ensablement progressif du golfe situé en aval de l’embouchure du Caÿstre (fig. 3)14. La ville romaine encore visible aujourd’hui est établie sur une nouvelle fondation du début de l’époque hellénistique. En raison de l’ensablement du golfe dans le secteur de l’Artémision, après avoir occupé la ville vers 294a.C. le diadoque Lysimaque décida de déplacer l’implantation du sanctuaire entre les versants du Panayirdag (mont Pion) et du Bülbüldağ (Leprè Aktè, mont Koressos), qui à cette époque était encore un mouillage profond. Autour du Panayirdağ s’enroulait déjà une voie processionnelle très ancienne, vouée au culte d’Artémis. Cette voie, qui en outre était bordée de tombeaux, fut intégrée dans la nouvelle fondation et devait constituer l’axe principal de la nouvelle implantation15.

12La prospérité et l’importance d’Éphèse reposaient d’une part sur le très célèbre sanctuaire d’Artémis, avec son temple en marbre érigé au vie siècle a.C. (sur des édifices antérieurs) et d’autre part sur la position géographique de la ville, au centre de la côte occidentale de l’Asie Mineure, au débouché de deux grandes artères venant de l’intérieur du pays, la “voie royale” de Sardes et la grande route en provenance de la vallée du Méandre. La situation particulièrement stratégique d’Éphèse incita déjà les souverains du début de l’époque hellénistique à y prendre provisoirement quartier – ainsi le fils et co-régent de Ptolémée II autour de 267-259, la première épouse du séleucide Antiochos II, Laodice, autour de 252 jusqu’après 246, Antiochos III en 196. De 188 à 133 a.C., la ville appartint aux territoires sous souveraineté pergaménienne. A l’intérieur de la nouvelle provincia Asia (après 133), elle reçut le statut de “ville libre” grâce au testament d’Attale III. Les besoins fonctionnels d’une ville portuaire ont régi l’organisation de la ville et ont marqué de leur empreinte la physionomie de la cité.

Fig. 2 : Pergame : la citadelle.

  • 16 Sur le théâtre à l’époque hellénistique, voir Heberdey et al. 1912, 5 sq. ; Gerkan 1921, 90 sq. ; (...)
  • 17 Ce nom a été attribué à la rue dès le début du xxe siècle en raison des nombreux tambours de colon (...)
  • 18 Scherrer & Thür 1995, 80 sq. D’après une communication orale de H. Thür et P. Scherrer, l’agora ci (...)
  • 19 Knibbe & Langmann 1993, 15 n. 30.

13Éphèse possédait à cette époque deux centres de vie publique. Le premier était dans un secteur situé au coeur de la zone portuaire, avec l’agora commerciale, l’agora tetragonos (fig. 6, no 6), déjà entourée de portiques à l’époque hellénistique. Le grand théâtre (fig. 6, no 3) était adossé au flanc occidental du Panaytrdag. Plus au nord se trouvait le stade (fig. 6, no 1), adossé au flanc nord de la même colline. Dans les premières décennies de la domination romaine, pendant lesquelles la ville connut un certain essor des programmes de construction, on érigea vraisemblablement le théâtre, dans une première réalisation en pierre et avec des dimensions encore modestes, la fontaine à proximité du théâtre (fig. 6, no 4), alimentée d’abord par une source, puis à partir de l’époque impériale par un petit ruisseau côtier, le Marnas16, et enfin l’hérôon d’Androklos (fig. 8, no 3 ; fig. 9) à l’extrémité de la “rue des Courètes” (fig. 6. no 10)17. Le deuxième centre était constitué (tout du moins à partir de la fin de l’époque hellénistique) par l’agora supérieure, ce qu’on appelle conventionnellement l’“agora civique” (fig. 6, no 13), située sur une croupe entre les deux collines de la ville, déjà entourée sur les côtés nord, sud et ouest par des portiques et considérée comme centre politique au regard des édifices limitrophes, comme le bouleutèrion et le temple de Hestia (fig. 7. no 8). Un gymnase, attesté par Strabon (14.634), se trouvait vraisemblablement sur le côté oriental de la place18. Dans le cas d’Éphèse, on est ainsi en présence d’une concentration d’édifices autour d’une structuration en deux places publiques, disposition préconisée par Aristote (Pol., 8.31 sq. 1331a), une agora “libre” pour la politique et une “agora marchande” pour les commerçants. On peut déjà considérer que la séparation topographique n’était pas seulement fonctionnelle mais aussi sociale : Aristote le dit et les inscriptions le confirment. Le mur d’enceinte d’une longueur de 9 kilomètres et d’une hauteur de 6 mètres servant à la défense de la ville profitait des collines situées dans la ville et à sa périphérie, mais n’était pas l’expression du pouvoir d’un ou de plusieurs personnages. L’urbanisme hellénistique éphésien offre un tableau beaucoup plus modeste que la majestueuse conception de l’acropole de Pergame et ne se distingue en rien de celui des autres villes comparables. “L’Éphèse hellénistique possédait en principe tous les édifices publics d’une polis grecque, mais donne une impression archéologique remarquablement ‘vide’, comme si, pendant longtemps la ville n’avait été occupée que par une population clairsemée, y vivant ‘bon gré mal gré’”19.

Notes

1 Zanker 1988,3.

2 Je renvoie aux actes du colloque édités par W. Schuller, W. Hoepfner et E. L. Schwander (1989), et notamment à Gehrke 1989, qui présente la bibliographie antérieure.

3 Sur les théories de l’urbanisme dans l’Antiquité, voir Martin 1956, 13 sq.

4 Hipp 1996.

5 Bringmann 1993a, 89 (voir en outre la bibliographie citée infra n. 12).

6 Sur l’apparition des édifices publies financés par des particuliers, voir Hesberg 1981, 55 sq. Sur le développement ultérieur de l’évergétisme, voir Gauthier 1985, 24 sq., 55 sq., 72 sq., et le résumé donné par L. Migeotte (1997). Sur Rome, voir Drerup 1966.

7 Je renvoie aux synthèses de P. Gros et G. Sauron (1988) et de H. Hesberg (1988), ainsi qu’à Zanker 1994, part. 260 sq.

8 MacMullen 1959 ; Mitchell 1987 ; Winter 1996 (résumé 226 sq.).

9 Kloft 1987.

10 Winter 1998. Selon Tacite (Ann., 14.27), qui jugea le fait digne d’être rapporté, après un tremblement de terre, la ville de Laodicée de Phrygie ne reçut aucune aide de l’État romain – pour quelle raison ? –, mais se releva par ses propres moyens.

11 Voir Migeotte 1997 et Eck 1997c.

12 Gehrke 1982 ; Walbank 1984 ; Bringmann 1993b.

13 Schalles 1985, part. 1 sq.

14 Sur le développement du port d’Éphèse, voir Zabehlicky 1995a.

15 Knibbe & Langmann 1993. Thür 1995a et 1999b.

16 Sur le théâtre à l’époque hellénistique, voir Heberdey et al. 1912, 5 sq. ; Gerkan 1921, 90 sq. ; Karwiese 1995a. Sur la fontaine, voir Wilberg 1923b et Alzinger 1970. 1604. L’inscription du Marnas, IK-Ephesos, 417, se trouve sur l’une des deux colonnes ressortissant à la phase de réaménagement de la fontaine à l’époque impériale.

17 Ce nom a été attribué à la rue dès le début du xxe siècle en raison des nombreux tambours de colonnes découverts dans sa partie occidentale (c’est-à-dire dans sa partie inférieure) ; ils portaient des listes de Courètes. Ces tambours, provenant du prytanée, furent remployés dans le “portique des Courètes” aux ve-vie siècles. L’appellation traditionnelle de la rue est conservée ici, puisque l’on ne peut déterminer si le nom d’embolos, dont on a plusieurs attestations, se réfère à la rue des Courètes ou à tout le quartier urbain avoisinant : voir Thür 1995b, 85 sq. Sur l’hérôon, voir Thür 1995b, 93 sq. et 1995c. H. Engelmann (1996) présente des arguments contre la localisation proposée par H. Thür.

18 Scherrer & Thür 1995, 80 sq. D’après une communication orale de H. Thür et P. Scherrer, l’agora civique de la haute époque hellénistique pourrait se situer sur un terrain non encore fouillé, entre le Bülbüldağ et la ligne de côte de l’époque

19 Knibbe & Langmann 1993, 15 n. 30.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Carte de l’Asie Mineure occidentale.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10352/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 2 : Pergame : la citadelle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10352/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search