Version classiqueVersion mobile

Pseudo-Skylax : le périple du Pont-Euxin

 | 
Patrick Counillon

4. Analyse du périple pontique

Texte intégral

4.1. Thrace pontique

Le § 67

Texte retenti

1Ἀπò τούτου ἐπὶ τοῦ στόματος τοῦ Πόντοῦ εἰσὶ στάδιοι φ'. Ἀνάπλους [Καλεῖται δὲ Ἀνάπλους ὁ τόπος ἀνὰ Βόσπορον μέχρι ἂν ἒλθης ἐφ’Ιερόν]. Ἀφ’Ιεροῦ δὲ τò στόμα ἐστὶ τοῦ Πόντος εὖρος στάδια ζ'. Εἰσὶ δὲ ἐν τῷ Πόντιο πόλεις’Ἑλληνίδες αἵδε ἐν Θράκη Ἀπολλωνία, Μεσημβρία, Ὀδησòς πόλις, Κάλλατις καὶ ποταμòς ίστρος. Παράπλους δὲ τῆς Θράκης ἀπò Στρυμύνος ποταμοῦ μέχρι Σηστοῦ δύο ἡμερῶν καὶ νυκτῶν δύο. ἀπò δὲ Σηστοῦ μέχρι στόματος τοῦ Πόντοῦ δύο ἡμερῶν καὶ νυκτῶν δύο, ἀπò δὲ τοῦ στόματος μέχρι τοῦ ίστρου ποταμοῦ ἡμερῶν τριῶν καὶ νυκτῶν τριῶν. σύμπας περίπλους ἀπò Θράκης καὶ ποταμοῦ Στρυμόνος μέχρι τοῦ ίστρου ποταμοῦ ὁκτὼ ἡμερῶν καὶ ὀκτὼ νυκτῶν.

Apparat

2Καλεῖται δὲ Ἀνάπλους ὁ τόπος ἀνὰ Βόσπορον : Ἀνάπλους καλεῖται δὲ ὁ τόπος ἀναβόσπυρον (sic) D ; μέχρι ἄν ἔλθης ἐφ Ἴερόν : μέχρι ἂν ἔλθη ἐφ’ιερόν D ; τò στόμα : τοῦ στόματός D : Ὀδησòς πόλις : ὀδησόπολις D, Ὀδησσύπολις Müller ; Κάλλατις : Κάλλαβις D ; Στρυμόνος : τριβῶνος D.

Traduction

3(§ 67) A partir de là jusqu'à l'embouchure du Pont, il y a 500 stades. Anaplous. On appelle Anaplous la partie du Bosphore que l'on parcourt pour arriver à Hieron. A hauteur de Hieron, la largeur de l'embouchure du Pont est de 7 stades. Il y a dans le Pont les cités suivantes en Thrace : Apollônia. Mesembria, la cité d'Odèsos, Kallatis et le lleuve lstros. La navigation le long des côtes de Thrace depuis le lleuve Strymôn jusqu'à Sestos prend deux jours ; depuis Sestos jusqu'à l'embouchure du Pont deux jours et deux nuits ; et de l'embouchure du Pont jusqu'au fleuve lstros trois jours et trois nuits. L'ensemble du périple depuis le fleuve Strymôn et la Thrace jusqu’au fleuve lstros est de huit jours et huit nuits.

Notes

4Le début du § 67 vient de décrire la Thrace égéenne puis propontique et d'arriver à Sèlymbria. La distance est donnée en stades, dans la continuité de la partie précédente du chapitre mais, pour une raison inconnue, le Ps-Skylax saute le Bosphore et Byzance pour arriver à l'entrée du Pont, à Hieron. Si l'on compare ce chapitre au passage symétrique du § 92, on peut en effet songer à une ellipse volontaire : on y trouve un paraplous des côtes de Bithynie depuis la frontière avec le territoire d'Héraclée du Pont jusqu'au fond du golfe d'Olbia, sa frontière méridionale en Propontide, paraplous dont le Périple donne la durée (3 jours de navigation), et où Kalkhèdôn n'est mentionnée qu'en passant. Mais les raisons de cette ellipse sont incompréhensibles.

  • 193 Sur ce texte, cl. Marcotte 2000, p. xxxviii.
  • 194 Le lieu-dit est mentionné par les écrivains byzantins, par exemple Procope. Sur Anaplous à l'époque (...)
  • 195 La largeur du détroit à Hieron est de 4 stades pour Hérodote 4,85 et Strabon 2.5.23 ; de 5, pour Po (...)
  • 196 Cf. Price 1993, SNG, pl. x, no 265-288, monnaies de Mesembria à partir du Ve s. a.C., ethnique ΜΕΣΑ (...)

5Une explication plausible serait d'admettre que l'éditeur du Périple disposait parallèlement d'un document rendant cette description inutile, l'équivalent de l'Ἀνάπλους Βοσπόρου de Denys de Byzance193. Il pourrait avoir prévu d’éditer ce texte en complément du Périple, ou. pour des raisons qui nous échappent, n'avoir pas eu le temps ou le désir d'en intégrer le contenu dans le Périple avant son édition : s'il n'est pas dû à l’éditeur byzantin, le mot Ἀνάπλους pourrait indiquer l'ellipse. A l'époque byzantine. Anaplous est le nom du point le plus étroit du Bosphore au niveau de Kalkhèdôn et Byzance194. La phrase suivante de D est elle aussi bancale, peut-être une contamination du génitif initial, ou le télescopage de deux phrases (Ἀφ’Ιεροῦ δε το στόμα εστὶ τοῦ Πόντοῦ. Τοῦτο τò στόμα ἐστιν εὖρος στάδια ζ'). L'incertitude des géographes anciens concernant la largeur du Bosphore à Hieron ne permet pas non plus de savoir à qui attribuer la mesure proposée par le Périple195. Enfin, sur la longueur du pciraplous qui suit la liste des cités de Thrace politique, il y a une différence d'une journée entre le pciraplous cumulé et la récapitulation finale. Quant à Όδησός, les monnaies permettent de rester au plus près du manuscrit196.

Les cités de Thrace pontique

  • 197 Nawotka 1997, 3-4 pour la description de la région et de son climat, et Coja 1990, 166, pour son hi (...)

6Jusqu'au milieu du ive s. a.C., les cités de la partie méridionale du Pont gauche jusqu'à l'Istros semblent se développer à peu près harmonieusement. Il est vraisemblable qu'elles passent sous la domination, au moins nominale, du royaume odryse à partir des années 475-450. Dans le courant du ive s. a.C.. les Scythes passent le Danube (peut-être sous la pression des Sarmates), et jettent le trouble dans la région sous la direction de leur roi Atéas : on trouve la trace de leur présence dans la région de Kallatis à travers des monnaies de cette ville à son effigie, ou dans des exigences de tribut, et, sans doute, des destructions comme celle du rempart d'Istros au milieu du ive s. a.C. La défaite d'Atéas contre Philippe en 339 les fait entrer dans l'orbite du royaume de Macédoine197.

  • 198 Contra. Burstein 1976. 111 n. 16 invoquait une coupe athénienne de la fin du Ve ou du début du ive (...)

7— Les cités mentionnées (Apollônia, Mesembria, Odèsos. Kallatis) sont effectivement parmi les plus importantes de la côte à l'époque où écrit le Ps-Skylax. On l'a vu. la présence de Kallatis pourrait dater la composition du Périple, si l'on retient la date proposée par Hiiul198. L'absence d'autres sites donne un terminus ante quem intéressant : Krounoi/Dionysopolis (act. Balchi) et Bizone sont vraisemblablement d'époque hellénistique.

  • 199 Sur ces sites, cf. Hind 1983-1984, 71-75 : Hind 1992-1993, 82-90, qui en mentionne d'autres, de moi (...)
  • 200 Hind 1983-1984 : “Front the earliest period there is little but Chiot wine amphorae of the early 5t (...)

8— L'absence d’autres sites est explicable. Salmydessos n’est pas une cité grecque, pas plus que Kabylè à l'intérieur des terres. En revanche, on aurait pu s'attendre à voir mentionner des fondations athéniennes du ve s. a.C. comme l'actuelle Ahtopol (Agathèpolis), un emporion comme Orgamè (cap Dolojman), et quelques autres199. On peut supposer que Tomis n'est pas alors beaucoup plus qu'un emporion200.

  • 201 Arnaud 1992 et 1993.

9— Impossible en revanche d'expliquer par les mêmes raisons l'absence d'Istros parmi les cités du Pont, et les difficultés que celles-ci connaissent à partir du milieu du ive s. a.C., avec la présence des Scythes d'Atéas dans la région ne sauraient expliquer qu'elle soit seule absente. L'explication la plus simple est d'imaginer une haplographie pour Ἴστρος πόλις καὶ ποταμòς Ἴστρος : si Istros était seule à être oubliée, on pourrait s'en satisfaire. Mais la suite du Périple omet également Olbia, ce qui permet d'attribuer avec vraisemblance ces omissions aux sources du passage : P. Arnaud a clairement établi que le Ps-Skylax a recours à des évaluations standard qui mettent en relief des routes commerciales bien reconnues201.

10On peut à ce compte imaginer différentes causes complémentaires à ces omissions :

  • 202 Baladié 1989, 21 relève par exemple que dans la même région, Strabon, compilant Artémidore dont le (...)

11— Si le Ps-Skylax, comme je le crois, disposait de différentes listes de cités, la position de ces cités à la fin d'une liste peut avoir entraîné leur oubli à l’occasion d'un recoupement202. Si de plus l'orientation de ces listes étaient différente, le changement de source a pu entraîner la disparition du dernier élément du tableau (qu'on pourra se représenter comme un chapitre de la Géographie de Ptolémée). L'omission de Byzance dans ce qui pourrait le point rie départ du périple politique, l'inversion, on va le voir, de Nikônion et d’Ophioussa ou plus tard celle de Phanagoria et de Kèpoi sont explicables par ce type d'erreur.

  • 203 Sur cet itinéraire, voir supra, p. 44.
  • 204 Cf. Hind 1998 et, sur le rôle d'intermédiaire de Mégare dans le commerce en Grèce. Bresson 2000. 12 (...)

12— Si le Ps-Skylax avait recours à un itinéraire maritime piquant sur Leukè après Kallatis. puis sur la Taurique et Chersonèsos, cet itinéraire évitait tout à la fois Istros et Olhia. tout en préservant le groupe des cités du Dniestr (Tyras, Ophioussa et Nikônion) qui se rattachent à Leukè par contiguïté203. Cette hypothèse, qui exclut la partie nord du bassin occidental, cadrerait avec l'hypothèse de J. Hind qui montre comment autour d'Héraclée, Chersonèsos et Kallatis, les Mégariens avaient créé un réseau de cités dans l'ouest du Pont, réseau dont les échanges (justifiés par l'origine et les intérêts) étaient servis par le mouvement naturel des courants qui parcourent cette partie de la mer Noire. Un périple héracléote aurait pu figurer parmi les sources du Ps-Skylax204.

4.2. Scythie d'Europe et Taurique

4.2.1. La Scythie jusqu’à la Taurique

Le § 68

Texte retenu

13Σκυθία. Ταῦροι. Μετὰ δὲ Θράκην εἰσὶ Σκύθαι ἔθνος καὶ πόλεις ἐν αὐτοῖς Ἑλληνίδες αἵδε · Τύρις ποταμός, Νικώνιον πόλις, Ὀφιοῦσσα πόλις.

Apparat

14Σκυθία : Σκυθίας D ; Τύρις : τρίσσης D ; Νικώνιον : νεονείων D ; Ὀφιοῦσσα : Ὀφιοῦσσα D.

Traduction

15(§ 68) Scythie. Tauroi. Après la Thrace, il y a le peuple des Scythes et, dans leur pays, les cités grecques suivantes : le fleuve Tyris, la cité de Nikônion, la cité d'Ophioussa.

Notes

  • 205 Il n'y a aucune autre confusion dans le manuscrit de TYP et TPI, et aucune de NEO et NIK. Le copist (...)
  • 206 CF, 93 : Κίος πόλις κα Κίος ποταμός.

16Dans le début du passage. K. Müller corrige un texte corrompu. Le manuscrit écrit indiscutablement τρίσσης ποταμός, νεονείων πόλεις même si la partie centrale a fait l'objet d'une relecture et d'une correction (νεονε ?ων ?πόλεις) ; le seul toponyme sur lequel on puisse s'arrêter est donc Ὀφιοῦσσα205. Les corrections de Müller, Τύρις ποταμός, Νικώνιον πόλις sont vraisemblables : il est peu probable que l'erreur remonte au Ps-Skylax lui-même, car on en trouverait témoignage dans la tradition indirecte, Étienne de Byzance par exemple. Le copiste a eu du mal à lire son modèle et l’a ramené à des noms connus, banals comme dans la séquence τρίσσης ποταμός, νεονείων πόλεις· ὀφιοῦσα πόλις. Ces mêmes difficultés et les allers et retours entre l'original et la copie suffiraient à expliquer des omissions ou des erreurs, peut-être Τυράς καὶ Τύρις ποταμός, ou Τύρας πόλις καὶ ποταμός : mais on ne peut rien construire de définitif sur leur omission non plus206. Naturellement, impossible de déterminer si le Périple écrivait Tyris ou Tyras : je conserve Tyris, à cause d'Hérodote et parce que j'imagine le passage de TYPIC à TPICC paléographiquement plus facile.

Les cités du Tyras

  • 207 Hdt. 4.51. Σκυθικὴν καὶ τὴν Νευρίδα γῆν ἐπὶ δὲ τῷστόματι αὐτοῦ κατοίκηνται λληνες, οἳ Τυρῖται καλέ (...)
  • 208 Plin., Nat. 4.82 ; St.Byz., s. Τύρας.
  • 209 Str. 7.3.16 : Ἀναπλεύσαντι δὲ ἑκατòν τετταράκοντα σταδίους ἐφ' ἑκάτερα πόλεις, μὲν Νικωνία δ' (...)

17Le Ps-Skylax cite donc successivement comme “cités grecques”, le fleuve Tyris, les cités “des Néoneioi” (Nikônion) et Ophioussa. La présence grecque sur le Tyris est déjà signalée par Hérodote207. Les établissements grecs de cette partie du Pont semblent se développer facilement dans une première phase, mais connaître progressivement des difficultés avec les populations locales ou arrivantes, comme les Scythes au début du ve s. a.C. ou les Gètes plus tard. La situation et l'histoire des plus importants des établissements mentionnés par les sources littéraires, Ophioussa, Nikônion et Tyras sont d'ailleurs discutées. Ophioussa est mentionnée par Strabon : Pline et Étienne de Byzance en font l'ancêtre de Tyras208. Pour Strabon, Ophioussa est sur la rive sud du Tyras et Nikônion sur la rive nord, à 140 stades de l'embouchure209. Les archéologues pensent généralement que Nikônion correspond à la ville découverte sur le site occupé aujourd'hui par Roksolany :

  • 210 Eux.. 13V22-26 (§ 61-63 Müller), situe Νικóνιον χιορίον à 30 stades de l’embouchure du Tyras, sans (...)
  • 211 Sekerskaya 2001.69. Voir Treister & Vinogradov 1993, 531-533 : Hind 1992-1993, 92 : “The economy of (...)

“It is possible to distinguish two main periods in historical developments of Nikonion. The first extends from the founding of the city to themid-3rd century BC. Within that period, specifically from the middle of the 6lh century until shortly after 340 BC. the economy and culture of the city advanced rapidly and it developed into the administrative and cultural centre of a polis. The ensuing destruction seriously disrupted the life of the city and, although tnany buildings were later restored and new ones were built [jusqu'au dernier quart du ive s. a.C.], previous levels of activity were not achieved again210 In the middle of the 3rd century BC the inhabitants abandoned the city. [La deuxième période] encompassed the 1st-3rd centuries AD”211.

  • 212 Cf. Price 1993, SNG. pl. xii, no 334-349 : monnaies de Tyras. à partir de 350 a.C. TYPAN, et surtou (...)
  • 213 La localisation de Tyras sur le site de l'ancienne Akkerman. Belgorod-Dnestrovskii, est admise. La (...)
  • 214 Cf Nawotka 1997, 39-55, et sur Tyras, Samoylova 2001.94-101, part. 96 où elle évoque la destruction (...)
  • 215 Str. 7.3.16 : O δὲ προσοικοῦντες τῷ ποταμῷ <ὁμώνυμον> πόλιν φασὶν ἀνιόντι ἑκατòν καὶ εἴκοσι σταδίο (...)
  • 216 Arr., Per.M.Eux., 20 ne mentionne qu'une côte déserte (Tὰ δὲ ἐν μέσω ἔρημα καὶ ἀνώνυμα). Silberman (...)
  • 217 Voir la discussion dans Müller 1983 ad Ptol. 3.10.8-9, p. 469-471, analyse générale des sources.

18Les choses sont rendues complexes par l’apparition des monnaies de Tyras vers 330 a.C.212. Il paraît raisonnable d'y voir un synoecisme rassemblant plus ou moins rapidement les établissements du Dniestr (Istrianos Limèn, Ordessos, la Tour de Néoptolème etc.). La nouvelle cité a pu en particulier accueillir les habitants de Nikônion après l'abandon de la ville dans le courant du iiie s. a.C.213. Comme les autres cités du Pont gauche, Tyras connaît des moments difficiles à partir de cette période, et les choses sont pires encore entre le ier s. a.C. et le ier s. p.C. (guerres mithridatiques, ravages de Burebista)214 : ces troubles pourraient expliquer LUI certain flottement dans les dénominations. D'Artémidore, nous n'avons (dans Eux.) qu'un paraplous de Chersonèsos à l'Istros, et si Strabon, qui utilise Artémidore, n'a pas trouvé chez lui la notice qu'il attendait, il a dû avoir recours à une autre source qui donnait à sa fiche un ton plus historique : mais le texte est corrompu et il est impossible d’être sûr qu'il mentionnait Tyras. Sachant que Nikônion était abandonnée à l'époque où écrivaient aussi bien Artémidore que Strabon, je pense, comme d'autres, que Strabon, à côté des fondations plus anciennes, signalait le centre politique de la cité de Tyras à 120 stades de l'embouchure du Tyras, donc un peu plus près de lamerqu'Ophioussaou Nikônion215. Comme l'embouchure du Dniestr a profondément évolué depuis l'Antiquité, la précision des distances à la mer données par les géographes anciens doit être relativisée. L'omission de la cité de Tyras par Artémidore pourrait expliquer aussi le silence de Ménippe, celui d'Arrien, et l'utilisation de la Périoclos par Eux. (à une époque où Tyras a retrouvé une nouvelle prospérité)216. Pour Ptolémée, il y a des lieux différents avec des coordonnées différentes : Nikônion 56°2048° 10 ;Ophioussa56°48° ; Tyras 56° 47°40. soit des distances approximatives de 185 stades entre Nikônion et Ophioussa et de 168 stades entre Tyras et Ophioussa ; sur la carte que l'on peut extraire de ces coordonnées, Tyras est beaucoup plus près de l'estuaire du Tyras (même distance que d'Ophioussa à Tyras), et seule Tyras est mentionnée comme polis217.

  • 218 Cf. Wasowicz 1975. et, plus récemment. Vinogradov et al. 1990. Kryjitskij 1993 et Solovev 1998, 224 (...)
  • 219 Kerkinitis est encore une cité indépendante au milieu du ive s. a.C.. mais est absorbée par Cherson (...)
  • 220 Dans la même région, Hécatée, outre Kerkinitis (Καρκινῖτις), IF184-190, mentionnait une autre cité (...)

19Dans le Périple, à une époque où selon toute apparence Tyras n’est pas encore une cité, ne figurent qu'Ophioussaet Nikônion. Mais Ophioussa devrait être au sud, et Nikônion au nord. Or. en suivant la progression du Périple, l'ordre des deux cités est inversé. Quelle explication à cette erreur ? Dans un passage aussi perturbé, il est impossible de trancher. On peut penser que la source du Périple, ici, était sinistrogyre (comme l’est par exemple Eux.), et que l'auteur ne s'est pas aperçu de son erreur. On peut aussi penser que le Périple énumère les cités dans l'ordre où les rencontrerait un navire qui remonterait le fleuve, ce qui impliquerait que l'on rencontre Nikônion avant de rencontrer Ophioussa. Cette seconde solution est séduisante, mais contredit Strabon et Ptolémée (pour les positions que ce dernier donne aux deux cités). C'est au moins un nouvel indice de la nature composite du Périple, et de la difficulté rencontrée par l'auteur pour intégrer ses sources en un tout cohérent. Enfin, Olbia n'est pas mentionnée, sans raison apparente, puisqu'elle est à une époque heureuse de son histoire218. Müller penchait pour une faute de copiste. La lacune serait à ce compte assez importante, puisqu'elle expliquerait également l'omission de la Carrière d’Achille, de Kerkinitis, et peut-être même de Kalos Limèn219. Je pense, on l'a vu. que le Pseudo-Skylax utilise un itinéraire direct, qui lui faisait éviter totalement le golfe de Kerkinitis220.

4.2.2. La Chersonèse Taurique jusqu'au Tanaïs

Le § 68 (suite)

Texte retenu

20Έπὶ δὲ τῇ Σκυθικῇ ἐποικοῆσι Ταῦροι ἔθνος ἀκρωτήριον τῆς ηπείρου · εἰς θάλατταν δὲ το ἀκρωτήριον ἐστιν. Ἐν δὲ τῇ Ταυρικῆ οἰκοῦσιν Ἔλληνες οἵδε· Χερρόνησος, ἐμπόριονΚριού Μέτωπον, ἀκρωτήριον τῆς Ταυρικῆς. Μετὰ δὲ ταῦτά εἰσι Σκύθαι πάλιν, πόλεις δὲ Ἑλληνίδες αἵδε ἐν αυτή ΘευδοσἼα, Κύδαια καὶ Νύμφαιον, Παντικάπαιον, Μυρμήκιον. Παράπλους εὐθὺς ἀπò Ἴστρου ἐπὶ Κριοῦ Μέτωπον. τριῶν ἡμερῶν καὶ τριῶν νυκτῶν, ὁ δὲ παρὰ γῆν διπλάσιος· ἔστι γὰρ κόλπος. Έν δὲ τῷ κόλποι τοῦτοι νῆσός ἐστι. νῆσος δὲ ἐρήμη, ᾖ ὄνομα Λευκή, ἱερὰ τοῦ Ἀχιλλέως. Ἀπò δὲ Κριοῦ Μετώπου πλους εἰς Παντικάπαιον ημέρας καὶ νυκτός· ἀπò δὲ ΠαντικαπαἼου ἐπὶ τò στόμα τῆς Μαιώτιδος λίμνης ἐστὶ στάδια κ'.

21'Η δὲ Μαιῶτις λἼμνη λέγεται εἰς ἥμισυ εἼναι τοῦ Πόντοῦ. Έν δὲ τῇ Μαιώτιδι λἼμνη εὐθὺς εἰσπλέοντἼ εἰσιν ἐπ’ἀριστερᾶς Σκύθαι καθήκουσι γὰρ ἐκ τῆς ἔξω θαλάσσης ὑπὲρ τῆς Ταυρικῆς εἰς τὴν Μαιῶτινλὶμνην Συρμάται ἔθνος. καὶ ποταμòς Τάναϊς ορίζει Ἀσίαν καὶ Ευρώπην.

Apparat

22τῆς ήπειρον) : τῆς ἠ πέτρου D ; ‘Ἑλληνες οἵδε : ‘Ἑλληνες αἵδε D, πόλεις ἐν αὐτοῖς Ἑλληνίδες αἵδε Müller ; Κύδαια : Κύταια Müller ; Νύμφαιον : ΝυμφαἼα D ; ΓΙαντικάπαιον : παντικάπιον D ; Μυρμήκιον : Μυρμήκειον Müller ; εἰς ἥμισυ : ἥμισυ Müller ; Μαιῶτιν : μαιῶτὴν. D ; λὶμνην Συρμάται ἔθνος : λὶμνην. ΣΥΡΜΑΤΑI. <Μετὰ δὲ Σκύθας Συρμάται> ἔθνος Müller : ορίζει· <καὶ> ορὶζει Müller.

Traduction

23(§ 68. suite) Près de la Scythie. le peuple des Tauroi occupe un cap du continent : ce cap s'avance dans la mer. En Taurique sont installés les Grecs ci-après : Chersonèsos, emporion ; Kriou Metôpon, cap de Taurique. Après quoi ce sont de nouveau les Scythes ; on y trouve les cités grecques suivantes : Theudosia, Kydaia. Nymphaion, Pantikapaion, Myrmèkion. La navigation en droite ligne depuis l'Istros jusqu'à Kriou Metôpon est de trois jours et trois nuits, de deux fois cette durée le long de la côte : il y a un golfe. Et dans ce golfe se trouve une île, une île déserte, dont le nom est Leukè, qui est l'île sacrée d’Achille. Depuis Kriou Metôpon, la navigation jusqu'à Pantikapaion est d'un jour et une nuit. De Pantikapaion à l'embouchure du lac Méotide, il y a 20 stades. On dit que le lac Méotide mesure près de la moitié du Pont. Dans le lac Méotide, pour le bateau qui y pénètre en droite ligne, les Scythes sont à main gauche ; le territoire du peuple des Syrmatai s'étend en effet depuis la mer extérieure, au-delà de la Taurique, jusqu'au lac Méotide, et le Tanaïs sépare l'Asie de l'Europe

Notes

  • 221 Respectivement § 14, 22. 62. Sur ces questions, voir supra, p. 34-36.

24La formule λληνες αἵδε pourrait être elliptique, mais elle est inhabituelle au regard de formules comme καὶ πόλεις ἐν αὐτοῖς Ἑλληνίδες αἵδε, ou ἐν δὲ τῇ ΙαπυγἼα οἰκοῦσιν λληνες, καὶ πόλεις εἰσὶν αἵδε, ou εἰσὶ δὲ καὶ οἱ Λωτοφάγοι καλούμενοι βάρβαροι οἵδε ou ἐν τοῦτω τῷ κόλπφ εἰσὶν οἱ Λιμοδωριεῖς καλούμενοι οἵδε221. La correction οἵδε, présente l'avantage de ne pas suppléer πόλεις là où ne sont nommés qu'un cap et un emporion : la priorité est au toponyme, alors que le terme qui l'accompagne (emporion, cap, port, ou πόλις) est en apposition pour préciser la nature du site.

  • 222 Cf. Zograph 1977. 262.
  • 223 Eux.. 12R16-17 (§ 50 Müller).
  • 224 Eux.. 12V10 (§ 52 Müller) et 11 R6-7 (§ 44 Müller). Ar., Th.. 452 ; Arist.. H.A.. 10.3[635a], avec (...)

25— On peut être tenter de rétablir Theodosia, mais elle est Theudosia au iiie s. a.C.222. Pour les autres fautes, le copiste se laisse entraîner aux séries et Theudosia et Kydaia ont contaminé Nymphaion. Κύδαια est proche de la forme mentionnée par Eux. ; Ἀπò δὲ κρας εἰς Κύτας πόλιν τὴν πρώην λεγομένην Κυδεάκαὶ κτλ.223. ΓΙαντικάπαιον est employé immédiatement après, sous cette forme à l'accentuation près. On trouve d'ailleurs chez Eux. des citations exactes du Périple : Ἀπò δὲ Λαμπάδων εἰς τò Κριού Μέτωπυν. ἀκρωτήριον τῆς Ταυρικῆς κτλ. et ἡ δὲ Μαιῶτις λἼμνη λέγεται εἰς ἥμισυ εἼναι τοῦ Πόντοῦ. Cette dernière expression, εἰς ἥμισυ. est déjà en usage au ive s. a.C. (Aristophane, Aristote)224.

  • 225 Letronne 1840 propose par exemple : Συρμάται <μετὰ δὲ Σκύθας εἰσὶ Συρμάται> ἔθνος.
  • 226 Périple. 34. 42, 55, 92, 104, 1 10, 112 ; Hdt. 4.99.
  • 227 Rostovsef 1922, 1 14. Voir infra.
  • 228 F277 Lasserre, cité par St.Byz. s. Συρμάται oἱ Σαυρομάται, ὡς Εὔδοξος πρώτω Ποταμòν τοῦ Τανάιδος Συ (...)
  • 229 Mela 2.1.3 : In Paludem uergentia Satarchae tenent, in Bosporum Cimmerica oppida Murmecion, Pantica (...)

26— Dans le dernier paragraphe les commentateurs n'ont su que faire de Συρμάται ἔθνος225. Müller considère que c'est un ajout tardif, mais il faut en faire le sujet de καθήκουσι. La côte européenne du Bosphore, décrite avant le paraplous depuis l'Istros, fait partie de la Scythie. sur la rive occidentale du lac Méotide. La suite (καθήκουσι γάρ) explicite cette dernière assertion. Τῆς ἔξω θαλάσσης désigne le Pont et le Périple appelle Συρμάται les Scythes de cette région : dans le Périple, les autres emplois d'ἔξω sont relatifs, souvent des emplois prépositionnels (avec un génitif), et désignent un lieu extérieur à un lieu précédemment défini, une mer, un golfe, un cap ou une péninsule. On ne peut considérer qu'il s'agit ici de la mer Extérieure au sens où l'entendrait un géographe hellénistique. Τῆς ἔξω θαλάσσης correspond à τὴν προς άμπηλιώτὴν ἄνεμον d'Hérodote, auteur que le PsSkylax utilise, on va le voir226. Il faut sans doute admettre avec Rostovsef que les Συρμάται sont différents des Sauromates de la rive gauche du Tanaïs. les Γυναικοκρατοῦμενοι, les Sauromates d'Hérodote et de toute l'ethnographie grecque du ve s. a.C.227. Pour le Périple. les Syrmatai sont en Scythie. Leur localisation est confirmée par un fragment d'Eudoxe228. Mela et Pline, proches du Périple dans cette partie du Pont qu'ils décrivent de façon similaire, signalent des Scythes Satarchae/Satarci précisément dans la même région229. Je pense qu’il s'agit du même peuple, soit que l'orthographe en soit flottante, soit que la tradition manuscrite du Périple en ait déformé l'orthographe.

Les cités de Scytho-Taurique et la géographie du Bosphore

Les sites

  • 230 La fourchette maximum est 389-354 a.C. Burstein 1974. 416, place la prise de la cité après 370. Sel (...)
  • 231 Sur ces cités et la péninsule de Kertch, voir Hind 1992-1993. 99-105, et la synthèse de Tsetstkhlad (...)
  • 232 La présence athénienne est attestée par le Contre Ctésiphon, Aeschin. 3.171 à propos de la remise d (...)

27Le Périple ne fait aucune allusion à l'État du Bosphore, et rien qui puisse laisser supposer même son existence. Le nom n'est d'ailleurs jamais employé pour cette région. Le Ps-Skylax se contente de mentionner les principales cités de la rive droite, en suivant la progression normale d'un périple, Θευδοíσ, Κύδαια καὶ Νυμφαíα. Παντικάπαιον, Μυρμήκιον. Peut-être peut-on tirer argument du rattachement de Theudosia à cet ensemble pour penser qu’elle est déjà entre les mains de Leukôn230 ? Certains toponymes de la côte européenne du Bosphore ne sont pas mentionnés alors que leur existence archéologique commence entre le vu et le ve s. a.C. : Akrai, Parthenion, Tyritakè. Porthmeus231. Les sites mentionnés sont sans doute les plus importants, mais il n'est pas sûr pour autant que toutes ces villes soient des cités : le statut de Kydaia ou de Myrmèkion est vague ou discuté ; Nymphaion a battu monnaie, mais semble être tombée à cette époque dans l'orbe du royaume du Bosphore232. Pour cette partie de la côte politique, le Périple ne nous donne aucune information originale, ni même complète.

La mise en forme

28La mise en forme du paragraphe est habituelle pour le Périple : nom de la région (Scythie), cités grecques. Taurique, définition et situation de la péninsule, cités grecques ; de nouveau la Scythie, cités grecques. Paraplous au large, paraphas de cabotage ; île rattachée (Leukè). La fin du passage reprend la progression vers Panticapée et se termine sur quelques notes géographiques sur les Scythes. La configuration géographique de la région dans le Périple est difficile à comprendre : le Ps-Skylax ne se représente pas la Chersonèse Taurique comme la vaste péninsule qu'elle est. mais comme une portion de côte dont se détache le cap Kriou Metôpon. La suite de la côte appartient de nouveau à la Scythie, comme chez Hérodote auquel le Périple semble emprunter l'image générale de la région :

  • 233 4.99-100 (trad. Barguet 1964). En 4.86, il estime sa largeur à 3 300 stades. Sur l'image de la Cher (...)

“La Thrace avance en mer plus que la Scythie ; sa côte forme un golfe après lequel commence la Scythie, et l'embouchure de l'Istros se trouve là, orientée au sud-est. Je vais décrire la côte de la Scythie au-dessus de l'Istros, pour indiquer les dimensions de ce pays. A partir de l'Istros, c’est l'ancienne Scythie, tournée vers le midi et le vent du sud jusqu'à la ville appelée Karkinitis ; au-delà, et toujours bordé par la même mer, le pays devient montagneux et forme une avancée dans le Pont-Euxin ; il est habité par le peuple des Taures, jusqu'à la presqu'île qui s'appelle la Chersonèse Rocheuse ; celleci s'étend jusqu'à la mer orientale ; la Scythie est en effet bordée sur deux de ses côtés par la mer, au midi et au levant, tout comme l'Attique. Les Taures habitent une région de la Scythie ; c'est à peu près comme si, en Attique, un peuple autre que les Athéniens occupait le cap Sounion à son extrémité, de Thorikos jusqu'au dème d'Anaphlystos... Après la Taurique, ce sont encore des Scythes qui habitent au-dessus de ces régions et sur les bords de la mer orientale, à l'ouest du Bosphore Cimmérien et du lac Méotide, jusqu’au Tanaïs qui se jette au fond de ce lac”233.

29Ce qu'Hérodote appelle donc ici mer orientale correspond à la partie orientale du Pont-Euxin, et il n'a pas encore adopté l’image de l'arc scythe qui prévaudra par la suite.

Itinéraires

  • 234 A quoi on peut ajouter l'estimation de l'étendue du lac Méotide. Sur ce point, et sur l’analyse de (...)

30En revanche, dans le paraplous du deuxième paragraphe, l'itinéraire suivi et la durée du voyage indiquent une route directe vers Kriou Metôpon depuis l'embouchure de l'Istros234.

  • 235 Bien que l’île soit plus au sud que Tyras. Str. 7.3.16, par exemple, adopte le Tyras comme point de (...)
  • 236 Müller ad loc. oublie de compter les nuits, ce qui l'amène à un total fautif de 1 650 stades. Le ca (...)
  • 237 L'un et l'autre ap. Eux., 14R1 (§ 63 Müller).
  • 238 Hdt. 4.101 ; Ptol. 3.10.9 et 3.6.2.

31Comme le Périple, les autres itinéraires maritimes, qu'il s'agisse des itinéraires de petit cabotage (celui que mesure Artémidore), ou de grand cabotage (celui que propose Ménippe) utilisent également l’île de Leukè comme pivot à partir de l'embouchure du Tyras235. Mais le Périple adopte un itinéraire qui touche Panticapée en faisant l'économie du détour par le golfe de Kerkinitis, et, s'il la mentionne et l'utilise lui aussi, son itinéraire passe vraisemblablement au sud de l'île de Leukè (comme le font encore les lignes ConstantaSébastopol) pour piquer au plus court vers le sud de la Crimée. A la tin du chapitre le Périple décompte trois jours et trois nuits de navigation en droite ligne de l'Istros au Kriou Metôpon. soit 3 000 stades auxquels viendront s'ajouter 1 000 stades de Kriou Metôpon à Panticapée, et 100 stades de plus pour aller à l'embouchure du Méotide, soit un total de 4 100 stades236. Le Ps-Skylax, comme les géographes postérieurs, mentionne un golfe (golfe de Kerkinitis) qui doublerait l'itinéraire le long des côtes : Ménippe de Pergame compte 4 110 stades de Chersonèsos au Tyras, et 870 à flstros, et Artémidore donne un total de 4 420+1 110 = 5 530 stades, en longeant les côtes (par le golfe de Kerkinitis et. sans doute, l'estuaire du Dniestr)237. Hérodote décompte pour sa part 4 000 stades de route en ligne droite de l'Istros au Méotide ; et si l'on prend pour base la position donnée à Leukè (53°20', 47°40') et à Kriou Metôpon (62°, 46°40') par Ptolémée, la distance de Leukè à Kriou Metôpon est d'environ 3 500 stades, ce qui ne correspond pas non plus à la distance indiquée par le Périple, mais en est très proche238. Le Ps-Skylax semble donc compiler Hérodote avec une source périplographique. La fin du paraplous Ἀπò δὲ Κριοῦ Μετώπου πλους εἰς ΠαντικαπαἼου ἐπὶ το στόμα τῆς Μαιώτιδος λίμνης ἐστὶ στάδια κ', Istros, Kriou Métopon, Pantikapaion, Méotide, indique que le Ps-Skylax utilise une source dont la destination est Panticapée (la distance au Méotide est d'ailleurs donnée en stades depuis cette dernière). L'utilisation de cet itinéraire explique, on fa vu, l'omission de toutes les cités du golfe de Kerkinitis, et pourrait aussi expliquer le caractère elliptique de la liste de cités qui amène le lecteur à Panticapée par Kriou Metôpon : si la source est effectivement maritime, les toponymes mentionnés le sont dans leur fonction, et non dans leur statut politico-géographique : c'est une raison supplémentaire pour ne pas s'arrêter à la qualification d'emporion attachée à Chersonèsos, ni prendre à la lettre la rubrique des πόλεις δέ Ἑλληνίδες pour les établissements du Bosphore. La séparation en deux chapitres différents des deux parties du Bosphore, l'une en Europe, l'autre en Asie, conlirme que le Périple n'a pas une vision politique de la région du Bosphore, puisque les cités sont rattachées globalement à l'Europe ou l'Asie, ni une vision géographique du Pont comme une entité distincte, et qu'il s'en tient aux séparations entre continents de la géographie ionienne. La disparité des sources se traduit également à la fin du passage, où le Ps-Skylax se rallie à une opinion extérieure au texte (λέγεται est employé § 26. 47, 98 pour des passages à caractère mythographique). La suite est une description orientée par un acteur imaginaire (εἰσπλέοντι), qui fait du Tanaïs la frontière entre les Scythes (à gauche) et (sans doute) les Sarmates à droite, entre l'Europe et l'Asie, ce qui est l'opinion d'Hérodote.

4.3. Pomplous

Le § 69

Texte retenu

32Παράπλους ἁπάσης τῆς Ευρώπης. Ἀφ’Ηρακλεὶων στῇλών τῶν ἐν τῇ Εὐρώπη περιπλέοντι τοῦς κόλπους παρὰ γην, λογιζομένοις ὅσαι γεγραμμέναι εἰσὶ νύκτες ἀντὶ τοῦτων ἡμέρας, καὶ ὅπου στάδιά εἰσι γεγραμμένα, ἀντὶ τῶν φ'σταδἼων ἡμεραἼου τοῦ πλέοντος, γἼνεται τῆς Εὐρώπης ὁ παράπλους, τοῦ Πόντοῦ ὄντος ἴσου καὶ τοῦ ἡμἼσεος μέρους τῆς Μαιώτιδος λίμνης, ήμερων ρν'τριών. Μέγιστοι δὲ ποταμοἼ εἰσιν ἐν τῇ Εὐρώπη ὁ Τάναϊς, ὁ'Ἴστρος, ὁ'Ροδανός.

Apparat

33άπάσης τῆς Εὐρώπης : ἁπάσης τῆς... υριοῦ. εἰς τὴν,.α.ῶτὴνλὶμνην, a.c. ; λογιζομένοις ὅσαι : λογιζομένοις σῶσαι D, λογιζομένω δὲ ὅσαι Müller ; ἡμεραíου τοῦ πλέοντος : ἡμεραῖον τòν πλοῦν. Müller : τοῦ Πόντοῦ ὄντος σου καὶ τοῦ ἡμíσεος μέρους τῆς : τοῦ ἡμíεος μέρους τοῦ IΙόντοῦ ὄντος σου τῆς Müller.

Traduction

34(§ 69) Navigation générale de l'Europe. Depuis les Colonnes d'Héraclès d'Europe, si l'on fait le tour des golfes en suivant la côte et si l'on décompte autant de jours que l'on a noté de nuits, et, là où l’on a noté des stades, un jour de navigation pour 500 stades, la navigation le long des côtes de l'Europe, en comptant que le Pont est égal à la moitié du lac Méotide, devient de 153 jours. Les plus grands fleuves d'Europe sont le Tanaïs, l'Istros et le Rhône. Asie. Le fleuve Tanaïs marque le commencement de l’Asie.

Notes

  • 239 Voir supra. “Les computs de distance”, p. 33-34.

35Ce paraplous trouve son écho à la fin du § 111 : “Le paraplous de la Libye depuis l'embouchure Canopique en Égypte jusqu'aux Colonnes d'Héraclès, en utilisant comme mode de calcul le système indiqué pour l'Asie et l'Europe, en prenant en compte la circumnavigation des golfes, est de 74 jours”. A qui le doit-on ? Müller. ad loc., signale une erreur dans le décompte des jours de navigation : on peut penser que si l'éditeur (par exemple Marcien) l’avait trouvée dans son modèle, il l'aurait corrigée, ou du moins signalée : ce paraplous fautif devrait donc lui être vraisemblablement attribué, à lui, ou à un éditeur plus tardif. Autre bizarrerie, l'allusion au lac Méotide, en totale contradiction avec le § 68 et qui n'apporte rien au comput général. Ce paraplous général s'intégre cependant dans l'image générale du monde décrit par le Périple239.

4.4. Côte asiatique du Bosphore, Sindique, Kerketai

Les § 70-74

Texte retenu

36ἈσὶαἈπò Τανάϊδος δε ποταμοῦ ἄρχεται ἡ ἈσὶαΣαυρομάται. Καὶ πρώτον ἔθνος αυτῆς ἐστιν ἐν τῷ Πόντφ Σαυρομαται. Σαυροματῶν δε ἐστιν ἔθνος Γυναικοκρατοῦμενοι. Μαιῶται. Τῶν Γυναικοκρατοῦμένων ἔχονται Ματῶται. Σινδοí. Μετὰ δὲ Μαιώτας Σινδοὶ ἔθνος. Διήκουσι γὰρ οὗτοι καὶ εις το έξω τῆς λίμνης, καὶ εἰσι πόλεις ἐν αὐτοῖς Ἑλληνίδες αἵδε-Φαναγόρου πόλις. Κήποι, Σινδικòς Λιμήν. Πάτοῦς. Κερκέται. Μετὰ δε Σινδικòν Αιμένα, Κερκέται ήτοι Τορέται ἔθνος, καὶ πόλις Ἑλληνὶς Τορικός καὶ λιμήν.

Apparat

37Ἀσὶα: ἈσὶαΣαυρομάται. Millier ; Σαυρομάται : Σαυροβᾶται D, om. Millier ; Σαυροματῶν : Σαυροβατῶν D ; Γυναικοκρατοῦμενοι : γυναικοκρατοῦμενον Müller ; ΣινδοἼ : Σιντοί D, Σíδοι Müller ; Κερκεται ἔτοι Τορέται ἔθνος : Κερκέται ἔθνος D. Müller ; καὶ πόλις : <ΤΟΡΕΤΑΙ. Μετὰ δὲ Κερκέτας Τορέται ἔθνος> καὶ πόλις Müller.

Traduction

38(§ 70) Asie. A partir du fleuve Tanaïs commence l'Asie. Sauromatai. Et le premier peuple d'Asie dans le Pont est celui des Sauromatai : aux Sauromatai appartient le peuple des Gynaikokratoumenoi. (§71) Maiôtai. Aux Gynaikokratoumenoi succèdent les Maiôtai. (§ 72) Sindoi. Après les Maiôtai, vient le peuple des Sindoi : leur territoire s'étend aussi jusqu'à l'extérieur du lac. On y trouve les cités grecques suivantes : cité de Phanagoras, Kèpoi, Sindikos Limèn, Patous. (§ 73) Kerketai. Après Sindikos Limèn, il y a le peuple des Kerketai ou Toretai (§ 74) et la cité grecque de Torikos et son port.

Sauromates, cités de la côte asiatique du Bosphore

Les Sauromates

  • 240 Et non en Europe comme pour l'auteur hippocratique d'Aër., qui se fait une image encore plus approx (...)
  • 241 Hdt. 4.110 et 4.123. Le “désert des Scythes” aussi chez Hp., Aër., 18.3. Ή δὲ Σκυθέων ἐρημίη καλευμ (...)

39Les Sauromates du Périple sont situés sur la rive asiatique du Pont, comme chez Hérodote240. Mais la coïncidence n'est qu'approximative, car pour Hérodote, les Sauromates sont installés à trois jours de marche du Tanaïs et du lac Méotidc, bien loin de la mer Noire, alors que les Sauromates du Périple devraient toucher au Pont (ἐν τῷ Πόντω). Poursuivis par les Perses, les Scythes traversent le Tanaïs, le pays des Sauromates, et arrivent à la ville des Boudins à laquelle les Perses mettent le feu. “Au-dessus” du pays des Boudins, ils traversent alors le “désert des Scythes” pendant sept jours. “Au-dessus” habitent les Thyssagètes d'où proviennent quatre grands fleuves qui traversent le pays des Maiètai, διά Μαιητέων, pour se jeter dans “le lac appelé Maiètis”. C'est la seule mention des Maiôtai. C'est à ce moment-là que Darius fait volte-face et repart vers le Couchant pour arriver au pays des Melanchlainoi. Le Ps-Skylax aurait pu essayer de faire la synthèse géographique de ses lectures d'Hérodote et d'une autre source, ce qui l’aurait amené à placer ses Sauromatai à l'ouest des Maiôtai241. De plus, les Gynaikokratoumenoi ne sont pas les Sauromates dans leur ensemble, mais l'une de leurs composantes : le Périple semble attacher à l'image hérodotéenne de la région des données nouvelles. La similitude avec Éphore est sensible :

“Éphore déclare que des éléments scylhes sont passés en Asie... Il ajoute que les peuples les plus marquants sont ceux des Sauromates et des Gelônoi [Γελώνων peut recouvrir Γελῶνοι et Τελῶνες], et, en troisième position, la race dite des Agathyrses”.

  • 242 Ephor., FGrHist 70F158 et 159 = Eux., 11V30 (§ 49 Müller) et 11R14-20 (§ 44-45 Müller) = Périodos, (...)

“Le fleuve Tanaïs, en coupant en deux la masse du continent, est une frontière de l'Asie. Le premier peuple que l'on trouve sur ses rives est celui des Sauromates... après les Sauromates, on a, comme l'a déclaré Démétrios [de Kallalis, postérieur au Périple et à Éphore], la souche des Maiôtai appelés lazamatai, ou comme le dit Éphore, le peuple des Sauromates soumis aux femmes [Γυναικοκρατοῦμενοι]”242.

  • 243 Smirnof 1980, par exemple, défend une opinion différente de celle de Rostovsef 1922 sur l'identité (...)

40Il est impossible de savoir si Éphore mentionnait ou non les Maiôtai dont les Gynaikokratoumenoi semblent chez lui occuper la place. Mais inversement on peut se demander où les Maiôtai trouvent leur place géographique chez le Ps-Skylax si les Sauromates sont effectivement ἐν τῷ Πόντω, puisque la Sindique commence de l'autre côté du Bosphore, et qu'il y range toutes les cités de la rive asiatique. Quant à savoir si les Sauromates du Périple sont ou non des Sarmates au sens où l'entend Rostovsef, le problème me dépasse243.

Les cités du Bosphore

  • 244 Le Périple nomme successivement Phanagoria et Kèpoi, mais omet Hermonassa ; Mela 1.19.112 : Hermona (...)
  • 245 Sur les villes de la côte asiatique, voir par exemple Hind 1992-1993. 105-108. Hermonassa occupe un (...)
  • 246 Str. 11.2.10.
  • 247 Soit qu'on la situe au cap Tuzla. soit qu'on la mette au cap Panagya. voir Lasserre 1975 ad loc.
  • 248 En raison des variations du niveau de la mer (voir supra), il est très difficile de se représenter (...)

41L'ordre dans lequel sont énumérées les cités de la rive gauche du Bosphore varie à peu près avec chaque géographe244. Comme pour la rive européenne, le Périple omet des sites comme Korokondamè, Patraios, Tyramba ; le plus surprenant est l'omission d'Hermonassa245. La description la plus précise de la région arrive chez Strabon après qu'il a donné les limites méridionales du Bosphore : 10 stades après Korokondamè, débouche l'émissaire d’un lac qui se trouve “dans l'arrière-pays de Koronkondamè” ; ce lac, son émissaire dans le Pont, le bras de l'Hypanis (le Kouban – différent de l'Hypanis/Boug voisin d'Olbia) et le Méotide déterminent donc une île : “Le navigateur qui pénètre dans le Korokondamitide touche successivement Phanagoria... Kèpoi, Hermonassa et l'Apatouron, sanctuaire d’Aphrodite. Phanagoria et Kèpoi sont bâties sur l'île précitée, à gauche lorsqu'on entre dans le lac, les autres cités à droite, au-delà de l'Hypanis, en Sindique. Gorgippia aussi est en Sindique”246. Dans une écriture périplographique, selon le sens dans lequel on parcourt le lac, soit Hermonassa soit Phanagoria arrivent l’une la première et l'autre la dernière, tandis que Kèpoi est toujours la seconde. L'omission par le Périple d'Hermonassa, située sur la rive droite du lac pourrait donc impliquer l'utilisation d'un itinéraire maritime en provenance de l'ouest dont le terme aurait été Kèpoi. Toutefois, les descriptions des géographes ne coincident pas non plus avec la position donnée à Hermonassa par les archéologues, pour lesquels même la situation de Korokondamè est discutée247 : l'analyse est rendue difficile par les incertitudes qui régnent sur le cours du Kouban dans l'Antiquité248. Dans la mesure où λἼμνη, dans l'Antiquité, peut désigner aussi bien un lac qu’une lagune ou même dans certains cas une baie fermée, où une νῆσος peut être aussi une péninsule, et où le lit du Kouban a pu varier entre le début et la fin de l'Antiquité, on est obligé de rester dans le doute. C'est l'une des situations où l'élévation du niveau de la mer, les effets de cette élévation sur l'alluvionnement à l'embouchure des fleuves ou sur les côtes basses transforment suffisamment le paysage pour que les descriptions des géographes anciens nous deviennent incompréhensibles.

  • 249 Voir aussi les monnaies de Phanagoria. Price 1993. SNG. pl. xxxvii, no 995-1007. ΦΑΝΑΓΟΡ1ΤΩΝ.
  • 250 Eux.. 11R15-21 (§ 45-47 Müller) ; plus loin. Eux., 1 1R30-31 (§ 47 Müller) mentionne Κιμμερίς et Κή (...)
  • 251 Str. 11.2.10. Lasserre 1975 pense qu'il s'agit d'un simple changement de source. Mais Φαναγορία est (...)
  • 252 Hecat., FGrHist 1F212 = St.Byz. s. Φαναγόρεια· πόλις ἀπò Φαναγύρου ; et Arrien. FGrHist 156F71, Φαι (...)
  • 253 Sur le site avant sa modernisation, cf. p. 41-42, et pour une synthèse des découvertes archéologiqu (...)
  • 254 Str. 11.2.10 et 11.2.14 ; Périodos, F17b-18 ; Ptol. 5.8.4 : Eux. 10R 16 (24B) : πò οὖν Έρμωνάσσης (...)
  • 255 Voir Price 1993,.SNG. pl. xxxviii, no°1008-1009 ; Hind 1992-1993, 108. Zograph 1977, 272-273 pense (...)
  • 256 Str. 11.2.14. BP. 83 : 46°43’.3N 37°48'1E, “Excellent all-round shelter”. Spencer 1854, 298-301 : “ (...)
  • 257 Spencer 1854, 302-303. Taitbout de Marigny 1887, 40-44 suit Spencer de près. BP. 83 : 44°33’.3N 38° (...)
  • 258 Hind 1983-1984, 91 : “Near Gelendzik, at Tonky Mys, was found a large rectangular building, halfero (...)

42D'autre part, Φαναγόρου πόλις est Φαναγορία dans les inscriptions249. Eux. lit le même texte que nous : Τοῦτοις δε ἐπιμεμίχθαι τὰς ΆμΓχζόνας τοῖς Σαυρομάταις λέγουσιν ἐλθούσας πυτὲ ἀπò τῆς περὶ τòν Θερμώδοντα γενομένης μάχης, ἐφ’οἷς ἐπεκλήθησαν οἱ Σαυρομάται Γυναικοκρατοῦμενοι. Εἶτά ἐστιν Φαναγύρου πόλις. Κήποι πόλις. Εἶτά ἐστιν Έρμώνασσα Φαναγορία τε κτλ.250 Strabon écrit ΦαναγορἼα lorsqu'il suit Artémidore, mais aussi τò Φαναγόρειον et τὰ Φαναγόρεια251. Le Ps-Skylax la nomme ici par le nom de son fondateur, Phanagoras ou Phainagoras, qui nous est connu par un fragment d'Hccatée et un passage d'Arrien252. Cette mention est très inhabituelle pour le Périple et pourrait impliquer qu'il reproduit ici sa source, directement ou indirectement Hécatée. Sindikos Limèn pose un autre problème253. Les archéologues discutent pour déterminer si Sindikos Limèn est devenue Gorgippia (l'actuelle Anapa) où s'il s'agit d'une ville voisine qui conserve son autonomie, puisque dans les sources littéraires, le nom de Sindikos Limèn survit à la fondation de Gorgippia. Par exemple Strabon fait de Gorgippia το βασίλειον των Σινδῶν, mais dans son périple de cette même côte, il signale ὁ Σινδικός... λιμὴν καὶ πόλις à 80 stades de Korokondamè ; la Périodes, Ptolémée ou Eux. connaissent toujours Sindikos Limèn, mais plus Gorgippia254. Ptolémée mentionne à la fois Sindikos Limèn et Sinda kômè ; Arrien, Sindikè : la question des monnaies de Sindique n'y trouvera pas sa solution255. En ce qui concerne le Périple, l'absence de Gorgippia peut être cependant considérée comme un nouveau marqueur chronologique, puisque la cité est fondée entre 389 et 349. Avec la Sindique, le Périple arrive dans des régions de plus en plus mal connues, mais il y mentionne deux cités dont il est le seul à donner le nom sous cette forme. Πάτοῦς est sans doute Βατά de Strabon, à 400 stades de Sindikos Limèn, dans la baie de Novorossijsk256. Pour Strabon comme pour le Périple, cette ville marque la limite de la Sindique, mais le Ps-Skylax a manifestement des difficultés à la situer, puisqu'il prend Sindikos Limèn comme ville frontière entre Sindique et Kerketai : Patous provient d’une source secondaire. Torikos est inconnu par ailleurs. Mais au sud de Novorosijsk, le havre le plus favorable est apparemment Gelendzik, “the safest and most commodious harbour on the coast of Circassia”257. Les archéologues y ont trouvé la trace d'une présence grecque258.

4.5. Côte orientale

Les § 75-80

Texte retenu

43χαιοί. Μετὰ δὲ Τορέτας χαιοί ἔθνος. νἼοχοι. Μετὰ δὲ χαιοὺς νἼοχοι ἔθνος. Κοραξοί. <Μετὰ δὲ νιόχους, Κοραξοὶ ἔθνος.> Κορική. Μετὰ δὲ Κοραξοὺς Κορικὴ ἔθνος. Μελαγχλαίνοι. Μετὰ δὲ Κορικὴν Μελαγχλαίνοι ἔθνος καὶ ποταμός ἐν αὐτοἱς Μητάσωρις καὶ Αἰγίπιος ποταμός. [Γέλωνες.] Μετὰ δὲ Μελαγχλαίνους, Γέλων.

Apparat

44<Μετὰ δε νίοχους Κοραξοὶ ἔθνος.> vide adn. : Κορική : om. D. Κωλική et mox Κωλική, Κωλικὴν Müller ; Μελαγχλαίνοι et mox Μελαγχλαίνοι : Μελαγχνάνοι, Μελαγχνάνους D.

Traduction

45(§ 75) Achaioi. Après les Toretai, il y a le peuple des Achaioi. (§ 76) Hèniochoi. Après les Achaioi. il y a le peuple des Hèniochoi. (§ 77) Koraxoi. Korikè (§ 78) Après les Koraxoi, il y a le peuple de Korikè. (§ 79) Melanchlainoi. Après la Korikè, il y a le peuple des Melanchlainoi, et dans leur pays le fleuve Mètasôris et le fleuve Aigipios. (§ 80) [Gelônes.] Après les Melanchlainoi, le Gelôn.

Notes

  • 259 Cf. Counillon à paraître.
  • 260 Eux., 10R7-9 (18B). Pour la suite, les choses sont rendues plus complexes par l'extension (ou les d (...)
  • 261 Eux.. 10R7-9 (18B) et 9V10-12 (3-4B). Marcotte 2000 ad Périodos, F20, p. 144 n. 20 pense également (...)
  • 262 Hécatée 1F209, Mela 1.19.110 et Pline 6.15. Sur l’origine peut-être scythe des Korakoi, cf. Ivantch (...)

46Les raisons pour lesquelles la mise en forme du texte est restée aussi sommaire ici m’échappent, mais d'autres paragraphes dans le Périple montrent le même état d'inachèvement ou d'improvisation brouillonne (ex. § 26)259. Eux. confirme la liste et l'orthographe des ethnonymes260. Koraxoi et Korikè y apparaissent deux fois, la première dans une liste des anciens occupants du pays des Zichoi (approximativement la côte pontique entre Gelendzik et Sotchi), sans doute construite à partir du Périple, la seconde fois près de Phasis261. Pour s'en tenir aux Κοραξοί/ἡ Κοραξική et Κορικοί/ἡ Κωλική, je conserve la leçon du manuscrit validée par Eux., mais la correction de Müller (Κωλική) est probable, eu égard à Hécatée, Mela et Pline262. Μελαγχλαίνοι est aussi la lecture d'Eux., το τῶν Μελαγχλαίνοι καὶ Λόγχων ἔθνος.

Achaioi, Hèniochoi, Koraxoi. Korikè, Melanchlainoi, Gelônes

  • 263 Le port moderne de Tuapse est artificiel. Spencer 1854, 309 fait une erreur sur la situation de Mam (...)
  • 264 Eux. mentionne deux caps Héraclès, 10R1 (15B) et 10R4 (17B). soit qu'il change de source, soit qu’i (...)
  • 265 Voir supra p. 58. et. sur l’esclavage. Braund & Tsetskhladze 1989 et Braund 1994, 65-71.

47Ce passage du Périple est constitué par une énumération de peuples aussi impossibles à localiser avec précision que chez les autres géographes grecs, imprécision qui traduit une grande ignorance d'une côte difficile et inhospitalière. Au-delà de Gelendzik vers le sud. Spencer énumère des ports comme Pschad (sans doute Krinica, au débouché de la vallée qui mène à Pshada) : Djook (peut-être Dzjubga) ; Vadran (aujourd'hui Tuapse)263. Ces sites doivent recouvrir des ports mentionnés par Arrien et Eux, mais même ce dernier est confus entre ερόν Λιμήν (Patous) et le fleuve Abaskos (qui semble correspondre au fleuve qui arrose Adler), où les distances qu'il propose sont aberrantes264. Tous ces ports sont décrits comme dangereux jusqu'à Pitzounda. L'autre élément qui interdit la précision ethnographique est l'hostilité légendaire des habitants : ils sont établis dans l'intérieur des terres (évitant en particulier l'air malsain des plaines côtières touchées par le paludisme) d'où ils ne descendent que pour se livrer à la piraterie : la description des barques tcherkesses, dans laquelle les voyageurs retrouvent les kamures de Strabon est presque un lieu commun ; leurs habitudes de pillards et de marchands d'esclaves traversent l'histoire265. La position des Achaioi et des Hèniochoi varie selon les époques, mais ils sont ordinairement localisés sur cette partie de la côte pontique jusqu'aux guerres de Mithridate :

  • 266 Asheri 1998, 269-70. Voir aussi Marcotte 2000 ad F. 18-19.

“No doubt the two peoples, along with mythical stories of origin, were well known to Greek ethnographers and mythographers front late VIlh century BC. although they never appear in the extant fragments of Hecataeus of Miletus nor are they mentionned by Herodotus. As the Achaeans were known to Pherecydes [FGrHist 3F143] so the Heniochi were included by Hellanicus writing in the last décades of the saine century, in a list of peoples, verbally quoted front his book Κτ ίσεις ἐθνῶν καὶ πόλεων (ou 'Εθνῶν ὀνομασίοα), a treatise the explicit aim of which was to deal with the origins, aetiology and etymology of ethnies, but which was also rich in ethnography, as far we can judge from the few fragments preserved”266.

  • 267 Sur la crainte de l'ἐκβαρβάρωσις, cf. Asheri 1998, 284. Le Ps-Skylax rejette une légende de celle s (...)

48Le Ps-Skylax se fait donc l'écho d'une tradition étrangère à Hécatée, mais ne dit rien de la tradition imputée à Éphore et reprise entre autres par la Périodes et Aristote qui fait des Achaioi et des Heniochoi des Grecs ἐκβαρβαρόμενοι. La théorie est dans l'air du temps à l'époque, le Ps-Skylax la connaît, mais s'en écarte267.

  • 268 Bien que je ne juge pas utile de corriger le texte, j'admets l'identité entre Korikè et Κωλική d'He (...)
  • 269 Pl.. Nat., 6.15 : Subicitur Ponti regio Cotica. in quajuga Caucasi ad Riphaeos montes torquentur. A (...)
  • 270 Cf. p. 64.
  • 271 Hecat., FGrHist 1F185 Μελάγχλαινοι·ἔθνος Σκυθικόν. Ἐκαταιος Εὐρώπρ. Hdt. 4.20. 100-102. 107.119,125
  • 272 Plin., Nat. 6.15-16 : Reliqua litora ferae nationes tenait Metanchtaeni, Coraxi. urbe Colchorum Dio (...)
  • 273 Silberman 1988 suit scs prédécesseurs pour éditer 1.19.110 (remontant vers le nord) Melanchlaena. T (...)
  • 274 Les deux fleuves mentionnés par Ps-Skylax ici sont inconnus. Müller ad loc. suppose que le Mètasôri (...)

49Le problème est différent avec le groupe suivant, Koraxoi, <Korikoi> (ou Kôloi), Melanchlainoi, IGelônes], Les deux premiers peuples sont directement liés au Caucase et Hécatée de Milet les situait dans le piémont caucasien268. Dans la mesure où les Koraxoi sont des Kolchoi et voisins de la Kôlikè, piémont du Caucase, on devrait les localiser en Abkhazie, aux alentours de Sotchi et Sukhumi (Dioskourias). Cette localisation correspondrait avec ce qu'en écrivent Pline et Arrien (la région de Dioskourias est celle où l'on se met à naviguer vers l'ouest)269 ; et elle s'accorderait avec ce qu'écrit Aristote dans les Météorologiques de la position des Koraxoi. au voisinage de ce qu'on appelle les “Profondeurs du Pont”270. La position de ces régions par rapport à la mer est difficile à déterminer, et la Kôlikè est plutôt une contrée montagneuse de l'intérieur qu'une région côtière. La source première de la description chorographique de l'Asie pourrait être Hécatée avec qui le Périple montre des similitudes. Mais pour Hécatée, les Melanchlainoi sont une population scythe d'Europe ; Hérodote les situe au nord du Tanaïs, à la frontière nord des Scythes royaux, à 20 jours de marche du Pont Euxin, soit 4 000 stades. Ils sont les alliés des Scythes. Ils en suivent les usages, mais ils refusent d'aider les Scythes contre Darius, et leur pays est bouleversé par le passage de l'armée de ce dernier. Rien ne permet de les localiser au sud du Caucase271. Le Ps-Skylax dépend donc d'une source postérieure à Hécatée qui a ramené les Melanchlainoi au sud, ce qui nous amène à une liste des peuples d’Asie géographiquement classée, dont la forme aurait pu prendre celle de la description de l'Asie d'Hérodote, agrémentée de noms de cités et de fleuves. Pline et Mela s'accordent avec le Périple sur ce point, mais Pline est difficile à utiliser, car il donne dans le plus grand désordre une profusion d'informations dont certaines seulement semblent provenir de la même source que le Ps-Skylax272. Quant à Mela, pourtant très proche du Périple dans ce passage, il ne mentionne pas les Gelônes273. Ces différences amènent à postuler l'existence d'une source intermédiaire qui a également exercé son influence sur la suite de la description politique chez Pline et Mela et sur Apollonius de Rhodes, soit directement, soit par l'intermédiaire du Ps-Skylax pour le dernier. Elle nous est inconnue, mais le Ps-Skylax qui mentionne chez les Melanchlainoi deux hydronymes inconnus lui aura peut-être emprunté le nom des fleuves, celui des cités précédentes (Patous et Torikos), et peut-être aussi celui des Gelônes et du Gelôn274.

  • 275 Ephor.. FGrHist 70F160 : Ptol. 3.5.10 et 5.8.12-13.
  • 276 Müller 1883, ad. 3.5.10, p. 427, renvoyant à Hdt. 4.109 ; Str. 11.2.1 : 11.2.14 ; 11.2.19.
  • 277 Arr., Per.M.Eux., 18, Silberman 1995 ad loc et Silberman 1988, 157, n. 15. Sur la région dans les r (...)
  • 278 Ils auraient été des mangeurs de pignons ; la chose lïest pas surprenante par elle-même, cf. Robert (...)

50Les Gelônes posent toutefois un problème particulier. Éphore. par exemple, signale des Gelônes/Gelônoi parmi les Saces, avec les Sauromates et les Agathyrses : Ptolémée les situe en Sarmatie d’Europe, et y joint les Melanchlainoi, mais en signale d’autres en Asie, au voisinage desquels il situe des Phteirophagoi. Les Melanchlainoi se trouvent donc entre le fleuve Rhâ (Volga) et les monts “Hippiques”, la chaîne de montagnes (Ergeni) qui sépare la Volga du Don et la région du Don des steppes d'Astrakhan275. Au sud du Manytsch. cette chaîne se prolonge jusqu'au Caucase qu'elle rejoint au niveau de l'Elbrouz, séparant le bassin de la Koumaet du Terek de celui du Kouban. En matière de peuples montagnards, 1. Les géographes grecs procèdent par listes orientées : du coup, un peuple à cheval sur une chaîne de montagnes peut apparaître dans deux listes successives (ici, en Ciscaucasie et en Transcaucasie). 2. Les chaînes de montagnes, réduites à des collections d'ethnonymes ou de toponymes, perdent toute épaisseur. 3. Comme les géographes se copient les uns les autres et procèdent par accumulation d'informations, les couches successives s'interpénétrent et se rendent mutuellement incompréhensibles. Kissling, suivi par Muller, avait élaboré une théorie complexe pour expliquer que le Ps-Skylax assimilait les Gelônes aux Boudins d'Hérodote, et ceux-ci aux Phteirophagoi que d'autres auteurs situent au nord de la Colchide. mais cette théorie reste en l'état indémontrable276 Hérodote mentionnait en effet des Boudins à côté des Melanchlainoi, toujours au nord des Scythes Royaux et au voisinage du Tanaïs ; ces Boudins, appelés aussi Gelônes selon Hérodote, auraient été “le seul peuple de la région à manger ses poux”, les seuls phteirophagoi, donc. Or, on avait localisé plus tard des Phteirophagoi en Colchide, dans les vallées qui dominent Pityonte et Dioskourias pour Strabon. Et Arrien, sans identifier explicitement ces derniers aux Gelônes, rapprochait ces Phteirophagoi de Nitikè du peuple mentionné par Hérodote : “Nitikè, où était établie autrefois une peuplade scythe dont fait mention l'historien Hérodote, et dont il dit que ce sont des mangeurs de poux ; et de fait, leur réputation demeure inchangée encore jusqu'aujourd'hui” ; Nitikè se trouve en effet dans la région de Pityonte (Pitzounda/Bichvinta)277. On ne peut cependant aller plus loin : une glose, par exemple, jouant sur les mots, fait des Phteirophagoi des mangeurs de graines278. Comme on l’a vu, les sous-titres ont été introduits après coup par un éditeur : les Gelônes sont plus vraisemblablement un peuple fantôme peut-être introduit sous l'influence d'Ephore et l’explication la plus logique est de considérer le Gelôn comme un fleuve, dans la continuité des deux fleuves précédents, le Mètasôris et Γ Aigipios, et emprunté à la même source que le début du paragraphe.

4.6. Colchide

Le § 81

Texte retenu

51Κόλχοι. Μετὰ δὲ τούτους Κόλχοι ἔθνος καὶ ΔιοσκουρἼας πόλις καὶ Γυηνòςπόλις Ἑλληνὶς καὶ Γυηνòς ποταμός καὶ Χιρòβυς ποταμός, Χόρσος ποταμός,’Άριος ποταμός, Φάσις ποταμòς καὶ Φάσις Ἑλληνὶς πόλις · καὶ Ἀνάπλους ἀνὰ τòν ποταμόν σταδίων ρπ'εἰς πόλιν Αἶαν μεγάλην βάρβαρον ὅθεν ἠ Μήδεια ἦν. Ένταῦθά ἐστι'Ρὶς ποταμός, ίσις ποταμός, Ληστῶν Ποταμός,’Άψαρος ποταμός.

Apparat

52Διοσκουρίας : Διοσκουρὶς D. Müller : Χιρόβος : Χερòβιος Müller ; Αίαν : μάλην D : Μήδεια : Μίδιὰ D.

Traduction

53(§ 81) Kolchoi. Après eux il y a le peuple des Kolchoi, la cité de Dioskourias, la cité grecque de Gyènos, le fleuve Gyènos, le fleuve Chirobos, le fleuve Chorsos, le fleuve Arios, le fleuve Phase, la cité grecque de Phasis : et il faut remonter le fleuve sur 180 stades pour arriver à la grande cité barbare d’Aia d'où était originaire Médée. Il y a là le fleuve Rhis, le fleuve lsis, le Fleuve des Brigands, le fleuve Apsaros.

Notes

  • 279 Eux.. 9V10-12 (3-4B).

54Contrairement à Müller, je rétablis Διοσκουρίας. son nom usuel ; une faute d'abréviation est très vraisemblable. Χιρόβος étant un hapax, je ne vois pas de raison de corriger cet hydronyme. Millier ad loc. donne toute l'argumentation nécessaire à la correction de μάλην : l'adjectif a été redoublé (une fois abrégé et une fois développé) entraînant la chute du nom qui précédait. La tradition indirecte est sans ambiguïté, en particulier Eux. : Μεταξύ δὲ τοῦτων βάρβαρός ἐστιν ἡ Κοραξική, ἦς τὰ ἐχόμενα ἡ Κολικὴ καλούμενη, τò τῶν Μελαγχλαίνοι καὶ Λόγχων ἔθνος. Ἐχει δὲ καὶ ἀνάπλουν ὁ ποταμός σταδ ρπ'μιλ κδ', ἐν ᾧ ἐστι πόλις μεγάλη Αία λεγομένη ὅθεν ἡ Μήδεια ἦν279.

  • 280 Ad A.R. 3.1074. Cf. Marcotte 2000, p. cxx, n. 162 ; Étienne de Byzance, s. Αία. place la cité à 300 (...)

55La distance à l'embouchure est la même, alors qu'Arrien, dans le passage correspondant, n'en dit mot. On y ajoutera une citation d'Étienne de Byzance (mais la distance à la mer est différente), et peut-être du scholiaste d'Apollonios, Nῆσος ἐν τῷΦάσιδί ἐστιν ἡ Aἰαία... Αὕτῇ δέ ἐστι Κόλχων μητρόπολις280). La correction Μήδεια est évidente.

La Colchide

  • 281 Str. 11.2.14. Matériel grec dans la région de Batumi (vie s. a.C) et d'Apsaros (auj. Gonio). qui se (...)
  • 282 Cf. p. 56.
  • 283 Sur les fouilles en Géorgie, ht bibliographie est surabondante et souvent inaccessible. Synthèses d (...)
  • 284 Elle est en général admise par la bibliographie, ex. Hind 1983-1984,92 ; contra Tstetskhladze 1996, (...)
  • 285 Mela 1.19.110 : Braund 1994. 103. l'admet.
  • 286 Voir supra p. 64-69.
  • 287 Plin., Nat., 6.13-14.

56Les limites de la Colchide antique sont assez vagues vers le nord, et très élastiques vers le sud. Vers le nord, elle s'étend jusqu’à Pityonte ou Dioskourias (comme dans le Périple). Vers le sud, sa limite est soit l'Apsaros (le Çoruh Nehri/Tchoruk-Sou, le fleuve de Batumi), soit, plus au sud, les environs de Trapezous281. La région de Trapezous est en Colchide pour Xénophon tandis que le Périple, qui la réduit à peu près au bassin du Phase, lui donne son extension la plus étroite. Les colonies grecques de Colchide ne connaissent pas, il est vrai, un développement aussi éblouissant que celles du nord ou de l'ouest de la mer Noire. On en attribue généralement la raison à la présence d'une population locale socialement structurée. Quoi qu'il en soit, la présence grecque permanente était sans doute limitée à la côte : or le climat y est malsain282. Des quatre cités que mentionne le Périple, deux sont grecques (Gyènos et Phasis), l'une signalée comme barbare <Aia>, la nature de la quatrième, Dioskourias, restant indécise. L'identification de Phasis et de Dioskourias est facile, puisque ces cités ont longtemps existé283. Gyènos a disparu, et sa localisation, généralement à Ochamehire. n'est pas assurée284. Il n'y a pas de raison probante de l'identifier avec Cycnus de Mêla285. Quant à Aia, il y a eu suffisamment d'établissements colchidiens dans la vallée du Phase pour qu'à des moments différents l'un ou l’autre ait pu se réclamer de Médée. Enfin on ne pourra pas s'appuyer sur le Périple pour décider si Dioskourias a été ou non une cité grecque dès l'origine : la question de la colonisation grecque en Colchide a fait l'objet d'une littérature surabondante et polémique, à laquelle malheureusement le Périple ne peut rien apporter286. La comparaison du Périple avec Pline montre la difficulté du recours aux sources littéraires pour la géographie de cette région. Car, à côté de noms identiques (Phasis. Aea. Isis, Absarros), ou similaires (Cyaneos, Cygnus, Chohum, Rhoan) pour le même contexte géographique, Pline connaît un grand nombre de noms, souvent d'inspiration grecque (Hippos. Cliarien. Glaucum, Thersos, Chrysorrhoas) mais absents du Périple287. Ce phénomène traduit un renouvellement rapide des toponymesqui signe l'instabilité de la présence grecque dans la région.

Fig. 1. La côte de Trapezous à l'Apsaros.

57Ces toponymes pourraient relever d'une source commune, mais avoir disparu du Périple au moment de la mise en forme périplographique.

4.7. La côte jusqu'à Trapezous

Les § 82-85

Texte retenu

58Βούσηρες. Μετὰ δὲ τοῦς Κόλχους, Βούσηρες ἔθνος καὶ Δαραανῶν ποταμός καὶ Ἀρίων ποταμός. Ἐκεχειριεῖς. Μετὰ δὲ Βούσηρας, Έκεχειριεῖς ἔθνος καὶ ποταμός Πορδανὶς καὶ Άραβὶς ποταμός. Λίμνη πόλις, Ώδεινιòς πόλις Ἑλληνίς. Βεχειρική. Μετὰ δ'Έκεχειριεῖς, Βέχειρες ἔθνος, Βεχειρικòς Αιμήν, Βεχειρὰς πόλις Έλληνίς. Μακροκέφαλοι. Μετὰ δὲ Βέχειρας, Μακροκέφαλοι ἔθνος καὶ Ψωρών Αιμήν, Τραπεζοὺς πόλις Ἑλληνίς.

Apparat

59Βούσηρες, Βούσηρας : Βύζηρες, Βύζηρας Müller ; Ώδεινιòς : Ώδεινιòς, Müller ; Βέχειρες : Βέχειρος D. Βέχειροι Müller ; Βεχειρὰς : Βεχειριὰς, Müller ; Τραπεζοὺς : Τραπετοὺς D.

Traduction

60(§ 82) Bousères. Après les Kolchoi, il y a le peuple des Bousères, le fleuve Daraanôn, le fleuve Ariôn. (§ 83) Ekecherieis. Après les Bousères, il y a le peuple des Ekecherieis, le fleuve Pordanis, le fleuve Arabis, la cité de Limnè, la cité grecque d’Hôdeinios. (§ 84) Becheirikè. Après les Ekecheirieis, il y a le peuple des Becheires, Becheirikos Limèn, la cité grecque de Becheiras. (§ 85) Makrokephaloi. Après les Becheires, il y a le peuple des Makrokephaloi, Psôrôn Limèn, la cité grecque de Trapezous.

Notes

61Dans ce chapitre, Eux. confirme le texte du manuscrit, mais la localisation des toponymes relève de son interprétation :

62Ἀπò δὲ Ἀψάρου ποταμοῦ έως Ἀρχάβεως ποταμοῦ πρώην ὤκουν ἔθνος οἱ λεγόμενοι Βούσηρες, νῦν δὲ οἰκοῦσι Ζυδρίται.

63Ἀπò οὖν Ἀρχάβεως ποταμοῦ έλος Όφιοῦντος ποταμοῦ πρώην ὤκουν ἔθνος οἱ λεγόμενοι Έκχειριεῖς, νῦν δὲ οἰκοῦσι Μαχέλωνες καὶ νίοχοι.

  • 288 Eux.. 9V4-5 (1B). 9V3 (§ 42 Müller). 9R35 (§ 38 Müller).

64Ἀπò οὖν Όφιοῦντος ποταμοῦ έως Τραπεζούντων πρώην ὤκουν ἔθνος Βέχειρες (Βόχειρες, ms) λεγόμενον, νῦν δὲ οἰκοῦσι Κόλχοι288.

La côte, de l'Apsaros à Trapezous

Géographie et implantation des cités

65Pour savoir où se situaient les cités grecques que mentionne le Périple entre la Colchide et Trapezous et comprendre leur rôle, on ne peut procéder que par inférence : les sites choisis pour les établissements antiques sont restés favorables aussi longtemps que les modes d’échanges et les conditions de navigation sont restés les mêmes, par exemple à l'époque de l'empire de Trébizonde. Dans leur analyse des fondations byzantines sur la côte politique, A. Bryer et D. Wintield retiennent trois facteurs : la présence de routes d'accès vers l'intérieur, leur valeur comme port, leur valeur agricole.

L'accès à l'arrière-pays

  • 289 B&W, 341-342 ; 324-325. Le Pordanis est le Prytanis d'Arrien.

66Les vallées des fleuves côtiers donnent accès à l'une des principales routes de pénétration en Anatolie centrale : la vallée du Çoruh Nehri (Apsaros) mène à Batumi d'un côté et de l'autre permet de rejoindre Bayburt, la route d'Erzurum et Erzincan, et donc la vallée du Kelkit Çay (Lykos) vers l'ouest et celle du Firat Nehri (Euphrate) vers le sud. Cette même vallée du Çoruh est également accessible depuis la vallée du Furtuna Dere (Pordanis), qui, comme le Yesil Dere, permet de passer la chaîne par des cols très élevés au pied du Dilek Dagi et du Kaçgardagt. Plus loin, la région de Sürmene, l'ancien bandon de Sourmaina et Ophis, offre l'accès le plus direct à Bayburt par trois fleuves, le Kara Dere (Hyssos), l’Istaia. et l'Iyidere (Kalospotamos). Enfin, la route la plus connue monte vers l'intérieur depuis Trabzon par la fameuse passe de Zigana289.

Les ports

  • 290 Sur le voyage d'Arrien, cf. supra p. 61. Str. 11.2.17 : Pl.. Nat.. 6.12 ; Ptol. 5.6.6. trad. Müller (...)

67Il existe peu de mouillages sûrs. Arrien ne signale aucune ville sur son trajet, en dehors des ruines d'Athènes du Pont et de la résidence du roi des Hèniochoi dans son voisinage. Avant lui, Strabon n'en mentionne pas davantage ; Pline signale le seul fort d'Apsaros, et il n'y a que Ptolémée pour énumérer un nombre de toponymes équivalant à celui du Périple290.

  • 291 Cf. supra p. 52, sur les difficultés d'Arrien. Ce cap est signalé par Taitbout de Marigny 1830, 38, (...)

68— Entre Batumi et un cap qui n’est signalé, même sur les cartes de la marine britannique, que par le Kiz Kalesi de Pazar, la côte ne présentait pas d’abri (le port de Hopa est moderne) en dehors d'Athènes (Pazar). médiocre mouillage291.

69— Entre ce cap et le Fici Burnu, la côte n'offrait qu'un mouillage médiocre à Rize avant la construction du port moderne, bien que Justinien ait fait fortifier le site en raison de son importance stratégique.

  • 292 Arr., Per.M.Eux., 3.1 ; B&W. 53-54. Le site repéré par B&W est aujourd'hui coupé de son port fortif (...)

70— Dans la région de Sürmene, se trouvait le meilleur mouillage de la région : “The shelter afforded by the headland of Arakh Burunu makes the mouth of the river an excellent anchorage... the delta is a wide area of fiat land suitable for cultivation”. C'est là que B&W ont retrouvé un site “on the Roman model” qu'ils identifient comme le camp mentionné par Arrien à σσου λιμήν : “It stands near Canayer, overlooking Kalecik with its médiéval castle and seulement on the coast, Arakli Burunu with its sheltered anchorage, and old Sürmene at the mouth of the Kara Dere”292. Ce mouillage est également signalé par les voyageurs comme Taitbout de Marigny :

  • 293 Taitbout de Marigny 1830, 38. Mêmes remarques, Fontanier 1834, 290-291.

“Un cap situé par le 38° de longitude et à 26 milles vers 1Έ. de Trapézonte, précède de 8 milles celui de Rize, qui a quelques brisants. Le petit mouillage qu'il forme à ΓΕ. est assez bon et peut recevoir de très gros navires”293.

  • 294 B&W, 320.

71— Enfin, tout près de Trabzon, à l'est, la baie de Kovata (Trabzon Limam), “the third port of Trebizond after Platana and Daphnous”294 :

  • 295 Spencer 1839, 2, 155-158. Sur la valeur de Trapezous comme port. cf. p. 50.

“About two miles distant there is a third bay, called Kovata, sheltered towards the east, but somewhat opened to the west. Here vessels arriving to take in a cargo of nuts... anchor during the month of September”295.

La valeur agricole

72La région de Trapezous est fertile, mais les conditions se gâtent au fur et à mesure qu'on va vers la Colchide. Trapezous est renommée pour sa richesse et les colons qui s'y étaient établis y ont trouvé de quoi vivre :

  • 296 Fontanier 1834, 81-82. Spencer 1839, 2. 158 signale aussi différentes sortes de noix, le lin et le (...)

“Le climat de Trébizonde est sain et, comme je l'ai dit, fort tempéré. Les montagnes étant situées à une faible distance, on peut y obtenir toutes sortes de récoltes, mais en petite quantité ; les habitants sont d’ailleurs peu experts en agriculture et les fruits qu'ils recueillent sont à peu près ce que les fait la nature, [citrons énormes, olives]. Ce qui n’est point indigne de remarque, c'est l'époque de la maturité du raisin. Là, comme au pied des Pyrénées, on ne le coupe qu'au milieu de décembre, et même aux premiers jours de janvier, ce qui tient évidemment dans l'un et l'autre pays à ce que les montagnes placées au sud interceptent les rayons du soleil”296.

73La grappe de raisin figure d'ailleurs sur les monnaies de Trapezous. Il en va de même de la région de Rize :

  • 297 Fontanier 1834, 297. Taitbout de Marigny 1830, signale orangers, citronniers, maïs. La région se co (...)

“Rize est le pays le plus pittoresque que j'aie vu de ma vie... Le bazar et la ville sont au bord de la mer ; des maisons ombragées par des bosquets paraissent de toutes parts ; des collines cultivées et couronnées de beaux arbres s'élèvent en amphithéâtre. Les habitants de Rize sont riches et industrieux ; ils ont quinze bâtiments de commerce et ils comptent dans la marine ottomane une centaine de reïs ou capitaines. Le pays produit les meilleures oranges et les meilleurs citrons de toute la côte”297.

  • 298 Voir à ce sujet Cuinet 1893, VI. 17-22.

74Il faut y ajouter les ressources minières de l'arrière-pays et la pêche298.

  • 299 Aujourd'hui, le maïs et le riz ont pris la place de la céréale locale, sans doute le gom de Chardin (...)
  • 300 B&W. 323.
  • 301 C'est une des dernières forêts primaires d'Eurasie. Fontanier 1834, 308. “Les principaux produits d (...)
  • 302 Kacarava et al. 1999. 83. Cela laisse pensif sur la validité des sources littéraires pour définir d (...)
  • 303 Sur la nécessité pour les Romains de recréer, après la révolte d'Anicetus, ces échelles disparues, (...)
  • 304 Cf. Koshelenko & Kuznetsov 1996, 22. à propos de Gyènos en Colchide : “The disappearance of Gyenos. (...)

75Comme le remarquent B&W, la réputation de Trapezous devait être bien assise pour que les Dix Mille la choisissent comme but de leur anabase. Mais le succès de Trapezous avait pu tromper d’autres colons, car les conditions (en particulier pluviométriques) changent radicalement à 20 kilomètres de distance. Entre Trabzon et Rize, déjà, la côte se partage entre marécages côtiers et vallées suspendues, et l'humidité ambiante n'est pas favorable à la culture des céréales communes299. Les vallées sont très boisées, l'agriculture difficile et on faisait appel à l'époque byzantine aux importations depuis Curie ! et la Mingrélie300. Au nord de Rize les montagnes se rapprochent encore de la côte, la forêt est plus dense encore et les ressources plus rares301. Le processus de sélection a pu être progressif et les premiers arrivants dans la région y chercher des conditions qu'ils n'y ont pas trouvées. Sur cette partie de la côte, les habitants des cités côtières ne pouvaient subsister qu'en trouvant une monnaie d'échange avec des populations dont l'économie est encore construite sur les migrations saisonnières entre les stations d'hiver sur la côte et les stations dans les pâturages d'été en montagne (yayla). Le sel. les produits manufacturés ont dû en représenter une partie. Dans ce fragile équilibre entre la tolérance de leurs voisins et le cordon maritime dont ils étaient les échelles vers des zones plus attrayantes (la Colchide et le nord du Font), la survie était de toute façon aléatoire. Quelle puissance politique a soutenu ces villes disparues ? L'archéologie donne quelques clés : “La situation attestée en Colchide pourrait être ainsi résumée : les importations les plus anciennes, concernant surtout la fin du viie S. a.C. et la première moitié du vie s. a.C., proviennent d'ateliers gréco-orientaux. A partir du dernier tiers du vu s. a.C., débute l'importation attique, prédominante au ve s. a.C. : la plupart des trouvailles ont été faites dans la métropole de Pichvnari – le seul site purement grec connu aujourd'hui dans toute la Colchide –, et dans les établissements côtiers, à proximité immédiate de l'emplacement supposé des colonies. Dans l'arrière-pays, l'importation est attestée surtout dans les sépultures de l'aristocratie locale (à Vani, à Saïrkè, à Ikhvissi), et en nombre infime dans les grandes localités ou sur leur territoire”302. Milésiens, Sinopéens, Athéniens peut-être ; quoi qu'il en soit, les implantations dont le Périple se fait l'écho ont disparu : il fallait une volonté politique comme celle dont fait montre Sinope avec les Dix Mille, ou les Romains pendant les guerres d'Arménie, ou les Byzantins et les Ottomans dans leurs luttes contre les Iraniens303. Que cette puissance disparaisse, comme cela a dû être le cas en 404 lorsque Lysandre chasse les Athéniens ou lorsque Sinope passe sous la domination perse, ou comme aujourd'hui avec la décomposition de l’URSS, et les cités de la cote orientale du Pont périclitent. La solution de continuité entre les toponymes d'une génération à l’autre, l'incapacité des géographes à placer précisément des peuples qu'ils identifient tant bien que mal avec d'autres (ou les mêmes) par des glissements (les Makrônes sont presque les Machelones, mais les Machelones sont sans doute les mêmes que les Makrokephaloi, etc.) signent ces tentatives successives et avortées304.

Ethnographie

Bousères, Ekecheirieis, Becheirikè

  • 305 Jacoby ad 1F 202-208. Mela 1.19.105-108 ; Pl., Nat., 6.9-12.
  • 306 Peretti 1979, 458-459, et aussi l'étude de Dorati 1999-2000. Sur les Chalybes, voir infra p. 104-10 (...)
  • 307 1F 207 = St.Byz., s. Χοί-ἔθνος Βεχείρων εγγύς. Ἐκαταῖος ἐν Ἀσία “Ές μεν τούτο ἡ Βεχειρική, εχονται (...)
  • 308 Plin., Nat., 6.6-12 construit un patchwork à peu près incompréhensible entre Antisos et Trapezous, (...)
  • 309 Str. 12.3.18. Les Heptakômètai sont aussi des mossynoikoi. Sur la question des Mossynoikoi, voir in (...)
  • 310 Le sanctuaire de Phrixos mentionné par Str. 11.2.17 semble avoir été voisin de Suram. Voir infra p. (...)
  • 311 Qu'on peut rapprocher du mot κεχειρία (trêve, relâchement). Ar., Pax, 908.
  • 312 Arr., Per.M.Eux. n'est pas plus précis, avec des noms de peuples différents (§ 11) : lui aussi dipo (...)
  • 313 An.. 5.1.11 : Όρῶ δὲ ἐγὼ πλοία πολλάκις παραπλέοντα et 5.6.16 : Xénophon pense s'appuyer sur le nom (...)

76Pour cette liste de peuples que l'on retrouve par bribes plus ou moins étendues chez les autres géographes, les conclusions de Jacoby, généralement admises, me paraissent critiquables305. Il retrouve, chez les géographes, un certain nombre de similitudes, en effet incontestables : Hécatée : Kolchoi. Dizères, Choi, Becheiroi, Makrônes, Mares, Mossynoikoi, I ibarènoi, Chalyboi, Syrioi ; Ps-Skylax : Kolchoi, Byzères, Echecheirieis, Becheiroi, Macrokephaloi, Mossynoikoi, Tibarènoi, Chalybes, Assyria : Mela/Pline : Kolchoi, Buxeri, Bechires, Maerocephali, Mossyni, Tibarani, Chalybes, Leucosyri. Mais il postule qu'Hécatée est la source commune des listes qu'il reconstruit, en particulier dans le Périple ; or cette reconstruction est extrêmement artificielle : comme l'avait remarqué Peretti, ce classement ne tient aucun compte de la localisation des peuples et en particulier de celle des Chalyboi306. Sans m'arrêter aux différences entre Syrioi, Assyrioi et Leukosyroi, ou entre Chalyboi et Chalybes, entre Mossynoikoi et Mossyni. Dizères. Byzères et Buxeri, je m'en tiendrai aux aspects les plus “résistants” des listes, les positions respectives des peuples et leur localisation. Le passage d'Hécatée où figurent des peuples mentionnés par le Périple concerne les Choi. les Becheires et les Dizères : “Jusque là, c'est la Becheirikè, à la suite viennent les Choi”, et : “Les Choi sont les voisins orientaux des Dizères”307. La séquence d'est en ouest est donc : Dizères. Choi. Becheires, soit la séquence du Périple, au remplacement près des Choi par les Echecheirieis, et en admettant l'équivalence Byzères/Dizères. Rien, dans le passage d'Hécatée, ne permet de placer cette séquence dans un contexte particulier, puisque nous ne savons pas à l'ouest de qui sont les Dizères ni a l'est de qui sont les Becheires. On ne sait d'ailleurs pas comment était orientée la côte pour Hécatée dans le F 207 : dans une énumération périplographique, être “du côté du soleil levant” par rapport à un autre peuple sur une côte NO-SE et sur une côte NESW prend un sens tout autre : les peuples énumérés apparaissent dans un ordre différent selon qu'ils sont au nord ou au sud de Dioskourias. Si l’on suivait Pline et Mela, on pourrait tout autant les situer dans l'arrière-pays de Kerasous-Giresun308. Mais Strahon, mentionnant les Heptakômètai qui occupent les crêtes de la chaîne du Skydisès en Colchide, là où elle touche à la Moschikè, dit que certains d'entre eux “étaient aussi connus sous le nom de Byzères”309. La Moschikè étant la région des monts Moschiques/Meskhètes de Géorgie, et la chaîne du Skydisès correspondant aux Karadeniz Daglan, cl plus spécialement dans leur extrémité orientale où ils deviennent les Kaçkar Daglan, c'est le meilleur indice dont nous disposions pour situer la séquence d'Hécatée et du Périple sur la côte politique entre Batumi et Trabzon310. Comme les Kolchoi du chapitre précédent, ces peuples font partie de l'ensemble ethnographique où se retrouvent les Phasianoi ou les Scythes d'Hippocrate ou les Makrokephaloi. Ces peuples sont souvent caractérisés par un geste ou une conduite emblématique comme les Mossynoikoi, les Chalybes, ou, plus au nord, les Achaioi, les Hèniochoi, ou les Gelônes et les Melanchlainoi : tous représentent une littérature ethnographique qu'évoquent d'autres noms comme Ληστών ποταμός. Ψωρῶν Λιμήν, ou les Έκεχειριεῖς311. Mais si ces noms donnent sa couleur au passage, ils ne permettent pas d'en déterminer la source ni de situer les peuples ou des cités qui les portent312. Car l'originalité du Périple est de situer 6 villes dans cette région, dont deux sont qualifiées de λιμήν, une de πόλις, et trois de πόλις Ἑλληνίς, un maillage serré pour une contrée apparemment aussi reculée. La présence de navires de commerce est attestée, il est vrai, quoique de façon indirecte, par Xénophon : à Trapezous, les Dix Mille réussissent en effet à capturer un nombre suffisant de navires pour convoyer les malades, les femmes et les enfants, et leur butin ; ces navires sont arraisonnés, leur cargaison débarquée et stockée sous bonne garde, mais non pillée, ce qui implique peut-être que ce sont des bateaux de commerce grecs313. Si l'on met en rapport ce que nous savons de la présence grecque en Colchide, l'existence, apparemment, d'un temple d'Athéna à Pazar et d'un établissement en ruines au iie s. p.C., le Périple pourrait être dans ce passage le témoin de tentatives d'implantations dans cette région du Pont entre le vie et le ive s. a.C. L'existence d'une littérature ethnographique contemporaine sur les peuples de la région, avec ses exagérations et ses approximations, va dans le même sens. Le déclin de Pichvnari, le silence des sources littéraires ou géographiques, par la suite, et tout particulièrement de Xénophon, pourrait montrer que ces tentatives se sont soldées, au moins pour la plupart, par des échecs. Malheureusement, la liste du Périple ne nous apprend rien d’autre sur ces cités que leur éphémère existence : de la Colchide à Trapezous, aucune ville n'est mentionnée par les autres historiens ou géographes grecs avant l'époque impériale. Encore, Pline, les historiens latins et plus tard Arrien ne signalent-ils que quelques point d'appui et d'observation qui ne se développent réellement qu'à l'époque byzantine.

Makrokephaloi

  • 314 Hp.. Aër, 14.1-5. Jouanna 1996 ad loc. renvoie à Str. 11.11.8. passage qui, selon Lasserre 1975 ad (...)
  • 315 Eux., 9R 34 (§ 38 Millier) = Périodes, F21 Marcotte.
  • 316 Hecat., FGrHist 1F206. Apollonios 2.12.31-1245, introduit dans la liste Philyra et les Sapeires. em (...)
  • 317 Ce qui irait dans le sens de Marcotte 2000, p. cxxvi qui fait de Lycophron et Apollodore des lecteu (...)

77Les Makrokephaloi occupent pour le Pseudo-Skylax la région de Trapezous. Il paraît logique de penser que Ψωρν Λιμήν est Trabzon Limant dans la baie de Kovata, immédiatement à l'est de Trabzon. L'origine de ce toponyme (“Port des gales”) est inconnue, incompréhensible en l'état, peut-être la déformation d'une dénomination indigène : il disparaît totalement par la suite. Il n'y a pas de raison particulière de le rapprocher des Phteirophagoi de la région de Dioskourias, comme le fait Millier. Les Makrokephaloi sont autrement connus par un passage d'Hippocrate qui ne permet pas de les localiser précisément314. Chez Mela, on l'a vu. la séquence est la même que dans le Périple mais impossible à situer. Eux, les identifie avec les Makrônes et les situe entre Trapezous et Kerasous comme Pline (mais Pline est confus), plus à l'ouest que le Périple315. Pour Jacoby, Hécatée signalait en ce lieu les Makrônes, comme Apollonios de Rhodes qui énumère Kolchoi. Byzères. Sapeires, Becheires, Makrônes (je rétablis un ordre dextrogyre), et Denys d'Alexandrie (mais Denys se contente d’associer Byzères, Becheires et Makrônes sans vraiment les localiser)316. La position des Makrônes dans l'arrière-pays de Trapezous est confirmée par Xénophon, Strabon et Arrien. Naturellement les textes de ces auteurs ont été à leur tour intégrés à la tradition géographique et ont servi d'argument d'autorité, y compris à l'époque moderne317. Ces divergences amènent à reconnaître des traditions apparentées, mais différentes, et au moins une source intermédiaire entre le Périple (ainsi que Pline et Mela) et Hécatée.

4.8. La côte, de Trapezous aux Chalybes

Les § 86-88

Texte retenu

78Μοσσύνοικοι. Μετὰ δὲ Μακροκεφάλους, Μοσσύνοικοι ἔθνος καὶ Ζεφύριος Λιμήν, Χοιράδες πόλις Ἑλληνίς,’Άρεως νῆσος. Οὗτοι όρη κατοικοῦσιν. Τιβαρηνοί. Μετὰ δε Μοσσυνοίκους, ἔθνος ἐστὶ Τιβαρηνοὶ. Χάλυβες. Μετὰ δὲ Τιβαρηνούς, Χάλυβες εἰσιν ἔθνος καὶ Γενέσιντις λιμὴν κλειστός, Ἀμένεια πόλις Ἑλληνὶς καὶ ίασονία ἄκρα καὶ πόλις Ἑλληνίς.

Apparat

79Μοσσυνοίκους : Μοσσινούς D ; Τιβαρηνούς : Τιβαρινούς D ; Γενέσιντις : Γενήτῇς, Müller ; Ἀμένεια : Σταμένεια, Müller ; ίασονία : Άσινεία D ; ἄκρα καὶ πόλις : ἀκρόπολις D, Müller.

Traduction

80(§ 86) Mossynoikoi. Après les Macrokephaloi, il y a le peuple des Mossynoikoi et Zephyrios Limèn, la cité grecque de Choirades, l'île d'Arès. Ces gens habitent les montagnes. (§ 87) Tibarènoi. Après les Mossynoikoi, il y a le peuple des Tibarènoi. (§ 88) Chalybes. Après les Tibarènoi, il y a le peuple des Chalybes, le port clos de Genesintis, la cité grecque d'Amenda, le cap et la cité grecque d'Iasonia.

Notes

  • 318 Le mot κρα est utilisé à plusieurs reprises pour désigner un cap (§ 27, 46 66, 111. 112) et dans l (...)

81J'ai préféré conserver l'orthographe du manuscrit pour Γενέσιντις en admettant qu'il n’est devenu qu'ensuite le cap Γενήτῆς (Arrien, Étienne). Je préfère adopter la correction de Müller, ασονία, pour σινεία. dans la mesure où Xénophon mentionne le cap sous ce nom ; ἄκρα καὶ πόλις me paraît préférable318. Il faut conserver Ἀμένεια, bien q'Ἀμένεια ne se ramène à aucun toponyme connu : la correction en Σταμένεια s’appuie sur l'hypothèse que les Chalybes d'Hécatée sont établis sur la côte politique, hypothèse que rien ne confirme. Μοσσινούς est une faute pour Μοσσυνοίκους bien que la forme Μοσσυνούς se trouve chez Nicolas de Damas et soit normale à l’époque byzantine ; le nom semble s'orthographier principalement avec deux σ à l'époque classique et avec un seul par la suite.

Ethnographie

Mossynoikoi

  • 319 Hecat., FGrHist 1F203-205 ; Xen. 5.4-5 ; Ephor., FGrHist 70F43 (Périodos, F22 Marcotte) ; Arist., M (...)
  • 320 Ps-Zonaras,.s. μόσυν ξυλίνην οικίαν, τò ξυλόκαστρον, όμσυν, καὶ κλίνεται του μύσυνος. Le terme (...)
  • 321 B&W. I : “On the seaward side of the mountains, the traditional houses are either constructed of wo (...)
  • 322 En plus des auteurs cités n. 319, Xen„ An., 5.4.15-16 : A.R. 2.1018-1020 ; synthèse. Eux., 9R 25-28 (...)
  • 323 Ar, F 431 Kassel-Austin : σκαφίδας, μάκτρας, Μοσσυνικὰ μαζονομεῖη et la glose d’Hsch...s.v, Μοσυνοι (...)
  • 324 Ath. 8.345e. Cela confirme en tout cas la présence des (ou de) Mossynoikoi sur la côte. Au moment d (...)
  • 325 Bronze sans étain (arsénieux ?), Mir :, 63[835a.9] : Φασί τον Μοσσύνοικον χαλκόν λαμπρότατον καὶ λε (...)

82Les Mossynoikoi du Périple sont situés dans leur terroir habituel à l'ouest de Trapezous319. Le Périple ne s'attarde pas sur leurs coutumes, ce qui implique non une méconnaissance de leur histoire comme a pu le prétendre Peretti, mais au contraire un désir de localiser pour le lecteur un peuple bien connu dans un contexte non géographique. Les Mossynoikoi sont caractérisés fondamentalement par leur habitat, la tour de bois, μόσυν, à quoi ils doivent leur nom320. Les mossynoikoi, on l'a vu, sont présents partout sur la côte pontique : le style d'habitation à armature de bois qui les caractérise y est général, et le reste encore aujourd'hui321. A l'époque classique, les Grecs sont surtout frappés par l'usage d'entermer le roi dans la plus haute des tours. Le témoin privilégié et direct des usages des Mossynoikoi est Xénophon. En quittant Kerasous, les Dix Mille arrivent dans leur territoire, où ils font au total huit étapes. Ils négocient un traité d'alliance avec certaines tribus contre d'autres et les aident à s'emparer de Mètropolis, au sommet de leur territoire, A l'occasion de la prise d'une des places fortes, Xénophon raconte la façon dont le “roi” de la place “qui se trouvait dans la tour de bois bâtie au sommet du lieu, roi qu'ils nourrissent en commun tant qu'il reste là et sur lequel ils veillent, ne voulut pas en sortir, pas plus que dans le premier fort qu ils avaient pris, mais qu'ils les brûlèrent avec leur tour.” Dans le pillage des places fortes, les Grecs trouvent des pains, du dauphin en conserve, des châtaignes et du vin. Ils y trouvent des enfants nobles obèses tatoués et pour Xénophon, ces gens “qui font en public ce que les autres font en privé” sont les plus sauvages de tous les peuples rencontrés. Certains historiens se contentent sans doute de renchérir sur ce substrat322. Mais d'autres allusions permettent de vérifier que les contacts entre Grecs et Mossynoikoi étaient courants et multiples : ainsi, deux fragments d'Aristophane mentionnent des μοσσυνικὰ μαζονομεĩα. de grands plateaux de bois à pétrir la farine (la région est aujourd'hui encore grande productrice d’instrument de cuisine en bois de buis et de meubles en noyer)323. Athénée mentionne pour sa part l'usage de mélanger du poisson à la nourriture du bétail324. Aristote connaît l'existence d'un bronze exceptionnel sans étain obtenu chez les Mossynoikoi. dont le secret est perdu325.

  • 326 Hecat., FGrHist IF204 = St.Byz,. s. Χοιράδὲς· πόλις Μοσσυνοίκων. Ἐκαταῖος Άσίαι “Τιβοιρηνοῖσι δὲ πρ (...)
  • 327 A.R. 2.379-381 : 1015-1016 : 1115-1117. Xen.. An., 5.5.2. Cf. B&W. 8 : 19 : “The stretches between (...)
  • 328 Hdt. 3.94.
  • 329 Hdt. 7.78.
  • 330 Str. 11.14.5 et 12.3.18.

83La question de la localisation des frontières des Mossynoikoi est plus complexe, en raison des contradictions entre les différentes sources géographiques. Une première série de sources, dont tait partie le Périple, les situe comme Xénophon. Pour celui-ci, le territoire des Kolchoi de l'Anabase s'étend jusqu'à Kerasous, la région de Vafkikebir, à trois jours de marche deTrapezous, où les Dix Mille entrent dans le territoire des Mossynoikoi. Ils y font huit étapes, mais ce sont des étapes de combat avec des incursions vers l'intérieur, ce qui n'implique pas une grande distance : difficile de dire si la rencontre avec les Chalybcs est comprise ou non dans ce décompte. Les Dix Mille ont encore deux étapes à faire à travers le territoire des Tibarènoi avant d'arriver à Kotyôra (Ordu). Il y a deux cents kilomètres par la route moderne de Trabzon à Ordu. Où est la frontière occidentale des Mossynoikoi ? Pour Hécatée, comme pour le Périple, leur territoire inclut Choirades, aux environs de Giresun326. Apollonios de Rhodes fixe leur frontière à l'île d'Arès, également à proximité de Giresun. Xénophon note un changement d'aspect de la côte lorsqu'il arrive chez les Tibarènoi, ce qui correspondrait aux transformations du paysage à ce niveau327. En ce qui concerne les Mossynoikoi, il n'y a donc pas de contradiction dans ce passage entre Hécatée, Xénophon et le Périple. Hérodote est plus vague puisqu'il se contente de les nommer avec le groupe des peuples du119e nome (Moschoi. Tibarènoi, Makrônes, Mares)328. Ils font partie du même groupe que les Moschoi pour l'armement (comme les Tibarènoi et les Makrônes). Les Mossynoikoi sont sous le même commandement que les Makrônes329. Cela ne permet pas de les situer, et traduit l'utilisation par Hérodote d'une source autre que géographique. Strabon, enfin, qui ignore leur présence entre Vafkikebir et Giresun, leur attribue deux régions voisines de la Petite Arménie, la Karènitis et la Derxènè, soit la haute vallée du Kara Su depuis l'amont d'Erzurum jusqu'à Tercan, à 100 km à l'ouest d'Erzurum, conjointement avec les Chalybes ; il fait des Mossynoikoi (dont il explique le nom) l'ancien nom des populations montagnardes qui occupent les crêtes du Skydisès, et qu'il désigne sous le nom d'Heptakômètai330.

  • 331 Torul et Tirebolu, par exemple, communiquent par la vallée du Harsit Çay bien que la route y soit d (...)

84Il est nécessaire d'expliciter ici la configuration de la région pour Strabon. D'ouest en est à partir d'Amisos (Samsun), Strabon énumère successivement sur la côte la Themiskyra. la Sidènè, la région de Pharnakeia et celle de Trapezous, puis la Colchide jusqu'au Phase. La séparation entre ces différents districts côtiers est matérialisée par une succession de caps. L'intérieur est dessiné par deux chaînes de montagnes : la première est le Skydisès qui longe la côte pontique pour venir rejoindre les Monts Moschiques, prolongement du Caucase vers le sud-ouest ; la seconde est le Paryadrès, commençant à la Themiskyra avec les Giresun Daglan pour rejoindre en Adjarie les monts Moschiques (Meskhètes) par les Mesçit Daglan et les Yalmzçam Daglan : elle sépare les vallées du Kelkit Çay, du Çoruh Neri et du Kara Su, dont les hautes vallées voisinent dans la région de Bayburt. Les populations qui habitaient ces régions pouvaient effectivement passer soit pour des populations continentales, soit pour des populations côtières. L’hésitation des géographes anciens, ou leur prudence, s'explique largement par une bonne compréhension de la géographie physique de la région politique. Un peuple de Petite Arménie peut apparaître sur la côte politique presque 200 km plus à l’ouest : entre la chaîne du Skydisès et celle du Paryadrès après la Petite Arménie, les Chaldaioi et les Tibarènoi par exemple occupaient les vallées du système montagneux qui sépare la vallée du Kelkit Çay de la mer Noire. Ils avaient accès à la mer par celles qui débouchent sur la mer Noire, à Ünye, à Ordu, à Giresun331. Comme on l'a vu, par exemple pour la Taurique, la démarche du périplographe réduit ces peuples à la portion de la côte, souvent très étroite, à laquelle touche leur territoire ; Hérodote, ou les chorographes, décrivent au contraire l'ensemble de leur territoire, et donc sa partie la plus grande, la partie continentale.

Tibarènoi

  • 332 Ephor., FGrHist 70F43 = St.Byz. s. Τιβαρανία χώρα πρòς τῷ Πόντῳι, πρόσοικος Χάλυψι καὶ Μοσσυνοίκοις(...)
  • 333 On ajoutera aux références précédentes. Plut., Luc., 14.3 (Tibarènoi, Chaldaioi) ; 19.1. (Tibarènoi (...)
  • 334 Str. 11.14.1. Voir aussi Str. 7.4.3 :“Trapezous... située dans la région de laTibarènie et de la Co (...)
  • 335 Ap. Rh 2.377. et 1010-1011. Cf. B&W. 8-9 : “[Ordu] The gently rising country of the hinterland to t (...)

85Comme les Mossynoikoi, les Tibarènoi/Tibaranoi sont caractérisés par quelques usages récurrents dans la littérature historique et géographique. Xénophon est peu prolixe, mais Éphore en fait les voisins des Chalybes et leur donne le rire comme philosophie : “Les Tibarènoi aiment à jouer et à rire, et considèrent que c'est le bonheur suprême”. Apollonius ajoute qu’ils sont “riches en troupeaux”. Le scholiaste d'Apollonios rend hommage à leur sens de la justice, et y ajoute une coutume dans laquelle on reconnaît la couvade : “On dit que ce sont les plus justes des hommes et que jamais ils ne s'engageraient dans une bataille contre quiconque avant d'avoir prévenu du jour, du lieu et de l'heure de la bataille. Dans le pays des Tibarènoi, lorsque les femmes accouchent, elles prennent soin des hommes”. L'usage de se débarrasser des vieillards par pendaison, rapporté par Porphyre, aurait été abandonné grâce au christianisme332. Comme on l'a vu pour les Mossynoikoi, ils sont régulièrement associés aux Chalybes333. Ils peuvent servir à désigner par synecdoque la côte politique chez, Strabon. Leur territoire occupe les derniers contreforts du Skydisès et du Paryadrès avant le resserrement entre le golfe d'Issos et la partie qui se trouve “entre Sinope et la côte des Tibarènoi”, qui détermine avec l'Halys la chersonèse anatolienne334. Kotyôra-Ordu représentant pour Xénophon la frontière de leur territoire avec les Paphlagoniens, la frontière orientale de leur territoire côtier se situait vraisemblablement entre Giresun et Ordu. Cette position est confirmée par Apollonius qui les place au-delà du cap Genètès, promontoire oriental de la péninsule du cap Jason (Cap Boon, Vona.Çam Burnu), bien qu'il situe les Chalybes à l’ouest des Tibarènoi comme le Ps-Skylax335.

Chalybes

86La question des Chalybes est obscurcie parce qu'ils ont été rattachés, peut-être dès l'époque classique, à un lieu nommé Alybè et à un peuple des Alizônes, tous deux mentionnés par Homère et que nul n'a jamais su où situer. Dans le catalogue des forces troyennes, Homère, après avoir nommé les alliés les plus proches de Troie et avant d'arriver aux My siens, Phrygiens et Méoniens, évoque en effet deux contingents :

  • 336 B 851-857 : “Pylaimenès au cœur vaillant amenait les Paphlagones de chez les Enetoi. d'où provient (...)

Παφλαγόνων δ" ηγείτο Πυλαιμένεος λάσιον κῆρ
ἐξ Ενετῶν, ὅθεν ἡμιόνων γένος ἀγροτεράων,
οἵ ρα Κύτωρον ἔχον καὶ Σήσαμον ἀμφενέμοντο
ἀμφί τε Παρθένιον ποταμòν κλυτὰ δώματ'ἔνναιον
Κρῶμνάν τ'Αἰγιαλόν τε καὶ υψηλούς Ἐρυθίνους.
Αὐτὰρ λιζώνων Ὀδίος καὶ Ἐπίστροφος ᾖρχον
Τηλόθεν ἐξ Άλύβης, ὅθεν αργύρου ἐστὶ γενέθλη336.

  • 337 Eschyle. Prom., 715. Sept, 728, les place en Scythie avec d'autres auteurs que Strabon ne nomme pas (...)

87Les Alizônes ont été tantôt les Halizones, parfois rattachés à lu Scythie et parfois à la Macédoine, tantôt les Alazones (rattachés à la Mygdonie, près de Troie pour Héeatée, Ménécrate d'Eléa. Palaiphatos et Démétrios de Skepsis, Alybè étant transformée en Alopé). tantôt les Amazonoi (rattachés à la région de Kymé pour Éphore)337. Strabon, qui tente de faire la synthèse, considère comme une évidence l'identité entre Chalybes et Chaldaioi de l’arrière-pays de Pharnakeia-Giresun, et l'identité entre l'Alybè (ou Chalybè) des mines d'argent et les Chalybes (ou Alybes) :

  • 338 Str. 12.3.28. Pharnakeia sur sa presqu'île est le débouché sur la mer pour les Chalybes, mais la cô (...)

“Dans l’arrière-pays des territoires de Pharnakia et de Trapezous, les Tibarènoi et les Chaldaioi se trouvent jusqu'à la Petite Arménie. [Les dynastes de Petite Arménie] avaient également pour sujets les Chaldaioi et les Tibarènoi, si bien que leur domination s'étendait jusqu'à Trapezous et Pharnakia”338.

88Néanmoins, la tradition fait des Chalybes les maîtres de la métallurgie du fer et Xénophon les rencontre aussi dans la région de Giresun, avant d'arriver à Kotyôra (Ordu). Les voyageurs ont cherché à identifier ces Chalybes de la côte par leurs mines de fer : Hamilton a par exemple cru les retrouver dans la région d'Ünye bien que cette ville soit à 50 km à l'ouest de Kotyôra d'où Xénophon s'embarque pour Sinope. A Ünye, Hamilton trouve des exploitations de surface mobiles et des charbonniers-métallurgistes indépendants :

  • 339 Hamilton 1842. 276-277.

“They replied that there were no mines, but that the ore was found everywhere about the hills near the surface. This they proved by scraping up the soil near their hut with a mattock, and collecting small nodular masses... Returning to Uniéh, we passed the remains of several forges in places where the ore had been completely worked ont, and where lhe ground was strewed with ashes”339.

  • 340 Cf. Bryer 11982, 135 : “Chalybian Iron : Tylecote’s first sample of iron sands from the mouth of wh (...)
  • 341 De Planhol 1963, 303-304. Même point de vue, Yalçin 1999, 185 : “The latest work... shows that Stee (...)
  • 342 Comme l’envisage d’ailleurs de Planhol 1963. 303 : “Mais on a cependant bien l’impression dans ce c (...)

89Mais il y a aussi du fer dans la région de la Kerasous de Xénophon, comme l'ont montré les études des géologues340. La difficulté à situer les Chalybes ne doit cependant pas amener à accepter la thèse de X. de Planhol qui réduit les Chalybes à leur seul nom et les historiens et géographes à un catalogue de sources341. La légende grecque d’un peuple inventeur du fer et caractérisé par cette seule activité a pu suivre les migrations imaginaires des Amazones (par exemple en Scythie comme chez Eschyle), mais elle s’est ancrée à l'existence des Chalybes continentaux de l'arrière-pays342.

90La question est de déterminer à quelles traditions se rattache le Périple.

91— Hécatée de Milet

  • 343 Hecat., FGrHist IF217 = Str. 12.3.22 : “Dans sa Description de la Terre (ἐv τ Γῆς περιóδ) [Hécaté (...)
  • 344 Eudox., F 282 Lasserre.
  • 345 Hecat.. FGrHist 1F203.
  • 346 Hecat., FGrHist 1F204.
  • 347 Hecat., FGrHist 1F199 (Amisos), F201 (Teiria). 1F7b (Lykastos, χωρίον), 1F200 (Chadisia), 1F34 (Sin (...)
  • 348 Hecat., FGrHist 1F206 : Xen.. An.. 4.8.22 ; Str. 12.3.18 ; Arr.. Per.M.Eux., 11 : Hdt. 1.28 (Chalyb (...)

92Les fragments subsistants d'Hécatée sont peu nombreux, recueillis chez Étienne de Byzance et le scholiaste d'Apollonios de Rhodes. Selon Strabon, Hécatée localisait, on l'a vu, les Alizones d’Homère aux environs du lac de Daskylitis, en Mygdonie343. Il ne rapprochait donc pas ses Chalybes de l’Alybè homérique. Le fragment d’Hécatée cité par Étienne.s. Χάλυβες est complexe et disparate. L'en-tête est d'Étienne lui-même. Χάλυβες, περὶ τòν Πόντον ἔθνος επί τῷ ποταμῷ Θερμώδοντι. Suit une citation d'Eudoxe, περὶ ᾧν Εὔδοξος ἐν πρώττῳ “έκ δὲ τῆς Χαλύβων χώρας ὁ σὶδηρος ὁ περὶ τὰ στομώματα επαινούμενος εξάγεται” (“le fer exporté du pays des Chalybes est renommé pour son tranchant”)344. Viennent ensuite des remarques d'Étienne (sur le texte homérique) qui précèdent la citation d’Hécatée : Καὶ Χάλυβοι παρ'Έκαταίῳ “Χαλύβοισι προς νότον 'Αρμένιοι ύμουρέουσι” (les Arméniens sont les voisins méridionaux des Chalyboi)345. Si d'autre part on tente de reconstituer la succession des peuples d'est en ouest à partir des fragments épars, Hécatée mentionne, on l'a vu, Choirades chez les Mossynoikoi, dans le voisinage desquels se trouvent les Mares ; le même fragment fait des Tibarènoi les voisins occidentaux des Mossynoikoi, mais il est impossible de dire qui se trouve à l'ouest des Tibarènoi346. Les fragments localisables suivants portent sur les Leukosyroi. chez lesquels Hécatée situe Enetè, qu'il assimilait à Amisos, Teiria, Lykastos et Chadisia. la plaine de la Themiskyra se situant entre cette dernière cité et le fleuve Thermôdôn347. Plus à l'ouest, on trouve Sinope (fondation des Amazones). Hécatée mentionnait également les Makrônes, pour lesquels Étienne accepte, à la suite de Strabon, l'identification aux Sannoi et qu'Arrien considère être les Δρίλαι de Xénophon – qui sont les Tzanoi à l'époque byzantine, le bandon de Chaldia recouvrant la haute vallée du Harsit Çay (Philabonitès), avec pour centre Gümüshane et Torul348.

93— Hérodote

94Il ne mentionne les Chalybes qu'une fois, dans une énumération des peuples de la rive gauche de l'Halys soumis à Crésus, entre Mariandynes et Paphlagoniens. Impossible de savoir pourquoi ils sont là, soit qu'Hérodote imagine un coude de l'Halys, soit que ce catalogue soit l’héritage d'une autre géographie, ou qu'il y ait eu, à un moment de l’histoire, un peuple identifié par Hérodote comme des Chalybes à l'ouest de l'Halys. Quant aux Chalybes-Chaldéens d’Hécatée, leur place est entièrement occupée par les Makrônes et leur vaste territoire se trouve entre Colchide et Thermôdôn, dans la vallée du Kelkit Çay et les montagnes environnantes, ce qui recouperait partiellement les informations de Xénophon. Chalybes mis à part.

95— Xénophon

  • 349 Sur les Taochoi, cf. 5.5.17 : “Les Kardouchoi, les Taochoi, les Chaldaioi n'obéissent pas au Roi... (...)
  • 350 4.5.34 : “Il ajouta que la contrée voisine était celle des Chalybes, et indiqua par où passait la r (...)

96Xénophon est un témoin privilégié en raison de son passage dans la région, mais il dépend de guides qu’il comprenait mal, de souvenirs personnels flous, et, dans la partie qui nous occupe, les Dix Mille sont perdus. Les passages de l'Anabase où apparaissent pour la première fois les Chalybes les situent dans la même région qu'Hécatée puisqu'un kômarque arménien en fait ses voisins. Les Dix Mille font sept étapes le long d'un fleuve qu'ils croient être le Phase, puis deux avant de faire face à une armée de Chalybes, de Taochoi et de Phasianoi349. Ils passent en force, font cinq étapes (apparemment dans les pays des Phasianoi) avant d'arriver chez les Taochoi, puis sept étapes à travers le pays des Chalybes jusqu'à arriver à l'Harpasos (inconnu par ailleurs) et passer en Skythènè où ils font encore huit étapes jusqu'à la ville de Gymnias (pays et ville inconnu) ; cinq jours plus tard, ils arrivent au mont Tèchès. traversent le pays des Makrônes (trois étapes), avant de monter à l'assaut d'une armée des Kolchoi qui lient les hauteurs et de redescendre sur Trapezous (deux étapes). Les voyageurs qui ont espéré retrouver les traces du passage des Dix Mille situent ordinairement le mont Tèchès au voisinage de la passe de Zigana350. Ces Chalybes sont donc loin dans l'arrière-pays de Trapezous. Parallèlement à ces Chalybes continentaux, Xénophon rencontre de nouveau des Chalybes avant d'arriver au territoire des Tibarènoi et à Kotyôra, ce qui les situerait dans la région de Giresun.

97— Éphore

  • 351 Voir le texte supra, n. 334 et 70F162 = Str. 14.5.22-24. Jacoby, ad 1 F202-208 situe à tort les Cha (...)

98La position des Chalybes chez Éphore n'est pas connue directement, mais dans une citation rapportée par Étienne, les Tibaranoi sont situés entre Chalybes et Leukosyroi. Comme la position de ces derniers est déterminée par les embouchures de l'Iris (ou celle du Thermôdôn) et de l'Halys, les Tibaranoi d'Éphore sont entre la Themiskyra et un point indéterminé à l'est. Les Chalybes, leurs voisins, pourraient être soit à l'est, soit au sud, mais puisque Strabon reproche à Éphore de n'avoir pas fait de ses Chalybes côtiers une catégorie particulière, c'est qu'Éphore avait construit une séquence Mossynoikoi-Chalybes-Tibarènoi-Leukosyroi, ce qui est proche de Xénophon351.

99— Le Ps-Skylax

  • 352 Même localisation, apparemment, dans le corpus d'Aristote, Mir., 48 [833b] : Λέγεται δὲ ἰδιαιτάτῇν (...)
  • 353 Hecat., FGrHist 1F202.

100Le Ps-Skylax, dans une tradition différente d'Hérodote, Xénophon et Éphore, place les Chalybes à la frontière de l'Assyria (variante du pays des Leukosyroi) entre Ordu et Ünye. dans la région du cap Jason, l'une des régions à minerai de fer352. Il connaît Hécatée. directement ou indirectement, comme l'indique la présence de Choirades chez les Mossynoikoi, et, on le verra, le catalogue des cités d'Assyria. Comme rien n'interdit, dans les fragments subistants d’Hécatée, de placer des Chalybes à l’ouest des Tibarènoi et à l’est des Leukosyroi, comme dans le Périple, l'opinion commune admet avec Jacoby que les Chalybes d’Hécatée étaient également sur la côte politique entre Tibarènoi et Assyria, et identifie la Σταμένη d'Hécatée et l'μένενα du Périple353 ; mais rien ne permet non plus de l'établir, et si l'on reste en terrain solide, les Chalyboi d'Hécatée sont un peuple continental du sud de Trapezous, dont le Périple ne pouvait rendre compte. Sur ce point, on doit rester dans le doute.

  • 354 Sur les voies de communication entre l'intérieur et la côte, voir supra p. 102-103.
  • 355 Xen.. An.. 5.5.1. L'analyse des sources littéraires de l'Anabase paraît souvent négligée sous préte (...)

101Qui sont dans ce cas les Chalybes de la côte pontique ? Si les Chalybes continentaux étaient bien établis dans la région de Torul, des groupes de mineurs avaient pu suivre les filons le long des fleuves jusqu'à la côte, s'établissant dans les régions favorables grâce à la présence à la fois de bois et de minerai, comme les métallurgistes d'Hamilton dans la région d'Ünye ; entrant en contact avec des peuples technologiquement moins avancées (comme les Mossynoikoi, connus pour leur bronze, et non pour leur fer)354. Ces groupes ne formaient pas un peuple, comme l'atteste Xénopbon, dont le témoignage est assez évasif : πορεύθησαν ὀκτὼ σταθμούς, καὶ ἀφικνοῦνται εἰς Χάλυβας. Οὗτοι ολίγοι τε ᾖσαν καὶ υπήκοοι τῶν Μοσσυνοίκων, καὶ ὁ βίος ᾖν τοῖς πλεἼστοις αὐτῶν ἀπò σιδηρείας355. La première phrase semble provenir d'un itinéraire, la seconde la corrigerait à la lumière de l'expérience : “Territoire des Chalybes, sans doute, mais 1. Ils sont peu nombreux [ils ne constituent pas un peuple] ; 2. Ils sont soumis aux Mossynoikoi [ils n'ont pas d'existence politique] ; 3. Ils s'adonnent au travail du fer [caractérisation ethnographique]”. C'est bien ce qu'écrirait quelqu'un qui associerait Chalybes et travail du fer, et rendrait compte de son étonnement de retrouver, à plus de vingt étapes de distance, ce peuple établi sur les côtes de la mer Noire, alors qu'il l'aurait rencontré dans les plus hautes montagnes : les errances des Dix Mille ne pouvaient leur laisser deviner l’existence des vallées transversales qui permettaient aux marchandises et aux hommes de passer par les unes pour se rendre dans les autres. Les Chalybes de la mer Noire étaient dans les districts côtiers où ils trouvaient ce dont ils avaient besoin, le minerai de fer (en affleurement ou en sable), et le bois pour le transformer, dans la région de Vafkikebir ou de Giresun, là où les a trouvés Xénopbon, et dans celle du cap Jason, où les localise le Ps-Skylax. Pourquoi, cependant, supposer une source intermédiaire entre Hécatée et le Périple ? Parce que le Périple, ici comme ailleurs, utilise, parallèlement à Hécatée, des sources indubitablement plus récentes.

Cités, ports et fleuves

102Chez ces peuples, le Ps-Skylax mentionne un certain nombre de ports et de cités. Les sites qu'on peut localiser, qu'il s'agisse de ceux du cap Zephyrion, de la région de Giresun ou de celle du cap Jason, ont des caractéristiques communes : ils jalonnent la côte entre Trapezous et Sinope, ils sont regroupés dans des péninsules protégées contre des attaques venues de l'intérieur des terres, ils sont repérables de la mer et offrent aux marins des mouillages ou des ports abrités.

103— § 86. Ζεφύριος Λιμήν, Χοιράδες πόλις Ἑλληνίς, Ἄρεως νῆσος.

104On dispose pour cette partie du périple de repères plus solides que pour la partie orientale, deux d’entre eux s'étant perpétués à travers l'Antiquité, Ζεφύριος et ρεως νῆσος.

  • 356 A ne pas confondre avec le Çam Burnu qui marque l’extrémité orientale de la péninsule du cap Jason (...)

105Le cap Zephyrios ou Zephyrion, qui doit correspondre à Ζεφύριος λιμήν, est mentionné par Arrien et Eux., et correspond au Çant Burnu des cartes britanniques et au Gül Burnu turc356. La description de B&W montre qu'il a pu abriter un établissement grec et leur plan signale deux ports minuscules au pied de la forteresse :

  • 357 B&W, 135, plan 146, n. 26 : [Deux villages mentionnés par la carte turque, Kalecik et Hisarüstü] “T (...)

“There is no doubt that the cape is either or both of the twin promontories now called Ulu Burunu and Çam Burunu and there is noreason why the tiny natural harborsti 11 called Zefre Liman should not represent Zephyrion itself. The cape is a heavily wooded mountainous area... There are a number of small villages along the rocky coast, linked only by well-preserved paved pack animal ways in the Pontic style. In fact most travelers until this century went from Tripolis to Kerasous by sea”357.

  • 358 Braund 1994, 56, l'identifie au foehn. Rien dans le texte d’Hippocrate ne permet de l'assurer. Ce n (...)

106B&W émettent l'hypothèse qu'il s'agit du site de Kenchrina des sources byzantines. L'origine de ce dernier toponyme est peut-être moins incongrue qu'ils ne semblent le penser car Hippocrate mentionne un vent pontique nommé κέγχρων qui pourrait être l'équivalent du zéphyr : Kenchrina pourrait donc être un équivalent pontique de Zephyrion358.

Fig. 2. Zephyrios Limèn, Choirades et l’île d’Arès.

  • 359 Kinneir 1813-1814. 69. Pour l'Antiquité, par exemple Eux., 9R 27 (§ 36 Müller).

107Je n'ai pas réussi à repérer la forteresse mentionnée par B&W, car la route côtière a transformé le paysage. Mais la présence de deux petits ports naturels bien abrités dans le creux du cap Zephyrion est probante. Quant à l'île d'Arès, l'un des lieux abordés par les Argonautes, c'est un point fortifié au large, légèrement à l'est de la moderne Giresun, une des rares îles remarquables de la côte politique de Turquie, et elle ne pouvait manquer d'attirer l'attention des marins : “Petite île appelée Arhentias, où nous restâmes quelques instants pour examiner les ruines d'un château antique... Elle possède des sources d'une eau excellente et on y trouve un très bon havre où de grands bateaux peuvent s'approcher des rochers”359. Avec deux sources et un point d'abordage, l’île put résister seule pendant plusieurs années au blocus de la flotte turque :

  • 360 B&W, 132-133.

“The maximum extern of the island of Ares, which is roughly circular, is about 250 paces. It is about 30 m above sea level at its highest point. There is no beach... The présent landing place, to the southeast where there is a little inlet in the rocks, is described in a sixteenth century Greek portulan as the place where sailors could anchor their boats ashore. Two rings have been eut into the solid rock further west... which is protected from the northwest winds”360.

  • 361 FGrHisi 1F204. Cf. Souda 592, s. χοιράδες πέτραι λεῖαι ἐν θαλάσσιν ἢ ἐξοχαί-ἢ ὄχθοι πετρν. Quant à (...)

108Enfin. Χοιράδες, déjà mentionnée par Hécatée, disparaît ensuite des sources littéraires. Müller, ad loc., pensait que le nom (“les Roches”) désignait la pointe de Pharnakeia (Giresun) parce que l'un des sens de χοιράδες est “récifs”361. Mais si l'on admet que le Périple respecte l'ordre d'énonciation, Choirades se trouve à l’est de l'île d'Arès et ne peut être Giresun. La même entrée de la Souda donne aussi à χοιράδες le sens d'“escarpements rocheux” qui conviendrait à Gedik Kaya voisine, dont l'aspect a frappé les voyageurs :

  • 362 B&W, 127 : le site est effectivement très spectaculaire, avec les restes d’une église byzantine, qu (...)

“About 2 kilometers due southeast of Giresun Kale is a steep hill topped by a two rocky teeth (hence Gedik Kaya, split rock) the place is distinctive enough in the engraving of Tournefort and Hommaire de Hell... Gedik Kaya Kalesi has a sheltered bay and anchorage below it and is, rather than [Giresun], the terminus of the route to Koloneia”362.

  • 363 Xen„ An., 5.5.7-5.6.12.
  • 364 Hamilton 1842, 250-251.

109Ζεφύριος λιμὴν et ρεως νῆσος délimitent donc une portion de côte assez peu étendue. Il y a à peine 27 kilomètres d'Esbiye à Giresun par la route qui coupe le cap. alors qu'il y en a 100 d'Esbiye à Trabzon. C'est une région où les Alpes Pontiques tombent très rapidement dans la mer, et moins favorisée pour son terroir agricole que la région de Vafkikebir ou même de Giresun. En revanche, comme le montre leur histoire ultérieure, ces trois sites sont aisément repérables de la mer et offrent des ports et des établissements facilement défendables. Tout indique donc que la source du Périple dans ce passage rassemble une collection d'échelles sur la route vers l'est. Choirades est déjà mentionnée par Hécatée, ce qui implique que cette source remonte au ve s. a.C. Ces établissements sont à l'écart de la route pédestre des Dix Mille, et Xénophon n’avait aucune raison d’être informé de leur existence363. Mais, dans le Périple, la présence de Choirades et l’absence de la Kerasous de Xénophon sont significatives. L’identification de la Kerasous de Xénophon avec Giresun est exclue : tous les voyageurs qui l’ont parcourue ont reconnu l'impossiblité matérielle pour les Dix Mille de faire la route de Trabzon à Giresun aussi rapidement. Hamilton en apporte d’ailleurs une preuve supplémentaire : “A mile farther we reached another river, called the Kerasoun Dere Su, which lias escaped the notice of geographers. though it marks the site of the Cerasus of Xénophon”364. Le fleuve porte toujours son nom. Hamilton localise Kerasous au voisinage de Factuelle Vakfikebir. Strabon signale Kerasous au même endroit, et ne connaît que Pharnakeia ; Eux. la mentionne lui aussi :

  • 365 Strabon 12.3.17 ; Eux., 9R 30-31 (§ 36 Müller). Eux. mentionne aussi Pharnakeia-Kerasous, mais, com (...)

Ἀπò δὲ Κοράλλων εἰς Κερασοῦντα πάλιν καὶ ποταμόν, στάδια ξ', μίλια η'. πò δὲ Κερασοῦντος εἰς ίερòν όρος, ἐν ᾧ καὶ πόλις καὶ ὕφορμος. στάδια ξ', μίλια ιβ'365.

  • 366 B&W, 153. Vaktikebir est signalée comme une bonne rade par Taitbout de Marigny 1830, 34. mais Jaube (...)
  • 367 Arr„ Per.M.Eux., 16.3.

110B&W montrent que la baie de Vakfikebir et la vallée du Foldere étaient le point d’arrivée d’une des routes qui permettent de rejoindre la vallée du Kelkit Çay, et que l’arrière-pays est propice à l’agriculture366. L’absence de cette Kerasous dans le Périple, comme celle de Kotyôra, alors qu’elles sont visitées par Xénophon en 400, implique qu’elles ne figuraient pas dans la source utilisée par le Ps-Skylax. Kerasous, et plus loin Kotyôra, sont en effet des établissements d’une autre espèce que ceux que signale le Périple. Les Sinopéens disent explicitement qu’il s'agit de territoires enlevés aux barbares pour y établir des colons et ces établissements doivent représenter une deuxième phase dans la colonisation de la côte, au moment où les Grecs se sentent assez forts pour quitter leurs points d'appui fortifiés et établir des colons dans les plaines côtières, par exemple soutenus par la puissance athénienne. Les régions où Kerasous et Kotyôra sont situées n'offrent pas des ports très favorables, mais les montagnes y sont moins proches de la côte, la zone côtière se prête à quelques cultures. Les Dix Mille n'auraient d'ailleurs pu s'installer dans les caps ou les établissements et les ports mentionnés par le Ps-Skylax, et ils les ont évités sans doute sans même s'en rendre compte. A Kerasous et Kotyôra au contraire, les Dix Mille trouvent une région qui se prête à produire et n’est pas qu’un abri pour des navires en transit : les habitants sont des άποικοι de Sinope, leur territoire a été enlevé aux barbares du voisinage, ils ont des χώρια où les Dix Mille puisent des provisions. Ces deux établissements pouvaient répondre à un besoin ponctuel de nouvelles sources d'approvisionnement pour les Sinopéens, ou offrir la perspective d'un débouché nouveau à de nouvelles ressources : la perte de sa chôra par Olbia, les demandes d'Athènes en blé bosporan, ont forcément eu des conséquences sur le marché des céréales dans la zone politique, et on peut concevoir que les Sinopéens aient souhaité se constituer des points d'approvisionnement propres dans leur zone d'influence, dans des terroirs plus propices à l'exploitation agricole que les caps escarpés où ils avaient précédemment installé leurs échelles. Qu'elles soient des fondations récentes au moment du passage des Dix Mille expliquerait leur fragilité et l'inquiétude de leurs habitants et celle des Sinopéens, à la fois pour leur approvisionnement et pour leurs rapports avec les peuples environnants. Qu'elles soient restées des bourgades sans importance s'explique aussi par le développement commercial de Sinope à l'époque hellénistique, qui les rendait inutiles pour l'approvisionnement de leur métropole. En tout cas, à l'époque impériale, Kerasous a même perdu son nom au profit de Pharnakeia, et Arrien dit de Kotyôra : Νῦν δὲ κώμη ἐστίν, καὶ οὐδὲ αὐτὴ μεγάλη367. Quoi qu'il en soit, si l'absence de Kerasous et Kotyôra a un sens, elle nous ramène à une période située entre la colonisation milésienne et la fin du ve s. a.C. pour cette région méridionale de la côte pontique.

111— § 88. Γενέσιντις λιμὴν κλειστός, Ἀμένεια πόλις Ἑλληνὶς καὶ ίασονία ἄκρα καὶ πόλις Ἑλληνίς.

  • 368 B&W. 119 : “Cape Jason is the most substantial promontory east of Sinope, projecting 14 km into the (...)
  • 369 Str. 12.3.17. Γενήτης ne saurait être que le cap, le mont (ὄρος) ou le port, et non “le fleuve Genè (...)
  • 370 Le corpus aristotélicien mentionne une île où les Chalybes stockent leur or. Mir., 26[832a] : Φασὶ (...)

112La présence de différents sites classiques, quelle que soit leur nature, sur la péninsule que forme le cap Jason n'a rien pour surprendre368. Le cap Genètès, le cap Boon des Byzantins, fournit le meilleur mouillage de toute la côte sud de la mer Noire : le port clos de Genètès pourrait s'être trouvé à Persembe/Vona369. Entre le cap Genètès et le cap Jason, l'île des Ciliciens offre un mouillage favorable370. Le cap Jason lui-même, dont la côte orientale abrite une baie relativement protégée, porte les traces d'une longue occupation :

  • 371 B&W. 121. Je n'ai pas repéré de haut fond rocheux à l'est du cap Jason (il y en a à l’ouest, en rev (...)

“To the north of the isthmus [de la petite péninsule qui forme le bout du cap] the cape is about 170 paces north-south by 80 paces at its widest point east-west. The ground is more or less a level plateau from 4 to 5 m above sea level and is enclosed by a boundary wall, the foundation of which can be seen in the turf. On the east and sheltered side (the prevailing winds are from the northwest) is a small bay where skiffs may have moored”371.

  • 372 Par exemple Humilton 1843, 269 : “Farther to the N.W. was the port of Voua, by the Turks called Von (...)
  • 373 Cf. Marcotte 1990, 36-37 : 178-181 : Counillon 1998a.

113Quant à Ἀμένεια entre les deux, une petite anse assez bien protégée par le Çapraz Burnu, entre le cap Genètès et le cap Jason, aurait pu l'abriter : si elle ne laisse pas de trace par la suite, il n’y a pas de raison de douter de son existence ni de l'orthographe de son nom. Comme les sites dans le territoire des Mossynoikoi, ces toponymes sont regroupés sur une portion étroite de la côte. Comme les premiers, ils sont situés sur un cap très remarquable dont le caractère montagneux et accidenté l'isole à volonté de l'intérieur des terres. Comme la région du cap Zephyrion, ce n'est pas le territoire le plus prospère de la côte, et les colons qui ont pu s'y établir ont dû y trouver tout juste les ressources nécessaires à leur subsistance. L'existence d'un λιμὴν κλειστός à Genesintis/Genètès correspond à la valeur reconnue de la baie est du cap Voua comme étant un port bien protégé l’hiver à l'est de Sinope372. Mais 1 existence de ce port est aussi un excellent indicateur chronologique, puisque ces ports fortifiés sont caractéristiques des développements de la marine de guerre au ve s. a.C.373. Si, comme je le crois, la source itinéraire dont disposait le Périple prenait en compte des échelles dont la fondation remontait à l'organisation de la route maritime de Sinope à Trapezous. cette source avait dû être complétée à Athènes dans le courant du ve s. a.C. Le fil est ténu, mais me paraît solide.

4.9. § 89. Assyria

Le § 89

Texte retenu

114Ἀσσυρία. Μετὰ δὲ Χάλυβας, Ἀσσυρίαἐστὶν ἔθνος καὶ ποταμòς Θερμώδων καὶ πόλις Ἑλληνὶς Θεμίσκυρα, Λύκαστος ποταμòς καὶ πόλις Ἑλληνίς, λυς ποταμός καὶ Κάρουσσα πόλις Ἑλληνίς, Σινώπη πόλις Ἑλληνίς, Κερασοῦς πόλις Ἑλληνὶς καὶ Οχέραινος ποταμός, Αρμένη πόλις Ἑλληνὶς καὶ λιμήν. Τετράκις πόλις Ἑλληνίς.

Apparat

115Θερμώδων : Θερμόδοιν D ; Θεμίσκυρα :.s.l. D ; Αλυς D : υς D a.c. ; Κερασοῦς ; Κερασοῦ D.

Traduction

116(§ 89) Assyria. Après les Chalybes, il y a le peuple d'Assyria et le fleuve Thermôdôn, la cité grecque de Themiskyra, le fleuve et la cité grecque de Lykastos, le fleuve Halys et la cité grecque de Karoussa, la cité grecque de Sinope, la cité grecque de Kerasous et le fleuve Ocherainos, la cité grecque d'Armenè et son port, la cité grecque de Tetrakis.

Notes

  • 374 Voir le commentaire de Str. 12.3.9 : Σύρους λέγοντα [Hérodote] τους Καππάδοκας καὶ γὰρ ἔτι καὶ νῦν (...)
  • 375 Cf. Theognost., Can.. 181.11 : Πρόσκειται μ ὄντα σύνθετα παρὰ τò ὀδούς. ὅτι ταῦτα διὰ τοῦ ντ κλινό (...)

117L'Ἀσσυρίαest parfois appelée Syria, mais on ne peut rien construire de solide sur cette appellation dans le Périple, le nom étant susceptible de transformation à tous les moments de l'histoire du texte374. Θερμώδων est la forme habituelle du toponyme : Θερμόδων est sans doute une correction byzantine375.

Cités, ports et fleuves

De Themiskyra à l'Halys

Fig. 3. La Themiskyra.

  • 376 FGrHisI 1F200 et 1F7a, Χαδισία· πόλις Λευκοσύρων. Ἐκαταῖος Γενεαλογίων β'· ἡ δὲ Θεμισκύρη πεδίον ἐσ (...)
  • 377 Str. 12.3.15.

118La Themiskyra est tout à la fois une cité grecque et une région déjà mentionnée par Hécatée avec des toponymes également mentionnés par le Périple376. La répartition de ces sites entre fleuve, ville et région est variable. La Themiskyra est généralement une plaine, par exemple pour Strabon, mais pas pour le Périple377. Le Lykastos, qui est un χωρίον pour Hécatée (encore que ce soit le scholiaste d’Apollonios de Rhodes qui parle), est un fleuve et une cité grecque pour le Périple, un fleuve pour Ménippe de Pergame. Chadisios, qui est connu de Ménippe comme fleuve et comme κώμη et sert de frontière à la Themiskyra pour Hécatée, n’est pas mentionné par le Ps-Skylax. La région est décrite par Strabon, mais c'est Ménippe, dont on commence ici à avoir le texte de Marcien, qui permet d'avoir la représentation la plus précise de la côte. Ménippe décrit la côte d'ouest en est :

Ἀπò Ἀμισοῦ ἐπὶ τòν Λύκαστον ποταμόν στάδια κ' (20). Ἀπò δὲ Λυκάστοῦ εἰς κώμην καὶ ποταμόν Χαδίσιον στάδια ρν'.

119La suite peut être complétée à partir d'Eux. :

Ἀπò δὲ Χαδισίου ποταμοῦ εἰς Άγκῶνος λιμένα έν ᾧ καὶ ὁ'ίρις ἐμβάλλει, στάδια ρ (100), μίλια ιγ'.γ' (13 1/3). Ἀπò δὲ τοῦ'ίριος ποταμοῦ εἰς Ἠράκλειαν ιερòν καὶ ἀκρωτήριον, στάδιοι τξ (360), μίλια μη' (48), ἐνταύθα λιμην μέγας ὁ λεγόμενος Λαμυρῶν· όρμος ναυσὶ καὶ ὑδροστόλος. Άπό δὲ Ή ρακλείας εἰς θερμώδοντα ποταμόν ναυσίπορον στάδια μ'(40), μίλια ε', γ' (5 1/3),

  • 378 Épit. Mén.. 6020 Diller (§ 10 Müller) ; Eux.. 9R8-11 (§ 28-29 Müller).

“D'Amisos au fleuve Lykastos, 20 stades. Du Lykastos au bourg et au fleuve Chadisios, 150 stades. Du fleuve Chadisios au port d'Ankôn où se trouve l'embouchure de l'Iris, 100 stades, 13 milles 1/3. Du fleuve Iris à Hèrakleia, sanctuaire et cap, 360 stades, 48 milles ; là se trouve un grand port nommé Lamyrôn, avec un mouillage et un approvisionnement en eau. De Hèrakleia au Thermôdôn, fleuve navigable, 40 stades, 5 milles 1/3”378.

  • 379 Sir. 12.3.9 : Ή δὲ Θεμίσκυρά ἐστιν τῶν Άμισηνῶν, αὕτῇ δὲ Λευκοσύρων τῶν μετὰ τον λυν.

120Ces toponymes reportés sur une carte pour avoir une image de la région, le Lykastos déboucherait dans le port de Samsun, le Chadisios se trouverait au niveau de Tekkekôy ; l'embouchure de l'Iris (Yesil Irmak), marquée par le Civa Burnu, aurait aujourd'hui un peu avancé vers le nord, celle du Thermôdôn (Terme Çay) situerait Hèrakleia au nord du Çalti Burnu. le Bèris serait le premier fleuve à l'est du Terme Çay et le Thoarios l'Akçay Su, si le Cun Irmak à l'ouest d'Ünye est bien l'Oinion de Ménippe. Le Périple semble indiquer l'existence d'une cité de Themiskyra. Elle aurait pu tomber sous la domination d'Amisos à l'époque impériale et son port aurait été Lamyrôn, signalé par Eux379.

  • 380 Il n'est χωρίον que dans la Scholie ad A.R. 2.999. citée n. 376
  • 381 L'Iris fait partie des fleuves les plus importants de la région, par exemple pour le transport du b (...)
  • 382 B&W, 7 : “A wide plain formed by the delta of the Iris and the smaller river Thermôdôn. Here in cla (...)
  • 383 Theopomp. Hist., FGrHisl 115F389 : Str. 12.3.14. Sur ces monnaies, cf. Price 1993, SNG. pl. xl-xll.(...)
  • 384 Xen., An., 5.5-6. Au moment du passage des Dix Mille, sous la direction de Korylas, la Paphlagonie (...)
  • 385 Amisos est le point d’appui de la reconquête perse, cf. Polyen 7.21.1 (Datamès) : [Ses troupes lui (...)

121La formule Λύκαστος ποταμòς καὶ πόλις Ἑλληνίς pose davantage de questions. Lykastos est un fleuve pour nos sources380. Il est curieux de voir le Périple en faire une cité, ou au moins une ville ; ce serait aussi la seule mise en “facteur commun” d'un toponyme sous cette forme (Λύκαστος ποταμòς καὶ πόλις Ἑλληνίς). Il est bizarre de voir mentionner le Lykastos, et omettre l'Iris381. Enfin, la mention d'une cité de Lykastos à 20 stades à peine d'Amisos (ou si l'on veut de Pirée), elle-même omise, est également surprenante. On peut formuler quelques hypothèses, la première dans le fil de ce qui a précédé : le Ps-Skylax dispose d'un catalogue de peuples pour cette partie du Pont et y situe l'Assyria, à laquelle il rattache tant bien que mal un certain nombre de cités et de toponymes pêchés dans un périple. La Themiskyra représente, il est vrai, une étape sur la route maritime entre Sinope et Trapezous, et l'estuaire du Thermôdôn offrait un port de lagune favorable. De plus, la région, malgré son caractère insalubre, a été densément occupée dès l'Antiquité, et offre encore des pâturages renommés pour les bovins et les chevaux382. Mais cette hypothèse ne rend pas compte de l'omission de l'Iris, de la présence de Lykastos et de 1 absence d'Amisos. L'histoire d'Amisos ne connaît aucune solution de continuité entre sa fondation et l'époque impériale, mais elle est très perturbée au ive s. a.C. Théopompe, repris par Strabon, dit que ses premiers fondateurs furent des Milésiens, qu'elle fut plus tard agrandie par Timadès, souverain de Cappadoce, et que dans une troisième phase elle reçut un apport de colons athéniens conduits par Athénoclès et changea alors son nom contre celui de Pirée. L'existence de ce nom est bien attestée par des monnaies du début du ive s. a.C. où commence un monnayage de sicles perses d'argent abondant, et où elle s appelle PEIRA[IEUS]383. Dans le courant du ives, a.C., les monnaies changent : le nom disparaît, les monnaies deviennent des demi-sicles, et se dévaluent. Il est vrai qu'on ne trouve aucune mention ni d'Amisos ni de Pirée dans les textes où on pourrait l'attendre : Hérodote et surtout Thucydide ne parlent que de Sinope, et Xénophon, lorsqu'il discute avec les envoyés de Sinope, n'évoque à aucun moment l'existence d'une ville grecque (ou barbare) dans cette région présentée par les uns et les autres comme un pays entièrement contrôlé par le roi paphlagonien Korylas384. On pourrait donc attribuer l'absence d'Amisos à la main mise paphlagonienne, puis perse, sur la région385. On pourrait même admettre que Lykastos ait survécu, que la Themiskyra ait préservé un moment son autonomie comme elle réussit à le faire au moment de la conquête ottomane, alors qu’Amisos redevenait perse.

122Mais, pour le Périple, l'état du manuscrit plaide plutôt pour une faute de copiste. Θεμίσκυρα, d'abord oublié, a été ajouté au-dessus de la ligne et le -d'λυς est isolé en fin de ligne. Or l'esprit d'abord noté doux (comme dans μισός) a été ensuite corrigé en esprit rude (comme dans λυς), bien qu'il soit impossible de savoir à quel moment l'esprit a été porté. Je pense que cette correction signe l'erreur du copiste : peut-être perturbé par sa faute sur Θεμίσκυρα, il aura sauté une ligne du texte :

Λύκαστος ποταμòς καὶ πόλις Ἑλληνὶς
μισòς καὶ (23 caractères environ) καὶ Ἄ
λυς κτλ.

  • 386 Cf. Vian & Delage 1976, ad 2. 961, p. 281 : “Il est remarquable qu'une autre édition du texte (proe (...)

123Si l'on admet cette hypothèse, il manque donc au moins un toponyme, qui pourrait être Ναύσταθμος λιμήν ou Κωνώπιον πόλις (cette dernière hypothèse paraissant moins probable) ou même ἢ καὶ Πειραιεὺς καλουμὲνη. Mais on ne peut rien bâtir de solide sur cette restitution. Même en admettant cette hypothèse, l'Iris n'apparaît pas pour autant à sa place entre le Lykastos et <Amisos>. Il faut soit admettre une lacune plus importante, soit admettre que le Ps-Skylax omettait déjà l'Iris, ce qui pourrait expliquer l'omission de l'Iris dans la première édition des Argonautiques386. Mais l'omission de l'Iris s'explique mieux si le Ps-Skylax ne copie pas un modèle, mais fait la synthèse de matériaux d'origines diverses, en l'occurrence un canevas ethnographique, et un périple de la côte méridionale du Pont : c'est mon hypothèse.

De l'Halys au territoire de Sinope

  • 387 Sur la permanence des territoires de cités dans le découpage des frontières provinciales à l'époque (...)
  • 388 Sir. 12.3.10. Emporion, et non comme le traduit Lasserre 1981, “le port de commerce des habitants d (...)
  • 389 Str. 12.3.13 ; Arr., Per.M.Eux., 15.1.
  • 390 Burstein 1976. 55 et 129 n. 57 juge que Sinope a été autonome pendant une vingtaine d'années après (...)
  • 391 Hdt. 2.104 : Φοίνικες δὲ καὶ Σύριοι οἱ ἐν τ Παλαιστίν καὶ αυτοί ὁμολογέουσι παρ' Αιγυπτίων μεμαθη (...)

124Le Périple inclut en Assyria la région de Sinope. Vers l'ouest, celle-ci doit s'étendre jusqu'aux environs de l'Usta Burnu puisque Stephanè, aujourd’hui Çalioglu, juste à l'est du cap et protégée par lui, est le premier toponyme mentionné en Paphlagonie. Armenè est, on le verra, l'un des ports de Sinope, mais Ayancik et son fleuve représenteraient une frontière géographique “naturelle” assez satisfaisante – il n'y a plus de route côtière praticable, les montagnes sont impénétrables à la différence des paysages riants des vallées de l'Ayanctk Çay et du Kara Su qui font l'arrière-pays de Sinope387. L'extension exacte du territoire de Sinope reste encore à préciser. On peut d'ailleurs se demander si la position politique de Sinope a le moindre intérêt pour le Ps-Skylax : aucune allusion au statut politique des emporia de Sinope. ni à ceux de l'est comme Trapezous, ni à ceux de l'ouest comme Kytôros, dont Strahon écrit pourtant τò δὲ Κύπορον ἐμπόριον ᾖν ποτε Σινοιπέων. “il était autrefois un emporion de Sinope”388. 11 est surprenant de trouver Sinope rattachée à l'Assyria, l'Halys marquant habituellement la frontière de cette dernière avec la Paphlagonie ; à l'époque de Strabon. l'Halys sert de frontière entre les territoires de Sinope et d'Amisos389. Or il est traité ici sans plus de révérence que le fleuve Ocherainos. Différentes explications sont possibles. La première serait la situation politique de Sinope à l'époque de la rédaction du Périple : au moment où le satrape de Cappadoce, Datamès, reprend en main la région et frappe des monnaies à Sinope, il n'y aurait rien d'extraordinaire à ce que la ville et son territoire soient rattachés à la Cappadoce politique avec laquelle elle avait d'ailleurs des relations beaucoup plus faciles qu'avec la Paphlagonie continentale, rattachée a la satrapie de Daskyleion390. L'autre explication est géographique et rejoint le problème de la délimitation de l'“isthme anatolien”, puisque pour Hérodote et la géographie ionienne, la Syrie recouvre un vaste territoire dont la partie sud touche à la Palestine, et la partie nord au Pont-Euxin391. Cet isthme est habituellement détini par ses deux extrémités, Issos et Sinope, qui ne sont séparées selon Hérodote que par cinq jours de marche :

Ἠ δὲ Αἴγυπτος τῆς ορεινής Κιλικίης μάλιστα κη ἀντίη κεῖται· ἐντεῦθεν δὲ ἐς
Σινώπην τὴν ἐν τῷ Εὐξείνὼ πόντὼ πέντε ἡμερέων ἱθέα ὁδòς εὐζώνῳ ἀνδρί·ἡ δὲ
Σινώπη τῷ’Ἴστρῷ ἐκδιδόντι ἐς θάλασσαν ἀντίον κεῖται.

Fig. 4. Sinope et son territoire.

  • 392 Hdt. 2.34 ; Str. 14.3.1, et aussi 2.1.16 ; 11.2.17 : 12.1.3. Autre exemple. Périodes, F25 et Marcot (...)
  • 393 Κιλικία. Έκ δέ τῆς Σινώπης τῆς ἐν τῷ Πόντιο διὰ τῆς ηπείρου καὶ τῆς Κιλικίας εἰς Σόλους ὁδός ἐστιν (...)

125Même après qu'Ératosthène a corrigé cette erreur et déplacé à Amisos la ligne de partage, la région de Sinope reste mentionnée comme l'une des extrémités de la ligne, ou mentionnée conjointement avec Amisos, par exemple par Strabon : Ταῦτα δ'ἐστὶ μέρη μὲν τῆς χερρονήσου. ᾖς τòν ισθμòν ἔφαμεν τὴν ἀπò σσοῦ ὁδòν μέχρι Ἀμισοῦ ἢ Σινώπης, ὣς τινες, “Ces régions font partie de la chersonèse dont nous avons dit que l'isthme suivait la route qui va d'Issos à Amisos ou Sinope, selon certains”392. Pour le Périple, Sinope sert de point de repère dans la même perspective : lorsqu'il décrit la Cilicie, il mentionne Sinope dans un passage qui fait écho au § 102 : “Depuis Sinope qui se trouve dans le Pont, à travers le continent et la Cilicie, jusqu'à Soloi. il y a 5 jours de route d'une mer à l'autre”393.

  • 394 Ce respect de l'ordre périplographique permet à son tour d'exclure l'hypothèse d’une intégration ma (...)

126La principale préoccupation de l'auteur du Périple est donc bien géographique, et Sinope est rattachée à l'Assyria parce que cette dernière se trouve au nord de la Cilicie. Dans le même temps, la présence avec Sinope de toponymes qui lui sont rattachés trahit l'utilisation d'une source périplographique, puisque Karoussa et Armenè y sont correctement situées, l'une à l'est, l'autre à l'ouest de Sinope394. Mais qu'en est-il des deux autres toponymes originaux, Kerasous et Tetrakis ?

  • 395 Le mauvais temps pousse Tournefort 1717 à aborder à l'une (201) puis à l'autre (212).
  • 396 Κάρουσα, Arr„ Per.M.Eux.. 14.5 ; Eux., 8V4I (§ 24 Müller) ; Hamilton 1842, 304-306. Cf. BP. 41 : “G (...)
  • 397 BP. 38 : “Aklimam 42°03'.3N 35°03'E : lorsqu'on arrive du nord, il est à 0,6 m au sud du Hamsi Burn (...)

127Karoussa (Gerze) et Armenè (Aklimam) sont toutes deux visibles depuis la péninsule, et offrent des étapes intermédiaires, la première sur la route de Trapezous, l'autre sur celle du cap Karambis395. Karoussa au sud de Sinope est presque la symétrique d'Armenè au nord. Arrien en fait un mouillage (σάλος ναυσίν) et Eux. un emporion et un port protégé (ἐμπόριον καὶ λιμένα τῖος ἀφ'εσπέρας ἀνέμοις), ce que confirme Hamilton : “The description of the harbour, as given by [Eux.], is quite appropriate... a good harbour when the wind blows from the west, which is the case’’396. Armenè est un port plus intéressant, car c’est une petite baie à la fois accessible, et totalement protégée des vents de nord-ouest par l’Ince Burnu397. C’est là que les Sinopéens encampent les Dix Mille à portée de bateau, mais à distance de Sinope, Tῇ δ' άλλη ἀφικνοῦνται εἰς Σινώπην καὶ ὡρμίσαντο εἰς ρμήνην τῆς Σινώπης· καὶ ἐν ταύτῇ τῇ ρμήνη έμειναν οἱ στρατιῶται ημέρας πέντε :

  • 398 Xen. 6.1.15. ρμήνη pour l'Anabase, ρμήνη pour St.Byz. s.v. La description est de Stoop 1977-1978. (...)

“When going westward from Sinope, following the low sandy beach for about 10 km [Aklimam], and after Crossing a river (unimpressive in summer) [Kara Su] possibly the Ocherainos by Skylax § 89, one cornes to some low hills and, turning north to an enchanting little natural harbour protected by two islets”398.

128Armenè offre donc un abri aux navires venant du Bosphore sur le côté le plus exposé de la péninsule de Sinope et leur permet soit d’aborder le port nord pour le diolkos, soit de faire le tour de la péninsule vers le port sud dans les meilleures conditions. Armenè a donc sans aucun doute été l'emporion principal de Sinope dans l'Antiquité. Et Kerasous ? De Sinope à Armenè, le Périple énumère Σινώπη πόλις Ἑλληνίς, Κερασοῦς πόλις Ἑλληνὶς καὶ’Οχέραινος ποταμός, Άρμένη πόλις Ἑλληνὶς καὶ λιμήν. Müller ad loc. émet l'hypothèse que Kerasous soit l'autre nom du Σκόπελος, la presqu'île de Sinope. Mais on voit mal une cité s'installer sur une presqu'île inaccessible autrement que par Sinope et son port. L'Ocherainos est le Kara Su qui se jette dans la mer un peu au sud d'Armenè. Entre Sinope et Armenè, une fois passée la colline qui borne l'isthme vers l'ouest, s'étend une plaine côtière où se trouve aujourd'hui le petit aéroport de Sinope. Cette plaine est assez marécageuse (comme d'ailleurs toutes les parties basses de la péninsule de l'Ince Burnu), et sans doute insalubre l'été, bien qu'il ne soit pas facile déjuger de son état dans l’Antiquité. En revanche, un peu en amont, la vallée du Kara Su est fertile et bien cultivée. Le fleuve est fermé à l'embouchure par un banc de sable, mais offrait au moins une voie de communication depuis l'intérieur jusqu'à proximité d'Armenè et sa vallée aurait pu attirer des colons : si l'on imagine mal une cité installée entre Sinope et son principal port occidental, l'existence d'un centre urbain au statut imprécis paraît plausible, et si l'on veut bien admettre que πόλις n'a pas de sens politique “fort” dans le Périple, l'existence éphémère d'une Kerasous me paraît possible.

129Il en va de même de Tetrakis. Aucune ville de ce nom n'a survécu, mais entre Armenè et Stephanè, plusieurs sites sont possibles. La côte est décrite par Ménippe de Pergame :

  • 399 Épit. Mén., 5910-5912 Diller (§ 9 Müller).

Ἀπò Στεφάνης εις Ποταμοὺς χωρίον σιάδιοι ρκ'·ἔστι δε εἴσπλους εἰς Ποταμοὺς πορθμίοις. Ἀπò Ποταμών χωρίου εἰς Συριάδσ. ἄκραν λεπτὴν στάδιοι ρκ'. Ἀπò Συριάδος ἄκρας κόλπος ενδέχεται. Εἰσπλεύσαντι δὲ εἰς αυτόν εἰς Άρμένην κώμην καὶ λιμένα μέγαν εἰσὶ στάδιοι ν'399.

  • 400 Cf. BP. 38. Hamsilos (mouillage), 42°04'.8N 35°02'.5E : “L'approche est directe le long de la côte (...)

130Hamsilos est directement abrité par l'Ince Burnu et offre un havre presqu'aussi favorable que celui d'Armenè400. Plus à l'ouest, le site actuel de §erefiye, l’ancienne Potamoi. offre l'embouchure protégée d'un fleuve côtier qui sert encore de port. Enfin il y a Ayancik d'où s’exporte toujours le bois de la région :

  • 401 Cuinet 1893, 590. La région de Sinope est grande productrice de bois, ci. 570, Sandjak de Sinope : (...)

“Il s'y fait une coupe de 10 000 arbres par an en moyenne, dont le bois alimente les scieries des alentours, où l'on fabrique des quantités importantes de planches qui sont embarquées en grande partie sur des qaïqs et autre embarcations de faible tonnage, tant à Istefan qu'à Ayandjik, autre petit port voisin”401.

131Chacun de ces sites aurait pu abriter Tetrakis. L'histoire de Kerasous et Tetrakis ne se laisse pas deviner. Puisqu'Armenè, bien connue et localisée, vient s'intercaler entre elles deux, elles figuraient à leur place dans l'itinéraire qu'utilise ici le Périple : fondations transitoires ou sans lendemain, elles ont disparu totalement ou changé de nom. et, sauf découverte archéologique imprévisible, il est impossible d'en savoir davantage.

4.10. Paphlagonie

Le § 90

Texte retenu

132Παφλαγόνια. Μετὰ δ' Ἀσσυρίαν ἐστὶ Παφλαγονία ἔθνος. Ἐστι δ'ἑν αὐτῇ Στεφάνη Λιμήν, Κολοῦσσα πόλις Ἑλληνίς, Κίνωλις πόλις Ἑλληνίς, Κάραμβις πόλις Ἑλληνίς. Κύτωρις πόλις Ἑλληνίς, Σησαμòς πόλις Ἑλληνὶς καὶ Παρθένιυς ποταμός, Τίειον πόλις Ἑλληνὶς καὶ Λιμὴν Ψύλλα καὶ ποταμός Καλλίχωρος.

Apparat

133Λιμήν : λιμίης D a.c. : Κολοῦσσα : Κόλουσσα D ; Κίνωλις : Κορωνὶς D ; Κάραμβις : Κάραμως D ; Παρθένιος : Παροίνιος, D ; Τίειον : Τίθιον D ; καὶ Λιμὴν Ψύλλα : καὶ λιμὴν. Ψύλλα Müller.

Traduction

134(§ 90) Paphlagonie. Après l'Assyria, il y a le peuple de Paphlagonie. On y trouve Stephanè Limèn, la cité grecque de Koloussa, la cité grecque de Kinôlis, la cité grecque de Karambis, la cité grecque de Kytôris, la cité grecque de Sèsamos et le fleuve Parthenios, la cité grecque de Tieion, Limèn Psylla et le fleuve Kallichôros.

Notes

  • 402 Sur ce choix, voir Robert 1937, 266 n. 1. L. Robert est revenu à plusieurs reprises sur Tieion et s (...)

135L'identification des toponymes est encore une fois problématique. Certains fautes sont patentes, et lorsque le nom est attesté chez les auteurs elassiques j'ai adopté les corrections proposées par Müller : la correction de Κάραμως en Κάραμβις, paléographiquement évidente, comme celle de Παροίνιος en Παρθένιος. Τίθιον doit être corrigé en Τίειον, malgré Tίov chez Ménippe de Pergame et une fois sur deux chez Strabon402. La correction de Κύτωρις en Κύτωρος ou Κύτωρον est peut-être inutile.

La côte paphlagonienne

  • 403 Debord 1999, 110-115.
  • 404 Sur la Paphlagonie, cf. Rüge & Bittel 1949, et, pour des études spécifiques, Leonhard 1915, 288-308 (...)
  • 405 Cf. Counillon 2004a.

136C'est une côte superbe mais difficile, même aujourd'hui. La route côtière moderne, de Sinop à Amasra, est une corniche sujette aux éboulements, aux ravinements, et elle passe de cap en vallée et de vallée en cap sur près de 350 kilomètres. Sur la portion paphlagonienne (pour le Périple) de la côte, la seule plaine côtière un peu étendue est celle de Cide, l'Aigialos des anciens, et les montagnes ne s'abaissent que dans la région d'Amasra (Sèsamos/Amastris), qui est dotée d'un arrière-pays densément cultivé. La région située à l'ouest d'Amasra, avec Bartin d'abord (sur la vallée du Bartin Su/Parthenios), puis la vallée du Yenice Irntagi (Filyos Çay/Billaios) avec Hisarônii (Tieion) à l'ouest, est beaucoup plus riante et l'on comprend aisément que la reine Amastris ait souhaité englober cette portion de territoire dans le synoecisme de la cité qu’elle fondait. A l’époque hellénistique, la Paphlagonie occupe un territoire dont le centre historique se situe à l'intérieur des terres et dont la capitale est Gangra (Cankin), mais elle s'étend aussi sur le littoral pontique, du Parthenios (Barttn Su), non loin d'Héraclée, à l'Halys (Kizil Irmak)403. Historiquement, géographiquement, et sans doute ethnographiquement, il y a deux Paphlagonies, une Paphlagonie continentale et une Paphlagonie côtière. 11 nous est à peu près impossible de déterminer les limites de la Paphlagonie archaïque404. Bien que Sinope soit fondée peu après les débuts de la colonisation du Pont par les Grecs, les historiens grecs du ve s. a.C. ne permettent pas de déterminer précisément sa localisation et son étendue405. Impossible de savoir où passait, si même elle existait, la frontière entre la Paphlagonie et l'Assyria pontique, et même à l'époque hellénistique cette frontière n'est pas nette : l'historien milésien Maiandrios, dans une tentative de réconcilier exégèse homérique et géographie, imagine par exemple une migration :

  • 406 FGrHist 491F4 = Str. 12.3.25. L'Assyria pontique est rattachée à la Cappadoce. Pour les historiens (...)

“Les Enetoi avaient quitté le territoire des Leukosyroi pour combattre en alliés aux côtés des Troyens et... ils partirent de Troie avec un parti de Thraces pour aller se fixer à l'extrémité de l'Adriatique, tandis que les Enetoi qui n'avaient pas pris part à l'expédition devinrent des Cappadociens”406.

137Et Strabon, à qui l'on doit cette citation et qui connaît bien la région, continue :

  • 407 Il s’agit des régions intérieures de la rive droite de l'Halys, aux environs de Çorum. Merzifon et (...)

“Ce raisonnement semble corroboré par le fait que dans toute la partie de la Cappadoce voisine de l'Halys, qui borde la Paphlagonie, on parle deux langues et que l'on use abondamment de noms paphlagoniens... Ces noms sont courants en Babamonitide, en Pimolitide, en Gazalouitide, en Gazacène et dans un très grand nombre de contrées”407.

  • 408 Hdt. 1.6 ; 1.72 : l’Halys sépare les Syrioi des Paphlagoniens. Certains passages montrent qu’Hérodo (...)
  • 409 Ctes.. FGrHist 688F58.
  • 410 Cf. ATL III. 89 ; 116-117.
  • 411 Cf. Burstein 1976, 31-41 sur cette période de l'histoire d'Héraclée ; Debord 1999, 90-91, sur la pr (...)
  • 412 Xen., An.. 5.5-6 etc. Ephor., FGrHist 70F70, Theopomp.Hist., FGrHist 115F179. F388. Théopompe suit (...)
  • 413 Cf. Counillon 2004a.
  • 414 Price 1993. no 1322-1349 (Krômna) ; no 1354-1358 (Sèsamos) ; Stancomb 1999, no 742-745. Krômna ; no(...)

138Même à l'époque impériale, la réalité de la frontière ethnique entre Paphlagonie et Cappadoce est donc difficile à établir. A partir du ve s. a.C., la frontière orientale de la Paphlagonie nous devient perceptible. Elle correspond à la répartition du nord de l'Anatolie entre deux satrapies différentes, celle de Cappadoce à l'est, et celle de Daskyleion à l'ouest, et à l'invention de l'“isthme anatolien” par les géographes grecs, isthme signalé par le cours de l'Halys qui met les Leukosyroi à l'est et les Paphlagoniens à l'ouest : cet isthme, dont la réalité géographique n'est jamais remise en question et qui devient un outil de description ethnographique de l'Asie mineure, traduit ainsi en frontière ethnique ce qui est à l'origine une frontière politique408. Pour le reste, les Paphlagoniens font partie des peuples de l'intérieur, en conjugaison, en particulier, avec les Matiènes et les Phrygiens. Les habitants de la côte pontique au ve s. a.C. ont peu à voir avec ceux de l'intérieur de l'Anatolie au même moment ; ce sont de nouveaux arrivants en Asie Mineure, apparemment des Thraces. Ctésias, par exemple, mentionne comme paphlagoniens des Τιριβιζανοί d'origine odryse409. Dans nos sources, cette Paphlagonie pontique n'apparaît que progressivement, accompagnée par l'expansion vers l'est de la légende de Phinée. Elle est à mettre en rapport avec l'histoire du Pont méridional pendant cette période. A partir des années 430, Athènes prend pied dans le sud du Pont-Euxin ; la réalité de l'expédition de Périclès dans le Pont est discutée, mais pas celle de l'intervention des Athéniens à Sinope, où ils renversent la tyrannie de Timesilaos et installent 600 colons ; à Amisos, qui, au ive s. a.C., va prendre un temps le nom de Pirée. Après 425. le tribut des cités pontiques, et en particulier d'Héraclée, figure dans les ATL410. En 424, Lamachos échoue piteusement devant Héraclée, mais en 423 a.C., la cité connaît une révolution démocratique411 Après la fin de la guerre du Péloponnèse, la région est également présente dans l'historiographie grecque avec le passage des Dix Mille, les expéditions d'Agésilas dans la satrapie de Daskyleion et la reprise en main de la région par Datamès, le satrape de Cappadoce, à partir de 380 (avec la prise de Sinope). Il n'est donc pas surprenant de voir la Paphlagonie pontique devenir plus présente dans nos sources, chez Xénophon, chez Ephore ou Théopompe412. Malheureusement, lors du voyage des Dix Mille vers Héraclée, Xénophon passe au large des côtes paphlagoniennes, mais Éphore fait de Kytôros l'un des fils de Phinée, première apparition de ce nom dans les sources littéraires après Homère413. C'est vers cette époque aussi qu'apparaissent les premières monnaies de deux de nos cités pontiques, Krômna et Sèsamos, monnaies qui partagent le même type monétaire414. Krômna est apparemment une place forte, et Sésamos est menacée par Datamès vers 380. C'est à cette l'époque qu'est édité le Périple.

Cités, ports et fleuves

Sites identifiés

139Parmi les noms mentionnés par le Périple, des sites bien repérés permettent de localiser les autres avec une bonne probabilité.

  • 415 FGrHist 1F198 = St.Byz. s. Σιεφανίς· πόλις Μαριανδυνών, Ἐ καὶαῖος Ἀσία.

140— Stephanè Limèn, aujourd'hui Çalioglu, représentait une étape appréciée sur la route de Sinope. Le port est abrité des vents de nord-ouest par les hauteurs de l'Usta Burnu, ce qui faisait sa valeur, et il était déjà mentionné par Hécatée de Milet415. On y arrive difficilement, depuis Ayancik seulement, par une route en corniche d'abord, puis une piste caillouteuse. La mer était sans aucun doute le moyen de communication privilégié vers Stephanè :

  • 416 Tournefort 1717, 199-200. HP. 37 : Çalioğlu, 41°58'N 34°30'.4E. Un village subsiste, et une digue m (...)

“Nous partîmes d'Abono [Inebolu] le 16 mai dans le dessein d'aller a Sinope, mais la pluie nous obligea de restera moitié chemin et de camper le long de la plage à 40 milles de cette ville. On voit d'assez beaux villages sur la côte à l'entrée des bois qui sont d'une beauté surprenante. Stephanio n'est pas un des moindres”416.

Fig. 5. La côte de Sinope à Kurambis.

Fig 6. La côte de Karambis à Tieion.

141— Karambis esl le principal cap de la côte sud de la mer Noire pour les géographes. Le massif dont il est l'extrémité est aussi une frontière climatique :

  • 417 Taitbout de Marigny 1830. 23-24. De même, après Karambis, le navire de Clavijo rencontre des vents (...)

“Ce cap est l'un des plus hauts de la mer Noire et le plus rapproché des côtes de la Crimée, dont le cap Sariche n'est éloigné que de 130 milles... Ces deux promontoires partagent la mer Noire en deux parties, souvent très distinctes, par la différence des vents qui y régnent. Kérempé mérite le nom de Spartivento (partage-vents) donné par les Italiens à quelques caps de la Méditerranée, car à sa hauteur on observe souvent une lutte des vents qui y forment une ligne de démarcation très distincte”417.

  • 418 Voir supra, p. 45-46.

142Le Périple le mentionne comme cité, et non comme cap ou comme cité et cap (comme pour Iasonia)418. Le cap Karambis ne se détache pas, il est vrai, dans le paysage aussi notoirement que le prétend Taitbout de Marigny. Hommaire de Hell. par exemple, qui passe peu après en contrebas du cap en bateau, le contredit :

  • 419 Hommaire de Hell 1854, 338-339 ; Daussy 1859, 84. B&W, 67 : “There are three indications that Karam (...)

“Bientôt nous sommes en face du célèbre cap de Kerembeh, signalé par M. Taitbout de Marigny comme un promontoire gigantesque, mais qui n'offre en réalité qu'un méchant petit cap, d'une trentaine de mètres au plus d'élévation. D'autres le suivent, parmi lesquels celui de Fakas-Bournou. Tous ces caps se rattachent à une chaîne de médiocre hauteur qui borne cette côte... Nous passons devant Fakas Skelessi, village d'une soixantaine de maisons où l'on construit jusqu'à des bricks. Puis viennent le cap et l'échelle de Mezet, Kaïran Skelessi. Zarpana Skelessi, avec une grande plage, une belle vallée et un fond de hautes montagnes ; et enfin Inéboli, où nous débarquons”419.

143Les alentours du cap Karambis sont très montagneux dans une région qui l'est pourtant assez : les vallées y sont plus profondes et découpées, avec des criques profondes au pied de falaises abruptes. Mais le cap Karambis n’est que le primus inter pares des caps de ce massif, dont l'ensemble constitue la barrière climatique remarquée par les marins et notée par Taitbout de Marigny. Le Ps-Skylax est le témoin précieux d’un moment où Karambis est encore une cité, en amont de sa mutation en topos géographique ; l'une des échelles protégées signalées par Hommaire de Hell devait abriter la cité grecque du Périple, par exemple l'échelle de Fakaz, la plus importante et la plus proche du cap. La célébrité du cap Karambis, sa transformation en amer de référence, sont liées au développement de la route maritime qui longe la côte méridionale du Pont jusqu'à son niveau et qui, prenant Héraclée, Tieion, ou Amastris comme base, mène vers le nord en direction de la Chersonèse Taurique : cette route est apparemment inconnue tant d'Hérodote que du Ps-Skylax. Ce dernier, bien qu'il signale le cap Kriou Metôpon comme promontoire méridional de la Taurique et comme point de repère sur la route directe qui mène du Bosphore de Thrace à Panticapée, n'indique pas que le Karambis est son vis-à-vis.

  • 420 Κύτωρος. A.R. 2.942 ; τò Κύτωρον. Str. 12.3.10 : Tò δὲ Κύτωρον ἐμπόριον ν ποτε Σινωπέων, ὠνόμαστ (...)

144— Kytôris est plus généralement Kytôros, ἡ Κύτωρος, semble-t-il, à l'époque byzantine. Le texte devrait être corrigé dans ce sens, si une entrée du Ps-Zonaras ne laissait penser que la finale est originale420. C'est l'un des trois ports naturels sur la côte nord de la Turquie, et il est régulièment décrit, par exemple parTaitbout de Marigny :

  • 421 Taitbout de Marigny 1830. 22. HP. 32 : “Sütlüce (Gideros Limam), 41°51.9Ν 32°51.5Ε. Difficile à ide (...)

“A 30 milles E-N-E d’Amasra, à l'E, d'une haute montagne que les Turcs appellent Tepéfoulla, et au pied d'une autre qui a la forme d'un pain de sucre, se trouve le mouillage de Kitros. 11 est petit et resserré à son entrée par un rocher qui défend un peu les navires des lames venant du large. Le N. en est le traversier”421.

  • 422 Str. 12.3.10.
  • 423 Taitbout de Marigny 1830, 21-23.

145— Sèsamos est devenue à l'époque hellénistique T “acropole” d’Amastris, par “le synoecisme de quatre établissements (κατοικιῶν). Sèsamos. Kytôron et Krômnè (ἔκ τε Σησάμου καὶ Κυτώρου καὶ Κρώμνη)... le quatrième étant Tion (τετάρτῆς δε τῆς Τίου)”422. C'est un site portuaire remarquable formé de deux presqu’îles reliées par une chaussée, et d'une île accolée423. L. Robert soulignait la valeur de son port :

  • 424 Robert 1980, 162-163. Amastris est décrite par Str. 12.3.10 et par une notice très complète d'Eusta (...)

“[Il est abrité par] les deux promontoires rocheux qui portent la ville et assurent ainsi la formation de deux petits ports sûrs, l'un l'Ouest, l'autre à l’Est. Ces doubles ports sont d'une valeur particulière pour la navigation à la voile, et l'antiquité les a souvent marqués par ses sites urbains les plus beaux et les plus idéals.... C’est le λιμὴν ἑκάτερθε πόληος de l'Odyssée. On a ici un exemple remarquable pour la topologie d’une colonie grecque”424.

  • 425 Ehrhardt 1983, 53. Schol. ad A.R. 2. 941-942 ; “Elle reçut son nom à l'origine du fait que les <lacune> reç</lacune> (...)
  • 426 Cf. n.414.
  • 427 Polyen 7.21.2 (Datâmes).

146Ehrhardt fait de Sèsamos une fondation milésienne et, à côté des versions légendaires qui attribuent sa fondation à Phinée, une scholie aux Argonautiques en fait une fondation carienne425. Mais ses monnaies n’apparaissent qu'au ive s. a.C.426. C'est une période à laquelle Sèsamos profite peut-être des problèmes de Sinope pour tenter d'en secouer le joug, puisque Datamès utilise le prétexte d'une expédition contre Sèsamos pour obtenir l'aide des Sinopéens – et l'utiliser contre eux ensuite : il fallait aux Sinopéens un très grand désir de se débarrasser de Sèsamos pour prendre le risque d'armer un ennemi aussi dangereux427. Si l'on met en parallèle la mise en place de la route directe par le Karambis à partir du ive s, a.C., route qui rend inutile l'escale à Sinope, située plus à l'est, avec le développement de Sèsamos et des ports paphlagoniens, l'agressivité des Sinopéens trouve sa pleine justification.

  • 428 Sur le Parthenios (Bartin Su) et sa vallée, l'utilisation de son embouchure comme port et les expor (...)

147— Le Parthenios est le plus célèbre des fleuves sur cette côte, et son estuaire offre un port recherché, aujourd'hui port de guerre de la marine turque428.

  • 429 Robert 1937, 272-276 ; carte p. 270. fig. 2 : von Diest 1889. 74-75 repère l'enceinte de la ville à (...)

148— Tieion, aujourd'hui Hisarônü, se trouve à quelques kilomètres à l'ouest de l’estuaire du Billaios (Yenice Irmagi). La cité se détache assez rapidement du synoecisme d'Amastris, et il est vrai que le Billaios représente une sorte de frontière “naturelle” pour tout le territoire qu'il délimite et que Tieion est en dehors de ce terroir. Le port quelle s'était bâti, dont il reste quelques vestiges au pied de l'acropole, est situé dans une rade assez mal protégée des vents de nord-ouest, malgré ce qu'en écrit L. Robert429. Les habitants de Tieion utilisaient sans doute le Billaios comme port principal : la carte de L. Robert montre que la route ancienne vient à la rencontre du fleuve en contournant l'éperon qui porte le promontoire ; le fleuve est navigable sur 20 km, les monnaies qui figurent le Billaios portent la proue de navire caractéristique, et la barre qui “rend pénible l'entrée dans le Billaios”, ne l'était pas forcément autant dans l'Antiquité. En revanche, en évitant l'estuaire et ses marécages, la cité avait peut-être choisi un site moins insalubre.

Sites identifiables

  • 430 Ar.Byz., Epit.. 2. 371 : Ἐν Κολούσυις δὲ τῆς ρκαδίας. Hsch..s. κολοῦσθαι κολοβοῦσθαι ; Schol. ad A (...)
  • 431 Ce qui m'a amené à écrire Κολοῦσσα sur le modèle d'Oφιοῦσσα, p. 73. Cf. Dion 1977. 26-29. Voir tout (...)
  • 432 Mela 1.19.104.
  • 433 Taitbout de Marigny 1830, 23 : “Depuis le cap Kérempé jusqu'au cap Indjé, on compte 75 milles. La c (...)

149— Koloussa ne porte pas un nom extraordinaire pour un toponyme : le grammairien Aristophane mentionne un lieu d'Arcadie du nom de Κολούσοι430. Le verbe peut s'appliquer à une diminution (un rétrécissement, ou une langue de terre en pointe, un cap ?), et un toponyme de ce nom n'aurait rien de surprenant dans la région : ce serait un autre toponyme en-oussa, ou-ousa, dans les environs de Sinope, toponymes qui semblent jouir d'une certaine faveur dans le monde ionien, pour des îles en particulier431. Seul Mela, toujours proche du Périple sur cette portion de la côte, mentionne Collyris entre Κίνωλις et Armenè432. Entre Kinôlis et Stephanè se trouvent quelques caps dont le plus important est l'Ayandon Burnu, jadis Haghi'Antonios433. Koloussa aurait pu s'y abriter, sur le site de ce qui est aujourd'hui Türkeli, et où Hommaire de Hell notait :

  • 434 Daussy 1859, 86. Hommaire de Hell 1854, 343 y reconnaît des ruines du Bas-Empire, “un tronçon de co (...)

“Gelesou Bournou. cap saillant, escarpes au delà de la côte dans une vaste courbe dont Aï-Antone occupe le point extrême ; toujours les pentes douces, la culture, ou vignes jusqu'à la mer, et la plage de gravier ou de sable... Petite gorge : scierie ; brick en construction ; Aï-Antone Skelessi, une douzaine de maisons y compris le village du même nom”434.

  • 435 Il y a une Korôneia (Κορώνεια) en Béotie, une Korônè (Κορώνη) en Messénie : Korônis est aussi un no (...)
  • 436 Le port moderne de Kinolis est Konakli liman, 41°58'N 34°10'E, qui dans son état de 1993, offrait u (...)

150— Müller a vraisemblablement raison de penser que Κορωνίς est la Κίνωλις historique. Le toponyme est commun, l'existence de ces similitudes suffit à expliquer l'erreur du copiste, et le passage de ΚΙΝΩΛIС. à ΚΟΡΩΝIС peut s'être fait en plusieurs temps435. Le site de Kinôlis présente à la fois deux belles anses de part et d'autre d’un promontoire et une portion de côte où les montagnes s'abaissent un peu pour laisser place à des collines moins austères436.

  • 437 Dans le Périple, λιμήν est souvent placé avant le mot auquel il est apposé dans des constructions s (...)

151— Psylla est vraisemblablement Limèn Psylla ; on pourrait estimer que Tieion est désigné comme πόλις καὶ λιμήν mais je préfère construire : Τίειον πόλις Ἑλληνίς, ml Λιμὴν Ψύλλα437. Le nom fait écho aux Phteirophagoi et autres Ψωρῶν Λιμήν de la région de Trapezous, § 85. Le site est placé à 90 stades à l'ouest de Tieion par Ménippe et Arrien et diversement défini comme emporion ou comme chorion. Psylla devait être une échelle à l'ouest de Tieion, entre Türkeli et Kilimli, où Hommaire de Hell en relève plusieurs : Türkeli, Kebu Dere ( ?), Çatalagzi. Küçükaves Skelessi.

152— Le Kallichôros pose un intéressant problème. Le toponyme est ignoré par Ménippe, Arrien et Eux., mais mentionné par Apollonios (et ses imitateurs) sous la forme Καλλιχόρυς :

  • 438 A.R. 2.901-910.

“En peu de temps, ils sortirent de l'Achéron à la rame ; puis, se confiant au vent, ils hissèrent la voile et, toute voilure dehors, ils voguaient de l'avant au loin, par belle mer. Ils longèrent bientôt les bouches du fleuve Kallichoros (Καλλιχόροιο παρὰ προχοὰς ποταμοίο) où, dit-on, le fils Nyséen de Zeus, quand il eut quitté les peuples de l'Inde pour s'installer à Thèbes, célébra les orgies et institua les danses devant un antre, demeure où il passait ses nuits à de terrifiants mystères : de là vient que les habitants d'alentour ont surnommé le fleuve Kallichoros (fleuve des belles danses) et l'antre Aulion (la demeure)”438.

  • 439 Vian & Delage 1976 ad loc. : Arr., Per.M.Eux, 13.4-5 et Müller ad loc (GGM, I. p. 384).
  • 440 Entre l'Oxinas et Psylla, il y a 180 stades pour Arrien. 90 pour Eux.. 8V 14-15 (§ 13 Müller). et 9 (...)

153Apollonios lie donc le Kallichoros à Dionysos et la présence de Dionysos à son retour triomphal de l'Inde, ce qui n'a rien de surprenant à l'époque hellénistique. Le scholiaste d'Apollonios assimile le Kallichoros à l'Oxynôn, un autre nom de l'Oxinas, fleuve dont l'estuaire se trouve à 210 stades d'Héraclée. Arrien signale d'autre part un lieu nommé το Μητρῷον, dont Eux, écrit qu’il est το νῦν λεγόμενον Αὔλιον, et qui pour F. Vian est l'Aulion, rattaché au Kallichoros par Apollonios. Mais Arrien ne mentionne ni l'Aulion ni le Kallichoros, et Müller est beaucoup plus prudent439. Το Μητρῷον, à 80 stades à l'est d'Héraclée, est à 140 stades à l'ouest de l'Oxinas (185 pour Eux.)440. La distance est bien grande pour que les deux lieux soient unis dans le même culte. En fait, le scholiaste et Eux. (qui travaillent dans le même cercle) tentent tous deux de localiser les lieux mentionnés par Apollonios en utilisant les textes dont ils disposent et n'ont pas à jouir d'une autorité particulière.

  • 441 Robert 1980, 181-183 et 188. Les distances sont celles d’Arrien.
  • 442 Robert 1937, 275 n. 3 ; 286. Cf. Robert 1980, 178 : “Aussi l’image de Dionysos apparaît-elle souven (...)
  • 443 Call., h.Cer., 15. Déméter vient s'installer au Καλλίχορον φρέαρ, Apollod., Bibliotheca, 1.5.1, et (...)

154L'identification du Kallichoros avec l'Oxinas est inacceptable parce que le Périple place ce fleuve à la frontière entre le territoire de Tieion et celui des Mariandynoi, c'est-à-dire d'Héraclée ; or la frontière occidentale de Tieion est logiquement à rechercher du côté de Krènides (Kilimli) selon L. Robert441. Krènides se trouve à 150 stades à l'est de l'Oxinas, à 90 à l'est de Sandarakè, et à 30 stades seulement à l'ouest de Psylla. Le Kallichoros du Périple : est donc à chercher dans les environs immédiats de Psylla et pourrait être un des fleuves côtiers de Kilimli ou Zonguldak. Son lien avec Dionysos est justifié à Tieion qui reconnaît ce dieu comme κτίστῆς et le fait figurer sur les monnaies de la cité à l'époque impériale442. Mais l'expédition en Inde est un épisode relativement tardif, et Dionysos pouvait être associé à d'autres cultes ; il existe par exemple un Kαλλίορος attique lié à Eleusis et ses mystères depuis Homère, qui l'est toujours chez Callimaque443. L'existence d'un Αὔλιον ἄντρον dans le contexte d'un tel culte n'aurait rien de surprenant.

  • 444 Robert 1980. 189-190 : “Ces noms pourraient avoir été sinon créés, du moins adaptés pour justifier (...)

155Faut-il pour autant corriger le texte du manuscrit de Καλλίχωρος en Καλλίχωρος ? Même si les habitants de Tieion (et de cette partie de la côte) avaient du goût pour les noms qui évoquent la patrie grecque, nous n'avons pas la chance de disposer pour le Kallichoros des monnaies qu'à commentées L. Robert pour le Ladônou le Billaios444. Faute d'élément matériel on en est réduit aux hypothèses : le Kallichôros aurait aussi pu être “Bel Endroit et l'association au Kallichoros attique ou à Dionysos vainqueur des Indes, ne venir qu'après coup.

156— La présence de ces toponymes qui apparaissent pour la première fois et dont deux disparaissent ensuite des géographies, et la mention de Karambis comme polis et non comme cap, déterminent un créneau chronologique assez étroit entre la seconde moitié du ve et le début du ive s. a.C., moment qui correspond à la présence athénienne, ce qui pourrait expliquer certaines caractéristiques de la description de la Paphlagonie. Celle-ci est traitée comme une unité séparée de l'Assyria (à laquelle est rattachée Sinope) mais aussi des Mariandynoi et d'Héraclée. Le territoire d'Héraclée est le plus limité à l'est de toute son histoire. Le Périple signale six polis Ellènis et deux limen, ce qui est beaucoup pour une région aussi reculée, et qui évoque une autre région atypique dans le Périple, la côte pontique entre Trapezous et la Colchide. Si le Périple a un sens politique, il pourrait signaler l'existence de cités indépendantes dans une région disputée par la suite entre Sinope et Héraclée. Certaines sont récentes, et pourraient avoir été fondées sous l'impulsion d'Athènes tentant d'assurer sa présence sur des parties de la côte encore inoccupées par les précédents colonisateurs. C'est aussi le moment où la route directe du Karambis au Kriou Metôpon entre en activité, route qui devait être du plus grand intérêt pour les flottes athéniennes à destination du Bosphore : des échelles situées à proximité du cap y trouvaient toute leur importance. Le retrait des Athéniens explique peut-être l'hostilité et l'inquiétude des Sinopéens à l'idée de voir Xénophon et les Dix Mille fonder une cité sur la côte pontique au moment où ils entrevoyaient la possibilité de reconquérir le terrain perdu.

4.11. Mariandynoi. Bithynie

Les § 91-92

Texte retenu

157Μαριάνδυνοι. Μετὰ δὲ Παφλαγονίαν. Μαριάνδυνοι εἰσιν ἔθνος. Ενταῦθα πόλις ἐστὶν ράκλεια Ἑλληνὶς καὶ ποταμòς Λύκος καὶ ἄλλος ποταμòς πιος. Βιθυνοί. Μετὰ δὲ Μαριανδύνους εἰσὶ Θρᾷκες Βιθυνοὶ ἔθνος, καὶ ποταμός Σαγάριος καὶ ἄλλος ποταμός Ἀρτώνης καὶ νῆσος Θυνίας· οἰκοῦσι δ'αυτήν οἱ Ήρακλεῶται, καὶ ποταμός ῆβας. Εἶτ’ευθύς Πόρος καὶ τò προειρημένον Ιερòν ἐν τῷ στόματι τοῦ Πόντοῦ καὶ Μετὰ τοῦτο πόλις Καλχηδῶν ἔξω Θράκης, μεθ'ᾓν ὁ κόλπος ὁ Όλβιανός. Παράπλους ἀπò Μαριανδυνῶν μέχρι τοῦ μυχού τοῦ κόλπου τοῦ Όλβιανοῦ τοσαύτῇ γάρ ἐστιν ἠ Βιθυνίαν Θράκη, ήμερων τριῶν. Ἀπò δὲ τοῦ στόματος τοῦ Πόντοῦ ἕως τò στόμα τῆς Μαιώτιδος λίμνης, παραπλήσιος ἐστιν ὁ πλοῦς, ὅ τε παρά τὴν Ερώπην καὶ τὴν Ἀσίαν.

Apparat

158Βιθυνοί : Βιθυνοί D ; Ἀρτώνης : Ἀρτάνης Müller ; Παρθένιος : Παροίνιος D ; Θυνίας : Θυνιάς Müller ; οί ρακλεῶται : Οἱρακλεῶται D. ρακλεῶται Müller ; Πόρος : ὁ πόρος Müller ; ‘Ιερòν : ίερόν Müller; Καλχηδῶν : Καλχιδῶν D ; Μαριανδυνῶν : Μαρσανδυνῶν D ; ἕως : ἕως <ἐπί> Müller.

Traduction

159(§ 91) Mariandynoi. Après la Paphlagonie, il y a le peuple des Mariandynoi. Là se trouve la cité grecque d’Héraclée, le fleuve Lykos, et un autre fleuve, l'Hypios. (§ 92) Bithynoi. Après les Mariandynoi, il y a le peuple thrace des Bithynoi, le fleuve Sagarios et comme autre fleuve, l'Artônès, l'île de Thynias (elle est habitée par les Héracléotes), et le fleuve Rhèbas. Immédiatement après vient le Détroit et Hieron déjà nommé qui se trouve à l'embouchure du Pont, et après cela la cité de Kalehèdôn, hors des limites de la Thrace ; après quoi vient le golfe d'Olbia. La navigation depuis les Mariandynoi jusqu'au fond du golfe d'Olbia, car telle est l'étendue de la Thrace des Bithynoi, est de trois jours. Depuis l'embouchure du Pont jusqu'à l'embouchure du lac Méotide, la durée de navigation est identique le long des côtes d'Europe et d'Asie.

Notes

  • 445 Cf. Robert 1963, 536-538.

160Σαγάριος est proche de la forme indigène du nom et doit être conservé445. Καλχιδῶν figure évidemment pour Καλχηδῶν.

D'Héraclée à la frontière de Mysie

  • 446 Cf. p. 70-71.

161Le trait marquant de ces deux chapitres du Périple est leur pauvreté, au regard des chapitres voisins comme la Paphlagonie, ou ceux qui vont être consacrés à la Phrygie, la Troade ou la Lydie. Le fait que les deux régions d'Héraclée et de Bithynie soient largement barbares ne suffit pas à expliquer le silence du Périple, en particulier sur le passage Bosphore, à peine mentionné avec Kalchèdôn446.

Héraclée et tes Mariandynoi

  • 447 Burstein 1976, 4-6 pour cette description du site et du port d'Héraclée et 7-11 pour les Mariandyno (...)
  • 448 Sur l'étendue de ses rapports avec Athènes, cf. Burstein 1976, 30-42.
  • 449 Burstein 1976, 123 n. 65 : “[Ménippe. Arrien et Eux. ] list a string of emporia and anchorages for (...)

162Le territoire des Mariandynoi est en fait celui d'Héraclée, nouvel exemple de nom de peuple utilisé pour caractériser une région géographique. Héraclée est à un jour de navigation du Bosphore et à deux de Sinope ; le cap Baba (la péninsule Achérousienne) protège la baie du noroît et en fait un des bons ports de la côte méridionale ; trois vallées, celles du Lykos, du Kalès et de l'Hypios mènent vers Héraclée, mais sont impossibles à emprunter sans le consentement des Héracléotes. Le terroir agricole est particulièrement riche, la côte est favorable à la pêche au thon, et de nombreuses mines se trouvent à proximité447. Ce chapitre est donc bien bref pour la plus importante des cités pontiques aux ve et ive s. a.C., que ce soit avant ou après l'installation de la tyrannie de Cléarque448. Le PsSkylax ne mentionne par exemple aucun des établissements que connaissent les périplographes des siècles suivants449.

  • 450 Voir par exemple Delage 1930, 144.
  • 451 Burstein 1976, 100 n. 64.
  • 452 Voir l'étude de L. Robert 1980, 11-128.
  • 453 Burstein 1976. 28 : “Although the initial Heracleote victory may have extendcd the city's territory (...)
  • 454 Ptol., Geog.. 5.1.3. On y a trouvé une borne frontière, Burstein 1976. 1 15 n. 63. Sur le conflit a (...)
  • 455 Périodes, F34 Marcotte. Hommaire de Hell 1834 signale la présence de citernes, “l'eau ayant dû être (...)
  • 456 Burstein 1976, 135 n. 6 et p. 68-69 : “Ps-Skylax refers to the existence of a Heracleote seulement (...)

163Peut-on au moins déterminer l'extension du territoire d’Héraclée ? Le Lykos arrose la ville450. La frontière orientale du territoire d'Héraclée est plus proche de la cité qu'à la fin du ive s. a.C., où elle touche au Billaios451. L'Hypios (le Melen Su) est à 350 stades a 1 ouest d'Héraclée : la région de l'Hypios a été conquise dans le courant du ve s. a.C. par les Héracléotes qui y ont fondé Kieros, devenue Prusias (Düzce), dans un bassin du lleuve à l'intérieur des terres. L’existence de Kieros est attestée au ive s. a.C., et son absence du Périple pourrait être un indice chronologique si ce silence ne pouvait s'expliquer par la situation continentale de Kieros, que 38 km séparent de la côte par la route (qui mène à Akçakoça)452. Mais l'embouchure de l'Hypios sert de port à Akçakoça et l'existence de ce port suffit à expliquer la mention du fleuve. Burstein veut que la frontière du territoire d'Héraclée soit plus à l’ouest encore, au Sangarios, s'appuyant sur le fait que Xénophon s'embarque à Héraclée avec son corps d'armée pour aller ἐπὶ τὰ ὅpια τῆς Θρᾳκης καὶ τῆς ρακλεώτιδος καὶ διὰ μεσογείας ἐπορεύετο, et qu'il ne fait pas mention du Sangarios : mais on imagine mal les Héracléotes, qui veulent se débarasser des Dix Mille au plus vite, déposer les troupes de Xénophon ailleurs qu'en territoire bithynien453. Le Périple fixe en fait la frontière occidentale du territoire d'Héraclée entre le Sangarios (situé en Bithynie au paragraphe suivant) et l'Hypios, sa frontière à l'époque impériale, dans une région effectivement disputée entre Bithyniens et Héracléotes à cause des mines de fer du Çamdag454. Le territoire héracléote du Périple correspond donc à celui du dernier quart du ve s. a.C. Engagée dans la politique politique d’abord, avec sa lutte contre les Spartokides pour la défense de Thcodosia, puis dans les luttes civiles qui débouchent sur la prise de pouvoir de Cléarque en 364, puis pour sa survie dans les convulsions régionales pendant les guerres satrapiques, Héraclée n'a pas encore entrepris d'étendre son territoire vers l'ouest (en dehors de la tentative malheureuse de Cléarque sur Astakos). La proximité de sa frontière orientale serait en accord avec une certaine forme de pression athénienne pour s'établir sur la partie paphlagonienne de la côte. Ce n’est qu’à la génération suivante, avec Dionysios, que le territoire d'Héraclée atteint Kytôros. Quant à Thynias, mentionnée en Bithynie, c'est une position héracléote depuis le milieu du ve s. a.C., Burstein pense, d'après les restes architecturaux, que la polis à laquelle fait allusion la Périodes a été établie à l'époque hellénistique : on voit mal en effet une cité s'établir dans l'île sans disposer du territoire qui lui fait face, puisqu'elle est dépouvue d'eau selon Hommaire de Hell455. Elle pourrait donc être contemporaine de l'expansion héracléote au Rhébas456. Mais le Périple n'indiquant qu'une présence héracléote, il décrit un état bien antérieur à la fondation de la cité.

Bithynie

  • 457 Sur ce passage, voir la discussion p. 27-28.
  • 458 Pour une mise au point sur la Bithynie à cette époque, voir Debord 1998.

164Le passage par la Bithynie est encore plus rapide que celui consacré au territoire d'Héraclée, puisqu'en dehors de Thynias et des trois Meuves que sont le Sagarios, l’Artônès, d'ailleurs mal localisé, et le Rhébas, le Ps-Skylax est muet : la Bithynie est une zone blanche de sa carte politique457. L'hostilité des Thraces n'y est pas étrangère, et le livre VII de l'Anabase laisse une impression similaire, sinon que le Ps-Skylax semble le seul à ne pas avoir entendu parler de Kalpè458 Les trois fleuves qu'il signale sont des étapes sur la route d'Héraclée en territoire hostile. Le Rhébas est l'escale habituelle au sortir du Bosphore, sans doute l'une des raisons de sa popularité chez les géographes, assez insignifiant selon Tournefort :

  • 459 Tournefort 1717. II. 177 ; sur le contexte, cf. p. 51. Un siècle plus tard, son intérêt d'escale a (...)

“Le Riva, que je viens d'appeler une rivière, n'est pourtant qu'un ruisseau large à peu près comme celui des Gobelins, tout bourbeux, et dont l'embouchure peut à peine servir de retraite à des bateaux”459.

  • 460 Voir supra, p. 37-38.

165Quant à l'Ἀρτώνης, c'est sans doute l'Ἀρτάνης mentionné par Ménippe, Arrien et Eux., à 300 stades à l'est du Rhébas, et à 270 à l'ouest de Kalpè en face de quoi se trouve Thynias : c'est une embouchure de fleuve, avec un îlot, et un port pour les petits bateaux ; Arrien y situe un temple d'Aphrodite. Il est à peu près certain qu'il s'agit du même lieu, mais il y a contradiction entre les périplographes, puisque le Périple est le seul à le situer à l'est de Thynias, si l'on suit sa progression vers l'ouest. Celte erreur pourrait être le résultat d'une erreur de réinterprétation d'une source dextrogyre à la façon de Ménippe, Arrien ou Eux. C'est plus vraisemblablement une ambiguïté liée à la transformation de la source en périple460.

Bosphore et Propontide

  • 461 Cf. Debord 1998,141.
  • 462 Voir par exemple, p. 73.
  • 463 Cf. Debord 1999.91.

166Le passage par le Bosphore est traité de façon tout aussi expéditive ici qu'au § 67, et, bien que les deux passages se fassent écho (τò προειρημένον ερòν renvoie à ερóν), ce qui montre qu'ils sont originaux, le Ps-Skylax semble s'être désintéressé de la question. L'absence d'Astakos, la mention du golfe d'Olbia nous situe après 435, date de sa refondation par les Athéniens461. Le fait que le paraplous qui marque la sortie du Pont, au § 92, relie le territoire d'Héraclée au golfe d'Olbia alors que le paragraphe est consacré à la Bithynie, suggère la présence d’un périple héracléote parmi les sources du Ps-Skylax462. Quant à l’expression Καλχηδῶν ἔξω Θρκης, Peretti, d'après une hypothèse de Müller, propose la correction Καλχηδῶν ἔξω τοῦ πόρου τῆς Θρκης, inutilement, sans doute : le Ps-Skylax, détache Kalchèdôn de Thrace, probablement parce qu'elle est à cette époque réunie à Byzance, donc en dehors du territoire de la Thrace qu'il décrit463. La remarque est curieuse, mais, on l'a vu, l'ensemble du paragraphe est atypique.

167Le paraplous qui termine le passage est construit de façon habituelle pour ce type de périple récapitulatif, et tel qu'on le trouve ensuite pour la suite du périple égéen. Quant à la remarque finale sur la similitude des durées de navigation par la gauche et par la droite du Pont, leur imprécision même est un signe d’ancienneté qui doit la faire attribuer à l’auteur du Périple.

Notes

193 Sur ce texte, cl. Marcotte 2000, p. xxxviii.

194 Le lieu-dit est mentionné par les écrivains byzantins, par exemple Procope. Sur Anaplous à l'époque byzantine, cl. Dion.Byz., F32 (GGM, II. 38-39). De vico Micliaelio et de promontorio appellato Hestiis. Les références sont nombreuses, en particulier Procope, De Aed.. 1,8 à propos des travaux entrepris par Justinien.

195 La largeur du détroit à Hieron est de 4 stades pour Hérodote 4,85 et Strabon 2.5.23 ; de 5, pour Polybe 4.43 et Strabon 7.6.1. Sur le rôle de Hieron dans le commerce pontique, cf. Bresson 2000. 131-149.

196 Cf. Price 1993, SNG, pl. x, no 265-288, monnaies de Mesembria à partir du Ve s. a.C., ethnique ΜΕΣΑΜΒΡΙΑΝΩΝ ou METAMBRIANON : no 289-300, monnaies de la tin du iiie s. a.C., ethnique ΟΔΗΣIΤΩΝ.

197 Nawotka 1997, 3-4 pour la description de la région et de son climat, et Coja 1990, 166, pour son histoire. Sur la présence scythe. et en particulier le rôle d’Atéas. cf. Gardiner-Garden 1989, monnaies d'Atéas à Kallatis vers 353-347 : Atéas réclame un tribut à ce qui semble être Bizone ; Apollônia sert d'intermédiaire dans les négociations avec Philippe ; les remparts d'Istros pourraient avoir été détruits, soit par les Scythes, soit par Philippe en 339. Sur les monnaies d'Atéas. voir la synthèse de Stoljarik 2001.

198 Contra. Burstein 1976. 111 n. 16 invoquait une coupe athénienne de la fin du Ve ou du début du ive s. a.C.. ce qui n'est pas probant. La description du site p. 25 cadre d'ailleurs avec un site portuaire de “deuxième choix” : “The site choosen by its oikistès...allows no doubt that it wax land and not trade lhat attracted ils Heracleot colonists... Callatis had the poorest location of any of the west Pontic cities to exploit tlieir opportunities, since il neither possessed a sat'e anchorage... nor controlled any significant trade road to the interior. Although Callatis drew sonie advantage front the Coastal trade. it was clearly the rich harvests promised by the hlack-earth steppe country, a promise whose fulfillment is évident front the ear of wheat and the head of Demeter that appears on her coinage, that determined the site of the colony”.

199 Sur ces sites, cf. Hind 1983-1984, 71-75 : Hind 1992-1993, 82-90, qui en mentionne d'autres, de moindre importance, mais du Ve s. a.C. eux aussi, écrit par exemple à propos d'Orgamè, 90 : “Orgame-Cape Dolojman... was a sub-colony of Istros or a mixed seulement of Greeks and Getai... Al least twelve settlements are known to have existed on the sea coast and on the estuaries of the E. Dobrogea by the sixth BC. Orgame, where H. Greek pottery of the 7th-6th century BC lias been found is supposed to have had a special trading role as an emporion.L'hypothèse que l'actuelle Ahtopol est une fondation péricléenne est acceptée par exemple par Fossey 1999. 38. Elle est décrite par Hommaire de Hell 1854. 151-152. Le Périple est donc d'une extrême pauvreté.

200 Hind 1983-1984 : “Front the earliest period there is little but Chiot wine amphorae of the early 5th century BC take the archaeological record back, perhaps, to the first or second génération of settlers... The earliest burials were of the 4th century. Contra, Nawotka 1997, 18, pour qui les six tribus du système politique renvoient à une fondation milésienne et une refondation athénienne au ve s. a.C.

201 Arnaud 1992 et 1993.

202 Baladié 1989, 21 relève par exemple que dans la même région, Strabon, compilant Artémidore dont le périple était sinistrogyre, fait un certain nombre d'erreurs dans la position relative des cités.

203 Sur cet itinéraire, voir supra, p. 44.

204 Cf. Hind 1998 et, sur le rôle d'intermédiaire de Mégare dans le commerce en Grèce. Bresson 2000. 126-127.

205 Il n'y a aucune autre confusion dans le manuscrit de TYP et TPI, et aucune de NEO et NIK. Le copiste a pris les NEONEOI, ou quel que soit leur nom, pour un peuple barbare de la région. Sur l'accentuation d'Ophioussa. cf. Chantraine 1968-1980. 842.

206 CF, 93 : Κίος πόλις κα Κίος ποταμός.

207 Hdt. 4.51. Σκυθικὴν καὶ τὴν Νευρίδα γῆν ἐπὶ δὲ τῷστόματι αὐτοῦ κατοίκηνται λληνες, οἳ Τυρῖται καλέονται. On admet d'ordinaire que l'ethnique garantit l'existence d'une cité de ce nom. Mais comme pour les Borysthenitai d'Hérodote à l'embouchure du Boug, la cité de Tyris est introuvable et quand elle commence à frapper monnaie (voir ci-après), elle se nomme Tyras. Je serais d'avis que les Tyritai d'Hérodote, comme scs Borysthenitai, sont plus généralement les Grecs dont les établissements (quel que soit leur nombre et leur statut) sont installés le long du Meuve. Même point de vue, Hind 2002, 44.

208 Plin., Nat. 4.82 ; St.Byz., s. Τύρας.

209 Str. 7.3.16 : Ἀναπλεύσαντι δὲ ἑκατòν τετταράκοντα σταδίους ἐφ' ἑκάτερα πόλεις, μὲν Νικωνία δ' ἐν ἀριστερ Ὀφιυῦσσα. La suite est discutée.

210 Eux.. 13V22-26 (§ 61-63 Müller), situe Νικóνιον χιορίον à 30 stades de l’embouchure du Tyras, sans doute à partir de Ménippe de Pergame : Nikônion a perdu son statut de cité à l'époque de Ménippe (contemporain de Tibère), mais a conservé des habitants. Sur ces cités désertes, cf. Robert 1951, 46.

211 Sekerskaya 2001.69. Voir Treister & Vinogradov 1993, 531-533 : Hind 1992-1993, 92 : “The economy of Nikonion may well have been geared to at least sonie exports of grain ; the 200 grain-storage pits found are estimated to have catered for much more than local needs”... Mais la ville, malgré sa fondation fin VF-début Ve s. a.C.. n'a jamais eu son propre monnayage, et la seule mention épigraphique de son nom a été trouvée sur la base d'une statue du milieu du iiie s. a.C.. trouvée à Tyras. Sekerskaya 2001,87.

212 Cf. Price 1993, SNG. pl. xii, no 334-349 : monnaies de Tyras. à partir de 350 a.C. TYPAN, et surtout, no 336 : TYPANON. Hind 1992-1993, 91 : “The siIver coins of Tyras of the mid-4th Ct. BC are the lirst signs of a city in Belgorod”... La rubrique d'Étienne de Byzance semble rendre compte de l'évolution. Tύρας, πόλις καὶ ποταμòς ἐν τῷ Εὐξείνῳ πόντφ. Καὶ ἔδὲι παρὰ τòν Τύραν Τυράτῇν εἶναι τò εθνικόν. Έστι καὶ Τυρίτῆς ἀπò τοῦ Τύρις. δὲ πολυίστωρ τòν ποταμòν καὶ τὴν πόλιν Τύραν. τοὺς δὲ πολίτας Τυρανούς. Εκαλεῖτο δ' 'Οφιοῦσσα. La région se nomme Τυρίτῇ ou Τυρική (Poseidonios d'Olbia écrit FGrHist 279F1 un traité Περί τῆς Τυρικῆς καλούμένης χώρας), la cité Tyras et ses habitants sont les Τυρανυί, ce qui est confirmé, donc, par les monnaies et par un inscription de Kullatis (base d'une statue du musée de Mangalia, no 422) en l'honneur d'un citoyen de Tyras. Τυρανόν. que Pippidi 1975, 123 date du iiie s. a.C. Mais cela ne permet pas pour autant de dater la naissance de la cité : la fixer au IVe s. a.C. interdit la reslitution Τύ[ρας]. ATL. A9 = IG, I3, 71. 163.

213 La localisation de Tyras sur le site de l'ancienne Akkerman. Belgorod-Dnestrovskii, est admise. La présence de matériel de la fin du vie-début ve s. a.C. atteste l'occupation ancienne du site, peut-être sous le nom d'Ophioussa. Samoylova 2001.91 souligne l'importance du commerce athénien avec la région aux ve-ive s. a.C.

214 Cf Nawotka 1997, 39-55, et sur Tyras, Samoylova 2001.94-101, part. 96 où elle évoque la destruction des fortifications de Tyras dans la seconde moitié du iie s, a.C. : “Most likely Tyras also fell victim to invasion by the Bastarnae”. Rien à ce sujet dans la description du développement de Tyras chez Kleiman 2001, 64 : “The city originally occupied only the western part of the cape...During the city heyday in the second half and at the end of the 5,h century BC the north-eastern part of the cape was incorporated. [By the 4th c. BC] the whole of the northern part of the cape was enclosed”.

215 Str. 7.3.16 : O δὲ προσοικοῦντες τῷ ποταμῷ <ὁμώνυμον> πόλιν φασὶν ἀνιόντι ἑκατòν καὶ εἴκοσι σταδίους.

216 Arr., Per.M.Eux., 20 ne mentionne qu'une côte déserte (Tὰ δὲ ἐν μέσω ἔρημα καὶ ἀνώνυμα). Silberman 1995 cul loc. ρ. 59. émet l'hypothèse qu'Arrien utilise une source du ier s. a.C., une époque où les cités du Pont gauche avaient pour une part été ruinées par les Gèles (il renvoie à Dion Chrys.. Or. 36, 1-2, confirmé par les archéologues, Wasowicz 1975, 111 et 120).

217 Voir la discussion dans Müller 1983 ad Ptol. 3.10.8-9, p. 469-471, analyse générale des sources.

218 Cf. Wasowicz 1975. et, plus récemment. Vinogradov et al. 1990. Kryjitskij 1993 et Solovev 1998, 224 : “Despite the réduction of its agricultural hinterland, the polis of Olbia achieved considérable success in bot h the economie and political spheres... [due to] the political sensitivity and diplomatie flexibility of the authorities of Olbia. who appear to have been able to chart the best possible course for co-existing peacefully with the war-like nomads (possibly by accepting a protectorate exercised by one of the Scythian rulers”.

219 Kerkinitis est encore une cité indépendante au milieu du ive s. a.C.. mais est absorbée par Chersonèsos vers 325, Vnukov 2001.

220 Dans la même région, Hécatée, outre Kerkinitis (Καρκινῖτις), IF184-190, mentionnait une autre cité en Scythie d’Europe. Καρδησσός, et énumérait des peuplades scythes (Ήδοί, σηπος, Ματυκέται. Μυργέται) dont il ne reste trace ni chez le Ps-Skylax, ni chez Hérodote. Il mentionne également, F 185, les Melanchlainoi sur lesquels je reviendrai infra.

221 Respectivement § 14, 22. 62. Sur ces questions, voir supra, p. 34-36.

222 Cf. Zograph 1977. 262.

223 Eux.. 12R16-17 (§ 50 Müller).

224 Eux.. 12V10 (§ 52 Müller) et 11 R6-7 (§ 44 Müller). Ar., Th.. 452 ; Arist.. H.A.. 10.3[635a], avec un complément au génitif (εἰς ἥμισυ τῆς ἡμέρας).

225 Letronne 1840 propose par exemple : Συρμάται <μετὰ δὲ Σκύθας εἰσὶ Συρμάται> ἔθνος.

226 Périple. 34. 42, 55, 92, 104, 1 10, 112 ; Hdt. 4.99.

227 Rostovsef 1922, 1 14. Voir infra.

228 F277 Lasserre, cité par St.Byz. s. Συρμάται oἱ Σαυρομάται, ὡς Εὔδοξος πρώτω Ποταμòν τοῦ Τανάιδος Συρμάτας κατοικεῖν. L'identification avec les Sauromates n'est pas d’Eudoxe, mais d’Étienne, contemporain de la rédaction d'Eux.

229 Mela 2.1.3 : In Paludem uergentia Satarchae tenent, in Bosporum Cimmerica oppida Murmecion, Panticapaeon et 2.1.4 : Subit Htm ripant mare, et douée quinque milium passuum spatio absit a Maeotide, refugientia usque subsequens litora. quod Satarchae et Taurici tenent paene insulam reddit. cf. Silberman 1988 ad toc. Pline 4.85 est d'ailleurs aussi peu explicite que le Ps-Skylax : Sed a Carcinite Taurica incipit...iugum ipsum Scythotauri tenent : cluduntiir ah accidente Cherroneso Nea, ab ortu Scythis Satarcis. Le texte de Pline n'est pas sûr, Satarcis. Satarchis, Satauchis, Saraucis. Peut-être s'agit-il du même peuple mentionné (Satharcheos) dans une liste en 6.22. Voir aussi St.Byz. s. Τάφραι Ταύτῇν τὴν χώραν κατοικῆσαι Σατορχαίους, Taphrae étant le nom que Mela donne à l'isthme de Perekop ; et Ptolémée 3.6.5, Σατάρχη.

230 La fourchette maximum est 389-354 a.C. Burstein 1974. 416, place la prise de la cité après 370. Selov-Kovedjaev 1986 est plus réservé.

231 Sur ces cités et la péninsule de Kertch, voir Hind 1992-1993. 99-105, et la synthèse de Tsetstkhladze 1997, bien qu'une hiérarchisation entre cités et cités dépendantes appuyée sur la distance entre leurs territoires respectifs (68-77), jette davantage de trouble que de lumière, en tout cas pour le Périple. L'histoire de ces cités dans leurs rapports avec les populations locales est discutée, cf. Koschelenko & Kuznetsov 1998. Maslennikov 2001.255 et Archibald 2002. Sur Panticapée, cf. Tolstikov 1993.

232 La présence athénienne est attestée par le Contre Ctésiphon, Aeschin. 3.171 à propos de la remise de Nymphaion (τότε τῆς πόλεως ἐχούσης τò χωρίον τοῦτο) par Gylôn aux ennemis (mais lesquels ?), et de la concession qui lui est faite de Kèpoi par les dynastes du Bosphore en δωρεά. Zograph 1977, 263, souligne la similitude des monnaies de Nymphaion avec celles de Panticapée, et doute d une domination athénienne sur la première. Sur l'épisode de Gylôn, cf. Carlier 1990, 36.

233 4.99-100 (trad. Barguet 1964). En 4.86, il estime sa largeur à 3 300 stades. Sur l'image de la Chersonèse chez Hérodote, cf. Hind 2001, qui complète Müller ad Ps-Skylax 68.

234 A quoi on peut ajouter l'estimation de l'étendue du lac Méotide. Sur ce point, et sur l’analyse de ces distances dans une perspective générale, cf. Arnaud 1992, 62 : “L’estimation de la longueur du Méotide à la moitié de celle du Pont suggère une navigation moins fréquente, mais réelle, dans le Méotide jusqu'aux Bouches du Tanaïs”.

235 Bien que l’île soit plus au sud que Tyras. Str. 7.3.16, par exemple, adopte le Tyras comme point de repère pour situer Leukè : Διέχει δὲ τοῦ στόματος ἡ νήσος ἡ Λευκή δίαρμα πεντακοσίων σταδίων, ιερὰ τοῦ χιλλέως, πελαγία. “la distance de l'embouchure du Tyras à l'île Blanche est de 500 stades. Située en pleine mer, cette île est consacrée à Achille”. Pippidi 1975, 126 il. 35, s'appuie sur un décret de Tomis en faveur d'un habitant de Tyras pour affirmer que “pour les navigateurs qui, des ports du littoral roumain faisaient voile vers Olbia. Tyras était en quelque sorte une escale obligatoire”. Pour un itinéraire similaire chez Euripide, cf. Hall 1987.

236 Müller ad loc. oublie de compter les nuits, ce qui l'amène à un total fautif de 1 650 stades. Le calcul du Périple correspond aux coordonnées données par Ptolémée 3.10.2 à l'embouchure de l'Istros (Psilon : 56°I5'. 47°) et 3.6.2 au Kriou Metôpon (62°, 46°40'), soit une distance d'approximativement 2700 stades (à 400 stades au degré). Sur les données chiffrées chez Ptolémée, cf. Meuret 1998.

237 L'un et l'autre ap. Eux., 14R1 (§ 63 Müller).

238 Hdt. 4.101 ; Ptol. 3.10.9 et 3.6.2.

239 Voir supra. “Les computs de distance”, p. 33-34.

240 Et non en Europe comme pour l'auteur hippocratique d'Aër., qui se fait une image encore plus approximative de la configuration géographique de la région.

241 Hdt. 4.110 et 4.123. Le “désert des Scythes” aussi chez Hp., Aër., 18.3. Ή δὲ Σκυθέων ἐρημίη καλευμένη.

242 Ephor., FGrHist 70F158 et 159 = Eux., 11V30 (§ 49 Müller) et 11R14-20 (§ 44-45 Müller) = Périodos, F15b et 16 Marcotte 2000 à qui j'emprunte sa traduction. Pour une autre approche, voir les notes de ce dernier ad loc.

243 Smirnof 1980, par exemple, défend une opinion différente de celle de Rostovsef 1922 sur l'identité et la date d'arrivée des Sarmates. Voir aussi Simonenko 1994 (malgré ses erreurs sur le Périple) et Lebedinsky 2002, 11-14 ; sur la place des Sauromates dans l'ethnographie grecque, Jouanna 2001.30.

244 Le Périple nomme successivement Phanagoria et Kèpoi, mais omet Hermonassa ; Mela 1.19.112 : Hermonassa, Kèpoi. Phanagoria ; Plin.. Nat.. 6.18 : Hermonassa. Kèpoi (et Stratoclia), Phanagoria ; Str. 11.2.10 : Phanagoria, Kèpoi, Hermonassa.

245 Sur les villes de la côte asiatique, voir par exemple Hind 1992-1993. 105-108. Hermonassa occupe un site de 35 hectares au Ve s. a.C., selon Koshelenko & Kuznetsov 1998, 259 ; sur la presqu'île de Taman en général, voir encore Kuznetsov 2001, en particulier p. 321. Il n'en reste pas moins que c'est l'un des sites où les sources littéraires sont en contradiction avec la géographie du paysage.

246 Str. 11.2.10.

247 Soit qu'on la situe au cap Tuzla. soit qu'on la mette au cap Panagya. voir Lasserre 1975 ad loc.

248 En raison des variations du niveau de la mer (voir supra), il est très difficile de se représenter ce qu'était la côte pour les Grecs, qui décrivent la presqu'île comme une île, ou même des îles (St.Byz. s. Ταυρική· τῆ δὲ Ταυρικῆ] δύο παράκεινται νῆσοι, Φαναγόρα καὶ Έρμώνασσα) ; Périodos. F17b Marcotte = Eux.. 1 IR20-21 (§ 46 Müller) : “Viennent ensuite Hermonassa. Phanagoreia... et Sindikos Limèn... Ces villes se trouvent dans les limites d'une île qui, en bordure du Méotis et jusqu'au Bosphore, est faite d'une vaste plaine basse rendue infranchissable par la présence des marécages, des chenaux et des lagunes qui leur font face par l’action de la mer et du lac”.

249 Voir aussi les monnaies de Phanagoria. Price 1993. SNG. pl. xxxvii, no 995-1007. ΦΑΝΑΓΟΡ1ΤΩΝ.

250 Eux.. 11R15-21 (§ 45-47 Müller) ; plus loin. Eux., 1 1R30-31 (§ 47 Müller) mentionne Κιμμερίς et Κήπος : la répétition et le changement de nom attestent le changement de source.

251 Str. 11.2.10. Lasserre 1975 pense qu'il s'agit d'un simple changement de source. Mais Φαναγορία est bien la ville ; τò Φαναγόρειον est la μητρόπολις de la partie asiatique du Bosphore, et τὰ Φαναγόρεια l'emporion des marchandises venues du Méotide. Peut-on y voir une distinction entre lieu géographique, entité politique, et zone d'influence ? Voir infra p. 116 les variations sur Kytôros/Kytôron. Il est vrai que le Ps-Skylax (ou son copiste) a tendance à uniformiser les finales de toponymes, voir supra le cas de Nymphaion, et celui des cités de Crète. Counilllon 2001b. 382 n. 9 et 10.

252 Hecat., FGrHist 1F212 = St.Byz. s. Φαναγόρεια· πόλις ἀπò Φαναγύρου ; et Arrien. FGrHist 156F71, Φαιναγόρεια, ἣν ἔκτισε Φαιναγόραςό Τήιος.φεύγων τὴν τῶν Περσῶν ὕβριν. Je remercie A. Ivantchik d'avoir attiré mon attention sur ce point : c'est un des rares cas, avec Datos, où le Ps-Skylax mentionne le fondateur d'une cité.

253 Sur le site avant sa modernisation, cf. p. 41-42, et pour une synthèse des découvertes archéologiques, Hind 1983-1984, 90-91 et Alekseeva 1993. Sindikos Limèn, ou son emplacement, est l’une des premières fondations ioniennes dans la région. Tsetskhladze 1998, 22 (“recently one fragment of a Rhodo-Ionian cup with bird-decoration. dating to the end of the 7th century. has been l'ound near there at Alekseevskoe”). Vers la fin du Ve s. a.C., la Sindique passe sous le contrôle du royaume du Bosphore – voir par exemple Burstein 1974, 410-412. Gorgippos, frère de Leukôn Ier (389-349) y devient son représentant local, donnant donc son nom à la cité.

254 Str. 11.2.10 et 11.2.14 ; Périodos, F17b-18 ; Ptol. 5.8.4 : Eux. 10R 16 (24B) : πò οὖν Έρμωνάσσης έως τοῦ Σινδικοῦ λιμένας παροικοῦσι Μαιωτῶν τινες Σίνδοι λεγόμενοι ἔθνος, ἐφ'οἷς λέγεται Σινδική.

255 Voir Price 1993,.SNG. pl. xxxviii, no°1008-1009 ; Hind 1992-1993, 108. Zograph 1977, 272-273 pense que Phanagoria frappe les monnaies des Sindoi pendant la première moitié du IVe s. a.C., jusqu'au moment où les archontes du Bosphore s'emparent de la région. Shelov 1978. notes de 1978. p. 188. pense que les monnaies ΣΙΝΔΩΝ désignent Sindikos Limèn : “Autonomous coining on the part of Theodosia, Nymphaeum and Sindikos was carried oui... during the period of their independent existence and il was eut short at the moment of their incorporation to the realm of the Spartokids” ; mais Frolova 2002 pense que les monnaies sont celles des Sindoi.

256 Str. 11.2.14. BP. 83 : 46°43’.3N 37°48'1E, “Excellent all-round shelter”. Spencer 1854, 298-301 : “Front the great depth of water. excellent anchorage, and security front violent winds... It is completely landlocked, except at une point, front about SE to S. by E., which might Itéré easily be rendered secure by a mole”. Hind 1983-1984, 91, signale près de Novorossijsk un site à l'intérieur de la baie, qui a fourni de la céramique attique datant de 400-300 a.C.

257 Spencer 1854, 302-303. Taitbout de Marigny 1887, 40-44 suit Spencer de près. BP. 83 : 44°33’.3N 38°02'.3E, “the only naturally protected anchorage on the Russian Black Sea coast”.

258 Hind 1983-1984, 91 : “Near Gelendzik, at Tonky Mys, was found a large rectangular building, halferoded by the sea which has risen by sonie 4 m. in this area relative to the coast. This structure started in the 6th BC... Destroyed by tire in the first hait of the 5th century BC. Onaiko identilies it as the ancient Torikos. and the headland to be the Cape of the Toretai”. Voir le complément, Hind 1992-1993. 109.

259 Cf. Counillon à paraître.

260 Eux., 10R7-9 (18B). Pour la suite, les choses sont rendues plus complexes par l'extension (ou les déplacements) du peuple des Hénioques. localisé par le Périple et les plus anciens géographes au nord du Caucase, alors qu'ils sont situés dans la région de Dioskourias/Sebastopolis à l’époque où écrit Arrien. d'où les doublons dans Eux. dont les notices complémentaires sont appelées par l'apparition de l’ethnonyme.

261 Eux.. 10R7-9 (18B) et 9V10-12 (3-4B). Marcotte 2000 ad Périodos, F20, p. 144 n. 20 pense également que le premier passage provient directement du Périple, et corrige Κολικ en Κωλική et Λόγχων en Κόλχων. Mais la question de Γέλων dans le Périple reste posée.

262 Hécatée 1F209, Mela 1.19.110 et Pline 6.15. Sur l’origine peut-être scythe des Korakoi, cf. Ivantchik 2002, 264.

263 Le port moderne de Tuapse est artificiel. Spencer 1854, 309 fait une erreur sur la situation de Mamajka et Adler au large desquelles il passe de nuit.

264 Eux. mentionne deux caps Héraclès, 10R1 (15B) et 10R4 (17B). soit qu'il change de source, soit qu’il ait fait une erreur en inversant l'ordre d'exposition de sa source. Impossible dès lors de suivre le périple sur une carte, même approximativement.

265 Voir supra p. 58. et. sur l’esclavage. Braund & Tsetskhladze 1989 et Braund 1994, 65-71.

266 Asheri 1998, 269-70. Voir aussi Marcotte 2000 ad F. 18-19.

267 Sur la crainte de l'ἐκβαρβάρωσις, cf. Asheri 1998, 284. Le Ps-Skylax rejette une légende de celle sorte au § 22. cf. Counillon à paraître.

268 Bien que je ne juge pas utile de corriger le texte, j'admets l'identité entre Korikè et Κωλική d'Hecat.. PGrHist 1F209 = St.Byz. s. Κῶλοι· ἔθνος πρòς τῷ Καυκάσιο, Ἐκαταιος Ἀσία. Ai δὲ ὐπώρειαι τοῦ Καύκάσου καλοῦνται Κωλικὰ ὄρη. Ή χώρα Κωλική. 1F210 = St.Byz. s. Κόραξοι-ἔθνος Κόλχων πλησίον Κώλων. Ἐκαταιος Ἀσία. Κυραςικòν τείχος καὶ Κοραξικὴ χώρα. Voir aussi Braund 1998. 291 : “There was already sonie familiarity with the naines of peuples as obscure as the Sindoi and even the Koraxoi, both locatcd to the north east of the Black Sea. For exlant fragments of Hipponax of Ephesus, who seems to have lived and written at Clazomenai in the middle of the 6th century BC mentions a female ‘dressed in Koraxian garb’(F2 West), and use the terni’Sindian vagina'(F2a West)”. Voir supra n. 262.

269 Pl.. Nat., 6.15 : Subicitur Ponti regio Cotica. in quajuga Caucasi ad Riphaeos montes torquentur. Arr., Per.M.Eux., 11.5 : “A partir de l'Hippos... <nous naviguions désormais manifestement en direction de la partie gauche du Pont et notre navigation se faisait vers le couchant : or, en virant à partir de l'Astéléphos dans la direction de Dioskouriasx nous aperçûmes le mont Caucase”. Le texte est restitué d'après Eux., mais sûr. cf. Silberman 1995 ad toc.

270 Cf. p. 64.

271 Hecat., FGrHist 1F185 Μελάγχλαινοι·ἔθνος Σκυθικόν. Ἐκαταιος Εὐρώπρ. Hdt. 4.20. 100-102. 107.119,125.

272 Plin., Nat. 6.15-16 : Reliqua litora ferae nationes tenait Metanchtaeni, Coraxi. urbe Colchorum Dioscuriade... a Dioscuriade oppidum Heracleum distal, a Sebastopoli lxx. Achaei, Mardi. Cercetae. post eos Seraci (Serri), Cephalotomi.

273 Silberman 1988 suit scs prédécesseurs pour éditer 1.19.110 (remontant vers le nord) Melanchlaena. Toretica. sex Colicae, Coraxici, Phtimphagi. Heniochi. Achaei. Cercetici et jam in confinio Maeotidis Sindones. Mais le manuscrit porte : menanelea terrestrea sexsolicae coraxi cleptyrophagi. Terrestrea ne saurait recouvrir Toretica (ou Toretae), puisque les Torètai sont appariés aux Kerkètai qui n'apparaissent qu’en tin de liste ; et terrestrea ne peut recouvrir Gelônes que la logique du texte aurait intercalés avant Melanchlaena.

274 Les deux fleuves mentionnés par Ps-Skylax ici sont inconnus. Müller ad loc. suppose que le Mètasôris est le Thessyri de Ptolémée, et que le Korax de Ptolémée est l'Aigipios : le Korax de Ptolémée sc trouve entre Pityonte et Dioskourias. Mais le seul argument dont dispose Müller est la similitude (supposée) des localisations de ces quatre fleuves.

275 Ephor.. FGrHist 70F160 : Ptol. 3.5.10 et 5.8.12-13.

276 Müller 1883, ad. 3.5.10, p. 427, renvoyant à Hdt. 4.109 ; Str. 11.2.1 : 11.2.14 ; 11.2.19.

277 Arr., Per.M.Eux., 18, Silberman 1995 ad loc et Silberman 1988, 157, n. 15. Sur la région dans les représentations classiques du monde, cf. Jacoby ad FGrHist 1FI95 ; Goukowsky 1978, 155-163 : Silberman 1990. 110 ; Braund 1994. 17-31.

278 Ils auraient été des mangeurs de pignons ; la chose lïest pas surprenante par elle-même, cf. Robert 1963, 130-135, à propos de l'utilisation du pin pignon, dont L. Robert pense qu'il est indigène, comme ressource alimentaire : vers 1963 (n. 5. p. 132) il s'en produisait 450 à 500 tonnes en Turquie, dont la moitié était exportée. Mais la glose est elle-même une interprétation rationalisante et n'a pas valeur d'argument.

279 Eux.. 9V10-12 (3-4B).

280 Ad A.R. 3.1074. Cf. Marcotte 2000, p. cxx, n. 162 ; Étienne de Byzance, s. Αία. place la cité à 300 stades de l'embouchure.

281 Str. 11.2.14. Matériel grec dans la région de Batumi (vie s. a.C) et d'Apsaros (auj. Gonio). qui semble se développer après l'abandon de Pichvnari, cf. Hind 1983-1984. 94.

282 Cf. p. 56.

283 Sur les fouilles en Géorgie, ht bibliographie est surabondante et souvent inaccessible. Synthèses dans Kacharava 1990-1991 ; Tstetskhladze 1992. Sur Phasis, voir la synthèse de Lordkipanidze 2000. 16-28 : 37-45 et pour un mise au point récente, Clavel-Lévêque & Faudot 2002, 40 : “De fait, la question du statut de Phasis et de l'organisation de son territoire est largement ouverte”. Pour Hind 2002, 46. il n'y a pas de cité grecque à Phasis avant le IVe s. a.C.

284 Elle est en général admise par la bibliographie, ex. Hind 1983-1984,92 ; contra Tstetskhladze 1996, 147.

285 Mela 1.19.110 : Braund 1994. 103. l'admet.

286 Voir supra p. 64-69.

287 Plin., Nat., 6.13-14.

288 Eux.. 9V4-5 (1B). 9V3 (§ 42 Müller). 9R35 (§ 38 Müller).

289 B&W, 341-342 ; 324-325. Le Pordanis est le Prytanis d'Arrien.

290 Sur le voyage d'Arrien, cf. supra p. 61. Str. 11.2.17 : Pl.. Nat.. 6.12 ; Ptol. 5.6.6. trad. Müller : Ophius, Rliizus portas. Athenarum promontorium, Cordyte, Morthula, Archahis fuvii ostia. Xyline, Cissae fluvii ostia, Apsorrhus (ordre sinistrogyre).

291 Cf. supra p. 52, sur les difficultés d'Arrien. Ce cap est signalé par Taitbout de Marigny 1830, 38, sous le nom de cap Réméré, à 13 milles E. 30° N de Rize, “se dirigeant assez brusquement au Nord”. B&W. 323 relèvent quelques chantiers navals sur cette partie de la côte.

292 Arr., Per.M.Eux., 3.1 ; B&W. 53-54. Le site repéré par B&W est aujourd'hui coupé de son port fortifié par la route côtière et noyé sous une forêt de noisetiers superbes et impénétrables.

293 Taitbout de Marigny 1830, 38. Mêmes remarques, Fontanier 1834, 290-291.

294 B&W, 320.

295 Spencer 1839, 2, 155-158. Sur la valeur de Trapezous comme port. cf. p. 50.

296 Fontanier 1834, 81-82. Spencer 1839, 2. 158 signale aussi différentes sortes de noix, le lin et le chanvre.

297 Fontanier 1834, 297. Taitbout de Marigny 1830, signale orangers, citronniers, maïs. La région se consacre aujourd'hui à la culture du thé ou, comme partout ailleurs sur cette côte, des noisettes.

298 Voir à ce sujet Cuinet 1893, VI. 17-22.

299 Aujourd'hui, le maïs et le riz ont pris la place de la céréale locale, sans doute le gom de Chardin 1686. 74.

300 B&W. 323.

301 C'est une des dernières forêts primaires d'Eurasie. Fontanier 1834, 308. “Les principaux produits du pays sont le maïs, le bois de buis, et sur la montagne la cire et le miel”. Sans le riz et le maïs, cela laisse peu de choses. Plus au nord. Chardin 1686, 69-74 remarque par exemple que les Abkhazes “ont besoin des mêmes choses que leurs voisins (Circassiens) et n'ont comme eux à donner en échange que des créatures humaines, des fourrures, des peaux de daim et de tigre, du lin lilé, du buis, de la cire et du miel”.

302 Kacarava et al. 1999. 83. Cela laisse pensif sur la validité des sources littéraires pour définir des flux commerciaux ou même une présence coloniale. Quel sens attacher à la réaction des Dix Mille à l'idée d'aller fonder une colonie sur le Phase, Xen., An.. 5. 6.36-5.7.9 ?

303 Sur la nécessité pour les Romains de recréer, après la révolte d'Anicetus, ces échelles disparues, cf. Cumont 1923.

304 Cf. Koshelenko & Kuznetsov 1996, 22. à propos de Gyènos en Colchide : “The disappearance of Gyenos...remains a tact. There is no such disappearance among the cities of the Bosporus, where the places mentioned in earlier sources are all mentioned later and. in fact. new ones are added”.

305 Jacoby ad 1F 202-208. Mela 1.19.105-108 ; Pl., Nat., 6.9-12.

306 Peretti 1979, 458-459, et aussi l'étude de Dorati 1999-2000. Sur les Chalybes, voir infra p. 104-108.

307 1F 207 = St.Byz., s. Χοί-ἔθνος Βεχείρων εγγύς. Ἐκαταῖος ἐν Ἀσία “Ές μεν τούτο ἡ Βεχειρική, εχονται δ’αὐτῶν Χοί”. Καὶ πάλιν. “Μέχρι μεν τούτων Χοί”. Καὶ πάλιν - “Χοῖσι δ'ὁμουρέουσιν πρòς ἥλιον ἀνίσχοντα Δίζηρες.

308 Plin., Nat., 6.6-12 construit un patchwork à peu près incompréhensible entre Antisos et Trapezous, où il mélange plusieurs sources à l'orientation différente. Mela est à peine plus compréhensible 1.19.106-107, où l'on suit la séquence dans l'arrière-pays de Trapezous : Ultra ICarambinj Mossyni... Dein minus feri. uerum et hi inconditis moribus, Macrocephali. Bechiri, Buxeri. Rame urbes ; Cerasunta et Trapèzes maxime inlustres.

309 Str. 12.3.18. Les Heptakômètai sont aussi des mossynoikoi. Sur la question des Mossynoikoi, voir infra. Une citation d'Étienne de Byzance, s. Βύζηρες. relève d'une autre source que le Périple, puisqu'elle mentionne un toponyme inconnu du Périple. Βυζηρικός λιμήν.

310 Le sanctuaire de Phrixos mentionné par Str. 11.2.17 semble avoir été voisin de Suram. Voir infra p. 102.

311 Qu'on peut rapprocher du mot κεχειρία (trêve, relâchement). Ar., Pax, 908.

312 Arr., Per.M.Eux. n'est pas plus précis, avec des noms de peuples différents (§ 11) : lui aussi dipose d'une liste qu'il énumère sans préoccupation cartographique, la précision revenant dans les listes de fleuves (§ 7 ; 10).

313 An.. 5.1.11 : Όρῶ δὲ ἐγὼ πλοία πολλάκις παραπλέοντα et 5.6.16 : Xénophon pense s'appuyer sur le nombre des Grecs habitant les côtes pontiques pour fonder une colonie.

314 Hp.. Aër, 14.1-5. Jouanna 1996 ad loc. renvoie à Str. 11.11.8. passage qui, selon Lasserre 1975 ad loc.. fait allusion au peuple des Μακρόκρανοι, pour lequel Tz,., H.. 7.764, renvoie à “un” Apollodôros ; mais les critiques de Strabon (voir supra p. 41-42) ne permettent pas d'identifier précisément la source utilisée par le Ps-Skylax, Pline et Mela.

315 Eux., 9R 34 (§ 38 Millier) = Périodes, F21 Marcotte.

316 Hecat., FGrHist 1F206. Apollonios 2.12.31-1245, introduit dans la liste Philyra et les Sapeires. empruntés à Nymphodôros ici, selon Vian & Delage 1976 ad loc. Outre Denys 765, [Orph.], A., 741 et 755-756 mentionnent à la lois les Ekecheirieis, les Byzères et les Saspeires. Les premiers sont associés aux Tibarènoi et aux Mossynoikoi ; les suivants, qui dans la liste d'Apollonios prennent la place des Choi d'Hécatée et des Ekecheirieis du Ps-Skylax, sont chez Hérodote un peuple du18e nome (Saspeires), rattaché aux Alarodioi et aux Matiènes, mais surtout situé au nord des Mèdes et au sud des Kolchoi dans la description de l'Asie 4.40, et à différentes reprises (en particulier 1.110). Sur Eux., 9V 4-5 (§ 42 Müller), cf. supra p. 9.3.

317 Ce qui irait dans le sens de Marcotte 2000, p. cxxvi qui fait de Lycophron et Apollodore des lecteurs du Périple, dont la fortune pourrait être liée à son utilisation par la poésie hellénistique. Or on sait que la recherche de sources locales ou au moins hétérodoxes a alimenté la poésie aitiologique de l'école de Callimaque. On imaginera volontiers que le Périple ait été alors exhumé par les érudits athéniens.

318 Le mot κρα est utilisé à plusieurs reprises pour désigner un cap (§ 27, 46 66, 111. 112) et dans l'association ἄκρα καὶ πόλις aux § 102 et 110. Sur son sens en architecture militaire, cf. Robert 1970, 595-596.

319 Hecat., FGrHist 1F203-205 ; Xen. 5.4-5 ; Ephor., FGrHist 70F43 (Périodos, F22 Marcotte) ; Arist., Mir., 63 [835a9] ; Nicolas de Damas 90F103h.

320 Ps-Zonaras,.s. μόσυν ξυλίνην οικίαν, τò ξυλόκαστρον, όμσυν, καὶ κλίνεται του μύσυνος. Le terme de μόσυν est entré dans le vocabulaire militaire pour désigner une tour de bois ou la partie en bois du rempart, Aen.Tact. 33.3. Le nom survit à l'époque byzantine, Anne Commène, Alexiade. 4.1.2. Chez les poètes hellénistiques, il désigne poétiquement un rempart de bois. Callimaque. F 43.68 Pfeiffer ; Lycophron 433. 1432.

321 B&W. I : “On the seaward side of the mountains, the traditional houses are either constructed of wood witli masonry fireplace and chimney, or else a timber trame with an infilling of brick or stone, whereas on the plateau houses are either of mud brick or stone. with wooden beams used only to support a Hat mud roof”. Fontanier 1834. 300 : “[Kiz-kale] Derrière le cap est l’emplacement d’Athènes dont il ne reste aucun vestige... On ne voit que des bois au milieu desquels sont de rares cabanes placées sur quatre poutres élevées ; c’est la résidence des naturels qui par ce moyen échappent aux reptiles, aux loups et aux sangliers fort abondants dans le pays”.

322 En plus des auteurs cités n. 319, Xen„ An., 5.4.15-16 : A.R. 2.1018-1020 ; synthèse. Eux., 9R 25-28 (§ 35 Müller). Les Mossynoikoi étaient également mentionnés par Eudoxe, sans qu’on puisse en dire plus. Eudox, F 281 = St.Byz. s. Μοσσύνοικοι έθνος. περὶ οὗ Εὔδοξος ἐν πρώτῳ Γῆς Περιόδου. Τò κτῇτικόν Μοσσυνοικικός.

323 Ar, F 431 Kassel-Austin : σκαφίδας, μάκτρας, Μοσσυνικὰ μαζονομεῖη et la glose d’Hsch...s.v, Μοσυνοικία μαζονόμια· Ποντικὰ ὁ Δίδυμος ἤκουεν. Οἱ [δὲ] γὰρ Μοσσύνοικοι ἐν Πόντῳ εἰσί. Λέγει δὲ τούς ξυλίνους πίνακας.

324 Ath. 8.345e. Cela confirme en tout cas la présence des (ou de) Mossynoikoi sur la côte. Au moment de la saison de l’anchois de la mer Noire, le hamsi, celui-ci est si abondant qu’il sert même à fumer les champs, Cuinet 1893, IV, 21. On se moque en Turquie des habitants de la mer Noire parce qu’ils mettent de l’anchois partout.

325 Bronze sans étain (arsénieux ?), Mir :, 63[835a.9] : Φασί τον Μοσσύνοικον χαλκόν λαμπρότατον καὶ λευκότατον είναι, οὐ παραμιγνυμένου αὐτῷ κασσιτέρου, άλλα γῆς τινος αὐτοῦ γινομένης καὶ συνεψομένης αὐτῷ. Λέγουσι δὲ τòν εὑρόντα τὴν κρᾶσιν μηδένα διδάξαι. διό τὰ προγεγονότα ἐν τοῖς τόπυις χαλκώματα διάφορα, τὰ δ’ἐπιγιγνόμενα οὐκέτι. Des objets en alliage de cuivre sans étain (VIe s. a.C.) ont été trouvés dans la région de Samsun. Quant au minerai, on en trouve dans l’arrière-pays de Trabzon (Cuinet 1893, I, 127, pour Gümüshane) et dans la région de Tirebolu, en particulier sur la côte à Esbiye (Cuinet 1893. I. 56).

326 Hecat., FGrHist IF204 = St.Byz,. s. Χοιράδὲς· πόλις Μοσσυνοίκων. Ἐκαταῖος Άσίαι “Τιβοιρηνοῖσι δὲ πρòς ἥλιον ἀνίσχοντα Μοσσύνοικυι ὁμουρεουσιν. Έν δ'αὐτοῖσι Χοιράδὲς πόλις”. Voir intra, à propos des Chalybes.

327 A.R. 2.379-381 : 1015-1016 : 1115-1117. Xen.. An., 5.5.2. Cf. B&W. 8 : 19 : “The stretches between Ordu and Giresun...”.

328 Hdt. 3.94.

329 Hdt. 7.78.

330 Str. 11.14.5 et 12.3.18.

331 Torul et Tirebolu, par exemple, communiquent par la vallée du Harsit Çay bien que la route y soit difficile, B&W, 47 : “The Philabonites,... runs through and exceedingly deep gorge over much of ils length between Ardasa and the sea”.

332 Ephor., FGrHist 70F43 = St.Byz. s. Τιβαρανία χώρα πρòς τῷ Πόντῳι, πρόσοικος Χάλυψι καὶ Μοσσυνοίκοις. Τò εθνικόν Τιβαρανοὶ καὶ Τιβαρηνοί, καὶ τò θηλυκòν Τιβαρηνίς. φορος ἐν <ε> φησὶν ὅτιΤιβαρηνοὶ καὶ τò παίζειν καὶ τò γελάν εἰσιν έζηλωκότες καὶ μεγίστῇν ευδαιμονίαν τυῦτο νομίζουσιν. "Ομοροι δὲ τούτοις Χάλυβες καὶ το τῶν Λευκοσύρων ἔθνος ; A.R. 2.101 1-1014 ; Périodos, 914-916 ; Scholie ad A.R. 2.1010 : Τιβαρηνίδα γαῖαν Τιβαρηνοὶ ἔθνος Σκυθίας. Οὗτοι δικαὶότατοι λέγονται καὶ ουδέποτε μάχην τινὶ συνέβαλον, εἰ μὴ πρότερον καταγγείλειαν ἡμέραν, τόπον, ώραν τῆς μάχης. Έν δὲ τῆ τῶν Τιβαρηνῶν γη ai γυναίκες όταν τέκωσι, τῇμελοῦσι τους ἄνδρας, ὡς Νυμφόδωρος ἐν τοῖς Νομίμοις (FHG II, 379.13). Porph., Abst., 4.21 et Theodoret, Graec. Aff. Cur 9.36.

333 On ajoutera aux références précédentes. Plut., Luc., 14.3 (Tibarènoi, Chaldaioi) ; 19.1. (Tibarènoi, Chaldaioi. Petite Arménie) : 14.8 (Kolchoi, Tibarènoi, Cappadociens).

334 Str. 11.14.1. Voir aussi Str. 7.4.3 :“Trapezous... située dans la région de laTibarènie et de la Colchide” : 12.3.1. : “Les régions d'au-delà de l'Halys jusqu'au pays desTibaranoi et des Arméniens” ; Str. 12.1.3 : στι δ'ώσπερ χερρονήσου μεγάλης ισθμός ούτος. σφιγγόμενος θαλάτταις δυσὶ τῆ τε τοῦ Ίσσικοῦ κόλπου μέχρι τῆς τραχείας Κιλικίας καὶ τῆ τοῦ Εὐξείνου μεταξὺ Σινώπης τε καὶ τῆς τῶν Τιβαρηνῶν παραλίας ἐντός δὲ τοῦ ισθμού λέγομεν χερρόνησον τὴν προσεσπέριον τοῖς Καππάδοξιν ἅπασαν, ἣν Ηρόδοτος μὲν ἐντòς λυος καλεῖ. αὕτῇ γάρ ἐστιν ᾖς ᾖρξεν ἁπάσης Κροῖσος· λέγει δ'αὐτòν ἐκεῖνος τύραννον ἐθνέων τῶν ἐντòς λυος ποταμού. Sur leur territoire probable dans l'empire hittite, voir Forlanni 1997, n. 47.

335 Ap. Rh 2.377. et 1010-1011. Cf. B&W. 8-9 : “[Ordu] The gently rising country of the hinterland to the east of the town of Kotyôra provides plenty of rich arable and pastoral land... From Kotyôra a route runs inland across the mountains to Anniaca (Koyulhisar)... seems to have communicated more naturally southeastward witli Koloneia and the plain of Nicopolis (Suseri)”.

336 B 851-857 : “Pylaimenès au cœur vaillant amenait les Paphlagones de chez les Enetoi. d'où provient une race de mules sauvages, qui possédaient Kytôros et avoisinaient Sèsamos, et avaient leurs célèbres demeures non loin du fleuve Parthenios, et Krômna. et Aigialos et les hauts Erythinoi. Aux Alizônes commandaient Odios et Epistrophos, depuis la lointaine Alybè. du pays où naît l’argent”. Sur les Paphlagoniens, voir infra, p. 120-122.

337 Eschyle. Prom., 715. Sept, 728, les place en Scythie avec d'autres auteurs que Strabon ne nomme pas dans la discussion de 12.3.19-27 et 14.5.18-29.

338 Str. 12.3.28. Pharnakeia sur sa presqu'île est le débouché sur la mer pour les Chalybes, mais la côte constitue le territoire de la cité, et ne leur appartient pas : le point de vue de Strabon est différent de celui des géographes qui l'ont précédé, marqué qu’il est par l'administration romaine. Voir aussi Str. 2.3.19 : Oi δὲ vῦv Χαλδαῖοι Χάλυβες τò παλαιòν ὠνομάζοντο. Même situation. 12.3.29, Τὴν μὲν οὖν μικρὰν Αρμενίαν τὁ τελευταῖον εἶχεν ὁ Αρχέλαος. Τούς δὲ Τιβαρηνοὺς καὶ Χαλδαίους μέχρι Κολχίδυς καὶ Φαρνακίας καὶ Τραπεζοῦντος ἔχει Πυθοδωρίς. Pline, parallèlement aux Chalybes de la côte (à l'ouest de Kotyôra, 6.1 1) connaît aussi des Armenochalybes dans l’arrière-pays de Trapezous (6.12).

339 Hamilton 1842. 276-277.

340 Cf. Bryer 11982, 135 : “Chalybian Iron : Tylecote’s first sample of iron sands from the mouth of what is now named the Kirazlik River and the nearby village, 42 km west of Trebizond... near Vafkikebir. Tylecote’s second batch of sands cornes from beaches scattered from just west of Oinaion (Ünye) to just west of Kotyôra (Ordu). including one opposite Arrian’s “Island of the Cilicians” (Hoynat) on Cape Jason (Yasun). Cuinet 1893. I. 89, à propos du sandjak de Djanik (entre Ordu et Samsun) : “Mines : On voit dans la partie haute de la contrée, fort mal partagée sous le rapport des ressources agricoles, beaucoup d’affleurements de minerais divers, tel que fer, plomb et argent, ainsi que des excavations antiques.” J’ai moi-même ramassé de cette sorte de sable noir sur une plage au nord de Persembe.

341 De Planhol 1963, 303-304. Même point de vue, Yalçin 1999, 185 : “The latest work... shows that Steel was used deliberately in Anatolia in the first millenium BC. These Urartian (ninth-seventh century) and Milesian (seventh-sixth century) weapons and daily tools were made of Steel... In this situation, it is no coincidence to find in Greek texts of the first millenium BC the words khalibs for Steel and sideros for iron used together”.

342 Comme l’envisage d’ailleurs de Planhol 1963. 303 : “Mais on a cependant bien l’impression dans ce cas d’une diffusion généralisée et précoce de la métallurgie dans un peuple sédentaire. Peut-être était-ce là que s’était située la première invention du travail du fer. En tout cas, artisans castés ou peuple technicien, les Chalybes au sens large sont bien ‘les forgerons’”.

343 Hecat., FGrHist IF217 = Str. 12.3.22 : “Dans sa Description de la Terre (ἐv τ Γῆς περιóδ) [Hécatée] écrit : ‘Là-dessus vient la ville d’Alazia (Άλαζία), puis le cours de l’Odrysès. issu du lac Daskylitis. qui traverse la plaine de Mygdonie d’ouest en est et va se jeter dans le Rhyndakos’. Il dit encore qu’Alazia est aujourd’hui déserte, que de nombreux villages des Alazones que traverse l’Odrysès sont habités, et qu’on y vénère Apollon avec des honneurs inhabituels, surtout près des frontières de la Cyzicène”.

344 Eudox., F 282 Lasserre.

345 Hecat.. FGrHist 1F203.

346 Hecat., FGrHist 1F204.

347 Hecat., FGrHist 1F199 (Amisos), F201 (Teiria). 1F7b (Lykastos, χωρίον), 1F200 (Chadisia), 1F34 (Sinope).

348 Hecat., FGrHist 1F206 : Xen.. An.. 4.8.22 ; Str. 12.3.18 ; Arr.. Per.M.Eux., 11 : Hdt. 1.28 (Chalybes) ; 2.104, 3.94, 7.78 (Makrônes). Sur la Chaldia byzantine, cf. B&W. 299-302.

349 Sur les Taochoi, cf. 5.5.17 : “Les Kardouchoi, les Taochoi, les Chaldaioi n'obéissent pas au Roi... Au contraire, les Makrônes”... Mais certains sont au service de Tiribaze avec des Chalybes. 4.4.18.

350 4.5.34 : “Il ajouta que la contrée voisine était celle des Chalybes, et indiqua par où passait la route qui y conduisait” ; 4.6.5 : “On allait franchir une hauteur pour descendre dans la plaine, quand on eut devant soi des Chalybes. des Taochoi, des Phasianoi” ; 4.7.15 : “De là ils firent à travers le pays des Chalybes 7 étapes” ; 4.7.18, arrivée en Skythènè. 4.7.19, ville de Gymnias ; 4.7.21, mont Tèchès. Étapes des Dix Mille sur la côte : 4.8.22. Κόλχοι (Trapezous) ; 5.3.2, Κερασο ; (3 jours de Trapezous) ; 5.4.2, Mossynoikoi (8 étapes, combats) ; 5.5.1, Chalybes (υπήκοοι τῶν Μοσσυνοίκων) ; 5.5.2, Tibarènoi (2 étapes jusqu'à Kotyôra) ; 5.5.12, Paphlagoniens (jusqu’à Sinope). Mitford 2000 pense avoir retrouvé le cairn rassemblé par les Dix Mille sur un sommet à l'est de Zigana, sur une autre route qui aboutit à Maçka. Pourquoi pas ?

351 Voir le texte supra, n. 334 et 70F162 = Str. 14.5.22-24. Jacoby, ad 1 F202-208 situe à tort les Chalybes d'Éphore entre Tibarènoi et Leukosyroi, ce qui est incompatible avec 70F43 : μοροι δὲ τούτοις Χάλυβες καὶ τò χῶν Λευκοσύρων ἔθνος. Cf. Hoeter 1904. 546 et 558. Sur Apollonius, cl. Delage 1930, 178-181.

352 Même localisation, apparemment, dans le corpus d'Aristote, Mir., 48 [833b] : Λέγεται δὲ ἰδιαιτάτῇν είναι γένεσιν σιδήρου τοῦ Χαλυβικοῦ καὶ τοῦ Αμισηνοῦ. Συμφύεται γάρ, ὥς γε λέγουσιν, ἐκ τῆς άμμου τῆς καταφερομένης ἐκ τῶν ποταμών, Tαυτὴν δ'οἱ μέν φασι πλύναντας καμινεύειν, οἱ δὲ τὴν ὑπύστασιν τὴν γενομένην ἐκ τῆς πλάσεως πολλάκις πλυθεῖσαν συγκαὶ ειν, παρεμβάλλειν δὲ τον πυρίμαχον καλούμενον λίθον· είναι δ'ἐν τῆ χώρα πολύν. Οὗτος δ'ὁ σίδηρος πυλὺ τῶν άλλων γίνεται καλλιων. Εἱ δὲ μὴ ἐν μίᾳ καμίνῳ ἐκαὶ ετο, οὐδὲν ἄν. ὡς ἔοικε. διέφερε τἀργυρίου. Μόνον δέ φασιν αυτόν ἀνίωτον είναι, οὐ πολὺν δὲ γίνεσθαι.

353 Hecat., FGrHist 1F202.

354 Sur les voies de communication entre l'intérieur et la côte, voir supra p. 102-103.

355 Xen.. An.. 5.5.1. L'analyse des sources littéraires de l'Anabase paraît souvent négligée sous prétexte que le témoignage de Xénophon est direct. Or l'Anabase a été écrite après coup, publiée sous un autre nom, et il y en a eu d’autres (dont une attribuée à Sophainetos de Stymphale). Tout cela nous écarte beaucoup du carnet de voyage et du croquis pris sur le vit.

356 A ne pas confondre avec le Çam Burnu qui marque l’extrémité orientale de la péninsule du cap Jason (Yasun Burnu), à l'ouest d'Ordu, le cap Genètès (Boon/Vona).

357 B&W, 135, plan 146, n. 26 : [Deux villages mentionnés par la carte turque, Kalecik et Hisarüstü] “They are in fact names for the same place, which consists of a narrow natural harbor and small Coastal castle, an a village hidden in the steep woodland above”.

358 Braund 1994, 56, l'identifie au foehn. Rien dans le texte d’Hippocrate ne permet de l'assurer. Ce n'est en tout cas ni un vent du sud, ni un vent du nord, Aër., 15 : Τά τε πνεύματα πολλὰ νότια πλὴν αὔρης μιῆς ἐπιχωρίηςαὕτῇ δὲ πνέει ἐνίοτε βίαιος καὶ χαλεπή καὶ θερμή, καὶ κέγχρονα ὀνομάζουσι τούτο τò πνεύμα. Ό δὲ βορέης οὐ σφόδρα ἀφικνεῖται.

359 Kinneir 1813-1814. 69. Pour l'Antiquité, par exemple Eux., 9R 27 (§ 36 Müller).

360 B&W, 132-133.

361 FGrHisi 1F204. Cf. Souda 592, s. χοιράδες πέτραι λεῖαι ἐν θαλάσσιν ἢ ἐξοχαί-ἢ ὄχθοι πετρν. Quant à Pharnakeia c’est d'abord une forteresse, pas une ville.

362 B&W, 127 : le site est effectivement très spectaculaire, avec les restes d’une église byzantine, quelques tombes creusées dans le roc, et un tunnel “perhaps a Bronze Age shaft hurial, or even a trial search for water”. On pourrait aussi penser à Tripolis (Tirebolu), signalée par ses promontoires et ses récifs, mais moins spectaculairement remarquables que Gedik Kaya.

363 Xen„ An., 5.5.7-5.6.12.

364 Hamilton 1842, 250-251.

365 Strabon 12.3.17 ; Eux., 9R 30-31 (§ 36 Müller). Eux. mentionne aussi Pharnakeia-Kerasous, mais, comme Arrien avant lui et bien d'autres après, se trompe dans la chronologie des dénominations. Eux., 9R 22-24 (§ 34 Müller) : Αὕτῇ ἡ Φαρνακία πάλαι μεν Κερασοῦς εκαλείτο. Je crois avoir montré comment Pharnakeia s'est approprié le nom de Kerasous à l'époque impériale, Counillon 1990.

366 B&W, 153. Vaktikebir est signalée comme une bonne rade par Taitbout de Marigny 1830, 34. mais Jaubert 1821, 383 y reste bloqué par une tempête pendant une semaine.

367 Arr„ Per.M.Eux., 16.3.

368 B&W. 119 : “Cape Jason is the most substantial promontory east of Sinope, projecting 14 km into the Euxine and eulminating in three points : Jason itself in the west, Genetes in the east and the headland now called Çapraz Burunit in between”.

369 Str. 12.3.17. Γενήτης ne saurait être que le cap, le mont (ὄρος) ou le port, et non “le fleuve Genètès”, comme le traduit fautivement Lasserre : la discussion dans le Lexique de son édition, p. 211, s. Genètès ne tient pas compte des réalités de la géographie régionale.

370 Le corpus aristotélicien mentionne une île où les Chalybes stockent leur or. Mir., 26[832a] : Φασὶ δὲ καὶ κατὰ τους Χάλυβας ἔν τινι ὑπερκειμένῳ αὐτοῖς νησιδίφ τò χρυσίον συμφορεῖσθαι παρὰ πλειόνων.

371 B&W. 121. Je n'ai pas repéré de haut fond rocheux à l'est du cap Jason (il y en a à l’ouest, en revanche) et il m’a paru offrir une bonne protection contre le vent d’ouest, bien que la baie soit largement ouverte au nord.

372 Par exemple Humilton 1843, 269 : “Farther to the N.W. was the port of Voua, by the Turks called Vonu Limait ; it is considered the best winter harbour on this side of Constantinople, préférable even to that of Sinope, on account of the greater depth of water. Here wc put in soon after nine under pretence of procuring water, whieh lhe reis declared was the best along the coast ; but his real motive was to get some refreshment. The beach where we landed consistai of a causeway or pavement of basaltic columns sloping towards the sea. Sailing front thence we passed a small fort, built on a projecting rock of basait. Soon after ten we rounded Cape Vona, also called Chain Bournou…”

373 Cf. Marcotte 1990, 36-37 : 178-181 : Counillon 1998a.

374 Voir le commentaire de Str. 12.3.9 : Σύρους λέγοντα [Hérodote] τους Καππάδοκας καὶ γὰρ ἔτι καὶ νῦν Λευκòσυροι καλοῦνται. Σύρων καὶ τῶν ἔζω τού Tαύρου λεγομένων. καὶ 1ίνδαρός φησιν ὅτι αἱ Αμαζόνες Σύριον εὐρυαίχμαν διεῖπον στρατόν", τὴν ἐν τῇ Θεμισκύρα κατοικίαν οὕτω δηλῶν. δὲ Θεμίσκυρά ἐστιν τῶν Άμισηνῶν, αὕτῇ δὲ Λευκοσύρων τῶν μετὰ τòνΑλυν. Pour des références et une analyse de la question, cf. Debord 1999, 85. il. 11, qui rapproche ce passage d’A.R. 2.964. Mais on ne peut exclure une correction en retour du Périple à partir d’Apollonios à l'époque byzantine. Voir supra la question des Chalybes et infra celle des frontières entre Assyria et Paphlagonie.

375 Cf. Theognost., Can.. 181.11 : Πρόσκειται μ ὄντα σύνθετα παρὰ τò ὀδούς. ὅτι ταῦτα διὰ τοῦ ντ κλινόμενα, καὶ τρέπει τò ω· Θερμόδων Θερμόδοντος-χαυλιόδων χαυλιύδοντος. Sur Κάρουσσα cf Zgusta 1984, 452.3, ρ. 232.

376 FGrHisI 1F200 et 1F7a, Χαδισία· πόλις Λευκοσύρων. Ἐκαταῖος Γενεαλογίων β'· ἡ δὲ Θεμισκύρη πεδίον ἐστὶν ἀπò Χαδισίης μέχρι Θερμώδοντος et 1F7b (= Schol. ad A.R. 2.999) : Λυκάστιαι-Λύκαστος, χωρίον τῆς Λευκοσυρίας, ἀμφ’ο Λυκαστίας εἶπε τὰς Αμαζόνας. Χαδησίας δὲ αὐτὰς εἶπεν Ἐκαταῖος ἀπò τοῦ χαδῆσαι. Deux noms qui réapparaissent plus tard pour deux reines des Amazones, A.R. 2.999-1000.

377 Str. 12.3.15.

378 Épit. Mén.. 6020 Diller (§ 10 Müller) ; Eux.. 9R8-11 (§ 28-29 Müller).

379 Sir. 12.3.9 : Ή δὲ Θεμίσκυρά ἐστιν τῶν Άμισηνῶν, αὕτῇ δὲ Λευκοσύρων τῶν μετὰ τον λυν.

380 Il n'est χωρίον que dans la Scholie ad A.R. 2.999. citée n. 376

381 L'Iris fait partie des fleuves les plus importants de la région, par exemple pour le transport du bois, cf. Robert 1980. 67. n. 416. Sur son omission par Apollonios, voir infra n. 386.

382 B&W, 7 : “A wide plain formed by the delta of the Iris and the smaller river Thermôdôn. Here in classical times stood the eity of Themiskyra (Terme). [L'alluvionnement a transformé la géographie de la région] but it seems fairly certain that Limitai and possibly Themiskyra were delta ports on the banks of the two rivers which here reach the sea”. Voir aussi les descriptions de voyageurs, par exemple Kinneir 1813-1814, 44, ou Hamilton 1842, 280-284. et supra, p. 61-62. part. n. 160.

383 Theopomp. Hist., FGrHisl 115F389 : Str. 12.3.14. Sur ces monnaies, cf. Price 1993, SNG. pl. xl-xll. no°1053-1126.

384 Xen., An., 5.5-6. Au moment du passage des Dix Mille, sous la direction de Korylas, la Paphlagonie a étendu son pouvoir vers l'est jusqu'à Kotyôra. En 395, un autre Paphlagonien, Otys, s'allie à Agésilas contre Pharnabaze. A partir de 380, le Roi charge Datamès de recouvrer la région, et Datamès, satrape de Cappadoce, frappe monnaie à Amisos et à Sinope.

385 Amisos est le point d’appui de la reconquête perse, cf. Polyen 7.21.1 (Datamès) : [Ses troupes lui réclamant de l’argent] “il leur dit... qu’il devait aller à Amisos pour transformer le métal en monnaie” [les troupes protestant parce qu’Amisos est loin, et que c’est un endroit incommode pour hiverner]. Sur cet épisode et ses interprétations, cf. Debord 1999. 60 ; 357-366.

386 Cf. Vian & Delage 1976, ad 2. 961, p. 281 : “Il est remarquable qu'une autre édition du texte (proecdosist) omettait l'Iris, en donnant des v. 963-964 la rédaction suivante : ‘Ils laissaient derrière eux le fleuve Halys ; ils laissaient le pays, baigné par la mer, de l'Assyria qui forme une avancée sur le littoral’” : comme si Apollonios avait corrigé après coup une première version inspirée du seul Périple.

387 Sur la permanence des territoires de cités dans le découpage des frontières provinciales à l'époque impériale, cf. French 1991.

388 Sir. 12.3.10. Emporion, et non comme le traduit Lasserre 1981, “le port de commerce des habitants de Sinope”, ce qui ne s'appliquerait qu'à Armenè.

389 Str. 12.3.13 ; Arr., Per.M.Eux., 15.1.

390 Burstein 1976. 55 et 129 n. 57 juge que Sinope a été autonome pendant une vingtaine d'années après 361 a.C. Cf. Dcbord 1999, 85. sur la route de Tarse à Sinope, et le rappel opportun de l'origine cappadocienne de l'ocre dit “de Sinope”.

391 Hdt. 2.104 : Φοίνικες δὲ καὶ Σύριοι οἱ ἐν τ Παλαιστίν καὶ αυτοί ὁμολογέουσι παρ' Αιγυπτίων μεμαθηκέναι. Σύριοι δὲ οἱ περί Θερμώδοντα ποταμòν καὶ Παρθένιον καὶ Μάκρωνες οἱ τούτοισι ἀστυγείτονες ἐόντες ἀπò Κόλχων φασὶ νεωστὶ μεμαθηκέναι. Ce passage qui explique les raisons de l'extension de l'usage de la circoncision n'a pas de valeur précise, mais appelle à se figurer une vaste région qui s'étend d'une mer à l'autre à travers le continent. Sur l’histoire de la Paphlagonie et de la Cappadoce à cette époque, Debord 1999. 110-115.

392 Hdt. 2.34 ; Str. 14.3.1, et aussi 2.1.16 ; 11.2.17 : 12.1.3. Autre exemple. Périodes, F25 et Marcotte 2000. 64-65 et ad loc. p. 258.

393 Κιλικία. Έκ δέ τῆς Σινώπης τῆς ἐν τῷ Πόντιο διὰ τῆς ηπείρου καὶ τῆς Κιλικίας εἰς Σόλους ὁδός ἐστιν ἀπò θαλάσσης εἰς θαλάσσαν ήμερων πέντε. Le texte est celui de Müller, dont j'adopte la correction (Σόλους ὁδός pour Σολουσιδός).

394 Ce respect de l'ordre périplographique permet à son tour d'exclure l'hypothèse d’une intégration maladroite de la Kerasous de Xénophon dans un catalogue mal construit des emporia de Sinope.

395 Le mauvais temps pousse Tournefort 1717 à aborder à l'une (201) puis à l'autre (212).

396 Κάρουσα, Arr„ Per.M.Eux.. 14.5 ; Eux., 8V4I (§ 24 Müller) ; Hamilton 1842, 304-306. Cf. BP. 41 : “Gerze Limam”, 41°48'.4N 35°12'E : l'approche est directe. Il faut faire attention à une zone de hauts-fonds qui s'étend à environ 100 m ESE du Kösk Burnu à l'est de la ville. Le mouillage n'est protégé que de l'Ο et du N”. Cette description esl aujourd’hui obsolète, l'ancien port de Gerze ayant été entièrement entouré d'un port annulaire.

397 BP. 38 : “Aklimam 42°03'.3N 35°03'E : lorsqu'on arrive du nord, il est à 0,6 m au sud du Hamsi Burnu. De l'est, il est facile à identifier : l'entrée du port, le phare, et le quai sur le côté nord de l'entrée, et la petite île au sud sont aisément repérables. Attention aux hauts fonds de chaque côté. Bon abri par tout vent”.

398 Xen. 6.1.15. ρμήνη pour l'Anabase, ρμήνη pour St.Byz. s.v. La description est de Stoop 1977-1978. Elle a recherché les murailles que signalait le proverbe mentionné par Str. 12.3.10 : “Qui n’avait rien à faire munit Armenè de murailles”, et a trouvé la carrière qui a servi à les bâtir. Le site est enchanteur, mais la superbe forêt qui le recouvre aujourd’hui laisse mal deviner des vestiges archéologiques.

399 Épit. Mén., 5910-5912 Diller (§ 9 Müller).

400 Cf. BP. 38. Hamsilos (mouillage), 42°04'.8N 35°02'.5E : “L'approche est directe le long de la côte par le N. d’où l’on voit facilement la baie à 0,4 M du Hamsi Burnu [pointe orientale de l'Ince Burnu] (42°03’.6 N 35°03'.1E). ou de l’est, où il ne faut simplement pas le confondre avec Aklimam. On peut s’y ancrer ou s’ancrer à terre. La baie fournit un abri des vents d’E, dans sa plus grande partie, et un bon abri contre tous les vents dans sa partie nord ouest, mais attention aux hauts-fonds. L’un des trois ancrages protégés de la côte nord de la Turquie”.

401 Cuinet 1893, 590. La région de Sinope est grande productrice de bois, ci. 570, Sandjak de Sinope : [L’abondance des bois a fait la célébrité des chantiers navals de Sinope] “Parmi les nombreux ruisseaux qui descendent des montagnes et des collines, de toutes parts dans le sandjak de Sinope, abondamment approvisionné d’excellente eau fraîche et limpide, on peut citer l’Ayandjik-sou, hameau maritime du caza d’Istefan [à l’ouest de Sinope sur la côte] pour le transport, au moyen du flottage, du bois qu’ils coupent aux environs. Le Tchobanlar sou sert au besoin au même usage, dans le caza de Sinope, aux habitants de Tchobanlar Keuï [voisinage de Gerze].

402 Sur ce choix, voir Robert 1937, 266 n. 1. L. Robert est revenu à plusieurs reprises sur Tieion et son territoire, en particulier Robert 1977,59-64 ; Robert 1980, 176-181 (sur le Billaios et la vigne).

403 Debord 1999, 110-115.

404 Sur la Paphlagonie, cf. Rüge & Bittel 1949, et, pour des études spécifiques, Leonhard 1915, 288-308 et von Gall 1966 qui soulignent les influences thraces et phrygiennes.

405 Cf. Counillon 2004a.

406 FGrHist 491F4 = Str. 12.3.25. L'Assyria pontique est rattachée à la Cappadoce. Pour les historiens grecs, les Enetoi homériques sont naturellement la souche dont sont issus les Vénètes de Vénétie, sinon de Bretagne.

407 Il s’agit des régions intérieures de la rive droite de l'Halys, aux environs de Çorum. Merzifon et Amasya.

408 Hdt. 1.6 ; 1.72 : l’Halys sépare les Syrioi des Paphlagoniens. Certains passages montrent qu’Hérodote connaît une Paphlagonie côtière, 1.28 ; 3.90 ; 7.72. Cf. Debord 1999. 83-88. Mais la localisation des sites est impossible ; que penser d'une phrase comme Hdt. 2.104 : “Les Syrioi établis dans les vallées du Thermôdôn et du Parthenios”, sinon qu'Hérodote distingue mal les peuples des lieux.

409 Ctes.. FGrHist 688F58.

410 Cf. ATL III. 89 ; 116-117.

411 Cf. Burstein 1976, 31-41 sur cette période de l'histoire d'Héraclée ; Debord 1999, 90-91, sur la présence athénienne. Sur l'expédition de Lamachos dans le Pont. ci. Th. 4.75.

412 Xen., An.. 5.5-6 etc. Ephor., FGrHist 70F70, Theopomp.Hist., FGrHist 115F179. F388. Théopompe suit dans le détail les opérations de Datamès, mais distingue mal Bithyniens. Mariandynes et Paphlagoniens.

413 Cf. Counillon 2004a.

414 Price 1993. no 1322-1349 (Krômna) ; no 1354-1358 (Sèsamos) ; Stancomb 1999, no 742-745. Krômna ; no 747-749. Sèsamos. Les types sont originaux pour la région.

415 FGrHist 1F198 = St.Byz. s. Σιεφανίς· πόλις Μαριανδυνών, Ἐ καὶαῖος Ἀσία.

416 Tournefort 1717, 199-200. HP. 37 : Çalioğlu, 41°58'N 34°30'.4E. Un village subsiste, et une digue moderne abrite les bateaux de pêche en saison ; les vestiges du port antique ont sans doute disparu sous le béton. L'Usta Burnu est toujours le cap Stephano pour les pêcheurs de Sinope.

417 Taitbout de Marigny 1830. 23-24. De même, après Karambis, le navire de Clavijo rencontre des vents différents, Kehren 1990, 134 : “Un brouillard épais était apparu. A l'heure de tierce un vent violent se leva, la mer se souleva en fortes vagues et nous craignîmes une tempête. Comme il n’existait pas de port avant une longue distance, nous continuâmes à naviguer”.

418 Voir supra, p. 45-46.

419 Hommaire de Hell 1854, 338-339 ; Daussy 1859, 84. B&W, 67 : “There are three indications that Karambis was more than a cape... Nothing appears to survive today on the cape itself. However. about 2 km east ot Cape Karambis lies the village and skala of Fakas ; it was in 1972 effectively reached only by sea”. Le Kerembe Burnu ne se distingue pas véritablement des caps qui l'entourent, mais le paysage reste très impressionnant, et c'est tout sauf un “méchant petit cap”. Adèle Hommaire de Hell avait, il est vrai, donné à son mari quelques raisons d'être jaloux de Taitbout de Marigny.

420 Κύτωρος. A.R. 2.942 ; τò Κύτωρον. Str. 12.3.10 : Tò δὲ Κύτωρον ἐμπόριον ν ποτε Σινωπέων, ὠνόμασται δὲ ἀπò Κυτώρου τοῦ Φρίξου παιδός, ὡς Ἔφορός φησιν = Ephor.. FGrHist 70F185. On trouve aussi ἡ Κύτωρος, par exemple EM. s. Κρωβίαλος. Ps-Zonaras. s. Κύτωρις· ονομα ποταμοῦ.

421 Taitbout de Marigny 1830. 22. HP. 32 : “Sütlüce (Gideros Limam), 41°51.9Ν 32°51.5Ε. Difficile à identifier. L'entrée est à 1 mille à l'est du Tosun Burnu (41°52'N 32°53’E)... Du côté ouest, il y a des récifs. L'ancrage est commode, protégé de tous les vents, bien que quelques vagues puissent pénétrer dans la baie par fort vent du nord”. Robert 1980 lui consacre un chapitre, 147-150. On retiendra en particulier que Kytôros servait de port lorsque Cide devenait dangereux (p. 150, n. 26) ; voir par exemple Hommaire de Hell 1854. 334. C'est un superbe paysage.

422 Str. 12.3.10.

423 Taitbout de Marigny 1830, 21-23.

424 Robert 1980, 162-163. Amastris est décrite par Str. 12.3.10 et par une notice très complète d'Eustathe, ad Il. 2. 853, vol. I. p. 569.

425 Ehrhardt 1983, 53. Schol. ad A.R. 2. 941-942 ; “Elle reçut son nom à l'origine du fait que les <lacune> reçurent des Cariens qui voulaient fonder la ville du sésame en échange du territoire”. Reste à savoir s'il s'agit bien de la même ville. Sur la fondation par Phinée. cf. Eustathe, lac. cit. n. 424 : οἰκίσαι ταύτην ὁ τῆς παλαιᾶς ιστορίας Φινεύς), à moins que Phinée en ait été le fondateur (St.Byz. s. Σήσαμον, ἐν ᾖ ᾢκησεν ὀ παλαιòς Φινεύς)

426 Cf. n.414.

427 Polyen 7.21.2 (Datâmes).

428 Sur le Parthenios (Bartin Su) et sa vallée, l'utilisation de son embouchure comme port et les exportations de bois qui se font à partir de ce dernier, cf. Robert 1980. 169-178. Mais le nom est assez commun, il désigne par exemple l'Eubée (Παρθένιος, Schol. ad Pi., O, 6.149) ou une cité de l'Eubée (St.Byz. s. Παρθένιον) ou le premier nom du Meuve Imbrasos de Samos, cf. Vian & Delage 1976 ad A.R. 1.188. Son identité avec le Parthenios d'Hésiode n'a rien d'assuré.

429 Robert 1937, 272-276 ; carte p. 270. fig. 2 : von Diest 1889. 74-75 repère l'enceinte de la ville à l'est, reliant l'acropole du bord de mer à un fort hellénistique (Kuleh Tepe), au nord de la route qui permet de rejoindre le gué du Billaios depuis Hisariinu. Cette route se termine par un “Sperfort”. Les restes du quai au pied de la citadelle et d'un môle sont encore visibles (pas pour très longtemps sans doute, car les blocs de ciment du prochain briselames étaient prêts à l'utilisation en mai 2002 ; le port était battu par le vent de N.O et les vagues le jour de ma visite).

430 Ar.Byz., Epit.. 2. 371 : Ἐν Κολούσυις δὲ τῆς ρκαδίας. Hsch..s. κολοῦσθαι κολοβοῦσθαι ; Schol. ad A.R. 3.1040 : κολούσας, κολοβώσας ; κολούων ; μειῶν, ἐλαττῶν en rapport avec l'adjectif κόλος, “écourté”. Voir aussi Schol. ad Nic.. Ther., 525 : κολούσας - κόψας. κλάσας.

431 Ce qui m'a amené à écrire Κολοῦσσα sur le modèle d'Oφιοῦσσα, p. 73. Cf. Dion 1977. 26-29. Voir toutefois Laroche 1975, car le hittite présente les mêmes suffixes et des toponymes de forme similaire.

432 Mela 1.19.104.

433 Taitbout de Marigny 1830, 23 : “Depuis le cap Kérempé jusqu'au cap Indjé, on compte 75 milles. La côte n'a presque pas de sinuosité et court E. et O. On y trouve quelques plages qui sont fréquentées par des bâtiments du pays et dont les plus remarquables sont Andoune et Istéfane.” Le lieu est déjà mentionné par Haci Khalfa, cf. Armain 1846, 711.

434 Daussy 1859, 86. Hommaire de Hell 1854, 343 y reconnaît des ruines du Bas-Empire, “un tronçon de colonne et un piédestal”. Le rapprochement entre Koloussa et Gelesou mériterait peut-être d'être exploré.

435 Il y a une Korôneia (Κορώνεια) en Béotie, une Korônè (Κορώνη) en Messénie : Korônis est aussi un nom de personne (l'une des Hyades).

436 Le port moderne de Kinolis est Konakli liman, 41°58'N 34°10'E, qui dans son état de 1993, offrait un port exposé au N et à l'E. Antikinolis pourrait avoir été à Çatalzeitin, bien mal protégé cependant des vents de nordouest. Peut-être s’agit-il en fait de la baie située “de l'autre côté” du Liman Burnu ? Elle n'est pas abritée du nordouest non plus, mais présente un mouillage alternatif favorable par vent d’est. Clavijo trouve refuge à Kinolis en arrivant en pleine nuit d'Inebolu, dépourvue de port. cf. p. 43.

437 Dans le Périple, λιμήν est souvent placé avant le mot auquel il est apposé dans des constructions sans ambiguïté, cf. § 13 : πόλις Μεγαρὶς καὶ λιμὴν Ξιφώνειος ; § 14 : Μεταπόντιον, Τάρας καὶ λιμὴν Ύδροῦς : § 47 : λιμήν ἐν αὐτῷ Όλους ; § 98 : λιμὴν Πιτάνη. Comme on l’a vu pour Chersonèsos, la qualification du toponyme entre dans le processus de définition du lieu et ne fait pas forcément partie intégrante du toponyme lui-même (comme Σινδικòς Λιμήν). On peut comprendre “Port Psylla”. ou “avec comme port. Psylla”, ce qui est différent.

438 A.R. 2.901-910.

439 Vian & Delage 1976 ad loc. : Arr., Per.M.Eux, 13.4-5 et Müller ad loc (GGM, I. p. 384).

440 Entre l'Oxinas et Psylla, il y a 180 stades pour Arrien. 90 pour Eux.. 8V 14-15 (§ 13 Müller). et 90 de l’Oxinas à Tieion.

441 Robert 1980, 181-183 et 188. Les distances sont celles d’Arrien.

442 Robert 1937, 275 n. 3 ; 286. Cf. Robert 1980, 178 : “Aussi l’image de Dionysos apparaît-elle souvent sur les monnaies, avec la panthère ou avec un satyre etc. Il était considéré comme le fondateur de la ville dont le Milésien Teios... était l’éponyme. Sous Trajan, le dieu avec le thyrse et le canthare, versant à boire à la panthère, est appelé κτίσ(τῆς)” ; 187-188 : “Pour rester dans la Bithynie et la Paphlagonie, Héraclée est la voisine de Tieion ; les deux villes se partagent la côte et sans doute Tieion possède le littoral jusqu'à l'Ouest de Krènides”.

443 Call., h.Cer., 15. Déméter vient s'installer au Καλλίχορον φρέαρ, Apollod., Bibliotheca, 1.5.1, et Paus. 1.38.6, φρέαρ τε καλούμενον Καλλίχορον, ένθα πρώτον Ἐλευσινίων αἱγυναῖκες χορόν έστῆςαν καὶ ᾖσαν ἐςτῇν θεόν. Voir aussi Call. F 600 Pfeiffer.

444 Robert 1980. 189-190 : “Ces noms pourraient avoir été sinon créés, du moins adaptés pour justifier les traditions d’origine arcadienne de cette région, légendes hellénisantes comme ce dut avoir lieu pour le fleuve Mélès de Cromna-Amastris... Comme tous les Grecs, mais plus encore sans doute, les colons des villes du Pont-Euxin asiatique attachaient une extrême importance à ce que leur pays ait été nommé par l'Iliade... quoi de plus naturel alors pour les gens de Tieion de retrouver leur Lâdon dans Hésiode, entre le grand Sangarios et le Parthenios”.

445 Cf. Robert 1963, 536-538.

446 Cf. p. 70-71.

447 Burstein 1976, 4-6 pour cette description du site et du port d'Héraclée et 7-11 pour les Mariandynoi. Le port est décrit par Lehntan-Hartleben 1923, 130-131. Sur la question de la fondation d Héraclée, voir par exemple Burstein 1976, 13-21 et Marcotte 2000, 262-263.

448 Sur l'étendue de ses rapports avec Athènes, cf. Burstein 1976, 30-42.

449 Burstein 1976, 123 n. 65 : “[Ménippe. Arrien et Eux. ] list a string of emporia and anchorages for ships, extending from the Sangariux River to Tium... the emporia were founded in the Hellenistic period, but the anchorages... have been used earlier by merchants to purchase agricultural products directly from the estates of Heracléotes. This would spare the difficulties and high costs involved in moving their products to Heraclea by land”.

450 Voir par exemple Delage 1930, 144.

451 Burstein 1976, 100 n. 64.

452 Voir l'étude de L. Robert 1980, 11-128.

453 Burstein 1976. 28 : “Although the initial Heracleote victory may have extendcd the city's territory westward to the Cales River, by 424, the Heracleotes had pushed across the Hypios River to the borders of Bithynia. that is to the Sangarios River, where the boundary between the two peuples seem to have stood in 400”.

454 Ptol., Geog.. 5.1.3. On y a trouvé une borne frontière, Burstein 1976. 1 15 n. 63. Sur le conflit avec la Bithynie. Robert 1980. 5-10. Le fer des Mariandynes dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes”.

455 Périodes, F34 Marcotte. Hommaire de Hell 1834 signale la présence de citernes, “l'eau ayant dû être la condition sine qua non d'existence pour toute colonie qui voulut primitivement s'établir dans l'île”.

456 Burstein 1976, 135 n. 6 et p. 68-69 : “Ps-Skylax refers to the existence of a Heracleote seulement on the island of Thynias just off the Bithynian coast near Calpe Limen. Although the island had been in Heracleote possession at least silice the second half of the fifth century, the sources suggest that until the middle of the fourth century il had no population other tlian to manage the shrine of Apollo Eos that had been established on it”.

457 Sur ce passage, voir la discussion p. 27-28.

458 Pour une mise au point sur la Bithynie à cette époque, voir Debord 1998.

459 Tournefort 1717. II. 177 ; sur le contexte, cf. p. 51. Un siècle plus tard, son intérêt d'escale a été bien perçu par les Ottomans, comme en témoignentTaitbout de Marigny 1830, 17 et Hommaire de Hell 1854,306 : “Riva possède un fortin quadrangulaire flanqué de tours et défendu par une douzaine de pièces de canon. Il est posé sur un massif de roche trachytiques... Ce fort est baigné par un petit lac qui s'étend dans l'intérieur des terres, à une distance d’au moins 20 kilomètres, tandis que sa longueur paraît atteindre 300 à 400 mètres. Il se trouve fermé aux eaux de la mer par une digue de sable que soutiennent des madriers et des fascines, et peut s'ouvrir à volonté pour faire entrer dans le lac les barques qui viennent charger du bois de chauffage. Le lac s'incline vers l'est, derrière la ville. A dix minutes environ, s'élèvent ce qu'on appelle les Cyanées d'Asie, à quelques encablures du rivage. Tous cet ensemble est très pittoresque.

460 Voir supra, p. 37-38.

461 Cf. Debord 1998,141.

462 Voir par exemple, p. 73.

463 Cf. Debord 1999.91.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La côte de Trapezous à l'Apsaros.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 2. Zephyrios Limèn, Choirades et l’île d’Arès.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 3. La Themiskyra.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10107/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4. Sinope et son territoire.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 5. La côte de Sinope à Kurambis.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10107/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig 6. La côte de Karambis à Tieion.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10107/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search