Version classiqueVersion mobile

Pseudo-Skylax : le périple du Pont-Euxin

 | 
Patrick Counillon

Conclusion

Texte intégral

1Pas plus que les autres textes de l’Antiquité, le Périple ne saurait aujourd'hui être utilisé simplement. Il a la trompeuse transparence d'une géographie, semblant désigner au lecteur une réalité tangible dans le paysage qu'il contemple, mais une réalité à jamais enfouie. Dans le meilleur des cas, l'analyse du texte sert d’auxiliaire aux autres sciences de l’Antiquité – archéologie, numismatique, épigraphie. Le plus souvent, ces analyses ne font que refléter les connaissances acquises, et il est symptomatique, à ce titre, de constater que le Ps.-Skylax disparaît de la réflexion des historiens au fur et à mesure que progresse leur documentation sur la région qu’ils étudient.

2Tout commentaire, et même tout état du texte du Périple, est donc forcément fragile et provisoire, et comme pour les travaux des historiens, des archéologues ou des numismates, une découverte fortuite, une nouvelle inscription, une monnaie inédite rendront certaines des hypothèses que j’ai formulées ici obsolètes, et redonneront leur validité à d'autres. A cela s'ajoute que l'étude du périple pontique ne prendra son sens que lorsqu'elle sera remise dans la perspective d'une édition générale du texte, ce qui risque là aussi de modifier certains des points de vue que j'ai adoptés.

3Je crois avoir cependant établi que le Périple n’est pas le reliquat dégénéré d’un portulan primitif, mais la première synthèse géographique sur la Méditerranée et la mer Noire qui nous soit parvenue. Et je crois avoir établi aussi que les côtes pontiques dont il nous laisse la description sont celles que connaissaient les Athéniens du IVe s. a.C., et non l’image qu’en avaient les premiers colons de la mer Noire. Ces conclusions permettront au moins de limiter le champ des discussions sur le Périple au contexte historique où il a sa place.

4Je souhaite surtout avoir montré que pour un historien de la géographie, au-delà de l'étude du discours géographique lui-même, l'étude des géographes de l'Antiquité est inséparable de celle des régions qu’ils décrivent et des hommes qui y ont vécu. Dans la partie la plus complète de cette étude, la plus heureuse aussi – j’entends la partie qui s’attache aux côtes pontiques de la Turquie –, j’ai tenté de percevoir, et espère avoir fait ressentir la vie des gens qui ont vécu, là ; les raisons qui les ont amenés, là : la façon dont ils se sont approprié cette mer, ce sol, ces fleuves, ces montagnes. Le Périple du Ps-Skylax a été, on l'aura compris, l'une des mailles d'un filet que j'ai tendu pour tenter de comprendre, à travers l'Histoire, la vie d’une région attachante et superbe. Les côtes de la mer Noire changent rapidement, la modernité conquiert des espaces côtiers jadis inaccessibles, et le monde décrit par le Ps-Skylax, les voyageurs et les géographes des siècles derniers tend à disparaître à jamais. Ce progrès est nécessaire et heureux, mais si ce livre encourageait des chercheurs français, et surtout turcs, à s'intéresser aux cultures des côtes pontiques pendant qu’elles sont encore vivantes, à interroger les vieilles gens d'Amasra, de Sinope, de Perşembe ou d’ailleurs, il n’aurait pas été vain.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search