Version classiqueVersion mobile

Pseudo-Skylax : le périple du Pont-Euxin

 | 
Patrick Counillon

2. Le Pseudo-Skylax et le Périple

Texte intégral

2.1. Le Ps-Skylax

  • 4 Müller in GGM, I. p. xxxiii-l. pour la notice, part. p. xxxvi-xxxvii ; cxxxvii-cxxxviii pour les ad (...)
  • 5 FGrHist 709TI. Parmi les derniers à avoir abordé la question, cf. Marcotte 1990, 28-33 ; Sehepens 1 (...)
  • 6 Marcotte 2000. Le premier volume des Géographes grecs présente, avec une édition critique de la Per (...)
  • 7 F. Gonzaález Ponce défend la première thèse et D. Marcotte la seconde.
  • 8 Peretti 1961, 1963, 1979, 1988, contre Jacoby, ad FGrHist I, qui voyait dans la partie pontique un (...)
  • 9 Str. 14.2.20.
  • 10 Str. 13.1.4 ; Ephor., FGrHist 70F16.7a.
  • 11 Str. 12.4.8 : "Οτι δἦν κατοικία Μυσῶν Βιθυνία πρῶτον μαρτυρήσει Σκύλαξ Κιχρυανδευς φήσας περι (...)
  • 12 Le problème a été bien analysé par Debord 2001. Voir aussi Debord 1999, 75 et 92, à propos de Kios (...)
  • 13 Robert 1949..37-38 : “Ainsi ce que ce périple appelle la Mysie, sur la mer, c'est exactement et uni (...)
  • 14 § 98. Λυδία. π' ’Άντάνδρου καὶ τς Ἰνδίσης τò κάτω ἦν πρότερον μὲν δί'ατήν ἡ χώρα Μυσία μέχρι Τευ (...)
  • 15 Contra. Desanges 1978. 95, à qui l'on doit la meilleure analyse de la partie libyque du Périple :(...)

1La question de l’identité de l'auteur du Périple n'a guère progressé depuis la synthèse de K. Müller dans les GGM. où il établissait que les fragments subsistants des écrits attribués par les auteurs anciens au véritable Skylax, le pilote de Darius, ne cadraient pas avec le texte du Périple et que certaines des cités mentionnées par le Périple avaient été fondées longtemps après sa mort4. Müller écarte également l'attribution du Périple à Skylax d'Halicarnasse, mentionné par la Souda et postérieur à Polybe5 Depuis peu, D. Marcotte a remis le texte du Périple dans le contexte de sa transmission manuscrite6. Il a définitivement établi que le Périple a été attribué à Skylax de Karyanda, sur critères internes, par le géographe byzantin Marcien d'Héraclée au moment où il rassemblait le recueil géographique transmis dans le Pari sinus sup. gr. 443, entre 530 et 560 p.C. Actuellement, le débat est ouvert entre partisans d'une mise à jour d'un texte remontant à Skylax de Karyanda, la Περίοδος Γς mentionnée par la Souda, et d'un texte composé au ive s. a.C. et resté anonyme jusqu'à ce que Marcien d'Héraclée le lui attribue7. A. Peretti, par exemple, constatant les différences entre le Périple et les textes géographiques ou historiques précédents ou contemporains (Hécatée, Hérodote, Ephore et Théopompe), en était arrivé à la conclusion que l'origine du Périple devait être cherchée dans l'oeuvre du véritable Skylax. “il primo portolano del Mediterraneo”, et proposait une lecture “archéologique” du Périple, attribuant aux copistes successifs tout ce qui ne cadrait pas avec son credo initial8 Quels témoins peut-on évoquer à l'appui de cette hypothèse ? Si l'on écarte le témoignage des auteurs postérieurs à Marcien d'Héraclée qui attribuent à Skylax de Karyanda les commentaires qu'ils tirent du Périple, le seul à le mentionner dans un contexte géographique qui pourrait le rattacher au Périple est Strabon. Le premier passage signale que Karyanda est la ville natale de Skylax, ἐντεῦθεν δ'ᾖν καὶ Σκύλαξ παλαιòς συγγραφεύς9. Les deux autres portent l'un sur la Troade, l’autre sur la Mysie. Le premier est assez ambigu et difficile d'interprétation. Strabon y explique les désaccords entre géographes sur la distinction entre Éolide et Troade (les Éoliens n'arrivant sur place qu'après Homère) : “Les uns nomment toute la région Éolide. les autres une partie, et Troade soit la totalité, soit une partie de la région, sans accord général”. Strahon dresse ensuite le catalogue des changements de frontière, catalogue qu'il termine ainsi : “Skylax de Karyanda commence à Abydos ; de la même façon, Éphore dit que l'Éolide s'étend d'Abydos à Kymè, et d'autres autre chose”10. Si donc Strabon fait bien d'Abydos une ville frontière, la phrase suivante pourrait impliquer que Skylax la plaçait, comme Éphore (ὁμοίως δέ), à la frontière de l'Éolide, alors que le Périple, § 94, en fait la frontière entre Phrygie et Troade, et met la frontière de l'Éolide au cap Lekton. Mais Strabon, mentionnant sans doute Skylax de seconde main, dans une argumentation qui souligne les contradictions entre historiens, il est difficile d'aller plus loin. Le second passage de Strabon concerne le passé de la Mysie : “Quant au fait que la Bithynie est une colonie des Mysiens. mon premier témoignage sera celui de Skylax de Karyanda, qui a dit que sur les rives du lac d'Askania étaient établis des Phrygiens et des Mysiens”11. Le territoire de la Mysie est difficile à définir, même à l'époque où Strabon écrit sa Géographie, parce que c'est un territoire continental enclavé entre différents territoires côtiers, de la Bithynie à la Carie12. Or. la Mysie du Périple commence au golfe d'Olbia et se termine au golfe d'Astakos13. C’est un territoire très étroit, dont la seule côte se trouve sur la Propontide. Strabon n'a donc pas emprunté au Périple lamention du lac d'Askania, de toute façon trop continental pour apparaître dans une description des côtes ; cela implique en corollaire que le texte de Skylax de Karyanda n'était pas un Périple, mais, comme l'écrit la Souda, une Περίοδος Γς, une description chorographique qui prenait en compte l'intérieur du continent autant que ses côtes. La suite du Périple montre d'ailleurs que le Ps-Skylax décrit la fenêtre maritime d'un territoire continental plus étendu vers le sud et qu'il témoigne d'une évolution historique : après la description de la Phrygie, de la Troade et de l'Éolide, au moment d'arriver à la description de la Lydie, il remarque en effet que le territoire de cette dernière est, de son temps, plus étendu vers le nord qu'auparavant, et que les Mysiens se sont retirés “vers l'intérieur du continent”14. Cette expansion de la Lydie vers le nord n'est pas une incidente, mais organise l'ensemble du chapitre (chapitre très long, qui plus est), puisqu'au moment d’arriver à la frontière de la Carie, le Périple remarque qu'il s'agit de la frontière de cel le-ci avec “la Mysie et la Lydie”. Ce passage montre que le Ps-Skylax n'est pas Skylax de Karyanda, qu'il n’est pas non plus un simple compilateur puisqu'il analyse ses sources en historien : il est conscient que la situation politique a changé, que la Mysie s’est rétrécie. La Περίοδος Γῆς aurait donc pu tout au plus figurer parmi les sources de l'auteur du Périple, comme il aurait pu emprunter au Περίπλους τῶν κτος τῶν Ήρακλέους στηλῶν la fin du Périple ou une partie de ses matériaux15. Mais les sources du Périple sont multiples, et ne sont que partiellement d'origine maritime.

  • 16 Cf. Hammond & Griffith 1979, 194-195. à propos du Périple, daté de 338-335 a.C. ; p. 233-246 pour l (...)
  • 17 Le catalogue est dressé par Müller. GGΜ. I, p. xliii-xlvi, voir les notes ad loc. Pydna, Methonè et (...)
  • 18 Cf. Brun 2000, 89-95, à propos des mentalités athéniennes vers 338, part. 89 : “Certes, nous savons (...)
  • 19 Cf. Cargill 1995, 31-40, sur le décret de fondation d'une ἀποικία athénienne dans l'Adriatique (IG, (...)
  • 20 Cf. Cargill 1995, 9-12 : 23-31.
  • 21 Cf. Counillon 1998b. La lutte entre Athènes, Philippe ou la Perse est aussi idéologique, cf. Markle (...)
  • 22 Voir à ce sujet Bresc & Nef 1999, 47-53. Que le Périple donne une image politique du monde méditerr (...)
  • 23 GGM, I, p. xxxix-l : Letronne 1840, 172 et 243.

2En ce qui concerne le Pont-Euxin, une bonne part des difficultés d'interprétation du texte tient justement à la méthode de travail adoptée par son auteur : la mise sous forme de périple de données éparses. Les parties du Périple que j'ai étudiées s'accordent avec une datation du début du règne de Philippe II. en particulier l'allusion à la fondation de Datos par Kallistratos d’Aphidna16. Mais les incompatibilités chronologiques relevées ailleurs semblent impliquer une rédaction légèrement postérieure à cette période17. Ces erreurs pourraient révéler le travail d'un historien pour lequel le Périple aurait été le prologue géographique d’une histoire du monde grec. D’autres regroupements de cités sont des anachronismes pour l'Histoire, mais vraisemblablement le résultat de découpages géographiques. Enfin, certains choix pourraient être idéologiques (“Chéronée n'a pas eu lieu”)18. A en juger par la longueur respective des chapitres, les régions qui intéressent le plus le Ps-Skylax sont celles pour lesquelles les Athéniens manifestaient un intérêt particulier dans cette période de leur histoire, par exemple la Chersonèse de Thrace, vitale pour leurs approvisionnements en blé19. Les Athéniens ont aussi beaucoup guerroyé en Égypte, du côté d'Acoris comme du côté perse : peut-être est-ce la cause de la précision relative de la description de la côte libyque. Les entreprises de Denys de Syracuse en Adriatique ont entraîné un intérêt politique accru pour cette région et ses ressources, et les Athéniens ont fait de nombreuses expéditions autour de Corcyre et de l'Acarnanie20 : le Ps-Skylax donne de l'Adriatique un tableau détaillé. Evagoras a représenté pour les Athéniens l'espoir d'une résistance grecque à l'impérialisme perse : la description de Chypre fait la part belle à Salamine et oublie Kition21. La Macédoine est décrite avec précision, mais réduite à son littoral à l'époque de Perdiccas III ; la Perse n'existe tout simplement pas. Tout se passe comme si le monde grec vivait en paix avec lui-même et avec le reste du monde22. En conclusion de son introduction. Millier adoptait le point de vue de Letronne : “On sent qu'un livre aussi incomplet, aussi peu détaillé, n’était qu'un livre élémentaire et n'a pu être, quoi qu'on en dise, d'aucune utilité aux navigateurs... Pour moi, en rapprochant le style de l'ensemble des faits de l'ouvrage, je me sens fort enclin à placer la rédaction entre l'an 356 et la mort d'Alexandre... Mais ce qui n'est point incertain, ce qui résulte clairement de l'ensemble de ces observations, c'est que le périple est réellement une compilation, et que les diverses parties en ont été tirées de matériaux d'une date approximativement connue, dont les plus récents sont du règne de Philippe de Macédoine. Ce résultat est plus nécessaire à établir que la date précise de la rédaction, date qu'il me paraît maintenant impossible de déterminer autrement que par des suppositions plus ou moins probables, et qui, heureusement, n'est d'aucune importance pour l'histoire de la géographie”23.

3Il est difficile d'être plus limpide ou raisonnable.

2.2. Le texte du Périple

  • 24 Voir la note ad loc.
  • 25 GGM, I, p. 567, 29-33 : Τὰς δὲ τούτων ἐπιτυμὰς κα διορθώσεις τῶν ἐμαυτοῦ ποιησάμενος πόνων ἐναργὲς (...)
  • 26 Comme le démontre Marcotte 2000, p. cxxxiii, par comparaison entre la Périégèse iambique et Eux.
  • 27 Dans les citation d'Eux. les premières références sont celles de la pagination du manuscrit dans l' (...)
  • 28 Marcotte 2000, p. cxxvi-cxxvii. On sait que la recherche de sources locales ou au moins hétérodoxes (...)
  • 29 Marcotte 1990. 29-33.
  • 30 Voir infra ad § 89.
  • 31 Entre le ve et le ier s. a.C., un grand nombre de textes s'intéressent au Pont-Euxin. Dans un catal (...)

4Les éditeurs s'accordent à dire que le Parisimis sup. gr. 443 est corrompu et que le Périple en est le texte le moins fiable. Sa nature même se prête d'ailleurs aux erreurs de copie et aux ajouts, en raison de sa forme répétitive et des accumulations de toponymes inconnus ou au contraire trop connus ; l'étude de la tradition manuscrite et indirecte permet de comprendre et parfois corriger certaines des fautes accumulées. K. Müller pensait par exemple que tous les intertitres étaient l’œuvre de l'éditeur byzantin, et le § 70 paraît le confirmer24. D. Marcotte a réussi à tracer l'histoire du Périple à partir du moment où Ménippe de Pergame l'intègre dans un corpus de géographes à l'époque d'Auguste ; c'est ce corpus que Marcien d'Héraclée. qui en fait vraisemblablement un codex, attribue à Skylax de Karyanda : Marcien, qui signale son travail d'éditeur pour le texte de Ménippe, pourrait aussi être responsable des synthèses provisoires et des computs de distance comme le pompions de l'Europe du § 69 et le pompions final25. Le corpus complet de Marcien est l'une des sources principales d'Étienne de Byzance et il est encore complet entre les mains de Constantin Porphyrogénète au début du ixe s. p.C. ; il est passé par les mains d'un abréviateur au moment où un compilateur l'utilise pour la rédaction du Périple apocryphe du Pont Euxin (= Eux.), et fait du Périple l'une des sources de sa mise à jour du Périple d'Arrien, en concurrence avec Ménippe et la Périodos26. Les citations du Périple sont aisément reconnaissables par leur forme, qui oppose une situation présente à la situation passée : 9R24-25 (§ 35 Müller) : Ἀπò οὖν Φαρνακίας τῆς κα πάλαι Κερασοῦντος ἕως πλησίον Κοτυώρου πρῶην ᾢκουν ο λεγόμενοι Μυσούνικοι (μοσυνικυί, ms.) κτλ. 9R19 (§ 33 Müller) : Ἀπò δὲ Κοτυώρου ἕως πλησίον Πυλεμωνίου πρώην Τιβαρανο ᾢκουν ἔθνος κτλ. 9R15-16 (§ 31 Müller) : Ἀπò δὲ Πολεμωνίου ἕως πλαγίων τοῦ Θερμώδοντος πρῶην Χάλυβες ἔθνος κουν27. Il contient donc des informations intéressantes pour l'établissement du texte, même si la localisation des toponymes est une interprétation, peut-être à partir d'Apollonios de Rhodes. D. Marcotte pense qu'en amont de Ménippe, le Périple était connu de Lycophron (ce qui permettrait d'affiner la fourchette de sa date de composition), et il considère qu'il est l'une des sources de la Périodos iambique, dont il attribue la paternité à Apollodore d'Athènes, au iie s. a.C.28. Il avait déjà montré sa parenté avec la Description de la Grèce de Dionysios. fils de Calliphon29. Des similitudes frappantes avec Pomponius Mêla, Pline, et surtout Apollonios de Rhodes ramènent à la même période. Le Périple a-t-il été directement utilisé par Apollonios ? Cela a pu être le cas, au moins dans un premier temps30. Il disposait pourtant d’une bibliographie importante : pourquoi a-t-il utilisé le Périple du Ps-Skylax31 ? Parce qu'il y trouvait un manuel commode pour construire le voyage de ses Argonautes le long des côtes politiques ?

  • 32 Comme dans le cas de Spina sur l'Adriatique, cf. Counillon à paraître.

5Toutes ces incertitudes accumulées ont lait que la plupart des éditeurs ou des historiens qui ont utilisé le texte ont corrigé l’orthographe des toponymes, parfois contre le texte, au point de le défigurer et d’établir une vulgate qui a servi à son tour à corriger les autres géographes32. J’ai, pour ma part, essayé de revenir, autant que possible, au texte du manuscrit et tenté d’analyser les réalités géographiques dont rendait compte le Périple. Pour chaque passage étudié, j’ai entendu : I. M'assurer de l’intégrité du texte en y repérant les fautes de transmission. 2. Comprendre la logique descriptive et déterminer des sous-parties cohérentes en dehors du contexte géographique (langue, ruptures). 3. Analyser les toponymes dans leur contexte historique et archéologique. 4. Mettre en rapport le résultat obtenu avec le reste du Périple pour en tirer les conséquences générales.

2.3. La forme et le contenu du Périple

  • 33 C'est le sens des travaux de E. Gonzalez Ponce sur le périple comme genre littéraire, cf. Gonzalez (...)

6S'interroger sur l'auteur du Périple amène à le faire sur la constitution progressive des genres littéraires dans la Grèce du ve et du ive s. a.C., sur l’histoire conjointe de l'élaboration des sciences et en particulier de la géographie, sur la naissance de structures littéraires propres, de modèles descriptifs spécifiques à travers lesquels ces sciences se sont construites dans leur particularité33.

Le projet géographique

  • 34 GGM,, I, p. xliv, § 62 : Hinc igitur colligimus periplum non ante annum 338 scriptum esse. Nec/ue v (...)

7Müller a émis l'idée que Phileas était la source principale du Périple34. C'est une hypothèse de travail qui méritait d’être retenue, mais peu consistante. La question a été réglée par D. Marcotte à propos des similitudes de certains passages du Périple et du poème de Dionysios fils de Calliphon. On retiendra sa conclusion :

  • 35 Marcotte 1990. 32 ; les fragments de Phileas sont recensés par Gisinger 1938.

“L'auteur, ou le compilateur, du périple aurait utilisé, comme Dionysios le fera, l'œuvre de Phileas, qui bénéficiait d'un certain prestige... De son côté, Dionysios aurait, a deux reprises au moins (pour les vers 27-32 et 1 11-125), emprunté au périple dit de Scylax des bribes de phrases qui pouvaient, sans grand problème, passer dans le trimètre”35.

8Je rejoins d'autant plus ce point de vue que le seul argument sur lequel s'appuyait Muller est un passage du Périple dont il reconstruisait la continuité à partir d'une citation de Macrobe : Ἐντεῦθεν δὲ Αἰολὶς χώρα καλείται. Αἰολίδες δὲ πόλεις ἐν αὐτ εἰσὶν ἐπὶ θαλάττῃ αἵδε· < σσος, Γάργαρα, ντανδρος·ἐν δὲ μεσογεί αἵδε·> Κέβρην, Σκῆψις, Νεάνδρεια, Πιτύεια.

  • 36 Périple, Éolide, § 96 et Phileas ap. Macr., Sar.. 5.20.7. Peretti 1963, 40-41 et Marcotte 2000, p. (...)

9Mais si le style de ce passage est “heurté”, P. Debord a démontré que la description du Périple est conforme à la situation politique de l'Éolide36. Cette partie du Périple attend donc encore son commentaire et il faut se résigner à voir Phileas rejoindre les sources indéterminées du Périple.

10Le contenu du Périple s'inspire d’une tradition ethnographique qui lui est parallèle, sans qu’il soit possible de définir un auteur ou un texte particulier comme sa source assurée :

  • 37 Dorati 2000, 98-99 : Dorati a le seul défaut de s'inspirer des idées erronées de Peretti pour faire (...)

La raffigurazione delle caratterische geografiche di un paese (Hécatée 1F291 ; 292) ; delle andamento delle coste o dei fiumi (1F217 ; 255 ; Skyl. FGrHist 709F8 ; 10), dei monumenti (Hellanicos 4F54), degli animali e delle piante (1 F324). degli usi et costumi degli abitanti (1F154, 284, 287, 322, 323, 335, 358 ; 4F53, 66, 67) et délia loro diposizione sul territorio (1F100, 108, 163, 204 ; 4F70) si colloca di regola nell atemporalità della descrizione. Nello stesso modo, anche un'opera corne il trattato ippocratico sulle arie, acque, luoghi, riferendo sia fenomeni... trova la sua forma naturale nell'atemporalita della descrizione”37.

  • 38 Sur la définition et l'histoire de ce terme, cf. Gautier-Dalché 1995, 42-43, et 1997, IV. 121-122.
  • 39 Sur la description comme représentation de l'espace, cf. Counillon 2001a et Counillon 2001 b.
  • 40 Voir en particulier les analyses de Bresson 2000, 141-149.
  • 41 Sur les résultats de cette utilisation, cf. Arnaud 1992 et 1993.

11Le Périple n'est pas un portulan38. Les notices ethnographiques, les remarques mythographiques interdisent de le considérer comme l'ekphrasis d'une carte39. L'existence de livres de bord, de journaux de navigation paraît indubitable à l'époque où il a été rédigé40. Mais si les connaissances des marins grecs ont pu être recueillies par les logographes ioniens d’abord, athéniens ensuite, actualisées avec les progrès des connaissances maritimes, les transformations que ceux-ci leur faisaient subir, la différence des buts et des publics qu'ils recherchaient ne pouvaient manquer de les rendre méconnaissables41.

12A la fin du Moyen Age, on observe des évolutions comparables :

  • 42 Waters 1967, 11.

Towards the end of the Middle Ages, when Dutch navigation began to grow, Dutch shipmasters... began to set down in writing what they had personally observed in the navigable waters of northwestern Europe... These notes they then lent to one another on their return home and copied... Later it became a source of revenue for professional scribes to furnish sea captains with similar sailing directions and, as the copyist had little or no professional knowledge, they copied uncritically whatever came by chance into their hands. They were not competent to correct or to reorganize the material – hence the number of repetitions – and could not avoid making errors of transcription, slips in writing, incorrect substitution of names, numbers and directions. They often skipped words or entire lines, or repeated (hem, in each case to the detriment of the meaning. Moreover, such faults multiplied with each copying by successive generations”42.

  • 43 Voir la typologie des genres de la géographie classique ap. Marcotte 2000, lv-lxxii.
  • 44 González Ponce 1997b. 43-45.
  • 45 Ainsi Damastès de Sigée, le disciple d’Hellanicos, aurait-il élaboré un Périple à partir de l'œuvre (...)
  • 46 Dorati 2000.
  • 47 Janni 1984 reste le point de départ nécessaire de toute étude consacrée au genre périplographique.

13Dans la géographie de l'époque hellénistique et impériale, la typologie descriptive distingue entre géographie, chorographie (description régionale), periodos, périégèse et périple (description linéaire des côtes)43. Mais ces distinctions n'ont pas de sens avant l'époque hellénistique, et certains auteurs anciens comme Euthymenès de Massalia, Phileas d'Athènes ou Damastès de Sigée sont indifféremment qualifiés d'auteurs de périples, ou de périégèse, ou d'Εθνῶν ’Ονομασίαχ par les grammairiens byzantins44. Comme l'a montré F. Gonzalez Ponce, la confusion des dénominations entre chorographia, periodos, periegèsis, ou periplous pour désigner les textes à coloration géographique chez les encyclopédistes byzantins interdit de construire l'histoire ancienne des genres45. La naissance des sciences s'accompagne de celle de structures littéraires spécifiques à travers lesquels ces sciences se construisent dans leur particularité : ainsi la ligne de partage entre “flux narratif” et “flux descriptif” sépare-t-elle histoire et géographie46. De même que l'innovation d'Hérodote et des historiens a été d'intégrer des éléments ethnographiques dans une continuité narrative en prose héritée de la poésie épique, l'innovation du Périple est de les intégrer dans une forme littéraire qu'il est pour nous le premier à utiliser dans une représentation de l'espace géographique : si le Périple représente un progrès, il est dans l'usage systématique et absolu d'un système descriptif pour constituer une œuvre cohérente et géographiquement lisible. Alors que dans la Periodos d'Hécatée, ou chez Hellanicos, certains peuples sont décrits dans le cadre de chorographies qui prennent en compte la surface du territoire, le passage au périple transforme ces données dans le sens unidimensionnel et vectorisé qui est sa démarche naturelle, ce qui amène un rétrécissement de la profondeur du territoire décrit : la transformation de ces données en périple a impliqué des choix entre la façade maritime d'une région et l'intérieur47. Il a fallu aussi orienter différemment certaines listes de peuples à partir d’un ordre présupposé (s'agissait-il de listes de peuples côtiers, ou de listes de tributaires, ou de listes orientées de la côte vers l'intérieur ?). L'autre prix à payer pour la constitution d'un périple était la régularité dans la progression du texte : chaque paragraphe est l'équivalent verbal de la portion de territoire qu'il décrit, le Périple ne peut laisser de blanc, il progresse au mot-territoire, et les nécessités de la symétrie et de l'équilibre impliqueraient même un parfait assemblage de paragraphes calibrés : de là le recours à des excursus empruntés à d'autres disciplines qui alimentent de leurs notices les ignorances de l'auteur.

La forme du monde

  • 48 Le mot n’apparaît que trois fois dans cette partie du Périple, pour désigner le Pont-Euxin par oppo (...)
  • 49 § I : “Je partirai des Colonnes d'Héraclès, celles d'Europe, jusqu'aux Colonnes d'Asie, et aux Éthi (...)
  • 50 § 13 : “Face à Rhègion il y a l'île de Sicile, qui se trouve à 12 stades de l'Europe” ; § 47 : “Fac (...)
  • 51 § 6 : “La navigation de la Tyrrhénie à Kyrnos est d'un jour et demi ; et il y a une île habitée à m (...)
  • 52 Cf. Counillon 2001b. n. 8, p. 384.
  • 53 Pour l'entrée du golfe Ionien, le § 27 répond au § 14. Autre élément qui révèle la conscience “géog (...)

14La division du monde en trois continents (Europe, Asie, Libye), est intégrée dans la progression du texte. Cette division n'est pas une simple concession à l'opinion commune, mais sert régulièrement de référence aux descriptions des sous-parties, et elle est inscrite dans un système d'opposition entre régions, ou entre continents et îles. Elle est par exemple si parfaitement assimilée que le Pont-Euxin n’est pas une entité géographique, mais constitue les deux parties septentrionales, l'une de l’Europe et l'autre de l'Asie48. Elle trouve aussi son écho dans la forme du texte, puisque les deux descriptions des Colonnes d'Héraclès d'Europe et de Libye, § 1 et § 111 se répondent jusque dans leur formulation49. De même, les grandes îles que sont la Sicile ou la Crète, dont la description arrive avec le point du continent qui leur fait face, sont situées par rapport à “l'Europe” et non par rapport à la région continentale correspondante, Italie ou Péloponnèse50. Parallèlement à la division en continents, trois transversales constituent une grille qui annonce celles de la cartographie hellénistique : 1. Depuis la côte tyrrhénienne jusqu'à la Libye (vraisemblablement la région de Carthage) si l'on rassemble les § 6 et 751. 2. Depuis Lacédémone jusqu’à la Cyrénaïque en passant par l'ouest de la Crète52. 3. La distance de Sinope à Soloi donne une troisième transversale à la grille pour la partie orientale du Périple, § 102 : “Depuis Sinope dans le Pont à travers le continent et la Cilicie jusqu'à Soloi, il y a une route d'une mer à l'autre de cinq jours”. On trouve également des mesures chiffrées pour les détroits qui marquent l'entrée des golfes ou des mers : Colonnes d'Héraclès, Bosphores, entrée de l'Adriatique, avec le même système de renvoi d'une région à l'autre au moment de retrouver les deux termes du diaplous53.

Le découpage régional

  • 54 Cette délimitation de la Grèce est sans doute reprise de Phileas, cf. Marcotte 1990, 29-33 ; 76-84. (...)

15Parallèlement au découpage continental, le découpage régional est généralement explicité. Ainsi, le paraplous du Rhône à Antion (Antibes) est suivi d'une note qui relève que “depuis les Colonnes d’Héraclès jusqu'à Antion, toute la région est bien pourvue de ports” : cette dernière phrase ponctue la fin de la description de la pointe occidentale de l'Europe avant l'arrivée en Italie. L'Italie forme également une unité descriptive, comme le montre la double mention des Tyrrhéniens, § 5 et 17, et surtout les indications du § 17 qui insistent sur l'aspect transversal de leur territoire, d'une mer à l'autre, et sa traversée par une route dont la longueur est donnée. De même pour la Grèce ; à l'arrivée à Ambracie, § 33, le Ps-Skylax remarque : “A partir de là, la Grèce s'étend sans interruption jusqu'au fleuve Pénée et à la cité magnète d'Homolionqui est en bordure du fleuve” ; à quoi répond au § 65 (Magnètes) la phrase : “Jusque là, depuis Ambracie, la Grèce s'étend sans interruption”54. Ce qui vaut pour la Grèce vaut aussi pour la Thrace ou la Scythie-Taurique.

  • 55 Utilisation des mots de la famille de ὄρος : § 55, Corinthe, frontière de Mégaride (μέχρι τῶν ορίων (...)

16A ces découpages plus vastes correspondent des régions plus petites, dont les frontières sont marquées avec précision55. C'est tout particulièrement vrai de la Grèce aux environs d'Athènes, mais en général, cette division “ethnographique” semble avoir perdu son sens propre et recouvrir des découpages plus simplement géographiques.

  • 56 On ne peut exclure une intervention de Marcien ou d'un copiste byzantin. Mais ce comput est tout à (...)

17Par exemple, dans une phrase comme, § 92, “le paraplous depuis le pays des Mariandynoi (le peuple dont le paragraphe sert d'en-tête à la description de la région d'Héraclée) jusqu'à l'embouchure du golfe d'Olbia”, les Mariandynoi qui n'ont aucune existence politique puisqu'ils sont asservis aux Héracléotes, désignent Héraclée par métonymie : le texte renvoie au texte et non à la réalité politique, traduisant les préoccupations géographiques du Ps-Skylax, et par corollaire, l'existence d'une conception géographique du monde au moment de la rédaction du Périple56.

  • 57 § 40. Corinthe : “Depuis la mer | le golfe de Corinthe], il y a une route de 40 stades jusqu'à noir (...)
  • 58 Le De Mundo d'Aristote, dans une perspective différente, semble partager la vision du monde du Péri (...)
  • 59 On comparera par exemple le § 68 et Ptolémée, Geog.. 3.6 pour la Chersonèse Taurique. L'originalité (...)

18Le point de vue du Ps-Skylax est incompatible avec la vision panoramique du vrai géographe lorsqu'à proximité de l'Attique il se met à parler de “notre mer”, ou de “cette mer”57. Mais sa vision s'inscrit dans la tradition de la géographie ionienne et préfigure les découpages d'Ératosthène et de Strabon58. Les méthodes descriptives inventées par l'auteur du Périple et ses contemporains se perpétuent ensuite presque sans changer jusque dans la géographie de Ptolémée59.

Les computs de distance

  • 60 Jours : § 1-12, 14, 15. 16. 19. 20. 22. 25. 28. 30, 34-38. 66. 92. 93, 98-102, 111-112. Stades : 27 (...)
  • 61 Par exemple Peretti 1979, 103-110 ; mais les articles indispensables sont Arnaud 1992 et 1993.

19Le plus souvent, la lin de chaque paragraphe donne une évaluation de la distance parcourue le long des côtes, le paraplous. Le Périple a la particularité de proposer une double forme d'évaluation, soit en jours de navigation, soit en stades, et de proposer un système de conversion60. Cette particularité du Périple a été repérée et étudiée depuis longtemps, et il a été généralement admis qu'elle correspondait à deux couches successives de relevés, les relevés en stades étant les plus récents61.

  • 62 § 13. la Sicile est isolée ; il y a deux distances en stades, une pour un fleuve (fleuve Tèrias). e (...)
  • 63 Au § 27. la traversée entre la cité d'Hyrous en Iapygie et les Κεραύνια ὄρη d'Épire est estimée à 5 (...)
  • 64 Largeur du détroit à Sestos, 6 stades ; largeur de l'isthme à Kardia. 40 stades ; distance de Sèlym (...)
  • 65 Voir infra ad § 69.

20Les chapitres en jours de navigation sont approximativement regroupés à l'ouest (§ 1I I), dans la partie centrale (§ 35-38) et sur la fin. Le premier chapitre mixte est la Sicile (S 13), suivi de la Tyrrhénie orientale (§ 17)62. Le § 21, la Liburnie, est plus significatif, puisque le Périple y donne un paraplous. en jours, mais les dimensions de l'Istrie en stades. Il provient de la même source qui, au § 23, donne des distances en stades entre Pharos et Issa, entre Kerkyra Melaina et Melitè et la côte : jusqu'à Ôrikos (§ 27), les types de computs sont ainsi mêlés63 La suite des paraplous. le long des côtes du golfe de Corinthe revient au système des computs en jours de navigation jusqu'à la Mégaride, avec quelques exceptions, par exemple § 32 ; Molossoi, et § 33, Ambracie : la distance de la cité à la mer est donnée en stades comme le pompions de la région ; ce paragraphe définit aussi les frontières de la Grèce et répond au § 65. Mesures mixtes également en Étolie (§ 35) : le golfe de Delphes est mesuré en stades, mais le paraplous. final l’est en jours. A partir de la Mégaride (§39, paraplous. en stades), on retrouve des mesures mixtes au § 40 pour Corinthe (pompions d'une demi-journée, mais la traversée de l'isthme est mesurée en stades,’Έστι δ’ άπò θαλάσσης ἡ ὁδòς πρòς τὴν ἐπὶ ἡμῶν θάλασσαν διὰ τοῦ ἰσθμοῦ στάδια μ'), et toujours en stades en longeant la côte du Péloponnèse (sinistrogyre) avec quelques exceptions : aucune mesure au § 46 (Lacédémone), des mesures mixtes pour la Crète § 47. pas de mesures poulies Cyclades, ni Égine § 53, une distance en stades pour le deuxième catalogue des Cyclades § 58. Mesures en stades ensuite jusqu'à la Thessalie § 62-63, où aucune mesure n'est donnée. Aucune mesure § 65 pour les Magnètes, les mesures en jours reviennent avec la Macédoine § 66, tandis que les § 67-69 sont mixtes. Dans le long § 67 (Thrace) la Chersonèse de Thrace concentre les mesures en stades64. La fin du paragraphe revient au comput par jours de navigation pour un paraplous. de la Thrace depuis le Strymôn en deux temps, décomposé, puis général. Dans le paragraphe suivant (§ 68 Scythie-Taurique), on revient au système par jours de navigation, avec une seule distance en stades pour la distance de Panticapée à l'entrée du lac Méotide. La suite, la description de la partie orientale et méridionale du Pont-Euxin, ne comporte aucune mesure et on a pris pour une preuve d'ancienneté le défaut d’information (ou d'intérêt) du compilateur, comme le montre, au § 81, la mesure en stades du cours du Phase chez les Kolchoi. Le décompte par jours reprend au S 92 (Bithynoi) pour un paraplous qui, comme à l'aller, saute directement des Mariandynoi au golfe d'Olbia (trois jours de navigation), et ne donne pour la partie asiatique du Pont qu'une approximation (“le paraplous a la même longueur que pour la côte européenne”), qui traduit l'ignorance de l'auteur. Le long des côtes égéennes de l'Asie Mineure, les distances sont estimées en jours de navigation à quelques informations près (Troade ; Cilicie, § 102, distance de Sinope à Soloi par voie de terre, 5 jours). Tout change à l'arrivée § 104 en Syrie et Phénicie, où les distances sont données en stades, comme dans la description de l'Égypte au § 106. Après Pharos. dont la distance à la côte est donnée en stades, § 107, les jours de navigation se mêlent aux distances en stades comme dans l'Adriatique (par exemple § I 10 pour les îles). Le périple atlantique est compté en jours. Les récapitulations générales des § 69 et 1 1 I sont vraisemblablement dues à l'éditeur byzantin65.

21Les principales améliorations portent donc sur quelques régions particulières : Adriatique, Grèce proche de l'Attique, Chersonèse de Thrace, quelques points en mer Noire, et des régions du bassin sud-oriental de la Méditerranée, en gros la Syrie-Phénicie, l'Égypte, et la Cyrénaïque. La façon dont les distances sont intégrées au texte prouve que cette partie a été “modernisée” par l’adjonction des mesures en stades comme pour le Phase, en particulier pour des îles ou des distances entre celles-ci : un bon exemple est celui des Nestoi, (§ 23) ou le paraplous en jours est donné d'emblée (ce qui correspondrait à un “périple brut”), mais suivi d'un long développement sur les îles. Ces améliorations correspondent, je l'ai souligné, aux régions auxquelles les Athéniens s'intéressaient particulièrement au ive s. a.C. C'est l’une des raisons de conclure que, sur un fond de périple où les paraplous étaient calculés en jours de navigation, un compilateur athénien a entrepris la rédaction d’un périple complet de la Méditerranée et du Pont, qu’il a actualisé certaines informations, introduit des mesures en stades, et complété dans le même temps le circuit du Périple.

La définition des lieux

  • 66 Par exemple Hansen 1995, Flensted-Jensen & Hansen 1996. Tsetskhladze 1997.

22La façon dont le Ps-Skylax définit les lieux a des implications historiques importantes puisqu'elle amène à s'interroger sur la nature des toponymes, des ethnonymes et surtout des villes – pour l'existence et le statut desquelles le Ps-Skylax apporte un témoignage difficile à analyser, mais précieux66. En réalité la question porte tout autant sur la structure de la phrase et des paragraphes dans le Périple.

  • 67 § 12, 13. 14, 35, 36. 38, 39.40, etc.
  • 68 Cas similaires § 13. 23. 39, 40. 46, 47. 59, 67. 68. 94.

23Une fois éliminés les paragraphes qui ne mentionnent pas de cité, ou n'en mentionnent qu'une (4, 5, 16, 17, 22, 41, 109, etc.), on constate que lorsqu’il doit nommer plus d’une cité, le Ps-Skylax utilise des systèmes concurrents. Le plus couramment, il crée une rubrique “cités”, sous la forme habituelle κα πόλεις ἐν αὐτ αἵδε, et, en pays barbare, ἐν αὐτ πόλεις εἰσὶν Έλληνίδες αἵδε67. Parfois, l'énumération est assez longue pour qu'il puisse craindre que son lecteur s'égare : quelques paragraphes, qui commencent donc sous rubrique collective, se poursuivent par une énumération avec mention spécifique (47, 67, 98, 100) lorsque le cours de la description a été interrompu par une remarque, géographique ou mythographique. Par exemple, au § 98, en Lydie, l'énumération des cités est annoncée par la formule usuelle Είσι δὲ πόλεις κτλ., suivie des deux premières de la liste. Astyra et Adramyttion. L'énumération est alors interrompue par l’arrivée dans la pérée de Lesbos puis de Chios et lorsqu'il revient à sa liste, le Ps-Skylax précise πόλις ταρνεύς. Dans la suite du paragraphe, certaines cités sont signalées comme telles (Myrina. Kymè etc.) et d'autres pas (Phocée, Clazomènes, etc.) pour les mêmes raisons. Dans d'autres cas, la spécificité géographique de chaque toponyme est indiquée, en particulier lorsqu'une cité ou deux voisinent avec des fleuves ou des caps, comme au § 59, ou lorsque des cités grecques coexistent avec des cités non-grecques. Parfois cependant, dans cette forme de paragraphe, la mention πόλις est ajoutée, sans que l'on puisse déterminer pourquoi (§ 48, 49, 58). Au § 64. par exemple, il n'y a pas de formule initiale, et la mention de toponymes divers (ἱερòv Δήλιον, Αὐλὶς ιερόν, Εὔριπος τείχος, νθηδὼν τείχος, Θῆβαι, Θεσπιαί, ρχομενòς ἐν μεσογεί) est complétée par la formule Εἰσὶ δὲ κα ἄλλαι πόλεις, qui les englobe tous comme πόλεις, sans distinction68. Le terme de πόλις désigne donc assurément une communauté organisée, mais on ne peut être plus précis. Le § 57 signale comme πόλεις athéniennes Eleusis, Salamine, le Pirée, et d'autres dèmes de l'Attique :

Μετὰ δὲ Μεγαρεῖς εἰσιν θηναίων πόλεις. Καὶ πρῶτον τῆς ττικῆς λευσίς, ο ιερόν Δήμητρός ἐστι, καὶ τείχος. Κατὰ τοῦτό ἐστι Σαλαμὶς νήσος καὶ πόλις καὶ λιμήν. Ἕπειτα ὁ Πειραιεύς καὶ τὰ σκέλη καί θῆναι. δὲ Πειραιεὺς λιμένας ἔχει γ. νάφλυστος τείχος καί λιμήν Σούνιον ἀκρωτήριον καί τείχος. ιερόν Ποσειδνος· Θορικòς τεῖχος καὶ λιμένες δύο αμνοῦς τεῖχος. Εἰσὶ δὲ καὶ ἃλλοι λιμένες ἐν τ ττικ πολλοί.

24Comment justifier cette catégorisation, sauf à entrer dans des distinctions byzantines entre vraies cités et cités dépendantes ? On ne peut donc tirer aucune conclusion sur le degré d’autonomie des “cités” mentionnées par le Ps-Skylax, et. sur le plan méthodologique, il faut admettre que telle cité historiquement bien connue comme telle puisse être mentionnée non comme cité, mais comme port, ou comme emporion, et que par ailleurs tel cap (ἀκρωτήριον) ou tel fleuve (ποταμός) ou tel temple (ἱερόν) puisse apparaître dans une liste de cités commençant par la rubrique collective Ἐν ταύτη πόλεις εἰσὶν (Ἐλληνίδες) αἵδε sans que cette classification ait la moindre valeur politique. Corollairement, un toponyme qui est donné seul, sans autre indication, pourra être une cité : dire qu’un lieu est une polis n’implique pas davantage l'absence d'un port que dire d’un lieu qu'il est un emporion ne saurait impliquer que ce lieu n’est pas une cité. Cette constatation confirme par contre que le Périple a été construit en réorganisant sous cette forme des matériaux préexistants. La première mise en forme (Μετὰ δὲ... αἵδε) organise géographiquement le chapitre en s'adaptant aux contraintes du terrain : pour la Taurique, par exemple, le périple dextrogyre explique la succession Scythie-TauriqueScythie au moment où l'auteur rencontre la péninsule de Chersonèse Taurique dans sa progression vers l'est. Une fois ce découpage effectué, une seconde mise en forme dresse le catalogue des toponymes. Elle reproduit vraisemblablement des listes, listes de cités ou listes d'itinéraires, où étaient énumérés les principaux toponymes et leur caractéristique essentielle, ce qui explique que dans le chapitre consacré à la Taurique, <Tyris> potamos ou Kriou Metôpon apparaissent, ou que Chersonèsos soit caractérisé comme emporion.

La composition des paragraphes

25On peut aussi s'interroger sur la façon dont ce matériau a été assemblé et construit en étudiant de près l'équilibre entre coordination et asyndète, particulièrement important dans un texte qui accumule les listes de toponymes. Trois systèmes sont couramment en usage dans le Périple : la coordination par δέ, celle par καί, et l'asyndète.

  • 69 Usage habituel chez les géographes, par exemple Ephor., FgrHist 70 F30a = Str. 1.2.28.

26La coordination par δέ marque le début d'un paragraphe ou d'une partie, et il lui arrive d'accompagner une légère opposition avec la phrase précédente. Δέ n’est pas toujours le second mot de la phrase, mais arrive parfois après un groupe de mots initial : § 47,49 έν μεσογεία δὲ, § 47, προς νότον δὲ69, πρòς βορέαν δὲ ἄνεμον (hapax). Δέ manque souvent (mais pas systématiquement) pour accompagner les différentes forme de οὗτος, en particulier les formes adverbiales (par exemple Ἐντεῦθεν, § 40. 41 43. 46, 50, 55). De même avec différentes formes de πρτος (§ 2, 45, 47, 66, 67, 104) ou quelques adverbes comme εἶτα, équivalent de δέ, § 47, 99, 99, 100, ou même de μετ. 109. Mais nombre de phrases sont en asyndète sans raison, parfois en alternance avec une coordination pour le même tour ailleurs dans le texte : ainsi le paraplous qui souvent termine les chapitres est-il ordinairement annoncé par Παράπλους δὲ, mais le mot arrive aussi seul (§ 3,5, 7, 14 etc.) ; le tour Ἐπάνειμι δὲ πάλιν, peut prendre la forme Έπάνειμι πάλιν, § 29, 67, 99. parfois dans le même paragraphe (§ 98), ou une forme approchante : Μετ ταῦτα ἐπάνειμι πάλιν (mais. § 68, Μετ δέ ταῦτά εἰσι Σκύθαι πάλιν). Ces asyndètes sont plus ou moins courantes selon les parties du Périple – presque une phrase sur trois au début, beaucoup moins par la suite. Les asyndètes les plus caractéristiques et les plus intéressantes sont les listes de cités et de peuples, à considérer dans leur rapport avec l'autre conjonction de coordination, καί, qui joue un rôle complexe à différents niveaux syntagmatiques. Coordonnant les mots, sous la forme πόλις Μύρινα κα λιμήν ou Κύμη κα λιμήν, κα sert aussi à embrayer sur la suite du paragraphe après la phrase initiale en concurrence avec δέ, et on aura aussi bien, § 67, Εἰσὶ δὲ ἐν Θράκη πόλεις Ἐλληνίδες αἵδε que, § 68, κα πόλεις ἐν αὐτοῖς Ἐλληνίδες αἵδε. Καί est donc la conjonction privilégiée pour l'adjonction de notes complémentaires dans certains paragraphes où l'on perçoit un important travail de collation. Or la diversité de ces usages peut rendre le texte opaque lorsqu'il faut en hiérarchiser les propositions, par exemple au § 17 :

Τυρρηνοί. Μετ δὲ τò μβρικòν, Τυρρηνοί. Διήκουσι δὲ καὶ οὗτοι ἀπò τού Τυρρηνικοῦ πελάγους ἔξωθεν εἰς τòν δρίαν διήκοντες, καὶ πόλις ἐν αὐτῆ) Ἐλληνὶς καὶ ποταμός, καὶ ἀνάπλους εἰς τὴν πόλιν κατ ποταμòν ὡς εἴκοσι σταδίων. Καὶ Τυρρηνία ἐστὶ διήκουσα ἀπò τῆς ἔξωθεν θαλάττης ἔως εἰς τòν δρίαν κόλπον.

27Le premier και est adverbial, le second (καὶ πόλις) apporte une nouvelle information de même degré, comme le dernier (Καὶ Τυρρηνία), alors que le troisième (καὶ νάπλους) est dans le contexte de la proposition qui commence par καί πόλις, et non celui du paragraphe. Dans ce passage, le sens est sans ambiguïté, mais ce n'est pas toujours le cas, en particulier pour le périple pontique :

28— Dans l'énumération en asyndète du § 68, Θεοδοσία, Κύδαια καὶ Νύμφαιον, Παντικάπαιον, Μυρμήκιον, la coordination isolée Κύδαια καὶ Νυμφαίον implique que dans le modèle du Ps-Skylax, ces deux cités étaient réunies. Le rapprochement géographique peut suffire à expliquer la coordination, puisque les deux cités sont voisines, entre Theodosia a l'ouest et Panticapée au nord ; mais il est possible que ce καί recouvre des liens plus étroits, soit maritimes (en rapport avec l'itinéraire sur lequel elles figuraient), soit politiques. Il est malheureusement impossible d'en savoir davantage.

29— Autre passage complexe, le § 81 :

Κόλχοι. Μετὰ δὲ τούτους, Κόλχοι ἔθνος καὶ Διοσκουρίας πόλις καὶ Γυηνòς πόλις λληνὶς καὶ Γυηνος ποταμòς καὶ Χιρόβος ποταμός, Χόρσος ποταμός, Ἄριος ποταμός, Φάσις ποταμός καὶ Φάσις λληνὶς πόλις·καὶ ἀνάπλους ἀνὰ τòν ποταμòν σταδίων ρπ'εις πόλιν Αἶαν μεγάλην βάρβαρον ὄθεν ἡ Μήδεια ᾖν. ντῦύθά ἐστι Ρὶς ποταμός, Ἴσις ποταμός. Λστῶν Ποταμός, Ἄψαρος ποταμός.

30On doit vraisemblablement hiérarchiser les propositions ainsi :

Μετὰ δὲ τούτους, Κόλχοι ἔθνος καὶ Διοσκουρίας πόλις/καὶ Γυηνòς πόλις λληνὶς καὶ Γυηνòς ποταμòς/καὶ Χιρόβος ποταμός, Χόρσος ποταμός, Ἄριος ποταμός, Φάσις ποταμός καὶ Φάσις λληνὶς πόλις (καὶ ἀνάπλους ἀνὰ τòν ποταμòν σταδίων ρπ'εἰς πόλιν Αἶαν μεγάλην βάρβαρον ὄθεν ἡ Μήδεια ἦν)./ Ἐνταῦθά, ἐστι 'Ρὶς ποταμός, Ἴσις ποταμός, Λστών Ποταμός,’Ἄψαρος ποταμός.

  • 70 Voir le commentaire ad loc.

31On distingue ainsi quatre zones : Dioskourias, Gyènos et son fleuve, puis un groupe de trois fleuves, puis le Phase et la cité de Phasis, puis quatre fleuves assez mal localisés. Mais nous tirons cette représentation davantage de ce que nous savons de la situation de Dioskourias, de Phasis et de l'Apsaros que de l'organisation du texte, et il est par exemple impossible de savoir si le groupe καί Γυηνòς πόλις λληνὶς καὶ Γυηνòς ποταμός doit être rattaché directement à Διοσκουρίας πόλις ou s'il représente un nouvel échelon dans la progression vers le sud : on pourrait couper le texte autrement. La question se pose aussi, quoique de façon moins complexe, aux § 82, 83, 88, 8970.

  • 71 Sur des formules analogues Εἴσι δὲ και ἄλλαι - νῆσοι, πόλεις, cf. 6. 13, 21,34, 44, 46, 57, 59, 60, (...)

32— Au § 92, dans une partie assez pauvre, le Périple paraît situer le fleuve Artônès à l'est de file de Thynias, ποταμός Σαγάριος καὶ ἄλλος ποταμòς ρτώνης καὶ νσος Θυνίας, alors que les autres périplographes le situent à l'ouest de cette dernière. La comparaison entre les §91 et 92 montre que cette erreur est due à la mise en forme périplographique du passage. Dans le § 91, deux fleuves sont mentionnés : le premier arrose Héraclée et il est annoncé selon le tour habituel dans le Périple, Ἐνταῦθα πόλις ἐστὶν Ἡράκλεια Ἑλληνὶς καὶ ποταμός Λύκος ; le second καί qui amène l'Hypios, καὶ ἄλλος ποταμòςπιος, introduit une nouvelle étape, et ἄλλος semble impliquer que c'est le dernier du territoire, “et. un/comme autre fleuve, l'Hypios”. Au § 92, le territoire des Bithyniens recouvre tout l'isthme qui sépare la mer Noire de la Propontide, même si le territoire de Kalchèdôn doit en être détaché. Comme pour la Colchide. l'ambiguïté tient à la succession des conjonctions pour déterminer des sous-parties : Βιθυνοὶ ἔθνος, / καὶ ποταμòς Σαγάριος (qui arrive avec la frontière), / καὶ ἄλλος ποταμòς ρτώνης καὶ νῆσος Θυνίας (l'Artônès et l'île de Thynias) / καὶ ποταμòς 'Ρῆβας (le fleuve Rhébas)71. En amont de la mise en forme périplographique, un Catalogue des Cités et Peuples du Pont, qui aurait réuni Artônès et Thynias dans la même rubrique, n’aurait pas eu une forme différente : Μαριάνδυνοι ἔθνος·πόλις Ἡίράκλεια Ἑλληνίς, ποταμοὶ Λύκος καὶ πιος. Θρᾷκες Βιθυνοί· ποταμοὶ Σαγάριος καὶ ρτώνης, νσος Θυνίας. Ποταμòς 'Ρῆβας.

La question des sous-titres

  • 72 Voir par exemple supra, n. 25.
  • 73 Sur l'archétype, cf. Marcotte 2000, p. cxxvi.

33Dans les GGM, chaque nouvelle étape du périple est annoncée par un sous-titre. Mais ces sous-titres ont été introduits par un éditeur byzantin72. Le § 70 le confirme, puisque dans la phrase : σία. πò Τανάϊδος δὲ ποταμο ἄρχεται ἡ σία. Σαυρομάται. Καὶ πρτον ἔθνος ατς ἐστὶν ἐν τῷ Πόντῳ Σαυρομάται, Καὶ reliait initialement la première proposition (Άπò...Άσία) à la seconde (καὶ... Σαυρομάται). mais en a été séparé par le sous-titre Σαυρομάται. Ces sous-titres ont pu être ajoutés, par exemple au moment de la translittération, pour conserver sa lisibilité au texte malgré le passage à la minuscule. En effet, d'un archétype où les colonnes pouvaient comporter entre 13 et 18 lettres et donc se présenter sous une forme adaptée à la longueur des phrases du Périple73 : καὶ πόλις Ἑλληνὶς / Τορικòς καὶ λιμήν / Μετ δὲ Τορέτας / Αχαιοὶ ἔθνος / Μετ δὲ Αχαιοὺς / Ἠνίοχοι ἔθνος, on passait à καί πόλις Ἑλληνὶς Τορικòς καὶ λιμήν. Μετ δὲ Τορέτας χαιοὶ ἔθνος. Μετ δὲ χαιοὺς Ἠνίοχοι ἔθνος. L'introduction de sous-titres était donc justifiée, mais cette tentative de clarification a entraîné ses propres désordres. Aux § 73-79, le texte du manuscrit (à quelques corrections orthographiques près) se présente ainsi :

Κερκέται. Μετ δὲ Σινδικòν Λιμένα, Κερκέται ἔθνος, καὶ πόλις Ἑλληνὶς Τορικòς καὶ λιμήν. Αχαιοί. Μετ δὲ Τορέτας Αχαιοὶ ἔθνος. Ηνίοχοι. Μετ δὲ χαιοὺς Ἠνίοχοι ἔθνος. Κοραξοί. Μετά δὲ Κοραξοὲς Κορικὴ ἔθνος. Μελαγχλαίνοι. Μετ δὲ Κορικὴν Μελαγχλαίνοι ἔθνος καὶ ποταμός ἐν αὐτοις Μητάσωρις καὶ Αἰγίπιος ποταμός.

  • 74 Comme aux § 56-57 : ΜΕΓΑΡΑ. πό δὲ τς Κορινθίων χώρας Μέγαρα πόλις ἐστὶ. 57. ΑΤΤΙΚΗ. Μετὰ δὲ Μεγαρ (...)
  • 75 Eux., 10R12-13 (22B).

34Comme l'ont perçu les éditeurs, il manque deux échelons à la continuité du périple, les Toretai et les Koraxoi. Dans le cas des Toretai. on pourrait conserver le texte du manuscrit, en admettant que les Toretai sont les habitants de Τορικός, et que Torikos est une cité frontière dont les habitants servent de balise74. Mais cette interprétation est assez forcée pour que Müller ail admis que le texte avait été perturbé et qu'il ait reconstitué un paragraphe intermédiaire <Τορέται. Μετὰ δὲ Κερκέτας Τορέτοα ἔθνυς> καὶ πόλις Ἑλληνὶς Τορικòς καὶ λιμήν, en supposant un saut du même au même. La correction paraîtra légitime, au regard des confusions possibles entre Τορέται et Τορικός. Toutefois, Eux.. qui lit sans doute un texte légèrement meilleur que le nôtre, peut-être antérieur à l'introduction des sous-titres et des accidents qui l'ont accompagnée, écrit : πò οὖν Σινδικοῦ λιμένος ἔως Πάγρας λιμένος πρώην ᾢκουν ἔθνη οἱ λεγόμενοι Κερκέται ᾔτοι Τορίται, νῦν δὲ οἰ0κοῦσιν Εὐδουσιανοί75. Comme tous les géographes antiques. Eux. réunit donc Κερκέται et Τορέται dans une phrase dont la forme (πρώην/νῦν), trahit comme ailleurs une citation du Périple. C’est pourquoi je préfère écrire : Μετὰ δὲ Σινδικòν Λιμένα, Κερκέται ᾔτοι Τορέται ἔθνος καὶ πόλις Ἑλληνὶς Τορικòς καὶ λιμήν. Μετὰ δὲ Τορέτας χαιοὶ ἔθνος.

  • 76 Eux.. 10R7-9 (18B).
  • 77 La suggestion est de P. Orcival.
  • 78 Voir supra, n. 31 et infra p. 41-42.

35Comme les Torètai, les Koraxoi n'apparaissent qu’en creux dans le sous-titre et dans la phrase Μετὰ δὲ Κυραξούς, Κορικὴ ἔθνος. Müller reconstituait donc un paragraphe complet <Μετὰ δὲ Ἡνιόχους, Κοραξοὲ ἔθνος>. On peut en effet imaginer qu'un copiste, abusé par la similitude entre Κυραξοί et Κορική, ait fait l'erreur fatale qui a amené Μετὰ δὲ Κοραξούς. Cela expliquerait à la fois la présence du sous-titre Κοραξοί, et l'absence de Κορική, et j'ai retenu la correction de Müller. Mais une fois encore, Eux., tout en confirmant la liste et l'orthographe des ethnonymes, peut soulever un doute :πò οὖν Παλαιός χαίας έως τς Παλαιάς Λαζικς καὶ επέκεινα έως χαιοῦντος ποταμοῦ πρώην ᾢκουν ἔθνη οἱ λεγόμενοι Ἡνίοχοι, Κοραξοὶ καὶ Κόρικοι, Μελάγχλαινοι Μαχέλωνες Κόλχοι καὶ Λαζοί, νῦν δὲ οἰκοῦσι Ζίχοι76. Comme on l'a vu, καὶ (Κυραξοὶ καὶ Κόρικοι) est ambigu : il peut réunir ces deux peuples (ordinairement réunis chez les géographes), mais pourrait aussi séparer Ἡνίοχοι et Κοραξοὶ d'une part et Κόρικοι et Μελάγχλαινοι de l'autre. Avant l'introduction des sous-titres, on aurait donc pu avoir aussi le texte suivant : Μετὰ δὲ Αχαιοὺς Ἡνίοχοι έθνος καὶ Κοραξοί. Μετὰ δὲ Κοραξοὺς Κορικὴ ἔθνος. Μετὰ δὲ Κορικὴν Μελαγχλαίνοι κτλ.77 Quelle que soit la correction retenue, il est vrai, le sens change à peine, ce qui souligne la pauvreté de cette partie du Périple : or, dans ces coins reculés du Pont où il se réduit à la mise en forme à peine élaborée d’une liste de peuples enrichie de quelques toponymes, l'histoire des éditions successives dont nous sommes les héritiers paraît se ramener à un mouvement de balancier entre élucidation (certains éditeurs réduisant le périple à la liste des peuples qui le composent), et respect de la forme périplographique (et des formules qui lui donnent sa continuité). Nous touchons donc ici au canevas du Périple, canevas que recouvre la broderie ethnographique dans ses parties plus riches. Quant à ce canevas, cette liste de peuples ici sous sa forme presque brute, il nous renvoie, on l'a vu, aux catalogues des contemporains78.

2.4. Le périple politique79

L'image du Pont-Euxin dans le Périple

  • 80 Baschmakoff 1948. Cet ouvrage donnait la première traduction française de l'ensemble des périples p (...)
  • 81 Arnaud 1992 : Hansen 1997, 95, exprime des doutes que je partage.

36D'une certaine façon, on ne peut parler de périple politique pour le Ps-Skylax comme pour Eux., Arrien. Ménippe, Mêla, Pline ou même Hérodote, puisque la région politique n'est pas dans le Périple une entité régionale distincte. Il n'y a pas, en effet, de description générale du Pont (image générale, mesures, mise en rapport avec d'autres mers) et pas d'unité du système descriptif, car la première partie (jusqu'au Tanaïs) adopte un découpage régional (la (in du § 67 décrit la Thrace politique qui se termine à l'istros, et le § 68 la Scythic-Taurique), alors qu'à partir du Tanaïs et jusqu’au § 93 (ou l'on revient, avec la Mysie, à des entités géographiques plus larges) le découpage est apparemment ethnographique. La seule ponctuation géographique importante est la division continentale entre l'Europe et l'Asie au niveau du Tanaïs (à laquelle correspond au § 107 la frontière entre la Libye et l'Asie, fixée à la Bouche Canopique du Nil). Les territoires politiques sont eux-mêmes dispersés et rattachés à des régions différentes. Le § 67 décrit la Thrace qui commence au Strymôn et se termine à l'istros : elle est à cheval sur la mer Egée et le Pont, et l'entrée dans le Pont est à peine signalée. Le S 93 mentionne la sortie du Pont sans interrompre la description de la Bithynie, clic aussi à cheval sur deux mers. Au S 68, les deux rives du Bosphore Cimmérien sont traitées séparément, les cités sont rattachées soit à l'Europe, soit à l'Asie, y compris pour le royaume du Bosphore. La division entre les continents asiatique et européen par le Tanaïs reprend donc celle de la géographie ionienne sans que rien vienne indiquer chez le Ps-Skylax une réflexion globale sur la région politique : le périple du Pont s'intégre simplement dans la description de la Méditerranée, comme chez Ephore, ou chez Aristote. A cause de la nature composite du Périple, il est d’autre part impossible de s'appuyer sur la datation générale de l'œuvre pour déterminer celle du périple politique. Il en a souvent été considéré comme la partie la plus ancienne, généralement à partir de l'argumentation de Bashmakoff, qui voyait dans le découpage ethnographique de la partie méridionale une garantie d'antiquité80. C'est la position défendue ensuite par A. Perelti, et naguère par P. Arnaud ou A. Avram81. La position de ces auteurs est d'ailleurs nuancée selon qu'ils reconnaissent dans le Périple une source unique, une unité de composition, ou une accumulation de strates successives. Même si le canevas et certaines données peuvent être anciens, la rédaction du périple politique est l'œuvre de Fauteur de la compilation finale car les quelques éléments de datation dont nous disposons pointent vers le ive s. a.C.

Eléments de datation

  • 82 Cf. Hind 1999, 30 : “Kallatis : founded either al the lime of Amyntas I of Macedon (c 540-500 BC), (...)
  • 83 Hansen 1997, 95.
  • 84 Aleekseeva 1993 ; Hind 1992-1993. 108-109, défend une position différente, mais qui ne remet pas en (...)

37Kallalis est mentionnée au § 67 dans la liste des cités du Pont gauche, entre Mesembria et l'embouchure de l'istros. Kallatis est l'une des dernières cités fondées sur cette côte et.1. Hind. s'appuyant à la fois sur les résultats de l'archéologie et sur le texte de la Périégèse iambique, fixe cette date au début du règne d'Amyntas père de Philippe (389-359 a.C.)82. La première partie du §67 (la Thrace égéenne) est l'une des plus détaillées du Périple et le chapitre dans son ensemble fait de la Thrace une entité géographique dont les limites sont fixées dès le départ de la description et qui présente une grande cohérence, y compris linguistique, même par rapport au reste du Périple83. La date de la fondation de Kallatis peut donc être mise en rapport avec la mention de Datos dans le même chapitre, Datos dont la brève existence se situe entre 360 et 357 : la présence de Kallatis définit donc une fourchette chronologique (393-357) qui interdit une datation ancienne du périple pontique. De même, dans la description de la partie septentrionale du Pont, le § 72 mentionne Sindikos Limèn dans une liste de cités grecques : la situation est politiquement confuse, mais Sindikos Limèn, sans doute une fondation grecque en territoire sinde sur le site de factuelle Anapa. est englobée entre 389 et 349 dans la fondation de Gorgippia par le frère de Leukôn, Gorgippos, qui lui donne son nom84 : Gorgippia n'est pas mentionnée, ce qui donne un terminus ante quem en accord avec la datation générale. Pour la région qui va du Strymôn à la Sindique, le texte présente donc une certaine unité chronologique qui correspond elle aussi à la réalité historique et politique de la période qui précède les conquêtes de Philippe et d'Alexandre. Pour la suite, il faut avoir recours à des preuves indirectes, plus difficiles d’interprétation et qui ne débouchent que sur des faisceaux de vraisemblances puisqu'elles s'appuient sur une analyse d'autres sources, diverses, antérieures à la date de rédaction du Périple.

Les sources du périple pontique

Le canevas ethnographique

  • 85 Scythes Anarées, Sauromatai, Phasianoi, Makrokephaloi, Tibarènoi et Mossynoikoi. Cf. Counillon 2004 (...)

38Le plus remarquable dans cette partie du Périple est peut-être son inutilité pratique. Là où l'on devrait disposer de distances, d'indications sur la valeur des mouillages et des ports, on ne trouve que la coquille vide d'un périple : l'organisation d'un catalogue des peuples politiques tels qu'on en trouve aux ve-ive s. a.C. (par exemple dans le traité hippocratique Airs, Eaux, Lieux), sous la forme d'une liste alignée sur les côtes85. En son temps, Strabon critique l'ethnographie des bizarreries dont se nourrit ici le Ps-Skylax :

  • 86 Str. 11.6.3, traduction F. Lasserre, comme partout pour Strabon 11 et 12. Sauf indication contraire (...)

“Voyant, en effet, que les auteurs qui se déclaraient mythographes connaissaient estime et succès, ils crurent pouvoir offrir eux aussi des écrits qui plairaient en exposant sous forme d'histoire ce qu'ils n'avaient jamais vu de leurs yeux ni entendu dire, du moins de la bouche de gens parlant en connaissance de cause, et en se souciant seulement d'atteindre ce qui plaît à des auditeurs et peut les émerveiller. Mais on se lierait plus facilement à un Hésiode et à un Homère racontant les légendes héroïques, ainsi qu'aux auteurs de tragédies, qu'à un Ctésias, un Hérodote, un Hellanicos et leurs pareils”86.

  • 87 Voir p. 38-39.
  • 88 Peretti 1979, 458, “Se non che, più che la coincidenza dei nomi etnici et Tontine col quale si suss (...)
  • 89 Sur le détail de ces similitudes, voir infra l’analyse des passages concernés.

39Ces critiques de Strabon montrent 1. que cette littérature existait en abondance ; 2. qu'elle était connue, analysée et critiquée par les géographes au moins jusqu'à Strabon. Sous sa forme brute, un tel catalogue aurait pu être proche des § 70-80 où la succession des paragraphes n'est qu'une liste d'ethnonymes à peine élaborée par l'adjonction de prépositions et de sous-titres : χαιοί. Ἡνίοχοι. Κοραξοί. Κορική. Μελαγχλαίνοι (ποταμòς Μητάσωρις καὶ Αἰγίπιος ποταμός). Γέλων87. Il est impossible de déterminer à quel moment la liste a été constituée et élaborée sous forme de périple ; elle ne provient pas d'une source unique (i.e. Hécatée), puisque certains noms et leur disposition sont originaux88. On repère par endroits l'influence d'Hérodote, par exemple pour l'image de la Scythie d'Europe ; ailleurs, celle d'Éphore ou de ses sources, par exemple à propos des Gynaikokratoumenoi ; mais le Périple ne dit rien de la tradition imputée à Éphore et reprise entre autres par la Périodes et Aristote, tradition qui fait des Achaioi et des Hèniochoi des Grecs ἐκβαρβαρόμενοι, et il s'écarte d'Éphore dans l'énumération des peuples de la côte asiatique89. Une ethnographie composite, donc, où chaque élément pose un problème complexe.

Les itinéraires maritimes

  • 90 Arnaud 1992. Burstein 1976, 112 n. 24, montrait déjà que la mention par Ménippe 5715-5716 Diller, d (...)
  • 91 Burstein 1976. 35 : “During the fifth century, ships sailing to the grain ports of Southern Russia (...)
  • 92 Hérodote (ex. 4.86) n'a pas pour autant une vision claire de la côte nord de la mer Noire. Hind 200 (...)
  • 93 Arnaud 1992, 62 : “[Cette particularité] atteste indub itablement une familiarité beaucoup plus gra (...)

40Parallèlement à l'ethnographie qui lui sert de fond, le Ps-Skylax a recours à d'autres sources plus spécialisées. L'un des moteurs des progrès de la géographie pontique a été la reconnaissance des routes maritimes. Une fois passée la phase des découvertes et du cabotage, les grands itinéraires d'une extrémité à l'autre du Pont se sont progressivement ouverts au fur et à mesure que les Anciens devenaient plus sûrs des vents et des courants dominants. Bien qu'entre marins et lecteurs il ait fallu la transition d’un écrivain pour transcrire ces savoirs sous une forme accessible au public, l'étude des périples fournit un ensemble de données intéressantes pour la détermination des circuits maritimes dans l’Antiquité, et tout particulièrement dans le Pont-Euxin, comme l'a montré naguère P. Arnaud90. Toutefois, la question est rendue complexe parce qu'elle porte non seulement sur l'existence de ces routes ouvertes par les Grecs dans le Pont, mais aussi sur la date de leur invention et la durée de leur utilisation. Les flux commerciaux se réorientent en fonction de l'ouverture ou de la fermeture de marchés, de la découverte de routes nouvelles, et de nouvelles facilités offertes à la navigation, en particulier par la création de ports plus sûrs : dans l'Antiquité le développement des ports de la côte pontique à l'ouest du Karambis, Héraclée, Sèsamos/Amastris a accompagné la réorientation du trafic qui a utilisé l'axe Karambis-Kriou Metôpon pour atteindre le Bosphore Cimmérien et, le cas échéant, la Colchide91. La comparaison avec le Pont-Euxin d'Hérodote peut servir d'étalon. Hérodote connaît bien la côte occidentale, dont il indique tous les fleuves navigables et les communautés grecques, mais il n'a à citer, pour la partie orientale du Pont, que quelques points importants comme l'embouchure du Méotide. la Sindique, le Phase et la Themiskyra, une estimation des dimensions du Méotide. Soit ces lieux sont mentionnés dans un contexte géographique, à intégrer dans une représentation générale de l'Asie largement inspirée d'Hécatée ; soit dans un contexte légendaire, qui met aussi en scène la Themiskyra et le Tanaïs, où sont localisés les déplacements des Amazones92. Hérodote en profite pour introduire un système de comput de distances maritimes qui lui est propre. Ces différents points sont sans doute, comme le pense P. Arnaud, des marqueurs de routes maritimes puisque la route d'un Bosphore à l'autre et celle de la Sindique à la Colchide correspondent à des dessertes naturelles dans le Pont qu'utilisent plus tard les navires turcs, aussi longtemps qu'ils disposent de leurs ports de Bessarabie et de Crimée ; et, bien qu'elle soit donnée en jours de marche, la route de la Sindique à la Colchide est, elle aussi, une route naturelle ; quant à la Themiskyra, elle abrite déjà des cités grecques chez Hécatée. Dans le Périple, la comparaison du Pont-Euxin au Méotide et la remarque finale sur la similitude de navigation par le Pont gauche ou le Pont droit appartiennent à la même catégorie globalisante que les remarques d’Hérodote sur les mesures générales du Pont. Mais, comme Hérodote, le “Ps-Skylax n'est en étal de fournir d'évaluation de durée que pour cette moitié gauche du Pont”93. On ne repère en effet que deux itinéraires maritimes mesurés, l'un, dans le Pont gauche, bien qu'il soit divisé en trois tronçons ; l'autre, de trois jours, à la sortie du Pont, d’Héraclée au fond du golfe d'Olbia. A ces itinéraires, il faut ajouter les itinéraires de cabotage que l'on peut reconstituer, par exemple le long de la côte méridionale du Pont.

Pont gauche

  • 94 Arnaud 1992, 61 : 1. De la Bouche du Pont à l'Istros : 3 jours et 3 nuits. 2. De l'Istros au cap Kr (...)

41Dans le Pont gauche, le Périple a des omissions étonnantes : Byzance, Istros, Olbia n'y figurent pas, alors qu'elles sont les plus anciennes cités grecques de la région. A la fin du § 68, le Périple compte trois jours et trois nuits de navigation en droite ligne de 1'Istros au Kriou Metôpon. Le Ps-Skylax, comme les géographes postérieurs, mentionne le golfe de Kerkinitis, qui doublerait l'itinéraire le long des côtes. La fin du paraplous, elle, utilise un itinéraire maritime dont la destination est Panticapée (la distance au lac Méotide est donnée en stades depuis cette dernière)94.

  • 95 L'intérêt de Leukè pour la navigation est bien décrit par Spencer 1839.1, 213-215 ; pour la bibliog (...)
  • 96 Voir les notes ad loc. Sur le trajet vers le Phase, cf. Arnaud 1992, s'appuyant sur Hdt. 4.85-86. L (...)

42L'utilisation de cet itinéraire qui piquait après Kallatis sur l’île de Leukè, puis sur la Taurique et Chersonèsos, itinéraire normal pour les navigations au long cours à destination de Panticapée, explique l’omission de toutes les cités du golfe de Kerkinitis95. L'utilisation de cette source expliquerait aussi le caractère elliptique de la liste du § 68, Ἕλληνες αἵδε. Χερρόνησος, ἐμπόριον, Κριοῦ Μέτωπον, ἀκρωτήριον, puisque les toponymes y auraient été nommés dans leur fonction d'amer ou d'escale, et non dans leur statut politico-géographique. Comme le Ps-Skylax ne connaissait pas la région, n'avait aucune expérience maritime particulière, et, semblet-il, aucun moyen de vérifier la véracité de ce qu'il écrivait, il pouvait croire que l'itinéraire maritime de grand cabotage qu'il suivait, itinéraire qui permet de relier au plus vite Hieron à Panticapée, correspondait à la forme des côtes. L'utilisation de tels itinéraires pourrait également expliquer l'omission de Byzance, par exemple au moment de la compilation d'itinéraires de nature et d'orientation différentes. Plus au nord, au S 72, l'omission d'Hermonassapar le Périple s'expliquerait par l'utilisation d'un itinéraire maritime dont le terme aurait été Kèpoi. Au § 73, enfin, le Périple mentionne en dernier la cité inconnue de Πάτους, mais conserve comme ville frontière Sindikos Limèn, nommée avant elle : Patous a donc été introduite après coup, peut-être à partir d'un itinéraire vers le Phase96.

Pont droit, côte sud-orientale

  • 97 1F201. Sur les raisons possibles de l'absence d'Amisos. voir notes ad loc.

43Le problème est plus complexe encore pour la région sud-orientale du Pont-Euxin, de la Colchide à Trapezous, puisque le Ps-Skylax y nomme une série de ports et de cités grecques dont il est le seul témoin : cités de Limnè, d'Hôdeinios (§ 83) ; cité de Becheiras(§ 84) ; Psôrôn Limèn (§ 83, avant Trapezous). Même problème pour la partie méridionale de la côte, qu'il s'agisse de la Themiskyra, de la région du cap Jason, de celle de Sinope et, plus à l'ouest, de la côte paphlagonienne jusqu'à Héraclée. Hécatée mentionne bien certaines de ces cités – avec d'autres qu'ignore le Périple, comme Amisos et Τείρια97. Mais certaines, mentionnées par Hécatée et le Périple disparaissent ensuite comme Choirades et Lykastos ; d'autres ne sont connues que par le Périple (le passage d'Hécatée qui les aurait mentionnées pourrait être perdu, il est vrai) : § 86, Zephyrios Limèn ; S 88, le port clos de Genesintis, Ameneiaet Iasonia ; § 89, Kerasous et Tetrakis ; § 90. Koloussa. Enfin, certaines cités contemporaines de la rédaction du Périple en sont absentes, comme Kerasous et Kotyôra visitées par Xénophon – Amisos n'est mentionnée ni par l'un ni par l'autre. Que tirer de ces particularités ? Entre Trapezous et l'entrée du Bosphore, la partie de la côte pour laquelle nous avons le plus d'informations, les sites mentionnés par le Périple sont regroupés en des points caractéristiques : le cap Genètès et le cap Jason entre Trapezous et Sinope ; la Themiskyra ; la région de Sinope : les principales échelles de la côte paphlagonienne, Stephanè Limèn, Kinôlis, Karambis, Kytôros, Sèsamos, le Parthenios, Tieion, Psylla, pour celles que nous connaissons. Tous ces sites partagent des traits communs : ce sont les meilleurs mouillages de la côte ; ils sont repérables depuis la mer ; on y trouve les principaux caps de la côte (Genètès. Jason, Karambis) et les péninsules les plus remarquables (Sinope, Sèsamos). Dans la partie orientale, ils ne sont pas dans les régions de la côte les plus favorables à l'agriculture, mais au débouché des routes de l'intérieur ; ils sont souvent aussi dans des régions faciles à protéger, soit par les montagnes (caps), soit par des marais (Themiskyra) : ces régions sont par exemple restées largement grecques jusqu'à la fin de l'empire ottoman.

  • 98 Cf. n. 431.
  • 99 Xen.. An.. 5.3.2 : 5.4.1 ; 5.5.2-23. Voir infra, p. 101-113.
  • 100 Ephor., FGrHist 70F41 : ἄκρα ψηλή τε καὶ καταρρὼξ τς Παφλαγονίας καὶ εἰς το πέλαγος τείνει προς ἄ (...)
  • 101 Maximova (ap. Burstein 197(6, 1 19, n. 114) considère elle aussi que la route “courte” par Karambis (...)
  • 102 Cf. Casson 1994,521 ; Counillon 1998a.

44Peut-on aller plus loin et dater la source du Périple ? La mention de certains de ces sites par Hécatée démontre assurément qu'il s'agit pour partie de fondations milésiennes. La forme des toponymes va d'ailleurs dans le même sens, toponymes en-oussa, noms imagés, qui semblent faire partie des habitudes des marins ioniens98. Mais l'absence de Kerasous et Kotyôra semble indiquer que la source du Périple est antérieure à la fondation de ces dernières, en tout cas au passage de Xénophon, et donc à dater d'une période située entre la colonisation milésienne et la fin du ve s. a.C. pour la région méridionale de la côte politique99. Il est également très remarquable que le Périple, tout en décrivant en détail la côte paphlagonienne, mentionne Karambis comme cité grecque, et non comme cap ou comme cité et cap (comme Iasonia). Or. la côte paphlagonienne et le cap Karambis apparaissent tardivement dans nos sources : la première apparition du nom Karambis dans les sources littéraires en fait un fils de Phinée, frère de Parthenios, dans le Phinée perdu de Sophocle : l'expansion de cette légende vers l'est semble accompagner la prise de possession de la côte paphlagonienne par les Grecs à partir du ve s. a.C. Au milieu du ive s. a.C., Éphore fait pour la première fois de Karambis le cap septentrional de la Paphlagonie et à partir de cette date il est connu comme le principal cap de la côte méridionale du Pont, puisque c'est à partir du cap Karambis que le trajet vers le Bosphore Cimmérien est désormais considéré comme le plus court, et les géographies mentionnent même la possibilité de le voir en même temps que le cap Kriou Metôpon à mi-parcours100. Comme d'autres lieux géographiques, les Colonnes d'Héraclès, ou les monts Kerauniens, ou, sur la côte sud du Pont-Euxin. Sinope ou le fleuve Rhèbas en Bithynie, l'importance du cap Karambis pour les géographes en a fait le pendant méridional du cap Kriou Metôpon de Chersonèse et l'a transformé sous leur plume en “promontoire gigantesque”. Toutefois, en amont des géographes, il faut bien qu'il y ait eu des marins : les géographes n'en ont fait un lieu remarquable qu'à partir du moment où la route directe du cap Karambis au cap Kriou Metôpon a été couramment utilisée par ces derniers : la célébrité du cap Karambis. sa transformation en amer de référence, sont liées au développement de la route maritime qui longe la côte méridionale du Pont jusqu'à son niveau, et qui prenant Héraclée, Tieion, ou Sèsamos comme base, traverse vers le nord en direction de la Chersonèse Taurique : cette route est apparemment inconnue tant d'Hérodote que du Pseudo-Skylax101. Car. bien qu'il signale le cap Kriou Metôpon comme promontoire méridional de la Taurique et comme point de repère sur la route directe qui mène du Bosphore de Thrace à Panticapée, ce dernier n'indique pas que le Karambis est son vis-à-vis. Pour le Ps-Skylax. Karambis n'est pas un cap, mais une polis. La source du Ps-Skylax ne connaît que deux routes vers la Colchide, soit la route de semi-cabotage par Leukè, soit la route de cabotage du sud par Sinope et Trapezous. Le Ps-Skylax est donc le témoin précieux d’un moment où Karambis, avec la côte paphlagoniennc, est entré dans les tablettes des géographes, mais où il n'est encore qu’une cité, en amont de sa mutation en topos géographique et alors qu'il coexiste encore avec certaines des échelles du sud, qui disparaissent de nos sources quand les Grecs commencent à s'établir dans des régions plus fertiles et accueillantes que les nids d’aigles où ils avaient d'abord fait escale. Un autre élément permet de dater la source du Périple de la même période : le port de Genesintis est qualifié de κλειστός : or ce type de port de guerre ne connaît son véritable développement qu'à partir du ve s. a.C102. Entre les sources milésiennes et le Périple est donc venue s'intercaler une source de cette période. La présence de toponymes qui apparaissent pour la première fois et dont certains disparaissent ensuite des géographies, la mention de Karambis comme polis et non comme cap, déterminent un créneau chronologique assez étroit, entre le milieu du ve et le début du ive s. a.C.. moment qui coïncide avec la présence athénienne en mer Noire. Quelle autre cité qu'Athènes aurait pu, à ce moment de son histoire, repérer sur la côte pontique une série d'échelles sur la route de la Colchide, avec la complicité nécessaire de Sinope et d’Héraclée ? Qui pouvait vouloir occuper cette partie de la côte négligée par les précédents colonisateurs ? Qui pouvait avoir un tel intérêt au développement de la route directe entre le Karambis et le Kriou Metôpon, route vitale pour les Hottes athéniennes à destination de Theodosia, Panticapée ou Nymphaion (sous contrôle athénien comme on sait) ? Cette route s'est pérennisée ; en revanche, les comptoirs et les ports milésiens ou athéniens dont le Périple se fait le témoin, en particulier ceux de l'est de Trapezous, ne pouvaient subister que dans un contexte économique et politique favorables. La prise de Milet d’abord, la défaite d'Athènes ensuite, les difficultés de Sinope au ive s. a.C. pourraient expliquer leur disparition pour les plus orientaux, leur somnolence pour les plus occidentaux, ou au moins leur regroupement dans des cités plus viables que d'autres, à Pichvnari, à Pirée, ou dans les cités existantes comme Trapezous ou Sinope.

Notes

4 Müller in GGM, I. p. xxxiii-l. pour la notice, part. p. xxxvi-xxxvii ; cxxxvii-cxxxviii pour les addenda et corrigenda.

5 FGrHist 709TI. Parmi les derniers à avoir abordé la question, cf. Marcotte 1990, 28-33 ; Sehepens 1998a. Voir Gonzalez Ponce 1997b, 43-45. pour une mise au point sur la personnalité et l'œuvre de Skylax de Karyanda et ses rapports avec le Périple.

6 Marcotte 2000. Le premier volume des Géographes grecs présente, avec une édition critique de la Periodos (“Circuit de la terre”) iambique du Pseudo-Scymnos (= Périodes), une description générale des recueils de géographes grecs et de leur éditions successives depuis l'Antiquité qui permet pour la première fois d'aller plus loin que les travaux de Müller et de Fabricius. Dans sa première étude sur le Périple, Marcotte 1986, il essayait de défendre une méthode plus rigoureuse que celle de Peretti. Cf. Marcotte 2000, p. xxvi-xxvii et lxxvit-lxxxiv pour la description du Périple dans le Parisinus suppl. gr. 443, p. cxvii-cxxxiii, sur l'histoire du corpus.

7 F. Gonzaález Ponce défend la première thèse et D. Marcotte la seconde.

8 Peretti 1961, 1963, 1979, 1988, contre Jacoby, ad FGrHist I, qui voyait dans la partie pontique un compendium d'Hécatée. Ses travaux, indispensables dans les analyses de détail, sont d'utilisation difficile parce qu'il veut trouver au périple une origine pratique et maritime, et y reconnaître les balbutiements d'une géographie scientifique en route vers l'abstraction.

9 Str. 14.2.20.

10 Str. 13.1.4 ; Ephor., FGrHist 70F16.7a.

11 Str. 12.4.8 : "Οτι δἦν κατοικία Μυσῶν Βιθυνία πρῶτον μαρτυρήσει Σκύλαξ Κιχρυανδευς φήσας περιοικεῖν τὴν Άσκανίαν λίμνην Φρύγας καὶ Μυσούς.

12 Le problème a été bien analysé par Debord 2001. Voir aussi Debord 1999, 75 et 92, à propos de Kios des Mysiens, et 228 pour les rapports de cette cité avec Athènes.

13 Robert 1949..37-38 : “Ainsi ce que ce périple appelle la Mysie, sur la mer, c'est exactement et uniquement la péninsule au nord de Nicée, du fond du golfe de Nicomédie (Olbia comptant dans la Mysie non dans la Bithynie) au fond du golfe de Kios”.

14 § 98. Λυδία. π' ’Άντάνδρου καὶ τς Ἰνδίσης τò κάτω ἦν πρότερον μὲν δί'ατήν ἡ χώρα Μυσία μέχρι Τευθρανίας. νῦν δὲ Λυδία. Μυσοὶ δ’ἐξανέστησαν εἰς τὴν ἤπειρον ἄνω.

15 Contra. Desanges 1978. 95, à qui l'on doit la meilleure analyse de la partie libyque du Périple : “Nous considérons donc, pour notre part, comme improbable que le Périple de Scylax de Karyanda ait substantiellement nourri le Périple qui nous est parvenu, dans la description des côtes de l'Afrique”.

16 Cf. Hammond & Griffith 1979, 194-195. à propos du Périple, daté de 338-335 a.C. ; p. 233-246 pour la période, et Counillon. 1998b à propos de Datos dans le Périple.

17 Le catalogue est dressé par Müller. GGΜ. I, p. xliii-xlvi, voir les notes ad loc. Pydna, Methonè et Olynthe sont mentionnées § 66 comme cités grecques bien que prises par Philippe en 356, 354 (Ellis 1994. 743) ct 348. Certaines cités de Locride (Knèmis, Elateia, Panopeus) ne deviennent phocidiennes que la troisième année de la Guerre Sacrée, soit en 353-352. D'autres cités phocidiennes (Antikyra §37. Knèmis et Panopeus §61) sont rasées par ordre du Conseil des Amphictyons en 345. Naupacte (qu'Ephore place encore en Locride, Barber 1937, 6-11) ne devient étolienne que vers 338. Ellis 1994, 770 ; voir aussi Marcotte 2000. p. lxvii.

18 Cf. Brun 2000, 89-95, à propos des mentalités athéniennes vers 338, part. 89 : “Certes, nous savons, nous, que l'hégémonie macédonienne était appelée à durer, mais était-ce le cas en ces années pour les Grecs en général et pour les Athéniens en particulier ? La puissance royale était chose nouvelle et devait, auprès de bien des contemporains, passer pour exceptionnelle et donc temporaire”.

19 Cf. Cargill 1995, 31-40, sur le décret de fondation d'une ἀποικία athénienne dans l'Adriatique (IG, II2. 1629) en 325.

20 Cf. Cargill 1995, 9-12 : 23-31.

21 Cf. Counillon 1998b. La lutte entre Athènes, Philippe ou la Perse est aussi idéologique, cf. Markle 1976.

22 Voir à ce sujet Bresc & Nef 1999, 47-53. Que le Périple donne une image politique du monde méditerranéen ressort également de Flensted-Jensen & Hansen 1996 (voir toutefois mes réserves infra). Letronne, Müller et, plus récemment. Marcotte, ont tous soutenu l'origine athénienne du Périple (argumentation la plus complète chez Marcotte 1990).

23 GGM, I, p. xxxix-l : Letronne 1840, 172 et 243.

24 Voir la note ad loc.

25 GGM, I, p. 567, 29-33 : Τὰς δὲ τούτων ἐπιτυμὰς κα διορθώσεις τῶν ἐμαυτοῦ ποιησάμενος πόνων ἐναργὲς γνώρισμα, ὥστε τούς ἐντυγχάνοντας μηδὲν μήτε τῶν παρ’εκείνων συγγραφέντων. μήτε τῶν παρ'ἡμῶν προστεθέντων ἢ διορθώσεως επιμελούς ἀξιωθέντων ἀγνοῆσαι. Cf. Diller 1952, 148.

26 Comme le démontre Marcotte 2000, p. cxxxiii, par comparaison entre la Périégèse iambique et Eux.

27 Dans les citation d'Eux. les premières références sont celles de la pagination du manuscrit dans l'édition de Diller 1952, puis celles des GGM (Müller) ou celles de Diller (pour les parties dont Müller ne disposait pas pour son édition). Dans la discussion, Diller omet toutefois un passage intéressant pour l'onomastique régionale : Eux.. 9V10-12 (3B) : |Φᾶσις| Μεταξύ τούτων βάρβαρός ἐστιν ἡ Κοραξική, ᾖς τὰ ἐχόμενα ἡ Κολικὴ καλουμένη, τò τῶν Μελαγχλαίνων κα Λόγγων ἔθνος.

28 Marcotte 2000, p. cxxvi-cxxvii. On sait que la recherche de sources locales ou au moins hétérodoxes a alimenté la poésie aitiologique de l'école de Callimaque. On imaginera volontiers que le Périple ait été alors exhumé par les érudits athéniens et sa fortune liée à son utilisation par la poésie hellénistique.

29 Marcotte 1990. 29-33.

30 Voir infra ad § 89.

31 Entre le ve et le ier s. a.C., un grand nombre de textes s'intéressent au Pont-Euxin. Dans un catalogue des sources possibles de la Périodes, Hind 1999, 26, relevait par exemple Dionysios de Chalkis (fin ve-début ive s. a.C.), Fondations : Charon de Lampsaque. Damastès de Sigée. Ctésias et Deinon : Polémon d’Ilion (190 a.C.) Cités du Pont ; Anaximène de Lampsaque (380-320 a.C.), Colonies de Milet : Glaucos, Les cites du Pont gauche : Alexandre Polyhistor (c. 80 a.C.). Le Pont-Euxin ; Timosthène, Les Ports, et Diophante (100 a.C.). Les cités du Pont.

32 Comme dans le cas de Spina sur l'Adriatique, cf. Counillon à paraître.

33 C'est le sens des travaux de E. Gonzalez Ponce sur le périple comme genre littéraire, cf. Gonzalez Ponce 1997a, 71-72 : “Genero literario, por tanto, desde el primer momento. su mas précoces culdivadores distan mucho de ser los meros registradores por escrito de annimos informes marineras. Cf. Gonzalez Ponce 2002. pour un dernier bilan de ses recherches.

34 GGM,, I, p. xliv, § 62 : Hinc igitur colligimus periplum non ante annum 338 scriptum esse. Nec/ue vero etiam multo post hune annum scrihi potuit ; p. l. § 71 : Suspicari licet auctorem peripli, ex quo nostrum compendium ductum est, Pltileam Atheniensem esse, ejusque nominiportasse in Φύλαξ corrupto.

35 Marcotte 1990. 32 ; les fragments de Phileas sont recensés par Gisinger 1938.

36 Périple, Éolide, § 96 et Phileas ap. Macr., Sar.. 5.20.7. Peretti 1963, 40-41 et Marcotte 2000, p. cxxivcxxvii, sont d'accord sur le texte de Müller ; contra, Debord 1999, 74 : 236-242. On retiendra aussi avec lui la leçon du manuscrit, au § 98. Ίνδίσης inutilement corrigée par Müller en Αiολικῆς.

37 Dorati 2000, 98-99 : Dorati a le seul défaut de s'inspirer des idées erronées de Peretti pour faire du Périple un témoin de la logographie ionienne. Voir sur cette question Counillon 2004b.

38 Sur la définition et l'histoire de ce terme, cf. Gautier-Dalché 1995, 42-43, et 1997, IV. 121-122.

39 Sur la description comme représentation de l'espace, cf. Counillon 2001a et Counillon 2001 b.

40 Voir en particulier les analyses de Bresson 2000, 141-149.

41 Sur les résultats de cette utilisation, cf. Arnaud 1992 et 1993.

42 Waters 1967, 11.

43 Voir la typologie des genres de la géographie classique ap. Marcotte 2000, lv-lxxii.

44 González Ponce 1997b. 43-45.

45 Ainsi Damastès de Sigée, le disciple d’Hellanicos, aurait-il élaboré un Périple à partir de l'œuvre d'Hécatée selon Agathémère, Ge.Inf. 1.1 = FGrHist 5T4 : "Eἷτα (après Hellanicos) Δαμάστης Σιγειεὺς τὰ πλεῖστα ἐκ τῶν Έκαταίου μεταγράψας Περίπλουν ἔγραψεν. Mais le seul fragment un peu long qui en subsiste a trait à des peuples du nord lointain (5F1, Scythes, Issedons. Arimaspes, Monts Rhipées, Hyperboréens), peuples qui ne sont manifestement pas à leur place dans un périple. Damastès a pu figurer parmi les sources de notre Périple, mais la largeur du détroit de Gibraltar est chez lui différente de celle donnée par le Périple.

46 Dorati 2000.

47 Janni 1984 reste le point de départ nécessaire de toute étude consacrée au genre périplographique.

48 Le mot n’apparaît que trois fois dans cette partie du Périple, pour désigner le Pont-Euxin par opposition à une autre mer : l'Égée, 67 et 92 ; le lac Méotide, 68, 69, 70.

49 § I : “Je partirai des Colonnes d'Héraclès, celles d'Europe, jusqu'aux Colonnes d'Asie, et aux Éthiopiens, les Grands. Les Colonnes d'Héraclès se font face et sont à une journée de navigation les unes des autres”. Cette dernière phrase est reprise exactement au §111.

50 § 13 : “Face à Rhègion il y a l'île de Sicile, qui se trouve à 12 stades de l'Europe” ; § 47 : “Face à Lacédémone se trouve l'île de Crète : Lacédémone, en Europe, est en effet au plus près”. Sur la description des îles, cf. Counillon 2001a et 2001b.

51 § 6 : “La navigation de la Tyrrhénie à Kyrnos est d'un jour et demi ; et il y a une île habitée à mi-chemin dont le nom est Aithalia et beaucoup d'autres îles désertes” ; § 7 : “Depuis l'île de Kyrnos jusqu'à l'île de Sardô, il y a un tiers de jour de navigation... Depuis Sardô jusqu'à la Libye, il y a un jour et demi de navigation, et depuis Sardô jusqu'à la Sicile deux jours et deux nuits”.

52 Cf. Counillon 2001b. n. 8, p. 384.

53 Pour l'entrée du golfe Ionien, le § 27 répond au § 14. Autre élément qui révèle la conscience “géographique” du Ps-Skylax, les remarques sur l'existence d'une double dénomination pour la même région : “L'embouchure du golfe Adriatique ou Ionien”, remarque réitérée au § 27 : “L'Adriatique et l'ionien, c'est la même chose”.

54 Cette délimitation de la Grèce est sans doute reprise de Phileas, cf. Marcotte 1990, 29-33 ; 76-84. Mais les fragments qui subsistent font plutôt de celui-ci un auteur de Πόλεων’Ονομασίαι. collectionneur de noms de cités (doublons dans les noms de cités. F. 4, 7. 8, 10 Gisinger 1938) et légendes de fondation (F 3. 8, 12).

55 Utilisation des mots de la famille de ὄρος : § 55, Corinthe, frontière de Mégaride (μέχρι τῶν ορίων τῶν Μεγαρέων) ; § 56 frontière de l'Attique (ὄρος τῆς θηναίων χώρας) ; § 57. frontière entre Attique et Béotie (μέχρι τῶν ὄρων τῶν Βοιωτίων) ; frontière entre Béotie et Locride (μέχρι τῶν Λοκριῶν ὁρίων) : § 66, le Strymôn comme frontière, entre Macédoine et Thrace (οτος όρίζει Μακεδονίαν κα Θράκην) ; § 102, frontières de Pamphylie avec la Cilicie (ἀπò τς Παμφυλίας όρίων) ; § 104, frontières entre Arabie et Égypte (ἀπò Συρίας ὁρίων. ραβίας ὄρος) ; § 106, frontière entre Asie et Libye (ορίζει σίαν κα Λιβύην).

56 On ne peut exclure une intervention de Marcien ou d'un copiste byzantin. Mais ce comput est tout à la fois atypique (il saute le Bosphore et l'Hellespont) et régional, ce qui selon moi plaide pour son originalité.

57 § 40. Corinthe : “Depuis la mer | le golfe de Corinthe], il y a une route de 40 stades jusqu'à noire mer à travers l'isthme (πρòς τὴν ἐπὶ ἡμῶν θάλασσαν δι τοῦ ἰσθμοῦ)” ; § 59, Béotie : “Après Athènes vient le territoire des Béotiens ; celui-ci aussi s'étend jusqu'à cette mer (ἐπὶ ταύτην τὴν θάλασσαν)” ; § 61. Phocide : “Après la Locride vient la Phocide : leur territoire aussi s'étend jusqu'à cette mer”.

58 Le De Mundo d'Aristote, dans une perspective différente, semble partager la vision du monde du Périple.

59 On comparera par exemple le § 68 et Ptolémée, Geog.. 3.6 pour la Chersonèse Taurique. L'originalité de Ptolémée est d'établir les coordonnées des toponymes qu’il mentionne, cf. Peretti 1979, 70.

60 Jours : § 1-12, 14, 15. 16. 19. 20. 22. 25. 28. 30, 34-38. 66. 92. 93, 98-102, 111-112. Stades : 27. 32 (Molossoi). 33, 39, 41, 42-45, 49-52, 54-62, 67, 81 (Colchide), 95 (Troade), 104. 105. Aucun : 18 (Celtes). 29 (Corcyre). 46 (Lacédémone), 48 (Cyclades), 53 (Égine). 62 (Mélos), 63 (Achaïe), 65 (Magnètes). 70-80, 82-94. 96. 97. 101, 103. Mixtes : 13. 17, 21, 23, 24, 26, 27, 31. 40, 47, 64, 67-69 (paraplous de l'Europe), 106-1 10. La conversion est explicitée § 69. mais ce système de conversion est vraisemblablement l'œuvre de l'éditeur byzantin.

61 Par exemple Peretti 1979, 103-110 ; mais les articles indispensables sont Arnaud 1992 et 1993.

62 § 13. la Sicile est isolée ; il y a deux distances en stades, une pour un fleuve (fleuve Tèrias). et une autre pour le côté du triangle sicilien, estimé à 'βφ' (2 500) par le manuscrit, ramené à αφ' par Müller (1 500). Le § 17 Tyrrhènoi est inhabituel, puisque sans paraplous mais avec un itinéraire pour traverser d'une mer à l'autre.

63 Au § 27. la traversée entre la cité d'Hyrous en Iapygie et les Κεραύνια ὄρη d'Épire est estimée à 50 stades environ et correspond à l'entrée du golfe Ionien. Ce paragraphe répond au paragraphe § 14 consacré à la lapygie qui mentionne l'entrée du golfe Ionien.

64 Largeur du détroit à Sestos, 6 stades ; largeur de l'isthme à Kardia. 40 stades ; distance de Sèlymbria à l'entrée du Pont, 500 stades ; largeur du Bosphore a Hieron, 7 stades.

65 Voir infra ad § 69.

66 Par exemple Hansen 1995, Flensted-Jensen & Hansen 1996. Tsetskhladze 1997.

67 § 12, 13. 14, 35, 36. 38, 39.40, etc.

68 Cas similaires § 13. 23. 39, 40. 46, 47. 59, 67. 68. 94.

69 Usage habituel chez les géographes, par exemple Ephor., FgrHist 70 F30a = Str. 1.2.28.

70 Voir le commentaire ad loc.

71 Sur des formules analogues Εἴσι δὲ και ἄλλαι - νῆσοι, πόλεις, cf. 6. 13, 21,34, 44, 46, 57, 59, 60, 63, 64, 66, 101. 103, 108, part. 57 (Attique) ; ou 99 (Carie) : λικαρνασσòς καὶ λιμὴν κλειστòς καὶ ἄλλος λιμὴν περί τὴν νσον καὶ ποταμός. Κάλυμνα νσος.

72 Voir par exemple supra, n. 25.

73 Sur l'archétype, cf. Marcotte 2000, p. cxxvi.

74 Comme aux § 56-57 : ΜΕΓΑΡΑ. πό δὲ τς Κορινθίων χώρας Μέγαρα πόλις ἐστὶ. 57. ΑΤΤΙΚΗ. Μετὰ δὲ Μεγαρεῖς εἰσιν θηναίων πόλεις κτλ. Mais les Mégariens sont les citoyens de l'état mégarien, ce qui me paraît différent.

75 Eux., 10R12-13 (22B).

76 Eux.. 10R7-9 (18B).

77 La suggestion est de P. Orcival.

78 Voir supra, n. 31 et infra p. 41-42.

79 Pour une analyse détaillée des exemples qui suivent, on se reportera aux notes des paragraphes correspondants du Périple, infra.

80 Baschmakoff 1948. Cet ouvrage donnait la première traduction française de l'ensemble des périples politiques. Les théories de l'Α, sont discutables, mais c'est un ouvrage utile pour son catalogue de toponymes politiques (pour beaucoup disparus) et ses cartes.

81 Arnaud 1992 : Hansen 1997, 95, exprime des doutes que je partage.

82 Cf. Hind 1999, 30 : “Kallatis : founded either al the lime of Amyntas I of Macedon (c 540-500 BC), or perhaps more likely. in view of the fact that earliest material from there is of the early fourth century, in the reign of Amyntas IV (389-59 BC) who was the father of Philip”, puce Marcotte 2000. 240. Le règne d'Amyntas 111 (393/2) conviendrait aussi à A. Ivantchik. Pour une discussion, voir n. 198-199.

83 Hansen 1997, 95.

84 Aleekseeva 1993 ; Hind 1992-1993. 108-109, défend une position différente, mais qui ne remet pas en cause la datation par l'absence de Gorgippia. Voir infra p. 75.

85 Scythes Anarées, Sauromatai, Phasianoi, Makrokephaloi, Tibarènoi et Mossynoikoi. Cf. Counillon 2004b.

86 Str. 11.6.3, traduction F. Lasserre, comme partout pour Strabon 11 et 12. Sauf indication contraire, les traductions des auteurs classiques sont empruntées à la CUF, lorsqu'elles existent.

87 Voir p. 38-39.

88 Peretti 1979, 458, “Se non che, più che la coincidenza dei nomi etnici et Tontine col quale si susseguono, qua importano alcune discordanze... et soprattutto la localizzione di ciascun popolo dentro certi punti fissi del territorio. E impossibile desumere sa una sérié parallela di nomi etnici, che costituiscono probabilmente uno schéma tratalizio già nel v secolo a.C.. la dipendenza dei testimoni sa un unico filone di notizie geografiche, se non si dimostra che, insieme con i nomi etnici, sono correlati fra di loro i confini, la divisione della Costa, i punti di riferimento distribuiti su di essa, le peculiarità del territorio abitato sa ciascun popolo”.

89 Sur le détail de ces similitudes, voir infra l’analyse des passages concernés.

90 Arnaud 1992. Burstein 1976, 112 n. 24, montrait déjà que la mention par Ménippe 5715-5716 Diller, de la distance entre Héraclée et Apollonia (1 000 stades), implique l’existence d’une roule maritime entre les deux villes dont l’importance est vérifiée par l’archéologie.

91 Burstein 1976. 35 : “During the fifth century, ships sailing to the grain ports of Southern Russia followed two main routes : the preferred one. which followed the west and north coast as far as Olbia, Theodosia, Nymphaeum and Panticapaeum, and the shorter one, which ran along the south coast as far as Cape Carambis. then cut across the open sea to Criumetopon... and finally to Olbia or to Panticapaeum. On either route, however. the coasts of Crimea from Cercinitis to Theodosia constituted an area of particular danger”.

92 Hérodote (ex. 4.86) n'a pas pour autant une vision claire de la côte nord de la mer Noire. Hind 2001,29 et 2002,41-43.

93 Arnaud 1992, 62 : “[Cette particularité] atteste indub itablement une familiarité beaucoup plus grande à l'égard de la moitié occidentale, qui est déjà l'objet d'une navigation hauturière... dont les étapes sont rarement inférieures à 72 heures de mer. Il ne semble pas qu'à l'époque à laquelle a été rédigée la description des côtes du Pont comprises dans le Périple du Ps-Scylax les rives asiatiques de la mer Noire aient été assez fréquentées et assez familières pour susciter autre chose qu'un simple fret de cabotage”.

94 Arnaud 1992, 61 : 1. De la Bouche du Pont à l'Istros : 3 jours et 3 nuits. 2. De l'Istros au cap Kriou Metôpon : a. trois jours et trois nuits en ligne droite, b. Le double en cabotage (par Kerkinitis). 3. Du cap Kriou Metôpon à Panticapée : un jour et une nuit. Voir aussi infra p. 79-80.

95 L'intérêt de Leukè pour la navigation est bien décrit par Spencer 1839.1, 213-215 ; pour la bibliographie récente, cl. Okhotnikov 2001. Quant aux raisons d'éviter le golfe de Kerkinitis, Spencer I854 signale l'embouchure du Dniestr comme l'une des côtes rendues dangereuses en mer Noire par la présence de bancs de vase.

96 Voir les notes ad loc. Sur le trajet vers le Phase, cf. Arnaud 1992, s'appuyant sur Hdt. 4.85-86. Le trajet Hieron-Theodosia (Caffa)-Themiskyra est courant chez les voyageurs pour la Colchide, par exemple Chardin 1686, 62-69.

97 1F201. Sur les raisons possibles de l'absence d'Amisos. voir notes ad loc.

98 Cf. n. 431.

99 Xen.. An.. 5.3.2 : 5.4.1 ; 5.5.2-23. Voir infra, p. 101-113.

100 Ephor., FGrHist 70F41 : ἄκρα ψηλή τε καὶ καταρρὼξ τς Παφλαγονίας καὶ εἰς το πέλαγος τείνει προς ἄρκτον, μνημονεύει καὶ Ἕφορος ἐν δ. Sur l'hellénisation de la côte paphlagonienne, cf. Counillon 2004a.

101 Maximova (ap. Burstein 197(6, 1 19, n. 114) considère elle aussi que la route “courte” par Karambis n'a été utilisée qu'à partir du ives. a.C.

102 Cf. Casson 1994,521 ; Counillon 1998a.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search