Version classiqueVersion mobile

Mentalités et choix économiques des Romains

 | 
Jean Andreau
, 
Jérôme France
, 
Sylvie Pittia

Troisième partie. Notions économiques antiques et modernes

Rationalité économique ou comportements socio-économiques ?

Jérôme Maucourant

Texte intégral

  • 2 Pour la présentation d’un certain nombre de concepts propres à l'économie des coûts de transaction (...)

1Pour une bonne part, l’ensemble des contributions réunies par J. Andreau, J. France et S. Pittia dans ce recueil témoigne de la volonté de dépasser l’opposition bien connue des antiquisants entre le modernisme et le primitivisme. Ce souci est assurément louable car il est fort possible que cette opposition devienne plus un obstacle conceptuel qu'un moyen heuristique. Toutefois, il serait sans doute problématique de vouloir dépasser ces vieux débats en utilisant simplement certains acquis récents de la science économique. En effet, ceux-ci sont à la fois contestables et contestés. Et il est fort possible que les découvertes des historiens constituent une véritable épreuve de vérité pour certains concepts économiques. Nous n’avons pas jugé nécessaire ici de rappeler les enjeux de la nouvelle histoire économique et de la nouvelle économie institutionnelle2. Il nous a paru plus important de mettre en avant quelques thèmes intéressants pour l’économie politique que suscite la lecture des historiens de cet ouvrage. Notre projet est donc restreint : les débats en économie sur la rationalité, la théorie de la décision et l’efficience sont tellement innombrables (à tel point que pour certains ils définissent l’économie comme science) qu’il nous apparaît nécessaire de trouver des lignes de fuite nous permettant d'échapper à quelques sentiers trop balisés.

  • 3 A propos de diverses évaluations de l’œuvre de Polanyi, voir Bresson 2002 et Lafont 2002.
  • 4 Pour une présentation de l’institutionnalisme de Commons, voir le numéro spécial des Cahiers d'éco (...)

2Notre point de vue général est fortement influencé par l’approche institutionnaliste telle qu’elle a notamment été développée par des auteurs comme Karl Polanyi3, T. Veblen (1899), W. C. Mitchell et J. R. Commons4. Ces auteurs ne fondent pas la science économique à partir d’une théorie première de l’action humaine (rationnelle ou non) ; ils cherchent à comprendre la dialectique des agencements socio-économiques et des comportements, sans faire d’hypothèses sur le caractère nécessairement “efficient” de l’évolution économique. Quoi qu’on en dise, on retrouve toujours des formes de darwinisme institutionnel ou social plus ou moins affirmées chez les grands auteurs de l’économie dominante qui ont pourtant essayé de prendre au sérieux le matériau historique, que ce soient des penseurs aussi différents que D. C. North (1977) ou F. A. Hayek. C’est donc un déplacement de la problématique de la rationalité que nous voulons lire dans les textes du présent recueil, en direction d’une théorie de l’explication des comportements économiques et de leur évolution.

1. Que reste-t-il de l’enseignement de Max Weber ?

  • 5 Dans une réponse personnelle à la présente contribution, K. Verboven précise que son propos n'est (...)

3La contribution de K. Verboven nous semble une réfutation des thèses de Max Weber5. L’auteur estime en effet que la rationalité économique n’est pas l’apanage de l’économie moderne. Contre Finley, la rationalité économique, liée au développement des rapports monétaro-marchands, ne serait pas le fait de groupes marginaux de la société. Cette contribution illustre finalement la thèse de Veyne selon laquelle le comportement réel des individus de l’élite ne découle pas des représentations collectives. K. Verboven tente de montrer l’existence d’une mentalité commerciale interne à la classe dominante dont la particularité est de ne s'être pas transformée en idéologie dominante. Il souligne que l’élite romaine n’a pas un comportement bien différent en termes de choix économiques de celui de l’élite d’ancien régime. Dans les deux cas, l’accès à la terre est un moyen de promotion sociale quelle que soit l’origine de la richesse des acteurs considérés ; et c’est en réalité l’indépendance des négociants qui est un gage de modernité.

4Le résultat inattendu d’une telle contribution est, nous semble-t-il, plus de déplacer la frontière entre primitivité et modernité que de l'abolir : c’est la Révolution Industrielle par l'autonomisation d’une classe capitaliste qui devient alors la grande césure de l’Occident. Des types d'explication très différents peuvent être la conséquence du point de vue de K. Verboven : l’on peut effectivement expliquer cette Révolution Industrielle par des déterminismes technologiques ou la généralisation d’un système de marchés autorégulateurs. Ceci est d’ailleurs le point de vue de Karl Polanyi.

  • 6 La mobilisation du concept de rationalité par K. Verboven nous semble “classique” (proche de celle (...)

5Il nous semble toutefois que la contribution de K. Verboven pose quelques difficultés car il est difficile de se défaire totalement de la problématique weberienne de la rationalité comme valeur. En effet, l’auteur caractérise l’économie romaine comme un assemblage de marchés imparfaits ; la rationalité économique prendrait alors le détour d'une manipulation de normes non économiques. K. Verboven pense ainsi sauver le concept classique de rationalité économique6 pour l'analyse des “économies pré-industrielles où les marchés – pour autant qu'ils existent – sont toujours imparfaits et où le succès économique est souvent conditionné par des relations sociales et politiques réglées par des normes non-économiques” (supra p. 189). Néanmoins, les marchés modernes sont imparfaits. On ne voit pas ce qui distingue de ce point de vue l'économie romaine de la nôtre. Tous les progrès de la théorie économique depuis trente ans sont dus à l'abandon de postulats irréalistes qui étaient ceux de l'économie walrasienne. Le critère de distinction entre les économies préindustrielles et les économies modernes ne peut donc être établi sur les dites imperfections du marché mais doit être fondé, nous semble-t-il, sur l'existence d’un trait culturel spécifique mis en évidence par Polanyi (1944) : l'institution imaginaire de la société libérale. Ceci implique des conséquences matérielles incalculables qui sont parfaitement étrangères aux sociétés anciennes.

6Par ailleurs, il nous semble que K. Verboven fait une hypothèse sans doute trop osée quant aux raisons des succès économiques ; selon lui, compte tenu des imperfections du marché déjà évoquées, la rationalité économique est contrainte “de manier des relations d'ordre non économique et de respecter (afin de mieux les manipuler) des normes sociales non économiques (...) elle est libre de rejeter les règles du jeu quand cela lui semble plus avantageux”. Autrement dit, les normes sociales sont sujettes à de pures instrumentalisations émanant d'agents maximisateurs. Comme le remarque le théoricien du choix rationnel, J. Elster (1995, p. 163) “si tout appel aux normes était intéressé, personne n’en serait persuadé. L'usage de la mauvaise foi présuppose la bonne foi, car autrement il n'y aurait rien à manipuler” (supra p. 189). On ne peut donc construire une théorie générale du succès économique des hommes d'affaires romains sur le simple fait que la manipulation des normes est source de profit. Une esquisse de solution au problème posé pourrait être alors que les normes sociales s’expliqueraient par des calculs d’intérêt. K. Verboven ne dit pas cela, mais une théorie du succès économique fondée sur la manipulation systématique des normes implique sans doute une telle hypothèse propre à l'économique généralisée.

7Les économistes sont parfois fort heureux de faire appel à cette idée selon laquelle les normes sociales pourraient provenir de l'intérêt : la genèse des normes est alors le simple fruit des “défaillances du marché”. Nombre d'économistes du courant aujourd'hui dominant n’hésitent pas à réaliser un tel coup de force méthodologique ; on imagine la capacité de séduction d'un tel raisonnement pour les historiens-économistes désireux de donner une raison d'être aux normes sociales des sociétés pré-industrielles qui sont caractérisées par nombre de “marchés imparfaits”. Or, une telle réduction de la norme à l’intérêt personnel pose un problème logique comme le souligne encore J. Elster (p. 164) : “on voit mal quel pourrait être le mécanisme par lequel les avantages collectifs de la norme la maintiendraient en existence”. Normalement, rien n'oblige les acteurs sociaux mis en scène par l'individualisme méthodologique à intérioriser de tels mécanismes a priori... sauf à sortir de l'individualisme méthodologique, ce qui rend alors inutile de vouloir réduire la norme à l'intérêt.

8K. Verboven met enfin en évidence une “rationalité abstraite du marché libre” que le capitalisme, au sens de Braudel, mobiliserait. C’est dans cet espace que les hommes d’affaires de la Rome Antique pourraient déployer leur rationalité. Notons d’abord que l’auteur est discret sur les conditions institutionnelles et comportementales générales permettant le bon fonctionnement d'un dit “marché libre”. Il cite à cet égard le travail tout à fait important de D. Rathbone qui tente de montrer la rationalité de l’exploitation domaniale dans l’Égypte romaine. Mais celui-ci admet que les contraintes techniques et institutionnelles laissent peu d'espace au déploiement de la rationalité ; il en vient même à affirmer que la constance d'une politique sur le domaine est l'indice d’une stratégie rationnelle. Ce qu’il signifie en réalité, c’est que le propriétaire entrepreneur romain est rationnel parce qu’il agit. C’est peut-être vrai en un sens très particulier de la rationalité (celui de Mises [1949]), mais cela ne nous fait nullement avancer quant à l'investigation historiographique.

  • 7 Voir à cet égard Viera da Silva 2001.

9C’est pourquoi nous semble devoir être pris au sérieux le fait que le concept d’amortissement n’existe pas dans la comptabilité romaine. La façon dont les Anciens estimaient la rentabilité des investissements est, selon nous, un sujet de réflexion légitime. A cet égard, l’écart existant entre la rationalité économique pré-moderne et la rationalité économique moderne résulte peut-être du fait que la pression concurrentielle et la volonté optimisatrice ne sont pas l'ultima ratio de l’activité économique. Notre hypothèse découle de l'heuristique weberienne qui soutient que les écarts entre les types idéaux et le réel observé sont une source de connaissance. Sans l’émergence de la rationalité qui soit en elle-même une valeur, comme le soutient Weber, ou sans un imaginaire social qui se donne comme objet de libérer l'homme par la création de marchés autorégulateurs comme le prétend Polanyi, il n'y a pas de nécessité institutionnelle à ce que des comportements économiques semblables aux comportements modernes surgissent. En d'autres termes, le “seuil de satisfaction”, au sens de Simon7, des acteurs économiques anciens est relativement moindre que celui des acteurs économiques modernes en raison de contraintes sociales qui ne doivent rien à des déterminations économiques.

10D’ailleurs, le texte de J. France tente de montrer l’existence de prolégomènes au travail comme vocation. Il estime en effet que les élites trévires ont fait de leur travail de négoce la virtus par excellence. C'est donc en montrant l’existence de germes bien réels de la motivation capitaliste que l'on pourrait démontrer l’existence d’un capitalisme : et c’est ici que J. France quitte la problématique weberienne pour celle de Braudel en se plaçant très explicitement sous l’autorité de celui-ci. En effet, Max Weber (1923, 1998) a tenté, de façon sans doute infructueuse, de théoriser un capitalisme “non rationnel” ou “politique”. J. France montre donc l’existence dans cette partie de l’Empire d'une amorce de capitalisme rationnel dans la mesure où un groupe participe d’un “système fondé sur l’enrichissement” dont la nature n’est pas la préservation d'un statut social ; c’est plutôt le statut social qui sanctionne la réussite économique de ce que l’on pourrait qualifier à bon droit de bourgeoisie. Toutefois, l’auteur lui-même ne peut aller jusqu’au bout de son propos contestant l'opinion commune selon laquelle l'économie est, pour l'essentiel, déterminée socialement. Il s'interroge sur le caractère extrêmement localisé de ces groupes capitalistes : c’est ce qui nous fait douter de l’intérêt de parler du “capitalisme” qui, selon nous, ne peut exister que comme système.

11J. France s’interroge alors sur ce qui a pu manquer à la société antique pour accomplir une révolution industrielle. Et c’est ici qu’il reprend pleinement la problématique weberienne qui définit le capitalisme “rationnel” comme un système qui fonde les bases de sa propre croissance. Or, le groupe social étudié n'aurait pas pu dépasser le cadre d'un marché, fondamentalement local, et n'aurait pas pu bénéficier d'un endettement public qui n'existe pas à l'époque romaine. Ainsi, cet embryon de bourgeoisie n'aurait pas eu les moyens de susciter des changements cumulatifs la constituant en bourgeoisie véritable et transformant alors la société tout entière. J. Andreau remarque à cet égard que l'Empire n'a pas connu une dynamique de changements des structures sociales pouvant amener à une révolution industrielle (2001, p. 268).

  • 8 Mises en évidence par Marglin 1971.

12Toutefois, nous ne sommes pas persuadé de l’importance de ce facteur constitué par l'endettement public. Ce sont plutôt les transformations8 du processus socio-économique, permettant à une part croissante des richesses d'être attribuée aux entrepreneurs, qui semblent à l’origine de la croissance économique. Il est alors permis d’émettre quelques hypothèses, certes trop générales, sur l’insuffisante extension de ces marchés et de cette classe sociale dans l'Empire. En effet, quelle que soit la motivation économique de ces groupes sociaux qui annoncent le capitalisme, ne se peut-il pas qu’une insuffisante commercialisation préalable des liens économiques inhibe le développement d'une économie de production fondée sur le marché, comme le suppose Polanyi (1944) ? Il est révélateur que la dynamique de prospérité surgisse de l’essor de marchés militaires et urbains qui relèvent de logiques prédatrices ou tributaires et non pas d’une exploitation des gains de l’échange. C’est toute la question de l’origine de la dynamique des marchés romains qui est posée ici ; par-delà l’étude des motivations, des considérations géoéconomiques seraient intéressantes. Il est significatif que D. Rathbone lui-même, pourtant attaché à une certaine vision modernisante de l’économie antique, mette en évidence le rôle moteur de la conquête des Gaules ou de la fondation des cités comme aliments d’une croissance économique, parce qu'il est difficile de mettre en lumière une véritable dynamique endogène des marchés.

2. La décision économique est-elle “encastrée” ?

13J. Andreau propose un modèle relatif à l’action économique qui nous semble du plus haut intérêt pour l’économiste désireux d’éprouver la force de ses conceptions familières. Il écrit, s’agissant des agronomes romains : “Je dirais qu’ils conseillent l’action la plus rentable et la plus rationnelle par rapport aux possibilités économiques de leur temps, mais seulement dans la mesure où cette action est compatible avec le rang social de ceux auxquels ils s’adressent en priorité, c’est-à-dire au rang social des membres des élites, et surtout de ceux des élites impériales, les sénateurs et chevaliers”. Par rapport aux discussions habituelles des économistes, ce modèle de décision a l’intérêt de mettre en relation un moment socio-historique particulier et un type de comportement. Tout n’est pas possible du point de vue de la stratégie économique. Certains contextes ne permettent pas l’exploitation d’un certain nombre d’échanges qui auraient pu améliorer la situation économique des acteurs impliqués dans ceux-ci. Il est certes possible de contester immédiatement ce modèle au prétexte que le rang social n’est qu’une variable économique parmi d’autres. Mais nous rejetons ce type de considérations dans la mesure où, comme nous l’avons expliqué, il n’est pas possible de déconstruire les normes sociales en fonction de la logique coût-bénéfice. Un problème se pose néanmoins si nous acceptons la limitation de la rationalité des agents économiques pré-modernes compte tenu de contraintes sociales. Pourquoi faudrait-il juger de la rationalité des actes en fonction de contextes parfaitement étrangers à l’acteur ?

14Cette question, qui n'est pas toujours explicitée chez nombre d'auteurs, nous semble aussi redoutable qu'inévitable. Elle ne peut être abordée qu'avec la plus extrême prudence. Les primitivistes ont souligné le danger d’une décontextualisation systématique des matériaux historiques et l'abus de l’utilisation sans grand discernement du concept de marché : les apports de l’œuvre de M. Rostovtzeff (1926) étaient ainsi fortement remis en cause. Mais K. Bücher ne contestait aucunement l’intérêt de la théorie néo-classique pour le monde moderne (Polanyi 1946-1964) ; il allait néanmoins jusqu'à faire comme si la seule économie politique était celle du capitalisme, rejetant alors le monde préindustriel dans le pré-économique. C'est cette position primitiviste qui, dans cet excès manifeste, se révèle intenable aujourd’hui pour ce qui est des études relatives aux économies antiques. Mais, l’erreur de ces historiens était surtout de ne pas avoir contre-attaqué dans le domaine de l’économie elle-même comme les sociologues l’ont fait bien plus tard. En ce sens, comme l’a soutenu R. Descat, l’économie du monde antique ne peut pas relever d’une préhistoire de la pensée économique ; nous dirions que cette économie ne peut également relever d’une préhistoire de la pensée de la sociologie économique.

15Nous voulons, dans ce qui suit, interpréter la proposition de J. Andreau d’un point de vue polanyien. Il nous faut d'abord admettre, pour mieux comprendre notre interprétation, que les travaux issus de l'œuvre de Karl Polanyi n’ont pas vraiment constitué des moyens de dépassement de la problématique ancienne primitivistes-modernistes. Bien qu’économiste, Polanyi n’a sans doute pas fait totalement bénéficier l’économie du détour anthropologique et historique qu’il pratiquait. Néanmoins, lui-même et son école (dite “substantiviste”) ont reconnu l’importance de l’étude des marchés archaïques qu’ils voulaient inclure dans une vision globale des systèmes économiques. La place et l'importance des marchés n'étaient pas niées : en fait, ces marchés, même s'ils n'étaient pas autorégulateurs, étaient compris comme des institutions fondamentales de l’ordre social. De plus, les substantivistes n’ont jamais affirmé, d’une façon très sociologisante, une irrationalité intrinsèque à l’acteur économique non moderne. Polanyi contextualisait la question de l’intérêt personnel et de la rationalité de l'action et il remarquait que la problématique du choix rationnel avait peu d’intérêt dès lors que le renforcement des institutions restreignait l’espace des choix individuels. Pour faire des calculs économiques, évaluer des “coûts d’opportunité”, il faut pouvoir faire des choix, ce que l’absence de marché ou la prégnance de considérations sociales rend difficile.

  • 9 Nous avons tenté de lire l'œuvre de Polanyi au-delà de ce concept clef dans Maucourant 2000b.

16L’acteur polanyien n’est en rien passif, sur-socialisé : il est dans cette frontière incertaine et mobile entre économie et société qui ne cesse de se redéfinir. Sans doute les recherches polanyiennes, peu lues dans leur détail, sont-elles victimes du succès d’un concept clef de Polanyi, celui d'embeddedness ou “encastrement”9. Par ce concept, Polanyi précise la vision de Tönnies où était opposée la société contractuelle moderne à l’ancienne communauté statutaire. Prenant le point de vue de l’acteur, Polanyi caractérise explicitement l'action socio-économique non moderne par le primat des intérêts sociaux sur les intérêts matériels, sauf si ceux-ci servent à garantir une position sociale. Mais la réflexion de Polanyi va plus loin que cette caractérisation de comportement. Pour lui, la société moderne, disembedded, doit être comprise à la lumière d'une utopie, d’un projet social visant à résoudre la question sociale par l’institution délibérée d’autant de marchés qu’il semble nécessaire. Selon cet imaginaire social, l’homme ne pourra pleinement jouir de sa liberté et vivre heureux matériellement qu'à condition que lui-même, la terre et la monnaie soient dépouillés de leur écorce statutaire.

17C’est en s’opposant ainsi à l’idéologie économique que Polanyi pense comprendre l'altérité des sociétés non capitalistes. Mais, pour lui, le concept d'embeddedness n’est pas une fin en soi permettant aux historiens, sociologues et anthropologues de faire l’économie de l'économie... sauf à retomber dans la posture primitiviste traditionnelle. Récemment, une sociologie de l'économie, parfaitement adaptée aux formes modernes du capitalisme s’est même développée, notamment à partir des travaux de M. Granovetter (1994). On a ainsi pu mettre en lumière la construction sociale de certains faits économiques que l’on aurait pu croire spontanément économiques. Il nous semble donc tout à fait possible d’œuvrer en histoire économique dans une semblable direction, laquelle pourrait montrer aussi bien le contenu social de certains comportements économiques que le contenu économique de certains comportements que l’on aurait pu croire sociaux. C’est d’ailleurs tout le sens de l'ouvrage qui est présenté ici ; nous critiquons simplement la volonté systématique de ramener la norme à l’intérêt économique.

18Il nous semble important de préciser que nous avons délibérément écarté le concept large de rationalité tel que nombre d’économistes l’utilisent. Son impuissance sociologique et les débats scolastiques autour de ce concept nous rendent prudents sur la nécessité d’un développement important sur ce sujet. Certes, l’économie dominante caractérise son champ par la logique des choix, que les marchés existent ou non. Or précisément, le domaine économique ne nous semble pas l’étude d’une relation universelle, mais celui d’un domaine : le processus institutionnalisé de création et de circulation des richesses. C’est ce que Polanyi appelait l’“économie substantive” à l’encontre de l’“économie formelle” : avec celle-ci, l’altruisme, l’honneur, etc. sont inclus dans la problématique économique. L’économie formelle devient vite, chez nombre d’économistes contemporains, une économique généralisée, volonté de donner une raison d'être aux comportements humains du point de vue de l’idée que ceux-ci sont guidés par des choix rationnels.

19Beaucoup de réfutations existent quant à la pertinence d’une telle problématique. La persistance d’un tel arbitraire méthodologique ne relève pas nécessairement de la force intrinsèque de l’économique généralisée comme doctrine savante. Nous faisons l’hypothèse que la machine à interprétation du choix rationnel doit une part de sa fortune au fait de combler un certain vide : toute science doit faire face à une rareté des sources. Or, l’accès à celles-ci est parfois fort coûteux, le travail de contextualisation problématique... L’histoire ancienne sera, à n’en pas douter, une candidate idéale pour les historiens-économistes adeptes de définition formelle de l’économie.

  • 10 Voir Maucourant 1997.

20Ne faudrait-il pas au contraire admettre que certains types de motivation nous échappent du fait du manque dans lequel nous sommes de la connaissance du contexte social, plutôt que de nous livrer à une interprétation en termes d’agents maximisateurs ? L'étude critique que nous avions produite de M. Silver (1985)10 montre que de telles dérives sont réelles : il est toujours possible de trouver quelque objectif à maximiser sous contraintes selon la capacité imaginative du théoricien.

21La proposition de J. Andreau est donc une incitation pour l’économiste à reprendre quelque modestie, à renoncer à déconstruire économiquement toutes les situations sociales anciennes. Il s’agit ici de comprendre les structures économiques de ces contextes sociaux où c’est la dynamique d’accumulation elle-même qui est problématique. J. Andreau écrit de façon révélatrice que la stratégie économique que laissent entrevoir les agronomes implique de ne pas “sacrifier la vie urbaine et ses activités politiques et sociales”, ce désir de vente n'allant pas “jusqu’à la fébrilité et la spéculation, ni jusqu'à un démarchage insistant”.

22L’aspect situé de ces comportements économiques explique sans doute, comme nous l’avons explicité plus haut à propos de la question de l’amortissement, les restrictions à la rationalité de ces comportements économiques. Il est d’ailleurs significatif que la comptabilité suive la logique du livre de caisse et non celle du patrimoine. Tout indique qu’il convient d’aborder ces questions avec une problématique en termes de comportements dont l’économie n’est qu'une partie, et non de façon systématique en terme de rationalité. Mais il est important de noter que les progrès mêmes de la science économique sur la rationalité des choix d’investissement peuvent être des guides précieux nous permettant de saisir la place changeante de l’économie dans la société, à condition bien sûr de ne pas réduire a priori les investissements sociaux à une simple forme de l’investissement économique.

3. Des comportements économiques contextualisés

23La problématique polanyienne de l'encastrement nous a incité à regarder avec intérêt le texte de M. Dondin-Payre. L'auteur conclut son étude “par une mise en évidence de la part du symbolique dans un domaine que l'on aurait conçu comme purement matériel”. En effet, il s'agit de démontrer que les décisions économiques privées doivent être en adéquation avec un système de représentations collectives. La particularité de l'encastrement de l'économie dans la société romaine tient sans doute dans un curieux partage, pour nous modernes, entre une modalité du “privé” et une modalité du “public”. L'intérêt du texte est de refuser une vision décontextualisée de l'espace privé de la décision. Il ne s'agit pas de façon anachronique, comme c'est trop souvent le cas, de projeter un individu libéral dans le passé, pour une raison extrêmement simple : à Rome, l’opposition État-société civile n'a pas de sens.

24Ceci ne signifie pas qu'il n'existe pas de domaine privé, mais que la définition de celui-ci et son agencement au domaine public sont particuliers. Comme le montre l'auteur, l'intervention publique n'hésite pas à “mettre sous tutelle les adultes” pour “permettre à la gens d'occuper la vie politique” de façon à réaliser l'équilibre de la structure sociale. La conséquence étonnante de cette conception romaine, qui justifie en apparence certaines interprétations modernisantes, est de permettre la bonne gestion privée du patrimoine : mais faut-il rappeler que cette bonne gestion est considérée comme un bien public et qu'il n'est pas possible d'utiliser toutes sortes de moyens pour accroître son patrimoine ? Alors que Caton est parfois cité comme l'exemple du Romain âpre au gain dont la mentalité défierait le temps, l'auteur remarque que ses contemporains le jugeaient sévèrement.

25Il est aussi souligné que c'est “le contrôle de soi" et la modération des dépenses, plus qu'un esprit entreprenant affectionné par les modernistes, qui constituent une norme. La quête excessive de richesses qui pousse à la démesure est considérée comme un mal social. Les auteurs de ce recueil ne convergent pas tous dans l'importance à accorder au caractère effectif suggéré par ces représentations de la vie bonne. Mais nous faisons l'hypothèse que nous ne pouvons congédier ces sources littéraires sous le simple prétexte qu'elles ne dessinent pas le trait de mentalités acquisitives transhistoriques.

26Le travail de S. Pittia est à cet égard fort intéressant. Elle souligne que les liens de parenté influent sur les choix individuels “quand il n'y a pas assistance”, écrit-elle, “des justifications sont fournies”. Certes, les liens de parenté ne fonctionnent pas structuralement comme rapports économiques, mais leur force contribue tout de même à donner aux décisions des caractères bien particuliers qui peuvent aller en contradiction avec la vision classique de l'intérêt personnel.

4. Incitation microéconomique et dynamique macroéconomique

27L'institution du pécule, comme l’analyse J. Andreau dans sa contribution consacrée aux esclaves “hommes d'affaires”, montre bien les limites d’une explication visant à rendre compte des arrangements sociaux (“les institutions” selon l'expression de la nouvelle économie institutionnelle) en adoptant des explications fondées principalement sur le critère de “l'efficience” une raison d'être de cette institution tiendrait à son caractère incitatif. Mais nous voulons montrer que le contexte social borne très vite les gains que l'on pourrait attendre a priori de tels arrangements institutionnels.

28J. Andreau d'ailleurs invoque une “intelligente gestion sociale” de l'esclavage fondée sur l'espoir de la libération par le rachat permis par le revenu du pécule. Il y avait des fondements sérieux à un tel espoir d'émancipation, mais il n’existait pas de garanties juridiques qui permettent automatiquement à l'esclave titulaire d'un pécule de s'affranchir de sa condition grâce à son travail. Tout se passe comme si l'institution du pécule ne devait pas heurter de front l'arbitraire du maître et ne devait pas mettre en question l'incertitude qui en résulte pour l'esclave. Ainsi, les autres gains d’efficacité qui étaient engendrés par la souplesse de l'utilisation de ces esclaves à pécule nous semblent terriblement bornés socialement. La faiblesse intrinsèque du dispositif microéconomique étudié plus haut nous permet d'en venir à des considérations plus macroéconomiques.

29Il existe une interprétation modernisante (celle de A. Di Porto) selon laquelle la mobilisation croissante des esclaves pour les affaires aurait permis une croissance économique fondée sur la libération de l'activité. Le nouveau mode de gestion de l'esclavage aurait été l'équivalent moderne du droit des sociétés. J. Andreau réfute ce point de vue. Nous ne proposons ici que des commentaires complémentaires visant à interpréter la croissance des richesses effectivement socialisées par l'activité de marché. Mais il nous semble que l'origine de cette dynamique est plus exogène qu'endogène à l'ensemble des rapports monétaro-marchands.

30La volonté systématique de contrôle des maîtres explique que l'on aménage simplement ce lien social de l'esclavage. Finley (1973) avait remarqué que l'attitude des “entrepreneurs romains” relevait d'une mentalité policière, ce qui nous conduit à penser qu'il est difficilement possible de ramener les diverses formes de l’institution de l'esclavage à une série de choix contractuels à finalité optimisatrice. De même, les moyens trouvés pour optimiser l’institution de la préposition reflètent les mêmes limites que celles qui sont mentionnées précédemment. Si l'institution de la préposition fut assurément un moyen intéressant pour développer la division du travail au sein des entreprises peu complexes de l'époque, J. Andreau souligne que les défauts de cette institution sont évidents aux acteurs du temps. Mais encore une fois, comment établir une division du travail efficace quand la méfiance du maître envers ses subordonnés est telle qu'il organise une surveillance étroite des uns par les autres, gaspillant ainsi nécessairement les gains de la division du travail ?

31Certes, la nécessité du contrôle des subordonnés est aussi répandue dans le capitalisme ; toutefois, il semble que les sociétés esclavagistes ou statutaires manquent d'un moyen efficace de discipline de la force de travail que constitue un marché étendu du travail. En effet, avec celui-ci, l’excessif “opportunisme” (au sens de la nouvelle théorie économique) des dépendants ou des esclaves est endigué. Les coûts entraînés par le contrôle de la force de travail servile constituent ainsi un sujet de réflexion nécessaire pour comprendre la crise de l'esclavage. Loin, en apparence, de la question qui nous occupe, P. Dockès (1979) avait montré que c'est la lutte même des esclaves qui condamne le système esclavagiste, via la crise de l'État. Ces luttes auraient impliqué des coûts et des désordres sociaux incompatibles avec la perpétuation d'un tel système.

5. Rationalisation et comportements

32J.-J. Aubert tente de montrer que le monde romain, loin d’être caractérisé par la fixité, a connu des mutations techniques dans le domaine de l'organisation économique. Le recours croissant à l'écriture aurait été le moyen d'une rationalisation des formes de la gestion des entreprises romaines sur cette longue période qui va de 250 avant notre ère à 200 après notre ère. L'auteur considère que de telles mutations renvoient aux transformations structurelles de la société bien au-delà du développement assuré de l'économie de la villa et de l'esclavagisme.

33Il est fécond de s'intéresser au mode de rationalisation des comportements impliqué par l'usage croissant de l'écriture. Tout en évoquant le complexe “principal-agent” de la nouvelle analyse économique, l'auteur s'interroge sur la recherche d'une efficacité accrue de certains types de contrôle sur les esclaves. Mais cette piste est problématique. En effet, l'ignorance d'un certain type d'agents constitue parfois une garantie d’honnêteté pour les maîtres, ce qui implique une redéfinition de la pénétration de l’illettrisme dans les fonctions économiques. Dans le cas particulier du vilicus, le maniement de l'écriture et une science minimale des chiffres peuvent être considérés comme un obstacle à un contrôle efficace des maîtres. Mais l'écriture peut-elle alors être considérée comme un moyen de rationalisation des comportements économiques ?

34L'auteur ne propose pas de modèle permettant de saisir l'origine de ce mouvement de rationalisation. Est-ce la dynamique marchande, profondément liée dans l'économie romaine au développement de l'esclavage, ou est-ce plus fondamentalement le perfectionnement du rapport esclavagiste lui-même ?

35Une origine possible à la rationalisation des comportements économiques pourrait venir de la progression de certaines formes marchandes, comme Y. Thomas nous le suggère. Celui-ci, en effet, contre les “analyses partielles de l'anthropologie historique” essaie de démontrer que le travail a pu être pensé comme catégorie abstraite par les Romains. Cette opinion est fort hétérodoxe pour le commun des antiquisants. Un indice de la modernité de cette conception du travail comme valeur économique serait même que le principe néoclassique du coût d'opportunité aurait été utilisé pour déterminer la valeur du travail. Y. Thomas tonde ses analyses sur les conceptions juridiques qui entourent le travail des esclaves. C'est ainsi que la catégorie du travail autonome aurait émergé dans les discussions relatives à la nue-propriété et à l'usufruit.

36L'intérêt du travail de Y. Thomas est de rencontrer les recherches institutionnalistes selon lesquelles c'est notamment le droit qui fonde les catégories pertinentes auxquelles se réfèrent les comportements économiques. Ce n'est pas pour rien que J. Commons a estimé que le capitalisme avait des fondements légaux et il est évident que le concept de travail abstrait est une composante de ces fondements. Toutefois, on ne saurait déduire du travail de Y. Thomas la vérité de l'approche moderniste. Même si la marchandisation du travail servile est une fiction juridique utile pour les germes du capitalisme, un tel système requiert bien d'autres fictions. Commons a ainsi souligné que la marchandisation des dettes, préalable sine qua non à l'activité bancaire moderne, était un facteur essentiel. Ainsi, nous retenons de la démarche de Y. Thomas cette volonté fructueuse de tenir compte des “apports des élaborations juridiques anciennes” comme piliers de la construction sociale de la réalité économique.

Conclusion

37Le commentaire du travail de Y. Thomas illustre parfaitement le paradigme institutionnaliste que nous avons évoqué dans notre introduction. Il est certain que les problèmes que cet auteur pose, de même que tous les auteurs de ce volume, participent d'une volonté de dépasser des apories de la controverse primitivistes/modernistes. Certes, il est difficile de réaliser un tel dépassement tant nous sommes marqués par des concepts lourds et polysémiques qui peuvent égarer la réflexion. Ainsi, évoquer le capitalisme devient quelque chose de fort problématique car les acceptions marxiennes, weberiennes, etc. peuvent être des guides aussi utiles que trompeurs. Néanmoins, un certain nombre de conclusions très provisoires peuvent être retenues du présent volume : il n'est pas possible de qualifier d'uniformément primitifs les comportements économiques de l'époque romaine. Le degré de sophistication du droit et la qualité de l’organisation de certains types de production attestent de ce fait. Ce n'est donc pas un hasard si, contre l'idéologie dominante de leurs temps, certains groupes capitalistes émergent et valorisent localement leur travail de négoce.

38Toutefois, il conviendrait de ne pas trop assimiler les comportements économiques romains aux nôtres : le rôle très incertain et précaire des marchés, diverses contraintes institutionnelles et les conséquences de la prégnance de l'esclavage comme mode de pouvoir (le contrôle des hommes par d'autres pouvant être jugé plus important que l'efficacité économique), développent un écart par rapport à nos normes de rationalité. C'est cet écart qui, comme le soulignait Weber, est source de connaissances. Le fait que la question des amortissements soit négligée, que la monnaie évalue seulement dans le domaine de la comptabilité, ce qui est objet de transaction (et ne fonctionne donc pas vraiment comme équivalent général) mesure toute la différence qui existe entre leur économie et la nôtre.

39Il y a enfin le poids spécifique des représentations collectives et de l'intervention publique dans la détermination du comportement des agents. En effet, l'opposition État/société civile ne fonctionne pas pour le domaine étudié. C'est sur ce fait que butent les analyses économicistes faisant de la rationalité économique un universel. Enfin, il peut être tentant de produire en histoire une analyse économique des normes sociales au moment même où, comme nous l'avons souligné, les méthodologues sont pour le moins divisés sur cette question, sans oublier le fait que les sociologues, maintenant, construisent les conditions de possibilité de l'économie.

Bibliographie

Bibliographie

Andreff, W., éd. (1982) : L'économie fiction - contre les nouveaux économistes, Paris.

Andreau, J. (2001) : Banque et affaires dans le monde romain, Paris.

Andreau, J. et J. Maucourant (1999) : “A propos de la “rationalité économique” dans l'Antiquité gréco-romaine - une interprétation des thèses de D. Rathbone”, Topoi, 9.1,47-102.

Bresson, A. (2002) : “Polanyi, le marché et les économies d'avant le capitalisme”. Rencontres - Revue en ligne de la Maison René Ginouvès : http://web.mae.u-paris10.fr/fx/rencontres.html.

Dockès. P. (1979) : La libération médiévale. Paris.

Elster. J. (1995) : “Rationalité et normes sociales”, La Revue du Mauss (6), 2, 158-165.

Finley, M. (1973) : L’économie antique, éd. fr. Paris, 1992.

Gorz, A., éd. (1973) : Critiques de la division du travail, Paris.

Granovetter, M. (1994) : “Les institutions économiques comme constructions sociales : un cadre d'analyse”, in : Orléan 1994, 79-94.

Guéry, A., éd. (2002) : Lectures de John R. Commons, n° spécial des Cahiers d’économie politique, 40-41.

Lafont, B. (2002) : “L'œuvre de Karl Polanyi en assyriologie”, Rencontres - Revue en ligne de la Maison René Ginouvès : http://web.mae.u-paris10.fr/fx/rencontres.html.

Marglin, S. (1971) : “Origines et fonctions de la parcellisation des tâches - A quoi servent les patrons ?”, in : Gorz 1973, 41-89.

Maucourant, J. (1997) : “Le défi de la New Economic History”, La Revue du Mauss, 2, 65-81.

– (1998) : “Institution et monnaie dans l'œuvre de Wesley Clair Mitchell”, Revue d'Économie Politique (108), 3. mai-juin, 391-418.

– (2000a) : “Échange, commerce et monnaies dans les économies non modernes - un réexamen de l’approche de Karl Polanyi”, Transeuphratène - Recherches pluridisciplinaires sur une province de l'Empire achéménide (20), avril, 9-43.

– (2000b) : “Polanyi, lecteur de Marx”, Actuel Marx (27), 1, 133-152.

Mises, L. (1949) : L’action humaine - Traité d’économie, éd. fr. Paris, 1985.

North. D. (1977) : “Marchés et systèmes économiques alternatifs dans l'histoire : le défi de Karl Polanyi”, 51-64, trad. Laurence Collaud, La Revue du Mauss, 2e semestre 1997.

Orléan, A., éd. (1994) : Analyse économique des conventions, Paris.

Polanyi, K. (1944) : La grande transformation. Paris (Gallimard 1983 pour l'édition française citée).

– (1946-1964) : “Karl Bücher”, Mai/Juin, Archives de l'Institut d’Économie politique Karl Polanyi de Montréal, Box 11, Université Concordia.

Rathbone, D. (1991) : Economic Rationalism and Rural Society in Third-Century A. D. Egypt - The Heronimos Archive and the Appianus Estate, Cambridge-New York.

Rollinat, R. (1997) : La nouvelle histoire économique, Paris.

Rostovtzeff, M. (1926) : Histoire économique et sociale de l’Empire romain, introduction par Jean Andreau, Paris, (1988 pour l'édition française citée).

Silver, M. (1985) : Economic Structures of the Ancient Near East, Sydney.

Veblen, T. (1899) : Théorie de la Classe de loisir, éd. fr. Paris, 1970.

Viera da Silva, V. (2001) : L’hypothèse de rationalité et ses prémisses-le défi comportementaliste. Thèse nouveau régime. Centre Walras, Lyon.

Weber, M. (1923) : Histoire économique - esquisse d'une histoire universelle de l'économie et de la société (Gallimard 1991 pour l'édition française citée).

– (1998) : Économie et société dans l’Antiquité, (précédé de) Les causes sociales du déclin de la civilisation antique, Introduction de H. Bruhns, Paris.

Notes

2 Pour la présentation d’un certain nombre de concepts propres à l'économie des coûts de transaction dans son rapport à l’histoire, on pourra se référer à Andreau & Maucourant 1999 ; pour une analyse critique de la théorie dominante en économie dans son rapport à l’histoire, voir Maucourant 2000a. Pour un point de vue général voir Andreff et al. 1982 et Rollinat 1997.

3 A propos de diverses évaluations de l’œuvre de Polanyi, voir Bresson 2002 et Lafont 2002.

4 Pour une présentation de l’institutionnalisme de Commons, voir le numéro spécial des Cahiers d'économie politique dirigé par A. Guéry 2002 ; on peut par ailleurs trouver une présentation de l’apport trop méconnu de W. C. Mitchell dans Maucourant 1998.

5 Dans une réponse personnelle à la présente contribution, K. Verboven précise que son propos n'est pas de réfuter la thèse de M. Weber mais de remarquer qu'un mauvais usage en a été fait. Il est vrai que l'œuvre de Weber se prête à diverses interprétations. L'important, me semble-t-il, est que K. Verboven et nous-mêmes retenons que l'économie antique n'est pas une économie de marché, même si des mécanismes de marché fonctionnaient effectivement. L'enjeu est évidemment de préciser la nature des dits mécanismes.

6 La mobilisation du concept de rationalité par K. Verboven nous semble “classique” (proche de celle faite par l'économie dominante à ce jour) dans la mesure où, par exemple, cet auteur ne semble pas retenir l'apport de H. Simon.

7 Voir à cet égard Viera da Silva 2001.

8 Mises en évidence par Marglin 1971.

9 Nous avons tenté de lire l'œuvre de Polanyi au-delà de ce concept clef dans Maucourant 2000b.

10 Voir Maucourant 1997.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search