Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lépide, le triumvir

 | 
Annie Allely

Introduction

Texte intégral

1La victoire d’Octavien sur Antoine à Actium le 2 septembre 31 mettait lin à treize années de guerres et de troubles dans le monde romain, et ouvrait la voie à la mise en place d’un nouveau régime : le Principat. Mais pour aboutir à ce nouvel ordre, celui que l’on appela à partir de 27 Auguste, avait dû rivaliser avec des hommes aussi ambitieux que lui et progressivement les éliminer. Parmi ces derniers, se trouvait Lépide, l’une des grandes figures de la République finissante. Issu d’une des plus prestigieuses gentes de la République, celle des Aemilii Lepidi, il commença à la lin des années 60 la carrière des honneurs du jeune aristocrate romain et devint le magister equitum de César. A la mort du dictateur, il fut élu Grand Pontife, et en novembre 43, avec Antoine et Octavien, il forma le second Triumvirat. Sa carrière politique s’interrompit en 36 lors de sa destitution par Octavien.

  • 1 Voir le Belium Alexandrinum (59-64) pour son rôle en Espagne en 47. Se référer également à Dion Ca (...)
  • 2 Cic., Fam„ 11.9.1.
  • 3 Cic., Fam., 12.8.1 ; Fam., 12.10.

2Jusqu’à la mort de César l’historiographie ancienne ne dresse pas de portrait négatif de Lépide. Les sources le présentent généralement de manière neutre en décrivant ses fonctions ou en soulignant son action auprès du dictateur1. C’est après l’assassinat de ce dernier que les témoignages deviennent manifestement hostiles à l’égard de Lépide. Son contemporain Cicéron fut le premier à le traiter avec peu de ménagement : à la suite de l’alliance politique de Lépide avec Antoine en mai 43, il le tenait responsable de l’imminence d’une nouvelle guerre civile. Lépide devenait avec Antoine un sceleratus ciuis, et est présenté comme un homo uentosissimus2. Dans la correspondance échangée avec Brutus et Cassius au cours de l’été 43, Cicéron utilise toujours les mêmes termes à son encontre : leuitas, légèreté, inconstantia, inconstance, scelus, crime et trahison3.

  • 4 Vell. 2.66 : “Malgré l’opposition de César qui fut vaine, car il était seul contre deux, recommenç (...)
  • 5 Vell. 2.80. Voir Christ 2003, 76.

3Les sources dites “secondaires” sont aussi extrêmement critiques à l’encontre de Lépide. Il fut la victime, comme Antoine, d’une tradition antique qui dérivait de l’autobiographie d’Auguste et qui était peu favorable à la période triumvirale. Ainsi, Velleius Paterculus qui écrivit l’Histoire romaine sous le règne de Tibère, fait porter la responsabilité et les horreurs de la proscription de 43 sur Lépide et Antoine, tout en minimisant le rôle d’Octavien4 et en 36, lorsque Lépide revendiqua ses droits auprès d’Octavien, il le qualifie de uir omnium uanissimus5.

  • 6 Cet auteur a utilisé Tite-Live et César pour l’histoire antérieure à Auguste. Cf. l’introduction d (...)
  • 7 Flor. 2.16 en présentant la proscription de 43 : “Ces crimes étaient inscrits sur les tablettes d’ (...)

4Les historiens de la période impériale, Florus, Orose6, Eutrope utilisèrent comme source commune Tite-Live. Ils restituent une interprétation augustéenne des événements et sont peu indulgents pour Lépide7. Même constat pour les Periochae, qui sont soit directement empruntées à Tite-Live, soit dérivées d’une source intermédiaire.

  • 8 Pour une étude comparative des deux auteurs cf. Gowing 1992a.
  • 9 La bibliographie sur Dion Cassius a été renouvelée ces dernières années grâce à de nouvelles tradu (...)
  • 10 En particulier au moment de la bataille de Nauloque, voir D.C. 49.8.2-4.
  • 11 La bibliographie est également abondante. Cf. l’ouvrage classique de Gabba 1956 Pour le Livre 111 (...)
  • 12 Se reporter au long discours prononcé au Forum par Lépide le 17-03-44. App., BC., 2.132.

5Mais ce sont surtout les témoignages de Dion Cassius et d’Appien qui restent les deux sources indispensables pour la reconstitution de l’Histoire de la fin de la Républiquex8. Dion Cassius9 traite généralement Lépide avec peu de ménagement. Cette hostilité est marquée dès 43 et est renforcée au cours du second Triumvirat. Au moment de la guerre de Sicile, Dion Cassius juge très mal Lépide et prend parti pour Octavien10, ce qui laisse penser qu’il a pu utiliser l’autobiographie d’Auguste pour expliquer son élimination politique en 36. Reste Appien11, Cet auteur a utilisé pour les Livres II à V de son Histoire des Guerres civiles une source favorable à la République, à Antoine et hostile au Triumvirat. Il s’agit très probablement des Histoires d’Asinius Pollion. Appien dresse un portrait négatif de Lépide, et ce, dès l’assassinat de César. Il est jugé comme un personnage ambitieux mais manquant totalement de personnalité12. Enfin, il faut remarquer que Plutarque n’a pas consacré de biographie à Lépide. Il ne s’est pas intéressé à cette branche des Aemilii, mais les renseignements qu’il donne du triumvir ne lui sont pas dans leur ensemble défavorables.

6Jusqu’au meurtre de César, Lépide est présenté comme l’un des plus fidèles partisans du dictateur. Lors des guerres civiles, Lépide choisit immédiatement le camp césarien et comme préteur en 49, il fit nommer César dictateur. Ce dernier lui en fut reconnaissant puisqu’il prit Lépide comme collègue au consulat en 46 en le préférant à Antoine, et en ht son maître de la cavalerie. Lépide administra seul Rome en 46 où il mit en place des préfets urbains. Il n a jamais failli auprès du dictateur qui le reconduisit magister equitum en 45 et en 44. Il paraît difficile de croire que César ait confié de hautes responsabilités à un homme aussi incompétent et qui cumulait autant de défauts.

7Or, la mise en place du Principat ne se fit pas sans difficultés. Dans un régime qui se cherchait encore, il fallait d’abord exalter les vertus et qualités d’Octavien/Auguste et discréditer ses anciens adversaires politiques devant l’opinion publique. Antoine, son frère Lucius Antonius et Sextus Pompée connurent un sort semblable. Cette historiographie laisse dans l’ombre plusieurs périodes de la carrière politique de Lépide. Les historiens de langue grecque du iie siècle p.C. se sont d’abord focalisés sur l’histoire militaire. Dion Cassius et Appien insistent longuement sur la guerre menée en 42 contre Brutus et Cassius, mais ils ne disent rien sur l’action de Lépide resté à Rome. Aucune séance sénatoriale n’est rapportée et nous ne savons pas comment fonctionnaient les pouvoirs constitués au début du second Triumvirat. De même, le long gouvernement d’Afrique entre 40 et 36 est passé sous silence. De ce manque d’informations, nous ne pouvons connaître nominativement les partisans de Lépide qui pourtant existaient.

  • 13 Brueggemann 1887.
  • 14 Brueggemann 1887, 8 et 72.
  • 15 Von Rodhen, (1893) : RE. 1.1, s.v. Aemilius, col. 556-562.
  • 16 C’est-à-dire “qu’il manquait d’énergie, était nonchalant, vaniteux et insignifiant”. Il s’appuyait (...)
  • 17 Drumann & Groebe 1899, 17.
  • 18 C’est-à-dire “sans caractère, jouet des circonstances et des hommes, versatile, déloyal et menteur (...)
  • 19 Carcopino 1947 11, 376.
  • 20 Syme 1967, 162.
  • 21 Gruen 1974, 103.

8Lépide n’a pas suscité, à la différence d’Antoine, d’Octavien, voire de Sextus Pompée, beaucoup de recherches spécialisées de la part des historiens du xixe et du xxe siècles. Cependant, lorsque ceux-ci lui consacrent quelques développements, ils le critiquent sévèrement, parce qu’ils utilisent uniquement les sources littéraires, sans prendre davantage de recul. Citons la dissertatio historica de F. Brueggemann13. L’auteur présente en soixante-quinze pages écrites en latin, les événements de la vie de Lépide en se référant essentiellement aux sources littéraires sans commentaires et analyse approfondis. F. Brueggemann fait certes ressortir la confiance que César accordait à Lépide, mais en même temps, il insiste sur ses défauts, en particulier sur sa paresse sur la foi d’un extrait de Velleius Paterculus14. L’historien allemand Von Rodhen15, écrit également, qu’à la lecture des sources, il était ais schlaff und träge, eitel und unbedeutend bezeichnet16. Le même portrait est dressé par W. Drumann et P. Groebe17. Les deux auteurs allemands qualifient Lèpide comme étant un personnage : charackterlos, ein Spici der Umstände und der Menschen, wankelmütig, treulos und unwahr18. Les historiens français et anglo-saxons du XXe ne sont pas en reste. J. Carcopino19, en parlant de Lépide, d’Asinius Pollion et de Munatius Plancus, au moment de la guerre de Modène, fait état de “l’hypocrisie subtile ou brutale de ces traîtres de comédie”. R. Syme20, dans La Révolution romaine, le présente avec “un caractère faible, haï et méprisé par le manque d’éclat, de courage et de capacités”. E. S. Gruen21 dresse un portrait analogue : M. Lepidus, absorbed in vanity and idleness et la liste n’est pas exhaustive.

  • 22 Hayne 1971, 109-117 : 1974a. 59-65 ; 1974b, 76-79.
  • 23 Weigel 1973 ; 1974,67-73 ; 1985, 180-191 ; 1992.
  • 24 Weigel 1992 : Lepidus. The Tarnished Triumvir ; Lépide, le Triumvir maudit.
  • 25 Weigel 1992,82-85.
  • 26 Weigel 1992,82-85.

9Ce fut au cours des années 1970 et 1980, que deux historiens anglo-saxons, L. Hayne22 et surtout R. D. Weigel23, consacrèrent une grande partie de leurs travaux aux Aemilii et à Lépide. Leur but était principalement de réhabiliter et de réévaluer l’œuvre et la personnalité de certains Aemilii, comme le père de Lépide, le consul de 78. Ils ont essayé d’analyser de manière plus objective les sources littéraires en les replaçant davantage dans leur contexte historique. R. D. Weigel. qui a écrit une monographie sur Lépide24, a le grand mérite de fournir et d’analyser toutes les sources le concernant, mais il traite, à notre avis, beaucoup trop rapidement certaines questions, comme le gouvernement des provinces25. Il ne consacre que trois pages à l’action de Lépide en Afrique, bien que ce dernier soit resté quatre années dans cette province (été 40-été 36)26 et n’a pas fait de recherches sur ses amis et sur ses réseaux.

  • 27 Bleicken 1990.
  • 28 Bleicken 1990, p. 12. n. 12 Fasti Capitol, de l’année 37, et App., BC., 4.8, édit sur la proscript (...)
  • 29 Bleicken 1990,15-16, n. 32.

10Enfin, les historiens contemporains, spécialistes du second Triumvirat, restent également très discrets sur le rôle de Lépide. J. Bleicken27, qui a réfléchi de manière approfondie sur le fonctionnement de l’institution triumvirale, a fait l’impasse sur Lépide. Il a surtout analysé la nature des pouvoirs des triumvirs et a consacré de longs développements au statut politique et juridique d’Antoine et d’Octavien entre 32 et 30. Cet auteur a seulement rapporté que Lépide était le premier dans la nomenclature à cause de son ancienneté au consulat28. Il a également étudié l’itération des triumvirs en 3729. En revanche, il ne s’est pas intéressé à son activité en tant que triumvir, ni à son éviction du pouvoir et aux conséquences qu’elle a pu avoir.

11Il nous semble donc opportun de reprendre le dossier, d’autant plus que nous disposons à côté des sources littéraires, de documents divers, comme des inscriptions, des monnaies, des portraits et des témoignages archéologiques. Certes la démarche n’est pas toujours aisée parce que certains témoignages sont ténus, épars ou d’interprétation délicate. Toutefois la confrontation et la comparaison de ces différentes sources doivent nous permettre d’avoir de Lépide une image plus conforme à la réalité. Nous ne cherchons nullement à réhabiliter le triumvir, mais à tenter de reconstituer et d’analyser son activité. Nous voulons essayer de comprendre comment et avec quels moyens cet homme, issu d’une des plus vieilles gentes de Rome, a réussi à devenir un proche de César, puis après sa mort, à atteindre les sommets de l’État par le biais de l’institution triumvirale, à gouverner l’Vrbs et des provinces, et enfin à mener à bien quelques opérations militaires. Nous voulons également rechercher les raisons pour lesquelles, à partir de 42, il se fait, petit à petit, écarter du pouvoir pour en être définitivement exclu par son collègue Octavien en 36.

12Pour mener cette recherche, une double approche à la fois chronologique et thématique nous paraît nécessaire. L’étude chronologique de la carrière politique de Lépide est un premier angle d’approche parce qu’elle permet de suivre les événements et les grands problèmes de son époque. Plusieurs périodes apparaissent clairement. La première concerne le début de son cursus, puis son appartenance à l’élite du parti césarien jusqu’au meurtre de César. Un autre temps fort de sa vie politique se situe entre la mort du dictateur et la mise en place du second Triumvirat. Les derniers jalons de sa carrière sont constitués par le second Triumvirat puis par son élimination et son exil politiques. Mais une démarche purement chronologique ne saurait tenir compte de certaines caractéristiques de l’activité et du rôle de Lépide. Il en va ainsi des trois gouvernements de province, du Grand Pontificat et de l’étude de ses partisans qui méritent des développements particuliers.

Notes

1 Voir le Belium Alexandrinum (59-64) pour son rôle en Espagne en 47. Se référer également à Dion Cassius (43.49.1 ; 43.51.8) et Appien (BC., 2.107) pour l’obtention de la charge de maître de la cavalerie sous la dictature césarienne.

2 Cic., Fam„ 11.9.1.

3 Cic., Fam., 12.8.1 ; Fam., 12.10.

4 Vell. 2.66 : “Malgré l’opposition de César qui fut vaine, car il était seul contre deux, recommença le mal dont Sylla avait donné l’exemple, la proscription”. Voir Christ 2003, 76.

5 Vell. 2.80. Voir Christ 2003, 76.

6 Cet auteur a utilisé Tite-Live et César pour l’histoire antérieure à Auguste. Cf. l’introduction de Arnaud-Lindet 1990.

7 Flor. 2.16 en présentant la proscription de 43 : “Ces crimes étaient inscrits sur les tablettes d’Antoine et de Lépide. César se contenta d’y mettre les noms des assassins de son père”.

8 Pour une étude comparative des deux auteurs cf. Gowing 1992a.

9 La bibliographie sur Dion Cassius a été renouvelée ces dernières années grâce à de nouvelles traductions et commentaires. Pour notre période, cf. Hinard & Cordier 2002 pour les Livres 41-42, Bertrand-Ecanvil 1996 pour les Livres 45-47 ; Freyburger-Roddaz 1991 et 1994 pour les Livres 48-49 et 50-51.

10 En particulier au moment de la bataille de Nauloque, voir D.C. 49.8.2-4.

11 La bibliographie est également abondante. Cf. l’ouvrage classique de Gabba 1956 Pour le Livre 111 Torrens 2000.
le Livre IV Magnino 1998 et le Livre V Gabba 1970a.

12 Se reporter au long discours prononcé au Forum par Lépide le 17-03-44. App., BC., 2.132.

13 Brueggemann 1887.

14 Brueggemann 1887, 8 et 72.

15 Von Rodhen, (1893) : RE. 1.1, s.v. Aemilius, col. 556-562.

16 C’est-à-dire “qu’il manquait d’énergie, était nonchalant, vaniteux et insignifiant”. Il s’appuyait sur les sources suivantes : Vell. 2.63.1 ; 2.80.1 ; D.C. 48.4.1 ; 49.12.1 ; App.. B.C., 5.124, ainsi que sur Cic., Phil., 13.43.

17 Drumann & Groebe 1899, 17.

18 C’est-à-dire “sans caractère, jouet des circonstances et des hommes, versatile, déloyal et menteur”. Les deux historiens utilisent la correspondance de Cicéron : Fam.. 11.9.1 ; 12.8.1 ; 10.34a.

19 Carcopino 1947 11, 376.

20 Syme 1967, 162.

21 Gruen 1974, 103.

22 Hayne 1971, 109-117 : 1974a. 59-65 ; 1974b, 76-79.

23 Weigel 1973 ; 1974,67-73 ; 1985, 180-191 ; 1992.

24 Weigel 1992 : Lepidus. The Tarnished Triumvir ; Lépide, le Triumvir maudit.

25 Weigel 1992,82-85.

26 Weigel 1992,82-85.

27 Bleicken 1990.

28 Bleicken 1990, p. 12. n. 12 Fasti Capitol, de l’année 37, et App., BC., 4.8, édit sur la proscription.

29 Bleicken 1990,15-16, n. 32.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540