ARTEHIS Éditions https://books.openedition.org/artehis CC0 direction-artehis@u-bourgogne.fr Bruno Phalip, loin des chantiers battus, un autre discours Dans la société des historiens de l’architecture et de la construction, s’il est une personne atypique, Bruno Phalip est celle-là. Sa volonté de renouvellement épistémologique, son attention envers les hommes et les femmes délaissés par l’Histoire ainsi que son appétence pour les questions techniques l’ont invité à s’approprier sa discipline – l’Histoire de l’art – en la mettant à l’intersection des Sciences sociales, de l’Archéologie, de l’Histoire et de la Géographie.

Professeur des Universités à l’Université Clermont Auvergne, ses anciens doctorants et collègues-amis veulent rendre ici hommage à la fois au scientifique singulier et au pédagogue bienveillant.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/31855 2023-10-10 Mélinda Bizri, Marie Charbonnel, Laura Foulquier et Pascale Chevalier ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Approche diachronique des sites de hauteur L’étude des occupations fortifiées de hauteur est aujourd’hui l’un des thèmes centraux de la recherche en archéologie des territoires et des peuplements, en particulier pour les âges des Métaux et la fin de l’Antiquité ainsi que le début du Moyen Âge. Pourtant, l’évolution des occupations de hauteur sur le temps long au cours de la Protohistoire et du haut Moyen Âge reste encore mal connue, tant du point de vue des dynamiques intra-sites qu’à l’échelle territoriale. C’est certainement là l’une des originalités de la journée d’étude organisée le 12 novembre 2019 par l’axe « Fabrique du paysage » de l’UMR ARTEHIS dont découlent les contributions présentées au sein de ce recueil.

L’approche comparative entre Protohistoire et haut Moyen Âge, au-delà d’une confrontation des modes d’occupation des reliefs et de l’appréhension de logiques spatiales communes aux deux périodes, se veut également méthodologique, avec pour ambition principale d’établir les premiers jalons d’un dialogue pérenne entre spécialistes.

Au travers de six contributions faisant état des connaissances acquises sur des sites localisés en Auvergne, dans les Vosges et dans l’actuelle région Bourgogne-Franche-Comté, ce dossier propose de nouvelles perspectives pour l’approche des occupations de hauteur, en prônant notamment une collaboration plus étroite entre spécialistes des deux principaux champs chronologiques abordés.

Au final, le dossier ici réuni constitue une première étape modeste, appelant le renouvellement de ce type d’initiative dans le cadre de discussions plus larges pour mieux appréhender les liens entre dynamique d’occupation humaine sur le temps long et dynamique des paysages.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/30933 2023-03-23 Damien Martinez et Amélie Quiquerez ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Quis sum ? Provincialis ? Ce volume portant sur les identités provinciales, culturelles et sociales plus que politiques, s’inscrit dans le cadre d’une réflexion menée depuis plusieurs années sur la notion d’identité, vécue ou perçue. Dans un cadre géographique circonscrit, celui de l’empire romain en tant qu’espace et sur une longue durée, de la fin de la République à l’Antiquité tardive, les présentations envisagent des cas précis permettant de comprendre si le niveau administratif qu’est la province a pu contribuer à nourrir une identité spécifique, qui n’était ni la citoyenneté romaine, ni la citoyenne civique locale. En effet, si aucun élément juridique ne définit l’appartenance à une communauté provinciale, d’autres éléments, sociaux, culturels… peuvent permettre, dans certains cas et à certains moments, de mettre en évidence le sentiment d’appartenance à une communauté supra-civique, à une communauté provinciale. Sources littéraires (Pline l’Ancien), épigraphiques et juridiques ont été convoquées, et permettent de parcourir l’empire, de l’Afrique à la Dacie, en passant par la Narbonnaise, l’Achaïe ou l’Égypte… Se déterminer comme prouincialis, reconnaître qu’une communauté tout au moins culturelle était comprise dans le cadre administratif de la province, c’est ce que les travaux rassemblés ici ont mis en évidence.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/25050 2022-12-21 Sabine Lefebvre ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Archéologie du bâti. Aujourd’hui et demain Depuis les années 1980, une approche nouvelle s’est imposée autour de la construction en reprenant le principe archéologique de la stratigraphie des unités et des faits. Plusieurs rencontres depuis 2001 ont pu témoigner de ces avancées et il devenait nécessaire de confronter tous les acteurs concernés dans un colloque international. Cette archéologie dépasse les études architecturales traditionnelles qui reposaient essentiellement sur les formes et les grandes étapes de changement visibles à l’œil depuis le sol. Le bâti apparaît aujourd’hui non comme uniquement un ensemble de formes inscrites dans l’histoire mais comme une structure complexe toujours en renouvellement. La construction n’est plus celle d’un type entrant dans des cases mais celle d’un lieu aux fonctions et aux usages ayant évolué avec le temps. Sa permanence comme sa disparition nous interroge.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/25779 2022-06-07 Christian Sapin, Sébastien Bully, Mélinda Bizri et Fabrice Henrion ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
La faïence en France du XIII<sup>e</sup> au XIX<sup>e</sup> siècle Le mot céramique est issu du grec ancien keramos qui vient probablement, à travers l'idée de mélange d'argile et d'eau, du grec ancien kerannumi, avant de désigner les récipients en terre cuite, puis le quartier des potiers à Athènes, pour être enfin étendu vers la moitié du XIXe siècle à toutes les fabrications à base d'argile cuite. Les argiles naturelles sont d'une grande variété et présentent des compositions chimiques très différentes suivant la roche-mère dont elles proviennent. Par l'érosion géologique, dans un processus qui demande des millions d'années, elles proviennent de la désintégration du feldspath, dont la silice et l'alumine se combinent chimiquement avec l'eau, et contiennent généralement de nombreux autres éléments, parmi lesquels de la potasse, de la magnésie, de la chaux, du fer et du carbone. Elles peuvent être diversement colorées, du rouge brun au blanc le plus pur, et celles qui sont colorées sont les plus répandues. Si l'on y ajoute de l'eau, l'argile devient plus ou moins malléable, liante et plastique. On peut alors lui donner toutes sortes de formes, avant de la cuire pour la durcir et la fixer de manière irréversible. Elle perd alors sa plasticité et son eau, mais gagne en densité, en imperméabilité et en solidité. C'est cette propriété qui a été utilisée depuis des millénaires par les hommes de toutes les civilisations pour confectionner des récipients et des objets de toute sorte.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/24709 2021-12-08 Jean Rosen ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Cluny et la couleur Reconstituer l’abbaye de Cluny est l’exercice par excellence pour l’archéologue ou l’historien de l’architecture. Les plans, la morphologie des volumes, jusqu’au décor sculpté ont occupé plusieurs générations de chercheurs. Les images restituées sont restées cependant toujours prudentes vis-à-vis de la couleur. Elles ne se sont aventurées souvent qu’à travers des comparaisons. C’était le cas pour le décor du cul de four inspiré de celui de Berzé-la-Ville, ou de manière toute relative lors des dernières tentatives de 3D. Avec les deux nouvelles études ici en ligne sur les enduits peints et les carreaux de sols, d’autres perspectives s’offrent au regard et à l’imagination des chercheurs. Ces travaux inédits s’appuient sur une partie du mobilier trouvé en fouille lors des dernières campagnes de 2006-2013, conduits sous la direction de Anne Baud (Université Lyon 2) et de Christian Sapin (CNRS UMR ARTEHIS Dijon) avec l’équipe du Centre d’Etudes médiévales d’Auxerre (Fouilles programmées financées par le Ministère de la culture), publié en octobre 2019 au CTHS.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/24860 2021-12-08 Christian Sapin, Bénédicte Bertholon et Magali Orgeur ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
La genèse du village Une quarantaine de chercheurs et d’étudiants se sont réunis le 27 novembre 2018 dans le cadre d’une journée d’étude organisée par l’axe « Fabrique du paysage » d’ARTEHIS. Nous étions rassemblés autour de la question de la formation des villages et plus largement de problématiques propres à l’étude des habitats groupés du haut Moyen Âge.

Les communications ont permis de faire état de la diversité des approches comme des avancées de la recherche dans le Centre-Est. C’est au prisme de synthèses chronologiques ou régionales, d’études de cas issus de recherches préventives comme programmées ou encore de réflexions méthodologiques que les travaux des différents intervenants heureusement complétés de riches échanges et remarques par les membres de l’assistance ont notamment mis l’accent – une nouvelle fois ! – sur les difficultés rencontrées dans la caractérisation des habitats mis au jour, en dépit d’une documentation de terrain sans cesse renouvelée.

Les débats se sont particulièrement intéressés aux apports comme aux limites de l’archéologie concernant cette problématique. Le rôle de l’église et du cimetière comme celui des élites en général dans la polarisation de l’habitat ont été soulevés de manière récurrente tout au long des échanges. Les questions de pérennité et de fixité des occupations humaines ont également été largement évoquées, comme la nature des activités parfois spécifiques regroupées dans des secteurs dédiés et leur place dans l’économie villageoise. Des questions d’organisation du peuplement et de modalités d’exploitation du sol ont également été débattues et l’importance de la géographie physique dans la mise en place de réseaux d’habitats a été soulignée. De fait, les facteurs déterminant le paysage humain au sein duquel s’intègre le village sont nombreux.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/24915 2021-12-08 Antoine Guicheteau, Vincent Marchaisseau et Amélie Quiquerez ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Recherches de Protohistoire alsacienne Entre Champagne, Bourgogne et Wurtemberg, le secteur qui s’étend du cours de la Moselle à la Forêt Noire a été choisi depuis quatre ans, dans le cadre d’un programme de recherches de l’UMR 7044 (CNRS-Université Mate Bloch, Strasbourg), et à travers le cas de quelques sites de référence, pour une recherche collective regroupant une douzaine de collaborateurs, autour de la constitution d’un référentiel typo-chronologique commun, fondé sur la comparaison des mobiliers céramiques.
Parallèlement à cette réflexion, il a paru intéressant de faire connaître rapidement, pour la région Alsace, le corpus de plusieurs sites d’habitat, issus de l’archéologie préventive, et qui n’avaient bénéficié encore, d’aucune publication.
Si l’analyse des mobiliers céramiques constitue donc l’essentiel des articles proposés dans ce volume, elle s’accompagne d’une rapide description des structures et, s’il y a lieu, de l’étude des mobiliers associés (matériel métallique, faune). D’autre part, par la richesse de leur corpus, certains des sites sélectionnés offrent matière à une réflexion plus large sur une phase particulière (comme la proposition d’une sériation affinée du Bronze final III). La comparaison entre plusieurs ensembles du Ha C laisse également envisager la possibilité de distinguer, à l’intérieur de cette période, des caractères plus anciens ou plus récents. Enfin, en dehors des sites nouvellement publiés, la reprise de quelques ensembles déjà connus a permis, de même, de progresser dans la mise en évidence des caractères évolutifs de la céramique alsacienne pour le Hallstatt D. On a donc tenté, pour clôturer ce volume, d’esquisser, pour la première fois, une synthèse de la céramique domestique en Alsace, de la fin du Bronze final au début de La Tène, avec une mise en perspective de cette céramique dans le cadre plus large du Rhin supérieur et des régions limitrophes.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/23409 2021-04-20 Anne-Marie Adam ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
L’habitat fortifié pré- et protohistorique en Côte-d’Or S’appuyant sur trois décennies de travaux de terrain et de recherches bibliographiques en Côte-d’Or, l’ouvrage que publie aujourd’hui la R.A.E. reprend une thèse de doctorat soutenue en 1993 à l’Université de Franche-Comté par Jean-Pierre Nicolardot, chercheur au C.N.R.S.
Après l’historique et la définition de l’habitat fortifié aux temps préhistoriques et protohistoriques, l’auteur présente les résultats de ses recherches stratigraphiques sur deux sites clefs de la Côte-d’Or pour l’étude des premières architectures défensives, le Camp de Myard à Vitteaux, entre les vallées de l’Armançon et de la Brenne, et le Châtelet d’Étaules, dans la vallée du Suzon. Ces deux sites ont été occupés plus particulièrement au Néolithique moyen et au Bronze final, ainsi que, pour le second, au premier Âge du Fer.
Dépassant le cadre de ces deux gisements bourguignons, le lecteur trouvera une abondante matière comparative de sites témoins des activités ou de la présence humaine en Côte-d’Or, depuis la fin de la Préhistoire jusqu’aux Âges des Métaux (habitats ouverts, nécropoles, dépôts et objets isolés remarquables…).
La documentation iconographique et la bibliographie, qui dépassent les limites régionales, rendent plus accessibles les acquis de l’archéologie de terrain.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/23517 2021-04-20 Jean-Pierre Nicolardot ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Des fleuves et des hommes à l’époque mérovingienne Organiser un colloque de l’AFAM ayant pour objet des fleuves et des hommes : territoire fluvial et société au premier Moyen Âge, c’est s’inscrire à double titre dans la recherche archéologique actuelle. En effet, cet objet de recherche s’intègre non seulement à l’archéologie des territoires fluviaux, qui s’appréhende sur une échelle temporelle large, mais également à l’archéologie du haut Moyen Âge, dont l’échelle chronologique plus restreinte autorise un éclairage particulier.
L’archéologie des territoires fluviaux s’est développée en France à partir des années 1980, à la suite des travaux anglais de la waterfront Archaeology. Elle a notamment permis le décloisonnement d’un certain nombre d’objets d’études comme les ponts, les moulins, les objets découverts dans les fleuves, la batellerie – dont l’étude est une tradition qui remonte au xixe siècle –, etc., pour aborder le fleuve dans sa totalité, intégrant notamment l’hydrologie du fleuve. C’est à partir de la fin des armées 1990 que Jean-Paul Bravard a conceptualisé le fleuve ou la rivière en une combinaison d’écosystèmes interactifs réagissant aussi bien aux changements anthropiques que naturels : les hydrosystèmes fluviaux.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/24139 2021-04-20 Édith Peytremann ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
De l’âge du Bronze à l’âge du Fer en France et en Europe occidentale (Xe-VIIe siècle av. J.-C.) Les actes du XXXe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer (A.F.E.A.F.) - Saint-Romain-en-Gal, 2006 - rassemblent en un seul volume les 16 communications du thème régional et les 28 du thème spécialisé, co-organisé avec l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’âge du Bronze (A.P.R.A.B.).

La question du territoire est la trame de fond de la partie régionale, suscitée par le dynamisme et les résultats de l’archéologie à Lyon et dans la région (du Mâconnais à la Loire et aux Alpes). Cette question est abordée par l’examen des sources écrites, d’utiles synthèses et la présentation de sites remarquables, en contexte d’habitat ou funéraire.

L’enjeu du thème spécialisé était s’éclaircir la difficile question du passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer. Comment cerner les signes du changement, l’expliquer, en saisir le moment ? La plupart des auteurs ont choisi une fourchette chronologique large et se sont placés dans l’optique d’une évolution d’ordre endogène. Le critère du métal n’apparaît pas comme le plus pertinent. La fragmentation des faciès céramiques, la rupture de l’unité culturelle prévalant entre le XIIe et le VIIe siècles, des comportements nouveaux constatés dans les habitats et les pratiques funéraires : la situation est contrastée dans une Europe étudiée ici avec des exemples allant de l’Espagne à l’Italie, de la Grande-Bretagne à la Bohême.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/18066 2020-11-02 Henri Gaillard de Sémainville, Marie-Jeanne Roulière-Lambert, Alain Daubigney, Pierre-Yves Milcent, Marc Talon et Joël Vital ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Iconographie du quotidien dans l’art provincial romain : modèles régionaux Ce volume rassemble une grande partie des communications qui ont été présentées lors du XIVe congrès international d'art provincial romain, qui s'est tenu à Dijon (Bourgogne) du 1er au 6 juin 2015, sur le thème Iconographie du quotidien dans l'art provincial romain : modèles régionaux. Traitant d'une thématique qui jusque-là n'avait pas été évoquée dans le cadre des précédents congrès, il s'inscrit dans la continuité d'une réflexion portant sur la sculpture romaine issue des provinces. Rassemblés en quatre parties, les textes proposés par des chercheurs venant de toute l'Europe, mais aussi d'Afrique du Nord, évoquent les stèles, reliefs, sculptures qui racontent la vie quotidienne des populations de l'Empire romain, le plus souvent figurée sur des monuments funéraires. Sont ainsi évoqués la formation des enfants, divers métiers d'artisans ou de boutiquiers, les loisirs... : ces scènes sont autant de « saisies sur le vif » de ce quotidien qui nous échappe trop souvent et auquel les sources littéraires prêtent en général peu attention.

Ces représentations, la nature des thématiques et des modalités d'exécution sont très liées au contexte de réalisation : le choix des ateliers, leurs pratiques en fonction des ressources locales permettent de mettre en évidence des différences perceptibles d'une région à l'autre au sein du vaste Empire romain. Une place particulière a été faite aux découvertes récentes et à l'exposition Pax Romana - Scènes du quotidien en Gaule romaine, au musée archéologique de Dijon, qui accompagnait la réunion scientifique. Abondamment illustré, ce volume offre un large panorama de la vie quotidienne des sujets de l'Empire, depuis la conquête de leur territoire jusqu'à la christianisation de l'espace romain.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/1585 2020-09-16 Sabine Lefebvre ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Les âges du fer dans la vallée de la Saône (VII<sup>e</sup> - I<sup>er</sup> siècles avant notre ère) La vallée de la Saône et ses environs se distinguent par leur richesse archéologique pour les deux Ages du fer et pour les vestiges relevant de la métallurgie ancienne. La comparaison des vestiges textiles, tombes à épées et tous les aspects de la paléométallurgie du bronze : mines, minerais, techniques de fabrication apporte des précisions sur cette période.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/20783 2020-09-16 Louis Bonnamour, Alain Duval et Jean-Paul Guillaumet ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Archéologie du poêle en céramique du haut Moyen Âge à l’époque moderne Cette table ronde, tenue à Montbéliard (Doubs) les 23 et 24 mars 1995, clôt les travaux du Projet collectif de recherche sur la céramique médiévale et moderne en Franche-Comté, coordonné par Jean-Olivier Guilhot, durant les années 1992-1994. En complément de l’exposition avec catalogue intitulée « Ex Pots, céramiques médiévales et modernes en Franche-Comté », la table ronde aborde pour la première fois, dans une réunion scientifique internationale, le thème du chauffage au poêle en réunissant les meilleurs spécialistes archéologues, historiens et historiens de l’art allemands, français, suisses, polonais et tchèques. Elle a été conçue à la fois comme un bilan des connaissances et une réflexion sur les investigations encore à mener. La céramique de poêle est, en effet, à l’archéologie médiévale des régions impliquées ce que le silex est aux fouilles préhistoriques : un objet complexe qui sert de traceur chronologique, technique, socio-économique et artistique. C’est ainsi qu’ont été principalement abordées les questions des origines, des techniques de montage, du fonctionnement, de l’extrême diversité des décors et de leurs sources d’inspiration de l’époque médiévale aux XVIe-XVIIIe siècles. Ce volume, abondamment illustré, complété par la transcription des débats suscités par chacun des thèmes et par une proposition de programme de recherche international, fera date dans son domaine, en dépassant pour la première fois le catalogue des sources pour aborder les questions majeures qui animent les chercheurs à l’heure actuelle.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/20138 2020-07-27 Annick Richard et Jean-Jacques Schiwien ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
En marge du village Dans la petite commune alsacienne de Sermersheim, en bordure de l’Ill, une équipe d’archéologues de l’Inrap a fouillé en 2006, en préalable à la construction d’un lotissement, un important secteur économique et funéraire du premier Moyen Âge (vie-xiie s.). Les recherches archéologiques, enrichies par l’apport de plusieurs études paléoenvironnementales (dendrochronologie, carpologie, archéozoologie, anthropologie et géomorphologie), ont permis de restituer le développement d’une zone d’activités spécialisées. Les premiers ateliers textiles, puits à eau et structures agricoles prennent place au début du vie siècle dans un secteur déjà fréquenté aux périodes néolithique, protohistorique et antique. Ce secteur connaît un essor de la fin du viie siècle jusqu’au xe siècle, avec un développement des activités de tissage, de métallurgie et agricole parmi laquelle se distingue l’élevage de chevaux. C’est également durant cette période qu’est mis en service un espace funéraire en limite du secteur économique. Quelques sépultures sont néanmoins installées au sein même de la zone d’activités. Celle-ci connaît un déclin à partir de la fin du xe siècle et elle est définitivement abandonnée dans le courant du xiie siècle. La richesse des données recueillies, notamment grâce à l’abondance des puits à eau au cuvelage en bois préservé, a permis, outre l’établissement d’une courbe dendrochronologique, de suivre sur sept siècles le développement et la gestion domaniale d’un secteur économique dépendant probablement d’une abbaye.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/1506 2020-07-23 Édith Peytremann ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Les meules du Néolithique à l’époque médiévale : technique, culture, diffusion Ce colloque s'inscrit dans la dynamique du PCR « Évolution typologique et technique des meules du Néolithique à l'an mille sur le territoire français ». Il fait suite à la table ronde de Saint-Julien-sur-Garonne publiée en 2011, qui avait présenté les normes descriptives, validé les premiers résultats obtenus sur le fonctionnement des meules et défini les pistes d'une analyse typologique.

Ce volume présente le dépouillement systématique des données de Champagne-Ardenne effectué avec l'aide des archéologues et des conservateurs de cette région. C'est la première fois qu'une action de ce type est effectuée. Elle révèle la potentialité d'un espace donné en matière de meules et mesure l'important travail nécessaire pour documenter ce corpus. Cette étude locale est accompagnée de contributions sur d'autres régions et pays, particulièrement de la Méditerranée.

Concernant l'analyse des bases de données nationales, le colloque de Reims a été l'occasion de mettre en relation les différentes variables, de confirmer l'efficacité des outils mis en place, de présenter des méthodes d'analyses statistiques et cartographiques globales d'ores et déjà opérantes et de corriger rapidement les éventuels dysfonctionnements. L'intérêt de l'association systématique des analyses typologiques et géologiques des meules a été confirmé. Plus-value essentielle à notre recherche collective, un certain nombre de questions techniques et chronologiques ont été résolues par le biais d'analyses croisées fondées sur des contextes archéologiques fiables et une analyse rigoureuse et homogène des géomatériaux. Le succès de cette rencontre doit beaucoup à l'accueil du laboratoire du GEGENAA (EA3795) au sein de l'université de Reims, particulièrement efficace et chaleureux.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/2965 2020-07-23 Olivier Buchsenschutz, Stéphanie Lepareux-Couturier et Gilles Fronteau ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
L’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule, II Les actes du colloque « Antiquité tardive dans l'Est de la Gaule, 2 », qui s'est tenu à Châlons-en-Champagne en septembre 2010, rassemblent vingt-six contributions portant sur l'archéologie de l'Antiquité tardive du Nord et de l'Est de la Gaule.

La première partie de l'ouvrage présente quatorze travaux sur les sépultures, nécropoles et pratiques funéraires dans les provinces de Lyonnaise I et IV, de Belgique I et II et de Séquanaise, tant en milieu urbain que dans les campagnes. Ils s'attachent, entre autres, à traiter les questions de topographie funéraire, d'organisation interne des nécropoles, d'architecture funéraire et des pratiques de déposition dans les sépultures et révèlent la transformation progressive de la topographie funéraire, particulièrement en milieu urbain, mais aussi des pratiques spécifiques propres à la période, tant dans l'aménagement de la sépulture que dans le mobilier déposé.

La seconde partie de l'ouvrage regroupe douze contributions illustrant l'actualité de la recherche dans ces régions, qu'il s'agisse de découvertes récentes ou de travaux de synthèse portant sur des sites ou des mobiliers.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/4198 2020-07-23 Nathalie Achard-Corompt, Michel Kasprzyk et Bérengère Fort ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Le sanctuaire antique des Bolards à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or) Rien ne prédestinait le Docteur Ernest Planson, médecin pédiatre actif et renommé, Docteur en Préhistoire, à s’intéresser au site gallo-romain des Bolards. Rien, et pourtant... un signe, un seul, sa rencontre fortuite au cours d’une partie de chasse dans un hameau proche de Nuits-Saint-Georges avec une stèle représentant un dieu bien gaulois, avec ses braies, sa serpe de vigneron, son bâton noueux en cep de vigne et ses oiseaux « oraculaires » sur les épaules. Il n'en fallait pas plus pour qu’une fouille soit entreprise et permette la découverte d’un modeste habitat rural. L’étude de l’environnement et des photographies aériennes, réalisées dès 1962, le conduiront tout naturellement à s’intéresser aux sites de Prémeaux et des Bolards.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/349 2020-07-07 Colette Pommeret ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
La Bourgogne entre les bassins rhénan, rhodanien et parisien : carrefour ou frontière ? Au cœur même de son territoire, la région de Bourgogne a accueilli pour quelques jours, à l’occasion de son 18e colloque, la communauté des néolithiciens. Bien des congressistes, venus du Nord, de l'Ouest ou du Sud pour se rendre à Dijon, n’auront pas manqué de percevoir le relatif obstacle au franchissement que constitue le massif bourguignon.

Mais le frein partiel engendré par la topographie ne saurait masquer l’ouverture vers l’extérieur de la Bourgogne, naturellement échancrée par trois bassins alluviaux. La Seine, l’Yonne et leurs affluents constituent des vallées propices aux échanges avec le Bassin parisien. Le couloir de la Saône, prolongé par celui du Rhône, offre une voie faisant lien avec le monde méditerrannéen. En bordure occidentale, la Loire s’ouvre en direction de l'Atlantique. Le plateau oriental, enfin, demeure perméable aux relations avec l’Est. Ainsi, à travers les temps, la Bourgogne se trouve-t-elle aux confins d’aires culturelles fluctuantes dont elle peut freiner les impacts, brasser les influences ou faciliter l’extension.

Dès le Néolithique, tandis que s’ébauchent les premières formes de notre société, va s’affirmer le double caractère de la région, à la fois frein et zone de pénétrations multiples. Tout en trouvant un obstacle au développement d’une progression et aux échanges à distance, les groupes de populations s’y interpénétreront et s’avèreront en retour porteurs d’influences entre mondes auparavant étrangers. Frontière, peut-être ? Carrefour, sûrement. Apprécier ce rôle de creuset, en déterminer les modalités et les limites à travers l’espace et le temps, tel était l’un des enjeux de ce colloque consacré à l’examen des rapports entre groupes culturels des bassins rhénan, rhodanien et parisien, et à leur mouvance.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/493 2020-07-07 Pascal Duhamel ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
L’Âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or) La découverte d’objets de l’Age du Bronze dans le bois de Pommeraie, près du hameau de Jonchères, à Blanot, peut paraître exceptionnelle. Cette commune de la bordure orientale du Morvan ne figure pas en effet dans les répertoires des gisements pré-et protohistoriques du département de la Côte-d’Or. La région, très boisée, n’a guère retenu les chercheurs à l’inverse de l’Auxois voisin systématiquement prospecté depuis la fin du XIXe siècle.

Les vestiges ont été découverts de façon accidentelle le 31 décembre 1982, au lieudit En Pommeraie par Guy Desplantes, fils de M. et Mme Desplantes agriculteurs à Jonchères. Les objets se trouvaient, à moins de vingt mètres du rebord du plateau, entre les racines d’un bouleau renversé et dans les terres soulevées par la chute de l’arbre. Ils avaient de toute évidence été mis au jour, de façon brutale, près de deux mois plus tôt, par une tornade qui fit maints dégâts dans la région.

Le découvreur préleva d’abord dans la souche un récipient de bronze, rempli d’objets recouverts d’une coupe de bronze retournée en guise de couvercle, puis, accompagné de ses parents, recueillit les autres vestiges pris dans les racines du chablis ou répartis dans la terre, sans effectuer toutefois de véritable terrassement. Furent ainsi rassemblés, outre le chaudron de bronze et son contenu trois paires de jambières à spirales, de petites fiasques de bronze entières ou démontées, des fragments d’un vase de terre cuite ainsi que tout un lot d’anneaux de bronze et des pendeloques de même métal.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/723 2020-07-07 Jean-Paul Thevenot ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Les sépultures tumulaires aristocratiques du Hallstatt ancien de Poiseul-la-Ville (Côte-d’Or) C’est l’engouement de la fin du XIXe siècle pour les Celtes et l’impulsion donnée par Napoléon III à l’archéologie nationale, à travers la recherche du site d’Alésia, qui attirèrent l’attention sur les tertres funéraires du Châtillonnais ; ceux-ci firent aussitôt l’objet de fouilles intensives menées dans des conditions souvent déplorables, même pour l’époque. Ces recherches avaient notamment pour but la découverte des sépultures des guerriers morts lors de la bataille de cavalerie qui précéda le siège d’Alésia. C’est ainsi que deux tombes princières de la citadelle hallstattienne du mont-Lassois, les tumulus de La Butte et de La Garenne à Sainte-Colombe, de même que le tumulus de La Motte à Cérilly, furent sondés de façon expéditive.

Un siècle s’est écoulé depuis les premières fouilles à Magny-Lambert et l’intense activité déployée par ces précurseurs de la protohistoire. La fièvre retombée, l’archéologie protohistorique et plus spécialement la fouille des nécropoles tumulaires en France connaîtra une longue éclipse ; le Châtillonnais n’échappera pas à la règle. A partir de 1967 cependant, quelques tertres seront fouillés par R. Ratel, sous l’impulsion de R. Martin, par exemple à Chaume-lès-Baigneux ou à Larçon.

C’est peut-être parce qu’ils avaient suivi les fouilles de Chaume-lès-Baigneux que G. H. Mongenet et A Gueneau, originaires de Poiseul-la-Ville, se décident peu de temps après à sonder, dans le vallon de Froide Fontaine, lieu dit "Pré Greusset", un tertre de très petite taille ; ils s’appuient il est vrai sur une tradition orale qui rapporte des découvertes effectuées dans le même secteur, au XIXe siècle, par l’instituteur du village.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/843 2020-07-07 Bruno Chaume et Michel Feugère ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Verrerie de l’Est de la France. XIII<sup>e</sup>-XVIII<sup>e</sup> siècles Cette publication porte essentiellement sur du verre de la fin du Moyen Age, époque marquée par des changements culturels importants : diversification des facteurs, spécialisation des fonctions ; les récipients en verre supplantent à partir du XIVe siècle les récipients en bois pour la boisson, ce qui peut être une explication à leur fréquence grandissante dans les dépotoirs ? : plus nombreux et fragiles, moins onéreux à l’achat, les verres se diffusent. Sur ces productions, cette publication marque quel apport constituent les fouilles de sauvetage en milieu urbain, apport à la connaissance de la culture matérielle et apport méthodologique et scientifique lorsque les chercheurs peuvent mettre en commun leurs résultats. Ainsi est-on passé de la collecte de mobilier à la sériation pour une meilleure connaissance de la culture matérielle.

Ce livre est comme toujours pour ce cas de figure un pari et un défi. Il faut saluer le pari de J.-O. Guilhot et le défi de R Thion, S. Jacquemot et Y.Brignon qui ont transformé en un travail de qualité homogène les contributions de tous, et tenu la distance puisque entre l’idée lancée en 1988 et sa réalisation, il ne se sera écoulé que deux ans.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/918 2020-07-07 Jean-Olivier Guilhot, Stéphanie Jacquemot et Pierre Thion ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
La façade des thermes de Sens Dans la très riche collection gallo-romaine qu’il possède, le Musée de Sens conserve les éléments d’un ensemble monumental qu’on appelle depuis les premières études qui en ont été faites la « Façade des Thermes ». Cette pièce majeure a depuis juin 1985 un attrait supplémentaire pour les chercheurs comme pour les visiteurs : elle est reconstituée dans une salle du Nouveau Musée dont l’aménagement approprié autorise un remontage archéologique suggérant la structure et le décor primitifs de l’édifice.

Les éléments de la Façade des Thermes sont actuellement au nombre de 36 et proviennent, comme la presque totalité des blocs gallo-romains de Sens, du rempart qui protégea la ville depuis le Bas-Empire jusqu’au XIXe siècle. Cette enceinte romaine dont le tracé ovale était tangent à la rive droite de l’Yonne se lit très bien encore dans les boulevards modernes plantés d’arbres et garde par endroits quelques vestiges protégés au titre des Monuments Historiques. Elevée vraisemblablement à la fin du IIIe s. elle reposait dans sa partie inférieure sur un soubassement de grandes pierres calcaires appareillées à joints vifs. Celles-ci provenaient des divers monuments et nécropoles de la ville romaine ; généralement retaillées, elles étaient disposées la face décorée tournée vers l’intérieur du mur, afin d’offrir à l’extérieur un parement plus régulier. Lorsqu’au cours du XIXe s. on détruisit le rempart romain, on découvrit ces blocs sculptés qui furent recueillis et conservés dans le jardin de la mairie, en attendant la création de la salle Julliot en 1891.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/1117 2020-07-07 Jean-Pierre Adam, Simone Deyts et Lydwine Saulnier-Pernuit ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Les cimetières mérovingiens de la côte chalonnaise et de la côte mâconnaise Moins connues que la Côte “bourguignonne” qu’elles prolongent en Bourgogne méridionale, la Côte chalonnaise et la Côte mâconnaise n’en représentent pas moins une réalité géographique incontestable, un milieu aisément définissable dans ses grandes lignes : c’est un ensemble de terrains sédimentaires à dominante calcaire, constituant une sorte de gradin d’altitude modeste (rarement plus de 400 mètres) entre l’échine cristalline des monts du Charolais prolongés par le horst de Mont-Saint-Vincent, à l’Ouest, et la plaine de la Saône à l’Est.

Les limites septentrionale et méridionale coïncident à peu près avec celles du département de Saône-et-Loire : contact avec le Beaunois souligné par la vallée de la Dheune dans la région de Chagny, au Nord, et passage progressif des terrains sédimentaires aux terrains cristallins du Beaujolais, au Sud. La limite orientale est facile à déterminer puisqu’elle suit un talus bien marqué, présentant une indentation profonde drainée par la Grosne, affluent de la Saône ; cette dernière coule soit à près de 20 km de la Côte (Chalonnais), soit au pied même (Maçonnais) en raison d’un décrochement qui a décalé l’ensemble vers l’Est, faisant du Tournugeois un large promontoire s’avançant en direction de la plaine chalonnaise.

Vers l’Ouest, notre domaine s’interrompt au contact entre sédimentaire et cristallin. Mais si cette ligne est claire, facile à tracer au Nord, où la Côte chalonnaise ne dépasse pas une douzaine de km de largeur, il n’en est pas de même au Sud, où la structure géologique est beaucoup plus complexe. Après avoir beaucoup hésité, nous avons opté finalement pour une limite assez occidentale englobant une bonne partie du Clunysois aux terrains surtout sédimentaires, mais aussi cristallins à certains endroits, région qualifiée parfois de Montagne mâconnaise.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/1254 2020-07-07 Henri Gaillard de Sémainville ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Un tumulus de l’âge du fer à Bressey-sur-Tille (Côte-d’Or) Le tumulus de la ferme de Clair-Bois, que nous avons fouillé en 1967, 1968 et 1969 est d’un type très particulier, et, à bien des égards, exceptionnel, C'est un des rares tertres funéraires de la Côte d'Or construit non en pierre, mais en sable et terre ; l’emploi de ces matériaux offre le grand avantage d’assurer une meilleure conservation des vestiges métalliques et osseux, du mobilier et des matières périssables végétales, le bois en particulier.

Le tumulus a été édifié en plusieurs fois et chaque étape est un agrandissement. Quatre fossés circulaires et concentriques ont été aménagés à la périphérie.

C'est une nécropole importante, puisqu'elle renferme plus d'une centaine de sépultures ; ce nombre inusité et considérable a permis de réaliser une étude anthropologique détaillée et fructueuse sur un ensemble humain groupé.

L'étude du matériel archéologique recueilli montre que la nécropole a été utilisée pendant une période courte et ininterrompue allant de la fin de Hallstatt à la Tène Ic.

C'est le seul tumulus connu existant dans cette région plate et basse, située à l'Est de Dijon, plaine encore marécageuse au siècle dernier. Il a été édifié à mi-distance de deux habitats proches, dont l'un lui est contemporain.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/1353 2020-07-07 Roger Ratel ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Escolives Sainte-Camille gallo-romain De multiples raisons s’opposent actuellement à la rédaction d’une étude exhaustive des recherches archéologiques entreprises sur le site d’Escolives-Sainte-Camille, Yonne. En effet, si les fouilles ont débuté au printemps de 1955, c’est seulement au cours de ces dernières années que la recherche a pris un caractère systématique, et notamment à partir de 1967, date à laquelle l’Etat a fait l’acquisition d’un terrain d’un peu plus de 2 hectares, cadastré no 691-692, section B, et no 13, section ZD. Auparavant les travaux se sont déroulés d’abord dans la zone d’abattage d’un noyer vieux de deux cents ans qui est à l’origine de la découverte du site ; puis, le manque de moyens financiers et techniques, les inévitables tâtonnements qu’on note toujours au début d’une telle entreprise, le nombre trop réduit des fouilleurs durant une dizaine d’années et la durée insuffisante des campagnes de recherches n’ont pas permis de jeter sur le site une lumière satisfaisante, si bien qu’à l’heure actuelle encore bien des points dont la connaissance est indispensable demeurent obscurs ; aucune entrée, aucun chemin d’accès ne sont connus ; si l’on a mis au jour des thermes et un certain nombre de pièces d’habitation, c’est seulement en 1972 qu’on a saisi le lien qui les unissait ; la source vauclusienne de Creusot située au sud-est donne naissance à un ru dont le cours a été faussé vers le dixième siècle par la construction d’un moulin ; cela a provoqué une retenue d’eau et par conséquent un relèvement général de son niveau, ce qui a changé le faciès existant à l’époque gallo-romaine ; il n’est d’ailleurs pas certain que le ru ait eu alors le lit qu’on lui connaît aujourd’hui. Les travaux de vérification et les sondages qui ont eu lieu au cours de la campagne 1973 semblent conclure à l’existence des vestiges archéologiques dans le lit même du ru, à plusieurs dizaines de centimètres au-dessous du fond actuel.

Dans ces conditions, après avoir présenté assez largement le site, je trouve raisonnable, pour une première étude, de me limiter à l’un des aspects les plus passionnants d’Escolives : les éléments architecturaux gallo-romains que l’on peut considérer comme appartenant à un même monument.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/1411 2020-07-07 Raymond Kapps ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
L’Homme et son environnement : des lacs, des montagnes et des rivières Ce recueil d'articles est destiné à saluer notre collègue André Marguet, qui a consacré une trentaine d'années de sa vie d'archéologue à l'étude et à la préservation des gisements immergés dans les lacs savoyards. Il regroupe deux douzaines de contributions originales qui abordent des questions variées liées à l'homme et à son environnement, entre lacs, montagnes et rivières. La diversité des sujets abordés témoigne des rencontres et des amitiés nouées par André et reflète assez bien ses thèmes de prédilection. Les textes rassemblés dans ce volume couvrent un vaste espace géographique au cœur de l'Europe occidentale, et s'éloignent ainsi largement des lacs alpins et jurassiens. Ils abordent un intervalle de temps étendu, de la Préhistoire récente jusqu'aux époques historiques, et donnent un bel aperçu de la diversité actuelle des objets, des questionnements et des méthodes de l'archéologie.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/4515 2020-07-07 Pierre-Jérôme Rey et Annie Dumont ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
La Préhistoire en Bourgogne Impulsé par la Direction des patrimoines (Ministère de la Culture et de la Communication), le bilan scientifique régional 1994-2005 s’est traduit, pour la Préhistoire bourguignonne, par un volumineux travail de synthèse collective, associant la majorité des chercheurs concernés. Bien qu’elle ait traîné en longueur, cette rédaction a permis de nombreux échanges et la confrontation de points de vue parfois différents, mais finalement complémentaires, orientés vers des objectifs communs.

L’ouvrage est découpé en deux grandes parties, Paléolithique / Mésolithique d’une part, et Néolithique d’autre part ; chacune issue d’un processus de maturation et de rédaction différent. Dans la première, l’accent est mis sur une description synthétique exhaustive des recherches menées dans la période considérée, selon un découpage à la fois thématique et chronologique. Dans la seconde, le choix s’est porté sur un état des lieux similaire, mais organisé géographiquement par grands bassins versants (Seine-Yonne, Loire et Saône). Cet état des lieux est replacé dans l’histoire régionale des recherches néolithiques et complété par des corpus synthétiques, totalement inédits à ce jour (datations radiocarbone, bibliographie exhaustive sur le Néolithique bourguignon).

Loin de s’arrêter à un simple état des lieux, lui-même complètement inédit, les auteurs se sont livrés à une réflexion prospective et proposent les thèmes prioritaires ou les orientations de ce que devrait être la recherche programmée et préventive des années à venir.

Par la masse considérable d’informations actualisées qu’il propose, ce volume démontre la richesse et la vitalité de la recherche archéologique bourguignonne, qu’il s’agisse des grottes d’Arcy-sur-Cure, du Paléolithique supérieur de Saône-et-Loire, des multiples occupations néolithiques, domestiques ou funéraires, des vallées de l’Yonne ou de la Saône.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/5550 2020-07-07 Rémi Martineau, Yves Pautrat et Olivier Lemercier ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Le dépôt d’Évans (Jura) Le dépôt de vaisselles de bronze d'Évans (Jura) a été découvert fortuitement en juin 1998 dans une doline proche de la vallée du Doubs. Ce lot exceptionnel de quarante-neuf récipients au moins représente à l'échelle européenne l'ensemble le plus important de vaisselles métalliques du Bronze final par le nombre et par la variété des récipients qui le composent. À côté de formes classiques comme les coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, de Fuchsstadt et le chaudron, cet assortiment comprend en outre des récipients uniques, comme la jarre biconique, ou jusqu'ici connus en quelques unités seulement comme les bouteilles, les passoires et les puisoirs. Il constitue ainsi un référentiel typologique étoffé de cette catégorie de biens de prestige.

Sa position géographique dans le contexte de la culture Rhin-Suisse-France orientale, très excentrée vers l'ouest par rapport aux autres grands dépôts européens de vaisselles métalliques, constitue une nouveauté. Un bilan des vaisselles métalliques contemporaines représentées en France et dans le domaine lacustre suisse permet d'évoquer, à l'échelle de l'Europe, la complexité des pratiques de dépôt et de leur dynamique évolutive tant du point de vue de la chronologie que de la géographie.

Le dépôt d'Évans offre l'opportunité de revisiter plusieurs questions, souvent débattues, quant à la fabrication, la diffusion et la symbolique de ces ustensiles particuliers dont la maîtrise technologique et les savoir-faire mis en oeuvre font ici l'objet d'un développement approfondi.

Parmi les questions posées, celle de l'origine des vaisselles est primordiale pour la lecture et la compréhension d'un tel ensemble. Déjà illustrée par le dépôt de Blanot, la distinction entre une production « orientale » et une production « occidentale » ne vient pas ici à l'encontre des hypothèses déjà émises, bien que l'approche du cheminement de ces produits à l'échelle de l'Europe, ainsi que celle des modèles, des copies et des transferts de technologie, restent encore largement ouvertes. À cet égard, les différents modèles de coupes et tasses de Kirkendrup-Jenišovice, qui représentent ici les deux tiers de l'ensemble, constituent une base d'analyse privilégiée.

Le dépôt d'Évans nous invite aussi à nous interroger sur l'aspect social des dépôts de vaisselles de prestige. Offrandes aux divinités, services d'apparat ou liturgiques pour les uns, récipients « désacralisés » incorporés par fragments dans des dépôts de recyclage pour les autres, ces assemblages non aléatoires sont au centre de plusieurs pistes d'interprétations et d'interrogations qui peuvent refléter tout à la fois des aspects fonctionnels et symboliques, et se distinguer par la diversité du choix et de la disposition des objets qui les composent.

Dans une logique d'appropriation et de sacralisation des territoires, la position du dépôt d'Évans, sur deux axes majeurs de franchissement du Jura central et de circulation entre Rhône et Danube, nous conduit enfin à replacer cet ensemble hors norme dans son contexte territorial et culturel, au contact des différentes zones d'influence des groupes de la culture Rhin-Suisse-France orientale aux XIIe-Xe siècles avant notre ère.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/5736 2020-07-07 Jean-François Piningre, Michel Pernot et Véronique Ganard ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions
Pas de fumet sans feu : cuisine et vie quotidienne auprès des moines de Tournus (IX<sup>e</sup>-XVI<sup>e</sup> siècle) C’est sur un espace utilisé depuis la fin du ixe siècle, occupé aux environs de l’an mil par une étonnante construction de bois à sol de béton et à vocation funéraire, que s’implante au xiie siècle la nouvelle cuisine de l’abbaye Saint-Philibert de Tournus. Lié au réfectoire voisin, le bâtiment empiète à l’époque sur des niveaux de circulation extérieure. Sa conception architecturale est ambitieuse, avec un plan centré sur un octogone entouré de vastes cheminées à contrecœur semi-circulaire qui évoque des modèles de l’ouest de la France - disparus pour la plupart, à l’exception ou presque de la cuisine de Fontevraud en Anjou.

Toutefois, au contraire de ces exemples connus uniquement pour leur architecture, c’est la conservation en place des dépôts d’utilisation intérieurs, compressés à force d’accumulation et de piétinements, qui fait la richesse du spécimen tournusien, illustrant de façon saisissante le quotidien de cette cuisine jusqu’au milieu du xvie siècle. Pendant quatre siècles, c’est autour de grandes langues de cendres témoignant d’une cuisson dans la braise, étalées depuis les quatre foyers jusqu’au milieu de la pièce, que se concentre l’essentiel de l’activité. Les postes de préparation sont trahis par autant de tas de déchets spécialisés : coquilles d’œufs, fragments d’os, écailles de poisson… Une conduite d’eau et un drain de pierres traversent la pièce, portiques ou paravents de bois sont déplacés sans cesse. La permanence de déchets de consommation carnée sur le même site depuis la fin du ixe siècle, l’abondance des restes de poisson dans la cuisine, permettent de retracer l’évolution de l’approvisionnement et de l’alimentation des moines et de leurs familiers laïcs. Quant aux nombreux fragments de poteries, également présents depuis les premiers niveaux, ils offrent sur huit siècles, avec d’autres sites tournusiens, un référentiel de productions en usage dans la région. À cela s’ajoutent quelques restes d’ustensiles en métal, verre ou pierre, tels cette probable tête de robinet des xiie/xiiie siècles ou ce mortier décoré du xive, retrouvé cassé au fond d’une cheminée : ils éclairent, plus ponctuellement, d’autres aspects de la préparation culinaire ou du service de la table. De tout point de vue, en plein contexte monastique, le matériel recueilli trahit les usages d’une population aristocratique.

Tels sont les apports d’une fouille minutieuse à l’emplacement de cet édifice crucial de l’abbaye médiévale, un peu oublié à Tournus depuis sa destruction au xviie siècle, mais ressuscité par cet ouvrage finement documenté.

]]>
https://books.openedition.org/artehis/5824 2020-07-07 Benjamin Saint-Jean Vitus ARTEHIS Éditions fr ARTEHIS Éditions