Version classiqueVersion mobile

Pseudo-Skylax : le périple du Pont-Euxin

 | 
Patrick Counillon

3. Les Grecs et le Pont-Euxin

Texte intégral

3.1. La mer Noire

Géographie

1Le Pont-Euxin délimite un vaste territoire (1 080 x 620 km, 461 000 km2 avec la mer d’Azov) : la Chersonèse Taurique, à elle seule, par exemple, couvre approximativement la surface du Péloponnèse, et elle est parcourue par une chaîne de montagnes qui culmine à I 500 m. Il fallait environ 3 jours et 2 nuits de navigation pour aller au plus court du cap Karambis (en Paphlagonie) au Kriou Metôpon de Taurique ; et 9 jours et 8 nuits pour aller du Bosphore au Phase. La navigation y était considérée comme dangereuse à cause de ses tempêtes soudaines, de la rareté de ports vraiment protégés : on disait qu'Euxin était un euphémisme pour Axin (“hospitalier” pour “inhospitalier”), étymologie populaire ; s'il est vrai qu'Axin recouvrait l'iranien Akshana, “la Sombre”, la mer Noire, Kara Deniz, a aujourd'hui retrouvé son nom ancien.

  • 103 Spencer 1854 : “Un autre désavantage de la côte russe de la mer Noire est le froid intense qui y r (...)

2Allongée entre les 25°-39° long, E., la mer Noire est située entre 41-470 lat. N., entre Madrid et Poitiers. Mais le climat et le paysage y sont très différents suivant la région. On peut en effet approximativement la diviser en deux bassins au niveau des caps Karambis et Kriou Metôpon, division à la fois géographique et climatique puisqu'elle se signale par une orientation différente des vents et des courants : on prend le vent à la sortie du Bosphore de Thrace pour piquer sur Theodosia (Cafta) ; on profite du courant descendant pour naviguer vers le sud le long des côtes de Géorgie. La partie occidentale, du Bosphore à la Crimée, représente l'extrémité des plaines d'Europe Centrale au nord et à l'est des Carpathes, drainées par de grands fleuves navigables en profondeur, tout particulièrement l'Istros (Danube), le Tyras (Dniestr), l'Hypanis (Boug), le Borysthène (Dniepr) et le Tanaïs (Don) avec le marais ou lac Méotide (la mer d'Azof). C'est une région où se fait sentir le climat continental, aux hivers froids et aux étés brûlants – on se souvient des plaintes d'Ovide exilé à Tomis, au sud du Danube, ou de la gloire de Diophante, ce général de Mithridate qui put se vanter d'avoir battu les Scythes deux fois au même endroit dans la défense de Chersonèsos, une fois sur la glace et une autre fois dans une bataille navale103. La partie orientale et méridionale de la mer Noire est protégée par le Caucase, au nord et à l'est, et par les chaînes politiques au sud ; le climat y est relativement tempéré : on sait que les côtes de Crimée et du Caucase sont une Riviera, que l'on cultive le riz et le thé à Rize en Turquie, le thé en Géorgie, et que les oliviers poussent à peu près partout sur la côte de Trahzon à Sinop :

  • 104 Fontanier 1834, 61-62. On trouve en fait des oliviers à partir d'Amasra, souvent dans les bassins (...)

“Le climat de la mer Noire est tout à fait différent à l'est et à l'ouest de Sinope. Entre cette ville et Constantinople, l'olivier et l'oranger ne croissent pas en pleine terre ; le froid est très vif pendant l'hiver ; les brouillards s'y amoncellent fréquemment ; le vent souffle avec une grande violence. Il n'en est pas ainsi de Sinope jusqu'au fond de la mer Noire...[climat doux en permanence, été comme hiver|. Si dans la première région les vents du nord causent de fréquents naufrages, la seconde ne connaît que ceux de l'est et de l'ouest. Par le vent d'est, le ciel est d'une extrême pureté, et ce vent est d'ailleurs si faible qu'il ride à peine la mer. Mais les vagues que le vent d'ouest a soulevées d'une extrémité à l'autre du Pont-Euxin sont souvent très considérables ; les nuages et la pluie l'accompagnent toujours. La neige ne tombe qu'avec le vent du sud qui se précipite des montagnes”104.

3En revanche, sauf entre le Bosphore et Héraclée, les sommets des Alpes Politiques, qui atteignent couramment 4 000 m, sont tout proches, et les plaines côtières sont extrêmement étroites. Quelques grand fleuves y tracent leur route et déterminent en même temps des voies de communication : le Phase et surtout l'Apsaros (Çoruh Nehri), dont la haute vallée touche à celle de l'Euphrate et du Lykos ; le Lykos (Kelkit Çay) dont la vallée longe d’est en ouest les Alpes Pontiques avant de rejoindre l'Iris (Yesil Irmak) avant que celui-ci ne se jette dans la mer Noire à proximité d'Amisos (Samsun) ; l'Halys (Κizil Irmak), enfin, qui draine toute l'Anatolie centrale et servait de frontière dès le temps de Crésus. Les autres fleuves sont relativement courts, et plus on avance vers le Caucase, plus les montagnes sont hautes et raides, montagnes jeunes, recouvertes d'une végétation impénétrable : les Turkmènes décrivent une effrayante forêt lorsqu'ils tentent au xive-xve siècles de passer les cols qui mènent vers la côte depuis le plateau anatolien.

  • 105 Pour la côte occidentale, voir, par exemple, Nawotka 1997, 3, et en particulier Kryzhitskii 1997 p (...)

4Nous avons tendance à considérer la mer Noire comme une entité géographique, peut-être parce que nous avons appris à le faire avec Hérodote ; or, celte unité est douteuse. Entre les contreforts du Caucase et les plaines de la Dobrudja, ou entre les étroites côtes politiques de la Turquie et les côtes de Crimée, les systèmes climatiques, le régime des fleuves, la nature du paysage et de la végétation sont profondément différents, et demandent à être définis en particulier105. A ces paysages différents correspond aussi une diversité de ressources que les cités ont dû exploiter chacune selon sa situation : le blé a fait la richesse du royaume du Bosphore, Héraclée a échangé son vin contre le blé de Kallatis, les esclaves d'Istros ou les salaisons de thon et d'esturgeon d'Olbia et Sinope. L'opposition entre le nord-ouest et le sud-est de la mer Noire n’est pas seulement climatique, d'ailleurs : les deux régions ont connu une histoire différente. Au nord et à l’ouest, les Grecs ont trouvé des territoires facilement colonisables, des terres riches et vierges où les cités disposaient des ressources agricoles dont elles avaient besoin ; mais installées en pays ouvert, elles ont souvent été les victimes des peuples qui défilaient au large de leurs territoires. Les cités de l’est et du sud, le plus souvent cantonnées à d'étroites plaines côtières ont eu plus de mal à trouver leur équilibre ; en revanche, leurs montagnes les protégeaient longtemps des mouvements de population qui frappaient par exemple le plateau anatolien (guerres contre les Perses, guerres des Diadoques, invasions arabes, turques et mongoles plus tard), leur permettant de survivre de longs siècles et d'être l'un des ferments de l'hellénisation en profondeur de cette région du monde. Climats différents, populations différentes dans l'Antiquité déjà, ressources différentes, l'espace d'échange pontique a certes existé, mais n'a probablement pas connu d'unité politique avant l'époque impériale, en dehors du court règne de Mithridate.

  • 106 Plb. 4.39-42, dont sont extraits les passages cités (trad. Roussel 1970).

5Enfin, les paysages qu'offre aujourd'hui la mer Noire eux-mêmes sont trompeurs. Déjà Polybe, dans sa célèbre description du Pont-Euxin, évoquait un paysage en évolution, une mer en cours de comblement106 :

“Ainsi, le comblement du lac Méotide est dès à présent pratiquement achevé. Sa profondeur, presque partout, se situe entre cinq et sept orgyies et les grands vaisseaux doivent, pour le traverser, se faire guider par un pilote... L'Istros, qui coule en Europe, vient se jeter dans le Pont-Euxin par plusieurs bouches et le limon qu'il y dégorge a formé au large un banc d'alluvions, qui, à une journée de navigation de la côte, s'étire sur près de mille stades de longueur. Il arrive que des vaisseaux se trouvant encore en pleine mer viennent de nuit s'échouer sur cet obstacle invisible”.

  • 107 Koshelenko & Kuznetsov 1998, 249-251 ; Muller et al 1999, 595.
  • 108 Kondrashov 1995 identifie les ruines du port de Korokondamè près du cap Panagya, à l'abri d'une ba (...)
  • 109 Lorsque l'on suit la courbe des - 5 m sur les fonds marins, Muller et al. 1999 ou Kuznetsov 2001.3 (...)
  • 110 Koshelenko & Kuznetsov 1998, 251 : “The Taman Peninsula constituted the insular delta of the Kuban (...)
  • 111 Goranka 1991 ; Nawotka 1997,4.
  • 112 Kacharava 1990-1991. Sur Phasis. cf. Lordkipanidze 2000, en particulier 47-52.
  • 113 Certains des vestiges décrits par B&W ou des Courtils & Rémy 1986 ont d'ores et déjà disparu.

6Le climat a connu d'importantes variations qu'a accompagnées une très importante variation du niveau de la mer comme en témoigne par exemple l'histoire géologique du Bosphore Cimmérien (détroit de Kertch). Dans la presqu'île de Taman, “le niveau marin actuel est le plus haut jamais atteint”, de 7 m. plus haut qu’au iie s. a.C.107. Dans la région de Panticapée, au cap Panagya, la mer a monté de 4 mètres et complètement noyé une barrière de récifs qui déterminait l’accès à Panticapée108. Le chenal qui menait à Phanagoria devait être beaucoup plus étroit qu'aujourd’hui109. En même temps que la mer montait, le delta du Kouban ne cessait de se combler, rattachant toujours davantage la Péninsule de Taman à la terre ferme tandis que se comblaient progressivement des lagunes comme celles d'Arkhanizovski, de Kiziltash ou de Vitazevski. Dans l'état actuel des recherches géologiques le cours du Kouban antique est inconnu110. Sur la côte occidentale, des ports ont été submergés : Berezan a été érodée, une grande partie de la Kallatis antique est sous la mer, et les terres ont été envahies par les eaux parfois jusqu'à 25 km à l'intérieur des terres111, Dans la partie orientale, comme nombre d'anciens sites côtiers, l'ancienne Phasis est sous les sables, si elle n'est pas sous le delta du Rioni112. Quant à la côte turque, qui ne semble pas avoir connu de grands bouleversements telluriques au cours des derniers siècles, elle a cependant vu s'étendre les deltas des grands fleuves comme l'Halys ou l’Iris, et actuellement la Turquie ouvre une autoroute le long de côtes autrefois inaccessibles autrement qu'en bateau : les paysages côtiers et le mode de vie des habitants en sont et en seront définitivement bouleversés113

Navigation

7La navigation en mer Noire dans l'Antiquité a peu à voir avec les croisières des énormes pétroliers qui traversent aujourd'hui le Bosphore. Tout n'a pas changé : les courants, les vents, les besoins des hommes sont restés les mêmes ; mais comprendre où passaient, où s'arrêtaient les bateaux antiques exige le recours à des sources comparables, appuyées sur l'expérience et l'usage de gens qui dépendaient des vents et des courants, et non de leurs moteurs. C'est pourquoi ce chapitre est bâti sur les récits des voyageurs des siècles derniers.

Conditions météorologiques

  • 114 Taitbout de Marigny 1830. 12.
  • 115 Sur le passage du Bosphore par les Grecs, voir la synthèse de Tsetskhladze 1994, 111.
  • 116 Spencer 1854, 238-239, connaît bien les côtes russes et caucasiennes, mais semble n'avoir qu'une c (...)

“La côte méridionale de Crimée, celles d'Anatolie et de Circassie, bordées par de hautes montagnes, sont des atterrages faciles. En Romélie, on ne trouve que ceux des caps Kali Akri et Emona. Les embouchures du Danube et tout le littoral compris entre elles et la partie septentrionale de la Crimée sont dangereux parce qu'ils ne peuvent être vus que de fort près, à cause de leur peu d'élévation”114
“[La mer Noire] n'est pas, en fait, plus tempétueuse que les autres mers ; mais comme nous l'avons déjà signalé, elle est susceptible d'être la proie de brouillards soudains et denses, en particulier le long de la côte marécageuse de l'embouchure du Danube, Odessa, Taganrog, et près de l'embouchure du Bosphore, où les courants poussent vers le rivage115 ; et la côte, dans son ensemble, n'est pas bien pourvue de ports et de phares, en particulier sur la côte circassienne et orientale... La navigation n'y rencontre pas de récifs, sinon aux alentours du cap Kerpen [Karambis] ; et les seuls bancs de sable dangereux se trouvent à l'embouchure du Dniepr. Il n'y a pas de marée sensible en mer Noire : il y a cependant abondance de courants violents et dangereux ; et on ne trouve pas d'endroit où le mauvais temps se fasse ressentir davantage que lorsqu'un navire doit lutter contre eux, tout particulièrement au voisinage du Bosphore”116.

8L'importance de ces courants est soulignée aussi par Taitbout de Marigny :

  • 117 Taitbout de Marigny 1830, 13.

“Ce n'est qu'à une assez petite distance des côtes que les courants peuvent faire commettre des erreurs considérables. Celui qui doit son origine au Don, après sa sortie de la mer d’Azov, s'avance au sud-ouest le long de la côte méridionale de Crimée, jusqu'à une certaine distance du cap Khersonèse. Ceux du Dnièpre et du Dnièstre, qui se portent au midi, se joignent à lui, ainsi qu'aux eaux du Danube, et courent en masse vers le canal de Constantinople, qui n'en reçoit qu'une partie. Le remous rejette l'autre sur la côte d'Asie, qu'elle longe à l'est, et qui suit ensuite, vers le nord, la Mingrélie et la Circassie. Cette marche, généralement observée, des courants de la mer Noire, cède parfois, dans certaines parties, à l'impulsion des vents ou à quelque particularité locale”117.

  • 118 Hind 1998, 140.
  • 119 Taitbout de Marigny 1830, 13-14.
  • 120 Taitbout de Marigny 1830, 15. Idem, Spencer 1854, 239. Xen., An., 5.7.7 : “Vous savez aussi que le (...)

9L'orientation de ces courants en mer Noire éclaire le sens des flux commerciaux et les fondations de cités dans l'Antiquité, placées les unes par rapport aux autres de façon à exploiter ceux-ci au mieux. Pour J. Hind, la création de Kallatis aurait permis aux Mégariens de profiter des courants pour compléter le réseau triangulaire qui permettait de relier Héraclée et Chersonèsos118. Enfin le régime des vents a naturellement ses particularités : “Le Nord-Est amène dans la mer Noire un temps clair, et le froid en hiver. Le Nord-Ouest au contraire est accompagné, ainsi que l'Ouest, de brouillards et d'humidité” 119. “Vers le milieu de l'été, les vents de la partie du Nord s'établissent ordinairement. Ils font place, plus tard, à ceux du sud, qu'on voit reparaître assez fréquemment en Janvier, Février et Mars. Le vent du Nord expose souvent les bâtiments qui viennent de la Méditerranée dans la mer Noire à passer des mois entiers aux Dardanelles et dans le détroit de Constantinople... La côte de l'Asie Mineure est rarement exposée à la violence des vents du Nord qui s'y changent en Est ou en Ouest, par le choc des montagnes : ils n'en approchent que par petites brises. J'ai souvent observé la même choses sur la côte de Circassie, pour le vent d'Ouest ou de Sud-Ouest, et sur celle de la partie méridionale de la Crimée pour le Sud-Est”120.

  • 121 Winfield 1977, 154 : “The prevailing wind over the Black Sea is a north-westerly and so a sheltere (...)

10En règle générale, le vent dominant est le vent de noroît, et cela joue un rôle primordial dans l’implantation des ports et des cités121. A ces vents réguliers, il faut ajouter des tempêtes brutales, en particulier au pied du Caucase et des Alpes politiques. Ainsi en est-il de la côte caucasienne :

  • 122 Taitbout de Marigny 1830,45.

“Elle est presque partout accore et garnie de hautes falaises, qui, par leurs formes, généralement cintriques... rendent facile la reconnaissance des mouillages. Les tempêtes du large sont rares sur cette côte qui en est défendue par ses hautes montagnes : |mais| les vents du N. et de ΙΈ. au contraire, se précipitent avec furie de leurs sommets et font reconnaître toute la justesse du surnom donné par les anciens au Caucase, de lit de borée”122.

11Il est sensible jusque sur la côte de Crimée :

  • 123 Kouprine 1924,49-50.

“Voilà trois jours pleins que souffle le bora. Le bora, autrement dit le vent du nord-est, qui prend naissance quelque part dans les montagnes chaudes, dénudées, auprès de Novorossijsk, dévale dans le cirque de la rade, répand sur toute la mer Noire une terrible agitation. Sa force est si grande qu’il fait dérailler les wagons chargés de marchandises, renverse les poteaux télégraphiques, détruit les murs de brique à peine maçonnés, terrasse les passants isolés... Les vieux pêcheurs prétendent que le seul moyen de lui échapper, c'est de fuir vers le large. Et il y a des cas ou le bora entraîne à travers la mer Noire, vers les côtes d'Anatolie, à cent cinquante milles de distance, quelque barque à quatre rameurs ou quelque felouque turque, à la coque décorée d’étoiles d'argent” 123

12Tout au long de son voyage de Novorossijsk à Batumi, Spencer signale ces coups de vent brutaux qui mettent son navire en danger, à Anapa, “only capable of receiving small vessels. which run the risk of being driven out to sea when the wind blows with violence”; à Vadran (Tuapse), “bay of Vadran... of little value as a harbour, except during a few months in summer, for here the mountains commence rising to a very considerable elevation up to alpine regions of Elbrous, which renders this part of the Black Sea, when the wind blows front that quarter, extremely dangerous to the mariner”.

13De même à Pitzounda :

  • 124 Spencer 1854, 296-310. Le phénomène vaut aussi pour la côte pontique de Turquie si j'en crois M. K (...)

“On leaving Pitzounda for the next military station. Bombera, we were overtaken by one of those sudden storms, very frequent in this part of the Black Sea, and which now descended upon us front the alpine region of the stupendous Elbrous, with ail the violence of a hurricane. Happily, by standing out at sea, we were prepared to meet his utmost fury ; but the vessels composing our little fleet were scattered in every direction”124.

14Enfin, un coup de vent semblable met la flotte d'Arrien en péril à l'approche d’Athènes du Pont (Pazar) :

  • 125 Arr.. Per.M.Eux., 3-6.

“De là [Hyssou Limèn, près de Sürmene] nous naviguâmes tout d'abord avec les brises qui soufflent des fleuves à l'aurore, et tout en nous aidant des rames... Ensuite survint un calme plat... Et puis soudain, une nuée se levant creva en plein du côté de l'euros [vent d’est 1 et dirigea sur nous un vent violent et juste de front...[ils parviennent à Athènes du Pont] Le mouillage peut, pendant la belle saison, accueillir des navires en petit nombre et leur offrir un refuge à l'abri du notos [vent du sud] et même de l'euros ; il peut aussi protéger du borée [ vent du nord| les bateaux au mouillage, mais assurément pas de l'aparkias. ni du vent appelé thraskias dans le Pont, skiron en Grèce [noroît et nord-nord-ouest[. A la nuit tombante, les claquements du tonnerre et les éclairs régnaient en maîtres et le vent n'était plus le même : il avait tourné au notos, puis en peu de temps du notos au libs [vent d'ouest]. et les navires n'étaient plus en sécurité au mouillage. Aussi, avant que la mer ne se déchaînât tout à fait, nous tirâmes au sec à l'endroit même tous ceux que cette localité d'Athènes pouvait accueillir, sauf la trière : celle-ci, en effet, mouillant à l'abri d'un rocher, était à l'ancre en lieu sûr. Le gros des navires, on décida de les diriger sur les plages voisines pour les tirer au sec. Ce qui fut fait, si bien que tous s'en tirèrent sans dommage, sauf un que la vague, au moment de l'accostage, alors que, virant trop tôt. il se présentait de flanc, souleva, jeta au rivage et fracassa... Cette tempête dura deux jours et nous étions contraints de rester sur place... De là, ayant levé l'ancre vers l'aurore, nous nous trouvions aux prises avec des vagues qui arrivaient par le travers ; mais le jour avançant, le souffle favorable d'un léger borée apaisa la mer et la rendit tout à fait immobile”125

15Athènes du Pont se trouve dans une baie ouverte au nord-ouest. Un petit promontoire qui porte une forteresse nommée Kiz Kale, doit en effet protéger des vents du sud, de l'est (la montagne dont le promontoire marque l'extrémité faisant écran), mais ne peut offrir de protection contre les vents de nord-ouest et d'ouest. Les plages voisines sont des plages de galets, et l'accostage ne pouvait manquer d’être dangereux : le navire détruit a dû être pris par la vague au moment où il faisait manœuvre pour aborder la plage par l’arrière. Le rocher qui protégeait la trière était sans doute Kiz Kale, et il est vrai qu'entre le récif et la plage, l'espace est étroit. On soulignera que la flotte d'Arrien n'aborde et ne se met à terre que parce que la tempête l'y oblige.

Les difficultés de la navigation

  • 126 D.S. 20.112 : Κατά τὴν τρίτην δε αὺτοῦ συνδιαβαίνοντος τοῦ Πλειστάρχου χειμὼν ἐπεγενήθη τηλικοῦτος (...)
  • 127 Kehren 1990 (= Clavijo), 83-143.

16Vents et courants rendent donc la navigation difficile, par exemple entre le Bosphore et Trabzon en dehors du printemps et de l'été. La flotte envoyée par Cassandre à Lysimaque comprend trois divisions. L'une arrive, l'autre est détruite par Démétrios, la troisième se perd dans la tempête126. Au xve s, l'ambassadeur espagnol Clavijo cherche à quitter Istanbul pour Trabzon le 13 novembre, mais ne trouve pas de bateau, “car l'approche de l’hiver rend périlleuse toute navigation en mer Noire”127. Il affrète une galiote génoise, part le 14 novembre, passe §ile, et rejoint Kerpe (Kalpè de Xénophon) en pleine tempête : son navire est drossé au rivage, et il est obligé de revenir à Istanbul et d'attendre le “mois de Mars, au moment où la mer est de nouveau ouverte” :

  • 128 Kehren 1990 (= Clavijo), 133.

“Il suffit qu'un vent assez fort se lève pour qu'elle se démonte et bouillonne ; alors c'est la tempête. Ceci arrive surtout avec le vent que l'on appelle la tramontane et avec le vent de nord-ouest que l'on nomme le maître et qui arrive par le travers. Ce qui rend aussi la navigation dangereuse en cette mer c'est que l'on n'y trouve presque pas de ports pour s'abriter en cas de mauvais temps. Un autre de ses périls est que l'embouchure du détroit est difficile à reconnaître”128.

17Il repart le 20 mars, premier navire de l'année à pénétrer en mer Noire depuis Istanbul, et met environ 15 jours pour arriver à Platana, port de Trabzon. Pendant tout le voyage il se plaint d'avoir grosse mer, du brouillard, et de ne pas trouver de port vraiment abrité, ce qui l'oblige deux fois à passer la nuit en mer, ou à rechercher l'abri d'un estuaire.

  • 129 Jaubert 1821.381-412.

18Au tout début du xixe s.. Jaubert part de Platana pour Istanbul le 2 septembre par un vent de nord-est qui lui laisse espérer un voyage de sept ou huit jours ; mais le vent tourne au nord-ouest, et le troisième jour, les marins vont se mettre à l'abri du cap Vona (Boon), où ils passent trois jours dans des conditions sommaires129. Lorsqu'ils repartent, ils sont ramenés jusqu'au-delà de Tirebolu, où ils restent encore une semaine sur une plage. Le temps semble se calmer, ils repartent vers l'ouest, doublent enfin le cap Vona. La tempête reprend, les vents du nord les poussent à la côte, et ils sont bien heureux de s'abriter près de l'embouchure du Kizil Irmak :

  • 130 Jaubert 1821.382.

“En abordant, on jeta sur le rivage un cabestan et des cordages, et l'on parvint, non sans peine, à amarrer le navire. Nous passâmes trois jours à terre ou plutôt entre les rochers dont cette côte, qui n'offre aucune habitation, est hérissée. Le vent soufflait avec violence, et la pluie tombait fréquemment à fortes ondées. L'agitation de la vague empêchait de mettre le canot à la mer ; nous ne pouvions communiquer avec le navire, et nous n'avions que des cavernes pour abri. Ce fut la première épreuve que nous fîmes de ces vents d'ouest qui nous contrarièrent tant durant le reste du voyage”130.

  • 131 Même voyage difficile, Khitrowo 1889, pendant le pèlerinage d'Ignace de Smolensk, 133-139.
  • 132 Jaubert 1821, 383 : “Me flattant alors que le coup de vent de l'équinoxe était passé, je pressai l (...)

19Jaubert reste bloqué 17 jours à Bafra, huit par arriver à Sinope, ne trouve pas de bateau, et part pour Inebolu à pied. Il y arrive 15 jours plus tard, y trouve une barque à rames et arrive à Bartin le 23 octobre. Mais quand il quitte Bartin pour Héraclée, il essuie une nouvelle tempête et met trente-six heures pour arriver à Filyos (Tieion), à une trentaine de kilomètres. De là, il part à Héraclée où il retrouve sa frégate131. Dans son récit, Jaubert rappelle qu'il a à plusieurs reprises tancé les marins pour leur pusillanimité, et semble reconnaître à demi-mot qu'il avait tort132. Les marins occidentaux jugent en général sévèrement les marins de la mer Noire, comme Chardin, au xviie s. :

  • 133 Chardin 1686. 1, 55.

“Leur Navigation n'a ni art. ni sûreté. Leur plus habiles pilotes Turcs, ou Grecs, n'ont que l'expérience toute simple, sans aucun fondement de règles. Ils ne se servent point de Carte, et n'observent point exactement, comme nos gens de mer, le chemin qu'ils font, pour connaître chaque jour, par cette observation, combien ils sont proches du lieu où ils veulent parvenir. Ils entendent fort mal la Boussole, et savent seulement que la fleur de Lys se tourne toujours vers le Nord. Lorsqu'ils veulent faire voyage, ils attendent un bon vent et un beau temps. Quand il est venu, ils ne se mettent pas aussitôt en mer, ils attendent huit ou dix heures, pour s'assurer du temps et du vent. Ils se conduisent par les terres dont ils sont presque toujours à vue. Quand il s’agit de golphoyer, ils se conduisent par le Compas. Ils savent par rapport, ou par expérience, de quel côté il faut qu'ils aient le Nord pour arriver au lieu où ils vont, cela seul les guide, ils n'en savent pas davantage. S'ils faisaient de longs voyages en pleine mer, pas un n'échapperait à la tempête, bien leur en prend qu’ils se tiennent toujours proches de terre et proches des Ports. Lorsque le vent est rude, ils vont à flot, ils plient les voiles et se laissent conduire aux vagues. Si le vent est contraire, ils ne s'efforcent point d'y résister, ils virent de bord et retournent plutôt au lieu d'où ils sont partis que de soutenir la violence d'une mer contraire. Ce qui les perd, c'est quand le vent les pousse à la côte ; car lorsqu'ils sont ainsi battus, ils vont échouer bien vite, ne sachant ce que c’est de bordoyer, et de tenir à la cape”133.

20Au début du xviiie s.. Piton de Tournefort tient à peu près le même discours :

  • 134 Tournefort 1717. II. 165. Lu remarque est confirmée par le jésuite Villotte 1730, 25. Rien n'a cha (...)

“Les Grecs et les Turcs... n'ont pas l'usage des Cartes maritimes, et sachant à peine qu'une des pointes de la boussole se tourne vers le nord, ils perdent la tramontane, comme l'on dit, dès qu’ils perdent les terres de vue. Enfin ceux qui ont le plus d'expérience parmi eux, au lieu de compter par les rumbs des vents, passent pour fort habiles lorsqu'ils savent que pour aller à Caffa il faut prendre à main gauche en sortant du canal de la mer Noire ; et que pour aller à Trébizonde, il faut se détourner à main droite. A l'égard de la manœuvre, ils l'ignorent tout à fait, leur grand mérite est de ramer”134.

21Seul Fontanier semble avoir une appréciation plus juste des contraintes de la navigation en mer Noire :

  • 135 Fontanier 1834. 56-58.

“Le troisième jour nous fûmes obligés de céder à la violence du vent et de laisser arriver. C'est la méthode des Turcs, et je crois qu'elle est préférable en mer Noire... | lorsqu'un navire européen essaie de résister au vent du nord]... il est infailliblement jeté à la côte, car il ne connaît aucun des ports qui se trouvent entre cette pointe et Constantinople, et c'est une opinion partout répétée qu’il n’y en a pas. Les Turcs au contraire se réfugient à Karpé, à Héraclée, à Amastro. Sans doute que ces ports ne sont ni très vastes, ni d'un abord facile ; ils suffisent cependant pour les abriter. Maintenant, si les Turcs font plus rapidement leurs voyages, en voici les raisons : un bâtiment qui est forcé de louvoyer dans la mer Noire n'avance presque jamais ; le plus souvent, il rétrograde à cause de la fréquence des lames, et de leur peu de parallélisme ; elles s'élèvent de toute part et tourmentent le vaisseau sans lui permettre de faire route... Leur navigation [celle des Européens] est encore retardée parce que, quelle que soit la saison, ils se tiennent en pleine mer, où, pendant l'été, ils sont pris par les calmes ou emportés par les courants ; les Turcs au contraire, marchent terre à terre et profitent des vents de sud qui s'élèvent chaque soir”135.

22Enfin, la présence de brouillards dangereux, en particulier sur la côte occidentale explique la valeur des amers, par exemple d'un repère comme l'île de Leukè :

  • 136 Spencer 1839, I, 213-215. La présence des oiseaux pourrait expliquer Arr., Per.M.Eux., 21.3-4.

“As a land mark it is of great service to the mariner in conséquence of the fogs which frequently hang over this part of the Black Sea and the lowness of the coasts about the mouths of the Danube. Even when the atmosphère is hazy, the friendly white plumage of the birds. which continually hover around, proclaims its vicinity : hence its original name, Leukè (white island) appears peculiarly appropriate”136.

Les formes du commerce maritime

  • 137 Samsun, au débouché des routes de l'intérieur, est l'exutoire d’une riche région agricole, et malg (...)

23Les flux de la navigation en mer Noire ont changé au fil des changements politiques (liens entre les pays riverains) et des changements technologiques. Le développement de la navigation à vapeur au siècle dernier, qui libérait le commerce maritime de la contrainte des vents tout en permettant d'augmenter considérablement les tonnages, a condamné une bonne partie des ports de la côte turque à n'avoir plus qu'une activité locale, comme par exemple Sinope, déchue au profit de Samsun137. Aujourd'hui encore, au furet à mesure que les autres moyens de transport se développent, l'avion et surtout la route, les ports de la mer Noire redeviennent de petits ports, de pêche ou de plaisance. Les conditions du commerce maritime en mer Noire dans l'Antiquité nous deviennent donc progressivement incompréhensibles :

  • 138 B&W. 18.

“A direct overland journey from Constantinople, Istanbul, to Theodosioupolis, Erzurum, took about twenty-five days, whereas a journey by sea with afavourable wind toTrebizond and Sousouramaina/Sürmene, or Rhizaion/Rize. might take a third of that time. International trade by sea was condueted from the larger Coastal towns which acted as emporia in the carrying trade to and from Europe and Asia, but portulan maps show that western captains also had a considerable knowledge of local anchorages. Local trade involved the shipping out of whatever cash crops, manufactured goods, or minerals that were produced in the mountain valleys, and the supply. in return, of the few necessary imported goods. This kind of small-scale trade was carried on through anchorages at the village or small town to be found at the delta of nearly every river valley... until the 1950's rusting steamers of indeterminate ages and kayiks of up to 200 tons were still to be seen anchored off river deltas, selling cheap hardware and stuffs from Istanbul and taking on local products in return, while kayiks of a moderate size conducted the same type of trade over the shorter distances between the villages and the emporia. Heavy products carried by sea could or did include copper from the mines at Mourgouli, Murgul, which might have gone downstream to the mouth of the Çoruh ; the silver of Argyria going out through Tripolis, Tirebolu : the alun of Koloneia, Çebinkarahisar, going out through Kerasous, Giresun ; the building stone of the Oinaion, Ünye region carried away from anchorages near the quarries ; and the red earth pigment exported through Sinope, Sinop”138.

24Cette activité des petits ports transparaît dans les récits des voyageurs, tout comme les débuts de leur décadence accélérée à partir du milieu du xixe s. D'Ünye en 1813, Kinneir écrit :

  • 139 Kinneir 1815-1814, 52. Même son de cloche pour Giresun : “Les habitants entretiennent des relation (...)

“[Les habitants] acquièrent de grandes richesses au moyen d'un commerce considérable avec Constantinople et Théodosia, capitale de la Crimée. Le port possède un assez grand nombre de vaisseaux, dont aucun n'excède 200 tonneaux ; les matelots sont Grecs, et le chantier où on les construit se trouve dans une baie à quelque distance à l'est de la ville... Ounieh exporte des étoffes de coton, du vin et des fruits qui passent à Tokat et Djarberkr. Elle reçoit en échange, de la Crimée, du blé et de l'huile, et de Constantinople, du café, du sucre, et des objets de fabriques européennes”139.

25Mais déjà en 1893. Cuinet, dans sa précieuse Turquie d'Asie, décrit un port déchu :

  • 140 Cuinet 1895, 111-112.

“La population de la ville d'Uniah (Ünye) a beaucoup diminué depuis un demi-siècle. Cette ville possédait alors une flotte de 100 voiliers qui parcouraient toutes les mers. On construisait dans ses chantiers tous les ans, 25 à 30 navires de 3 à 400 tonnes de jauge. Enfin elle fournissait à l'État ses meilleurs marins. Uniah doit sa décadence à ce qui a donné la grandeur à d'autres villes de commerce plus favorisées et mieux avisées. La navigation l'a ruinée, et plusieurs centaines de familles ont déjà émigré en Crimée... Il est rare que des bâtiments viennent visiter le port d'Uniah, ouvert à tous les vents, et ne pouvant offrir aucun abri. Lorsqu'un navire doit y séjourner pour plus de quelques instants, il va jeter l'ancre, au nord de la petite baie au fond de laquelle est située la ville, afin qu'au premier signe de mauvais temps, il puisse se réfugier dans le port de Voua”140

Les navires

26On vient de le voir avec les voyages de Clavijo, Jaubert, ou Arrien, les conditions de navigation dans les siècles précédents, et a fortiori dans l'Antiquité, étaient bien différentes. Pour les échanges locaux, la mer était la voie normale de communication par petits bateaux.

27— Les plus courants ne sont guère plus que des barques, telles que celles que rencontre Hamilton le long de son voyage :

  • 141 Le nom est évidemment un héritage génois.
  • 142 Hamilton 1842. 247-287. Hamilton rapporte son voyage d'Istanbul à la région de Trabzon, en bateau (...)

“On the beach were several boats from Trebizond taking in lime, which is burnt in kilns near the spot where the shelly lime-stone, which appears to be of rare occurrence on this coast, is found... I left Platana soon after six, and, proceeding along the beach, passed several single houses, each with one or two boats drawn up before it ; these boats are chiefly used for carrying wood to the different towns on the coast”. [Ordu] “Several fine boats called scampavias141, belonging to the government or Aghas along the coast, were lying on the beach ; they are manned by 12 or 14 men. As we approached the town, many heaps of red and white limestone slabs were lying on the beach ready for exportation. Some are conveyed to Kerasunt, and used for paving-stones and other domestic purposes”. [Près d’Ünye] : “At nine we crossed the Ak Chai, flowing over a wide and stony bed ; and on the beach we saw several boats taking in firewood for the supply of the neighbouring towns. (Près de Terme] : “On the beach were a few houses and a café : we saw also some boats loading and unloading their cargoes, chiefly wood and stone”142.

28On trouve le même type de remarque chez les voyageurs qui fréquentent la côte entre le Bosphore et Héraclée, Boré, Hommaire de Hell, ou plus tard L. Robert.

29— La différence n’est pas très significative avec les caïques décrits par Tournefort :

  • 143 Tournefort 1717. II. 165.

“Les caïques qui vont sur cette mer sont des felouques à quatre rames qui se retirent tous les soirs à terre, et qui ne se remettent en mer que dans le calme, ou avec un bon vent, à la faveur duquel on déployé une voile carrée... Pour éviter les alarmes que la nuit donne quelquefois sur l'eau, les Matelots de ce pays là qui aiment à dormir à leur aise tirent le bâtiment sur le sable et dressent une espèce de tente avec la voile. C'est la seule manœuvre qu'ils entendent bien”143.

  • 144 Robert 1980. 18-20 ; 72-73. La présence de ce port sur l'Hypios explique le commerce de Prusias av (...)

30Ces bateaux jouent toujours leur rôle lorsque L. Robert explore la région entre Sinope et Héraclée et mentionne régulièrement la présence de bateaux de toutes sortes, qu'il s'agisse des barques qui font la navette pour décharger les navires et passer la barre de l'Hypios (Melen Su) et remonter sa basse vallée ; des chantiers navals à l'embouchure de l'Hypios qui sert de port à Akçakoca, où il trouve aussi un navire en provenance de Varna “rangé sur le rivage”, chargé de bœuf séché144. Les caïques ont leur pendant plus à l'est avec les barques tcherkesses, héritières des kamares décrits par Strabon et au xixe s., entre autres, par Spencer :

  • 145 Str. 11.2.12 et Spencer 1839. 11. 172. Taitbout de Marigny 1887 met même une barque tcherkesse en (...)

“The boats of the Circassians were flat-bottomed, lightly built, and narrow, each rowed by front eigtheen to twenty-four men, and they must have been most expert at this exercise, for they propelled their boats with great velocity. Near the helm was a species of deck, on which three or four men were seated ; and the prow of each was adorned with a figure, rudely carved. representing, it migth be. the head of a deer, a goat or a ram : most probably the latter... Sometimes these boats are built large enough to contain from fifty to eighty men, when they are propelled in addition to rowing, by an angular sail : and were formerly, owing to their quick sailing, much feared by mariners, who incautiously, or through stress of weather, approached the Circassian shore, the Caucasian tribes being at one times most formidable pirates”145.

31— Le niveau supérieur est représenté par les navires de guerre ou de transport, tels que ceux de la Hotte du pacha qu'accompagne Tournefort ou le navire de commerce de Chardin. Pour ces derniers, la question des ports pourrait se poser, mais pas dans les termes qui sont les nôtres. Par exemple Chardin quitte Istanbul sur une saïque pour Caffa (Theodosia) où il arrive en deux jours et deux nuits. Il y trouve une rade très fréquentée par les navires de commerce :

  • 146 Chardin 1686, 62-63.

“La rade de Caffa est à l'abri de tous les vents, excepté du Nord et du Sud-Ouest. Les vaisseaux y sont à l'ancre assez proche du rivage à dix ou douze brasses sur un fond limoneux qui est bon et bien assuré. Il s'y fait un grand commerce et plus qu'en aucun port de la mer Noire... Le commerce le plus ordinaire et le plus considérable est celui de poisson salé et de caviar, qui vient du Palus Méotide... Outre le transport de caviar et de poisson, le plus important qui se fasse de Cafta est de blé, de beurre et de sel”146.

  • 147 Chardin 1686, 67-69 : “Le 30 notre vaisseau se mit en mer et fit voile vers un lieu appelé Dousla, (...)

32Sa saïque va alimenter une forteresse turque à l'embouchure du Tanaïs (Don), puis va s'approvisionner en sel, affronte un peu de mauvais temps, et part début septembre vers la Géorgie avec un chargement complet147. Il se rend ensuite à Isgaour sur la côte de Mingrélie :

“La charge de notre vaisseau consistait en sel, en poisson, en caviar, en huile, en biscuit, en fer, en étain, en cuivre, en vaisselle de cuivre et de faïence, en toute sorte de harnois et en toutes sortes d'armes, en instruments d'agriculture, en draps et en toiles de toutes les couleurs, en habits tout faits pour hommes et pour femmes, en couvertures de lits, en tapis, en cuir, en bottes et souliers, enfin en tout ce qui est le plus nécessaire aux hommes. Il y avait de la mercerie, des épices, des aromates, des drogues, des onguents de toutes sortes. C'était, pour ainsi dire, une petite ville que ce vaisseau, on y trouvait de tout. Nous étions cent personnes dessus”.

33Le rapprochement s'impose avec les navires comme ceux du Contre Lacritos de [Démosthène] qui voguent entre Athènes, la Thrace et le Pont gauche chargés de vin, de peaux de chèvres ou de salaisons, et qui se perdent (ou ne se perdent pas) entre Panticapée et Theodosia.

  • 148 Chardin 1686. 69-71. Cf. Dem. 35.34 : “Lors de la traversée de Panticapée à Theodosia, Apollodore (...)

“Le 10 septembre nos arrivâmes à Isgaour. C'est une rade de Mingrélie assez bonne pendant l’été. Les vaisseaux qui viennent négocier en Colchide s'y tiennent. Il y en avait sept grands quand nous y arrivâmes. Notre capitaine fit d'abord mettre le sien sur quatre ancres, deux à la proue et deux à la poupe, et mit à terre les mâts et les vergues. Isgaour est un lieu désert et sans habitations. On y fait des huttes de ramée à mesure qu'il vient des marchands et lorsqu'on se croit en sûreté contres les Abcases, ce qui n'arrive pas souvent. Hors de là. il n'y a pas de maison”148.

Les ports

  • 149 Voir supra n. 103.

34L'existence de ports antiques est indubitable, attestée par les sources anciennes aussi bien que par les restes vus par les voyageurs. Mais ces ports antiques ne représentent que la dernière étape de l'occupation des côtes de la mer Noire, et une forme assez minoritaire de navigation : ils n'ont d'ailleurs pas survécu au temps et aux tempêtes. Certains sont impraticables l'hiver, à cause de la glace au Nord, à cause du mauvais temps en général149. Les bateaux sont donc tirés à terre, ou mis à l'ancre dans des baies abritées :

  • 150 Près du cap Vona. Fontanier 1834. 58 (Taitbout de Marigny 1850. 3) : Platana (Taitbout de Marigny (...)

“Ils sont munis de plusieurs ancres à quatre branches, mais fort légères pour la plupart... Ils jettent toujours plusieurs ancres à la mer et s'affourchent avec beaucoup d'intelligence [Ils font passer un câble sur le bâtiment de la proue à la poupe pour le préserver du tangage] ; lorsqu'ils hivernent, ils emportent ce que renferment leurs navires et les abandonnent sur tous les points de la côte tant soit peu abrités... il n'arrive jamais d'accident”150.

35Même les ports importants n'offrent qu'une protection relative. Sinope ?

  • 151 Taitbout de Marigny 1830, 26-27. Les risques paradoxalement causés par les vestiges portuaires son (...)

“On mouille devant Sinope par 9 et 10 brasses, fond de vase mêlée de sable. Il est possible de s'en approcher jusqu'à moins d'une encablure, où la sonde trouve 5 et 3 brasses. Mais à cette distance le fond a quelques parties malsaines. Le rivage est garni de restes d'anciennes jetées”151.

  • 152 Hamilton 1842, 304.

36A côté de Sinope, Karoussa (Gerze) est pourvue d'un quai, mais mal protégée de certains vents152. Le meilleur port de Sinope est Armenè (Aklimam), à l'ouest de la ville, de l'autre côté de la baie. Trapezous (Trabzon) est pire :

  • 153 Taitbout de Marigny 1830, 35-37. “Platana : c'est un excellent mouillage situé à 2 bonnes lieues. (...)

“Trapézonte n'a qu'un fort mauvais petit mouillage à l'Ε d'un cap. sur lequel il y a un palais en ruines... Il faut s'en tenir écarté d'une demi-encablure afin d'éviter quelques écueils. On jette l'ancre par 8 et 5 brasses, fond de vase et on s'y affourché O-S-O et EN-E ; exposé aux vents depuis l'O-N-O jusqu'à 1Έ. Ce mouillage est tout au plus bon en été ; on lui préfère, particulièrement en hiver, celui de Platana. Depuis la ville, qui se développe à ΓΟ. de Tchumlékti. il faut s'écarter d'une bonne encablure du rivage, pour ne pas toucher sur les débris du port qu'Adrien fit autrefois construire en ce heu et qui a depuis disparu sous les eaux”153.

37Odessa ?

  • 154 Spencer 1839. II, 32 : p. 131, Spencer ajoute que le climat y est glacé en hiver, brûlant en été, (...)

“The road, for we cannot call it a harbour, is exposed to easterly winds which blow here with great violence, particularly during the autumn and winter, causing severe losses among the shipping. The soundings also. being composed of a soft, muddy clay, are so bad that when large vessels lie there, their anchors are certain to sink, beyond hopes of recovery, if not drawn by twenty-four hours”154.

38Eupatoria (l'ancienne Kerkinitis) ne vaut pas mieux. Anapa (Sindikos Limèn, puis Gorgippia) non plus :

  • 155 Spencer 1854, 296-297.

“Anapa as a port is not considered secure ; the anchorage is bad, and being shallow, it is only capable of receiving small vessels, which run the risk of being driven out to sea when the wind blows with violence... with the disadvantage of an entire want of good water, which obliges the garnison to seek it at some little distance in the mountains. A somewhat dangerous undertaking, owing to the hostility of the Circassians"155.

  • 156 Cf. Spencer 1854, 299, pour Soudjouk-Kalé d'accord avec Taitbout de Marigny 1887, 40-44 ; voir p.  (...)
  • 157 L'importance des fleuves comme voies de communication avec l'intérieur, en particulier pour l'expo (...)
  • 158 Per.M.Eux., 7. signalant au passage les fleuves navigables comme l'Isis et le Môgros.
  • 159 Tournefort 1717. 2. 177-224. Sur le Rhébas (Riva), voir les notes ad loc., p. 123.
  • 160 Hamilton 1842, 282 ; 294-298 ; B&W. 7 : “But it seems fairly certain that Limnai and possibly Them (...)
  • 161 Schol. ad A.R. 2. 843 : Οἱ τὴν Ἡράκλειον κατοικήσαντες Μεγαρεῖς, ὅτε εἰς τὴν ἀποικίαν ἔπλεον, χειμ (...)

39En fait, pins que des ports au sens où nous l'entendons, les voyageurs des siècles derniers cherchent des baies abritées des vents, en particulier des vents de nord-ouest, comme Soudjouk-Kalé (Novorossijsk), ou Gelendzik sur la côte caucasienne156. Certains caps peuvent délimiter des mouillages protégés, comme le cap Genètès, le cap Boon puis Voua des Byzantins qui fournit le meilleur mouillage de toute la côte sud de la mer Noire. En dehors de ces mouillages de côtes rocheuses, les embouchures de fleuves fournissent des havres privilégiés, évidemment sur la côte occidentale avec ses limans (Istros, Tyras. Nikônion, Olbia etc.), mais aussi bien sur les côtes orientale et méridionale157. De façon symptomatique, la flotte d'Arrien saute directement de Trapezous à Hyssou Limèn (près de Sürmene) : Hyssou Limèn est une embouchure de fleuve. Après son étape forcée à Athènes du Pont, elle continue jusqu’il l’Apsaros, autre embouchure ; le chapitre suivant énumère tous les fleuves que la flotte passe entre Trapezous et l'embouchure de l'Akampsis, dans lequel elle s’arrête pour la nuit, avant de pénétrer dans le Phase158. Tournefort, lui, accompagne la flotte d'un pacha en tournée d'inspection du Bosphore à Trabzon dans les mêmes conditions. 11 entre en mer Noire le 17 avril, et la Hotte va relâcher dans l'embouchure du Riva, le Rhèbas antique159. Elle reste bloquée là par la pluie et le vent du Nord pendant 10 jours, puis repart “à force de rames et de cordes”, et va faire escale dans l'embouchure de la Sakarya. Le 30 avril, elle entre dans l'embouchure de l'Anaplia (Melen Su), et elle est à Penderachi (Héraclée) le 1er mai. Le 2 mai elle part par beau temps et arrive à Bartin, puis Amasra, où elle va se mettre dans l'embouchure d'une rivière ; elle quitte Amasra le 4, mais le vent se lève, elle est contrainte de tirer à terre sur une plage mal abritée qui pourrait être celle de Cide, puis passe le Karambis, et arrive le 5 à Abono (Abonouteichos/Ionopolis/Inebolu). La flotte en repart le 6 mai, mais une nouvelle fois la pluie impose de camper sur une plage à 40 milles de Sinope, sans doute non loin de Stephanè. Le lendemain, la mer ne permet pas d'aller plus loin qu'une anse, à 8 milles de Sinope (sans doute Armenè). Lorsqu'elle repart de Sinope, la Hotte ne peut d'abord aller plus loin que Carasa (Karoussa/Gerze) : le 11. elle mouille dans le delta du Κι/H Irmak. puis du Casalmal (sans doute l'Iris-Yesil Irmak) ; le 13, “dans le pays des Amazones” (vraisemblablement l'embouchure du Thermôdôn/Terme Çay). Le 15 elle arrive dans la rivière de Chersanbederefi (Çarsamba), puis celle d'Argyropotami (près d'Ünye), le 16 dans la rivière de Vatiza (Phadisanè/Fatsa) ; mais la mer est mauvaise, et elle relâche à 2 milles de Cerasonte (Pharnakeia/Giresun), sans doute aux environs de Bulancak : elle ne passe au large de Giresun que le 21 mai. Elle relâche à Tripoli (Tirebolu), mais va s'emboucher dans la rivière du voisinage. Le lendemain, elle arrive en vue de Trabzon (sans doute à Platana). Si l'on fait la synthèse de ce voyage, outre sa durée rendue aléatoire par les conditions météorologiques, on constate que pas une seule fois, sauf sans doute à Sinope, la flotte ne passe dans un port : les villes sont utilisées (comme Tirebolu) pour l'approvisionnement, mais les embouchures de fleuves leur sont systématiquement préférées pour passer la nuit. Au pire, on tire au sec, comme avant le Karambis. Certains deltas sont même des lieux privilégiés comme celui du Thermôdôn ou celui de l'Halys160. Les fondateurs d'Héraclée sont obligés de chercher refuge contre la tempête dans l'embouchure de l’Achéron, qui devient alors le Soonautès161. Dans la même région, la flotte de Lamachos qui vient mettre le siège devant Héraclée se met à l'abri dans l'embouchure du Kalès voisin (où elle est. il est vrai, détruite par une crue). Toujours dans la région d'Héraclée, mais quelques siècles plus tard, un autre Lamachos, Héracléote celui-là, vient au secours de la flotte de Mithridate qui s'est abritée dans l'embouchure de l'Hypios (le Melen Su, l'Anaplia de Tournefort) :

  • 162 Robert 1980, 20, commentant Memnon d'Héraclée, FGrHist 434 F 29.

“Il n'y a pas là de cap pouvant abriter de la tempête sur la côte. Le seul refuge pour des navires, c'est le lit même du fleuve, large et profond et au cours lent et traînant. Les trières de Mithridate le remontent et s'ancrent là, les unes plus ou moins près des autres en attendant la fin du gros temps qui déferle sur la mer Noire”162.

  • 163 Taitbout de Marigny 1830, 8-9 ; Hamilton 1842, 250 sur la formation des limans ou des barres. Spen (...)
  • 164 Pour l'Hypios-Melen Su, cf. Robert 1980, 20, n. 52.

40Les barres de sable qui ferment souvent l'entrée de ces fleuves, sont régulièrement signalées par les voyageurs, preuve supplémentaire de l'importance de leur utilisation163. Les marins turcs veillent à les maintenir ouvertes, soit comme à Redout Raie, en imposant aux navires de tirer derrière eux un grappin, soit par des travaux de dragage, comme sur l'Hypios164. Au pire, ils passent en force, comme dans le Rhèbas.

  • 165 Sur ces ports, voir les notes ad loc. Mais le Périple, à l’exception de Genesintis, ne dit rien de (...)

41Les voyageurs en mer Noire ont donc su s’abriter dans le cours de leurs voyages. Néanmoins toute flotte permanente a besoin de bases plus sûres que des embouchures de fleuves, ou des mouillages mêmes abrités : il lui faut des bassins de radoub et des cales sèches. Comme en témoignent les descriptions de Strabon et les vestiges archéologiques, il y a eu un moment où les cités grecques de la mer Noire se sont mises à utiliser les techniques expérimentées en Méditerranée, et à se créer des ports protégés par des môles, ou même des ports clos comme le port de Genesintis mentionné par le Périple165.

3.2. Les Grecs en mer Noire

L'image du Pont : de la légende à l'exploration

42Un certain nombre de légendes héroïques prennent la mer Noire pour cadre. Mais à l'époque où le Ps-Skylax rédige son Périple, les Grecs sont installés dans le Pont depuis trois siècles environ, et les légendes sont désormais pour eux ce que sont les légendes : tantôt des histoires à faire rêver et tantôt des outils idéologiques.

  • 166 Sur la question homérique, voir Counillon 1997 et 2004a, et infra p. 122.
  • 167 Hes. F 241 M. W. Cf. Baccarin 1997, et les travaux d’A. Ivantchik donnés en bibliographie, et. sur (...)

43On a voulu trouver dans la légende des Argonautes et dans le Catalogue des Forces moyennes, au deuxième chant de l'Iliade, la preuve de la pénétration des Grecs dans le Pont dès l'époque mycénienne166. Les travaux récents des historiens et des philologues se refusent désormais à en rechercher la preuve chez les poètes archaïques avant le vie s. a.C. Dans les poèmes homériques, le Pont est une baie de l’Océan et une entrée de l’Hadès ; Hésiode fait sans doute du Phase un effluent de l’Océan ; M. L. West date le cycle corinthien que l’on attribue à Eumélos de Corinthe de la fin du viie s. a.C., et Médée et Aiétès ne sont pas rattachés à un pays du Pont-Euxin oriental avant Pindare et Simonide, au ve s. a.C. En somme, les Grecs ont d'abord cru que la mer Noire était un golfe de l'Océan et longtemps considéré que le Tanaïs, le Don, en était un émissaire167. C'est par exemple le point de vue d'un bon connaisseur d'Homère, Eustathe de Thessalonique :

  • 168 Eust., ad D.P. 147.

“Il faut savoir que pour les Anciens, le Pont-Euxin leur paraissait, par inexpérience, la plus grande de toutes nos mers et que les navigateurs pensaient y passer à l'extérieur (ἐκτοπίζειν), comme au-delà des Colonnes, et que pour les gens de ce temps-là il était considéré comme une sorte d'autre Océan, et que s'y rendre en bateau était une forme d'‘exocéanisme᾿ (ἐξωκεανίζειν)168.

  • 169 Arist.. Oec., 2.2.8 [1347b] ; 2.2.24a[1350b] : Pol., 5.6.8 [1305b) ; 5.6.15 [1306a],
  • 170 Arist., HA. 8.13 [598a-b], migration des poissons dans le Pont ; 6.13 [567b], frai dans l'embouchu (...)
  • 171 Mir.. 63 [835a],
  • 172 Arist., HA, 5.22 [554b] et Mir.. 18 [831b], miel de Trapezous “à l'odeur puissante” (βαρύοσμος).

44Si, à l'époque classique, les légendes continuent à alimenter la littérature et en particulier le théâtre, quelques sondages dans le corpus aristotélicien pris pour exemple montrent qu'en concurrence avec elles une nouvelle constellation de représentations s'est fait jour, souvent erronées, certes, mais concrètes. Dans l'Economique, le Ps-Aristote mentionne Héraclée, il est question de l’emprise de Datamès sur Arnisos. La Politique analyse des épisodes de l'histoire politique d'Héraclée ou de celle d’Apollônia169. La zoologie aristotélicienne porte la trace d'une autre forme d’intérêt pour les réalités politiques et beaucoup de rubriques des Histoires des Animaux sont consacrées aux poissons du Pont : thons (reproduction ; remontée vers le Pont au printemps) ; maquereaux (les poissons viennent pondre à l'embouchure du Thermôdôn, eau douce et abritée) ; sardines (sardines du Pont qui ne redescendent jamais par le Bosphore, mais passent en Adriatique par l'Istros)170. Cet intérêt s'étend aussi aux migrations d'oiseaux et à l'hibernation de ces oiseaux du Pont, “qui ne se réveillent que sur la broche”171Il s'étend enfin aux abeilles et au miel (abeilles de Themiskyra, près du Thermôdôn, région d'Amisos)172. La météorologie politique est présente elle aussi. Certaines remarques sont anecdotiques, comme la formation de la rosée dans le Pont, mais montrent l'observation des usages locaux, par exemple dans le Pont nord : “Et les riverains du Pont, lorsqu'ils installent leurs tentes sur la glace pour se livrer à la pêche (ils pêchent en brisant la couche de glace), répandent de l'eau chaude autour de leurs cannes à pêche pour qu'elles gèlent plus vite". Mais c'est la géographie politique, malgré ses erreurs, qui montre que ces observations sont désormais intégrées dans une représentation globale de la région :

  • 173 Arist., Mete.. 1.13 [350a et 351a]. Voir aussi 2.1 [354a], à propos du niveau relatif des mers qui (...)

“Du Parnasse [le massif qui s'étend jusqu'à l'extrémité orientale de la terre], coulent entre autres le Bactres. le Choaspes et l'Araxe, dont le Tanaïs se sépare pour former une branche qui se jette dans le lac Méotide... Du Caucase coulent de nombreux autres cours d’eau d'une (aille et d'un débit importants, en particulier le Phase. Le Caucase est la plus grande des montagnes situées à l'orient d'été... Ce qui prouve sa hauteur, c'est d'abord qu'on l'aperçoit de la partie du Pont qu'on appelle les Profondeurs (τῶν καλουμένων βαθέων) et quand on pénètre en bateau dans le lac Méotide... Ce qui montre son étendue, c'est qu'outre qu'il comprend une foule de cantons qu'habitent de nombreuses peuplades, il possède, dit-on de vastes lacs...
C'est le contraire pour le lac qui se trouve au pied du Caucase et que les gens de là-bas appellent une mer. Des fleuves nombreux et considérables s'y jettent, mais il n'a pas lui-même de déversoir apparent et il s'épanche sous terre au pays des Koraxoi, au voisinage de ce que l'on appelle les Profondeurs du Pont : il s'agit d'un gouffre où la mer a une profondeur immense. Ce qu'il y a de sûr c'est que personne n'a pu descendre jusqu'à toucher le fond. Là, à environ trois cents stades du rivage, cette mer présente une vaste étendue d'eau douce qui ne forme pas une nappe continue, mais apparaît en trois endroits”173.

45On est désormais loin du monde des légendes. Lorsque celles-ci réapparaissent, c'est pour justifier la présence grecque dans le Pont, les droits du vainqueur ou les liens d'amitié “immémoriaux” et l'antiquité des cités grecques du Pont. Au ive s. a.C., donc, le Pont-Euxin est un monde connu, décrit et déjà exploité : les insuffisances du Périple trouvent ailleurs leur origine.

Les cités grecques du Pont : histoire et géographie

  • 174 Dans ce domaine, voir les synthèses éditées par G. R. Tsetskhladze. en particulier Tsetskhladze 19 (...)
  • 175 Sur les colonies de Milet. cf. Ehrhardt 1983.

46Le regard que l'on porte sur la colonisation du Pont par les Grecs s'est profondément modifié ces dernières années, depuis que les travaux des chercheurs de langue russe ont été plus largement diffusés en Occident. On fait aujourd'hui remonter les premières fondations grecques en mer Noire à la deuxième moitié du viie s. a.C.174. Les fondations politiques sont pour la plus grande part milésiennes, et pour partie mégariennes175. Il y a sans doute eu une certaine forme de “commonwealth”, au moins du côté mégarien. Les premières colonisations touchent tout le pourtour du Pont : Istros (vers 625), Berezan (vers 625, Olbia vers 580), Apollônia (610), Sinope (vers 600), cités du Bosphore (600-550), Odèsos (575), Amisos (564), Héraclée (560). Ces cités fondent elles-mêmes des colonies, comme, sur la côte méridionale du Pont, les colonies de Sinope que sont Trapezous, Kerasous. Kotyôra, ou les colonies d'Héraclée comme Chersonèsos et Kallatis.

  • 176 Chtcheglov 1992 pour Chersonèsos, Solovev 1998 pour Berezan, Kutajsov 1996 pour la Crimée occident (...)
  • 177 Pour un point de vue “finleyien” voir par exemple Ščeglov 1991, 141-159. On ne peut se garder d’un (...)
  • 178 Cf. Koshelenko & Kuznetsov 1998, 252-254 ; pour la Colchide, Lordkipanidze 1974, 914.
  • 179 Autre exemple : St.Byz. s. Τραπεζοῦς, mentionne un autre nom de la ville. Οίζηνίς (sans qu’il soit (...)
  • 180 Braund 1994, 78, et plus généralement 77-120.

47Les causes et les modalités de cette colonisation sont toujours largement disputées. Agriculture ou commerce, volonté politique ou contrainte historique, il faut admettre qu'il n'existe pas de règle générale, et tel comptoir ou telle base de pêcheurs a pu à l'occasion devenir une colonie de peuplement agricole, quitte à revenir ensuite au commerce176. Quant à la nature du commerce des cités politiques, commerce d’entrepreneurs, commerce d'État, on ne peut mettre sur le même plan les exportations d'un comptoir comme Bizone, d'une cité comme Sinope, ou d'un royaume comme celui du Bosphore, ni pour le volume, ni pour la forme, ni pour les lins177. Autre sujet disputé, celui des rapports entre population indigène et colons grecs, et celui du mode de colonisation : là aussi, il paraît difficile d'adopter un point de vue unique, selon que les cités se sont établies dans un territoire vierge ou presque (comme Olbia), habité par des populations vite soumises (comme Héraclée et les Mariandynoi), ou fortement structurées (la Colchide) ou au sein d'un empire (cités du Pont sud)178. D'autres erreurs de perspective faussent nos impressions : à côté des cités que nous connaissons, nombre de leurs voisines ont disparu, dont il ne reste rien, sauf parfois une notice d'Étienne de Byzance, comme Panelos, fondée par les Héracléotes peu de temps après Héraclée : Πάνελος· ἀρσενικῶς, πόλις περί τòν Πόντον. Έκλήθη δὲ ἀπό τίνος τῶν’IIρακλεωτῶν, ὃς ἀφίκετο ἐκ Βοιωτίας απόγονος ὢν Πηνέλεω τοῦ στρατηγήσαντος ἐπὶ Τροίαν179. Et l’archéologie exhume presque chaque année des sites anonymes ou qu’une inscription identifie, sur lesquels les sources littéraires sont muettes. Les cités politiques, comme toutes les cités, sont nées et ont survécu par essais et erreurs, réussites momentanées, adaptations successives, disparitions : “Modem treatments of colonization tend to focus on its causes, but they seldom distinguisli adequately between purpose and function. These may have been quite different”180. Les terres de Kalchèdôn, hors de portée des Thraces de l’autre rive, étaient plus tentantes que le site de Byzance pour ses premiers colons : mais lorsque le Bosphore est devenu le passage obligé des flottes du Pont, on a pu rire de ses habitants et les traiter d'aveugles. Olbia s'est paisiblement tracé un territoire qu'elle a dû ensuite défendre contre les Scythes lorsqu'ils se sont fait pressants jusqu'à repousser les habitants dans la ville en la coupant de sa chôra. Pour les mêmes raisons, les cités du Bosphore Cimmérien ont été obligées de former une alliance qui s'est transformée en royaume, et ont survécu aussi longtemps que la puissance de ces rois les a protégées contre les incursions des nomades des steppes. D'autres régions sont restées rebelles à toute présence permanente, tout particulièrement les côtes caucasiennes et la partie orientale de la côte turque, dont les voyageurs soulignent la pauvreté et la sauvagerie, et dont le climat, est depuis Hippocrate, reconnu pour malsain :

  • 181 Chardin 1686, 72 qui semble répondre à Hp„ Aër., 15. Observations concordantes de Spencer 1854, 30 (...)

“L'air est assez tempéré pour le chaud et le froid, mais il est fort humide et fort mauvais, à cause de son extrême humidité. Il y pleut presque continuellement. En été, l'humidité de la terre, échauffée par l’ardeur du soleil, infecte l'air, cause souvent la peste, et toujours les maladies. Cet air est insupportable aux Étrangers. Il les accable d'abord d'une maigreur hideuse, et les rend en un an de temps jaunes, secs et débiles”181.

48Sur la frange côtière la présence des marécages est propice au développement des maladies, en particulier du paludisme, même si les Anciens ne le connaissent pas sous ce nom :

  • 182 Fontanier 1834, 306.

“Le pays est si malsain que la population s'enfuit dans les montagnes pendant les mois d’août et de septembre ; des rizières et des marécages sont causes de fièvres continuelles ; un de nos rameurs en fut atteint après avoir dormi seulement une heure”182.

49Entre colons grecs et populations montagnardes pratiquant la migration saisonnière entre résidence d'hiver sur la côte, et été aux pâturages alpestres (les vayla), la communication ne pouvait qu'être difficile :

  • 183 B&W. 336. Voir le catalogue dressé par Arrien. Actuellement encore, entre la frontière géorgienne (...)

“Despite, or because of, the singular peoples who give the stretch its character, the east Pontic border is one of the world's most stable and enduring. For almost two millenia the Coastal boundary between Anatolia and Caucasian powers has found its way back to the mouth of the [Çoruh Nehri ] river... In Lazia, however, Byzantine, Trapezuntine, and Ottoman control was always confined to their Coastal stations. Within the valleys local mountaineers conducted their own business as “autonomous peoples” whom Procopius noted. They had a further hold over outsiders, for they seem to have largely monopolized Coastal shipping – highly important in an area where a rate of fifteen kilometers land travel per day was good going”183.

50En somme, les processus qui amènent à la fondation d'une cité, à sa croissance, sa prospérité, son déclin ou sa disparition sont d'ordre proprement chaotique. Que le prince dont dépendait une portion de côte change (sans parler de migration) et les cités côtières devenaient invivables. L'histoire de Skylès à Olbia trouve encore son écho au siècle dernier dans les rapports des Russes avec les princes circassiens, comme le rapporte X. Hommaire de Hell :

  • 184 Hommaire de Hell 1844. 28 et 31 ; voir aussi Spencer 1839, 173-174. Sur Skylès à Istros, Hdt. 4.78 (...)

“La mer Noire se trouve sans doute dans de meilleures conditions. Mais elle ne permet de communiquer qu'avec les seuls fortins des côtes de la Circassie ; et les montagnards, pour leur livrer leurs attaques, attendent toujours la mauvaise saison, pendant laquelle, la navigation se trouvant ordinairement suspendue, il est extrêmement difficile de secourir et ravitailler les garnisons... Sous l'empereur Alexandre, époque où les idées belliqueuses étaient moins en faveur, on avait projeté de nouer des relations commerciales avec les Tcherkesses, et de les amener, peu à peu, par des mesures pacifiques, à rejoindre la souveraineté de la Russie. En 1813, un Génois nommé Scassi proposa au duc de Richelieu, gouverneur d'Odessa, un plan d'établissement sur les côtes de Circassie. Ses idées furent adoptées, et bientôt après un bâtiment marchand aborda à Guelendchik et Pchiat sans éprouver aucune résistance de ses habitants. Un commerce d'échange fut promptement établi. Mais le désordre et l'incurie des administrateurs réveillèrent la défiance des Circassiens ; et quelques années après, à tort ou à raison, le gouvernement lit mettre Scassi en jugement, et les établissements de Pchiat furent détruits et incendiés par les montagnards”184.

  • 185 Treister & Vinogradov 1993, 532, à propos de Nikônion : “By the middle of this period [late fourth (...)

51En réalité, toutes ces cités dépendent de contextes politiques qui leur échappent totalement. On perçoit bien des tentatives de rapprochement, Héraclée et Sinope au sud, le royaume du Bosphore et Chersonèsos au nord, et, de fait, le commerce du ive s. a.C. entre cités politiques s'accroît185. Mais le début du iv e s. a.C. est pour les cités grecques du Pont-Euxin une période de troubles généralisés. L'intrusion des Scythes d'Atéas en Dobrudja accompagne l'affaiblissement du pouvoir thrace et l'expansion macédonienne. En Taurique et sur le Bosphore, le royaume du Bosphore est en conflit avec Theodosia appuyée par Héraclée mais doit aussi gérer ses premiers conflits sérieux avec les Sarmates qui commencent à traverser le Tanaïs. La partie caucasienne du Pont reste un désert de cités grecques où les Achaioi, les Hèniochoi et les autres ne sont pas prêts à se civiliser davantage. La situation est sans doute stable en Colchide, mais la côte sud est en proie aux luttes intestines des dynastes locaux et des satrapes perses pour ne rien dire des luttes internes aux cités.

Le rôle d'Athènes

  • 186 Brunt 1966.

“On his expedition to the Black Sea, Pericles assisted in the expulsion of a tyrant from Sinope and subsequently promoted the sending of 600 Athenian volunteers to “settle along with the Sinopians and enjoy posssession of the houses and land the tyrants had held” (Plut. Per. 20.2). It is obvious that these men went out and received lands only with the good-will of the citizens of Sinope, and it may be assumed that they were to receive local citizen rights... The same conditions may be assumed at Amisus, which retained good relations with Athens as its second metropolis as late as the Mithridatic wars (Plut. Lucull. 19.7). The Athenians renamed it Piraeus, and the name still appears on its coins in the early fourth century. Both Sinope and Amisus lay beyond the sphere in which Lysander had control, and doubtless the Athenian epoikoi were not expelled in 405/4”186.

  • 187 Mattingly 1966, 195. S'appuyant sur le silence des sources contemporaines, il pense que l'expéditi (...)

52La date de l'expédition est objet de controverse ; Mattingly, par exemple, en conteste l'existence et ne croit à aucune opération militaire avant 425187. Mais quelle que soit sa date, l'expédition athénienne est un tournant dans l'histoire politique des cités de la mer Noire, avec le développement du commerce du grain, la présence de colons athéniens à Amisos, le contrôle d'Athènes sur Nymphaion. L'histoire des relations entre Athènes et Héraclée par exemple, telle qu’elle est reconstituée par Burstein, montre que la présence athénienne à Héraclée est attestée dès le début du ve s. a.C., et qu'Héraclée a probablement accepté de bon cœur la libération d'Amisos. l'installation de 600 colons athéniens à Sinope, et la présence d'une zone d'influence athénienne en Paphlagonie :

  • 188 Burstein 1976, 31.

“Far from discouraging Athenian trade. Heraclea can only have welcomed it because... its revenues depended largely of the use of her harbor... and the export of her surplus... grain, nuts, fish, for which Athens represented the single largest consumer”188.

  • 189 D’autres fondations sont à peine connues, comme Agathè Polis près d'Apollônia, cf. infra n. 199. Q (...)
  • 190 Voir infra n. 232. Burstein 1976, 120 n. 126. pense que la reddition de Nymphaion aux Spartokides (...)
  • 191 Hind 1976. Mais Xénuphon, alors exilé, à la tête d'une expédition commanditée par Sparte, avait de (...)
  • 192 Bouzek 1989.

53Au v e s. a.C., tout montre une volonté athénienne de s'installer en mer Noire : les colons athéniens à Sinope, à Amisos (et le changement de nom de la ville), en Colchide, l'occupation (ou la concession) de Nymphaion : le tribut assigné aux cités politiques sur les listes de 425 ; l'intervention athénienne à Héraclée pour y installer la démocratie en 423189. Les conséquences de la guerre du Péloponnèse nous échappent : les clérouques athéniens sont-ils repartis190 ? Que deviennent les 600 colons athéniens à Sinope ? Ceux de Colchide ? Que se passe-t-il lors des expéditions d'Agésilas ? Au moment où les Dix Mille passent au large d'Amisos, celle-ci se nomme Pirée et frappe des monnaies à la chouette, et Xénophon n'en dit rien191 ! Mais les livraisons de blé du Bosphore n'ont été interrompues ni par la défaite athénienne dans la guerre du Péloponnèse ni plus tard, non plus que les exportations athéniennes vers la région192.

54Sur toutes ces questions, et bien qu'il ait été rédigé au milieu du iv e siècle, le Périple n'apporte aucune réponse : le point de vue de son auteur est résolument anhistorique, et l'histoire des rapports entre la mer Egée et la côte politique à cette époque s'écrira à la lumière des découvertes des archéologues, des céramologues et des numismates. L'analyse permet toutefois, comme nous allons le voir, de détecter par endroit les signes du renforcement de la présence athénienne dans le Pont, de la création de points d’appui sur la côte sud du Pont et de la consolidation de certaines bases, de l'exploration de nouvelles routes maritimes.

Notes

103 Spencer 1854 : “Un autre désavantage de la côte russe de la mer Noire est le froid intense qui y règne l'hiver, en particulier dans les estuaires et quelques baies : Odessa est souvent prise par les glaces, Sébastopol, ou Cafta jamais, le détroit de Yeni Kale et la mer d'Azov toujours, à quoi s'ajoute le danger des débâcles”. Spencer est le spécialiste britannique de la mer Noire au milieu du xixe s. ; l'équivalent français est Taitbout de Marigny. Sur tous ces voyageurs, voir Vivien de Saint-Martin 1846. Robert 1980 (en particulier 1-60) et Yerasimos 1986.

104 Fontanier 1834, 61-62. On trouve en fait des oliviers à partir d'Amasra, souvent dans les bassins côtiers des anciennes zones grecques.

105 Pour la côte occidentale, voir, par exemple, Nawotka 1997, 3, et en particulier Kryzhitskii 1997 pour Olbia.

106 Plb. 4.39-42, dont sont extraits les passages cités (trad. Roussel 1970).

107 Koshelenko & Kuznetsov 1998, 249-251 ; Muller et al 1999, 595.

108 Kondrashov 1995 identifie les ruines du port de Korokondamè près du cap Panagya, à l'abri d'une barrière de récifs autrefois émergée, voir sa carte p. 11 et Shilik 1997. 127.

109 Lorsque l'on suit la courbe des - 5 m sur les fonds marins, Muller et al. 1999 ou Kuznetsov 2001.321-322.

110 Koshelenko & Kuznetsov 1998, 251 : “The Taman Peninsula constituted the insular delta of the Kuban River. Il is generally believed that the river used to flow not into the Sea of Azov but into the Strait of Taman near Phanagoria, as witnessed by Strabo (1 1.2.10), but geological investigations do not bear this out”.

111 Goranka 1991 ; Nawotka 1997,4.

112 Kacharava 1990-1991. Sur Phasis. cf. Lordkipanidze 2000, en particulier 47-52.

113 Certains des vestiges décrits par B&W ou des Courtils & Rémy 1986 ont d'ores et déjà disparu.

114 Taitbout de Marigny 1830. 12.

115 Sur le passage du Bosphore par les Grecs, voir la synthèse de Tsetskhladze 1994, 111.

116 Spencer 1854, 238-239, connaît bien les côtes russes et caucasiennes, mais semble n'avoir qu'une connaissance approximative de la côte turque.

117 Taitbout de Marigny 1830, 13.

118 Hind 1998, 140.

119 Taitbout de Marigny 1830, 13-14.

120 Taitbout de Marigny 1830, 15. Idem, Spencer 1854, 239. Xen., An., 5.7.7 : “Vous savez aussi que le Borée porte les gens hors du Pont vers la Grèce, le Notos dans le Pont vers le Phase, et l'on dit, chaque fois que le Borée souffle, qu'il fait beau temps pour aller en Grèce”.

121 Winfield 1977, 154 : “The prevailing wind over the Black Sea is a north-westerly and so a sheltered port has to be situated on the south-east side of a piece of coast”.

122 Taitbout de Marigny 1830,45.

123 Kouprine 1924,49-50.

124 Spencer 1854, 296-310. Le phénomène vaut aussi pour la côte pontique de Turquie si j'en crois M. Kalyon. pêcheur à Sinope.

125 Arr.. Per.M.Eux., 3-6.

126 D.S. 20.112 : Κατά τὴν τρίτην δε αὺτοῦ συνδιαβαίνοντος τοῦ Πλειστάρχου χειμὼν ἐπεγενήθη τηλικοῦτος ὥστε τὰ πλεῖστα τῶν σκτχφῶν καὶ τῶν σωμάτων διαφθαρῆναι· καὶ γὰρ ἡ κυμίζουσα ναῦς ἑξήρης τòν στρατηγòν συνεκλύσθη καὶ τῶν ἐν αὐτῆ πλεόντων ούκ ἐλαττόνων ἢ πεντακοσίων τρεις πρòς τοῖς τριάκοντα μόνον διεσώθησαν.

127 Kehren 1990 (= Clavijo), 83-143.

128 Kehren 1990 (= Clavijo), 133.

129 Jaubert 1821.381-412.

130 Jaubert 1821.382.

131 Même voyage difficile, Khitrowo 1889, pendant le pèlerinage d'Ignace de Smolensk, 133-139.

132 Jaubert 1821, 383 : “Me flattant alors que le coup de vent de l'équinoxe était passé, je pressai les matelots de remettre à la voile... mais à peine étions-nous parvenus à la hauteur d'Euniéh que nous fûmes assaillis par une nouvelle tempête plus violente encore que la précédente”.

133 Chardin 1686. 1, 55.

134 Tournefort 1717. II. 165. Lu remarque est confirmée par le jésuite Villotte 1730, 25. Rien n'a changé au xixe s., si l'on se fie à Slade 1833, 144, décrivant la cabine du Kapitan Pasha : “A manuscript chart of the Euxine, never used. with compassés and rulers lay on a small table”.

135 Fontanier 1834. 56-58.

136 Spencer 1839, I, 213-215. La présence des oiseaux pourrait expliquer Arr., Per.M.Eux., 21.3-4.

137 Samsun, au débouché des routes de l'intérieur, est l'exutoire d’une riche région agricole, et malgré l'absence d'un port digne de ce nom, au début du siècle dernier, les navires mouillent dans la baie et tous les transferts de marchandise s'y font par navette : le progrès de la marine entraîne un renversement du risque, et donc du coût du transport, et la proximité des ressources prime sur les qualités du port. Pour le transport de voyageurs, description de ces navettes Hamilton 1842, 160 (à Trabzon) ; Eleroy 191 1.22 (en général).

138 B&W. 18.

139 Kinneir 1815-1814, 52. Même son de cloche pour Giresun : “Les habitants entretiennent des relations commerciales avec la Crimée et construisent eux-mêmes, dans la baie qui est sous les murs de la ville, les vaisseaux avec lesquels il parcourent ces mers”.

140 Cuinet 1895, 111-112.

141 Le nom est évidemment un héritage génois.

142 Hamilton 1842. 247-287. Hamilton rapporte son voyage d'Istanbul à la région de Trabzon, en bateau à l’aller, à cheval au retour, dans le premier tome de son mémoire.

143 Tournefort 1717. II. 165.

144 Robert 1980. 18-20 ; 72-73. La présence de ce port sur l'Hypios explique le commerce de Prusias avec Tomis. Olbia, et le Bosphore Cimmérien. Mais (n. 437 et 466 p. 76) il n’offre qu'un abri limité contre les tempêtes, et Boré est sauvé de justesse et doit continuer sa route vers Héraclée à pied. Voir aussi p. 150, 171.174-175.

145 Str. 11.2.12 et Spencer 1839. 11. 172. Taitbout de Marigny 1887 met même une barque tcherkesse en frontispice.

146 Chardin 1686, 62-63.

147 Chardin 1686, 67-69 : “Le 30 notre vaisseau se mit en mer et fit voile vers un lieu appelé Dousla, c'est à dire les Salines. Ce sont de grands marais de sel sur la plage à 50 milles de Cafta... On assure qu’ils s'en charge la tous les ans 200 vaisseaux et qu'il s'en pourrait faire deux fois autant s’il en était besoin”. Le voyage de Chardin est analysé sur ce point par Baladié 1994.

148 Chardin 1686. 69-71. Cf. Dem. 35.34 : “Lors de la traversée de Panticapée à Theodosia, Apollodore avait chargé sur le navire un ou deux ballots de laine, onze ou douze amphores de salaisons, deux ou trois paquets de peaux de chèvres, et rien de plus”.

149 Voir supra n. 103.

150 Près du cap Vona. Fontanier 1834. 58 (Taitbout de Marigny 1850. 3) : Platana (Taitbout de Marigny 1830. 36) ou Sürmene (Fontanier 1834, 291). Taitbout de Marigny 1830, 34 : “A Kirasonde, Zéfré, et Tripoli, les habitants tirent leurs bâtiments à terre pour toute la durée de la mauvaise saison”.

151 Taitbout de Marigny 1830, 26-27. Les risques paradoxalement causés par les vestiges portuaires sont signalés ailleurs. Ils témoignent des tentatives pour domestiquer la mer Noire, et de leur peu de succès à l'époque.

152 Hamilton 1842, 304.

153 Taitbout de Marigny 1830, 35-37. “Platana : c'est un excellent mouillage situé à 2 bonnes lieues. O de Trapézonte. Il n'y est jamais arrivé d'accident quoiqu'il soit découvert depuis le N.-O. jusqu'à 1Έ. Les seuls vents de terre y sont violents. Les bâtiments s'y affourchent l'avant vers la côte et l'arrière au large”.

154 Spencer 1839. II, 32 : p. 131, Spencer ajoute que le climat y est glacé en hiver, brûlant en été, et la baie gelée de décembre à février. I 18, Eupatoria : “The hay is extensive, with sufficient depth of water and good anchorage : but. being exposed to every wind, except the north and north east. it offers no security to vessels as a harbour ; consequently, its commerce is very inconsiderable”. Mais l'aspect du paysage a beaucoup changé depuis l'Antiquité.

155 Spencer 1854, 296-297.

156 Cf. Spencer 1854, 299, pour Soudjouk-Kalé d'accord avec Taitbout de Marigny 1887, 40-44 ; voir p. 75-76 et n. 257 pour Gelendzik.

157 L'importance des fleuves comme voies de communication avec l'intérieur, en particulier pour l'exportation du bois, est l’un des leit-motiv des historiens de la région, aussi bien B&W pour la partie orientale, que L. Robert, en particulier Robert 1980.

158 Per.M.Eux., 7. signalant au passage les fleuves navigables comme l'Isis et le Môgros.

159 Tournefort 1717. 2. 177-224. Sur le Rhébas (Riva), voir les notes ad loc., p. 123.

160 Hamilton 1842, 282 ; 294-298 ; B&W. 7 : “But it seems fairly certain that Limnai and possibly Themiskyra were delta ports on the banks of the two rivers which here reach the sea. Unsuitable to modem shipping because of their shallow waters, these deltas clearly provided satisfactory harbors for the ships of ancient and médiéval limes, with good protection front the weather”. Cf. n. 382.

161 Schol. ad A.R. 2. 843 : Οἱ τὴν Ἡράκλειον κατοικήσαντες Μεγαρεῖς, ὅτε εἰς τὴν ἀποικίαν ἔπλεον, χειμασθέντες εἰς τòν Ἀχέροντα ποταμόν κατέφυγον ὅθεν καὶ διασωθέντες οί ναῦται Σοωναύτην ἐκάλεσαν αὐτόν. La scholie suivante en fait un usage commun.

162 Robert 1980, 20, commentant Memnon d'Héraclée, FGrHist 434 F 29.

163 Taitbout de Marigny 1830, 8-9 ; Hamilton 1842, 250 sur la formation des limans ou des barres. Spencer 1839, 311 et Taitbout de Marigny 1830. 12 (Redout Kale) ; Taitbout de Marigny 1830, 20. Bartin Su ; 40. Rioni (Phase) ; Hommaire de Hell 1854. 212, Sulina (sur l’un des bras de l'estuaire du Danube).

164 Pour l'Hypios-Melen Su, cf. Robert 1980, 20, n. 52.

165 Sur ces ports, voir les notes ad loc. Mais le Périple, à l’exception de Genesintis, ne dit rien de la nature ou de la qualité des ports qu’il signale : on a vu supra que les préoccupations de son auteur sont d’une autre nature.

166 Sur la question homérique, voir Counillon 1997 et 2004a, et infra p. 122.

167 Hes. F 241 M. W. Cf. Baccarin 1997, et les travaux d’A. Ivantchik donnés en bibliographie, et. sur Eumélos de Corinthe, l'article récent de M. L. West (West 2002).

168 Eust., ad D.P. 147.

169 Arist.. Oec., 2.2.8 [1347b] ; 2.2.24a[1350b] : Pol., 5.6.8 [1305b) ; 5.6.15 [1306a],

170 Arist., HA. 8.13 [598a-b], migration des poissons dans le Pont ; 6.13 [567b], frai dans l'embouchure du Thermôdôn ; 6.12 [566a], marsouins ; Voir aussi Mir., 73-74 [835b] poissons qui s'enterrent et survivent à la sécheresse à Héraclée et en Paphlagonie.

171 Mir.. 63 [835a],

172 Arist., HA, 5.22 [554b] et Mir.. 18 [831b], miel de Trapezous “à l'odeur puissante” (βαρύοσμος).

173 Arist., Mete.. 1.13 [350a et 351a]. Voir aussi 2.1 [354a], à propos du niveau relatif des mers qui forment la Méditerranée.

174 Dans ce domaine, voir les synthèses éditées par G. R. Tsetskhladze. en particulier Tsetskhladze 1994. On y ajoutera Hind 1983-1984 et 1992-1993 et Treister & Vinogradov 1993.

175 Sur les colonies de Milet. cf. Ehrhardt 1983.

176 Chtcheglov 1992 pour Chersonèsos, Solovev 1998 pour Berezan, Kutajsov 1996 pour la Crimée occidentale, Kochelenko & Kuznetsov 1990 sur le rôle de Milet. Bouzek 1989, 258-259, sur l’évolution des flux commerciaux : “La première phase de la colonisation a surtout recherché les métaux. Par la suite les Grecs se sont surtout intéressés aux esclaves, aux cuirs, aux fourrures et au bois de Thrace, mais pour les Athéniens, c’est le blé qui primait... La production d’Olbia, qui avait perdu une grande partie de sa chôra vers 490 av. J. C., ne suffisant plus, c’est le Bosphore Cimmérien. unifié vers 480, qui occupe désormais la première place”. Voir en dernier lieu. Archibald 2002. 54-56.

177 Pour un point de vue “finleyien” voir par exemple Ščeglov 1991, 141-159. On ne peut se garder d’un certain malaise devant le nominalisme de certaines recherches (Hansen 1997), qui semblent oublier qu’un mot peut avoir des résonances différentes selon le locuteur : le philologue devrait adapter son filet au poisson qu’il cherche à prendre, ce que je croyais avoir montré, avec d’autres, Counillon 1993.

178 Cf. Koshelenko & Kuznetsov 1998, 252-254 ; pour la Colchide, Lordkipanidze 1974, 914.

179 Autre exemple : St.Byz. s. Τραπεζοῦς, mentionne un autre nom de la ville. Οίζηνίς (sans qu’il soit possible de dater cette dénomination).

180 Braund 1994, 78, et plus généralement 77-120.

181 Chardin 1686, 72 qui semble répondre à Hp„ Aër., 15. Observations concordantes de Spencer 1854, 309-312 ; 323 ; Fontanier 1834, 306. Synthèse Braund 1994, 54.

182 Fontanier 1834, 306.

183 B&W. 336. Voir le catalogue dressé par Arrien. Actuellement encore, entre la frontière géorgienne et Trabzon, on fait la distinction entre musulmans hellénophones d'Of, Lazes de Rize ou Hemsis de la région d'Ardešen.

184 Hommaire de Hell 1844. 28 et 31 ; voir aussi Spencer 1839, 173-174. Sur Skylès à Istros, Hdt. 4.78-80.

185 Treister & Vinogradov 1993, 532, à propos de Nikônion : “By the middle of this period [late fourth and early third centuries B.C]. imports front Athens and Heraclea had virtually disappeared, superseded by items front Sinope and Chersonesos”.

186 Brunt 1966.

187 Mattingly 1966, 195. S'appuyant sur le silence des sources contemporaines, il pense que l'expédition de Périclès dans le Pont est une invention d'Éphore, adoptée par Plutarque. Pour une analyse historique, cf. Debord 1999, 91 et infra p. 122-123.

188 Burstein 1976, 31.

189 D’autres fondations sont à peine connues, comme Agathè Polis près d'Apollônia, cf. infra n. 199. Quant à l'intérêt athénien pour Héraclée, il transparaît dans un pièce d'Eupolis produite vers 424-423. F 302 Kassel-Austin. et qui met en scène Cléon.

190 Voir infra n. 232. Burstein 1976, 120 n. 126. pense que la reddition de Nymphaion aux Spartokides par Gylon est à rattacher au retrait d'Athènes à la fin de la Guerre du Péloponnèse, mais remarque cependant (n. 141), que selon Xen., Hell.. 2.2.1, les partisans d'Athènes à Byzance se réfugient alors dans le Pont.

191 Hind 1976. Mais Xénuphon, alors exilé, à la tête d'une expédition commanditée par Sparte, avait de bonnes raisons d'ignorer toute présence athénienne dans le Pont.

192 Bouzek 1989.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search