Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lépide, le triumvir

 | 
Annie Allely

Chapitre XI. Les années obscures

Années 40-36

Texte intégral

1Entre les années 40 et 36, les sources littéraires ne mentionnent pratiquement plus Lépide. Il fut d’ailleurs absent quand ses deux collègues prirent de grandes décisions concernant le fonctionnement du Triumvirat et la répartition des pouvoirs. Pourtant, son poids politique ne pouvait être négligé complètement, surtout à partir de 38 lorsque la menace de Sextus Pompée devint plus pressante.

1. Une absence remarquée

1.1. La paix de Brindés

  • 1 Sur les accords de Brindes : App., BC., 5.65 : “Que Lépide conservait la Libye qu’Octave lui avait (...)
  • 2 Gabba 1970a, 108 ; Freyburger & Roddaz 1994, 86. n. 263.

2Lors des accords de Brindes, en octobre 40. Octavien et Antoine se partagèrent l’Occident et l’Orient et Lépide se vit confirmer l’Afrique bien qu’absent à la rencontre1. La Sicile, qui était aux mains de Sextus Pompée, faisait théoriquement partie du domaine d’Octavien. Ce dernier était donc le grand bénéficiaire de l’opération, puisque l’Italie demeurait dans sa zone d’influence2. Enfin, cet accord fut scellé par un mariage. Antoine, veuf de Fulvie, épousait Octavie, la sœur d’Octavien.

  • 3 App., BC., 5.67.

3Mais la paix de Brindes laissait de côté Sextus Pompée. La situation s’était dégradée et la famine sévissait à Rome. Selon Appien, Sextus Pompée avait la totale maîtrise du bassin occidental de la Méditerranée, ce qui empêchait les marchands d’Orient, d’Afrique de venir à Rome, et ses lieutenants occupaient la Corse et la Sardaigne3, De 39 jusqu’à la bataille de Nauloque en septembre 36, il resta la préoccupation principale d’Octavien.

1.2. Les accords de Misèrie

  • 4 D.C. 48.34.5.
  • 5 Selon App., BC., 5.69, l’initiative de la rencontre serait venue d’Antoine, mieux placé qu’Octavien (...)
  • 6 App., BC., 5.72 ; D.C. 48.36. Le lieu de rencontre a fait l’objet de discussions. Il est difficile (...)
  • 7 App., BC., 5.71 : “Pompée pensait qu’il était venu pour être associé au Triumvirat à la place de Lé (...)
  • 8 Hadas 1930,95.

4En 39, le Sénat ratifia tous les actes des triumvirs et Octavien qui désirait combattre Sextus Pompée mit en place de nouveaux impôts parce que le Trésor était vide et qu’Antoine n’avait pas rapporté d’Orient le tribut tant espéré4. La combinaison de nouvelles taxes et de la famine fut à l’origine de mouvements populaires à Rome qui obligèrent finalement les triumvirs5 à prendre contact avec Sextus Pompée. La rencontre eut lieu au printemps 39 dans le golfe de Misène6. Lépide y était absent mais il fut au cœur de la discussion. En effet, lors de la première rencontre entre les deux triumvirs et Sextus Pompée, Appien rapporte que ce dernier désirait être associé au Triumvirat et prendre la place de Lépide7. Octavien et Antoine refusèrent et ne lui offrirent guère plus que la restauration de la citoyenneté ce qui était tout aussi inacceptable. M. Hadas a bien montré que cette demande formulée lors du premier entretien n’était pas une demande réelle et sérieuse8. Les trois hommes se séparèrent et ce furent leurs amis qui négocièrent et aboutirent au compromis suivant : Sextus Pompée promettait de ravitailler Rome, d’arrêter la piraterie et de garantir la paix. En contrepartie, il devenait consul et augure sans venir à Rome et il recevait pour cinq ans la Sicile, la Corse, la Sardaigne et l’Achaïe. Pour cette dernière province, une clause prévoyait que Sextus Pompée la recevrait lorsqu’elle aurait versé les tributs dus à Antoine. Les accords de Misène se terminèrent par un repas sur le navire amiral de Sextus Pompée qui regagna ensuite la Sicile.

  • 9 L’affaire était complexe. App., BC., 5.77 : “Le traité fut rompu entre Octavien et Pompée. Quant au (...)
  • 10 App., BC., 5.77.
  • 11 D.C. 48.46.2 : “A cette nouvelle. César reprit aux vestales les documents du traité et envoya cherc (...)
  • 12 App., BC., 5.79.
  • 13 App., BC., 5.79. Antoine a pu considérer l’absence d’Octavien au rendez-vous comme une offense, d’a (...)
  • 14 App., BC., 5.79 : “soit qu’il (Antoine) n’approuvait point la guerre contre Pompée, comme contraire (...)
  • 15 Weigel 1992, 85.
  • 16 App., BC., 5.80-88 ; D.C. 48.46-48. Sur la bataille de Cumes, voir Hadas 1930, 108-109 ; Paget 1970 (...)
  • 17 App., BC., 5.88-92 ; D.C. 48.49 ; Kienast 1966.

5En septembre 39. Antoine repartit vers l’Orient à la suite d’une invasion des Parthes en Syrie. En Occident de nouvelles difficultés surgirent avec Sextus Pompée. Cette fois-ci c’était l’interprétation du traité de Misène concernant la province d’Achaïe qui se trouvait au cœur du conflit. Sextus Pompée se plaignait du non transfert de la province par Octavien9. La piraterie reprit et l’approvisionnement en blé devint rare10. Octavien ne voulait pas faire du différent qu’il avait avec Sextus un conflit personnel, il voulait y associer Lépide et Antoine. Il adressa d’abord une lettre aux cités et prononça un discours devant l’armée où il insista sur la responsabilité de Sextus Pompée. Dion Cassius écrit qu’il envoya à ses collègues le traité signé avec Sextus et les convoqua11. Appien ne parle que d’Antoine12. Pourtant, il nous semble que c’est certainement le témoignage de Dion Cassius qu’il faut retenir, parce qu’Octavien avait aussi besoin des renforts de Lépide, l’armée d’Antoine étant en Syrie. Antoine vint rencontrer Octavien à Brindes, mais comme ce dernier n’était pas présent au rendez-vous, il repartit aussitôt13. Lépide ne répondit pas à la convocation d’Octavien et Dion Cassius n’en donne pas la raison. Il y a toutefois lieu de penser que Lépide et Antoine en 38, n’avaient pas envie de s’engager dans une guerre contre Sextus Pompée. Ils ont considéré que cette guerre était une affaire personnelle qui concernait d’abord Octavien et qu’elle était contraire au traité de Misène14. On a avancé que Lépide espérait une défaite d’Octavien, ce qui l’affaiblirait au sein du Triumvirat15. Pour l’heure, Lépide n’apporta aucune aide militaire à Octavien et ce dernier décida néanmoins d’engager le conflit contre Sextus Pompée. Il connut un double désastre militaire16. Sa flotte fut battue par celle de Sextus, puis fut anéantie par une tempête. Octavien n’en resta pas là, de retour à Rome, il entreprit la construction d’une nouvelle flotte17.

  • 18 App., BC., 5.92.
  • 19 App., BC., 5.93-94 ; D.C. 48.54.

6La situation d’Octavien était inconfortable, il avait été battu sur mer et à Rome, la famine sévissait toujours. D’après Appien, le peuple lui était hostile pour n’avoir pas respecté le traité avec Sextus18. Il reprit contact avec Antoine par l’intermédiaire de Mécène et une rencontre eut lieu entre les deux hommes au printemps à Tarente19.

1.3. La rencontre de Tarente

  • 20 App., BC., 5.93. Sur le rôle essentiel d’Octavie dans le rapprochement entre les deux triumvirs : S (...)
  • 21 App., BC., 5.93.

7La préparation de cette rencontre fut difficile parce qu’Octavien avait de nombreux griefs à l’encontre d’Antoine et ce fut Octavie qui servit d’intermédiaire20. Il reprocha à Antoine d’avoir envoyé son affranchi Callias auprès de Lépide pour l’engager à s’unir contre lui. Octavie répondit qu’elle savait que Callias avait été envoyé en Afrique avant le départ d’Antoine en Syrie, pour négocier le mariage entre la tille d’Antoine et le fils de Lépide21. Il y avait quelques chances pour que les craintes d’Octavien soient fondées. Si la date avancée par Octavie est juste, Callias se rendit en Afrique pendant l’été 39. Or, une des préoccupations politiques du moment était la mise en place des accords de Misène et une alliance entre Antoine et Lépide ne se justifiait pas. Mais il se peut très bien que Callias soit allé en Afrique en 38 lorsqu’Octavien était en guerre contre Sextus Pompée. Il n’est pas invraisemblable de penser qu’Antoine ait recherché une alliance avec Lépide qui restait en relations avec ses collègues. En cette fin d’année 38, sur le plan militaire et politique, il se trouvait dans une situation plus confortable qu’Octavien, sa province ne connaissait apparemment pas ou peu de troubles et il était en train de se constituer une force armée non négligeable.

8De la rencontre de Tarente en septembre 37 deux points importants sont à retenir. Le premier concerne le renouvellement du Triumvirat qui était arrivé à son terme, le second la guerre contre Sextus Pompée.

  • 22 Le premier quinquennat avait pris lin le 31 décembre 38. Le renouvellement des pouvoirs triumviraux (...)
  • 23 AE. 1959, no 77. Guey & Pernette 1958, 81-89.
  • 24 Badian 1992,5-16.
  • 25 D.C. 49.8.4.

9Le Triumvirat fut prorogé pour cinq ans et dans le cadre de ce renouvellement Appien et Dion Cassius ne font pas allusion à Lépide qui était probablement absent à la rencontre22. Toutefois les Fastes capitolins et une inscription découverte à Thabraca23 prouvent que son pouvoir triumviral fut renouvelé en 37. E. Badian24 a soutenu que, malgré les Fastes et l’inscription de Thabraca, Lépide avait perdu son statut de triumvir. Il s’appuie sur le fait qu’Appien et Dion Cassius ne le mentionnent pas, mais aussi qu’en 36, au moment de la guerre de Sicile, Octavien le traite de subordonné25. Il considère également que les Fastes sont incomplets et que l’inscription africaine a pu être rédigée sous les ordres de Lépide qui se serait lui-même déclaré triumuir bis. Cette argumentation nous paraît discutable. Il faut d’abord voir les effets de la propagande augustéenne lorsqu’Octavien appelle Lépide son subordonné. Il s’agit d’un procédé mensonger souvent utilisé par le jeune triumvir. Déjà, pour l’octroi de l’Afrique, il laissa croire que cette province était un cadeau personnel fait à Lépide pour mieux se l’attacher, bien que le transfert de cette province ait été prévu depuis les accords de Philippes. Par ailleurs la situation politique de 37 ne se prêtait pas à ce qu’Octavien et Antoine trahissent Lépide. Ils ne pouvaient se permettre d’avoir en Occident comme ennemis, à la fois leur collègue et Sextus Pompée. Enfin, il paraît fort improbable que l’inscription de Thabraca soit mensongère, il n’était pas dans les habitudes romaines d’indiquer des charges et des magistratures qui n’existaient pas. En revanche, cette inscription nous fournit des indications précieuses sur la manière dont Lépide en 37-36 concevait son pouvoir :

M(arco) Lepido, imp(eratori) ter(tiwn), pont(ifici) max(imo), (trium) uir(o) R(ei) P(ublicae) C(onstituendae) bis, co(n)s(uli)) iter(um), patrono, ex d(ecreto) d(ecurionum).

  • 26 Degrassi 1947, 56, pour les années 46. 45 et 44 et p. 86 pour l’année 43. Voir également Guey & Per (...)
  • 27 C’est de cette façon que l’appelle Cicéron. Voir Cic., Phil., 3.9.23 ; 13.6.13 ; 7.14-15 ; Fam., 10 (...)
  • 28 Schumacher 1985, 202-203. Cet auteur pense qu’il est possible que cette proclamation ait un rapport (...)
  • 29 Guey & Pernette 1958, 85, n. 20.
  • 30 Guey & Pernette 1958, 84. Antoine avait reçu trois salutations impériales : la première début 43, l (...)

10Le nom de Lépide mérite d’abord attention, puisque son nom complet était M(arcus) Aemilius. M(arci) f(ilius), Q(uinti) n(epos). Lepidus. C’est ce nom qui ligure en entier, avec sa filiation à deux degrés dans les Fastes capitolins, consulaires et triomphaux26. Il semble qu’il était appelé M. Lepidus dans la conversation courante27, et l’omission du gentilice d’un personnage issu d’une aussi grande famille est rare. Cette forme abrégée du nom M. Lepidus (et pas M. Aemilius Lepidus) n’était certainement pas un hasard, J. Guey et A. Pernette y voient “quelque chose de plus impératorial encore que de familier”. Pour le pouvoir proprement dit. Lépide passa sous silence les magistratures inférieures au consulat comme le firent plus tard les empereurs. Il mit au premier rang ses salutations impériales, ce qui prouve l’importance que pouvait revêtir pour lui les victoires militaires. Nous ne savons pas à quel événement militaire rapporter cette troisième salutation impériale28. Puis il rappela en deuxième rang sa dignité de Grand Pontife et on peut y voir une référence à César29. Le Triumvirat itéré ne venait qu’en troisième place suivi du consulat itéré. Entre 37 et la moitié de l’année 36, la titulature de Lépide comparée avec celles d’Antoine et d’Octavien, restait la plus prestigieuse et il était premier en dignitas30. Il s’agit donc d’une titulature abrégée, et trois des titres de Lépide (PONT. MAX., IMP., COS.) seront repris dans la titulature impériale “canonique” du Principat.

  • 31 Roddaz 1984,94-96.
  • 32 Pagano et al. 1982,272-323.
  • 33 Suet., Aug., 16.1.

11Agrippa, l’ami d’Octavien fut rappelé à Rome début 3731 et construisit un nouveau port dans la baie de Pouzzoles, le Portus Iulius32 et mit sur pied une nouvelle flotte. La mobilisation de vingt mille esclaves donnés par des amis du triumvir et affranchis pour en faire des rameurs33 et monter une flotte de quatre cents vaisseaux témoignent de la part d’Octavien de sa volonté d’en finir avec le fils du Grand Pompée.

  • 34 App., BC., 5.95.

12Malgré la création de cette nouvelle marine de guerre et les cent vingt bateaux construits promis par Antoine34, les forces d’Octavien n’étaient pas suffisantes pour lutter contre Sextus Pompée. Il dut faire appel à Lépide qui, cette fois accepta de l’aider. La lutte contre Sextus Pompée était pour lui l’occasion de réaffirmer son pouvoir au sein du Triumvirat, d’autant plus qu’il s’était constitué une force armée importante qu’il convient d’étudier.

2. La constitution de l’armée d’Afrique

  • 35 App., RC., 5.53.
  • 36 Tarn 1932.75-81.
  • 37 Gabba 1970a. 91 ; Hinard 1991,33-38. En revanche, Schmitthenner 1958, 82-83, considère qu’il s’agit (...)
  • 38 App., BC., 5.75 : “Il (Antoine) chargea, d’un autre côté, Furnius, d’aller lui chercher en Libye le (...)

13Lépide arriva en Afrique en 40 avec six légions qui appartenaient à Antoine et sur lesquelles il ne devait pas trop compter35. Ces légions venaient probablement de Gaule, quatre étaient sous les ordres de Calenus et les deux autres sous ceux de L. Munatius Plancus avant de passer à Agrippa36. Comme l’a fort bien suggéré E. Gabba, il s’agissait d’une restitution, puisqu’en 42, Octavien et Antoine lui avaient pris sept légions pour combattre Brutus et Cassius37. Lors de son arrivée en Afrique, Lépide reçut de T. Sextius ses quatre légions38.

  • 39 App., BC., 5.98.
  • 40 Vell. 2.80.
  • 41 App., BC., 5.116 : “Toutes les forces réunies en Sicile consistaient en vingt et une légions, vingt (...)

14Donc, en 40 Lépide avait sous son commandement dix légions, quatre années plus tard, il avait à sa disposition seize légions, cinq mille cavaliers numides, mille bateaux de transport, soixante-dix vaisseaux de guerre, plus une grande quantité de matériel39. Même si ces légions étaient semi plenae40, en quatre ans il s’était constitué une force armée importante qui pouvait concurrencer celle d’Octavien41. On peut donc se demander de quelle manière il a pu se constituer une telle force et dans quel but ?

  • 42 Audollent 1901, 44 ; Gsell 1928,195.
  • 43 Harmand 1967, 245.
  • 44 Harmand 1967, 249.
  • 45 Bruni 1971, 499 ; Keppie 1998, 141. La levée de legiones uernaculae semblait être une pratique fréq (...)
  • 46 Wolff 2000, 339-340. L’origine de cette légion reste très obsure. On a supposé qu’à partir du momen (...)

15Pour ce qui concerne le recrutement des légions on avait autrefois avancé que Lépide avait enrôlé de force les colons pour les envoyer se battre contre Sextus Pompée42. Nous savons qu’à la fin de la République, le recrutement de volontaires et la levée autoritaire coexistaient43 et dans les provinces, la responsabilité de la levée incombait au gouverneur ou à ses officiers44. Lépide a certainement recruté des citoyens romains, c’est-à-dire des Romains résidents dans la province et des colons ou des indigènes romanisés ayant reçu la ciuitas, mais il a certainement aussi levé des non-citoyens comme legiones uernaculae45. Enfin, peut-être a t-il créé parmi ces nouvelles légions la legio III Cyrenaica46.

  • 47 App., B.C., 5.98
  • 48 Hamdoune 1999, 53-63.
  • 49 Hamdoune 1999, 62.
  • 50 Cic., Fam., 10.30.3.
  • 51 Hamdoune 1999, 63, n. 51.

16Cinq mille cavaliers numides participaient également à la guerre contre Sextus Pompée47. Jusqu’à César, il n’y avait pas de cavalerie permanente. On utilisait des troupes d’appoint spécialisées, les auxilia externa, parmi lesquels figuraient des cavaliers48. Leur présence est constamment attestée depuis les guerres puniques jusqu’aux guerres civiles et ils étaient recrutés dans le cadre des liens de clientèle avec les imperatores49. La cavalerie numide avait toujours été réputée et Antoine, à la bataille de Modène, comptait sur ses cavaliers maures qui lui servirent de force d’appoint50. Ce fut certainement ce rôle que leur assigna Lépide. Enfin, peu nombreux quantitativement, ces auxilia étaient d’une efficacité remarquable dans les actions spécifiques auxquels ils participaient. Ils étaient recherchés dans le but d’accroître l’efficacité de l’armée51.

  • 52 Morrison 1996, 230-233.
  • 53 Recidé 1986, 14.
  • 54 Reddé 1986, 15. Voir également : Pomey & Gianfrotta 1981. 270. Ces auteurs font état de quilles ret (...)
  • 55 Nous sommes également très mal renseignés sur la construction des navires. Voir Johnson 1927, 199-2 (...)
  • 56 Le Bohec 1989, 155, n. 60.
  • 57 Le Bohec 1989, 337 et Salama 1964-1965, 97-1 15, date ce milliaire de la deuxième moitié du ier siè (...)
  • 58 Reddé 1986, 244-250. A l’époque républicaine, il n’existait pas de port militaire en Afrique. En l’ (...)

17Nous sommes très mal renseignés sur la construction des bateaux de guerre et de transport52. Le choix du bois pour la construction était capital parce qu’il orientait toute la suite des opérations de l’architecte53. C’était le pin et le sapin qui étaient le plus souvent utilisés, même si d’autres essences ont été retrouvées lors de fouilles54. La nécessité de posséder de bons bois de construction pour la marine de guerre était évidente et a souvent déterminé le choix d’un port, voire la conquête de contrées boisées. Bien que nos sources soient lacunaires à ce sujet, il y a de fortes présomptions pour que Lépide ait utilisé le bois africain et en particulier celui de la forêt de Kroumirie. Il s’agit d’une région montagneuse de l’Algérie orientale et de la Tunisie septentrionale comprise entre la vallée de la basse Medjerda au sud et la plaine d’Annaba au nord et recouverte de chênes lièges et de chênes verts55. Un faisceau d’indices laisse penser que Thabraca a pu servir de base pour la construction de la flotte. Ce fut dans cette cité que la seule inscription d’Afrique dédiée à Lépide a été retrouvée, mais qu’également une épitaphe mutilée d’un soldat qui avait servi dans une légion et qui ne portait pas de surnom a été découverte56. De même de Thabraca une route partait vers Carthage qui bifurquait à Lorbeus vers Tébessa où a été découvert un milliaire d’époque triumvirale57. Lépide se servit peut-être de Thabraca comme base militaire pour préparer son expédition de Sicile58.

  • 59 Romanelli 1959, 148 ; Benabou 1976,45.
  • 60 Hadas 1930, 135.

18Reste à nous interroger sur les buts de Lépide. Il ne fait aucun doute qu’en 40, l’Afrique connaissait des troubles et l’on peut tout à fait admettre qu’une partie des légions a dû servir à asseoir l’autorité romaine et à lutter contre des populations de l’Africa Noua où les établissements romains étaient récents59. Il ne faut pas non plus oublier la menace que constituait Sextus Pompée contre Rome, et à tout moment Octavien pouvait avoir besoin des forces militaires de son collègue. Mais nous ne croyons pas que cette armée ait été formée uniquement pour lutter contre Sextus Pompée, ni comme l’avait suggéré M. Hadas, que Lépide songeait à prendre personnellement le pouvoir60. Il nous semble plutôt que cette armée pouvait aider le triumvir à rééquilibrer son pouvoir au sein du Triumvirat. Ses forces étaient peut-être insuffisantes en 38, d’où son refus d’aider Octavien ; en revanche en 36. il était prêt à revendiquer sa véritable place auprès du fils adoptif de César.

3. La guerre contre Sextus Pompée

  • 61 Gabba 1970a ; Hayne 1974a, 59-65 ; Roddaz 1984 ; Hadas 1930.
  • 62 D.C. 49.8.3 : “Et si Gallus conforta Sextus, Lépide se disputa avec César (il voulait en effet tout (...)

19La guerre en Sicile61 était donc l’occasion pour Lépide pour retrouver plus de pouvoir au sein du Triumvirat. A travers ce conflit se posait la question de ses relations avec son collègue Octavien qui le traitait en subordonné, mais également avec Sextus Pompée avec lequel il fut accusé d’être entré en relations62.

3.1. Les opérations militaires

Fig. I : La guerre en Sicile : plan d’offensive et mouvement des forces triumvirales.

  • 63 App., BC., 3.97 : “Octave se disposait donc à entreprendre son expédition ; et pour attaquer Pompée (...)
  • 64 Roddaz 1984, 119.
  • 65 Roddaz 1984. 117, n. 151.
  • 66 App., BC., 5.98.
  • 67 App., BC., 5.98.
  • 68 Cette stratégie reproduisait en fait le plan d’offensive de 38. Cf. Roddaz 1984, 1 19, n. 157.
  • 69 D.C. 49.1.1 : “En outre, Lépide certes malgré lui, avait néanmoins promis de l’aider”.

20D’après le témoignage d’Appien63, Octavien et Agrippa mirent au point la stratégie pour lutter contre Sextus Pompée. Il décidèrent de l’encercler sur trois fronts. Agrippa partit du Nord, de la baie de Naples (Portus Iulius), Statilius Taurus de l’Est, de Tarente, et Lépide vint du Sud, de l’Afrique. Pour J.-M. Roddaz64, il ne fait aucun doute que l’offensive principale venait du nord et l’importance de la flotte d’Agrippa devait lui permettre d’affronter seul Sextus Pompée. Le lieutenant d’Octavien disposait entre trois cent cinquante et quatre cents navires et avait entre sept et neuf légions65. Taurus avec cent trente navires prêtés par Antoine66 et Lépide avec soixante-dix grands vaisseaux de guerre, mille bateaux de transport, douze légions et cinq mille cavaliers numides67 devaient servir de force d’appoint, mais la simultanéité des attaques obligeait Sextus à se battre sur plusieurs fronts, donc à disperser ses forces68. Selon Appien. Lépide sembla accepter au début de la guerre le plan d’Octavien et d’Agrippa, tandis que Dion Cassius rapporte que Lépide accepta d’aider à contrecœur Octavien69.

  • 70 App., BC., 5.98 : “Le jour des Calendes étant arrivé, ils mirent tous trois à la voile, dès le poin (...)
  • 71 App., BC., 5.98.
  • 72 App.. BC., 5.99 ; D.C. 49.1.3.
  • 73 App., BC., 5.98 : “... Le troisième jour de marche, un vent du Nord s’étant levé, il submergea plus (...)
  • 74 App., BC., 5.98.
  • 75 Hadas 1930, 125 ; Hayne 1974a, 60 et Roddaz 1984. I 19 considèrent que Lépide dès le début de la gu (...)
  • 76 Gabba 1970a, 168-169, n. 408.
  • 77 D.C. 49.8.1-2.

21Les trois flottes partirent de leur base le 1er juillet 36 après une lustratio solennelle70. Mais, au troisième jour, comme en 38, il y eut une violente tempête qui endommagea les flottes. Statilius Taurus dut repartir vers Tarente71 et la flotte d’Agrippa fut également endommagée. L’amiral dut faire réparer de nombreux navires72. Seul Lépide, bien qu’ayant perdu quelques bateaux, réussit à débarquer en Sicile et assiégea la ville de Lilybée (Marsala) qui était aux mains de L. Plennius, un lieutenant de Sextus Pompée73 A partir de cette ville, il s’assura sans trop de difficultés le contrôle de plusieurs autres villes siciliennes74. Il est difficile de savoir si le siège de Lilybée avait été conjointement décidé entre Octavien et Lépide75. Pour l’heure, c’était une première base et une tête de pont pour contrôler la partie occidentale de file76, et Sextus Pompée fut obligé de lui envoyer Tisienus Gallus pour le combattre77.

  • 78 App., BC., 5.98.

22A la suite de la tempête, Octavien, découragé, songea d’abord à repousser la campagne à l’été suivant, puis se ressaisit et envoya Mécène à Rome pour contrôler les initiatives des partisans de Pompée. Il confia à Agrippa le soin de reconstituer une flotte dans la rade où elle s’était réfugiée78.

  • 79 App., BC., 5.104 : “Un nouveau convoi amena de Libye à Lépide quatre légions qui était le reste de (...)
  • 80 D.C. 49.8.2 : “Lépide, ayant essuyé la tempête dont j’ai fait mention et rencontré Démocharès, perd (...)

23Pendant ce temps, Lépide fit venir un nouveau convoi d’Afrique, quatre légions aux dires d’Appien. Mais cette nouvelle troupe fut combattue par Papias, l’un des lieutenants de Pompée, deux légions périrent noyées et le reste de l’armée, soit repartit vers l’Afrique, soit fut massacré par Tisienus, soit réussit à rejoindre Lépide79. Dion Cassius fait état de cet épisode avec la prise de Lilybée80.

  • 81 Roddaz 1984, 122-127, remarque que certes la victoire d’Agrippa était incomplète, mais psychologiqu (...)
  • 82 App., BC., 5.103.
  • 83 App., BC., 5.110.
  • 84 App., BC., 5.116-117 ; D.C. 49.8.3.
  • 85 D.C. 49.8.3 : “Et si Gallus conforta Sextus, Lépide se disputa avec César (il voulait en effet tout (...)
  • 86 Hayne 1974a, 61.
  • 87 App., BC., 5.71.

24En août. Agrippa remporta à Mylae la première bataille navale contre Sextus Pompée81 mais tout fut remis en question par Octavien. Ce dernier désirait rejoindre les forces de Lépide et attaquer Sextus Pompée à Messine où il concentrait la plus grande partie de son armée et de sa marine82. Octavien lit franchir le détroit à trois de ses légions et assiégea Tauromenium83. Lépide partit donc le rejoindre et tint son camp près de Messine84. Selon Dion Cassius, ce fut pendant ce siège qu’il y eut une violente discussion entre les deux hommes. Lépide reprocha à Octavien d’être traité en lieutenant et non comme son égal ou son collègue85. Octavien accusa Lépide de communiquer secrètement avec Sextus Pompée. Cette querelle paraît tout à fait vraisemblable86. C’était depuis 40, la première fois que les deux hommes se revoyaient. Entre 40 et 36 un ensemble de décisions politiques, dont le renouvellement du Triumvirat, avaient été prises, hors la présence de Lépide, et l’on conçoit aisément que ce dernier ait revendiqué des pouvoirs égaux à ceux de ces collègues. Le pacte secret entre Lépide et Sextus est en revanche fort discutable et semble relever de la propagande d’Octavien. Il paraît bien improbable que Lépide en 36 ait recherché une alliance avec un homme qui avait désiré prendre sa place au sein du Triumvirat87. La querelle n’avait pas pour l’heure entraîné une rupture définitive entre les deux hommes.

  • 88 La source la plus complète reste App., BC., 5.118-122. Voir Gabba 1977. 389-392 et Roddaz 1984, 130 (...)
  • 89 App., BC., 5.119.
  • 90 App„ BC., 5.121 ;Orose. 6.18.29.
  • 91 App., BC., 5.121.
  • 92 App„ BC., 5.121.

25La bataille de Nauloque eut lieu le 3 septembre 3688. Les deux flottes composées de trois cents navires s’affrontèrent sous le regard des deux armées de terre. Agrippa utilisa pour la première fois une arme nouvelle, l’harpax89. La victoire sur mer d’Agrippa fut totale. Sextus Pompée perdit pratiquement la totalité de sa flotte que le lieutenant d’Octavien récupéra90. La reddition de l’armée de Tisienius compléta le succès d’Octavien91. Après sa défaite, Sextus Pompée s’enfuit vers l’Orient en espérant trouver du soutien auprès d’Antoine92.

  • 93 App., BC., 5.122 : “... Lépide vint se joindre à Agrippa. Plennius lit faire des propositions. Agri (...)
  • 94 App., BC., 5.123, parle de vingt-deux légions, Orose. 6.18.30, de vingt, soit entre dix et douze lé (...)
  • 95 Roddaz 1984, 132-133, n. 245. Octavien avait vingt et une légions.

26Le lieutenant de Sextus, Plennius, n’ayant point trouvé son chef à Messine, prit la ville. Octavien, resté près de son camp à Nauloque envoya Agrippa faire le siège de Messine. Lépide vint le rejoindre. Plennius fit des propositions aux deux hommes. Agrippa essaya de temporiser en attendant l’arrivée d’Octavien. Mais Lépide, voyant une opportunité qui s’offrait à lui, traita avec Plennius. Ce dernier lui céda ses huit légions et Lépide avec son armée et celle de Plennius organisa le sac de la ville93. Lépide se retrouvait à la tête d’une vingtaine de légions, et fort de ses nouvelles forces, était prêt à rencontrer Octavien94. Le moment se trouvait bien choisi, Sextus Pompée était vaincu. Lépide et Octavien se retrouvaient avec des forces armées à peu près égales95.

3.2. La défaite de Lépide

  • 96 App., BC., 5.123-126.
  • 97 App., BC., 5.124.
  • 98 App., BC., 5.125.
  • 99 App., BC., 5.126.

27L’ultime rencontre et confrontation entre Lépide et Octavien est rapportée par plusieurs sources et, dans tous les cas, elles sont défavorables à Lépide. Le récit le plus long et le plus détaillé est celui d’Appien96. L’historien originaire d’Alexandrie rapporte que Lépide voulait rester en Sicile parce qu’il y était arrivé le premier et qu’il avait gagné plus de cités qu’Octavien. En conséquence, il boucla toutes les issues de Messine. Octavien lui envoya une délégation qui lui fit savoir qu’il n’était venu en Sicile qu’en qualité d’auxiliaire et ne devait pas combattre pour son propre compte. Lépide lui fit répondre qu’il avait été dépouillé du lot qui lui avait été donné lors du premier Triumvirat, et qu’il l’échangerait maintenant contre l’Afrique et la Sicile. Puis les deux hommes se rencontrèrent directement, se querellèrent violemment puis se séparèrent. Octavien97 ayant pris des renseignements sur l’état de l’armée de Lépide, lui envoya des émissaires secrets pour la gagner à sa cause. Devant son insuccès, il se rendit lui-même dans le camp de Lépide. Il entra dans le camp faiblement escorté, et laissa par prudence sa cavalerie à l’extérieur. Il commença à suborner les anciens soldats de Pompée, puis ceux de Lépide. En effet, ces derniers avaient mal accepté de partager leur butin avec les soldats de Sextus Pompée et répugnaient à faire une nouvelle guerre civile. Enfin, Lépide98 averti par le tumulte, essaya d’intervenir et l’on en vint de part et d’autre aux armes. Mais très vite les troupes choisirent le camp d’Octavien et abandonnèrent Lépide. Les premiers abandons vinrent des Pompéiens, puis des légions de Lépide et enfin de la cavalerie99.

  • 100 D.C. 49.1 1.2-3 : “Lorsque César, qui l’avait appris, s’approcha de lui rapidement et lui lit obsta (...)
  • 101 D.C. 49.12.

28Dion Cassius100 rapporte que Lépide quitta la ville de Messine et se retira sur une colline environnante. Il envoya quelques hommes à Octavien pour lui exposer ses griefs. Il revendiqua surtout tous les droits qui lui avaient été concédés à Bologne. Octavien101 ne répondit pas à ses demandes. Il considérait avoir la légitimité pour lui et être le plus fort. Puis il pénétra presque seul dans le camp de Lépide pour essayer de débaucher ses soldats. Après un premier refus de ceux-ci, il revint avec toute son armée et assiégea le camp. Cette fois-ci, les soldats, quoique attachés à leur chef, désertèrent et passèrent chez Octavien.

  • 102 Orose, 6.18.30-31.
  • 103 Vell. 2.80.

29Orose102 présente une version un peu différente. Ce fut Lépide qui refusa de recevoir Octavien et lui fit adresser des traits, qu’il dévia avec son manteau drapé. Octavien revint avec son armée et contraignit, après quelques pertes, la plus grande partie des légions de Lépide a passer de son côté. Enfin Velleius Paterculus103 insiste longuement sur le courage d’Octavien qui pénétra presque seul dans le camp de Lépide.

  • 104 D.C. 46.55.4.

30Il faut retenir de ces témoignages qu’une confrontation décisive entre les deux hommes était inévitable. Elle eut lieu en deux temps. Il y eut d’abord des négociations. Lépide voulait discuter et retrouver ses pouvoirs au sein du Triumvirat, et n’a jamais envisagé d’éliminer son collègue ; les récits d’Appien et de Dion Cassius sont très clairs sur ces points. Lépide désirait reprendre ses anciennes provinces, l’Espagne et la Transalpine104 ; peut-être voulait-il aussi la Gaule, puisqu’il était prêt à échanger son lot avec celui d’Octavien. I1 n’acceptait plus d’être traité en subordonné, en lieutenant d’Octavien en Sicile et il rappelait sa part active dans le combat mené en Sicile contre Sextus Pompée. Les négociations, par lieutenants interposés, échouèrent, et Lépide et Octavien ne réussirent pas à s’entendre directement et se quittèrent à la suite d’une violente dispute.

  • 105 Roddaz 2003. 192. L’auteur remarque également que la version de Cicéron en 43, qui insiste longueme (...)
  • 106 Jal 1962, 8-10 ; Weigel 1992, 92, n. 8 ; Mundubelt 2000a, 405-407.
  • 107 Roddaz 1984, 132-133. n. 245 et Mundubeltz 2000a, 406.
  • 108 Cie., Att., 16.8.
  • 109 Jal 1962, 8 écrit clairement que les soldats ne recherchaient qu’à obtenir la richesse après la vic (...)
  • 110 Roddaz 1984, 132-133, n. 245.

31La deuxième phase concerne le rôle de l’armée. Il existe un parallèle et une ressemblance entre ces récits et ceux sur la jonction des armées de Lépide et d’Antoine en mai 43 en Transalpine, ce qui peut faire penser à une contamination des sources105. Lépide croyait dans la force et la fidélité de son armée et celle-ci n’était pas disposée à trahir son chef si l’on suit le récit d’Appien. Or, les cas de désertions, d’insubordinations et de mutineries étaient fréquents pendant les guerres civiles106. Ici, dans un premier temps. Octavien se soucia d’abord de séparer les soldats de Sextus Pompée de ceux de Lépide, sans doute parce qu’il était conscient de la plus grande difficulté qu’il risquait de rencontrer auprès d’eux. Octavien instruit de l’état d’esprit des soldats de Lépide, avait pris soin de leur envoyer des émissaires pour leur faire connaître leurs intérêts. Puis, il s’était efforcé de gagner à sa cause les anciens soldats de Sextus, qui craignaient que les termes de leur capitulation ne soient pas ratifiés107. Le jeune triumvir était déjà habitué à soudoyer les troupes adverses. En novembre 44, il avait tenté et réussi à suborner les légions d’Antoine108. Toutefois, ces récits font ressortir les difficultés que Lépide avait pour se faire respecter en tant que chef de guerre. Certes, son armée était composée d’éléments hétérogènes et bien qu’une partie de celle-ci au début de la désertion lui soit restée fidèle, l’autre partie avait des revendications. Les anciennes légions pompéiennes étaient prêtes à trahir et à se ranger du côté de celui qui leur offrait le meilleur traitement possible. Les légions d’Afrique, si l’on croit Appien, avaient beaucoup de griefs à l’égard de leur chef. Elles ne désiraient pas une nouvelle guerre civile, elles admiraient les qualités personnelles d’Octavien et s’étaient plaintes d’avoir eu le butin à partager109. Les sources insistent longuement sur le courage d’Octavien qui pénétra seul dans le camp de Lépide. J.-M. Roddaz110 a bien montré que finalement le risque pris par le jeune triumvir était limité. Il y a de fortes chances pour qu’Octavien se soit renseigné sur l’état d’esprit de cette armée avant d’essayer de la soudoyer. Toutefois le risque existait quand même puisque Appien rapporte qu’Octavien eut sa cuirasse percée et dut fuir avant de revenir. Néanmoins, il avait agi avec habileté et sa victoire fut totale.

4. L’élimination politique de Lépide

  • 111 Un chapitre est consacré au Grand Pontificat.
  • 112 App., BC., 5.126 ; D.C. 49.12.3-4 : Orosc. 6.18.32 ; Liv., Per., 129.

32Lorsque toute l’armée de Lépide eut rejoint le camp d’Octavien, les sources rapportent de façon concordante que Lépide quitta ses vêtements de général puis, revêtu d’un vêtement de couleur sombre, il alla rencontrer Octavien. Ce dernier lui laissa la vie sauve ainsi que ses biens personnels, lui retira ses pouvoirs triumviraux, lui laissa sa charge de Grand Pontife111 et l’envoya en exil en Italie112.

  • 113 Rice-Holmes 1928. 117 ; MRR, II, p. 400 ; Syme 1967,224.
  • 114 Vell. 2.80.4.
  • 115 Liv., Per., 129.
  • 116 D.C. 49.12.4.
  • 117 D.C. 50.20.3. Le terme ἡγεµovία servira plus tard à désigner le Principat. Voir Freyburger & Roddaz (...)

33Beaucoup d’historiens ont écrit qu’Octavien avait dépouillé Lépide de son commandement sans tenir compte, ni d’Antoine, ni du peuple romain, ni prendre de garanties constitutionnelles113. Or, les différents auteurs, au sujet de cet épisode ont utilisé des termes qui ne font aucun doute sur la nature des pouvoirs de Lépide. Velleius Paterculus114 écrit : Vita rerumque suarum dominium concessa ei sunt, spoliata, quam tueri non poterat, dignitas. L’abréviateur de Tite-Live115 fait le même constat : abrogato triumuiratus honore. Dion Cassius parle de la perte de toute ἐξoυσία (autorité)116 et de l’ἡγµovία (commandement)117.

  • 118 Badian 1992, 15.

34En 36, Lépide possédait toujours l’imperium, et c’est pour cette raison que nous ne pouvons pas suivre l’argumentation d’E. Badian118, selon laquelle Lépide n’était plus qu’un legatus soumis à Octavien, et pouvait être destitué par ce dernier sans qu’il soit nécessaire de consulter Antoine ou le peuple romain.

  • 119 Bauman 1968a, 129-141.
  • 120 Plut., Ant., 18 3.6. On peut rappeler également qu’en 53, lors de son procès, M. Aemilius Scaurus p (...)
  • 121 Les sources d’ailleurs insistent sur ses supplications : D.C. 49.12.3-4 ; App., BC„ 5.126 ; Orose. (...)

35De même, nous ne pensons pas, comme tente de le démontrer R. A. Baumann119, que Lépide se soit lui-même démis de ses pouvoirs. Il appuie sa démonstration sur le fait que le triumvir, avant de rencontrer Octavien, quitta ses vêtements de commandement et porta des vêtements de deuil. L’argument n’est pas à notre avis décisif parce que le port d’une tenue de deuil peut s’analyser comme une pratique sociale. Nous pouvons, à ce sujet, faire un rapprochement avec les événements du mois de mai 43, lorsqu’Antoine arriva de Modène. Pour rencontrer Lépide, il portait un vêtement sombre et s’était laissé pousser la barbe comme une personne endeuillée120. Le but recherché par Antoine était d’abord d’apitoyer Lépide pour ensuite passer aux questions politiques et militaires. Il y a de fortes chances que Lépide en changeant de tenue ait recherché le même effet auprès d’Octavien121.

  • 122 Mommsen 1892, 302, n. 3. C’est le cas du “premier consul” L. Tarquiniis Collatinus. Cf. Liv. 2.2.10 (...)
  • 123 Mommsen 1892,300.
  • 124 Mommsen 1892, 300, n. I. L’exemple de L. Tarquinius Collatinus, déjà cité. Après la catastrophe de (...)
  • 125 Bauman 1968b, 37-50.
  • 126 Mommsen 1892,304, n. 1 et 2. Pour les consuls. L. Cornelius Cinna, consul en 84. Ce dernier refusa (...)

36L’illégalité de la déposition de Lépide reste un sujet complexe. Th. Mommsen122 a insisté sur le fait que les auteurs anciens ne faisaient pas toujours eux-mêmes la différence entre une abdication forcée et une abrogation de l’imperium. L’abdication est “un acte de libre volonté qui peut bien être indirectement provoqué, mais qui ne peut pas être vigoureusement imposé au magistrat” écrivait Th. Mommsen123 Plusieurs cas ont été recensés sous la République124. L’abrogation de l’imperium d’un magistrat ou d’un promagistrat était la première phase d’une procédure qui pouvait avoir des répercussions sur le plan pénal125. Sur la proposition d’un magistrat, une loi d’abrogation devait être votée par le peuple, en particulier par les Comices tributes. Les exemples d’abrogation du consulat et du tribunat du peuple furent nombreux à la fin de la République126.

  • 127 D.C. 49.12.3-4.
  • 128 App., BC., 5.126 : “Lépide, ainsi trahi par tout le monde, sans s’y être attendu, passa rapidement (...)
  • 129 Vell. 2.80 : “Lépide... portant un costume sombre et dissimulé parmi les derniers de ceux qui se pr (...)
  • 130 Liv., Per., 129 : “... il fut abandonné par son armée et sa charge de triumvir lui ayant été retiré (...)
  • 131 D.C. 49.15.3 : “Quand lui-même arriva, il rassembla le peuple à l’extérieur du pomérium, conforméme (...)
  • 132 App., BC., 5.131 : “Le peuple voulut dépouiller Lépide des fonctions de souverain pontife, dignité (...)
  • 133 App., BC., 5.130 : “Il lit luire d’heureuses espérances, en disant que les dissenssions civiles éta (...)

37Pour ce qui concerne Lépide, les sources sont floues sur la procédure retenue contre lui. Dion Cassius écrit simplement qu’il fut dépouillé de toute autorité127, Appicn, qu’il fut envoyé à Rome avec ses vêtements de deuil128. Velleius Paterculus dit qu’on lui enleva la dignité qu’il ne pouvait assumer129. L’abréviateur de Tite-Live fait le même constat130. Aucun de ces témoignages ne fait allusion à une loi d’abrogation. Lorsqu’Octavien retourna à Rome à l’automne 36, à la suite de sa victoire contre Sextus Pompée, il fit convoquer le peuple et alla au Sénat où il rendit compte de ses actes131. Les deux auteurs de langue grecque rapportent au sujet de Lépide, que le peuple proposa à Octavien la charge de Grand Pontife qu’il refusa et Appien132 ajoute même que le peuple demanda la mort de Lépide. Il semble difficile d’admettre qu’Octavien ait destitué seul Lépide. A son retour de Sicile, le peuple et le Sénat lui étaient acquis parce qu’il avait mis fin aux agissements de Sextus Pompée. De plus, Octavien promettait la suppression de certains impôts, la fin des guerres civiles et en faisait déjà porter les conséquences sur Antoine et Lépide133. Ce fut certainement dans ce contexte favorable qu’il obtint la destitution de Lépide et qu’une loi fut votée.

  • 134 Chamoux 1986, 397.
  • 135 D.C. 50.1.3 : “Antoine reprochait à Octavien d’avoir mis un terme à la charge de Lépide et de s’êtr (...)
  • 136 Scott 1933, 38-40.

38Antoine en 36 était en guerre contre les Parthes et n’apporta aucune aide à Lépide. Comme le remarque F. Chamoux134, tout laisse penser que dans les années qui suivirent la mise à l’écart de Lépide, Antoine s’accommoda fort bien de la situation. Il laissait à Octavien le gouvernement de l’Occident, n’intervint pas en Méditerranée occidentale, ni dans les Gaules. Son intérêt était tout entier tourné vers l’Orient où il entendait étendre et exercer l’autorité de Rome. Ce fut en 32 qu’il fit à Octavien deux reproches, celui d’avoir dépouillé Lépide qui “n’avait aucun tort et qui était leur allié”, et celui également d’avoir gardé pour lui “l’armée, les territoires et les revenus” qui avaient été assignés à Lépide135. Ces reproches formulés par Antoine à l’égard d’Octavien sont à replacer dans leur contexte politique, celui de la compétition acharnée qui précéda Actium. Par lettres privées, messages publics, Octavien et Antoine s’adressèrent des reproches et des justifications sur leur conduite136.

  • 137 Orose, 6.18.33.
  • 138 App., BC., 5.127.
  • 139 Freyburger & Roddaz 1994, 165. n. 106.
  • 140 CIL, X, 8375.
  • 141 D.C. 49.34.1. Voir Roddaz 2003.

39Pour l’heure, Octavien se retrouvait à la tête d’une armée de quarante-quatre ou quarante-cinq légions137, vingt mille cavaliers plus vingt sept mille auxiliaires et d’une flotte de près de six cents navires138.I1 s’agissait de l’une des plus fortes concentrations militaires pendant toute l’époque romaine139. Une supplicatio fut décrétée pour marquer la reddition de l’armée de Lépide140 et il reprit également en main le gouvernement de l’Afrique141.

Notes

1 Sur les accords de Brindes : App., BC., 5.65 : “Que Lépide conservait la Libye qu’Octave lui avait donnée” ; D.C. 4X.28.4 : “Lépide détenait en effet les territoires de Libye”. Une ligne idéale passant par Scodra (Scutari) et traversant l’Adriatique séparait les deux zones d’influence. Voir Carcopino 1930, 122-123 ; Gabba 1970a, 107.

2 Gabba 1970a, 108 ; Freyburger & Roddaz 1994, 86. n. 263.

3 App., BC., 5.67.

4 D.C. 48.34.5.

5 Selon App., BC., 5.69, l’initiative de la rencontre serait venue d’Antoine, mieux placé qu’Octavien pour négocier. Voir Syme 1967,223-225 ; Gabba 1971, 153 ; Volponi 1975. 137, n. I ; Freyburger & Roddaz 1994, 93, n. 321.

6 App., BC., 5.72 ; D.C. 48.36. Le lieu de rencontre a fait l’objet de discussions. Il est difficile de savoir si les protagonistes se rencontrèrent à Pouzzoles, à Baïes ou à Misène. App., BC., 5.69 parle de Baïes et indique également (5.27) le môle de Dicearchia (Pouzzoles). Vell. 2.77.1 : D.C. 48.36-38 et Plut., Ant., 31.2 mentionnent Misène. Voir Carcopino 1913,253-270 ; Sciama 1914,340-345.

7 App., BC., 5.71 : “Pompée pensait qu’il était venu pour être associé au Triumvirat à la place de Lépide. Octave et Antoine ne voulaient lui accorder rien de plus que son rappel”.

8 Hadas 1930,95.

9 L’affaire était complexe. App., BC., 5.77 : “Le traité fut rompu entre Octavien et Pompée. Quant aux motifs... c’étaient les suivants ; savoir qu’Antoine avait cédé le Péloponnèse à Pompée à condition que cette province ne laisserait point de lui payer les tributs que l’on lui devait encore ; et que si Pompée recevait cet argent, il le lui rendrait, ou bien qu’il ne prendrait possession de ce pays qu’après qu’il aurait fait le recouvrement de sa dette ; tandis que Pompée prétendait n’avoir point reçu le Péloponnèse à cette condition, et qu’il pensait qu’il lui avait été cédé en entier y compris ce qui était dû. Octave disait qu’il faisait de cela une querelle”.

10 App., BC., 5.77.

11 D.C. 48.46.2 : “A cette nouvelle. César reprit aux vestales les documents du traité et envoya chercher Antoine et Lépide”.

12 App., BC., 5.79.

13 App., BC., 5.79. Antoine a pu considérer l’absence d’Octavien au rendez-vous comme une offense, d’autant plus que la situation en Orient était préoccupante à cause de la seconde invasion des Parthes.

14 App., BC., 5.79 : “soit qu’il (Antoine) n’approuvait point la guerre contre Pompée, comme contraire au traité, soit que les grands préparatifs d’Octave lui en imposassent (car le désir qu’ils avaient l’un l’autre d’envahir tout le pouvoir le tenait particulièrement en défiance)... il écrivit à Octave de ne pas rompre le traité".

15 Weigel 1992, 85.

16 App., BC., 5.80-88 ; D.C. 48.46-48. Sur la bataille de Cumes, voir Hadas 1930, 108-109 ; Paget 1970. 363-369 ; Freyburger & Roddaz 1994. p. XCIV ; sur la bataille du détroit de Messine, Gabba 1970a, 146-148 ; Freyburger & Roddaz 1994. 103-104 ; sur la tempête, Hadas 1930, 113 ; Gabba 1970a, 149.

17 App., BC., 5.88-92 ; D.C. 48.49 ; Kienast 1966.

18 App., BC., 5.92.

19 App., BC., 5.93-94 ; D.C. 48.54.

20 App., BC., 5.93. Sur le rôle essentiel d’Octavie dans le rapprochement entre les deux triumvirs : Singer 1947. 173-177. Elle défendit son mari contre les accusations d’Octavien. Cf. Plut., Ant., 35.1-2 ; App., BC., 5.93.

21 App., BC., 5.93.

22 Le premier quinquennat avait pris lin le 31 décembre 38. Le renouvellement des pouvoirs triumviraux à Tarente en septembre 37, posait le problème du hiatus des neuf premiers mois de l’année 37. La question était de savoir si ce hiatus avait été comptabilisé dans le décompte du second quinquennat. Voir sur cette question : Gabba 1970d, 5-16 ; Bleieken 1990, 14-15, n. 28 ; Roddaz 1992, 198-200.

23 AE. 1959, no 77. Guey & Pernette 1958, 81-89.

24 Badian 1992,5-16.

25 D.C. 49.8.4.

26 Degrassi 1947, 56, pour les années 46. 45 et 44 et p. 86 pour l’année 43. Voir également Guey & Pernette 1958, 82, n. 7.

27 C’est de cette façon que l’appelle Cicéron. Voir Cic., Phil., 3.9.23 ; 13.6.13 ; 7.14-15 ; Fam., 10.34a et 10.35.

28 Schumacher 1985, 202-203. Cet auteur pense qu’il est possible que cette proclamation ait un rapport avec T. Sextius qui gouvernait la province en 40. Roddaz 2003, 192, n. 45, considère que cette acclamation remonte certainement à la fin de l’année 40 et coïncide avec les acclamations reçues au même moment par ses deux collègues. Il ne croit pas que Lépide ait conduit des opérations militaires en Afrique pour la recevoir.

29 Guey & Pernette 1958, 85, n. 20.

30 Guey & Pernette 1958, 84. Antoine avait reçu trois salutations impériales : la première début 43, la deuxième vers 38 et la troisième en 38-37. Il était augure et fut consul en 44. Octavien avait reçu également trois salutations impériales : le 16 avril 43, vers 39 et en 38. Il était pontife depuis 47 et fut consul suffect en 43.

31 Roddaz 1984,94-96.

32 Pagano et al. 1982,272-323.

33 Suet., Aug., 16.1.

34 App., BC., 5.95.

35 App., RC., 5.53.

36 Tarn 1932.75-81.

37 Gabba 1970a. 91 ; Hinard 1991,33-38. En revanche, Schmitthenner 1958, 82-83, considère qu’il s’agit de légions prises à L. Antonius et à ses alliés au cours de la guerre de Pérouse. Le Bohec 1989, 336-337 pense que parmi ces six légions venues de Gaule, figurait la future IIIe légion Auguste. Cette hypothèse est confortée pat le lait que jusqu’aux Flaviens, les hommes de cette légion venaient de Gaule. Cette légion qui appartenait à l’armée de Lépide a dû rendre un service à Octavien/Auguste, d’où ce surnom de remerciement octroyé entre 27 et 19 a.C.

38 App., BC., 5.75 : “Il (Antoine) chargea, d’un autre côté, Furnius, d’aller lui chercher en Libye les quatre légions que commandait Sextius et qu il voulait employer contre les Parthes. Il ne savait pas encore que Lépide en avait ôté le commandement à Sextius”.

39 App., BC., 5.98.

40 Vell. 2.80.

41 App., BC., 5.116 : “Toutes les forces réunies en Sicile consistaient en vingt et une légions, vingt mille chevaux et plus de cinq mille hommes de troupes légères".

42 Audollent 1901, 44 ; Gsell 1928,195.

43 Harmand 1967, 245.

44 Harmand 1967, 249.

45 Bruni 1971, 499 ; Keppie 1998, 141. La levée de legiones uernaculae semblait être une pratique fréquente au ier siècle a.C.

46 Wolff 2000, 339-340. L’origine de cette légion reste très obsure. On a supposé qu’à partir du moment où la legio IIIa Augusta appartenait à Octavien et la IIIa Gallica à Antoine, la troisième légion avec le même numéro a pu être formée par le troisième membre du Triumvirat. Keppie 1998. 134, 142 et 206 propose d’attribuer la création de la légion soit à Lépide entre 40 et 36, soit à Antoine entre 40 et 31. Le Bohec 1989, 336-337 pense qu’elle appartenait plutôt à Antoine. Ce dernier avait deux III légions, la future Gallica et celle qui fut appelée plus tard Cyrenaica, dont les soldats originaires de Galatie portaient les gentiIices des généraux d’Antoine.

47 App., B.C., 5.98

48 Hamdoune 1999, 53-63.

49 Hamdoune 1999, 62.

50 Cic., Fam., 10.30.3.

51 Hamdoune 1999, 63, n. 51.

52 Morrison 1996, 230-233.

53 Recidé 1986, 14.

54 Reddé 1986, 15. Voir également : Pomey & Gianfrotta 1981. 270. Ces auteurs font état de quilles retrouvées en chêne à Nemi, Yassi Ada II, en orme à Madhia et à Giens, en cyprès à Yassi Ada I.

55 Nous sommes également très mal renseignés sur la construction des navires. Voir Johnson 1927, 199-209.

56 Le Bohec 1989, 155, n. 60.

57 Le Bohec 1989, 337 et Salama 1964-1965, 97-1 15, date ce milliaire de la deuxième moitié du ier siècle a.C., et propose les années 44-27.

58 Reddé 1986, 244-250. A l’époque républicaine, il n’existait pas de port militaire en Afrique. En l’absence de telles infrastructures, les bâtiments militaires relâchaient dans les ports commerciaux qui se trouvaient sur leur route. Nous n’avons aucune preuve à Carthage de l’existence d’un port militaire.

59 Romanelli 1959, 148 ; Benabou 1976,45.

60 Hadas 1930, 135.

61 Gabba 1970a ; Hayne 1974a, 59-65 ; Roddaz 1984 ; Hadas 1930.

62 D.C. 49.8.3 : “Et si Gallus conforta Sextus, Lépide se disputa avec César (il voulait en effet tout administrer à égalité avec lui en tant que collègue tandis que César le considérait pour tout comme un lieutenant) et de ce fait penchait vers Sextus et communiquait en secret avec lui”.

63 App., BC., 3.97 : “Octave se disposait donc à entreprendre son expédition ; et pour attaquer Pompée dans la Sicile du côté de l’orient, du côté de l’occident, et du côté du midi, à la fois, il se préparait à s’embarquer à Dicaerchie, à faire venir Lépide d’Afrique, et Taurus de Tarente. Le jour auquel Octave devait mettre la voile avait été assigné à Lépide et à Taurus”.

64 Roddaz 1984, 119.

65 Roddaz 1984. 117, n. 151.

66 App., BC., 5.98.

67 App., BC., 5.98.

68 Cette stratégie reproduisait en fait le plan d’offensive de 38. Cf. Roddaz 1984, 1 19, n. 157.

69 D.C. 49.1.1 : “En outre, Lépide certes malgré lui, avait néanmoins promis de l’aider”.

70 App., BC., 5.98 : “Le jour des Calendes étant arrivé, ils mirent tous trois à la voile, dès le point du jour”.

71 App., BC., 5.98.

72 App.. BC., 5.99 ; D.C. 49.1.3.

73 App., BC., 5.98 : “... Le troisième jour de marche, un vent du Nord s’étant levé, il submergea plusieurs des vaisseaux de transport de Lépide. Néanmoins, il vint débarquer en Sicile, assiégea Plennius dans Lilybée et moitié force ouverte, moitié composition s’assura de plusieurs villes".

74 App., BC., 5.98.

75 Hadas 1930, 125 ; Hayne 1974a, 60 et Roddaz 1984. I 19 considèrent que Lépide dès le début de la guerre œuvrait pour son propre compte.

76 Gabba 1970a, 168-169, n. 408.

77 D.C. 49.8.1-2.

78 App., BC., 5.98.

79 App., BC., 5.104 : “Un nouveau convoi amena de Libye à Lépide quatre légions qui était le reste de son armée. Papias, l’un des lieutenants de Pompée, vint au large à la rencontre de ce convoi, et profitant de l’erreur qui le fit accueillir comme un ami, il l’extermina ; car les chefs de ce convoi crurent que c’étaient des vaisseaux de Lépide qui venaient au devant d’eux. Ceux que Lépide avaient en effet envoyés allaient trop lentement, et lorsqu’ils parurent, le reste des vaisseaux du convoi, les prenant pour d’autres vaisseaux ennemis, les évitèrent. Il en résulta, que de ce convoi, une partie fut la proie des flammes, une partie fut prise, une partie coulée bas, et le reste rétrograda pour retourner en Libye. Deux des légions périrent au milieu des flots ; et si quelques soldats se sauvèrent à la nage, les uns furent massacrés par Tisiénus, un des lieutenants de Pompée, à mesure qu’ils venaient à terre : les autres, plus tôt ou plus tard, parvinrent à joindre les troupes de Lépide. Après ce succès, Papias se rendit auprès de Pompée”.

80 D.C. 49.8.2 : “Lépide, ayant essuyé la tempête dont j’ai fait mention et rencontré Démocharès, perdit de nombreux navires”. Il y a une difficulté pour ce qui concerne la personnalité de Papias. Pour Hadas 1930, 128 et n. 29 et Gabba 1970a, 177, il s’agissait probablement de la même personne qui avait reçu un double nom.

81 Roddaz 1984, 122-127, remarque que certes la victoire d’Agrippa était incomplète, mais psychologiquement, c’était la première victoire de la flotte d’Octavien et la confiance revint au sein des équipages.

82 App., BC., 5.103.

83 App., BC., 5.110.

84 App., BC., 5.116-117 ; D.C. 49.8.3.

85 D.C. 49.8.3 : “Et si Gallus conforta Sextus, Lépide se disputa avec César (il voulait en effet tout administrer à égalité avec lui en tant que collègue tandis que César le considérait pour tout comme un lieutenant) et de ce fait penchait vers Sextus et communiquait en secret avec lui”. Orose.6.18.28, présente aussi une version peu favorable à Lépide : “et il (Octave) y trouve sur son chemin Lépide qui arrivait d’Afrique et revendiquait le premier rôle par la terreur, les menaces et l’orgueil”.

86 Hayne 1974a, 61.

87 App., BC., 5.71.

88 La source la plus complète reste App., BC., 5.118-122. Voir Gabba 1977. 389-392 et Roddaz 1984, 130-132.

89 App., BC., 5.119.

90 App„ BC., 5.121 ;Orose. 6.18.29.

91 App., BC., 5.121.

92 App„ BC., 5.121.

93 App., BC., 5.122 : “... Lépide vint se joindre à Agrippa. Plennius lit faire des propositions. Agrippa répondit qu’il fallait attendre jusqu’au lendemain matin, qu’Octave eût le temps de se rendre. Mais Lépide traita avec Plennius ; et afin de se concilier les légions que commandait ce lieutenant de Pompée, il leur permit de piller la ville avec son armée. Les troupes de Plennius, qui obtinrent le partage d’un butin inattendu, outre l’avantage d’une capitulation qui les sauvait, la seule chose qu’elles eussent demandée, passèrent toute la nuit à piller Messine avec les troupes de Lépide, et le reconnurent pour leur chef”. D.C. 40.11.2 : “En effet Lépide avait attaqué Messine et reçu dans la ville, se mit à en incendier certaines parties et à en piller d’autres”.

94 App., BC., 5.123, parle de vingt-deux légions, Orose. 6.18.30, de vingt, soit entre dix et douze légions d’Afrique et huit appartenant à Plennius, Voir Brunt 1971,688 et 699.

95 Roddaz 1984, 132-133, n. 245. Octavien avait vingt et une légions.

96 App., BC., 5.123-126.

97 App., BC., 5.124.

98 App., BC., 5.125.

99 App., BC., 5.126.

100 D.C. 49.1 1.2-3 : “Lorsque César, qui l’avait appris, s’approcha de lui rapidement et lui lit obstacle, il quitta secrètement la ville par crainte, et après avoir installé son camp sur une colline fortifiée, se mit à porter des accusations et énumérant tout ce en quoi il estimait être lésé, il réclamait tout ce qui lui avait été accordé en vertu de leur alliance initiale et en particulier s’arrogeait la Sicile, puisqu’il avait aidé à la réduire. En envoyant ces réclamations à César, il en appelait à des témoins et lui demandait de se soumettre à l’arbitrage (il disposait des forces qu’il avait amenées avec lui de Libye et de toutes celles qui avaient été laissées à Messine lorsqu’il était entré dans la ville le premier et auxquelles il avait laissé espérer un renversement de situation)”.

101 D.C. 49.12.

102 Orose, 6.18.30-31.

103 Vell. 2.80.

104 D.C. 46.55.4.

105 Roddaz 2003. 192. L’auteur remarque également que la version de Cicéron en 43, qui insiste longuement sur la faiblesse et la trahison de Lépide, a pu durablement, marquer les mémoires.

106 Jal 1962, 8-10 ; Weigel 1992, 92, n. 8 ; Mundubelt 2000a, 405-407.

107 Roddaz 1984, 132-133. n. 245 et Mundubeltz 2000a, 406.

108 Cie., Att., 16.8.

109 Jal 1962, 8 écrit clairement que les soldats ne recherchaient qu’à obtenir la richesse après la victoire, ainsi que la protection de leur chef. Mundubeltz 2000a, 540-547, rappelle que le partage du butin fait partie des causes des séditions.

110 Roddaz 1984, 132-133, n. 245.

111 Un chapitre est consacré au Grand Pontificat.

112 App., BC., 5.126 ; D.C. 49.12.3-4 : Orosc. 6.18.32 ; Liv., Per., 129.

113 Rice-Holmes 1928. 117 ; MRR, II, p. 400 ; Syme 1967,224.

114 Vell. 2.80.4.

115 Liv., Per., 129.

116 D.C. 49.12.4.

117 D.C. 50.20.3. Le terme ἡγεµovία servira plus tard à désigner le Principat. Voir Freyburger & Roddaz 1991, 68, n.151.

118 Badian 1992, 15.

119 Bauman 1968a, 129-141.

120 Plut., Ant., 18 3.6. On peut rappeler également qu’en 53, lors de son procès, M. Aemilius Scaurus plaida pour lui-même et portait des vêtements de deuil. Les Romains étaient sensibles à ces marques d’humilité volontaires lors des procès. Les accusés abandonnaient provisoirement les signes de leur statut et étaient assistés de leurs proches, qui eux aussi prenaient le deuil. Voir Deniaux 2001. 165-166.

121 Les sources d’ailleurs insistent sur ses supplications : D.C. 49.12.3-4 ; App., BC„ 5.126 ; Orose. 6.18.32 : “il... se présenta devant César comme un suppliant”. Vell. 2.80 : “Lépide... se jeta à genoux”.

122 Mommsen 1892, 302, n. 3. C’est le cas du “premier consul” L. Tarquiniis Collatinus. Cf. Liv. 2.2.10. Il s’agit d’une abdication qui est souvent considérée comme une abrogation. Voir Bauman 1968b, 37.

123 Mommsen 1892,300.

124 Mommsen 1892, 300, n. I. L’exemple de L. Tarquinius Collatinus, déjà cité. Après la catastrophe de Caudium (Liv. 9.10.2) le dictateur M. Claudius Glicia qui, d’après les Fastes coactus abdicauit, à cause de sa basse extraction. Pour l’époque ancienne, c’était le Sénat qui invitait les consuls à laisser leurs fonctions avant le terme. Pour la fin de la République, le préteur P. Lentulus, impliqué dans la conjuration de Catilina, fut obligé de démissionner avant son exécution. Cf. Cic., Cat., 3.6.15.

125 Bauman 1968b, 37-50.

126 Mommsen 1892,304, n. 1 et 2. Pour les consuls. L. Cornelius Cinna, consul en 84. Ce dernier refusa sa déposition en la considérant comme nulle parce que le Sénat lui avait enlevé ses pouvoirs sans consulter le peuple. Vell. 2.20 ; App., BC., 1.65 : Plut., Marc., 41. César fit déposer les deux tribuns de la plèbe, Marullus et Flauus qui lui avaient fait opposition, par leur collègue C. Heluius Cinna. Cf. D.C. 44.10. En 43, Q. Gallius fut dépouillé de la préture par ses collègues parce qu’il avait essayé d’assassiner Octave. Cf. App., BC., 3.95.

127 D.C. 49.12.3-4.

128 App., BC., 5.126 : “Lépide, ainsi trahi par tout le monde, sans s’y être attendu, passa rapidement du haut rang où il était élevé, du commandement de l’armée nombreuse qu’il avait sous ses ordres, à l’isolement le plus absolu. Après avoir changé de costume, il se rendit auprès d’Octave... Octave se leva lorsqu’il le vit s’avancer, et ne voulut point permettre qu’il se jetât à ses pieds. Il l’envoya à Rome dans le même costume qu’il avait dans ce moment. Là, devenu homme privé, de triumvir qu’il était auparavant, il ne conserva que le pontificat dont il était revêtu”.

129 Vell. 2.80 : “Lépide... portant un costume sombre et dissimulé parmi les derniers de ceux qui se pressaient en foule autour de César, se jeta à ses genoux. La vie sauve ainsi que la possession de ses biens lui furent accordées, mais on lui enleva la dignité qu’il ne pouvait assumer”.

130 Liv., Per., 129 : “... il fut abandonné par son armée et sa charge de triumvir lui ayant été retirée, il obtint la vie sauve”.

131 D.C. 49.15.3 : “Quand lui-même arriva, il rassembla le peuple à l’extérieur du pomérium, conformément aux pratiques ancestrales, lui rendit compte de ses actes, refusa certains des honneurs votés... et n’accepta pas la dignité sacerdotale de Lépide qu’on lui offrait” ; App., BC., 5.130 : “A son retour à Rome, le Sénat lui décerna des honneurs sans mesure... le lendemain, il harangua tour à tour le Sénat et le peuple, et présenta le tableau de sa conduite et de tous les actes de son administration, depuis son entrée dans les fonctions publiques jusqu’à ce moment”.

132 App., BC., 5.131 : “Le peuple voulut dépouiller Lépide des fonctions de souverain pontife, dignité que les lois décernaient à vie, pour l’en investir. Il s’y refusa. Une autre fois, le peuple demanda la mort de Lépide, comme celle d’un ennemi de la patrie, il réprouva cette demande”.

133 App., BC., 5.130 : “Il lit luire d’heureuses espérances, en disant que les dissenssions civiles étaient enfin terminées” : D.C. 49.15.3 : “Il lit remise de la contribution liée au cens et de ce qui pouvait encore être dû au Trésor Public pour la période précédant la guerre civile, supprima certains impôts” : D.C. 49.15.4 : “Dès lors, certains répandirent le bruit que cette magnanimité avait pour but de faire accuser Antoine et Lépide et de rejeter sur eux seuls la responsabilité des injustices commises auparavant”.

134 Chamoux 1986, 397.

135 D.C. 50.1.3 : “Antoine reprochait à Octavien d’avoir mis un terme à la charge de Lépide et de s’être approprié son territoire et ses forces ; il en réclamait la moitié”. D.C. 50.20.2-3 : “... et qu’ils ont fait périr beaucoup de familiers de Lépide qui les avaient pourtant aidés ? Mais à quoi bon citer ces faits alors qu’ils ont dépouillé Lépide lui-même de tout commandement, lui qui n’avait aucun tort et qui était en outre leur allié, alors qu’ils le tiennent en détention comme un prisonnier de guerre”. Plut., Ant., 55.2-3 : “... en troisième lieu, qu’ayant enlevé son pouvoir et l’ayant privé de ses honneurs, il gardait pour lui l’armée, les territoires et les revenus qui avaient été assignés à Lépide. A cela César répliquait, pour se justifier, qu’il avait déposé Lépide de son commandement parce qu’il en abusait insolemment et qu’il partagerait avec Antoine ce qu’il avait conquis par la guerre quand celui-ci partagerait l’Arménie avec lui”.

136 Scott 1933, 38-40.

137 Orose, 6.18.33.

138 App., BC., 5.127.

139 Freyburger & Roddaz 1994, 165. n. 106.

140 CIL, X, 8375.

141 D.C. 49.34.1. Voir Roddaz 2003.

Table des illustrations

Légende Fig. I : La guerre en Sicile : plan d’offensive et mouvement des forces triumvirales.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540