Version classiqueVersion mobile

Mentalités et choix économiques des Romains

 | 
Jean Andreau
, 
Jérôme France
, 
Sylvie Pittia

Deuxième partie. Études de comportements économiques

Mentalité et commerce

Le cas des negotiatores et de ceux qui negotia habent : une enquête préliminaire

Koenraad Verboven

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Landes 1998 ; Pollard 1992.
  • 2 Finley 1973, 75 (italiques de Finley).

1La thèse de Weber qui veut que tout développement économique dépende de la mentalité des entrepreneurs et des investisseurs continue d'être populaire tant parmi les historiens de l’époque moderne que parmi les historiens de l'Antiquité1. L’application de cette thèse à l'histoire ancienne est surtout due au mérite de M. I. Finley qui affirmait que la mentalité des Grecs comme des Romains était profondément anti-économique. Selon Finley, pour autant qu’elle existât, la rationalité économique (qui d'après Weber était une condition nécessaire pour le développement de l’économie moderne, fondée sur des marchés autorégulateurs), demeurait une caractéristique méprisée par les citoyens de groupes minoritaires et étrangers ou marginaux (esclaves, affranchis, métèques). Les citoyens qui possédaient des liquidités les investissaient quasi exclusivement dans des exploitations agricoles ou des prêts non productifs (souvent usuraires) et laissaient les affaires commerciales aux étrangers, aux esclaves ou aux affranchis. “L’élite des citoyens n’était pas prête, en nombre suffisant, à prendre en charge ces aspects de l’économie sans lesquels ni ces citoyens, ni leurs communautés n’auraient pu vivre au niveau qui était le leur. L’élite avait les ressources et le pouvoir politique, elle pouvait aussi disposer d'un personnel important. Il lui manquait la volonté : c'est-à-dire qu’elle était inhibée, en tant que groupe (quelle que pût être l’attitude d’une minorité), par des valeurs auxquelles on n’aurait su déroger” (overriding values)2.

  • 3 D'Arms 1981. 1-19. Voir encore par exemple Tocqueville 1856,927-928.
  • 4 Veyne 1976, 118-128 (p. 123 et p. 127 pour les citations). Voir aussi Veyne 1961. Veyne 1979.

2Les idées de Finley ont provoqué de vives réactions. D'Arms note que la même mentalité anti-économique se retrouve chez l’aristocratie française de l’époque moderne3. Il affirme que les sénateurs et les chevaliers ne furent pas empêchés, ni par leur mentalité propre ni par les contraintes sociales, d'investir dans le négoce ou les prêts commerciaux par l’intermédiaire de leurs affranchis et clients. Veyne ajoute que mentalité et comportement réel sont deux choses bien différentes. La qualité de notable, selon Veyne, est “une question de classement, fondé sur les représentations collectives” qui n’a rien à faire avec le comportement réel de l’individu en question. Aussi, la réprobation générale du commerce n’aura jamais empêché les notables de “faire du négoce”4.

  • 5 Voir e.g. D'Arms 1980 ; D'Arms 1981 ; Andreau 1978 ; Andreau 1983 ; Rauh 1986 ; Verboven 1993a ; Gu (...)

3On s’est beaucoup appliqué à définir l’engagement indirect de sénateurs, chevaliers et notables municipaux dans le commerce5. Ces enquêtes ont été fructueuses. Aujourd’hui, la grande majorité des chercheurs s’accorde à dire que l’aristocratie foncière investissait de l’argent dans des affaires commerciales et financières par le biais de leurs esclaves, affranchis et clients ou en plaçant des prêts à intérêt chez des intermédiaires de crédit (tels que par exemple les Sulpicii de Pouzzoles).

  • 6 Comparez avec la situation de l'Empire tardif : Whittaker 1983.

4De ce point de vue, la question qui se pose aujourd’hui est dans quelle mesure les négociants et banquiers dépendaient de l’aristocratie foncière, ou autrement dit, dans quelle mesure l’aristocratie foncière pouvait contrôler le monde des affaires6. C'est une question importante, car contrairement à ce qui semble souvent être accepté implicitement, l’engagement actif de l’aristocratie foncière dans le commerce n’est pas un signe de modernité. Au contraire, c’est précisément l’indépendance économique et sociale des négociants à l'époque moderne qui constitue leur “modernité” et qui leur a permis de se transformer aux dix-huitième et dix-neuvième siècles en véritable “classe” bourgeoise consciente de son identité propre et de sa communauté d'intérêts.

5Mais, c’est un problème que je n’aborderai pas ici. Retournons à une question presque oubliée. S’il est vrai que la mentalité de l’aristocratie avait une influence sur ses décisions économiques, quel était le rôle de la mentalité des entrepreneurs eux-mêmes (les negotiatores) et de ceux qui se spécialisaient en investissements commerciaux (les negotia habentes) ?

6La question n’a guère été posée et c'est bizarre, car là où Weber. Sombart et leurs adeptes étudiaient la mentalité des négociants modernes en négligeant l’aristocratie et l’élite politique, Finley et ses adversaires étudient la mentalité de l’aristocratie et de l’élite politique en négligeant les entrepreneurs et les investisseurs spécialisés. C'est trop souvent en étudiant ceux qui affectaient ne pas avoir des intérêts commerciaux que nous essayons de comprendre l’ampleur des actes de ceux qui s’y étaient spécialisés.

  • 7 Cf. Roman 1994.

7Pourquoi cette approche extraordinaire ? La raison en est simple : nos sources sont largement muettes sur les idées et les points de vues des négociants. Les valeurs aristocratiques sont les seules à avoir survécu7. Aussi, l’approche risque de perpétuer une image de la réalité historique faussée par la perspective aristocratique de nos sources. Sans doute, la mentalité de l’aristocratie est importante puisqu'elle tenait entre ses mains la plupart des richesses – mobilières et immobilières – du monde antique. Néanmoins, si nous voulons mesurer l’importance de la mentalité dans le fonctionnement de l’économie, c’est la mentalité des entrepreneurs et des investisseurs spécialisés qu’il nous faut étudier, car ce sont eux les véritables acteurs de l’économie commerciale.

  • 8 Voir peut-être Braudel 1979. II 546.

8S’il est vrai que l’aristocratie de l’Ancien Régime affectait une aversion du commerce et des affaires pareille à celle de l’aristocratie romaine, aucun spécialiste de l'époque moderne n'a jamais prétendu que les négociants n’avaient pas de code de comportement propre – trait indéniable d’une mentalité distincte. Ainsi par exemple Braudel, qu’on ne pourrait soupçonner d'être wéberien, laisse une très large place aux comportements, aux valeurs, bref, à la mentalité des négociants “capitalistes”, quoique cette mentalité fût selon lui conditionnée par la situation matérielle des négociants et ne fût donc pas un facteur indépendant, qui aurait déterminé leur comportement8.

  • 9 Voir par exemple Hopkins 1965, 111 : “Such bourgeois as there were, were too imbued with the sense (...)
  • 10 Jongman 1988, 259-260.

9Qu’en est-il des entrepreneurs et investisseurs spécialisés de l’antiquité ? En général, pour autant que la question ait été posée, elle a été rejettée, précisant que – sauf exception – les véritables entrepreneurs étaient marginaux à la société ou que les “bourgeois” potentiels n’ambitionnaient que de devenir membres de l’aristocratie dont ils embrassaient largement les idées et les valeurs9. Empruntant un terme du sociologue Merton, Jongman a désigné ce processus comme anticipatory socialization10. La communis opinio veut que les negotiatores n’aient eu qu’un seul but : devenir sénateur ou chevalier ou au moins entrer dans le sénat local de leurs villes respectives.

  • 11 Braudel 1963. II 367-374.

10Certes, mais les “bourgeois” de l’époque moderne étaient dans le même cas. Partout en Europe la noblesse attirait les riches négociants. Tant que la conjoncture était bonne, ils continuaient leurs affaires, mais chaque crise économique provoquait un retour à la terre. Des commerçants riches achetaient des titres nobiliaires et se mariaient avec les filles de familles nobles appauvries, sans pour cela abandonner entièrement leurs intérêts financiers11.

11Partout en Europe moderne, la mentalité aristocratique servait de cadre de référence. C’était une idéologie plutôt qu’une mentalité. Elle était la seule à être élaborée et devint la mesure du monde profane. Pourtant, elle n’était nullement la seule à exister et. depuis Weber, les historiens économistes ont étudié la mentalité propre des négociants et financiers.

  • 12 Bien que, selon Weber, elle ait su profiter d’affinités intimes avec le protestantisme,

12Cette mentalité “commerciale” est beaucoup plus diffile à analyser. Contrairement à la mentalité aristocratique, la mentalité “commerciale” ne s’est jamais transformée en idéologie12. Par conséquent elle n’a jamais été spécifiée et est demeurée au niveau de dispositions psychologiques et de points de vues non-systématisés, transmis plutôt par imitation et conseils concrets que par éducation scolaire ou philosophie.

  • 13 Voir surtout Deniaux 1993, passim ; Cotton 1986.
  • 14 Voir Verboven 1997.
  • 15 Voir Veyne 1961.

13Conduire une telle étude pour l’Antiquité présente un défi méthodologique. Aucun texte écrit par un negotiator ou un negotia habens spécialisé en affaires commerciales n'est parvenu jusqu’à nous. Nous ne pouvons les approcher qu’au travers des images dessinées par les écrivains des élites politiques et culturelles. Ces images sont assez nombreuses, mais elles sont déformées par la perspective aristocratique des écrivains. C’est un amalgame de caricatures, d’invectives et de portraits voilés. Les lettres de recommandation de Cicéron nous donnent une image enjolivée suggérant que la mentalité des hommes d’affaires importants n’était guère différente de celle de l’aristocratie foncière13. L’œuvre d'Horace brosse une image antithétique où les valeurs et les idées des negotiatores et negotia habentes – partagées par les sénateurs dépravés – ne sont rien d’autre que l’opposé des valeurs et des idées aristocratiques14. Le Satyricon de Pétrone donne directement la parole aux négociants affranchis, mais les personnages sont représentés d’une façon caricaturale15.

14Vu les problèmes immenses posés par les sources (ou plutôt par l’absence de sources) et vu aussi le manque d'études sur la question, les pages qui suivent ne sont forcément qu’une étude préliminaire dans laquelle j’essayerai de reconnaître et de délimiter le sujet et d’esquisser quelques réponses possibles. La méthode adoptée est surtout prosopographique. J’ai essayé de rassembler les négociants et investisseurs spécialisés de la fin de la République et du début de l’Empire et d'analyser les renseignements disponibles sur leurs préférences, attitudes et appréciations. Il est évident que nous disposons de telles informations que pour les hommes d’affaires les plus riches et les plus “réussis”.

Negotiatores et negotia habentes : un groupe social ?

15En nous limitant aux hommes d'affaires de premier rang à la fin de la République et au début de l’Empire, nous sommes en présence d’un groupe à la fois bien circonscrit et – grâce surtout à l’œuvre de Cicéron – relativement bien documenté. Ainsi, nous connaissons un assez grand nombre – une centaine – d’importants hommes d’affaires et d’investisseurs spécialisés.

  • 16 Andreau 1985, 10-14.
  • 17 Cf. infra.

16La composition de ce groupe est très hétérogène. Il comprend à la fois des sénateurs, des chevaliers, des notables municipaux et des negotiatores qui n'appartiennent à aucun des ordres supérieurs. Andreau a distingué entre les financiers des aristocraties et les affairistes, les premiers étant pleinement membres de l'aristocratie, les autres demeurant en dehors de ce groupe16. C’est une distinction utile qui reflète l’idéologie et la mentalité idéalisée de l’aristocratie, mais en réalité, la démarcation entre les affairistes et les sénateurs et chevaliers negotia habentes était bien floue. Beaucoup ont réussi à obtenir la dignité équestre et plus d’un a franchi le seuil du Sénat sans pour cela abandonner ses affaires. Ainsi, Atticus par exemple fut probablement un negotiator à l’époque de sa résidence à Athènes, jusqu’à environ 68 a.C., quand il investissait la fortune acquise dans ses domaines en Épire. Dès ce moment il devenait pecuarius et partageait sa vie entre Rome et l’Épire. Il semble, cependant, avoir continué d’investir des sommes importantes en prêts lucratifs et continué à rendre service à ses amis comme procurator spécialisé. Q. Considius était un publicain dans les années quatre-vingt-dix avant notre ère et devint sénateur sous Sulla (probablement), mais il n'en continuait pas moins d’investir la majorité de sa fortune en prêts à intérêt17.

  • 18 Pour la différence voir aussi Cic., Imp. 18.
  • 19 Cic., 2 Verr., 2.68-81. Nicolet 1966-1974. 953-954.
  • 20 Hatzfeld 1919. 196.

17La distinction entre les negotiatores qui s'étaient établis dans les provinces et les negotia habentes qui résidaient à Rome mais investissaient dans les provinces18, est aussi utile du point de vue analytique, mais risque de voiler la réalité. En effet, s'il est vrai que la grande majorité des negotiatores dans les provinces était socialement modeste, cela ne vaut pas pour tous. Ainsi par exemple Q. Minucius Rufus, qui s’était établi à Syracuse, était un eques Romanus splendidus lié très probablement aux Minucii sénatoriaux19. D'autres, comme Atticus (fils d’un chevalier fortuné) ont temporairement émigrés pour rentrer en Italie après avoir fait fortune. La différence sociale entre ces negotiatores de statut élevé et les sénateurs et chevaliers negotia habentes en Italie était infiniment moins grande que celle qui séparait les negotiatores chevaliers des mercatores et argentarii professionels. Autrement dit, le clivage social entre les negotiatores fortunés et les negotia habentes était bien moins grand qu'entre negotiatores fortunés et mercatores ou argentarii. Notons aussi que le terme même de negotiator à la fin de la République n’avait pas la connotation péjorative qu’il avait sous l’Empire20.

  • 21 Voir aussi D’Arms 1980, 84 : “We should ask ourselves what were the directions to which they were d (...)

18Nonobstant son hétérogénéité, le groupe en question avait une chose en commun. Ses membres étaient riches et investissaient leur fortune surtout dans des affaires commerciales et financières. En agissant ainsi, ils étaient en opposition manifeste avec l'idéologie dominante de l'aristocratie foncière. Cet investissement ne résultait pas d’une nécessité matérielle. Leur richesse et leurs contacts avec des sénateurs et des chevaliers influents leur laissait le choix libre entre l’honestum otium du notable foncier, la poursuite d’une carrière politique (les honores) ou les negotia privata, mais ils ont choisi tous les negotia privata21.

19Ce serait une erreur de croire que, hormis quelques exceptions, les membres de cette élite commerciale et financière étaient nés pauvres et ne désiraient que se retirer des affaires et devenir des notables fonciers. Parfois, il est même possible de démontrer une activité continue dans les affaires pendant plusieurs générations, nonobstant des fortunes déjà acquises par héritage.

  • 22 Cic., Rab. Post., 3 ; fortissimus et maximus publicanus (ibid.).
  • 23 Sur ce personnage extraordinaire voir Dessau 1911 ; Siani-Davies 1996 et Siani-Davies 1997.

20Ainsi, C. Curtius était un publicain important à la fin du deuxième siècle et au début du premier siècle avant notre ère, un princeps ordinis equestris22. Son fils, C. Rabirius Postumus, fut adopté par son oncle maternel, C. Rabirius, qui était un important chevalier à la fin du deuxième siècle et entra au sénat, probablement sous Sulla. Postumus hérita deux larges patrimoines et fut bien placé pour se retirer des affaires et commencer une carrière politique. Or, il ne l’a pas fait. Il a choisi de continuer dans la voie de son père et devint publicain, financier et peut-être négociant de vins (et d’autres produits de luxe ?). Ce n'est que plus tard, sous la dictature de César, que Rabirius commença sa carrière politique23.

  • 24 Nep., Att., 2.3 ; 14.2. Voir aussi supra.

21Atticus était issu d'une vieille famille équestre liée par mariage à au moins une famille sénatoriale noble (les Sulpicii Rufi). Il hérita une fortune de deux millions de sesterces (cinq fois le cens équestre), qu’il emmena presque entière à Athènes24. Nous ne savons pas si son père eut des negotia, mais cela ne fait aucun doute pour son oncle maternel, Q. Caecilius.

  • 25 Nicolet 1966-1974, 809-810 ; Andreau 1978. 55. Pour l'argent de Lucullus voir Cic., Att. 1.1.3-4.

22Ce Caecilius fut un chevalier richissime et un faenerator fameux. Il était le protégé de L. Lucullus Ponticus, qui semble avoir investi de l’argent au moins une fois par l'intermédiaire de Caecilius. Il a sans doute investi une partie de sa richesse en terres, mais il a continué ses activités de financier jusqu’à sa mort25.

  • 26 Nicolet 1966-1974, 848-849 ; Shatzman 1975, 328 ; Deniaux 1993, 482-484 ; Wiseman 1971,225-226.
  • 27 Nicolet 1966-1974, 850 ; Deniaux 1993, 482-483.

23Q. Considius était un vieux publicain devenu sénateur sous Sulla. Or bien qu'il fût sénateur, il ne semble jamais avoir poursuivi une carrière politique et il continuait d’investir en prêts à intérêt. A l’époque de Catilina, il avait 15 millions de sesterces en créances, dont l’argent venait sans doute au moins partiellement de tiers. Il est difficile de s’imaginer que ses propriétés foncières valaient autant que ces créances26. Son fils Q. Considius Gallus demeura dans l'ordre équestre et eut peut-être des intérêts en Afrique où il héritait du negotiator Q. Turius en 43 a.C.27

  • 28 Deniaux 1993, 439-441 ; Nicolet 1966-1974, 762 ; Wiseman 1971, 202, 209 ; Rauh 1986, 16-17 ; Shatzm (...)

24L. Aelius Lamia était un publicain important dans les années cinquante avant notre ère, qui avait aussi des intérêts privés en Afrique. Il était très riche et jouissait de beaucoup d'influence au sénat. En 58 a.C. il fut princeps ordinis equestris. Il entra au sénat seulement sous César et devint préteur en 42 a.C., mais il est clair qu'il aurait pu commencer une carrière sénatoriale beaucoup plus tôt28.

  • 29 L'identification de Deniaux se fonde sur l’association avec Pompée qui est évoqué dans les lettres (...)

25L. Lucceius était un financier de villes en Grèce au début des années cinquante avant notre ère. Deniaux propose de l’identifier avec L. Lucceius Q. f., préteur avant 62 a.C. et protégé de Pompée. Mais nous connaissons aussi un L. Lucceius M. f. qui était un faenerator à la fin des années cinquante, dont nous ne savons rien de plus, mais qui peut être lié (neveu ?) à L. Lucceius M. f. initié aux mystères de Samothrace quand il était légat en 92 a.C. en Macédoine. Aux moins une famille de Luccei était active dans le commerce depuis le début du premier siècle avant notre ère. De cette époque, nous connaissons un Nicephorus esclave (puis affranchi) d’un L. Lucceius à Délos. Le patron de Nicephorus peut être lié à Q. Lucceius argentarius à Rhegium puisque les deux sont associés aux Cottii. Les prénoms Lucius et Quintus permettent de rattacher aussi le sénateur L. Lucceius Q. f. à cette famille. Palmer identifie le patron de Nicephorus avec le légat L. Lucceius M. f. Si l’identification est correcte, le réseau familial des Lucceii aurait continué à être actif dans le commerce et le financement pendant au moins un demi-siècle, nonobstant des liens solides avec des sénateurs importants29.

  • 30 Nicolet 1966-1974, 952 ; Shatzman 1975, 385 ; Nicolet 1966-1974, 950-951 ; Deniaux 1993, 526-528.

26Le sénateur L. Mescinius Rufus, questeur en 50 a.C., était le frère d'un M. Mindius negotiator à Élis en Grèce. Des Mescinii et des Mindii étaient actifs en Délos au début du siècle. M. Mindius était marié avec une Oppia qui portait un nom bien attesté tant a Délos qu’ailleurs en Orient. Mescinius Rufus a franchi le seuil du sénat, mais pas son frère, qui mourut en Grèce en 46 a.C.30

  • 31 Tac., Ann., 6.17.

27Ces exemples nous montrent qu'il existait à cet époque deux sortes de sénateurs : les “politiciens” – dont les nobiles formaient l’élite –, c’est-à-dire les sénateurs qui poursuivaient des carrières politiques et militaires, et le reste, les pedarii, qui occupaient parfois des magistratures mineures (questeur ou tribun du peuple), mais qui ne poursuivaient pas activement une carrière politique. Le sénat à la fin de la République était rempli de tels sénateurs adlecti par Sulla et César. Parmi ceux-ci, il y avait plusieurs anciens negotiatores et publicains qui continuaient d'investir en prêts lucratifs et en negotia commerciaux. Cette situation a probablement survécu à la République, puisque, selon Tacite, la majorité de sénateurs en 33 p.C. avaient plus d'un tiers de sa fortune investie en prêts lucratifs31.

  • 32 Suét., Aug., 40.1. Voir aussi Dion Cassius 54.30.2.

28Notons ici que tous les chevaliers ne désiraient pas entrer dans l’ordre sénatorial. Quand un problème se posa pour trouver des candidats sénatoriaux pour le tribunat du peuple, Auguste nomma des chevaliers en stipulant qu'ils pourraient choisir après la fin de leur mandat à quel ordre – sénatorial ou équestre – ils appartiendraient32. Cela n'est guère surprenant, car en devenant sénateur, ils auraient dû abandonner leurs investissements en publica et leur engagement actif dans le commerce maritime.

  • 33 Cic., De officis. 1.151. Pétrone, Sat., 76.9 : postquam coepi plus habere quam tota patria mea habe (...)

29Au fur et à mesure qu’ils s’enrichissaient, les negotiatores se transformaient en faeneratores et negotia habentes. Au lieu d’investir leurs fortunes entièrement ou largement en terres, ils se retiraient de la gestion active de leurs entreprises pour devenir des financiers. En vendant le patrimoine de son patron pour l’investir dans la mercatura, Trimalcion fait le contraire du conseil que Cicéron donnait dans son De Officiis. Ce n'est qu'après avoir gagné une fortune immense qu'il l'investit enfin en terres, mais il continue de prêter à intérêt par les biais de ses affranchis33.

30Vu la position sociale élevée de ces hommes, il n'est guère surprenant de constater que le mépris traditionnel qu’avait l'aristocratie pour les mercatores et les autres hommes d’affaires n’existait pas pour eux. Ils jouissaient de l'estime des aristocrates fonciers, même si leurs activités et leurs investissements étaient contraires à l'idéologie dominante. Il ne fait pas de doute que les plus importants parmi eux – tels que Q. Caecilius ou Q. Considius – étaient considérés comme membres légitimes de la seule aristocratie formelle reconnue par l'État romain à cette époque, celle de l’ordre sénatorial et chevalier.

31Il existait donc au sein des deux ordres supérieurs une minorité influente de negotiatores et de negotia habentes spécialisés en affaires commerciales. Ils ne se conformaient pas à l'idéologie aristocratique concernant les activités économiques. Il semble bien que ces activités lucratives offraient des perspectives d'enrichissement trop séduisantes pour résister.

  • 34 Asconius, Cic. Scaur., p. 20 (éd. Clark) ; Vir. Ill. 82.1-2 ; Valère Maxime 4.4.11 ; Andreau 1992, (...)
  • 35 Tac., Ann., 4.13.
  • 36 Cic., Verr., 1.91 : Nam Malleolus in provinciam sic copiose profectus erat ut domi prorsus nihil re (...)
  • 37 Suét., Vesp., 4.3.

32Cela est confirmé par les quelques cas spectaculaires qui nous montrent des nobiles se rabaissant pour devenir negotiatores. Ainsi, le père de M. Aemilius Scaurus, le consul de 115 a.C., était qualifié de carbonarius tandis que le consul de 115 lui-même aurait songé à devenir argentarius au lieu de poursuivre une carrière politique34. Le cas du dernier C. Sempronius Gracchus qui à l’époque de Tibère gagnait sa vie comme mercator en Sicile et en Afrique est bien connu35. De même, C. Publicius Malleolus, questeur en Cilicie en 79 a.C., descendait d'une grande famille noble qui avait disparu du sénat au deuxième siècle. Il emmena en Cilicie une bonne partie de sa fortune et l'investit en prêts usuraires et en marchandises locales (e.g. des vins de luxe). En outre, il posséda un bon nombre d’esclaves artisans36. Il semble donc que les Malleoli aussi s’étaient lancés dans le commerce, probablement dans l’espoir de recouvrer leur fortune perdue. Beaucoup plus tard, quand le futur empereur Vespasien était gravement endetté, il essaya de rétablir sa fortune en l’investissant dans une entreprise de maquignonnage37.

  • 38 Hopkins 1983.

33Il est clair que les negotiatores et les negotia habentes spécialisés ont joui d’une mobilité sociale exceptionnelle qui leur permettait de rejoindre l’aristocratie. Bien que les aristocrates romains dédaignassent les parvenus et condamnassent la mobilité sociale, il a été reconnu longtemps que cette aristocratie ne pouvait pas survivre sans ouvrir ses rangs de temps en temps38. Mais, la mobilité sociale est un phénomène complexe. Hopkins la décrit comme un processus de status dissonance. La position sociale qu’occupe une personne est toujours déterminée par plusieurs critères : la naissance, l’éducation, la richesse, la nature du patrimoine (foncière ou non), les fonctions politiques ou religieuses, le talent personnel etc. Or, la mobilité sociale selon Hopkins est un processus par lequel quelqu'un est élevé selon un (ou quelques) critère(s), sans posséder les autres.

34Ainsi, sous l'Empire, l’empereur créait une voie d’ascension sociale à travers l'armée et les nouvelles fonctions impériales. Il éliminait ainsi graduellement l’influence et le pouvoir des grandes familles républicaines. Il s'agissait bien d'une mobilité sociale, mais elle était contrôlée par l’empereur et son entourage.

  • 39 Voir Verboven 2002. 587-329.

35Mais, la voie d’ascension des negotiatores passait par leur propre talent en affaires et par leur succès économique. C’était une voie d'ascension que l'aristocratie ne pouvait pas contrôler. Certes, les protégés de sénateurs recevaient des faveurs importantes, comme peut-être des praefecturae provinciales ou des recommandations, mais cette aide patronale leur était assurée parce qu'ils pouvaient rendre les bénéfices reçus par des prêts, des conseils commerciaux, des procurationes et d’autres services importants pour les aristocrates39.

36La question qui se pose maintenant est de savoir si ces hommes d’affaires formaient un groupe social distinct (bien que hétérogène) ou s'il s'agit d'un simple agrégat d'individus que nous pouvons rassembler pour des besoins analytiques – l'ensemble de tous ceux qui ont des negotia commerciaux – mais qui n'ont rien en commun qui permettrait de les distinguer du reste de la population. En d’autres termes, est-ce que la classification que nous faisons est valable dans le sens où le fait d’appartenir à ce groupe pesait sur les décisions et les actes de ces membres ? Cela nous ramène directement à la question de la mentalité.

La mentalité des negotiatores et negotia habentes

  • 40 Voir Verboven 1993a, 88-89.

37L’analyse que je propose vise trois points rapprochés : préférences, attitudes et appréciations. Commençons par les préférences. La mentalité aristocratique propageait comme finalité suprême de la vie sociale l’honneur et la dignité. Cela devait se traduire en fonctions publiques, en patronage ou en évergétisme. L’anti-valeur par excellence dans cette perspective était l'avaritia40. Or, c’est sur ce point que l'image du negotiator propagée par les écrivains de l’élite, diffère fondamentalement.

  • 41 Horace, Od., 1.1.11-18 ; 3.24.35-45, 29.58-64.
  • 42 Horace, Od., 4.12.
  • 43 Horace. Epist., 1.1.53-55. Voir aussi par exemple Diodore de Sicile 5.26.3.
  • 44 Arist., Pol., 1.3.2-3 [1253b8-18].
  • 45 Arist., Eth. Nic., 4.1.20-21 (1120bl 1-20).

38Selon les écrivains de l’élite, le negotiator était poussé par un désir illimité de gains matériels. Selon Horace, l'avaritia était son trait de caractère le plus fondamental41. Le studium lucri42 passait avant la vertu : o cives, cives, quaerenda pecunia primum est ; / virtus post nummos : haec Ianus summus ab imo prodocet43. L’idée était beaucoup plus ancienne. Aristote distingue la chrèmatistikè oikonomikè précisément par le désir illimité de gains pécuniaires44. Une des vertus les plus essentielles pour un notable selon Aristote était la libéralité ou l'eleutheriotès. Or, dit-il, ceux qui avaient acquis la fortune par leur propre effort possédaient rarement cette vertu45.

  • 46 Plut., Sul., 1. Voir aussi Aulu-Gelle 15.4.3 ; Andreau 1992.

39Pourtant, ce n’était pas l’importance attachée à la richesse qui distinguait les negotiatores des aristocrates, mais l'importance attachée à l’enrichissement. Un notable devait être riche et la richesse en soi était hautement estimée, mais l’enrichissement était condamné. Ainsi, par exemple, Plutarque raconte que les gens reprochaient à Sulla d’avoir été pauvre, car “ils étaient d'opinion qu’il était aussi déshonorant d'abandonner sa pauvreté héréditaire que de gaspiller une fortune héritée”46.

  • 47 CIL. VI, 9659.
  • 48 Cic., Rab. Post., 39.
  • 49 Cic., Rab. Post., 3.

40Les negotatiores ne partageaient pas ce rejet. Licinius Nepos déclare sur son épitaphe qu’il s'était lancé dans les affaires dans l’espoir de s’enrichir47. Rabirius Postumus prêtait son argent inductus usuris48. Le père de Postumus, C. Curtius le publicain faisait preuve d’une magnitudo animi in augenda re49.

41Cet objectif d’enrichissement n'était sûrement pas l’apanage des negotiatores et negotia habentes. La majorité du peuple a dû partager ce désir, et en première place les aristocrates qui avaient perdu leur fortune héritée. Mais, ce qui était caractéristique pour les negotiatores c’était qu'ils essayaient activement de réaliser cet espoir par des investissements et des activités commerciales. La spécificité de leur préférence se manifeste dans l'investissement continu dans des activités non agricoles. Ainsi, le choix qui se présentait au patricien noble mais appauvri, M. Aemilius Scaurus, de se lancer comme argentarius ou de poursuivre une carrière politique (par le moyen de l’armée et de l'éloquence) était non seulement un choix entre deux modèles de vie mais aussi entre deux modes d'enrichissement sans lequel une carrière politique était impossible.

  • 50 Horace, Od., 1.1.11-18 ; 31.9-14 ; Cic., Rose. Am., 75 : ex avaritia erumpat audacia.
  • 51 Pétrone. Sat., 76.

42La voie d’enrichissement choisie impliquait des attitudes spécifiques. Dans la perception des écrivains de l’élite, l’attitude la plus remarquable et la plus blâmable était l'audace des marchands à prendre des risques économiques. Tandis que la mentalité aristocratique valorisait les risques pris à des fins militaires et politiques, elle condamnait fortement la prise de risques à des fins économiques. Selon ces écrivains aristocratiques, cette audace économique trahissait l'avaritia des hommes d’affaires50. Trimalcion par contre était fier de sa hardiesse et de sa témérité envers les risques de la mercatura, ce qu’il considérait comme preuve de sa fortitudo51.

  • 52 Hésiode, Op., 618-694. Voir par exemple Horace, Sat., 1.4.29-32 ; Od., 1.1.11-18.
  • 53 Caton, Agr., pr. 3 : Est interdum praestare mercaturis rem quaerere, nisi tam periculosum sit, et i (...)
  • 54 Cic., Fam., 16.9.4 : solent nautae festinare quaestus sui causa. Voir aussi Cic., Flacc., 91.
  • 55 Cic., Verr., 5.157.
  • 56 César, B.G., 3.1.

43Les dangers courus par les marchands sont un thème récurrent dans la littérature grecque et latine depuis Hésiode52. Caton jugeait que le mercator était un homme respectable en soi, mais qui était audacieux en s’exposant aux dangers et désastres (periculosum et calamitosum)53. Cicéron écrivait à son affranchi Tiron, qu'il avait laissé à Patras, d’être prudent en choisissant avec qui il traverserait la mer Adriatique. Les marchands avaient l’habitude de ne pas attendre que la mer soit calme et les vents favorables, mais de se presser pour faire un profit54. Il était inévitable selon Cicéron dans ses discours contre Verres, que les mercatores subissent les dangers de la mer55. Mais, les voies terrestres aussi n'étaient pas sans risques. César essayait de soumettre les tribus gauloises qui contrôlaient les passages des Alpes pour que les marchands puissent les utiliser sans crainte et sans devoir payer des droits de passage, mais c’était une route que les mercatores utilisaient depuis des siècles56.

  • 57 Sénèque, Ep., 119.1.
  • 58 Horace, Sat., 2.3.18.
  • 59 Cic., Rab. Post., 5 ; 25 ; 45. Voir aussi supra.
  • 60 Cic.. Sul., 56-59. Cf. Nicolet 1966-1974, 308, 361.
  • 61 Suét., Aug., 39.

44Les risques pris par les hommes d’affaires ne se réduisaient pas aux dangers de la mer, du climat ou des attaques de brigands, de pirates ou de barbares. Il s'agissait aussi de risques financiers. Sénèque dit sans détours que ceux qui veulent negotiari doivent être préparés à s’endetter57. Ainsi le personnage d’Horace, Damasippus Mercurialis, avait accumulé tant de dettes pour continuer ses affaires qu’il fit faillite58. Rabirius Postumus aurait perdu sa fortune, selon les dires de son avocat, parce qu'il avait emprunté à intérêt des sommes immenses pour les prêter ensuite à un taux plus élevé au roi d'Égypte59. P. Sittius était obligé de vendre ses terres pour rembourser les dettes qu’il avait contractées pour pouvoir pratiquer le prêt à intérêt en Espagne et en Maurétanie60. La pratique était courante et lucrative mais aussi très risquée et mal vue. Auguste dégradait les chevaliers qui s’en occupaient61.

  • 62 Pour l’antiquité voir Neeve 1985, 92-93 ; Rathbone 1991 ; Andreau et Maucourant 1999 (contre Rathbo (...)

45Une autre attitude souvent débatue est la rationalité dont les negotiatores et les negotia habentes spécialisés semblent faire preuve. Dans l’histoire de l'économie, la “rationalité” est un des concepts les plus frustrants62.

46La rationalité économique est avant tout un concept théorique : c'est un processus de prise de décision à finalité unique, qui n’envisage que la maximalisation des profits pécuniaires en n'utilisant que des données quantifiables pour calculer au mieux les coûts et les gains. Les problèmes qui se posent sont surtout d’ordre cognitif. Les acteurs économiques ont besoin d'informations suffisantes et ils doivent être intellectuellement capables de résoudre des questions complexes. C'est un processus amoral dans le sens où des problèmes d’ordre moral ne peuvent pas se produire, puisqu’aucune autre finalité ou valeur n'est acceptée dans le modèle, si ce n’est la maximalisation des profits pécuniaires.

47Il est depuis longtemps clair qu’un tel concept de rationalité est peu adéquat pour l'analyse d’économies pré-industrielles où les marchés – pour autant qu’ils existent – sont toujours imparfaits et où le succès économique est souvent conditionné par des relations sociales et politiques régies par des normes non économiques. Mais faut-il pour cela rejeter entièrement le concept de rationalité économique ?

  • 63 Verboven 1993a, 71.

48Braudel a bien montré la tension entre la “mentalité rationaliste” de Weber et Sombart d’une part et la rationalité abstraite du marché libre où la concurrence et la loi de l'offre et de la demande assurent (en théorie) que l’organisation la plus efficace gagne. Braudel note que la rationalité abstraite du marché s’oppose aux intérêts particuliers de la majorité des concurrents individuels. La mentalité “rationaliste” du capitaliste envisage exclusivement la maximalisation des profits monétaires et accepte à volonté les monopoles, les accords de prix et les privilèges opposés à la rationalité abstraite du marché libre. Ainsi le capitalisme selon Braudel utilise le marché libre sans se soumettre à ses lois63.

49Cet approche permet de définir une rationalité économique qui envisage la maximalisation de profits monétaires par la voie du marché, mais dans un contexte de marché imparfait. Afin de ‘gagner' le jeu du marché, une telle rationalité est obligée par les imperfections de ce marché de manier des relations d’ordre non économique et de respecter (afin de mieux les manipuler) des normes sociales non économiques. En même temps, elle est libre de rejeter les règles du jeu quand cela lui semble plus avantageux.

50Quelle est la situation pour les hommes d’affaires romains ? Ce qui est clair dès le début, c’est que les soucis de prestige ou de position sociale ne comptent pas ou peu dans les choix d’investissements. Le seul fait que nos hommes ont choisi d’investir des sommes considérables dans des activités indignes pour un sénateur ou un chevalier montre que l’orientation de leur investissements était déterminée non pas par des considérations de prestige social, mais par la rentabilité économique.

  • 64 Pour la vue minimaliste voir Sainte Croix 1956 ; Finley 1973, 45-146, 153-157. 190-191 ; Carney 197 (...)
  • 65 Thilo 1980.
  • 66 Rathbone 1991. Mais voir contra Andreau et Maucourant 1999, 67-74 et comparez en général Kehoe 1992

51Mais le débat s’est surtout développé autour des techniques de comptabilité utilisées par les anciens. Les chercheurs minimalistes prétendent que ceux-ci étaient rudimentaires et ne permettaient pas une gestion “rationaliste” dans le sens où il aurait été possible de calculer d’avance les conséquences (perte ou profit) de choix économiques64. Thilo a essayé de démontrer que la comptabilité romaine était conçue comme un instrument de contrôle, plutôt que de gestion65. Rathbone par contre a essayé de démontrer que les documents de l'archive d’Héroninus nous montrent une comptabilité efficace pour la gestion de domaines ruraux66.

  • 67 Cf. Macve 1985.
  • 68 Braudel 1979 II, 525, 543.
  • 69 Pollard 1972, 125.
  • 70 Engels 1990, 26-27. Cela n'est guère surprenant, étant donné les incertitudes inhérentes à l'agricu (...)

52Plus important peut-être, est qu’il devient de plus en plus clair que la situation réelle à l’époque moderne n’était guère plus avancée67. La technique de la comptabilité en partie double s’était développée au quinzième siècle et fut reprise par e.g. les Fugger au seizième, cependant elle n’était guère courante avant le dix-neuvième. Ainsi par exemple, la Verenigde Oost-Indische Compagnie (une des plus grandes entreprises de l’époque) ne l'utilisait pas68. La notion de “capital” comme unité séparée dans les comptes ne fut développée qu'à partir de 1735, et elle n’était guère utilisée avant le milieu du xixe siècle69. L’application des techniques de comptabilité commerciale dans l’agriculture n’apparaît qu’en 1770, et encore seulement comme une possibilité théorique70.

  • 71 Voir aussi dans ce sens Andreau et Maucourant 1999, 72-73.
  • 72 Sénèque, Ben., 4.12.3 : quoto anno empturus sit disputat.
  • 73 Cic., Att., 9.9.4 : Sciebam enim te quoto anno et quantum in solo solere quaerere.
  • 74 Cic., Fam., 9.16.7. Voir Demmel 1962 : Nicolet 1966-1974, 972 ; Deniaux 1993, 422-423.

53Le concept d’amortissement n’existait pas dans la comptabilité romaine, mais cela ne veut pas dire que les investisseurs romains n’avaient aucune idée de la rentabilité de leurs investissements71. Ainsi Sénèque déclare-t-il que ceux qui achetaient des domaines à Tusculum ou Tibur ne le faisaient pas pour la salubrité du climat mais pour le profit que l’on espérait en tirer72. Cicéron précise qu’Atticus avait l’habitude de calculer les revenus possibles avant d’acheter des domaines73. Le financier L. Papirius Paetus, quant à lui, attacha beaucoup d’importance à ses ‘petits profits’ (quaesticuli)74.

  • 75 Cic., Fam., 5.20.
  • 76 Népos, Att., 15.1-3 : Quo fiebat ut omnia Ciceronum, M. Catonis. Q. Hortensii. A. Torquati, multoru (...)
  • 77 Cic., Att.. 13.52.1.

54Les aristocrates avaient des ratiocinatores, des dispensatores et des procuratores pour s’occuper des comptes, mais souvent, ils n'étaient guère capables de les contrôler. Ainsi, le negotiator M. Mindius accompagnait son frère Mescinius Rufus quand celui-ci devint questeur en Cilicie. Mindius y rédigea les comptes publics de la province en coopération avec le scriba officiel, M. Tullius75. Après avoir été dupé par l’affranchi de sa femme. Philotime, Cicéron fit appel à Atticus pour l’aider à contrôler son dispensator Eros. Selon Népos. Atticus rendit le même service à d'autres personnages importants, tels que Q. Cicéron. M. Caton, Q. Hortensius. A. Torquatus et beaucoup d’autres chevaliers76. César confia cette tâche à Cornelius Balbus77. C’était un des services par excellence que pouvaient rendre les negotiatores et negotia habentes à leurs amis politiques.

  • 78 Voir aussi Cic., Verr., 1.60 pour la coutume de tenir des comptes.

55Aussi, l’importance que les negotiatores et negotia habentes attachaient à la comptabilité et leur expertise dans ce domaine est en contraste avec l’absence d’intérêt manifestée (ou réputée manifestée) par l’aristocratie foncière. Ainsi, la comptabilité n'est guère mentionnée dans les oeuvres des agronomes, bien que nous sachions par les Digestes et par les papyri égyptiens que chaque domaine en avait besoin. Il est difficile de s’imaginer, en effet, comment les procuratores attachés aux domaines auraient pu fonctionner sans comptabilité78.

  • 79 Voir aussi Cic., TH.. 14.14.1 et 15.4.3.
  • 80 Cic., Rab. Post., 23.
  • 81 Tacite, Ann., 4.13 : illic adultus inter extorris et liberalium artium nescios, mox per Africam ac (...)

56Le désir de vouloir calculer les choses est parfois opposé au goût de la philosophie. Ainsi. Cicéron écrit de Vestorius qu’il était remotus a dialecticis, in arithmeticis satis exercitatus79. De même, Rabirius Postumus fut un homme bien habile dans les affaires, mais pour le reste un homo mediocriter doctus80. Que Tacite note que le dernier des Gracques fut élevé parmi les bannis et les gens étrangers aux arts libéraux et qu’ensuite il devint trafiquant en Afrique et en Sicile, n'est pas une simple coïncidence81. Mais, cette déviation de la haute culture attendue d'un aristocrate était facilement corrigée et nous verrons plus tard que bon nombre d’hommes d’affaires (negotiatores autant que negotia habentes) cultivaient les lettres et la philosophie autant que les rentiers de patrimoines fonciers.

  • 82 Népos, Att., 14.3.

57Il semble donc que les negotiatores et negotia habentes avaient l'habitude de calculer et d'exprimer en termes monétaires leurs préférences économiques et de chercher des investissements rentables plutôt que d’investir en possessions de prestige. Cela est confirmé par Népos quand il dit qu’Atticus ne possédait que des domaines et des appartements productifs, ex quo cognosci potest usum eum pecuniae non magnitudine, sed ratione metiri solitum82.

  • 83 Sénèque, Ep., 101.3.
  • 84 AE, 1991. 122a. (Rome) : M(arcus) Valerius Celer/bublarius (= bubularius)/qui plura maluit emereri/ (...)
  • 85 Apulée, Met., 4.9 : metu officiorum ac munerum publicorum magnis artibus magnam dissimulabat opulen (...)

58Cette attitude calculatrice dans la prise de décision économique est parfois présentée comme l’expression d’une prudence dans les dépenses et les investissements non nécessaires, prudence proche de la parsimonia traditionnelle. Ainsi. Sénèque tait l’éloge de la... quaerendi et custodiendi scientia...et de la frugalité (summae frugalitatis) de Cornelius Senecio83. L’épitaphe de M. Valerius Celer, bubularius, dit qu’il préférait gagner de l’argent, plutôt que de le gaspiller84. La caricature se retrouve dans les Métamorphoses d’Apulée, où le nummularius Chryseros cache son opulence afin d'éviter d’être nommé pour des charges publiques85. Évidemment, ce qui était de la frugalité pour l'un était de l’avarice pour l’autre.

  • 86 Cic., De officis, 2.64 ; Att., 13.23.3. Cf. Cic., Att., 7.18.4 ; 16.2.2 ; Népos, Att., 6.3 ; Colume (...)
  • 87 Népos, Att., 2.4-5. Voir aussi ses actions contre Sicyone quand la ville ne pouvait pas lui rembour (...)
  • 88 Cic., Att., 7.18.4 ; 10.15.4 ; 11.2.
  • 89 Plut., Crass., 3.1.
  • 90 Cic., Flacc., 46-48.

59La libéralité attendue d’un aristocrate se manifestait aussi en une certaine négligence ou souplesse dans l'administration de sa fortune ; attitude qui s’opposait nettement à l’attitude “prudente” ou calculatrice des negotiatores. Ainsi par exemple dans le De Officiis, Cicéron dit qu'un homo liberalis devait se montrer souple en exigeant ses dus. A l’échéance de quelques dettes, Cicéron chargeait Atticus d’appeler les débiteurs à payer, mais de le faire avec modération : de die tantum videto et id ipsum bono modo86. Les hommes d’affaires ne suivaient pas ce précepte. Atticus prêtait gratuitement des sommes importantes à Athènes, mais il était très strict en exigeant le remboursement ponctuel87. C’était un réflexe qu’il garda toute sa vie. Alors que Quintus Cicéron lui devait de l’argent en 49 a.C., Atticus insistait sur le remboursement malgré l’effondrement du crédit après l’invasion de César. Cicéron devait plaider chez son ami pour qu’il accorde une remise de paiement à Quintus et il s’étonnait qu’Atticus ne voulût pas tenir compte de la situation financière catastrophique pour tous88. Selon Plutarque, Crassus était aussi strict qu’Atticus envers ses débiteurs, mais alors que Népos prétend que la rigeur d'Atticus était salutaire pour Athènes parce qu’elle évitait que la dette publique s’enracine, dans le cas de Crassus, Plutarque la présente comme une sévérité exagérée89. Quand Heraclides de Temnos faisait défaut, ses créanciers, les frères Fufii, n’hésitaient pas à envoyer un affranchi à Temnos pour faire appel au garant d'Heraclides, Hermippus90.

  • 91 Perse, Sat., 5.132-150.
  • 92 Horace, Epist., 1.1.45-48.

60La vie d’un negotiator s’oppose à la tranquillité célébrée du notable foncier qui jouit de son honestum otium. Les Satiristes s’en moquent. Perse nous présente un pauvre type réveillé tôt le matin par l'Avarice en personne pour partir en bateau chercher des marchandises de luxe en Orient91. Le marchand de la première Épître d’Horace est infatigable (impiger) en fuyant la pauvreté, s'exposant aux dangers de la mer. des rochers et des incendies92.

  • 93 Caton, Agr., 3.
  • 94 Cic., Flacc., 72.
  • 95 Sénèque, Ep., 101.3.
  • 96 Cic., Imp., 18. Voir aussi Imp., 34 où Cicéron admire la rapidité avec laquelle Pompée avait conqui (...)
  • 97 Aulu-Gelle 15.4.3.

61Mais cet esprit d'initiative était aussi apprécié. Caton considérait que le mercator était un homme énergique et voué à la poursuite de profits (strenuum studiosumque rei quaerendae...)93. Pour Caton c’était une qualité, Cicéron lui attribuait les paroles pedibus compensari pecuniam94. Dans le même sens, Sénèque louait Cornelius Senecio en disant qu'il était un homme non moins soucieux de son patrimoine que de son corps (non minus patrimonii quam corporis diligens)95. Dans son discours pour la lex Manilia Cicéron, désignait ceux qui faisaient des affaires (negotiantur) en Asie ou qui y avaient des investissements importants (pecunias magnas conlocatas habent) comme des hommes assidus et industrieux (gnavi atque industrii)96. Ventidius Bassus entra dans l’amitié de César parce que celui-ci avait remarqué qu'il conduisait ses affaires en Gaule de manière assidue (naviter versatus). Par la suite, Ventidius se chargea des mandats de César de manière inlassable et énergique (impigre et strenue)97.

62Notre groupe de négociants, financiers et investisseurs spécialisés montre donc des traits de caractère assez distinctifs : goût d'enrichissement par des activités commerciales, volonté de prendre des risques économiques et personnels, rationalité calculatrice et esprit d'initiative. Aussi, nous pourrions dire que nous sommes en présence d'une mentalité distincte.

63Ce qui demeure incertain, pourtant, c'est dans quelle mesure cette mentalité faisait l’objet d’un processus de socialisation. Chacun de nous possède une mentalité personnelle, qui est le reflet de notre personnalité et de notre histoire individuelle. Mais, dans l'histoire des mentalités, ce ne sont pas ces mentalités individuelles qui nous intéressent, mais les mentalités (ou les aspects de mentalités) collectives, qui font l’objet de processus de socialisation et qui sont transmises par des institutions formelles (par exemple l'enseignement scolaire ou l’Église) ou par des relations personnelles (avec les parents, la famille, les amis, les collègues, etc.).

64Je crois que nous pouvons être d’accord que s’il existait une mentalité distincte parmi les hommes d’affaires romains, elle n'était pas transmise par la voie d’institutions formelles. Mais, peut-on parler d’une mentalité distincte apprise (des parents, de la famille, des amis etc.) et intériorisée par les negotiatores et les negotia habentes, ou s’agit-il simplement de réponses individuelles qui se ressemblent parce que ce sont des réponses à la même réalité matérielle, qui envisagent la même finalité par les mêmes moyens : l’enrichissement par le biais d'activités commerciales et financières ?

  • 98 Cic., Rab. Rost., 3 : Hoc ille natus, quamquam patrem suum numquam viderat, tamen et natura ipsa du (...)
  • 99 Cic., Sul., 58. Cf. supra.
  • 100 CIL. VI, 9659.

65Je n’ai pas une réponse définitive. Le cas de Rabirius Postumus, cependant, qui fut incité par ses domestici à prendre son père comme modèle, semble suggérer qu’au moins les parents jouaient un rôle important dans ce domaine98. De plus, le fait que Cicéron présente le studium negotii gerendi de Sittius99 comme justification pour l'endettement de celui-ci suggère qu’il existait un cadre normatif distinct de celui de l'aristocratie. Ce cadre était reconnu comme légitime par au moins une partie des juges chevaliers et sénateurs puisque Cicéron l’utilise pour leur persuader de la respectabilité de Sittius. En principe les normes en question étaient donc susceptible d’intériorisation par les futurs negotiatores. L'épitaphe de Licinius Nepos, où l’espoir de s'enrichir est avancé pour justifier la faillite qui l’a frappé, suggère clairement une même analyse100.

66Ce sont-là des indications que, outre la mentalité aristocratique, il existait une autre mentalité ‘commerciale’ dans une couche psychologique plus profonde, transmise non pas par éducation scolaire ou par préceptes moraux solennels, mais par imitation et conseils concrets. Cette mentalité est moins visible et idéologiquement peu élaborée mais elle est néanmoins réelle, car c’est cette mentalité “commerciale” qui fonde les décisions prises par les negotiatores et negotia habentes. C’est l'existence de cette mentalité qui justifie de parler d’un groupe distinct qui constituait l'élite commerciale et financière et dont les membres appartenaient tantôt à l'ordre équestre ou sénatorial ou aux élites municipales, tantôt aux marges de cette aristocratie propre.

  • 101 Cic. Flacc., 79-80. Cf. Nicolet 1966-1974, 781-783.
  • 102 Cic., Fam., 13.69. Cf. Deniaux 1993, 490-492.
  • 103 Cic., Fam., 12.21. Cf. Deniaux 1993, 447-448.
  • 104 L. Manlius Sosis : Cic., Fam., 13.30. Cf. Deniaux 1993, 523-525. T. Manlius : Cic., Fam., 13.22. Cf (...)
  • 105 E.g. Cic., Fam., 9.15.1-2. Le grammairien célèbre Ser. Claudius (Suétone. Gramm., 3 ; Aulu-Gelle 3. (...)

67Il serait faux d’en conclure que les negotiatores et les negotia habentes formaient une classe sociale distincte. L'idéologie dominante de l’aristocratie foncière demeurait toujours omniprésente comme modèle et l’investissement dans le commerce et la finance n’excluait nullement l’investissement en terres. Appuleius Decianus s'installa à Appollonis pour y negotiari, mais il y investit aussi en terres qu’il faisait enregistrer par les censores afin d’obtenir le titre d'eques Romanus101. Curtius Mithres, qui n’était qu’un affranchi de Rabirius Postumus, possédait un domaine à Colophon et il fut honoré à Naxos pour son évergétisme102. C. Anicius, un sénateur ayant des intérêts en Afrique se préoccupait tant de sa dignité sénatoriale qu’il demanda une escorte de lictores au gouverneur103. Le sénateur et financier Q. Considitis fut honoré par le sénat pour avoir fait preuve de liberalitas en accordant un délai de paiement à ses débiteurs (cf. supra). D’autres negotiatores et negotia habentes cultivaient les lettres et les beaux-arts. Ainsi par exemple L. Manlius Sosis, qui avait des intérêts commerciaux en Sicile et T. Manlius, qui était negotiator à Thespia en Grèce, étaient loués par Cicéron pour les studia litterarum auxquels ils se vouaient104. L. Papirius Paetus, qui était si soucieux et attentif à ses “petits profits” était à la fois un homme très cultivé, épicurien et grand connaisseur des auteurs classiques105.

68Ainsi, l’investissement d’une partie de leur fortune en terres, les actes d’évergétisme et la culture des lettres et des beaux-arts permettaient aux plus heureux des negotiatores de s’intégrer dans les cercles de l’élite politique et culturelle sans pour cela abandonner leurs investissements non-agricoles.

Bibliographie

Bibliographie

Andreau, J. (1978) : “Financiers de l'aristocratie à la fin de la République”, in : Frézouls 1978, 47-62.

— (1983) : “A propos de la vie financière à Pouzzoles ; Cluvius et Vestorius”, in : Les ‘Bourgeoisies’ municipales italiennes au xiie et ier siècles av. J.-C. (Actes Coll. Int., Naples, 1981), Naples.

— (1985) : “Modernité économique et statut des manieurs d'argent”, in : Andreau 1997, 3-46.

— (1989-1990) : “Les financiers et commerçants constituaient-ils, à Rome, des groupes de pression économiques ?”, SEJG, 9-22.

— (1992) : “Mobilité sociale et activités commerciales et financières”, in : Frézouls 1992, 21-32.

— (1997) : Patrimoines, échanges et prêts d'argent : l’économie romaine, Rome.

Andreau, J. et J. Maucourant (1999) : “A propos de la ‘rationalité économique’ dans l'antiquité gréco-romaine. Une interprétation des thèses de D. Rathbone [1991]”, Topoi, 47-102.

Aubert, J.-J. (1994) : Business Managers in Ancient Rome, Leyde-New York-Cologne.

Beigel. R. (1904) : Rechnungswesen der Römer, Wiesbaden.

Braudel, F. (1963) : De Middellandse Zee I-III, Amsterdam [1992].

— (1979) : Beschaving, économie en kapitalisme (15de - 18de eeuw) I-III, Amsterdam [1988-1990].

Carandini, A. (1983) : “Columella's Vineyard and the Rationality of the Roman Economy”, in : Opus, 177-204.

Carney, T. (1973) : The Economics of Antiquity, Lawrence, Kansas.

Cartledge, P. et F. D. Harvey, éd. (1985) : Crux. Essays Presented to G. E. M. de Ste. Croix on his 75th Birthday, Londres.

Cotton, H. M. (1986) : “The Role of Cicero's Letters of Recommendation : ‘Iustitia’ versus ‘Gratia’ ?”, Hermes, 443-460.

D'Arms, J. (1980) : “Senator's Involvement in Commerce in the Late Republic : some Ciceronian Evidence”, in : D'Arms & Kopff 1980, 77-89.

— (1980) : Romans on the Bay of Naples. A Social and Cultural Study of the Villas and their Owners from 150 B.C. to A.D. 400, Cambridge (Mass.)

— (1981) : Commerce and Social Standing in Ancient Rome, Harvard.

D'Arms, J. et E. Kopff, éd. (1980) : The Seaborne Commerce of Ancient Rome, Rome.

Demmel, M. (1962) : Cicero und Paetus (ad Fam. IX 15-16), Cologne.

Deniaux, E. (1993) : Clientèles et pouvoir à l'époque de Cicéron, Rome.

Deroux, C., éd. (1997) : Studies in Latin Literature and Roman History VIII, Bruxelles.

Dessau, H. (1911) : “C. Rabirius Postumus”, Hermes, 613-620.

Desy, Ph. (1987) : “Les amphores de M. Tuccius Galeon et la correspondance de Cicéron”, Latomus, 1991-1995.

Di Porto, A. (1984) : Impresa collettiva e schiavo ‘manager’ in Roma Antica (II sec. a. C. - II sec. d. C.), Milan.

Engels, D. (1990) : Roman Corinth. An Alternative Model for the Classical City, Chicago-Londres.

Finley, M. I. (1973) : L'économie antique, Paris [1975].

Frézouls, E., éd. (1978) : Le dernier siècle de la République Romaine et l'époque Augustéenne, Strasbourg.

— éd. (1992) : La mobilité sociale dans le monde romain, Strasbourg.

Gallant, Th. W. (1991) : Risk and Survival in Ancient Greece, Cambridge.

Garnsey, P., K. Hopkins et Ch. R. Whittaker, éds. (1983) : Trade in the Ancient Economy, Londres.

Gutsfeld, A. (1992) : “Zur Wirtschaftsmentalität nichtsenatorischer provinzialer Oberschichten : Aemilia Pudentilla und ihre Verwandte”, Klio, 250-262.

Hatzfeld, J. (1919) : Les trafiquants italiens dans l'Orient hellénistique, Paris.

Hopkins, K. (1965) : “Elite Mobility in the Roman Empire”, P&P, 12-26.

(1983) : Death and Renewal, Cambridge.

Jongman, W. (1988) : The Economy and Society of Pompeii, Amsterdam.

Kehoe, D. (1992) : Management and Investment on Estates in Roman Egypt during the Early Empire, Bonn.

Kirschenbaum, A. (1987) : Sons, Slaves and Freedmen in Roman Commerce, Jerusalem.

Landes, D. (1998) : The Wealth and Poverty of Nations : Why are Some so Rich and Other so Poor ?, New York.

Littleton. A. C. et B. S. Yamey (1956) : Studies in the History of Accounting, Irwing.

Macqueron. J. (1957) : “La caution comme moyen de pression”, Ann. Fac. Droit Aix, 101-132.

Macve, R. H. (1985) : “Some Glosses on 'Greek and Roman Accounting'”, in : Cartledge & Harvey 1985, 233-264.

Migeotte, L. (1984) : L'emprunt public dans les cités grecques. Receuil des documents et analyse critique, Québec-Paris.

Millet, P. (1991) : Lending and Borrowing in Ancient Athens, Cambridge.

Neeve. P. W. de (1985) : “The Price of Agricultural Land in Roman Italy and the Problems of Economic Rationalism”, Opus, 77-109.

Nicolet, C. (1966-1974) : L’ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.), I II, Paris.

Palmer, R. E. A. (1980) : “The Vici Luccei in the Forum Boarium and some Lucceii in Rome”, Bolletino della Commissione Archeologica, 135-161.

Pavis d’Escurac, H. (1977) : “Aristocratie sénatoriale et profits commerciaux”, Ktèma, 339-355.

Perlwitz, O. (1992) : Titus Pomponius Atticus. Untersuchungen zur Person eines einflussreichen Ritters in der ausgehenden römischen Republik, Stuttgart.

Pollard, S. (1992) : “Reflections on Entrepreneurship and Culture in European Societies”, Transactions of the Royal Historical Society, 153-174.

Rathbone, D. W. (1991) : Economic Rationalism and Rural Society in 3rd century A.D. Egypt, Cambridge.

Rauh, N. (1986) : “Cicero’s Business Friendships : Economics and Politics in the Late Roman Republic”, Aevum, 3-30.

Roman. Y. (1994) : “L'idéologie des nobles à Rome et ses conséquences économiques et sociales à l'époque républicaine”, Ktèma, 111-118.

Sainte Croix, G. E. M. de (1956) : “Greek and Roman Accounting”, in : Littleton & Yamey 1956, 14-74.

Schleich. T. (1983-1984) : “Senatorische Wirtschaftsmentalität in moderner und antiker Deutung. Ueberlegungen zum Problem senatorischer Handelsaktivitäten”, MBAHG, 65-90, 37-76.

Shatzman, I. (1975) : Senatorial Wealth and Roman politics, Brussels.

Siani Davies, M. (1996) : “C. Rabirius Postumus. A Roman Financier and Caesar's Political Ally”, Arctos, 207-240.

— (1997) : “Ptolemy XII Auletes and the Romans”, Historia, 306-340.

Tocqueville, A. de (1856) : “L'Ancien régime et la révolution”, in : Tocqueville 1986, 895-1 160.

(1986) : De la démocratie en Amérique. Souvenirs. L'Ancien Régime et la Révolution, Paris.

Verboven, K. (1993a) : “Le système financier à la fin de la République Romaine”, AncSoc, 69-98.

— (1993b) : “Lu Sententia Servilii et l’endettement des cité libres (60 av. J.-C.)”, Euphrosyne, 285-300.

— (1997) : “Damasippus, the Story of a Businessman ?”, in : Deroux 1997, 195-217.

(2002) : The Economy of Friends. Economic aspects of Amicitia in the Late Roman Republic, Coll. Latomus 269, Brussels.

Veyne, P. (1961) : “Vie de Trimalcion”, Annales ESC, 213-247.

— (1976) : Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris.

— (1979) : “Mythe et réalité de l'autarcie à Rome”, REA, 261-280.

Walluce-Hadrill, A. et J. Rich, éd. (1991) : City and Country in the Ancient World, Londres-New York, 242-262.

Wallace-Hadrill, A. (1991) : “City and Trade in the Roman Town”, in : Wallace-Hadrill & Rich 1991. Whittaker, Ch. R. (1983) : “Late Roman Trade and Traders”, in : Garnsey ét al. 1983, 163-180.

— (1985) : “Trade and Aristocracy in the Roman Empire”, Opus, 49-75.

Wiseman, T. P. (1971) : New Men in the Roman Senate (139 B. C. - A.D. 14), Oxford.

Notes

1 Voir par exemple Landes 1998 ; Pollard 1992.

2 Finley 1973, 75 (italiques de Finley).

3 D'Arms 1981. 1-19. Voir encore par exemple Tocqueville 1856,927-928.

4 Veyne 1976, 118-128 (p. 123 et p. 127 pour les citations). Voir aussi Veyne 1961. Veyne 1979.

5 Voir e.g. D'Arms 1980 ; D'Arms 1981 ; Andreau 1978 ; Andreau 1983 ; Rauh 1986 ; Verboven 1993a ; Gutsfeld 1992 ; Schleich 1983-1984 ; Desy 1987 ; Pavis D’Escurac 1977 ; Wallace-Hadrill 1991. Contra voir Whittaker 1985. Pour les mécanismes voir Di Porto 1984 ; Aubert 1994 ; Kirschenbaum 1987 ; Verboven 2002.

6 Comparez avec la situation de l'Empire tardif : Whittaker 1983.

7 Cf. Roman 1994.

8 Voir peut-être Braudel 1979. II 546.

9 Voir par exemple Hopkins 1965, 111 : “Such bourgeois as there were, were too imbued with the sense of aristocratic superiority and wanted to be rewarded by being made aristocrats”.

10 Jongman 1988, 259-260.

11 Braudel 1963. II 367-374.

12 Bien que, selon Weber, elle ait su profiter d’affinités intimes avec le protestantisme,

13 Voir surtout Deniaux 1993, passim ; Cotton 1986.

14 Voir Verboven 1997.

15 Voir Veyne 1961.

16 Andreau 1985, 10-14.

17 Cf. infra.

18 Pour la différence voir aussi Cic., Imp. 18.

19 Cic., 2 Verr., 2.68-81. Nicolet 1966-1974. 953-954.

20 Hatzfeld 1919. 196.

21 Voir aussi D’Arms 1980, 84 : “We should ask ourselves what were the directions to which they were devoting their effort in stead and may suspect that the answer may often, if not invariably or exclusively, be : acquisitive activities involving trade, commerce, finance and manufacture.”

22 Cic., Rab. Post., 3 ; fortissimus et maximus publicanus (ibid.).

23 Sur ce personnage extraordinaire voir Dessau 1911 ; Siani-Davies 1996 et Siani-Davies 1997.

24 Nep., Att., 2.3 ; 14.2. Voir aussi supra.

25 Nicolet 1966-1974, 809-810 ; Andreau 1978. 55. Pour l'argent de Lucullus voir Cic., Att. 1.1.3-4.

26 Nicolet 1966-1974, 848-849 ; Shatzman 1975, 328 ; Deniaux 1993, 482-484 ; Wiseman 1971,225-226.

27 Nicolet 1966-1974, 850 ; Deniaux 1993, 482-483.

28 Deniaux 1993, 439-441 ; Nicolet 1966-1974, 762 ; Wiseman 1971, 202, 209 ; Rauh 1986, 16-17 ; Shatzman 1975, 288. Contrairement à ce qui est souvent prétendu, la lettre Cic., Fam., 13.62 ne fournit aucune indication que Lamia aurait eu des intérêts aussi en Pont-Bithynie.

29 L'identification de Deniaux se fonde sur l’association avec Pompée qui est évoqué dans les lettres de recommandation que Cicéron écrit pour L. Lucceius, mais rien n'exclut que L. Lucceius M. f. fût aussi un protégé de Pompée. Shatzman 1975, 382 ; Deniaux 1993, 516-519 ; D'Arms 1970, 187-188 ; Palmer 1980.

30 Nicolet 1966-1974, 952 ; Shatzman 1975, 385 ; Nicolet 1966-1974, 950-951 ; Deniaux 1993, 526-528.

31 Tac., Ann., 6.17.

32 Suét., Aug., 40.1. Voir aussi Dion Cassius 54.30.2.

33 Cic., De officis. 1.151. Pétrone, Sat., 76.9 : postquam coepi plus habere quam tota patria mea habet, manum de tabula : sustuli me de negotiatione et coepi <per> libertos faenerare.

34 Asconius, Cic. Scaur., p. 20 (éd. Clark) ; Vir. Ill. 82.1-2 ; Valère Maxime 4.4.11 ; Andreau 1992, 27.

35 Tac., Ann., 4.13.

36 Cic., Verr., 1.91 : Nam Malleolus in provinciam sic copiose profectus erat ut domi prorsus nihil relinqueret ; praeterea pecunias occuperat apud populos et syngraphas fecerat, argenti optimi caelati grande pondus secum tulerat, nam ille quoque sodalis istius erat in hoc morbo et cupiditate ; grande pondus argenti, familiam magnam, multos artifices, mullos formosos homines reliquit. Iste quod argenti placuit invasit ; quae mancipia voluit abduxit : vina ceteraque quae in Asia facillime comparantur, quae ille reliquerat, asportavit ; reliqua vendidit, pecuniam exegit.

37 Suét., Vesp., 4.3.

38 Hopkins 1983.

39 Voir Verboven 2002. 587-329.

40 Voir Verboven 1993a, 88-89.

41 Horace, Od., 1.1.11-18 ; 3.24.35-45, 29.58-64.

42 Horace, Od., 4.12.

43 Horace. Epist., 1.1.53-55. Voir aussi par exemple Diodore de Sicile 5.26.3.

44 Arist., Pol., 1.3.2-3 [1253b8-18].

45 Arist., Eth. Nic., 4.1.20-21 (1120bl 1-20).

46 Plut., Sul., 1. Voir aussi Aulu-Gelle 15.4.3 ; Andreau 1992.

47 CIL. VI, 9659.

48 Cic., Rab. Post., 39.

49 Cic., Rab. Post., 3.

50 Horace, Od., 1.1.11-18 ; 31.9-14 ; Cic., Rose. Am., 75 : ex avaritia erumpat audacia.

51 Pétrone. Sat., 76.

52 Hésiode, Op., 618-694. Voir par exemple Horace, Sat., 1.4.29-32 ; Od., 1.1.11-18.

53 Caton, Agr., pr. 3 : Est interdum praestare mercaturis rem quaerere, nisi tam periculosum sit, et item f[o]enerari, si tam honestum sit.... mercatorem autem strenuum studiosumque rei quaerendae existimo, uerum. ut supra dixi, periculosum et calamitosum.

54 Cic., Fam., 16.9.4 : solent nautae festinare quaestus sui causa. Voir aussi Cic., Flacc., 91.

55 Cic., Verr., 5.157.

56 César, B.G., 3.1.

57 Sénèque, Ep., 119.1.

58 Horace, Sat., 2.3.18.

59 Cic., Rab. Post., 5 ; 25 ; 45. Voir aussi supra.

60 Cic.. Sul., 56-59. Cf. Nicolet 1966-1974, 308, 361.

61 Suét., Aug., 39.

62 Pour l’antiquité voir Neeve 1985, 92-93 ; Rathbone 1991 ; Andreau et Maucourant 1999 (contre Rathbone) ; Gallant 1991 ; Carandini 1983 ; Kehoe 1992.

63 Verboven 1993a, 71.

64 Pour la vue minimaliste voir Sainte Croix 1956 ; Finley 1973, 45-146, 153-157. 190-191 ; Carney 1973, 30 ; Bürge 1986 ; Millet 1991.95-96. Comparez le modernisme de Beigel 1904.

65 Thilo 1980.

66 Rathbone 1991. Mais voir contra Andreau et Maucourant 1999, 67-74 et comparez en général Kehoe 1992.

67 Cf. Macve 1985.

68 Braudel 1979 II, 525, 543.

69 Pollard 1972, 125.

70 Engels 1990, 26-27. Cela n'est guère surprenant, étant donné les incertitudes inhérentes à l'agriculture pré-industrielle. Voir Neeve 1985.

71 Voir aussi dans ce sens Andreau et Maucourant 1999, 72-73.

72 Sénèque, Ben., 4.12.3 : quoto anno empturus sit disputat.

73 Cic., Att., 9.9.4 : Sciebam enim te quoto anno et quantum in solo solere quaerere.

74 Cic., Fam., 9.16.7. Voir Demmel 1962 : Nicolet 1966-1974, 972 ; Deniaux 1993, 422-423.

75 Cic., Fam., 5.20.

76 Népos, Att., 15.1-3 : Quo fiebat ut omnia Ciceronum, M. Catonis. Q. Hortensii. A. Torquati, multorum praeterea equitum Romanorum negotia procuraret.

77 Cic., Att.. 13.52.1.

78 Voir aussi Cic., Verr., 1.60 pour la coutume de tenir des comptes.

79 Voir aussi Cic., TH.. 14.14.1 et 15.4.3.

80 Cic., Rab. Post., 23.

81 Tacite, Ann., 4.13 : illic adultus inter extorris et liberalium artium nescios, mox per Africam ac Siciliam mutando sordidas merces sustentabatur. Notons que quelques années plus tard, Gracchus se transforme en delator (Tacite. Ann., 6.38.4), il a donc eu au moins une éducation rhétorique.

82 Népos, Att., 14.3.

83 Sénèque, Ep., 101.3.

84 AE, 1991. 122a. (Rome) : M(arcus) Valerius Celer/bublarius (= bubularius)/qui plura maluit emereri/quam consumere hic/fide et amicitia sanctissimus/sibi et suis fec(it).

85 Apulée, Met., 4.9 : metu officiorum ac munerum publicorum magnis artibus magnam dissimulabat opulentiam. Comparez aussi ce que nous disions de l’avaritia comme trait de caractère des negotiatores.

86 Cic., De officis, 2.64 ; Att., 13.23.3. Cf. Cic., Att., 7.18.4 ; 16.2.2 ; Népos, Att., 6.3 ; Columelle 1.7.2 ; Pline, Ep., 8.2. Voir Verboven 1993a. 92-93. C’était surtout un devoir envers les cautions, cf. Macqueron 1957, 102-105.

87 Népos, Att., 2.4-5. Voir aussi ses actions contre Sicyone quand la ville ne pouvait pas lui rembourser ses dettes : Migeotte 1984, 79-80 ; Verboven 1993b.

88 Cic., Att., 7.18.4 ; 10.15.4 ; 11.2.

89 Plut., Crass., 3.1.

90 Cic., Flacc., 46-48.

91 Perse, Sat., 5.132-150.

92 Horace, Epist., 1.1.45-48.

93 Caton, Agr., 3.

94 Cic., Flacc., 72.

95 Sénèque, Ep., 101.3.

96 Cic., Imp., 18. Voir aussi Imp., 34 où Cicéron admire la rapidité avec laquelle Pompée avait conquis les pirates : Quis enim umquam aut obeundi negoti aut consequendi quaestus studio tam brevi tempore tot loca adire, tantos cursus conficere potuit.

97 Aulu-Gelle 15.4.3.

98 Cic., Rab. Rost., 3 : Hoc ille natus, quamquam patrem suum numquam viderat, tamen et natura ipsa duce, quae plurimum valet, et adsiduis domesticorum sermonibus in paternae disciplinae similitudinem deductus est.

99 Cic., Sul., 58. Cf. supra.

100 CIL. VI, 9659.

101 Cic. Flacc., 79-80. Cf. Nicolet 1966-1974, 781-783.

102 Cic., Fam., 13.69. Cf. Deniaux 1993, 490-492.

103 Cic., Fam., 12.21. Cf. Deniaux 1993, 447-448.

104 L. Manlius Sosis : Cic., Fam., 13.30. Cf. Deniaux 1993, 523-525. T. Manlius : Cic., Fam., 13.22. Cf. Deniaux 1993, 522-523.

105 E.g. Cic., Fam., 9.15.1-2. Le grammairien célèbre Ser. Claudius (Suétone. Gramm., 3 ; Aulu-Gelle 3.3.1) était son frère (Cic., Att., 2.1.12 ; Fam., 9.16.4). Voir aussi supra.

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search