Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

L’apport des sources : archéologie, épigraphie et iconographie

Épigraphie et métiers chez les Éduens et les Lingons pendant le Haut-Empire

Yann Le Bohec

Résumé

Les stèles funéraires des Éduens et des Lingons montrent que ces Gaulois mentionnaient les professions soit par une inscription, soit par un relief, rarement par ces deux moyens d’expression à la fois. Ils estimaient particulièrement trois activités, l’artisanat, le commerce et l’armée. Une origine italienne de cette pratique semble préférable, mais les modèles adoptés ont été adaptés.

Entrées d'index

Mots-clés :

Éduens, Lingons, artisanat, commerce

Schlüsselwörter :

Haeduer, Lingonen, Handwerk, Handel

Texte intégral

1Un certain nombre de monuments portant des inscriptions ont été trouvés sur le territoire des Éduens et des Lingons et ils permettent de mieux connaître les professions qu’avaient exercées les défunts, par le texte, par l’image ou par ces deux moyens à la fois (Le Roux, 2002). Ils posent trois sortes de questions. En premier lieu, d’où vient cette habitude de se vanter de son métier ? Était-elle italienne, comme l’a écrit M. Reddé (Reddé, 1978, notamment p. 54 et 62), ou gauloise, comme le pense J.-Cl. Béal (Béal, 2000) ? En second lieu, – et cette interrogation est étroitement liée à la précédente –, que nous apprend-elle sur le degré de romanité des défunts ? On remarquera que le mot « romanité » est ici préféré à celui de « romanisation », qui est de plus en plus contesté. Et, nous adhérons sans réserves au point de vue exposé en dernier lieu, après beaucoup d’autres auteurs, par Laurence et Alföldy (Laurence, 2001 ; Alföldy, 2005), point de vue malheureusement trop souvent ignoré (par exemple, très récemment, Dondin-Payre, 2007, p. 228, no 18). En troisième lieu, dans quelle mesure donne-t-elle une image fidèle de la réalité économique et sociale ?

1. Problématique

2Le dossier renferme trois sortes de documents, et ils sont plus nombreux chez les Éduens que chez les Lingons, alors que l’épigraphie de ces derniers est plus fournie que l’autre. Cette différence n’est pas sans intérêt, car les premiers ont laissé, au total, moins d’inscriptions que les seconds. Il faut donc penser que les uns accordaient plus d’importance aux activités professionnelles que les autres (Reddé, 1978, p. 53 et 62 ; Béal, 2000). Le matériel disponible peut être réparti en trois catégories majeures. On trouve d’abord des inscriptions qui ne mentionnent pas le métier, connu grâce au bas-relief qui l’accompagne ; elles donnent en règle générale simplement le nom du défunt. Dans d’autres cas, l’inscription indique le métier (Frézouls, 1991), mais l’iconographie fait défaut ou bien relève purement du domaine de la symbolique funéraire, religieuse ; la plupart de ces documents sont des épitaphes, mais il n’a pas paru inutile d’en joindre quelques autres étrangers à ce type. Enfin, dans la meilleure des circonstances, le texte et l’image se complètent, paraissent en harmonie ; mais des discordances entre l’image et le mot peuvent parfois être relevées (Béal, 2000, p. 179-181). Autrement dit, on peut avoir l’image et sa légende, l’image sans sa légende et enfin la légende sans l’image. J.-C. Béal a proposé de classer ces documents en trois catégories, suivant qu’ils représentent l’artisan au travail, ou l’artisan présentant ses outils, ou encore les outils sans l’artisan (Béal, 2000, p. 153-156). É. Frézouls, lui, les a répartis en fonction du type d’activité exercée (Frézouls, 1991 ; voir aussi Langner, 2001, p. 321-344).

3En bonne logique, il convient d’abord d’établir une liste. On constate alors que les documents disponibles proposent des images assez variées, plus qu’on ne le souhaiterait. Ils sont illustrés par un grand nombre d’objets dont la nature n’est pas toujours aisément définissable. Il faut donc faire des choix (nous avons déjà justifié nos choix à plusieurs reprises : Le Bohec, 1992a et b, 1993, 1995 et 2003 ; les difficultés d’identification ont été relevées par Béal, 2000, p. 150-153). Et, – nous en sommes bien conscient –, ces choix sont par définition toujours contestables. Il est relativement facile d’éliminer les tuyaux de plomb qui portent un texte, parce qu’il n’est pas impossible qu’ils aient été importés. De même, il a paru raisonnable de ne pas prendre en considération les signatures laissées sur des objets en céramique, objets trop voyageurs. Par ailleurs, certains symboles relèvent à l’évidence de la religion, du culte des morts, notamment la coupe et le flacon (Graillot, 1902 ; Le Bohec, 1995, p. 152 ; Langner, 2001, p. 306-308 et 309, insiste sur la valeur symbolique des représentations). Ou alors, il faudrait admettre que l’on trouvait presque autant de tavernes que d’habitants chez les Éduens. Il convient sans doute de ranger dans la même catégorie le rouleau, tenu à la main aussi bien par des enfants et des femmes que par des hommes, ainsi que la grappe de raisins, trouvée fort haut dans le Nord (certes, la vigne pousse n’importe où, mais sous le Haut-Empire, son extension était relativement limitée dans cette direction). D’autres objets encore renvoient sans doute, cette fois, à un contexte domestique, familial ; le torchon, souvent appelé mappa – mais ce mot désigne une serviette de table – (Langner, 2001, p. 314), et le fuseau évoquaient sans doute la bonne maîtresse de maison. Le coffret (coffret à tablettes) et le rouleau sont plus ambigus (Le Bohec, 1995, p. 252). Ils ont peut-être une signification religieuse ; ou alors ils indiqueraient que le défunt exerçait la fonction de comptable ou de secrétaire. Il en va de même avec la bourse, souvent tenue à la main par des femmes, qui peut faire allusion à la richesse en général aussi bien qu’à une fonction particulière, et qui peut aussi avoir une signification funéraire (elle renverrait à l’obole à Charon) ; de plus, elle a souvent été confondue avec la fiole qui, elle, est sûrement liée à l’au-delà. Finalement, il a paru préférable de ne pas comptabiliser les tuyaux de plomb, les marques sur céramique, les coupes, les cruches et les vases divers, les grappes de raisin, les bourses, les rouleaux, les torchons et les fuseaux. En revanche, les coffrets ont été retenus. Nous pensons par ailleurs que les enquêtes qui ont été faites jusqu’à présent, en particulier par M. Reddé, É. Frézouls et J.-C. Béal, souffrent d’une lacune (Reddé, 1978 ; Frézouls, 1991 ; Béal, 2000 ; voir aussi Le Roux, 2002) : elles ont négligé les militaires. Or, sous l’empire romain, les militaires exerçaient un vrai métier (Le Bohec, 2002, p. 48, 59-60 et 61-63) : salariés, ils servaient 365 jours par an, et ils exerçaient leur profession pendant 25 à 30 ans. Et, comme ils voyageaient parfois, ils ont pu diffuser des modes, ce qui n’est pas négligeable comme nous le verrons. Il a donc paru souhaitable de les ajouter aux listes habituelles. Il est cependant évident que les listes qui seront proposées plus loin sont incomplètes et discutables.

4D’une manière générale, les textes et les reliefs font connaître des métiers variés, relevant des trois grandes catégories actuellement reconnues par les économistes et les géographes, les secteurs primaire (agriculture), secondaire (artisanat) et tertiaire (services). Bien entendu, la part des uns et des autres a considérablement varié depuis l’Antiquité, époque pendant laquelle presque tout le monde vivait de la terre, par et pour la terre (Langner, 2001, p. 321-344, est plus restrictif).

5Pour en revenir aux documents éduens et lingons, il faut rappeler pour mémoire un problème récurrent, celui de la datation. Ce problème a été abordé à plusieurs reprises (voir, e. g., Le Bohec, 1989, p. 53-79, pour l’épigraphie, et 83-110, pour l’archéologie, ainsi que Le Bohec, 2003, p. 17-19 ; Langner, 2001, p. 301, date les 466 monuments qu’il a recensés de la période qui va du début du iie siècle au milieu du iiie). Aucun des textes utilisés ne porte une mention de chronologie explicite, sauf quelques inscriptions militaires qui portent des dates consulaires ou qui font connaître des épithètes tirées de noms impériaux (par exemple, une unité peut être appelée Alexandriana en hommage à Sévère Alexandre). Le plus souvent, il faut faire appel au formulaire funéraire, quand les textes sont assez développés (autre exemple, la mention des dieux Mânes renvoie en principe au iie siècle). Le cas de certaines inscriptions, très brèves, réduites à un nom, est hélas désespéré. Un autre problème encore plus insoluble que la datation est celui des limites des territoires des peuples concernés ; nous sommes obligés de proposer des limites conventionnelles, qui ont été commentées ailleurs (Le Bohec, 1992b), et ce n’est pas ici le lieu de revenir sur ce sujet.

2. Catalogue

6Légende :

7a. : année. A.E. : L’Année épigraphique. B.C.T.H. : Bull. archéologique du Comité des travaux historiques. C.I.L. : Corpus inscriptionum latinarum. Esp. : Espérandieu, 1907-1981. Icon. : iconographie. I.Ling. : Le Bohec, 2003. I.L.T.G. : Wuilleumier, 1963. Inscr. : Inscription. s. : siècle. s. d. : sans date, datation difficile.

Dossier éduen

8Les Éduens ont laissé 73 documents intéressant les métiers, accompagnés ou non par une iconographie. Ces pièces sont concentrées surtout à Autun, accessoirement dans la vallée de la Saône ou à proximité de ce cours d’eau. On nous pardonnera de ne pas nous étendre sur le problème des limites du territoire des Éduens, un problème insoluble, déjà abordé ailleurs (Le Bohec, 1992b, p. 85-90, surtout p. 87-90).

91. s. d. Meuilley. Icon. : serpe (vigneron ?). R.A.E., t. 28, fasc. 3-4, 1977, p. 236, no 4.

102. s. d. Beaune. Icon. : coffret ou sac (?). C.I.L., 13, 2642 = Esp., t. 3, 2094.

113. s. d. Les Bolards. Icon. : homme qui verse du liquide depuis un vase dans un entonnoir (tavernier, vigneron ?). C.I.L., 13, 2852 = Esp., t. 3, 2053.

124. s. d. Autun. Inscr. : fabri (dans un collège). C.I.L., 13, 2678.

135. s. d. Saulieu. Icon. : outil. C.I.L., 13, 11236 = Esp., t. 3, 2223, no 5.

146. s. d. Autun. Icon. : stylet. C.I.L., 13, 2736.

157. s. d. Autun. Icon. : grandes tenailles (forgeron). C.I.L., 13, 2739 = Esp., t. 3, 1877.

168. s. d. Autun. Icon. : maillet et ciseau (menuisier ?). C.I.L., 13, 2768 = Esp., t. 3, 1955.

179. s. d. Autun. Icon. : stylet (?). C.I.L., 13, 2795, a.

1810. s. d. Autun. Icon. : boîte (pour des documents sans doute). C.I.L., 13, 2708 = Esp., t. 3, 1911.

1911. s. d. Les Bolards. Icon. : équerre (?) tenue par un enfant. C.I.L., 13, 2849.

2012. s. d. Les Bolards. Icon. : marteau et pince (forgeron ?). Planson dir., 1982, p. 111, no 24.

2113. s. d. Les Bolards. Icon. : fouet (avec grappe de raisins). A.E., 1985, 671.

2214. s. d. Pierre-Écrite. Icon. : un personnage tient une hache (bûcheron) et un autre une règle. C.I.L., 13, 2829 = Esp., t. 3, 2209.

2315. Première moitié du ier s. Chalon-sur-Saône. Inscr. : eques alae. Icon. : cavalier sur sa monture. C.I.L., 13, 2613 = Esp., t. 3, 2150.

2416. Première moitié du ier s. Chalon-sur-Saône. Inscr. : eques alae. C.I.L., 13, 2615.

2517. Première moitié du iie s. Autun. Icon. : marteau et pinces à feu (artisan du métal). B.C.T.H., 35, 2009, 5.

2618. Première moitié du iie s. Autun. Icon. : deux flûtes. B.C.T.H., 35, 2009, 10.

2719. Première moitié du iie s. Autun. Icon. : marteau de carrier (?). B.C.T.H., 35, 2009, 13.

2820. Première moitié du iie s. Autun. Icon. : pince (?) et marteau (artisan du métal ?). B.C.T.H., 35, 2009, 15.

2921. Première moitié du iie s. Autun. Icon. : marteau. B.C.T.H., 35, 2009, 21.

3022. Première moitié du iie s. Autun. Icon. : gros ciseau. B.C.T.H., 35, 2009, 27.

3123. Première moitié du iie s. Autun. Inscr. : lapidarius (tailleur de pierre). B.C.T.H., 35, 2009, 40.

3224. Première moitié du iie s. Autun. Icon. : marteau et gobelet (dinandier). B.C.T.H., 35, 2009, 50.

3325. Première moitié du iie s. Autun. Icon. : marteau (?) et gobelet (dinandier ?). B.C.T.H., 35, 2009, 54.

3426. iie s. Autun. Inscr. : ueteranus legionis. C.I.L., 13, 2666.

3527. iie s. Autun. Inscr. : miles legionis. C.I.L., 13, 2667.

3628. iie s. Autun. Inscr. : librarius. Icon. : rouleau. C.I.L., 13, 2672 = Esp., t. 3, 1963. Le mot librarius est ici en position de filiation ; mais le cognomen « Librarius » paraît exceptionnel et le personnage tient un rouleau à la main.

3729. iie s. Autun. Inscr. : medicus. C.I.L., 13, 2674.

3830. iie s. Autun. Icon. : boîte. C.I.L., 13, 2689 = Esp., t. 3, 1902.

3931. iie s. Autun. Icon. : outil indéterminé et cassette. C.I.L., 13, 2690 = Esp., t. 3, 1903.

4032. iie s. Autun. Icon. : boîte. C.I.L., 13, 2692 = Esp., t. 3, 1902.

4133. iie s. Autun. Icon. : anse d’un coffret. C.I.L., 13, 2693 = Esp., t. 3, 1905.

4234 iie s. Autun. Icon. : boîte. C.I.L., 13, 2694.

4335. iie s. Autun. Icon. : deux glaives (armurier ?). C.I.L., 13, 2701 = Esp., t. 3, 1893.

4436. iie s. Autun. Icon. : « bourse d’où s’échappent des pièces de monnaie », ce qui n’est pas l’image habituelle de la bourse. Dans ce cas particulier, il s’agit peut-être d’un manieur d’argent, un banquier ou un changeur. C.I.L., 13, 2705 = Esp., t. 3, 1916.

4537. iie s. Autun. Icon. : serpe (?) et boîte. C.I.L., 13, 2709.

4638. iie s. Autun. Icon. : règle (vue ; C.I.L., errore : stylet). C.I.L., 13, 2716 = Esp., t. 3, 1929.

4739. iie s. Autun. Icon. : règle. C.I.L., 13, 2720.

4840. iie s. Autun. Icon. : réglette, truelle, marteau, scie, herminette (entrepreneur de travaux publics ; C.I.L. : menuisier). C.I.L., 13, 2721 = Esp., t. 3, 1881.

4941. iie s. Autun. Icon. : hache (bûcheron). C.I.L., 13, 2737.

5042. iie s. Autun. Icon. : boîte et outil long. C.I.L., 13, 2746 = Esp., t. 3, 1913.

5143. iie s. Autun. Icon. : boîte. C.I.L., 13, 2749 = Esp., t. 3, 1895.

5244. iie s. Autun. Icon. : coffret. C.I.L., 13, 2750 = Esp., t. 3, 1914.

5345. iie s. Autun. Icon. : marteau. C.I.L., 13, 2759 = Esp., t. 3, 1883.

5446. iie s. Autun. Icon. : marteau et emporte-pièce (cordonnier). C.I.L., 13, 2760 = Esp., t. 3, 1878.

5547. iie s. Autun. Icon. : stylet. C.I.L., 13, 2766.

5648. iie s. Autun. Icon. : stylet (?).C.I.L., 13, 2772 = Esp., t. 3, 1969.

5749. iie s. Autun. Icon. : tenailles. C.I.L., 13, 2777 = Esp., t. 3, 1918.

5850. iie s. Autun. Icon. : boîte. C.I.L., 13, 2787.

5951. iie s. Autun. Icon. : hache (bûcheron). C.I.L., 13, 2792 = Esp., t. 3, 1976.

6052. iie s. Autun. Icon. : truelle. C.I.L., 13, 2795, d = Esp., t. 3, 1884.

6153. iie s. Autun. Icon. : serpette (?). Esp., t. 3, 1921.

6254. iie s. Autun. Inscr. : ueteranus legionis. Icon. : trois cochons pendus (!). Ce vétéran s’était peut-être reconverti après sa retraite comme charcutieR.A.E., 1993, 1196.

6355. iie s. Chalon-sur-Saône. Inscr. : codicarius (batelier ou scribe ; ou : Codicarius). A. E., 1913, 234.

6456 iie s. Chalon-sur-Saône. Inscr. : decurio alae Flauiae (officier). C.I.L., 13, 2603.

6557. iie s. Quincey. Icon. : tenaille et marteau. C.I.L., 13, 2854 = Esp., t. 3, 2052.

6658. iie s. Les Bolards. Icon. : étui et coffret. C.I.L., 13, 2847 = Esp., t. 3, 2059.

6759. iie s. Les Bolards. Icon. : coffret. A. E., 1985, 669.

6860. iie s. Entrains. Icon. : amphore sans anses (?). C.I.L., 13, 2907 = Esp., t. 3, 2304.

6961. iie s. Entrains. Icon. : bassin et marteau (dinandier). C.I.L., 13, 2911 = Esp., t. 3, 2309.

7062. iie s. Bourbon-Lancy. Inscr. : pictor. C.I.L., 13, 2810.

7163. Milieu du iie s. Autun. Icon. : deux boucliers. C.I.L., 13, 2669 = Esp., t. 3, 1962.

7264. Deuxième moitié du iie s. Autun. Inscr. : miles legionis. C.I.L., 13, 2668.

7365. Deuxième moitié du iie s. Saint-Loup-de-Varennes. Inscr. : unguentarius (parfumeur). C.I.L., 13, 2602.

7466. Deuxième moitié du iie s. Entrains. Inscr. : aerarii. C.I.L., 13, 2901.

7567. Deuxième moitié du iie s.-début du iiie. Chalon-sur-Saône. Inscr. : ueteranus legionis. C.I.L., 13, 2614 (faux ?).

7668. iie s., plutôt vers la fin. Monceaux-le-Comte. Inscr. : opifices loricarii. C.I.L., 13, 2828.

7769. Fin du iie s.-début du iiie. Bard-le-Régulier. Inscr. : utricularii. C.I.L., 13, 2839.

7870. Début du iiie siècle. Chalon-sur-Saône. Inscr. : ueteranus legionis. I. L. T. G., 315.

7971. Début du iiie siècle (?). Beaune. Inscr. : ueteranus legionis. C.I.L., 13, 2639 = Esp., t. 3, 2106. À côté de cette pierre a été trouvé un relief anépigraphe représentant une femme voilée, un bouclier et une cuirasse. Esp., t. 3, 2092.

8072. Caracalla. Chalon-sur-Saône. Inscr. : miles legionis. C.I.L., 13, 2616.

8173. Sévère Alexandre. Laizé. Inscr. : miles legionis. C.I.L., 13, 2596.

Dossier lingon

82Il est possible de présenter 54 textes pour les Lingons, accompagnés ou non par une iconographie. Ils recouvrent tout le territoire jadis occupé par ce peuple, depuis l’extrême sud, Brazey, jusqu’à l’extrême nord, Dampierre. Mais ils sont particulièrement nombreux dans le sud, où ont été trouvés les plus anciens, et, plus encore, dans la capitale, Langres. Dans ce cas également, le problème des limites de la cité est insoluble ; il a été abordé ailleurs (Le Bohec, 2003, p. 15-17).

831. s. d. Brazey-en-Plaine. Icon. : fouet et équerre ou règle. I.Ling., 1.

842. s. d. Marsannay-la-Côte. Icon. : serpe ou bourse (?). I.Ling., 8 = Esp., t. 4, 3556.

853. s. d. Gevrey. Icon. : enclume, marteau et tenaille (forgeron). I.Ling., 15 = Esp., t. 4, 3581.

864. s. d. Brochon. Icon. : serpe (?). I.Ling., 18 = Esp., t. 4, 3577.

875. s. d. Dijon. Inscr. : primus pilus (officier). I.Ling., 65.

886. s. d. Dijon. Icon. : marteau (S. Deyts ; É. Espérandieu : bourse). I.Ling., 82 = Esp., t. 4, 3488.

897. s. d. Dijon. Icon. : tablettes (S. Deyts ; É. Espérandieu : équerre). I.Ling., 147 = Esp., t. 4, 3473.

908. s. d. Dijon. Icon. : faucille (?). I.Ling., 175.

919. s. d. Bourbonne-les-Bains. Inscr. : histrio. I.Ling., 211.

9210. s. d. Til-Châtel. Icon. : hache (bûcheron). I.Ling., 254 = Esp., t. 4, 3615.

9311. s. d. Langres. Inscr. : uestiarius (marchand d’habits). I.Ling., 372.

9412. s. d. Langres. Inscr. : [aer(?)]arius (trésorier). I.Ling., 373.

9513. s. d. Langres. Icon. : tonneau. I.Ling., 467 = Esp., t. 4, 3253.

9614. s. d. Langres. Inscr. : parasitus (ou : Parasitus ?). I.Ling., 513.

9715. s. d. Langres. Icon. : une balance et deux marteaux, répartis entre trois personnages. I.Ling., 570 = Esp., t. 4, 3333.

9816. s. d. Langres. Inscr. : retiarius. I.Ling., M 16.

9917. ier s. (?). Icon. : instruments de forgeron. Langres. I.Ling., 423 = Esp., t. 4, 3308.

10018. Deuxième moitié du ier s. Langres. Inscr. : aerarius (trésorier). I.Ling., 370.

10119. Flaviens-Sévères. Inscr. : fabri ferrarii. Dijon. I.Ling., 51.

10220. Flaviens-Sévères. Inscr. : lapidarii. Dijon. I.Ling., 52.

10321. Flaviens-Sévères. Inscr. : actor (secrétaire). Dijon. I.Ling., 53.

10422. Fin du ier s. Langres. Inscr. : mercator (marchand ; ou : Mercator comme nom). I.Ling., 385.

10523. Fin du ier s.-début du iie. Mirebeau. Inscr. : ueteranus legionis. I.Ling., 218.

10624. v. 100. Langres. Icon. : pinces. I.Ling., 393.

10725. iie s. (?). Langres. Icon. : marteau et outil pointu. I.Ling., 476 = Esp., t. 4, 3274.

10826. iie s. Tart-le-Haut. Icon. : serpe. I.Ling., 3 = Esp., t. 4, 3472.

10927. iie s. Gevrey. Icon. : étui de tablettes. I.Ling., 11.

11028. iie s. Dijon. Icon. : coffret. I.Ling., 138.

11129. iie s. Montsaugeon. Icon. : instruments non identifiés. I.Ling., 262.

11230. iie s. Langres. Inscr. : dispensator (administrateur de biens). I.Ling., 368.

11331. iie s. Langres. Inscr. : scriba (secrétaire). I.Ling., 369.

11432. iie s. Langres. Icon. : coffret (pour un enfant). I.Ling., 447 = Esp., t. 4, 3315.

11533. iie s. Langres. Inscr. : discentes. I.Ling., 515.

11634. iie s. Langres. Icon. : strigiles (liés aux thermes). I.Ling., 538, et Bull. S.H.A.L., t. 22, 329, 1997, p. 299-300, no 6.

11735. iie s. Langres. Icon. : hache (bûcheron). I.Ling., 561.

11836. iie s. Langres. Icon. : coffret (?) pour une femme. I.Ling., 562 = Esp., t. 4, 3306.

11937. iie s. Dampierre. Inscr. : sacarius (pour sagarius, marchand de sayons). I.Ling., 617.

12038. Deuxième moitié du iie s. Texte : topiarii et leurs discentes. Testament du Lingon, I, 13 et 14. Nous avons soutenu une thèse : le Testament du Lingon n’est pas la copie d’une inscription (Le Bohec, 1991).

12139. iie s.-iiie s. Dijon. Inscr. : nauta araricus. Icon. : une voiture à chevaux ; deux hommes portant des corbeilles. I.Ling., 67.

12240. iie s.-iiie s. Beire-le-Châtel. Icon. : flûte (valeur religieuse ? Dédicace à la déesse Ianuaria). I.Ling., 233 = Esp., t. 4, 3620 et 3631.

12341. a. 150. Pontailler. Inscr. : beneficiarius consularis (sous-officier). I.Ling., 39.

12442. Deuxième moitié du iie s. Langres. Inscr. : derisor (acteur de mime). Icon. : enfant en pied, vêtu en chasseur. I.Ling., 371 = Esp., t. 4, 3249. É. Espérandieu : « jeune bouffon », à moins que ce mot n’ait été utilisé « par mignardise ».

12543. iie s. (?). Langres. Inscr. : ursarius (gardien d’ours). I.Ling., 372.

12644. Deuxième moitié du iie s. - première moitié du iiie s. Dijon. Inscr. : ueteranus legionis. I.Ling., 64.

12745. Deuxième moitié du iie s. - première moitié du iiie. Saint-Apollinaire. Icon. : serpette (ascia ?). I.Ling., 45 = Esp., t. 4, 3591.

12846. Première moitié du iiie s. Langres. Inscr. : a tribunatu legionis (officier). I.Ling., 353.

12947. iiie-ive s. Langres. Inscr. : dispensator (administrateur de biens) et contrascriba (contrôleur). I.Ling., 367.

13048. Caracalla-Élagabal. Til-Châtel. Inscr. : miles legionis. I.Ling., 241.

13149. a. 223. Til-Châtel. Inscr. : miles legionis. I.Ling., 243.

13250. a. 226. Til-Châtel. Inscr. : miles legionis. I.Ling., 239.

13351. a. 230. Til-Châtel. Inscr. : eques legionis. I.Ling., 242.

13452. a. 237. Bourbonne-les-Bains. Inscr. : mancipes s[alinarum (?)]. I.Ling., M 6.

13553. Deuxième moitié du iiie s. Langres. Inscr. : tribunus. I.Ling., 354.

13654. a. 250-251. Til-Châtel. Inscr. : librarius legionis (sous-officier). I.Ling., 240.

3. Commentaire

Les métiers chez les Éduens (fig. 1)

137Trois problèmes majeurs peuvent être abordés à l’aide de tableaux statistiques : la complémentarité des sources, leur répartition dans le temps et dans l’espace (avec leur signification), et les activités. Il est cependant bien évident qu’il ne faut pas accorder une confiance aveugle à des listes qui ne comportent que peu de chiffres. Elles donnent seulement des indications, des tendances, et elles peuvent être remises en cause à tout moment.

Fig. 1. Les métiers chez les Éduens.

Répartition entre sources

138Une première question pourrait concerner les rapports entre image et légende. Tous les documents retenus comportent donc une inscription. Mais le métier exercé n’est mentionné par l’inscription que dans un petit tiers des cas, soit dans 20 occurrences ; 51, le reste, deux gros tiers, ne permet de deviner ce métier que grâce à l’iconographie. Deux stèles portent à la fois une inscription et une image qui sont l’une et l’autre liées à la profession exercée par le personnage du texte. Il semblerait que les personnes qui ont eu recours à un graveur n’ont pas jugé utile de faire redondance. Il leur a sans doute paru suffisant de ne donner qu’une seule référence aux activités du défunt, soit par l’image soit par les lettres. Quant au choix de la « légende », l’important était de donner le nom du défunt, encore que les Éduens, comme les Lingons, ont pu faire graver des épitaphes sans le nom, avec seulement la mention des dieux Mânes, d m pour diis Manibus. Et l’on notera que des thèmes divers, religieux, socio-économiques, …, ont été retenus pour les reliefs.

Répartition chronologique

139Du point de vue de la répartition dans le temps et l’espace, on remarque que les deux stèles les plus anciennes ont été trouvées à Chalon-sur-Saône, et qu’elles avaient été gravées pour des militaires qui, comme nous l’avons écrit ailleurs, étaient venus de Rhénanie après la révolte des Éduens en 21 de notre ère (Le Bohec, 1999, en particulier p. 705). Ils appartenaient à un milieu très romanisé ; en effet, même s’ils servaient comme auxiliaires, ils avaient côtoyé les légionnaires qui avaient été installés dans le Nord face aux Germains et qui avaient été recrutés dans une très large mesure en Italie. Et ils voulaient les imiter. Cette constatation conforte la thèse de M. Reddé, qui donnait une origine italienne aux stèles de métier (Reddé, 1978, p. 54 et 62), d’autant plus que la pratique de ce type de représentations paraît avoir été très limitée chez les Celtes avant la conquête romaine. Elle permet d’ajouter une hypothèse : ce sont peut-être les militaires qui ont véhiculé cette mode depuis la péninsule jusqu’en Gaule, via les Germanies. Un autre argument renforce l’hypothèse de cette origine, au moins à chercher dans la vallée de la Saône : c’est que, chez les Éduens, la région occidentale a toujours livré moins de documents de ce genre que la région orientale (3/73 contre 18/73). Pour le reste, on constate qu’Autun a concentré ce type d’épitaphes, ce qui n’a rien d’étonnant (46/73). Cette densité de documents, en outre, conforte bien les idées des chercheurs qui pensent qu’Autun est devenue une des plus grandes villes de la Gaule Lyonnaise (nous pensons qu’elle fut, par son importance, la deuxième cité de cette province). Et les travaux de Madame P. Chardron-Picault ont bien montré l’importance de l’artisanat dans cette agglomération (citons, e. g. : Chardron-Picault, 1996).

140Le iiie siècle, dans ce cas, ne dépasse pas le règne de Sévère Alexandre. Il faut sans doute expliquer cette singularité par deux facteurs : la « crise du iiie siècle », moins grave qu’on ne l’avait cru jadis, a touché plus sévèrement la Lyonnaise en général et le pays des Éduens en particulier (point de vue défendu dans Le Bohec, 2008) ; parallèlement, un phénomène de mode a pu jouer, un certain désintérêt pour les inscriptions et les bas-reliefs. En revanche, la période de la « paix romaine » a permis un large développement de la prospérité.

Répartition par métiers

141Les problèmes d’identification des documents nos 2 (coffret ou sac), 3 (vigneron ou tavernier) et 60 (une « amphore sans anses ») paraissent difficiles à résoudre. Pour l’ensemble du dossier, ces trois cas mis à part, on constate que l’épigraphie et l’iconographie constituent bien un miroir de l’économie et de la société des Éduens, mais un miroir déformant.

142On constate d’abord que l’agriculture est sous-représentée dans ce dossier, avec quatre références seulement (et encore sont-elles hypothétiques toutes les quatre). L’agricola et l’arator sont absents des listes disponibles. Si l’on passe ensuite au domaine de l’artisanat, important dans les sources car il est surtout actif en ville et à Autun, comme on le sait grâce aux travaux les plus récents, ainsi qu’on l’a dit (Chardron-Picault, citée plus haut), on voit qu’il est présent dans un gros tiers des documents. Dans cet ensemble, le métal paraît fondamental pour la vie économique régionale. On remarquera au passage que les industries de l’armement sont trois fois mentionnées : glaives (no 35), boucliers (no 63) et cuirasses (no 68). Dans ce dernier cas, on a même l’attestation d’une entreprise et pas d’un ouvrier isolé. La pierre et le bâtiment ont également donné matière à de nombreuses activités, comme il fallait s’y attendre s’agissant d’une grande ville. On constate cependant que la céramique est absente du dossier (sauf peut-être de l’iconographie du no 60, qui représenterait une curieuse amphore, une amphore sans anses). Cette profession était peut-être méprisée, ou plutôt elle n’assurait pas assez de revenus pour permettre aux hommes qui y travaillaient de se payer des monuments funéraires avec bas-reliefs et textes.

143Les services occupent l’espace restant, soit deux tiers environ du total. Deux ensembles se dégagent du lot, les militaires, d’active ou retraités, et les secrétaires et comptables, ce qui n’a rien d’étonnant dans une ville si importante pour son rôle culturel, par ce que l’on appelle parfois ses « universités » : car Autun fut « l’école de la Gaule », la ville où se rendaient les fils de notables qui voulaient acquérir le savoir (ce rôle est attesté pour 21 après J.-C. par Tacite, Ann., III, 43, 2, et pour le ive s., par les Panégyriques, V, et VIII). On notera que, malgré les lieux de loisirs qui y sont attestés, et bien attestés, théâtre, amphithéâtre, thermes,…, les sépultures ne font pas connaître beaucoup de ceux qui y travaillaient.

Le dossier des Lingons (fig. 2)

144Une comparaison des Éduens avec les Lingons pourrait être instructive, en montrant soit des similitudes soit des différences. On rappellera déjà que les premiers ont laissé au total moins d’inscriptions que les seconds, mais qu’ils ont accordé davantage d’attention qu’eux aux métiers.

Répartition entre sources

145Les Lingons ont donc été moins expansifs sur la pierre que les Éduens pour les métiers. Mais une deuxième différence, qui ressort de ce tableau, sépare les deux peuples : les inscriptions (31/54, soit plus de la moitié) sont privilégiées par les Lingons quand ils veulent faire connaître la profession du défunt. Et l’on ne trouve chez eux que deux stèles qui donnent une image et une légende en rapport avec le métier du défunt (nos 39 et 42). Il est donc assez vraisemblable qu’il paraissait inutile, dans ce peuple aussi, de mentionner sous deux formes différentes une seule réalité.

Fig. 2. Le dossier des Lingons.

Répartition chronologique

146En ce qui concerne la chronologie, on remarque une fois de plus la parcimonie des documents attribuables au ier siècle. Pour la géographie, c’est la partie méridionale qui ici joue un grand rôle, la région au sud de Dijon (7/54) et l’agglomération de Dijon elle-même (11/54). On ressent l’impression, une impression à confirmer, que la mode de ce genre de stèles est venue du sud, de la vallée de la Saône. Bien entendu, Langres occupe une position dominante, ce qui n’a rien d’étonnant puisque cette ville était la capitale du peuple (22/54). Et Til-Châtel, située entre Langres et Dijon, a donné quelques documents, ce qui est d’autant moins étonnant que des soldats y étaient stationnés (11/54). Le reste du pays lingon a été relativement avare de documents (6/54). Ici aussi, la « crise du iiie siècle » a été ressentie. La dernière inscription bien datée remonte à 250-251 ; et les documents attribuables à la première moitié de ce siècle funeste émanent dans leur grande majorité de soldats. Ici aussi, le « siècle des Antonins » a favorisé le bien-être des populations.

Répartition par métiers

147Cette fois, les problèmes viennent d’un tonneau dans lequel on mettait on ne sait quoi (no 13), de l’eau, du vin ou de la bière, et de discentes, des apprentis, qui ont négligé de nous dire dans quelle branche ils se formaient (no 33). Ici aussi, on remarque d’abord que l’agriculture est sous-représentée par rapport au poids réel qu’elle avait dans la vie des humains, avec seulement six mentions, dont trois hypothétiques. Quant aux artisans, s’ils sont moins nombreux que chez les Éduens, cela tient d’abord à la relative discrétion des Lingons qui se vantaient moins de leurs activités professionnelles que leurs voisins ; cela tient aussi au fait que Langres était certainement une ville plus petite qu’Autun. Deux autres points attirent encore l’attention. Les hommes qui travaillaient dans les activités de loisirs paraissent avoir joui de davantage de considération que chez les Éduens (7 mentions). Et les militaires sont également bien représentés. Toutefois, avec onze références (contre 12 chez les Éduens), le total laisse penser que le passage de la VIIIe Légion Auguste à Mirebeau (Reddé, Goguey, 1995) sous les Flaviens n’a pas eu beaucoup de conséquences épigraphiques.

4. Bilan

148Au total, ces deux dossiers posent plus de questions qu’ils n’apportent de réponses. En fait, ils ne peuvent avoir de signification réelle que si on les insère dans un ensemble documentaire plus vaste, dans une grande enquête épigraphique, ou archéologique, ou épigraphique et archéologique à la fois, en un mot dans une étude historique. Quelques pistes néanmoins semblent s’ouvrir. Les documents présentés constituent un argument en faveur d’une origine italienne des stèles de métier (Reddé, 1978), et nous voudrions ajouter une hypothèse : ce sont les militaires qui ont sans doute véhiculé cette tradition. Mais les Éduens puis les Lingons ont su adapter à leurs mentalités collectives cet apport extérieur (Langner, 2001, p. 312 et 329, va dans ce sens). En particulier, ils ont fait rédiger des inscriptions très brèves, bien plus schématiques que celles qui ont été découvertes en Italie, voire en Narbonnaise, en Afrique ou dans la péninsule Ibérique. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous pouvons légitimement penser que, pour eux, trois types d’activités méritaient une estime particulière : l’artisanat, le commerce et l’armée, en sorte que les documents étudiés reflètent bien l’économie et la société des Éduens (Reddé, 1978, p. 62 ; Langner, 2001, p. 307), la réalité, mais en la montrant à travers un miroir déformant.

Addition

149L’auteur de cet article prépare actuellement un recueil des Inscriptions des Éduens, dans le cadre de la publication des Inscriptions latines de la Gaule Lyonnaise. Il en profite pour lancer un appel à toutes les personnes qui auraient connaissance de documents se trouvant chez des particuliers, qu’il s’engage à aider pour une éventuelle publication : 145, avenue de Flandre, 75019-Paris ; ou : yann.lebohec@wanadoo.fr.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alföldy G., 2005, « Romanisation - Grundbegriff oder Fehlgriff ? », Limes XIX, éd. Visy Z., University of Pécs, Pécs, p. 25-56.

Béal J.-Cl., 2000, « La dignité des artisans », Dialogues d’Histoire Ancienne, t. 26, fasc. 2, p. 149-182.

Blanchard A., Blanchard-Lemée M., Chardron-Picault P., 2006, « Art et culture dans la capitale des Éduens : l’exemple de la mosaïque des auteurs grecs », in : Chardron-Picault P., Autun, une capitale gallo-romaine, p. 70-75 (Dossiers d’archéologie, no 316, sept. 2006).

Chardron-Picault P., 1992, « Nouvelles recherches sur la mosaïque des ’auteurs grecs’ à Autun », Mémoires de la Société Éduenne, t. 55, p. 119-121.

Chardron-Picault P., 1996, « Autun/Augustodunum : bilan des dernières découvertes », Caesarodunum, t. 30, p. 35-57.

Chardron-Picault P., 2006, « Augustodunum, capitale des Éduens », in : Chardron-Picault P., Autun, une capitale gallo-romaine, p. 3-11 (Dossiers d’archéologie, no 316, sept. 2006).

Dondin-Payre M., 2007, « Chronique africaine », L’Antiquité classique, t. 76, p. 221-229.

Espérandieu É., 1907-1981, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, Suppléments Lantier R., t. 1-16, Paris, éd. P.U.F., 16 vol.

Frézouls É., 1991, « Les noms de métiers dans l’épigraphie de la Gaule et de la Germanie romaine », Ktema, t. 16, p. 33-72.

Graillot H., 1902, « Poculum et lagena : un type de stèle funéraire en pays éduen », Mémoires de la Société Éduenne, t. 30, p. 251-280.

Langner M., 2001, « Szenen aus Handwerk und Handel auf gallo-römischen Grabmälern », Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, t. 116, p. 299-356.

Laurence R., 2001, « Roman Narratives », Archaeological Dialogues, t. 8, fasc. 2, p. 90-122.

Le Bohec Y., 1989, La Troisième Légion Auguste, Paris, éd. du C.N.R.S., 632 p.

Le Bohec Y., 1991, « Un document connu et méconnu », in : Le Bohec Y. éd., Le Testament du Lingon, Actes de la journée d’études du 16 mai 1990, organisée au Centre d’études romaines et gallo-romaines de l’Université Lyon-III, Paris, de Boccard, p. 9-10 (Coll. du C.E.R.G.R., 9).

Le Bohec Y., 1992a, « La famille chez les Lingons », in : Ternes Ch.-M. éd., Actes du colloque international La famille en milieu gallo-romain’, p. 194-213 (Bull. des Antiquités Luxembourgeoises, 21).

Le Bohec Y., 1992b « Les inscriptions des Éduens : présentation générale », Inscriptions latines de Gaule Lyonnaise, Actes de la table ronde de novembre 1990, organisée au Centre d’études romaines et gallo-romaines de l’Université Lyon-III, Paris, de Boccard, p. 85-90 (Coll. du C.E.R.G.R., 10).

Le Bohec Y., 1993, « Sépulture et monde rural dans le Testament du Lingon », in : Ferdière A. dir., Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, Actes du colloque ARCHEA/AGER, Orléans, 7-9 février 1992, p. 29-35 (6ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Le Bohec Y., 1995, « Le sentiment de la mort chez les Lingons », in : Hinard F. éd., La mort au quotidien dans le monde romain, Actes du colloque organisé par l’Université de Paris IV, Paris-Sorbonne, 7-9 oct. 1993, Paris, éd. de Boccard, p. 243-253 (Coll. De l’archéologie à l’histoire).

Le Bohec Y., 1999, « L’armée romaine en Gaule à l’époque de Tibère », in : Schlüter W., Wiegels R. éd., Rom, Germanien und die Ausgrabungen von Kalkriese, Congrès d’Osnabrück, 2-5 sept. 1996, Osnabrück, Universität Verlag Rasch, p. 689-715 (Kulturregion Osnabrück, 10).

Le Bohec Y., 2002, L’armée romaine sous le Haut-Empire, 3e éd., revue et corrigée, Paris, éd. Picard, 292 p.

Le Bohec Y., 2003, Les inscriptions de la cité des Lingons, Inscriptions sur pierre, Inscriptions latines de la Gaule Belgique, I, Paris, éd. du C.T.H.S., 367 p.

Le Bohec Y., 2008, La province romaine de Gaule Lyonnaise, Dijon, éd. Faton, 358 p.

Le Roux P., 2002, Les métiers du monde romain : approches épigraphiques, p. 197-312 (Cahiers du Centre G. Glotz, 13).

Planson É. dir., 1982, La nécropole gallo-romaine des Bolards, Nuits-Saint-Georges, Paris, éd. du C.N.R.S., 190 p.

Reddé M., 1978, « Les scènes de métier dans la sculpture funéraire gallo-romaine », Gallia, t. 36, fasc. 1, p. 43-63.

Reddé M., Goguey R., 1995, Le camp légionnaire de Mirebeau, 380 p., 48-xvi pl. (Jahrbuch des Römisch-Germanisches Zentralmuseum, 36).

Venault S., Deyts S., Le Bohec Y., Labeaune Y., 2009, « Les stèles funéraires de la nécropole de Pont l’Évêque : contextes de découverte et étude du corpus », Bull. archéologique du C.T.H.S., t. 35, p. 129-208.

Wuilleumier P., 1963, Inscriptions latines des Trois-Gaules, Paris, éd. du C.N.R.S., 256 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les métiers chez les Éduens.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 2. Le dossier des Lingons.
URL http://books.openedition.org/artehis/docannexe/image/9996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 426k

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search