Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lépide, le triumvir

 | 
Annie Allely

Conclusion

Texte intégral

1En 12 a.C., au moment de la mort de Lépide, Auguste avait entièrement atteint son objectif. Le nouveau régime mis en place commençait à trouver son équilibre, et semblait partout triompher. Un des moyens pour atteindre ce but, avait été pour Octavien/Auguste, l’utilisation d’une habile propagande à travers laquelle, le nouveau maître de l’Empire n’hésitait pas à donner sa version officielle des événements politiques des dernières décennies, et à noircir l’image à la fois de ses anciens et malheureux collègues au pouvoir et de ses adversaires politiques. Lépide fut comme Antoine ou Sextus Pompée, l’une des victimes de cette Histoire rapportée telle quelle, par les historiens de l’Empire.

2C’est pour cette raison, que nous avons essayé, pour avoir une meilleure connaissance du personnage, de confronter les sources littéraires, primaires et secondaires avec d’autres documents : inscriptions, monnaies et portraits. La tâche n’a pas été toujours aisée, parce que certaines données, comme les sources épigraphiques ou numismatiques ne sont pas suffisamment précises pour trancher certaines questions ou établir une chronologie définitive. Il nous semble toutefois, que l’on peut émettre quelques observations et conclusions sur l’activité et le rôle de Lépide à l’extrême fin de la République.

3Il nous paraît d’abord important de rappeler que Lépide a toujours fait état de son origine prestigieuse, celle d’un nobilis proche de la mouvance popularis, et que ce fut une des raisons pour lesquelles César s’intéressa à sa personne, et l’aida à l’élection au collège des pontifes. Lépide était donc très attaché à ses ancêtres, plus particulièrement à son arrière-grand-père, qui lui servit d’exemplum. Il obtint les mêmes charges, c’est-à-dire deux fois le consulat et le Grand Pontificat, ainsi que les mêmes honneurs comme le triomphe et une statue équestre sur les Rostres.

4Mais Lépide était aussi un homme de son temps, et avait bien compris l’évolution du système politique. Il choisit donc tôt le camp césarien, puisqu’il fit nommer César dictateur en 49. Dans les années 48-44, il appartint à ce petit groupe d’hommes de confiance qui gravitait autour du dictateur et qui exécutait ses décisions. César le choisit comme magister equitum pour administrer Rome et l’Italie avec un nouveau type de personnel administratif, les préfets urbains, et il lui fit superviser des travaux d’urbanisme dans l’Vrbs comme la construction des Saepta et celle du temple de Felicitas.

5A la mort de César, Lépide se trouvait dans une situation particulière, puisque le dictateur disparu, la maîtrise de la cavalerie n’avait plus de raison d’exister. Il ne restait à Lépide que le gouvernement d’Espagne Citérieure. Toutefois, dans les heures qui suivirent l’assassinat de César, il se montra, parmi les proches du dictateur, celui qui fut le plus déterminé à le venger, mais il ne fut pas suivi dans cette entreprise. Ce fut Antoine, qui réussit avec beaucoup d’habileté, à imposer ses vues et à établir un compromis avec les conjurés. Il avait des atouts certains : il était consul, possédait le Trésor et les papiers de César et avait des amis influents au Sénat. Les deux hommes toutefois réussirent à s’entendre. Le consul de 44 faisait accéder Lépide au Grand Pontificat, puis il l’envoyait en Hispania négocier avec Sextus Pompée. Ainsi, Antoine resté à Rome, avait les mains libres, du moins pour quelques semaines.

6Quelques mois, plus tard, devant une situation politique dégradée. Lépide fut obligé de faire des choix : ou bien il se rapprochait de Cicéron, et dans ce cas il choisissait le camp de la tradition sénatoriale et républicaine, ou bien il formait une alliance avec Antoine et le jeune Octavien, et il se présentait comme un des tenants de la légitimité césarienne. Il opta pour la seconde solution et fut l’artisan principal de la réconcialiation entre Antoine et Octavien avec la mise en place du second Triumvirat. Cette magistrature collégiale, à durée limitée, conférait aux trois hommes un pouvoir équivalent à celui du dictateur, et leur permettait de venger César. Cette décision politique dicta la conduite de Lépide à l’égard de ses proches. Avec ses deux autres collègues, il déclara la guerre à ses deux beaux-frères, Cassius et Brutus et il ht proscrire son frère aîné Paullus.

7Si nous tentons un bilan de l’activité de Lépide pendant l’époque triumvirale, force est de reconnaître que nous sommes très mal renseignés sur son action administrative et politique, parce que les sources anciennes traitent peu de l’institution triumvirale et de son fonctionnement. Toutefois, il existait de la part des triumvirs une volonté, au moins au début du Triumvirat, de garder le fonctionnement normal des institutions, de conserver les magistratures traditionnelles et une activité législative. Lépide resta à Rome de 42 à l’été 40, et pour l’année 42, il partagea le consulat avec L. Munatius Plancus. Il eut la lourde charge d’exécuter les mesures de la proscription décrétées par ses collègues et lui-même en novembre 43, et il sut à cette occasion, garder l’Vrbs calme par la recherche des mesures d’apaisement.

8Pendant cette période, Lépide fut aussi fidèle aux orientations tracées par César. Sur le plan édilitaire, il poursuivit et termina à Rome la construction des Saepta, et il commença peut-être les travaux du temple d’Isis. Le pontificat suprême lui permit également de revendiquer l’héritage césarien en se démarquant de ses deux collègues. I1 ht graver, comme le dictateur, son effigie sur les monnaies avec les symboles du Grand Pontificat. Dans le même esprit, il représenta le temple de Felicitas qu’il avait fait construire lorsqu’il était magister equitum.

9Mais c’est incontestablement dans les provinces que l’activité de Lépide fut la plus significative. La répartition des provinces entre les triumvirs constituait un des aspects importants de la rencontre de Bologne. Les sources anciennes informent peu sur le gouvernement des provinces sous le Triumvirat, et les historiens se sont surtout penchés sur le domaine d’Antoine dans la partie orientale de l’Empire. Même si les témoignages sont ténus, épars, voire parfois de lecture délicate, il ne fait aucun doute que Lépide continua dans trois provinces d’Occident. l’Espagne, la Gaule du Sud et l’Afrique, le processus de romanisation amorcé par César. Le dictateur faisait reposer sa politique provinciale sur la force militaire, les clientèles et une politique d’intégration juridique. Lépide poursuivit ce programme en octroyant de nouveaux statuts à quelques cités. Si des doutes subsistent sur le rôle de Lépide dans l’octroi de promotions juridiques pour Carthagène, Ilici, Sagonte ou Nîmes, il ne fait aucun doute, en revanche, qu’il dota Celsa, en Espagne Citérieure, du statut de colonie, que Cavaillon et Antipolis, en Transalpine, reçurent le droit latin, et que Tabarka, en Afrique, devint un municipe. Il offrit la ciuitas à de nombreux pérégrins, et il accrut ses forces militaires, notamment en Afrique. Cette dernière province, que Lépide gouverna pendant quatre ans de manière continue, fut des trois provinces gérées par le triumvir, celle où son souvenir restât le plus présent. Il la réorganisa sur le plan administratif, religieux et économique pour qu’elle continue à toujours être un des greniers à grain de Rome. Ainsi entre la mort de César et l’avènement d’Octavien/Auguste, le phénomène de romanisation des provinces occidentales ne fut pas interrompu.

10Reste à comprendre les raisons de son élimination politique. Son éviction peut d’abord s’expliquer par le fait que Lépide n’a peut-être pas toujours su apprécier certaines situations. Fin 43, c’est-à-dire au moment de la formation du second Triumvirat, Lépide était un homme politique puissant. Deux ans plus tard, il est présenté par les sources comme le collega minor du Triumvirat. Or, Lépide, non seulement ne participa pas à la bataille de Philippes, mais il "prêta” sept de ses légions à ses collègues. Antoine et Octavien profitèrent de leur victoire sur les conjurés pour lui retirer autoritairement les provinces occidentales tout en l’accusant d’avoir pactisé avec Sextus Pompée. On peut certes discuter pour savoir si, le fait d’être resté à Rome, était une erreur politique. Il nous semble que début 42, compte tenu des forces en présence, la victoire décisive contre Cassius et Brutus n’était pas aussi évidente que cela. Par ailleurs, il fallait qu’un des triumvirs reste à Rome à cause de la proscription. Mais Lépide, en laissant partir ses légions en Orient, prenait le risque de se retrouver affaibli. Nous ne savons pas de quelle manière il réagit lorsqu’il prit connaissance des décisions de ses collègues. La seule chose dont nous soyons certains est qu’Antoine et Octavien n’osèrent pas l’éliminer totalement, parce qu’il devait avoir encore des appuis, notamment au Sénat.

11De même, la lecture des sources laisse penser que la conjoncture politique et sociale, entre 41 a.C., et 36 a.C., à Rome et en Italie, était loin d’être favorable à Octavien. Lors de son retour à Rome en 41, il dut faire face à une opposition triumvirale. A ce moment précis, Lépide, dépouillé de ses provinces, mais qui avait des soutiens au Sénat, aurait pu faire cause commune avec L. Antonius, ses alliés sénateurs et les élites municipales italiennes. Il aurait peut-être pu utiliser ses réseaux et amis pour s’affirmer davantage. Il aurait pu s’entendre également avec Sextus Pompée qui bloquait la route du blé vers Rome, et mettre ainsi Octavien en difficulté. Il n’en fut rien. Lépide, certainement très attaché au pouvoir triumviral, fit d’autres choix, aida militairement Octavien, et resta à Rome jusqu’au retour de la paix. Puis il partit en Afrique en laissant Octavien et Antoine régler leurs différends. Loin des difficultés de Rome et de l’Italie, Lépide espérait refaire ses forces politiques et militaires en Afrique pour retrouver sa place au sein du Triumvirat. A Rome, Octavien, débarrassé de Lépide, parlait de lui comme d’un lieutenant, d’un legatus, et non comme d’un collègue ayant les mêmes droits. Il procéda en 39, à une nouvelle lectio sénatoriale et ses partisans étaient maintenant supérieurs à ceux de ses deux collègues. Toutefois la question de la piraterie et du blocus de Sextus Pompée n’était pas réglée. Ce fut dans ce contexte qu’Octavien demanda en 38 de l’aide aux deux triumvirs. Lépide refusa de coopérer, ce qui mit Octavien provisoirement dans la gêne. Il préférait attendre et poursuivre la reconstitution de son infanterie, de sa cavalerie, et de sa marine. La guerre en 36 lui parut une meilleure opportunité pour défendre ses droits au sein du Triumvirat. La confrontation, entre les deux hommes paraissait alors inévitable. Après la victoire sur Sextus Pompée, Lépide revendiqua ses droits et ses provinces pour l’Occident, mais son armée, travaillée par le jeune triumvir, lui fut infidèle et changea de camp. Abandonné et sans appui. Lépide fut donc dépouillé de toute autorité par Octavien.

12La destitution de Lépide nous amène à évoquer également ses rapports délicats avec ses légions. Les sources littéraires, jusqu’en 36 ne font état d’aucune action militaire. En 36, Lèpide se révéla être un chef d’armée tout à fait compétent et l’aide qu’il apporta à Octavien n’était pas à négliger dans la lutte contre Sextus Pompée. Ceci étant, il connut trois fois des difficultés au sein de ses troupes : en mai 43 lors de l’arrivée d’Antoine en Gaule du Sud. en 41 pendant la guerre de Pérouse et en septembre 36 en Sicile. A chaque fois, certains de ses officiers lui furent hostiles et rentrèrent en contact et composèrent avec la partie adverse. Certes, les mutineries étaient fréquentes à la fin de la République mais Lépide n’a pas su réprimer à temps les mouvements de mécontement de ses hommes. Le soulèvement de 36 est tout à fait significatif de ce phénomène et fut à l’origine de son éviction politique. Il commandait une armée composée d’éléments hétérogènes qui fut sensible aux appels d’Octavien. Celui-ci sut agir avec beaucoup d’habileté. Il se présenta aux troupes de Lépide comme le seul héritier de César et à celles de Sextus Pompée, il promit la clémence. Fort du nom de César, Octavien fut en 36 un adversaire redoutable pour Lépide qui ne put retourner la situation.

13Cependant, la place de Lépide, dans cette période troublée, que fut le second Triumvirat, ne doit pas être totalement négligée. Fidèle successeur de César, il administra Rome sans difficulté ainsi que trois provinces occidentales. Il fut capable de conduire également avec succès quelques opérations militaires. Mais, comme Antoine, il eut la malchance d’avoir un collègue extrêmement ambitieux et doué en politique, qui non seulement, lui infligea une défaite définitive mais également le discrédita aux yeux de la postérité.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540