Version classiqueVersion mobile

Mentalités et choix économiques des Romains

 | 
Jean Andreau
, 
Jérôme France
, 
Sylvie Pittia

Deuxième partie. Études de comportements économiques

Les monuments funéraires et le “capitalisme” des élites Trévires1

Jérôme France

Texte intégral

  • 1 Cet article doit beaucoup aux rencontres organisées avec les membres du programme “La prise de déci (...)
  • 2 Cf. Andreau 1995. 956-958 ; 1996, 289-293 et 1997, 194-198 ; Los 2000, 243-248, établit un bilan hi (...)
  • 3 On peut se référer ici à Weber 1923 = 1991, 334-356 et 369-386 ; Finley 1975 (voir par exemple page (...)
  • 4 Cf. Veyne 1961, à propos des riches affranchis ; voir aussi les excellentes remarques de K. Verbove (...)

1La question de la mentalité et des intérêts économiques des élites sociales tient toujours, et ajuste titre, une place déterminante dans les études sur l’économie et les sociétés antiques2. En s’inspirant de Max Weber, beaucoup d'historiens ont notamment souligné la prégnance de l’idéologie antichrémastitique chez les Anciens, car elle distinguerait fondamentalement les capitalismes antique et moderne3. Dans le cas de l’Empire romain, cette idée suppose que les membres des élites, sénateurs, chevaliers et aussi notables municipaux, possédaient une fortune essentiellement foncière et investissaient leur argent dans les activités agricoles, ou les prêts non productifs. Les activités de fabrication et le négoce étaient laissés à des individus de statuts divers, qui demeuraient de toute manière en dehors des élites. Surtout, les valeurs et l’idéologie de ces élites s'imposaient à l’ensemble de la société, y compris donc aux négociants. Ces derniers possédaient bien une mentalité spécifique, mais, contrairement au “code de référence” élaboré et perpétué par la mentalité aristocratique, elle ne pouvait prétendre au statut d’idéologie, encore moins d’idéologie dominante4.

  • 5 Braudel 1985, 52-67.

2Malgré cette opinio communis, dont je ne remets pas en cause le bien fondé général, j’ai employé ici le mot “capitalisme”, qui suppose au minimum l’existence au sommet de la société d'un système fondé sur l’enrichissement. J'avoue qu’il y a là une part de défi, car c’est un mot qui sent le soufre, et on sait à quel point il est ambigu et délicat à manier pour des systèmes pré-industriels, et a fortiori pour l'Antiquité. On peut toutefois se prévaloir de l'autorité de Fernand Braudel qui estimait, dans un entretien avec des antiquisants, que le capitalisme pouvait être défini comme “ce qui existe à l’étage supérieur d'une vie économique et d’une vie sociale”, quelles que soient cette économie et cette société, et pourvu “qu'il y ait un étage”. Il précisait aussi qu’il y avait deux sortes de capitalistes, des “neutres”, c’est-à-dire “l’éponge imbibée d'argent”, et des “actifs”, qui utilisent cet argent pour leurs affaires. A l’époque moderne, il s’agit de cette catégorie de grands négociants et manieurs d’affaires, qui apparaissent en fait dès le Moyen Age, en liaison avec le commerce lointain, et qui sont des proches du prince et des “exploiteurs de l’État”5.

  • 6 Braudel 1986, 11.
  • 7 Braudel 1985,52.
  • 8 Sur cette précision, voir Andreau 1997, 195, n. 5.

3Pour l'Antiquité, cette distinction n'est sans doute pas complètement transposable, mais elle est utile. Comme le dit encore Braudel, le mot capitalisme sert à raisonner6, mais il ajoute ailleurs que cette réflexion, au service de l’explication historique, doit être encadrée “entre les deux mots qui le sous-tendent et lui donnent son sens : capital et capitaliste7. Dans cette perspective, la question que je me pose est de savoir si l’on peut déceler l'existence, à l’époque romaine, de groupes sociaux dont l’assise (le capital) et les activités économiques principales (c'est-à-dire non occasionnelles ou complémentaires8) reposaient sur la fabrication et/ou le (grand) négoce et qui auraient occupé, en tant que telles, et sans renoncer à se prévaloir de leur métier, un rang social et éventuellement politique équivalent à celui des élites foncières traditionnelles. Si un tel groupe, nommons-le par commodité les négociants, se situait, à côté d’autres groupes, à l’étage supérieur de la société dans laquelle il se trouvait, on pourrait en effet évoquer non pas un “capitalisme” à proprement parler, mais au moins une tendance capitaliste, dont les limites devraient d’ailleurs être précisées. On pourrait aussi supposer que ce groupe aurait développé une forme d’indépendance vis-à-vis de l’aristocratie foncière. L'enjeu est ici important car ce n'est pas tant l’engagement des élites traditionnelles dans les activités non-agricoles qui doit être considéré comme un signe de modernité, que précisément l’indépendance économique et sociale, mais aussi politique et culturelle, des négociants.

  • 9 Sur le monument d’Igel, Drexel 1920 ; la publication de référence est celle de Dragendorff & Krüger (...)
  • 10 Sur les monuments funéraires trévires, voir plus particulièrement Drexel 1920 ; Koethe 1937, pour u (...)

4Ces questions ne sont sans doute pas très originales, mais elles n'en demeurent pas moins essentielles pour l’histoire économique et sociale de l’Antiquité. Malheureusement, leur intérêt est fondamentalement limité par la rareté et l’incertitude des sources qui permettraient de les étudier. Si j'y reviens aujourd’hui, c’est précisément parce qu’il m’a semblé qu’un type particulier de documents pouvait apporter à cette étude d’utiles éléments de réflexion. Je veux parler des monuments funéraires trévires, qui constituent un ensemble archéologique de premier ordre, et dont le contenu n’a pas jusqu’ici été abordé sous cet angle. Bien sûr, il faut mentionner d'abord le monument d’Igel, situé à environ 7 km de Trêves, et érigé vers 215 p.C. par la famille des Secundinii9. Ce pilier est le seul de ce genre encore en place dans cette région, et avec un décor quasiment complet. Mais il n’était pas pour autant une pièce unique. Il appartenait en fait à une série de grands monuments élevés en particulier à Trêves ou dans ses environs, entre le début du iie siècle et le premier quart du iiie siècle, par les membres des élites locales10. Certains de ces monuments ont pu être reconstitués, avec leurs reliefs qui représentent des scènes de la vie domestique, mais aussi professionnelle, de ces élites. C’est à partir de cet ensemble, numériquement restreint mais néanmoins significatif, que cette enquête a été menée.

Présentation du corpus documentaire

  • 11 L’essentiel de la bibliographie tourne autour de quelques ouvrages. Jahn 1861 ; Renard 1949 ; Reddé (...)
  • 12 Reddé 1978. voir la carte p. 48.
  • 13 Reddé 1978, 62-63.

5La représentation de scènes de métier est une particularité bien connue de l’art funéraire dans les Gaules et plus particulièrement en Gaule Belgique11 Cela concerne toutes les catégories de monuments, depuis de simples stèles d'artisans jusqu’à de grands mausolées comme Igel, et aussi un large éventail d’activités professionnelles. M. Reddé a jadis procédé à un recensement et à une cartographie de ce type de représentation, montrant qu’il s’agissait d’un phénomène essentiellement gaulois et italien, plus particulièrement concentré sur Rome et le nord-est de la Gaule, et surtout ici dans la cité des Trévires12. Il serait évidemment intéressant d’expliquer les raisons de ce phénomène et de sa répartition dans l’espace, mais c’est une tâche ardue. Aucune tentative en ce sens n’emporte l’adhésion, et le bilan réalisé par M. Reddé débouche ici sur un constat d’échec13. Peut-être faudrait-il procéder autrement, en partant non pas du phénomène lui-même, mais des situations économiques, sociales et culturelles des régions en cause, afin de voir si elles ne présentent pas de ce point de vue des caractéristiques particulières qui pourraient expliquer le recours massif à ce type de représentation sur les monuments funéraires.

  • 14 Rostovtzeff 1926 = 1988, 132-133 et 171-173 ; Wightman 1970, 183-207 et 1985, 151-157 ; Heinen 1976 (...)
  • 15 Reddé 1978, 50. Je dirai cependant plus loin pourquoi, à mon avis, on ne peut comparer les Secundin (...)
  • 16 Drexel 1920.
  • 17 Id., ibid. : je ne reprends pas à mon compte le terme de “bourgeoisie”, mais la remarque est pertin (...)

6Or, ce qui retient précisément l’attention dans le cas trévire, c’est d’abord le haut niveau de développement que cette région connaît sous le Haut-Empire14, et corrélativement la richesse et l’apparente diversité de ses élites, dont témoignent les très grands monuments funéraires dont il est question ici. Parmi ceux-ci, certains appartenaient vraisemblablement à des personnages et à des familles d’un rang économique et social élevé, dont la fortune apparaît liée au négoce. Ce sont eux que M. Reddé qualifie de “Trimalcion gaulois”15 et à propos desquels F. Drexel parlait d’un “art bourgeois”, et d’une “culture de parvenus”16. En effet, à Rome et Ostie, comme en Italie et dans le reste des Gaules, ces représentations de métiers sont le fait d’artisans ou de commerçants aisés sans doute, mais relativement modestes, et dont les revenus et ce qu’on pourrait appeler la “surface” sociale, n’étaient certainement pas comparables à ceux de nos riches Trévires. Contrairement à la “haute bourgeoisie commerçante (italienne), dont les goûts étaient sans doute plus proches de ceux de l'aristocratie”17, ces derniers n'hésitaient donc pas à représenter sur leurs monuments funéraires les activités professionnelles qui avaient fait leur richesse.

  • 18 Sur les monuments de Neumagen, Hettner 1881, 1893 et 1903 ; Grenier 1904 ; Krüger 1908 ; Massow 193 (...)

7Sur ces bases, la définition du champ de l'étude ne pose pas de problème. Dans la mesure où l'intérêt porte sur les élites, seuls les grands monuments ont été retenus. D'autre part, il était nécessaire de pouvoir avoir une idée de l'ensemble du monument et du programme figuratif traité par les reliefs. Par conséquent, les fragments isolés n’ont pas été pris en considération. En dehors du monument d’Igel, on dispose donc essentiellement de la collection des monuments de Neumagen, dont il convient maintenant de dire un mot18.

  • 19 Cf. Ausone, Mas., 10 : divi castra inclita Constantini.
  • 20 Hettner fut remplacé à la direction du musée par H. Graeven, qui mourut sans avoir pu se consacrer (...)
  • 21 Ces reconstitutions sont toujours exposées au Landesmuseum de Trêves.

8Neumagen (Noviomagus) occupe l’emplacement d’un castrum créé par Constantin sur la rive droite de la Moselle, entre Trêves et Bingen19. En 1877, on découvrit dans les fondations des remparts du castrum. toute une série de blocs sculptés qui furent achetés par F. Hettner, le premier directeur du Musée Provincial de Trêves (ancêtre de l'actuel Landesmuseum), lequel venait juste d’être fondé. D’autres acquisitions vinrent encore enrichir les collections du nouveau musée en 1878. En 1884 et 1885, des fouilles furent entreprises qui permirent de mettre au jour environ cent cinquante blocs. Hettner procéda à une première publication de ces vestiges dans le catalogue du Musée, mais sans pouvoir en réaliser une étude exhaustive. Après la mort d’Hettner, cette tâche fut reprise par E. Krüger. lui aussi directeur du musée20, mais c’est à W. von Massow qu’il revint de la mener à bien. Ce dernier effectua un patient travail de mesure et de description de tous les blocs, il les replaça les uns par rapport aux autres, à la place exacte où ils avaient été retrouvés et put ainsi reconstituer un certain nombre de monuments21. Ce nombre est relativement réduit, comme on va le voir d’après la liste produite ci-dessous, mais tout laisse penser que les monuments démontés pour être utilisés dans les fondations du castrum ne furent pas en réalité très nombreux.

  • 22 Voir par exemple Cüppers & Neyses 1971 ; Thill 1971 et 1972 ; Février 1981 : Béal 1999,102. n. 45.
  • 23 Je remercie Lothar Schwinden de m’avoir communiqué ces informations ; sur la question de l’origine (...)

9D’où venaient ces monuments ? C’est évidemment une question déterminante dans la mesure où il n’y avait rien sur le site de Neumagen qui puisse justifier la présence de tels tombeaux. Pour les premiers éditeurs, il paraissait acquis qu’ils devaient provenir des environs immédiats de Neumagen, et qu’il s'agissait par conséquent des monuments érigés sur leurs domaines par de riches propriétaires. Cela n’est pas impossible, et l’on connaît effectivement plusieurs exemples de tombeaux érigés à proximité de villae22. Cependant, les archéologues estiment plutôt à présent que les blocs de Neumagen auraient été amenés de Trêves, et sans doute de la nécropole située au sud de la ville antique, sur le site de Saint Matthias, qui se trouvait à proximité immédiate de la Moselle23. Ils auraient par conséquent été transportés par bateau jusqu’à Neumagen. La parenté de ces vestiges avec ceux découverts sur le site de la nécropole va également dans le sens de cette hypothèse, et ces tombeaux auraient donc appartenu à de riches membres des élites de la cité.

  • 24 Freigang 1997, 285, considère avec raison que les études archéologiques ont utilisé une terminologi (...)
  • 25 Grenier 1904.
  • 26 Numrich 1997, 133.

10Les archéologues allemands, Hettner, Krtiger, Massow, ont abondamment décrit et détaillé la typologie de ces monuments. Même si les choses apparaissent souvent de manière plus complexe24, on peut considérer qu'il y a trois grands types, dont la définition correspond à une évolution chronologique : d’abord les “autels”, ensuite les “stèles” (ou “édicules”) avec niche, et enfin les “piliers” (voir fig. 1). Les plus anciens de ces monuments étaient en calcaire messin, pierre compacte et d'un assez beau poli, qui cède progressivement la place à un grès local, rose ou jaune, beaucoup plus friable. D'après ce que nous savons, tous ces monuments étaient peints25. Récemment, B. Numrich est revenu sur la question de la typologie, en approfondissant l'analyse de la structure des monuments. Sur cette base, il a proposé une révision de leur chronologie d'ensemble, qui s’étale du début du iie siècle à la fin du second quart du iiie s.26. Cette chronologie semble maintenant s’imposer et c’est celle que j’ai retenue ici.

11Voici la liste des monuments considérés pour l'étude. Pour chacun d'entre eux, on indique la datation selon Numrich, les références au recueil d’Espérandieu (abrégé E.), et au livre de Massow, le type du monument, le matériau, la présence éventuelle d’une inscription. Enfin, on s'est efforcé de définir brièvement la nature du répertoire décoratif et les sujets éventuels représentés sur les reliefs.

    • 27 ID(iis)] M(anibus) [P(ublii)] Capitoni(i) / [P]ubli(i) fili(i) / [Ca]tuli, negoti(atoris) / h(eres) (...)

    – Tombeau du negotiator [P] Capitonius [Cajtulus (CIL, XIII, 4155 ; E. 6, 5211 ; Massow 2) ; 140-155 p.C. ? “Autel” ; calcaire commun ; inscription conservée27 ; répertoire décoratif classique ; pas de relief narratif (fig. 3-4).

    • 28 C(aius) Albinius Asper, / Secundiae Restitutae / coniugi, [et sibi], / vivos [fecit].

    – Tombeau de C. Albinius Asper (CIL, XIII, 4158 ; E. 6, 5150 ; Massow 4) ; 140-145 p.C. “Stèle à niche” ; calcaire commun ; inscription conservée28 ; répertoire décoratif classique ; pas de relief narratif (fig. 5).

    • 29 [D(iis)] M(anibus)/[—]no, negotia[tori—]/——

    – Tombeau d'un negotiator (Negotiatorpfeiler) (CIL, XIII, 4157 ; E. 6, 5148 ; Massow 179) 170-175 p.C. “Pilier” ; calcaire commun ; fragment d’inscription conservé29 ; reliefs de métier (amphores paillées, transport terrestre et fluvial ; maniement d’argent), reliefs domestiques (femme assise avec serviteurs) ; sujets mythologiques (Mercure, Satyre, Pan).

  1. – Tombeau d'un négociant de tissu (E. 6, 5166 ; Massow 183) ; avant 210 p.C. ? “Pilier” ; grès ; relief de métier (examen de tissu).

  2. – Tombeau de parents avec enfant (Elternpaarpfeiler) (E. 6, 5142, 5146 ; Massow 184) ; avant 200 p.C. ? “Pilier” ; grès ; reliefs domestiques (chasse, fermages ?, femme à sa toilette) ; repas funéraire (fig. 6-7-8).

    • 30 L'inscription est très incomplète, cependant il ne semble pas que l’on puisse restituer à un endroi (...)

    – Tombeau d'Avitus (Avituspfeiler) (CIL, XIII, 4172 ; E. 6, 5145 ; Massow 185) ; 220-225 p.C. “Pilier” ; grès rouge ; inscription conservée30 ; reliefs domestiques (cavalier, femme à sa toilette) (fig. 9-10).

  3. – Monument d’Igel (C/L, XIII, 4206 ; E. 6, 5268) ; vers 212. “Pilier” ; grès rouge ; inscription conservée ; reliefs de métier, domestiques et mythologiques (fig. 2a et 2b).

“Cycle des latifundia ” et “cycle des negotia

  • 31 Grabar 1962.
  • 32 Veyne 1981.

12En étudiant certains de ces monuments, les plus tardifs en fait, et la thématique d'ensemble de leurs reliefs, on est frappé par la coexistence de deux répertoires différents. Ils en inspirent les programmes figuratifs, mais sans se recouper, c’est-à-dire que ces monuments, qui sont par ailleurs du même type sur le plan architectural, relèvent majoritairement soit de l’un soit de l’autre. Le premier se rattache clairement à ce qu’André Grabar appelait le “cycle des latifundia31. Il illustre la vie de loisir et les activités du maître du domaine, et de son épouse. C’est un thème très ancien et presque universel32, dont on retrouve des représentations en Espagne (les mosaïques du mausolée de Centcelles. près de Tarragone), comme en Afrique (la célèbre mosaïque de Julius à Carthage), et ailleurs. Le second relève de ce que j’appelle un “cycle des negotia “, qui représente pour sa part les activités professionnelles du propriétaire du tombeau, celles qui l’ont occupé durant sa vie et qui ont fait sa richesse. On voit bien qu’ici 1'otium du seigneur foncier s’oppose figurativement au negotium du magnat de l’artisanat et du commerce.

13Examinons rapidement les monuments les plus anciens (A et B), qui ne possèdent pas de reliefs narratifs, c'est-à-dire représentant des scènes composées et réalistes de la vie domestique ou professionnelle. L’autel A se caractérise par un répertoire décoratif tout à fait classique. Le dé est orné d’une frise à la grecque, incluant des rosaces. Les pilastres sont garnis de plantes stylisées, et la face latérale droite porte une guirlande à lemnisques flottants, sur laquelle sont posés une corbeille remplie de fruits et deux rapaces. La stèle B est d’un style plus proche de celui des piliers de la période suivante. La face principale comporte une double niche avec les figures des défunts surmontant un cartouche épigraphique soutenu par des amours. Les pilastres d’angle sont décorés de feuilles d’acanthe superposées, tandis que des ménades occupent les faces latérales, au-dessus de guirlandes portant des oiseaux.

  • 33 Pour l'étude architecturale et stylistique de ces monuments, voir en dernier lieu Numrich 1997, 114 (...)
  • 34 Je m’inspire pour la dénomination des différentes parties des monuments des termes utilisés par Num (...)
  • 35 Sur les vêtements des personnages, Freigang 1997, 299-309.
  • 36 E. 6, 5146.

14Il semble que les reliefs narratifs commencent à apparaître sur les monuments plus tardifs, à partir du dernier tiers du iie siècle. Dans la liste de monuments dressée ci-dessus, il y en deux qui sont très proches et illustrent parfaitement l’adaptation trévire du “cycle des latifundia Ce sont le E (Elternpaarpfeiler) et le F (Avituspfeiler)33. Sur la face antérieure de l’étage principal (Aedicula)34 de chacun de ces deux piliers prend place un grand relief où sont représentés les défunts. Dans les deux cas, il s'agit des deux époux, l’homme à droite, en toge35, et la femme à gauche. Sur l’un d’entre eux (E), un enfant prend place entre les deux époux. Analysons les autres reliefs de ce monument. Sur la face droite de l’étage principal, il y a deux reliefs superposés, encadrés de pilastres d’angle. Au registre supérieur, un cavalier brandissant un lièvre, devant un personnage à pied qui est vraisemblablement un valet, et un chien. Au registre inférieur, un personnage assis tenant des tablettes reliées, s'adresse visiblement à un autre personnage. Sur le côté gauche, on trouve la même disposition, avec pour le registre supérieur une femme assise à sa toilette. Le registre inférieur n’est pas conservé. Selon Krüger, un relief représentant une scène de repas funéraire pourrait prendre place sur le fronton de la face principale36. La face postérieure du monument était ornée d’un grand panneau décoré de rosaces.

15Pour le tombeau d’Avitus (F), on retrouve la même organisation d’ensemble. Sur la face antérieure de l’étage principal, les défunts en pied et de face, se tiennent dans une niche au-dessus de l'inscription. Les faces latérales sont divisées en trois registres superposés, et encadrées de pilastres garnis de petits amours. A droite, un cavalier occupe le registre supérieur ; un fragment représentant le vêtement flottant d’un personnage devant un arbre semble appartenir au registre intermédiaire, et le relief inférieur est perdu. A gauche, le registre supérieur représente une femme à sa toilette avec ses servantes. Les deux autres reliefs sont très incomplets, mais un fragment du registre inférieur représente les jambes d’une femme drapée, assise devant un autre personnage féminin debout. La face postérieure est là aussi décorée de grandes rosaces.

  • 37 Voir Veyne 1981,248-250, avec d'autres références.

16On observe que la disposition générale de ces deux monuments répond à une répartition sexuelle, qui les divise en deux ensembles narratifs. Le côté droit est celui du maître, dont la figure est placée à droite sur le relief principal, et les reliefs latéraux droits reproduisent ses activités. L’autre côté est celui de la maîtresse, à gauche de son époux (pour le spectateur), avec ses propres activités sur la face latérale gauche. Il est intéressant de signaler que l’on trouve la même organisation de l’espace, autour de la représentation centrale de la villa, sur la mosaïque de Julius à Carthage37.

  • 38 Aymard 1951 ; Grabar 1962 ; Freygang 1997, 325-326.
  • 39 Veyne 1981,246, n. 5 ; Turcan 1999, 86. à propos d’un sarcophage de la collection Rinucinni.
  • 40 Freigang 1997, 326-327 ; Turcan 1999, 86.
  • 41 Cf. là encore la mosaïque de Iulius à Carthage.
  • 42 Espérandieu 1913, 322, évoque aussi une perception d'impôts, mais on ne voit pas bien ce qu’une scè (...)
  • 43 Drinkwater 1981 et 1982, voir ci-dessous.
  • 44 II y a une scène de ce genre sur le monument d'Igel (frise de la face ouest), et une autre sur un r (...)

17Pour ce que nous pouvons en voir ici, ces activités relèvent de trois registres : pour l’homme, la chasse et la gestion du domaine ; pour la femme, la toilette. La représentation de la chasse est un poncif du genre38. Elle apparaît notamment ici sous la forme du cavalier revenant de chasser et brandissant un trophée. Sur le relief du monument E, la présence d’un personnage à pied qui est sans doute un domestique évoque un autre thème fréquent du cycle qui est celui de l’accueil du maître par ses serviteurs39. Dans ce registre des loisirs aristocratiques, le pendant féminin de la chasse du maître est la toilette de la maîtresse40, représentée assise sur un fauteuil, entourée de plusieurs servantes la coiffant, lui tendant un miroir, une fiole à parfum ou encore des bijoux41. Les activités relatives à la gestion du domaine sont illustrées par un relief du monument E. On y voit un homme assis, tenant des tablettes à écrire reliées ; la main droite levée et ouverte montre qu’il est en train de parler. Il s’agit vraisemblablement du maître. Devant lui un personnage barbu se tient debout. Son manteau à capuchon indique qu’il s’agit d’un paysan, et le sac qu’il porte en bandoulière suggère qu'il est là en visite. D’autres personnages sont présents à l'arrière-plan, parmi lesquels peut-être l'intendant qui assiste le maître. On interprète généralement cette scène comme la représentation du paiement du fermage42, mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse aussi de paiements effectués par le maître43. Les scènes de ce genre doivent être rapprochées de celles qui montrent les paysans offrant des présents symboliques en nature au maître, même si ces dernières traduisent davantage la reconnaissance de la domination de ce dernier que l’activité de gestion du domaine à proprement parler44.

  • 45 Sur la représentation des activités professionnelles sur les monuments funéraires mosellans en géné (...)
  • 46 Sur ce monument, voir Numrich 1997, 95-100.
  • 47 France 2001b.

18Le “cycle des negotia” doit sa personnalité à la présence de reliefs représentant les activités professionnelles du défunt45. Les monuments qui se rattachent à ce cycle obéissent à la même conception architecturale que les précédents et possèdent une organisation similaire de l’espace décoratif. Ainsi retrouve-t-on la représentation du ou des défunts sur le relief principal, ainsi sur le Negotiatorpfeiler (C)46, et sur le monument d’Igel, où cet élément devient une véritable galerie de portraits de famille, liée à la généalogie des Secundinii retracée dans l’inscription47.

  • 48 E. 6, 5148 f ; dans la reconstitution du monument par Krüger, suivie par Espérandieu, ce relief est (...)
  • 49 Cf. E. 6, 5216 (Neumagen) : amphores paillées.
  • 50 Des scènes de halage sont visibles dans leur ensemble sur les degrés du monument d’Igel, mais les b (...)
  • 51 E. 6, 5148 g.
  • 52 Cette question a fait l’objet d’une étude générale, Schwinden 1989.
  • 53 Voir Demarolle 2001. Une autre scène de ce genre sur un des monuments retenus pour l’étude : E. 6, (...)
  • 54 Andreau 1987, 469 ; sur les scènes de comptes, voir aussi Baltzer 1983, 46-60 ; Marcone 2000, 490, (...)
  • 55 Par exemple E. 5148 i (l’attribution de ce relief au Negotiatorpfeiler (no 3), supposée par Espéran (...)
  • 56 Andreau 1987, 473, ne mentionne que quatre reliefs représentant certainement des manieurs d’argent (...)
  • 57 Voir ceux proposés par Andreau 1987, 471-472.

19On peut distinguer, à partir des monuments choisis pour cette étude, trois grandes catégories d’activités. Tout d’abord, celles qui se rattachent au transport fluvial et terrestre de conteneurs, amphores et tonneaux. Le Negotiatorpfeiler en donne un bon exemple. Un premier relief, situé sur la face antérieure du socle48, montre des marins en train de manipuler des amphores paillé.es49 sur ce qui devait être une barque tirée par des haleurs (le mât de halage est bien visible)50. Un autre relief, sur la face latérale droite du socle, représentait un chariot chargé d’un tonneau51. L’activité liée au secteur textile tient une très grande place dans les représentations de métier sur les monuments funéraires trévires et mosellans52. Le Monument d’Igel est à ce titre un témoignage de premier ordre, puisqu’il présente tout un programme iconographique montrant l’ensemble des étapes du transport et de la commercialisation du tissu. La place privilégiée occupée par deux reliefs, respectivement placés sur l’attique et le socle de la face principale, de part et d’autre du relief familial et de l'inscription, et montrant l’un une scène d’examen du tissu (Tuchprobe), bien connue en Gaule mosellane53, et l’autre une vente de grandes pièces de drap, est très révélatrice. Ainsi composée, la face principale du monument manifestait clairement au spectateur que la famille des Secundinii tirait du négoce du drap à la fois sa puissance économique et son prestige social. Enfin, une dernière activité professionnelle représentée sur les monuments funéraires, et entrant dans le “cycle des negotia”, est celle du maniement d’argent. Il s’agit là d'une représentation ambiguë dans la mesure où, comme Ta bien fait remarquer Jean Andreau, “Tout commerçant (et d’une manière générale tout homme de patrimoine) est amené à compter son argent liquide, ou à le faire compter par un esclave ou par un employé”54. On peut donc s’attendre à trouver des scènes de ce genre sur des reliefs appartenant aussi bien à des propriétaires fonciers, et elles peuvent s’apparenter alors aux scènes de paiement de fermages évoquées plus haut, qu’à des négociants55 et, bien entendu, à des manieurs d’argent de métier56. Seule une analyse fine du relief, d’après des critères déterminés57, et la prise en considération du contexte iconographique du monument, s’il subsiste, peuvent permettre de trancher.

Les négociants trévires, fondements économiques et caractérisation sociale

  • 58 Freigang 1997, 383.
  • 59 Sur ce point, Freigang 1997, 309.

20Dans l’étude qu’elle leur a consacrée, Yasmine Freigang a conclu que la forme et le contenu des monuments funéraires mosellans n’étaient pas déterminés par les critères de la naissance et du statut juridique et social, mais par les moyens financiers, le goût et la Selbstdarstellung des commanditaires58. Les monuments les plus importants, et notamment ces fameux piliers qui apparaissent dans la seconde moitié du iie siècle, montrent une réelle homogénéité de matériau, de style architectural et de décor. Ces tombeaux appartenaient indiscutablement à des notables, invariablement représentés en toge sur le relief principal59, qui occupaient un rang élevé dans leur communauté et qui faisaient vraisemblablement partie de l’élite censitaire de la cité. Les seules variantes qui les différencient tiennent aux thèmes figurés adoptés pour la décoration des reliefs secondaires qui se rattachent, comme j’ai essayé de le montrer, à des “cycles” différents. Là, les commanditaires expriment leur situation économique et sociale, et revendiquent leur appartenance au groupe dont ils se sentent membres. Dans ce contexte, les monuments qui se rattachent au “cycle des negotia”, ainsi que les blocs isolés, les disiecta membra, qui pourraient s’y intégrer, témoignent selon moi de l’existence, au sein des élites trévires, d’un groupe particulier dont la base économique ne paraît pas liée en premier lieu à la possession et à l’exploitation d’un capital foncier, mais à des activités commerciales.

  • 60 Voir plus haut, note 15.

21Ces activités prennent place dans le cadre général de la prospérité économique que connaît la région de Trêves, dont l’apogée se situe entre l’époque des Antonins et celles des Sévères60. Située sur la grande voie terrestre et fluviale qui joignait les ports de la Méditerranée au Rhin, cette région jouait le rôle d’une plaque tournante entre la partie occidentale de l'Empire et sa frontière du nord. Les marchés militaires et urbains du nord-est de la Gaule Belgique et des Germanies constituaient ici un débouché essentiel pour toutes sortes de produits. Parmi ceux-ci, le vin, l’huile et les produits textiles semblent avoir tenu une place de choix dans les affaires des négociants trévires.

  • 61 Laubenheimer 1985, 261-293.
  • 62 Laubenheimer 1990, 98-106 ; Gilles 1995.
  • 63 Laubenheimer 1990. 129-131.
  • 64 En dehors de l'exemple que constitue le Negotiatorpfeiler (no 3), on peut citer dans une autre régi (...)
  • 65 Laubenheimer 1990. 146-154.

22Les amphores paillées qui apparaissent sur le Negotiatorpfeiler (C) appartiennent au type défini par les archéologues sous la dénomination de “Gauloise 4’’. C’est le modèle d’amphore le plus répandu dans les Gaules à partir de la fin du ier s. p.C. et jusqu’au iiie s.61. Dans leur grande majorité, ces amphores étaient destinées au vin qui provenait pour une part des vignobles de Narbonnaise, sans exclure le maintien d'importations d'Espagne et d’Italie, et peut-être un début de production locale62. L’huile de Narbonnaise, dont la production se développe sous le Haut-Empire, était sans doute consommée localement dans sa plus grande partie, et c'est l’huile de Bétique, convoyée dans des amphores du type Dressel 20, qui approvisionne l'ensemble des marchés septentrionaux aux ier et iie siècles63. Quant aux tonneaux, représentés sur plusieurs des reliefs qui ont été évoqués ici, ils appartiennent évidemment à la civilisation celtique et étaient conçus spécialement pour le stockage et le transport des breuvages fermentés, notamment la bière. Avec le développement du vignoble et la consommation du vin, on leur a probablement attribué d’autres usages et, sous l’Empire, les amphores et les tonneaux sont utilisés conjointement et apparaissent d’ailleurs ensemble sur beaucoup de monuments funéraires64. S’il n’est pas possible, en l’état actuel des connaissances, de déterminer précisément le rôle spécifique des uns et des autres, on estime toutefois que l'amphore est resté le contenant principal pour le transport du vin sous le Haut-Empire65.

  • 66 Drinkwater 1982. Sur les activités des Secundinii et leur organisation, voir aussi Mehl 1997 qui re (...)

23Comme je l’ai dit plus haut, le Monument d’Igel est le document le plus riche dans la masse des ensembles funéraires consacrés au domaine textile. Est-il possible, d’après les scènes qu’il représente, de reconstituer les activités précises de ses propriétaires ? Cette question a agité les historiens, mais la réponse la plus argumentée a été donnée par John Drinkwater66. En se fondant sur la prise en compte des réalités économiques et sociales liées au processus de production et de commercialisation des tissus, celui-ci a élaboré un modèle détaillé, dont voici les grandes lignes. Selon lui, la firme des Secundinii contrôlait l'ensemble de ce processus, depuis l’achat des laines brutes dans les régions d’élevage jusqu’à la vente des pièces de drap dans les centres gaulois de fabrication de produits finis, en passant par le filage, le tissage, le foulage, le finissage et l’ensemble des opérations de transport. Les Secundinii étaient par conséquent de véritables “entrepreneurs”, comparables aux drapiers des Flandres, d’Angleterre ou d’Italie au Moyen Age.

  • 67 L’analyse des reliefs du Monument d'Igel doit évidemment être faite d’abord à partir des photograph (...)

24Cependant, on doit remarquer que les reliefs réalistes du monument ne montrent que des scènes illustrant d'une part le transport de produits, et d'autre part des transactions liées aux produits. Examinons-les séparément67 (fig. 2a et 2b).

25Attique sud : de grandes pièces de drap sont amenées, une par une, par un personnage qui les porte roulées sur l’épaule ; elles sont dépliées par deux personnages, tandis que d’autres en arrière-plan semblent les examiner ; à l’extrême droite un personnage écrit sur une tablette ; une fois examinées, les pièces sont soigneusement empilées les unes sur les autres.

26Socle sud : le relief juxtapose deux scènes dans une même grande pièce tendue de rideaux ; à gauche, maniement d’argent entre plusieurs personnages autour d’une table : l'un est assis et semble tenir des tablettes reliées, les autres sont debout et manipulent l’argent sur la table ; à droite, examen de pièces de drap étalées sur une table.

27Socle nord : plusieurs hommes, vêtus de courtes tuniques, manipulent un imposant ballot, dont on peut penser qu’il contient des pièces de drap ;

28Socle ouest : transport de marchandises sur un chariot bâché.

29Gradins nord et ouest : halage de barques transportant des ballots semblable à première vue à celui représenté sur le relief du socle nord.

  • 68 Dragendorff & Krüger 1924, 53-54, fig. 31 ; voir aussi Drinkwater 1982, 112.

30Aucun relief ne représente l’activité de fabrication proprement dite du drap. D’après Dragendorff et Krüger, le relief de la face est du socle pourrait avoir figuré un atelier de travail du textile (tissage ?)68. Cependant, l’état très dégradé de la pierre à cet endroit ne permet absolument aucune interprétation et rend cette hypothèse très douteuse. John Drinkwater estime que le filage et le tissage du drap étaient réalisés sur la base d’une organisation proche du domestic system de l’époque pré-et proto-industrielle dans laquelle la laine apprêtée, après dessuintage et dégraissage, aurait été confiée à des salariés indépendants, travaillant à domicile ou dans de petits ateliers et payés à la pièce. Il voit une illustration de ce système sur le relief de l’attique est, qui représenterait non pas le paiement de fermages, comme on a pu le croire, mais le paiement de salaires, effectué par des agents de la firme et vraisemblablement au siège de celle-ci.

  • 69 Drinkwater 1982, 120-121, se réfère notamment sur ce point aux idées de Moeller 1976, tout en souli (...)
  • 70 Voir Delplace 1980, 295-297 et 416-417. François Richard observe à ce sujet que le Griffon prend pl (...)

31Une autre étape essentielle de la fabrication du drap n’apparaît pas non plus sur le monument : il s’agit du foulage et du finissage ou de l'apprêt, opérations qui étaient sans doute fréquemment associées. John Drinkwater reconnaît d’ailleurs que cette activité et la catégorie d’artisans qui la réalisaient sont difficiles à intégrer dans son modèle. En effet, les foulons étaient souvent regroupés en collèges, et ils occupaient une place visiblement importante dans la vie urbaine69. On imagine mal dans ces conditions qu’ils aient été de simples agents salariés, dans un processus dominé par des “entrepreneurs drapiers70. Cette difficulté n’est pas tranchée par John Drinkwater, qui estime seulement qu'ils se plaçaient à un niveau inférieur à celui des Secundinii.

32Sans négliger l’intérêt de ce modèle, il est peut-être préférable de s’en tenir à ce que montre le monument, et d’essayer de comprendre les activités des Secundinii en suivant le déroulement iconographique des reliefs, un peu comme sur une bande dessinée.

33— Sur l'attique

34Ouest : deux hommes sur une voiture attelée se rendent visiblement d’Igel à Trêves ; la borne milliaire indique en effet certainement la distance du domaine jusqu’à la ville, comme en témoigne l’inscription parfaitement visible sur la pierre : L(eucas) IIII, soit un peu moins de neuf kilomètres. On pourrait voir en eux des représentants de la firme.

35Sud : examen de pièces de drap, voir la description précise plus haut. Compte tenu du relief précédent, on peut supposer que la scène se passe à Trêves.

36Est : cette scène de maniement d’argent, à laquelle il a déjà été fait allusion, pourrait représenter l’achat des pièces de drap, par les représentants de la firme qui viennent d’en vérifier la qualité sur le relief précédent.

  • 71 L’interprétation funéraire du relief des Griffons présente l’avantage de l’intégrer dans l'ensemble (...)

37Nord : Éros et les Griffons ; cette association est attestée dans l’art funéraire antique. Les Griffons apparaissent dans ce cas comme les gardiens du monde des morts ; ils sont soumis par Eros, qui tient enchaînées ces forces hostiles à l’homme70. Sans négliger cette interprétation, qui a pour elle tout le poids d’une tradition iconographique bien attestée, je me demande si l’on ne peut pas voir ici un autre message, d’inspiration disons plus laïque. On insisterait alors sur le lien entre ce relief et les autres panneaux de l’attique pour l’interpréter comme une allégorie de la quête patiente et déterminée d’un objet (le drap), obtenu en venant à bout de tous les obstacles, symbolisés par les Griffons qui sont associés à la garde des trésors dans la mythologie. Dans cette perspective, les Secundinii seraient assimilés à Eros, un des êtres divins qui possèdent la plus grande force. Dans le mythe de Diotime du Banquet, il est présenté comme le fils de Poros (Expédient) et de Pénia (Pauvreté), aussi est-il toujours en quête de son objet, et prêt à imaginer tous les moyens pour y parvenir. Comme lui, les Secundinii savent obtenir ce qu’ils cherchent, ils sont capables de vaincre tous les obstacles de l’adversité et, dominant le Chaos, ils peuvent unir les mortels, entendons la chaîne de leurs fournisseurs et de leurs clients, dans une harmonie commune71.

38— Sur le socle et les gradins

39Ouest : les marchandises sont transportées par voie de terre, peut-être pour être ramenées de Trêves à Igel ; le chariot lourdement chargé semble en effet franchir la porte d'une ville pour déboucher dans la campagne, symbolisée par l’arbre.

40Nord : les pièces de drap sont emballées, puis les ballots sont chargés et transportés par voie fluviale (gradins).

41Sud : enfin, les pièces de drap sont vendues par des représentants de la firme.

  • 72 Drinkwater 1982. 122-124 ; Heinen 1976 met aussi l’accent sur l’importance du commerce interrégiona (...)

42Cette lecture du monument aboutit à une interprétation certes plus modeste, mais aussi me semble-t-il plus réaliste des affaires des Secundinii. Ce seraient en quelque sorte des intermédiaires, spécialisés dans le négoce et le transport du drap. Ils tireraient leur puissance de leurs talents d’acheteurs bien implantés dans le milieu trévire, de la possession d’un capital composé de moyens de transport, notamment fluviaux, et de la connaissance des marchés consommateurs de drap utilisé pour la fabrication de produits finis. Sur ce dernier point, je me rallie pleinement aux idées de John Drinkwater lorsqu’il estime que les Secundinii expédiaient leur drap en remontant la Moselle dans les régions de production textile qu’étaient entre autres les cités des Nerviens, des Atrébates, des Lingons, des Bituriges ou encore des Santons72. L'éloignement de ces régions nécessitait effectivement les talents et l’infrastructure commerciale de ces négociants drapiers. Il devait aussi justifier des bénéfices élevés.

  • 73 Schwinden 1989, 299, a insisté sur le caractère “emblématique” de cette scène, effectivement très f (...)
  • 74 Je m’oppose donc sur ce point à Schwinden 1989, 299 et 2001, qui suggère que les Secundinii avaient (...)
  • 75 Voir sur ce point ci-dessus, note 9.

43Pour revenir au sujet de cette étude, je voudrais insister sur un point essentiel. Les activités commerciales représentées sur les reliefs du Negotiatorpfeiler et du Monument d’Igel constituent à n’en pas douter le domaine principal, et sans doute unique, des affaires de leurs propriétaires. Comme je viens de le dire, l’importance de ces négociants vient de la connaissance intime d’un produit et de son marché, à l’achat comme à la vente. Cette spécialisation est le cœur vivant de leur capital, pour lequel l’élément circulant des chariots et des bateaux n’est qu’un instrument nécessaire. On peut voir une preuve du primat du négoce du drap pour les Secundinii à travers la place occupée sur le monument par les deux reliefs qui montrent selon moi l’achat et la vente du tissu. Comme je l’ai dit plus haut, ces reliefs sont placés sur son côté principal, celui qui fait face à la Moselle, sur l'attique et le socle, c’est-à-dire respectivement au-dessus et au-dessous du relief familial et de l’inscription73. Les Secundinii manifestaient ainsi on ne peut plus clairement le lien consubstantiel entre leur famille, sa fortune et le négoce du drap. A mon avis, cela exclut formellement que l'on puisse présenter celui-ci soit comme une activité commerciale parmi d’autres74, soit comme une activité seulement occasionnelle ou complémentaire de leurs intérêts économiques75.

  • 76 Je rejette donc l'idée, défendue par Zahn 1968a, et en dernier lieu par Wild 2001 selon laquelle le (...)
  • 77 J'ai analysé ailleurs ce relief à propos de la possible représentation au sommet de la montagne d'u (...)
  • 78 Turcan 1999, 86, sur la représentation de la richesse à travers l’achat de marchandises.

44Tout cela n’empêchait pas les Secundinii, comme les autres familles de ce groupe de négociants, de posséder un domaine foncier qui pouvait être important mais ne constituait pas le fondement de leur fortune ni le centre de leurs affaires76. C’était une composante de leur patrimoine qui leur conférait le statut de propriétaires terriens, et leur permettait de jouir des calmes plaisirs d’une résidence rurale. Un des reliefs du Monument d'Igel représente d'ailleurs une scène d’offrandes de cadeaux de la part de paysans, semblable à celles qui ont été évoquées plus haut, mais il est remarquable qu'il occupe une place mineure dans le programme décoratif, sur le côté ouest de la frise, laquelle paraît être consacrée à la vie domestique de la famille. Cet ensemble comporte : au sud, un repas familial ; à l’est, une scène de cuisine ; au nord, un convoi de mulets bâtés, qui franchit une montagne77. Je ne m'explique pas bien la présence de cette dernière scène dans ce programme domestique. En tout état de cause, le chargement des mulets n’a rien de commun avec les imposants ballots qui apparaissent ailleurs sur le monument. Peut-être la scène fait-elle allusion à l’approvisionnement du domaine et aux marchandises précieuses que la richesse des Secundinii permettait d’aller quérir au loin78. A moins que ce relief ne doive pas être lu horizontalement, en liaison avec ceux de la frise, mais verticalement, en rapport avec celui d'Eros et des Griffons qui le surmonte. Il contribuerait alors à illustrer, et peut-être de manière symbolique, les difficultés et les épreuves du négoce des Secundinii.

  • 79 Cf. Heinen 1985, 151, estime en ce qui concerne les Secundinii que le nombre important de personnag (...)
  • 80 Béal 1999. 101 et n. 44. est peu convaincant sur ce point.
  • 81 Jacques 1984. 663-765.
  • 82 Drinkwater 2001a, 301-303.
  • 83 Par exemple le cas bien connu de C. Apronius Raptor, citoyen trévire et décurion, naute de la Saône (...)
  • 84 Raepsaet-Charlier 2001, 111.

45A n’en pas douter, ces négociants occupaient une place éminente dans la société trévire. Ils contrôlaient directement un certain nombre de dépendants, à la ville comme à la campagne, et leur influence devait aussi s’exercer sur les réseaux professionnels avec lesquels ils étaient en contact. Ils correspondent à ce qu’on a coutume d'appeler des notables. Dans cette optique, on a fréquemment soulevé la question de leur appartenance aux instances municipales de la cité des Trévires. C’est une question sans réponse, dans la mesure où rien dans les inscriptions ni sur les reliefs de leurs monuments n’évoque une quelconque implication de ce genre. Il paraît évident que ces personnages se situaient au-delà du seuil censitaire nécessaire pour atteindre le décurionat, et il semble très improbable qu'ils n’aient pas au moins appartenu à cet ordre. Pour certains historiens, il est difficile d’imaginer que les membres d’une famille aussi importante que les Secundinii n’aient pas géré des honneurs municipaux, et l’absence de toute mention de ce genre dans le texte de l’inscription ou sur le relief familial n’est pas en soi significative79. Il paraît en tout cas risqué d'y voir une marque de désintérêt pour les honores80, alors qu'on sait que la vie civique demeure toujours, au début du iiie siècle, une réalité vivante et attractive81. Peu probable aussi paraît l’hypothèse d'un “échec” des négociants qui ne seraient pas parvenus à accéder à un rôle politique82, à cause d’une barrière dressée par les élites foncières traditionnelles sur le chemin des catégories dont la fortune, ou plus exactement l’origine de la fortune, ne correspondaient pas à leurs critères et à leurs valeurs. Toute société entretient des formes de préjugés et de prétentions, et dresse entre ses membres, y compris entre ceux qui se situent à un même niveau de fortune, toutes sortes de barrières, de plafonds ou de rideaux, légaux ou liés à des usages qui se déclinent en une infinité de nuances. Les contemporains ont du mal à s’y repérer eux-mêmes, et l'on admettra que la tâche soit encore plus difficile pour les historiens. En ce qui concerne la société romaine, on sait au moins qu’il n’existait pas d’obstacles juridiques empêchant les riches négociants de revêtir des honneurs civiques, et l'on connaît d’ailleurs un certain nombre d'individus qui en bénéficièrent, au sein même de la cité des Trévires83. En tout état de cause, et si irritant que soit le silence des inscriptions funéraires sur ce point, il est évidemment préférable d’éviter de “spéculer sur cette inconnue”84.

  • 85 L'idée de la présence de grands négociants au sein des élites, à côté des propriétaires fonciers, e (...)
  • 86 Verboven, dans ce volume.
  • 87 Veyne 1961, 231.
  • 88 Mon point de vue est ici très proche de celui de Marcone 2000. 495-497, qui estime que ces négocian (...)

46A ce point de l’étude, on peut donc supposer raisonnablement l'existence chez, les Trévires, entre le milieu du iie siècle et le début du iiie, d’un groupe de négociants qui se situaient à un niveau de fortune et de notabilité comparable à celui des riches propriétaires fonciers. L’homogénéité architecturale de leurs monuments funéraires suggère une communauté de goût et peut-être une proximité sociale entre ces différents groupes85. Il est possible que les négociants, nouvellement enrichis, aient adopté sur ce point les standards qui étaient ceux de l’aristocratie terrienne, toutefois la différence des choix iconographiques semble montrer qu'ils tenaient à préserver leur identité. Et c'est cela qui est important, c’est-à-dire la conscience qu’a ce groupe de son existence et de son originalité et, à partir de là, le programme d’auto-représentation qu’il développe, en effectuant les premiers pas vers la constitution d'un système de valeurs propre, affranchi sur ce point de celui de l’aristocratie. Certes, Koenraad Verboven a bien montré dans son article que, s’il existait une mentalité spécifique des commerçants, elle n'accédait jamais au statut d’idéologie, alors que l’idéologie de l’aristocratie foncière dominait la société et demeurait un modèle omniprésent86. Dans le cas des négociants trévires, cette mentalité est difficile à saisir dans la mesure où ils n’ont pas laissé de traces écrites significatives. On peut cependant penser qu’elle ne devait pas être très différente de celle qui est reconstituée par Koenraad Verboven à partir des sources littéraires qui concernent les negotiatores et ceux qui negotia habent. Mais surtout, ce qui frappe ici c’est le choix fait par ces négociants, parvenus au sommet de la société civique, de maintenir dans le programme iconographique qui devait les représenter, des scènes de negotia, c’est-à-dire de leur vie professionnelle et des activités marchandes qui étaient à la base de leur fortune et de leur rang. L’expression d'une simple mentalité cède ici la place à la manifestation d’un style de vie et de valeurs qui sont propres à ces négociants et dont ils tirent leur fierté. Sans doute ne s’agit-il pas à proprement parler d’une idéologie, mais il n’en demeure pas moins que, par rapport au modèle dominant des valeurs et des représentations aristocratiques, ces négociants proclament de manière autonome l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes et de ce qui fait leur spécificité non seulement au sein de la société trévire mais surtout au sein des élites de cette société. Loin de renier ce qu’ils sont pour épouser le modèle aristocratique de l'otium, ils revendiquent hautement une autre attitude qui est celle du negotium. A la différence des riches affranchis du ier s. p.C., si bien étudiés par Paul Veyne à travers la figure de Trimalcion, les négociants trévires ne sauraient être définis comme un “prolongement obscur” des classes supérieures qui va “à l’économie”87. Eux viennent “des profondeurs de l’économie” et l'on est tenté d’ajouter qu'ils viennent sans doute aussi des profondeurs de la société provinciale du nord-est des Gaules. C’est peut-être pour cette raison qu’ils s’expriment différemment88.

L’éthique des secundinii

  • 89 John Drinkwater dans un texte pédagogique réalisé pour ses étudiants, qu’il a eu la gentillesse de (...)

47S’il y a une chose qui frappe l’observateur attentif du Monument d’Igel, c'est la présence, à côté des reliefs réalistes, d'une importante série de reliefs mythologiques. Il ne s’agit pas d’un thème mineur puisque, sur les 27 panneaux subsistants, 13 se rattachent au programme réaliste et 14 au programme mythologique. De plus, ce dernier occupe trois des quatre panneaux de l’étage principal, le dernier étant réservé au relief familial. On peut remarquer aussi que les deux panneaux latéraux de cet étage, est et ouest, sont chacun divisés en deux registres, comme si l'abondance des sujets choisis avait nécessité un partage de l'espace disponible. La cause est entendue : le thème mythologique tient sur la superficie totale du monument une place au moins aussi importante que le thème réaliste des scènes professionnelles et domestiques. Dans ces conditions, il est clair que les reliefs mythologiques n’avaient pas pour fonction de combler les vides éventuels de la décoration, mais faisaient partie d'un programme qui avait fait l’objet d’un choix de la part des commanditaires. Sans nul doute, ce programme entretenait un rapport avec celui des reliefs réalistes, et cette articulation entre les deux ensembles iconographiques, qui ne doivent pas être dissociés mais au contraire mis en corrélation, mérite un examen approfondi89.

  • 90 Voir les précisions de Drinkwater 2001a, et France 2001b.
  • 91 Le monument jouait peut-être le rôle d’amer pour les usagers de la voie d’eau ; des exemples simila (...)

48Tel qu’il se dressait dans la campagne des environs de Trêves, le Monument d’igel pouvait faire l’objet de plusieurs lectures. Monument funéraire, il exaltait la pérennité privée de la famille des Secundinii face au malheur d’une série de deuils successifs90. Il proclamait aussi l’importance de leurs affaires, comme la qualité de leurs produits et de leurs services, et c’est là, on l'a vu, la signification de la face principale du monument, au sud et face à la Moselle, dont la présence à cet endroit avait sans doute permis leur fortune91. Mais pour qui prenait la peine d’en faire le tour, il y avait une autre lecture possible, sans nul doute plus complexe, qui suivait notamment les panneaux mythologiques de l’étage principal, et dont le point culminant était du côté nord le grand relief de l’Apothéose d’Hercule.

  • 92 Hatt 1986, 194-199 ; Kempchen 1995.
  • 93 Béal 1999, 103 et n. 51.

49Il est regrettable que le caractère exceptionnel de la conservation du Monument d’igel ne permette pas de juger si ce genre de juxtaposition de programmes iconographiques réaliste et mythologique était fréquent dans l’art funéraire gallo-romain et mosellan aux iie et iiie siècles. L’utilisation de sujets mythologiques paraît avoir été assez fréquente sur les monuments, en premier lieu les représentations d’Hercule et de ses travaux, mais aussi les mythes de Ganymède, de Mars et Rhéa Silvia, de Persée et Andromède92, qui tous apparaissent d’ailleurs sur le Monument d’igel. Ce que l’on peut voir des autres monuments reconstitués de Neumagen inciterait à penser que, s’ils n’étaient pas dépourvus de motifs mythologiques, en particulier pour la décoration des éléments architecturaux, ils n’atteignaient pas le degré de sophistication qui caractérise sur ce point le Monument d’igel. D’autre part, Jean-Claude Béal a passé en revue les monuments et blocs à destination funéraire comportant des scènes réalistes commerciales et artisanales, pour en conclure que seule une infime minorité (moins de 2 %) comprenaient également des scènes mythologiques93. Il en déduit que l’association de ces deux thèmes est rare et que le Monument d’Igel constitue à cet égard un cas tout à fait particulier, dans lequel il voit “une proclamation redondante de leur réussite économique (...), mais aussi d'un nouvel état d'esprit et de nouvelles valeurs”.

  • 94 Drexel 1920.
  • 95 Marcone 2000. 497.
  • 96 Rostovtzeff 1926 = 1988. 479. n. 27.
  • 97 Cumont 1942, 28. 97-98, 174-173 ; Zahn 1968a, 33, insiste aussi beaucoup sur cette idée.
  • 98 Cumont 1942, 173-175 ; Halt 1986, 351-353 : Turcan 1999. 117.

50La plupart des savants qui se sont penchés sur le Monument d'Igel conviennent effectivement de l’existence d'un message éthique contenu dans les programmes iconographiques. On ne peut se contenter d’y voir l’étalage d’une culture de “parvenus”94, ou la simple affirmation d’une conscience de soi cherchant une forme d’immortalité pour apaiser son angoisse vis-à-vis de l’au-delà95. De façon peut-être surprenante, c’est Michel Rostovtzeff qui, dans une copieuse note de l'Histoire économique et sociale de l’Empire romain, a donné l’analyse la plus complète de l’inspiration religieuse et morale des monuments de ces “magnats de la Moselle”96. Il insiste ici sur l'importance du stoïcisme, influencé par les préceptes pythagoriciens : “grâce à une vie modèle couronnée de succès, par le strict accomplissement de leur devoir, tel qu’il est représenté sur les monuments, leurs propriétaires obtenaient le droit à l'apotheosis finale”. La même idée apparaît chez Franz Cumont pour expliquer le grand relief de l’apothéose d'Hercule et le rapt de Ganymède par l’aigle de Zeus, qui couronnait le monument97. Ces scènes, et d’autres encore de la décoration du tombeau, figurent l’ascension de l’âme au ciel, dans le séjour des bienheureux, après une vie de labeur. Les dieux et les puissances célestes, notamment les vents sur le relief d’Hercule98, lui prêtent pour cela leur concours. La figure d'Hercule symbolise encore sans doute une forme d’héroïsation du ou des défunts couchés dans le tombeau, à laquelle ils ont pu accéder grâce à leur succès dans l’activité illustrée par les scènes réalistes.

  • 99 Turcan 1999, 59-88.
  • 100 Wrede 1981, 93 sq. : Turcan 1999, 80-88 : Béal 2000.

51On touche là à ce qui paraît être une des clés du message du monument : l'exaltation des mérites du travail. Le negotium tel qu'il est présenté ici prend place parmi les activités traditionnellement revendiquées dans l’art funéraire car elles permettent aux mortels d’illustrer leur virtus, que ce soit le métier des armes, la carrière des honneurs, le savant loisir de la philosophie et de la rhétorique, ou encore la vie familiale et l'otium de l’honnête homme99. Le travail est la virtus des Secundinii, il leur a apporté la richesse, leur a permis d’accéder à un rang élevé dans la société humaine, il a garanti leur survie dans la mémoire des mortels, et finalement il assure leur apothéose. Ce n’est pas en soi une idée nouvelle car la valorisation du travail, à travers sa représentation artistique ou funéraire, existait déjà dans le monde grec comme à Rome100. Mais elle prend dans le contexte mosellan de l’époque antonine et sévérienne une signification bien particulière. D’abord, on l'a vu. parce qu'elle est exploitée par de riches personnages dont on peut penser qu’ils se situaient au sommet de la société locale, alors qu’en Italie et ailleurs elle constituait plutôt l’apanage des petites gens et des petits métiers. Ensuite parce que les commanditaires établissent à travers l’ensemble du programme iconographique un rapport très appuyé entre le travail et l'apothéose du ou des défunts. C’est ce rapport, relativement inhabituel à ce niveau de la société, entre la grandeur terrestre du negotium et l’héroïsation, entre le labeur et sa récompense dans l'au-delà, qui est à la base de l’éthique des Secundinii, et qui en constitue toute l’originalité.

Conclusion

52Si la virtus laborieuse est fréquemment prise en compte dans l’art funéraire “plébéien” de Rome et d’Italie, elle n'y atteint pas le degré d'élaboration démonstrative et d’éloquence iconographique qui caractérise sur ce point le Monument d'igel. Surtout, il est remarquable qu'ici, les commanditaires ne renoncent pas à s’en prévaloir au moment où ils accèdent visiblement à la notabilité, c’est-à-dire à ce niveau de la société romaine où le mépris pour le commerce et l’artisanat était une valeur traditionnelle. Les Secundinii n’ont pas honte de leurs affaires, c’est le moins que l’on puisse dire, et l'on ne peut s’empêcher de penser que cela s'explique par l’absence de préjugés à cet égard dans la société trévire. A cet endroit de l’Empire romain et à ce moment de son histoire, les negotia ne semblent pas avoir été une activité honteuse qu’il aurait été de bon ton de cacher ou, au moins, de faire oublier. En cherchant une explication à une situation de ce genre, il me semble qu’elle doit résider dans la présence, au sein même des élites trévires, d’une catégorie à la fois autonome et intégrée de riches brasseurs d’affaires Je pense donc, au terme de cette étude, pouvoir apporter une réponse positive à la question que je posais dans l'introduction : il existait bien au sommet de la société trévire un groupe dont les caractéristiques, capital non foncier, grand négoce, conscience de soi et autonomie culturelle, constituaient un embryon de “capitalisme”.

  • 101 Weber 1920 = 1995 3.
  • 102 Delumeau 19733. 299-323.
  • 103 Weber 1920 = 19953. 48.
  • 104 Weber 1920= 19953. 80.
  • 105 Weber 1920= 19953, 57-60 et 74.
  • 106 Weber 1920= 19953, 90.
  • 107 Weber 1920= 19953, 78.
  • 108 En achevant cette élude, je prends connaissance du bel article de Paul Veyne 2000, dans lequel il e (...)

53On l’a vu, les négociants trévires se reconnaissent et s’expriment comme tels, et les valeurs qu’ils proclament me semblent proches aussi de ce que Max Weber appelait “l’esprit du capitalisme”. En travaillant à cette étude, je relisais le texte fameux qu’il a consacré à [’”éthique protestante”101, et j'ai été frappé par l'analyse de la notion de Beruf, et sa proximité avec ce que j’ai appelé l’“éthique” des Secundinii. Le titre de ma quatrième partie est d’ailleurs un clin d'œil, peu modeste j’en conviens, au titre et au propos du livre de Max Weber. Je sais que le contenu historique de l’étude de Weber a été ajuste titre contesté102, toutefois ce n'est pas ce qui importe ici, mais davantage l’aspect “idéaltypique” de la figure et de la mentalité du capitaliste moderne. Si Weber admettait que “le capitalisme lavait] existé en Chine, aux Indes, à Babylone, dans l'Antiquité et au Moyen Age”, il ajoutait aussitôt qu’alors un éthos lui avait fait défaut103. Cette “relation de l’homme à sa besogne”104 qui est pour lui le fondement éthique du capitalisme est un produit de la religion et de la Réforme. Elle n’a rien à voir avec l’auri sacra faines, la fièvre d’acquisition perçue par l’homme précapitaliste comme un instinct méprisable105. C'est un sentiment irrationnel qui envisage le travail comme un but en soi, une “vocation” (Beruf), et qui lait de l’accomplissement professionnel l’activité morale la plus élevée ici-bas106. Le travail quotidien revêt ici une signification religieuse qui est à l'origine même de la notion de Beruf en tant que “vocation”. En prenant toutes les précautions possibles, mais aussi le risque inhérent à ce genre de rapprochement, je veux tout de même aller jusqu’à son terme pour dire que les négociants trévires, en particulier les Secundinii, qui nous offrent avec leur tombeau le monument-clé de leur mentalité collective, me semblent avoir possédé cet éthos, indispensable à la constitution d'un esprit capitaliste. Comme pour l’entrepreneur “nouveau style” dont parle Weber107, le travail était pour eux une activité dirigée vers le profit, mais aussi une obligation et un achèvement moral et religieux108.

  • 109 Voir sur ce point les idées avancées par Andreau 1999, 145-146.
  • 110 Andreau 1999, 122-126 : Drinkwater 2001a, 304-305. Il n'est pas certain toutefois que l’existence d (...)

54En parlant, à propos des négociants trévires, d'une tendance “capitaliste”, on doit bien évidemment insister sur les limites de la portée d’une telle idée dans le contexte de la fin du Haut-Empire romain. Bien sûr, soulever ce problème revient à s’interroger sur ce qui a pu manquer à l’économie et à la société antiques pour déboucher sur une mutation radicale et, disons le, sur la révolution industrielle. Mais je n’irai pas jusque-là109 et je me contenterai pour conclure de deux remarques rapidement esquissées. Tout d'abord, il faut faire la part du caractère visiblement isolé du phénomène représenté par les Secundinii. Il a pu exister dans l’Empire romain d'autres groupes de ce genre mais leur rôle est demeuré limité à un horizon local ou, au mieux, interrégional. A la différence des grands hommes d’affaire de l’époque moderne, dont la sphère d'intérêts s’étend au monde entier, nos négociants ne semblent pas dépasser le cadre des provinces du nord-ouest de l’Empire romain. D’autre part, ils n’ont pas accès à l'État. En effet, contrairement là encore aux grands manieurs d'argent de la fin du Moyen Age et de l’Ancien Régime, ils ne prêtent pas à l'empereur pour la bonne et simple raison que la dette publique n'existait pas à Rome et que l’empereur, même à titre privé, n’empruntait pas. Sans doute, cette situation les a privés d'une source importante de revenus, mais aussi de la possibilité de jouer un rôle social et politique plus déterminant110.

Fig. I : Les 3 types de monuments funéraires trévires (d'après Espérandieu 1907).

Fig. 2a : Le monument d'Igel. Reconstitution d'après L. Dahm.

Fig. 2b : Le monument d’Igel. Reconstitution d’après L. Dahm.

Fig. 3 : Tombeau du negotiator [P] Capitonius [Ca]tulus. Rheinisches Landesmuseum. Trêves.
Photo de l'auteur.

Fig. 4 : Tombeau du negotiator [P] Capitonius [Ca]tulus. Rheinisches Landesmuseum. Trêves.
Photo de l’auteur.

Fig. 5 : Tombeau de C. Albinius Asper. Rheinisches Landesmuseum, Trêves.
Photo de l’auteur.

Fig. 6, 7 et 8 : Tombeau de parents avec enfants. Rheinisches Landesmuseum. Trêves.
Photos de l’auteur.

Fig. 9 et 10 : Tombeau d'Avitus.
Photos de l’auteur

Bibliographie

Bibliographie

Andreau, J. (1987) : La vie financière dans le monde romain. Les métiers de manieurs d'argent (ive siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C.), BEFAR 265, Rome.

— (1995) : “Vingt ans après L’Économie antique de Moses I. Finley”, Annales HSS, 5, 947-960.

— (1996) : “Les enseignements de la table ronde : bilan et perspectives”, in : Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron, Actes de la table ronde internationale de Clermont-Ferrand (1991), Coll. CJB 13/Coll. EFR 215, Naples-Rome, 285-293.

— (1997) : “Les élites provinciales entre leurs cités et l’Empire. Conclusions du colloque”, in :

Les édites provinciales sous le Haut-Empire romain, colloque international, (Wroclaw 1994), Acta universitatis Wratislaviensis, no 1874, Antiquitas 22, Wroclaw. 187-199.

— (1999) : Hanking and Business in the Roman World. Cambridge.

Aymard, A. (1951) : Les chasses romaines des origines à la fin du siècle des Antonins, Paris.

Baltzer, M. (1983) : “Die Alltagsdarstellungen der treverischen Grabdenkmaler. Untersuchungen zur Chronologie, Typologie und Komposition”, TZ, 46, 7-151.

Basch, L. (1987) : Le musée imaginaire de la marine antique. Athènes.

Béal. J.-C. (1999) : “Remarques sur l’imagerie du pilier funéraire d'Igel”, in : Blanc & Buisson 1999, 95-104.

— (2000) : “La dignité des artisans : les images d’artisans sur les monuments funéraires de Gaule

romaine”, DHA, 26.2, 149-182.

Blanc, N. et A. Buisson, éd. (1999) : Imago Antiquitatis. Religions et iconographie du monde romain. Mélanges offerts à Robert Tartan, Paris.

Braudel, F. (1985) : La dynamique du capitalisme. Paris.

— (1986) : “Fernand Braudel. l'Antiquité et l'histoire ancienne”, entretien avec Jean Andreau, Roland Étienne, en présence de Maurice Aymard, Quaderni di storia, 24. 5-21.

Bruhns, H. (1998) : “A propos de l’histoire ancienne et de l’économie politique chez Max Weber”, introduction à Weber, 1924 = 1998, 5-59.

Chevallier R. (1997) : “Perspectives de recherche sur les scènes de métier (Gaule cisalpine et transalpine)”, ArchClass, 49, 47-63.

Christol, M. et J.-L. Fiches (1999) : “Le Rhône : batellerie et commerce dans l’Antiquité”, in : Ph. Leveau, éd., Le Rhône romain, Gallia, 56, 141-155.

Cumont, F. (1942) : Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, Paris.

Cüppers, H. et A. Neyses (1971) : “Der römerzeitliche Gutshof mit Grabbezirk und Tempel bei Newel (Kreis Trier-Land)”, TZ, 34, 143-232.

Delplace, C. (1980) : Le Griffon de l’archaïsme à l’époque impériale. Etude iconographique et essai d’interprétation symbolique. Etudes de philologie, d’archéologie et d’histoire anciennes, Bruxelles-Rome.

Delumeau, J. (19733) : Naissance et affirmation de la Réforme, coll. Nouvelle Clio, 30, Paris.

Demarolle, J.-M. (2001) : “D’Igel à Metz : à propos de la scène de 1’“examen du tissu” en Gaule mosellane”, in : France et ai 2001,63-81.

Deniaux, É. (1995) : “L'artisanat du textile en Gaule : remarques sur quelques inscriptions”, CCG, 6, 195-206.

Dessert, D. (1984) : Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris.

Dragendorff, H. et E. Krüger (1924) : Das Grabmal von Igel, Trêves.

Drexel, F. (1920) : “Die belgisch-germanischen Pfeiler-Grabmaler”, MDAI(R). 35. 27-64. et “Die Bilder der Igeler Saüle”, ibid., 83-142.

Drinkwater. J. F. (1977-1978 = 1982) : “Die Secundinier von Igel und die Woll-und Textilindustrie in Gallia Belgica : Fragen und Hypothesen”, TZ. 40-41, 107-125 = “The Wool Textile Industry of Gallia Belgica and the Secundinii of Igel : Questions and Hypotheses”. Textile History, 13(1), 111-128.

— (1981) : “Money-Rents and Food-Renders in Gallic Funerary Reliefs”, in : King & Henig 1981, 215-233.

— (2001a) : “The Gallo-Roman Wollen Industry and the Great Debate. The Igel Column Revisited”, in : Mattingly & Salmon 2001, 297-208.

— (2001b) : “Sic itur ad astro. Tension émotionnelle et reliefs religieux sur le monument d'Igel”. in : France et al. 2001. 141-151.

Espérandieu, É. (1907) : Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine. Paris.

Février. P.-A. (1981) : “Villes et campagnes des Gaules sous l’Empire”. Ktèma, 6. 141-159.

Finley, M. I. (1975) : L’économie antique, trad, fr., Paris.

France. J. (2001a) : Quadragesima Galliarum. L'organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et germaniques de l’Empire romain, Coll. EFR 278. Rome.

— (2001b) : “L'inscription du Monument d’Igel (CIL, XIII, 4206)”. in : France et al. 2001,43-54.

France, J., H. P. Kuhnen et F. Richard (2001) : La Colonne de Igel, société et religion au iiie siècle. Actes des journées d’étude de Nancy et Trêves (21 et 22 septembre 2000). publication conjointe Annales de l’Est. 6° série. 2.

Freigang. Y. (1997) : “Die Grabmaler der gallo-romischen Kultur im Moselland. Studien zur Selbstdarstellung einer Gesellschaft”, JRGZ Mainz, 44, 277-440.

Gabelmann, H. (1987) : “Romische Grabbauten der Nordprovinzen im 2. und 3. Jh. n. Chr.”, in : von Hesberg & Zanker 1987. 291-308.

Gilles. K.-J. (1995) : “Rômerzeitliche Kelteranlagen an der Mosel. Neuere Forsclmngen zum rdmischen Weinbau an Mosel and Rhein, Schriftenreihe des Rheinichen Landesmuseum Trier, 1 1.5-59.

Grabar, A. (1962) : “Programmes iconographiques à l’usage des propriétaires des latifundia romains”, CArch, 12, 394-395.

Grenier. A. (1904) : “La polychromie des sculptures de Neumagen”, RA. ier semestre, 245-262.

Hatt, J.-J. (1986) : La tombe gallo-romaine. Recherches sur les inscriptions et les monuments funéraires gallo-romains des trois premiers siècles de notre ère, suivi de Les croyances funéraires des Gallo-Romains d'après la décoration des tombes.1ère édition 1951. Paris.

Heinen. H. (1976) : “Grundzüge der wirtshaftlichen Entwicklung des Moselraumes zur Römerzeit”, TZ, 39. 75-1 18.

— (1985) : Trier und das Trevererland in römischen Zeit, Trêves.

Hesberg. H. von (1992) : Romische Grabbauten. Darmstadt.

Hesberg H. von et P. Zanker. éd. (1987) : Romische Graberstrassen, Selbstdarstellung-Status-Standard (Munich, 28-30 oct. 1985), Bayerische Akademie der Wissenschaften, Abhandlungen 96. Munich.

Hettner F. (1881) : “Die Neumagener Monumente”, Rheinische Museum fur Philologie, 36, 435-462.

— (1893) : Die römischen Steindenkmäler des Provinzialmuseums zu Trier mit Ausschlufi der Neumagener Funde, Lintz.

— (1903) : lllustrierter Führer durcit das Provinzialmuseum in Trier, Lintz.

Jacques, F., (1984) : Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l'Occident romain (161-244), Coll. EFR 76. Rome.

Jahn, O. (1X61) : “Darstellungen antiker relief, welche sich auf Handwerk und Handelsverkehr beziehen”, Bericht iiber die Verhandlung der koniglichen sachsischen Gesellschaft der Wissenschqften. 13. 348 sq.

Kempchen, M. (1995) : Mythologische Themen in der Grabskulptur. Germania Inferior, Germania Superior, Gallia Belgica und Raetia, Charybdis, 10.

King. A. et M. Henig (1981) : The Roman West in the Third Century. BAR. Int. Ser., 109 (1). Oxford.

Koethe, H. (1937) : “La sculpture romaine au pays des Trévires”. RA, 2, 199-239.

Krtiger. E. (1908) : “Bemerkungen zu den Neumagener Grabdenkmülern”. Korrespondenzblatt des Gesamtvereins der deutschen Geschichts-und Altertumsvereine, 19-20.

Laubenheimer, F. (1985) : La production des amphores en Gaule Narbonnaise, CRHA 66, Besançon.

— (1990) : Le temps des amphores en Gaule. Vins, huiles et sauces, Paris.

Lo Cascio. E. (1982) : Appunti su Weber “teorico deU'economia greco-romana, Fenomenologia e società. 5 (no 17). 123-144.

Los. A. (2000) : “Les affaires “industrielles” des élites des villes campaniennes sous les JulioClaudiens et les Flaviens”, MEFRA, 112, I, 24.3-277.

Marcone, A. (2000) : “Tra archeologia e storia economica : il mausoleo dei Secundini a Igel”, Athenaeum, 88, 2, 485-497.

Massow, W. von (1932) : Oie Grabmäler von Neumagen, Berlin.

Mattingly, D. J. et J. Salmon, éd. (2001) : Economies Beyond Agricultures in the Classical World, Londres.

Mehl. A. (1997) : “Wirtsehaft, Gesellschaft, Totenglauben : die “Igeler Saule” bei Trier und ihre Grabherren”, Laverna, 7, 59-92.

Moeller, W. O. (1976) : The Wool Trade of Ancient Pompeii, Leyde.

Numrich, B. (1997) : Die Architektur der rômischen Grabdenkmaler aus Neumagen. Beitrâge zur Chronologie und Typologie, TZ, Beiheft 22.

Raepsaet-Charlier, M.-Th. (1998) : “Les Gaules et les Germâmes”, in : C. Lepelley (dir.), Rome et l'intégration de l'Empire (44 av. J.-C. - 260 ap. J.-C.), II, Approches régionales du HautEmpire romain, eoll. Nouvelle Clio, Paris, 143-195.

— (2001) : “Les Secundinii d'igel : onomastique et statut social dans la cité des Trévires”, in : France et ai 2001.93-112.

Reddé, M. (1978) : “Les scènes de métier dans la sculpture funéraire gallo-romaine”, Gallia, 36, 43-63.

Renard, M. (1949) : “Scènes de compte à Buzenol”, Le Pays Gaumais, 20, I-45.

— (1959) : “Les nouvelles découvertes de reliefs gallo-romains à Buzenol (Belgique)”, CRAI, 20-44.

Rostovtzeff, M. (1926 = 1988) : The Social and Economic History of the Roman Empire, Oxford. Histoire économique et sociale de l’Empire romain, trad, fr., Paris.

Rostovtzeff, M. (1933) : c. r. de Massow 1932, AM. 37, 355-358.

Schwinden, L. (1989) : “Gallo-römisches Textilgewerbe nach Denkmälern aus Trier und dem Trevererland”, TZ, 52, 279-318.

— (2001) : “Les scènes dites de ‘paiement du fermage’ ou ‘scènes de comptoir’ de la colonne d’igel et des monuments trévires”, in : France et alii 2001, 55-62.

Thill. G. (1971) : “Neue Ausgrabungsergebnisse in “Weiler” zwischen Wasserbilig und Lellig”, Hemecht, 23. 489-506.

— (1972) : “Das Grabdenkmal eines gallo-römischen Grosswinzers und Weinhändlers bei Remersehen (Rekonstruktionversuch)”, Hemecht, 24, 209-210.

Turcan, R. (1999) : Messages d'outre-tombe. L’iconographie des sarcophages romains. Paris.

Veyne, P. (1961) : “Vie de Trimalcion”, Annales ESC. 2, 213-247.

— (1981) : “Les cadeaux des colons à leur propriétaire : la neuvième Bucolique et le mausolée d'Igel”, RA. 2, 245-252.

— (2000) : “La “plèbe moyenne” sous le Haut-Empire romain”, Annales HSS. 6. 1169-1199.

Weber, M. (1920 -19953) : “Die protestantische Ethik und der Geist der Kapitalismus” in : Gesammelte Aufsatze zur Religionssoziologie, I, Tübingen. L'éthique protestante et l’esprit du capitalisme, tr. fr., Paris.

— (1923 = 1991) : Wirtschaftsgeschichte. Abriss der universalen Sozial- und Wirtschaftsgeschichte. Munich et Leipzig. Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l'économie et de la société, trad, fr., Paris.

— (1924 = 1998) : Gesammelte Aufsatze zur Sozial- und Wirtschaftsgeschichte, Marianne Weber éd., Tubingen. Economie et société dans l’Antiquité précédé de Les causes sociales du déclin de la civilisation antique, trad, fr., Paris.

Wightman, E. M. (1970) : Roman Trier and the Treveri. Londres.

— (1985) : Gallia Belgica, Londres.

Wild, J. P. (2001) : “L’implication des Secundinii dans l’industrie textile gauloise”, in : France et al. 2001, 83-92.

Wrede, H. (1981) : Consecratio in formam deorum, Mayence.

Zahn. E. (1968a) : Die Igeler Saule in Igel bei Trier, Neuss.

— (1968b) : “Die neue Rekonstruktionzeichnung der Igeler Saüle”, TZ, 31, 227-234.

Zimmer, G. (1982) : Römische Berufsdartstellungen, Berlin.

Notes

1 Cet article doit beaucoup aux rencontres organisées avec les membres du programme “La prise de décision économique privée dans le monde antique” (UMR 8585), dirigé par Jean Andreau, et dont les travaux ont abouti à ce volume. Je tiens aussi à remercier Hans-Peter Kuhnen, directeur du Rheinisches Landesmuseum de Trêves, qui m’a permis de travailler dans la riche bibliothèque et les réserves du Musée. Avec François Richard, professeur à l’Université de Nancy 2, nous avons beaucoup parlé des monuments trévires. Je lui suis reconnaissant de m’avoir fait part de ses idées et de ses conseils, dont il trouvera ici la trace. Merci à Georges Carillo pour le travail réalisé sur mes mauvaises photos.

2 Cf. Andreau 1995. 956-958 ; 1996, 289-293 et 1997, 194-198 ; Los 2000, 243-248, établit un bilan historiographique de la question.

3 On peut se référer ici à Weber 1923 = 1991, 334-356 et 369-386 ; Finley 1975 (voir par exemple page 75) ; Lo Cascio 1982 ; voir les précisions apportées par Bruhns 1998, 49-52.

4 Cf. Veyne 1961, à propos des riches affranchis ; voir aussi les excellentes remarques de K. Verboven, dans ce volume.

5 Braudel 1985, 52-67.

6 Braudel 1986, 11.

7 Braudel 1985,52.

8 Sur cette précision, voir Andreau 1997, 195, n. 5.

9 Sur le monument d’Igel, Drexel 1920 ; la publication de référence est celle de Dragendorff & Krüger 1924 ; Zalin 1968a et b ; Drinkwater 1977-1978 = 1982 ; Béal 1999 ; Marcone 2000 ; France et al. 2001.

10 Sur les monuments funéraires trévires, voir plus particulièrement Drexel 1920 ; Koethe 1937, pour une étude de la sculpture proprement dite ; en dernier lieu, Freigang 1997, replace les monuments dans leur contexte politique, économique, social et culturel.

11 L’essentiel de la bibliographie tourne autour de quelques ouvrages. Jahn 1861 ; Renard 1949 ; Reddé 1978 ; Baltzer 1983. Pour une approche générale, Zimmer 1982. On trouvera une bibliographie détaillée dans Chevallier 1997.

12 Reddé 1978. voir la carte p. 48.

13 Reddé 1978, 62-63.

14 Rostovtzeff 1926 = 1988, 132-133 et 171-173 ; Wightman 1970, 183-207 et 1985, 151-157 ; Heinen 1976 et 1985, 141-164

15 Reddé 1978, 50. Je dirai cependant plus loin pourquoi, à mon avis, on ne peut comparer les Secundinii au personnage de Pétrone.

16 Drexel 1920.

17 Id., ibid. : je ne reprends pas à mon compte le terme de “bourgeoisie”, mais la remarque est pertinente dans son contenu.

18 Sur les monuments de Neumagen, Hettner 1881, 1893 et 1903 ; Grenier 1904 ; Krüger 1908 ; Massow 1932 (voir le compte-rendu de son livre par Rostovtzeff 1933) : Numrich 1997.

19 Cf. Ausone, Mas., 10 : divi castra inclita Constantini.

20 Hettner fut remplacé à la direction du musée par H. Graeven, qui mourut sans avoir pu se consacrer aux monuments. Krüger succéda à ce dernier.

21 Ces reconstitutions sont toujours exposées au Landesmuseum de Trêves.

22 Voir par exemple Cüppers & Neyses 1971 ; Thill 1971 et 1972 ; Février 1981 : Béal 1999,102. n. 45.

23 Je remercie Lothar Schwinden de m’avoir communiqué ces informations ; sur la question de l’origine des monuments de Neumagen, on consultera aussi avec profit le bilan de Freigang 1997. 288.

24 Freigang 1997, 285, considère avec raison que les études archéologiques ont utilisé une terminologie embrouillée et variable selon les auteurs. Il est nécessaire, selon elle, de ne pas chercher à établir de catégories typologiques trop rigides.

25 Grenier 1904.

26 Numrich 1997, 133.

27 ID(iis)] M(anibus) [P(ublii)] Capitoni(i) / [P]ubli(i) fili(i) / [Ca]tuli, negoti(atoris) / h(eres) f(aciendum) c(uravit).

28 C(aius) Albinius Asper, / Secundiae Restitutae / coniugi, [et sibi], / vivos [fecit].

29 [D(iis)] M(anibus)/[—]no, negotia[tori—]/——

30 L'inscription est très incomplète, cependant il ne semble pas que l’on puisse restituer à un endroit ou un autre une mention professionnelle.

31 Grabar 1962.

32 Veyne 1981.

33 Pour l'étude architecturale et stylistique de ces monuments, voir en dernier lieu Numrich 1997, 114-117 et 117-121.

34 Je m’inspire pour la dénomination des différentes parties des monuments des termes utilisés par Numrich 1997, 220.

35 Sur les vêtements des personnages, Freigang 1997, 299-309.

36 E. 6, 5146.

37 Voir Veyne 1981,248-250, avec d'autres références.

38 Aymard 1951 ; Grabar 1962 ; Freygang 1997, 325-326.

39 Veyne 1981,246, n. 5 ; Turcan 1999, 86. à propos d’un sarcophage de la collection Rinucinni.

40 Freigang 1997, 326-327 ; Turcan 1999, 86.

41 Cf. là encore la mosaïque de Iulius à Carthage.

42 Espérandieu 1913, 322, évoque aussi une perception d'impôts, mais on ne voit pas bien ce qu’une scène de ce genre ferait ici. Voir aussi Renard 1949 et 1959, 35 et 38, fig. 10 ; Heinen 1985, 160 ; Marcone 2000, 490. n. 19 et 20, avec d’autres références.

43 Drinkwater 1981 et 1982, voir ci-dessous.

44 II y a une scène de ce genre sur le monument d'Igel (frise de la face ouest), et une autre sur un relief d'Arlon connu par un dessin (E. 5, 4102) ; voir l’excellent commentaire de Veyne 1981, 246-247.

45 Sur la représentation des activités professionnelles sur les monuments funéraires mosellans en général, voir Freigang 1997, 330-340.

46 Sur ce monument, voir Numrich 1997, 95-100.

47 France 2001b.

48 E. 6, 5148 f ; dans la reconstitution du monument par Krüger, suivie par Espérandieu, ce relief est placé sur la face latérale gauche de l’attique. Je me réfère pour ma part à la reconstitution de Numrich 1997.

49 Cf. E. 6, 5216 (Neumagen) : amphores paillées.

50 Des scènes de halage sont visibles dans leur ensemble sur les degrés du monument d’Igel, mais les barques sont là chargées de ballots. On doit aussi mentionner ici les fameuses représentations de navires avec rameurs, chargés de tonneaux, retrouvées à Neumagen, E. 6. 5184, 5193 et 5198. Ces deux dernières ont été, vraisemblablement à tort, attribuées au Monument du Cirque (Zirkusdenkmal), E. 6, 5175, cf. Numrich 1997, 110-113. D’après Basch 1987. 486, il s’agit là de navires de guerre, dont l’utilisation pour le transports de barriques est curieuse.

51 E. 6, 5148 g.

52 Cette question a fait l’objet d’une étude générale, Schwinden 1989.

53 Voir Demarolle 2001. Une autre scène de ce genre sur un des monuments retenus pour l’étude : E. 6, 5166 (no 4).

54 Andreau 1987, 469 ; sur les scènes de comptes, voir aussi Baltzer 1983, 46-60 ; Marcone 2000, 490, n. 19.

55 Par exemple E. 5148 i (l’attribution de ce relief au Negotiatorpfeiler (no 3), supposée par Espérandieu, n’emporte pas l’adhésion) ; E. 6, 5175 b, sur le Monument du Cirque (Zirkusdenkmal) : E. 5, 4043 (Arlon).

56 Andreau 1987, 473, ne mentionne que quatre reliefs représentant certainement des manieurs d’argent professionnels, trois à Rome et un à Ravenne.

57 Voir ceux proposés par Andreau 1987, 471-472.

58 Freigang 1997, 383.

59 Sur ce point, Freigang 1997, 309.

60 Voir plus haut, note 15.

61 Laubenheimer 1985, 261-293.

62 Laubenheimer 1990, 98-106 ; Gilles 1995.

63 Laubenheimer 1990. 129-131.

64 En dehors de l'exemple que constitue le Negotiatorpfeiler (no 3), on peut citer dans une autre région le relief de Cabrières d'Aygues (Vaucluse). E. 9, 6699, qui montre le halage d'une barque chargée de tonneaux, audessus de laquelle se trouve une étagère garnie d'amphores gauloises.

65 Laubenheimer 1990. 146-154.

66 Drinkwater 1982. Sur les activités des Secundinii et leur organisation, voir aussi Mehl 1997 qui reprend, en les renouvelant, les positions de Drinkwater ; Heinen 1976, suivi par Marcone 2000, 495, n. 34, insiste comme moi sur l'aspect commercial et non productif des représentations du Monument d'Igel : les producteurs n'étaient pas directement dépendants des Secundinii, et le négoce du textile devait reposer sur une organisation assez complexe d'agents commerciaux et de transporteurs : Béal 1999, présente quant à lui les Secundinii comme des Hautes.

67 L’analyse des reliefs du Monument d'Igel doit évidemment être faite d’abord à partir des photographies des reliefs dans la publication de référence, Dragendorff & Krüger 1924 (des couvertures photographiques plus anciennes, réalisées à l'occasion de travaux de restauration peuvent être consultées au Landesmuseum de Trêves) ; la reconstitution graphique réalisée par Lambert Dahm est extrêmement précieuse et elle repose sur un travail archéologique approfondi, voir Zahn 1968b ; elle n'en comporte pas moins une part d'interprétation qui n'est pas exempte d'erreurs, comme on peut le voir pour le texte de l’inscription, voir France 2001b.

68 Dragendorff & Krüger 1924, 53-54, fig. 31 ; voir aussi Drinkwater 1982, 112.

69 Drinkwater 1982, 120-121, se réfère notamment sur ce point aux idées de Moeller 1976, tout en soulignant leur caractère excessif ; d’une manière générale on a reproché à Moeller son approche trop modernisante ; sur la place des foulons, voir aussi Deniaux 1995. Signalons que l’on possède un témoignage relatif à l'existence probable à Trêves d’un collège d'offectores (teinturiers), AE, 1928, 183 ; cf. Rostovtzeff 1926 = 1988, 481.

70 Voir Delplace 1980, 295-297 et 416-417. François Richard observe à ce sujet que le Griffon prend place dans un monde éloigné des mortels, où il est le gardien de l'or du soleil. Dans le monument, il s’articulerait avec le soleil représenté au-dessus sur le fronton. Il estime par conséquent qu'il faut plutôt le replacer dans le cadre du programme mythologique et du message funéraire du monument : les Griffons seraient les gardiens de l’entrée dans le monde de l'outre-tombe, ou le monde des dieux, et ce serait la puissance d’Éros qui permettrait d’en venir à bout.

71 L’interprétation funéraire du relief des Griffons présente l’avantage de l’intégrer dans l'ensemble des panneaux du côté nord, dont le thème d'ensemble est dominé par le message mythologique et eschatologique. Toutefois, on doit noter que l’emplacement de ce relief présente de toute façon une difficulté. En effet, tous les panneaux réalistes se situent à la même place : socle, frise et attique, tandis que les panneaux et motifs mythologiques se placent à l’étage principal, sur les frontons et le couronnement du monument (le relief familial et les gradins constituent des cas à part). Celui-ci est donc le seul qui échappe au schéma général. Il me semble que dans la mesure où la disposition des reliefs paraît avoir fait l'objet d'une organisation rigoureuse, il est difficile de voir là l'effet du hasard. S'il est impossible de trancher entre les deux interprétations présentées ici, il n’est pas interdit de penser que le relief des Griffons délivre un message à double sens.

72 Drinkwater 1982. 122-124 ; Heinen 1976 met aussi l’accent sur l’importance du commerce interrégional.

73 Schwinden 1989, 299, a insisté sur le caractère “emblématique” de cette scène, effectivement très fréquente dans l'art funéraire mosellan, et explique seulement ainsi sa présence répétée sur le monument.

74 Je m’oppose donc sur ce point à Schwinden 1989, 299 et 2001, qui suggère que les Secundinii avaient aussi une activité financière ; et à Béal 1999. 99-100, qui pense qu'il s'agissait d'“investisseurs multiples, plaçant de l’argent dans plusieurs affaires”.

75 Voir sur ce point ci-dessus, note 9.

76 Je rejette donc l'idée, défendue par Zahn 1968a, et en dernier lieu par Wild 2001 selon laquelle les Secundinii étaient avant tout des propriétaires fonciers, pour lesquels la fabrication et le négoce du drap serait une activité secondaire, liée à l’exploitation de leur domaine et de leurs dépendants.

77 J'ai analysé ailleurs ce relief à propos de la possible représentation au sommet de la montagne d'un poste de douane, cf. France 2001 a. 450-451.

78 Turcan 1999, 86, sur la représentation de la richesse à travers l’achat de marchandises.

79 Cf. Heinen 1985, 151, estime en ce qui concerne les Secundinii que le nombre important de personnages nommés dans l'inscription empêche de mentionner leurs cursus ; Gabelman 1987, 306. pour qui la figuration des insignes de magistrat ne correspondait plus au goût de l'époque ; entin, Rapsaet-Charlier 2001. 107 sq. a établi, au terme d'une analyse serrée que les notables des Gaules et des Germanies répugnaient a mentionner leurs charges municipales dans les inscriptions funéraires.

80 Béal 1999. 101 et n. 44. est peu convaincant sur ce point.

81 Jacques 1984. 663-765.

82 Drinkwater 2001a, 301-303.

83 Par exemple le cas bien connu de C. Apronius Raptor, citoyen trévire et décurion, naute de la Saône, honoré à Lyon par les négociants en vin, CIL, XIII. 1911 et 11179 (D. 7033).

84 Raepsaet-Charlier 2001, 111.

85 L'idée de la présence de grands négociants au sein des élites, à côté des propriétaires fonciers, est ainsi avancée par Raepsaet-Charlier 1998, 186 : “D’autre part ne peut-on imaginer aussi, pour les grands négociants et transporteurs, qu'il n'y ait pas eu nécessairement de réelle cassure sociale vis-à-vis des propriétaires fonciers : n'appartiendraient-ils pas dans certains cas aux mêmes familles mais avec des investissements différents, l'argent allant de la terre au commerce selon les besoins et les bénéfices ?”.

86 Verboven, dans ce volume.

87 Veyne 1961, 231.

88 Mon point de vue est ici très proche de celui de Marcone 2000. 495-497, qui estime que ces négociants appartiennent à une “classe émergente”, orgueilleuse de son travail ; en revanche je ne le suis pas quand il déclare, paradoxalement à mon avis, qu'il s'agit” di persone di condizione sociale modesta” ; voir aussi sur ce point les remarques de Raepsaet-Charlier 2001. 112.

89 John Drinkwater dans un texte pédagogique réalisé pour ses étudiants, qu’il a eu la gentillesse de me faire parvenir, a eu le mérite de revenir sur l'importance des reliefs mythologiques, souvent négligés, et d'insister sur la nécessité de les analyser en liaison avec les reliefs réalistes. Plus récemment, à l’occasion des journées d'étude consacrées au Monument d'Igel, à Nancy et à Trêves, il est revenu plus largement sur cette question, avec des remarques et des suggestions stimulantes, voir Drinkwater 2001a.

90 Voir les précisions de Drinkwater 2001a, et France 2001b.

91 Le monument jouait peut-être le rôle d’amer pour les usagers de la voie d’eau ; des exemples similaires sont bien connus sur le Rhône, cf. Christol & Fiches 1999. 147. Sans nul doute, cet emplacement et les scènes choisies pour faire face au fleuve et à l’axe du passage, s’ils servaient avant tout l’illustration de la famille, n’étaient pas dénués d’une certaine volonté “publicitaire”.

92 Hatt 1986, 194-199 ; Kempchen 1995.

93 Béal 1999, 103 et n. 51.

94 Drexel 1920.

95 Marcone 2000. 497.

96 Rostovtzeff 1926 = 1988. 479. n. 27.

97 Cumont 1942, 28. 97-98, 174-173 ; Zahn 1968a, 33, insiste aussi beaucoup sur cette idée.

98 Cumont 1942, 173-175 ; Halt 1986, 351-353 : Turcan 1999. 117.

99 Turcan 1999, 59-88.

100 Wrede 1981, 93 sq. : Turcan 1999, 80-88 : Béal 2000.

101 Weber 1920 = 1995 3.

102 Delumeau 19733. 299-323.

103 Weber 1920 = 19953. 48.

104 Weber 1920= 19953. 80.

105 Weber 1920= 19953, 57-60 et 74.

106 Weber 1920= 19953, 90.

107 Weber 1920= 19953, 78.

108 En achevant cette élude, je prends connaissance du bel article de Paul Veyne 2000, dans lequel il esquisse un “portrait moral” de la “plèbe moyenne”, qui présente des traits communs avec ce que nous pouvons entrevoir de la mentalité des Secundinii ; à la p. 1194, il précise que “l’exigence morale” dont elle fait preuve est tirée “d'une sagesse utilitaire et hédoniste associant vertus et prudence, et non (...) d'un impératif transcendant comme les puritains selon Max Weber”. On en conviendra d'une manière générale, mais on doit tout de même reconnaître que le monument d'Igel, par l’importance qu'il accorde au message funéraire et eschatologique en rapport avec la représentation du travail, constitue un cas particulier, qui donne une dimension supplémentaire à cette “exigence morale”. Si on ne peut sans doute pas parler d'un “impératif transcendant”, il me semble que les termes que j'emploie ici pour définir leur attitude à cet égard demeurent justifiés.

109 Voir sur ce point les idées avancées par Andreau 1999, 145-146.

110 Andreau 1999, 122-126 : Drinkwater 2001a, 304-305. Il n'est pas certain toutefois que l’existence d'un système d'emprunt public ait profité aux négociants ; l'exemple de la France d'Ancien Régime montre en effet que c'est la grande noblesse qui, par l’intermédiaire de financiers d'ailleurs souvent nobles et officiers de finance, prête ses écus au roi, voir sur ce point l'étude fondamentale de Dessert 1984. spécialement p. 358-368.

Table des illustrations

Légende Fig. I : Les 3 types de monuments funéraires trévires (d'après Espérandieu 1907).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 2a : Le monument d'Igel. Reconstitution d'après L. Dahm.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 2b : Le monument d’Igel. Reconstitution d’après L. Dahm.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 3 : Tombeau du negotiator [P] Capitonius [Ca]tulus. Rheinisches Landesmuseum. Trêves.Photo de l'auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 4 : Tombeau du negotiator [P] Capitonius [Ca]tulus. Rheinisches Landesmuseum. Trêves.Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 5 : Tombeau de C. Albinius Asper. Rheinisches Landesmuseum, Trêves.Photo de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Fig. 6, 7 et 8 : Tombeau de parents avec enfants. Rheinisches Landesmuseum. Trêves.Photos de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 9 et 10 : Tombeau d'Avitus.Photos de l’auteur
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/10002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Ausonius Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search