Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

L’apport des sources : archéologie, épigraphie et iconographie

Réflexions sur la relativité de la valeur heuristique des sources en histoire économique et sociale pour l’Antiquité : l’exemple des différents artisanats en Gaule romaine

Alain Ferdière

Résumé

L’artisanat gallo-romain est documenté par des sources diverses, surtout archéologiques, mais aussi textuelles, épigraphiques ou iconographiques. Cependant, certains artisanats, ou étapes de leurs chaînes opératoires, sont différemment renseignés par ces sources : plus par l’une que l’autre, mieux par l’une que l’autre, de manière parfois très inégale. Il en résulte, si l’on n’y prend garde, un tableau faussé de leur réelle place. C’est donc la valeur heuristique relative de ces sources, au regard des activités artisanales et de leurs étapes techniques, qui est examinée ici, pour la production d’objets manufacturés, en Gaule, du ier s. av. au ve s. ap. J.-C.

Texte intégral

1Dans le concert des colloques qui depuis une dizaine d’année s’attachent à étudier les divers aspects de l’artisanat antique, notamment en Gaule, peut-être est-il utile de revenir à certaines questions d’ordre méthodologique. Il est en effet assez connu que les différentes productions artisanales gallo-romaines (comme d’ailleurs dans d’autres aires géographiques ou chronologiques) ne sont pas perçues avec la même précision selon les cas (cf. Ferdière, 1999 ; 2001, p. 20-21 ; 2003 ; à paraître) et que la valeur heuristique des sources est variable :

  • selon les types de sources documentaires disponibles,

  • selon les questions posées (d’ordre économique, social, culturel, technique…),

  • selon les artisanats considérés,

  • selon la nature des matières premières mises en œuvre,

  • selon la complexité des chaînes opératoires, et le stade où l’on s’y place…

  • 1 Je m’abstiendrai, par indulgence, de citer des exemples plus récents.

2Si la plupart des archéologues sont conscients de ces différences de sort, distordant notre perception « objective » de ces activités, les glissements s’opèrent malgré tout souvent trop facilement dans les synthèses, ou de la part des historiens non archéologues travaillant à partir des textes et utilisant en général les données archéologiques de seconde main, comme « illustration » et en outre à travers le filtre des publications de synthèse les plus accessibles : la vision offerte au lecteur non averti s’en trouve ainsi caricaturale et déformée par rapport à ce qu’a pu être la réalité de ces productions et leur importance relative au sein de l’économie des provinces gauloises, d’où ne ressortent – pour schématiser – que la sigillée et le travail du fer… (voir par ex. Bordet, 1971, carte, p. 661).

  • 2 Je limite, ici comme ailleurs – et pour des raisons en grande partie liées à l’acquisition des donn (...)

3Je propose donc d’examiner ici, thème par thème ou type par type d’artisanat2, la valeur relative des différentes sources disponibles, à savoir archéologiques, textuelles, épigraphiques et iconographiques, et les questions spécifiques d’acquisition des données concernées par celles-ci et de risques d’effets de source liés à chacune d’elles. L’histoire s’écrit en effet à partir de sources, diverses, ambiguës et fuyantes, qui nécessitent une critique sévère et sans répit : c’est ce point de vue critique que je souhaite adopter ici.

4En préambule et à titre d’exemple, au plan archéologique, ces différences de traitement concernent, au premier abord, les produits finis issus de ces artisanats : que trouve-t-on en effet en fouille, dans les sites de consommation ? Tout d’abord des quantités de terres cuites, céramiques (poteries, terres cuites architecturales, etc.), que la valeur (pour la poterie) en matière de datation met par ailleurs en exergue ; et puis quelques éléments de ferraille plus ou moins oxydés ; quelques rares objets en bronze et autres alliages cuivreux ; quelques tessons de verre ; quelques objets en os, dans la masse d’ossements issue des rejets culinaires… La terre cuite est en effet un matériau quasi indestructible, alors que les métaux s’oxydent et, comme le verre, sont recyclables ; l’os se conserve bien en milieu non acide, mais la corne non ; cuirs, bois, tissus ne se conservent qu’exceptionnellement en milieu gorgé d’eau, ou sous forme de traces infimes…

5Les mêmes constats se retrouveraient évidemment dans les sites de production de ces artefacts et donc les artisanats correspondants, plus ou moins « lisibles » archéologiquement selon les cas et fournissant ainsi une vision plus ou moins déformée de la réalité de l’époque, où le plus lisible apparaît le plus important, et sans qu’il soit possible de corriger cet « effet de source » de manière satisfaisante. Et il en est de même pour des questions plus générales, d’ordre économique et social.

6Parallèlement, la valeur heuristique des différentes sources diffère selon les questions posées, les activités artisanales concernées, dans des directions divergentes et sans qu’il soit donc non plus possible, par le recours à ces autres types de données (écrits et images), de corriger la vision fournie par les seules données archéologiques.

7Une brève énumération de ces questionnements, ici mis en cause par les possibilités de leur documentation par ces sources diverses, est donc nécessaire : en termes d’histoire économique et sociale – objectif que je considère a priori comme majeur –, il s’agit globalement :

  1. d’identifier, de localiser les lieux de production, les ateliers et structures qui y sont liés, et d’en définir le statut (en termes de propriété, de fonctionnement, etc.) ;

  2. de définir autant que faire se peut les masses produites, afin de différencier – ce qui est à mon avis essentiel – les productions que je qualifie « de masse » (destinées à l’exportation) de celles « de proximité » (s’adressant à une petite clientèle locale, surtout urbaine) ;

  3. enfin de tenter de reconnaître le statut des protagonistes : l’artisan d’abord, mais aussi le possédant (du fonds ?, de la structure de production ?) et, à l’opposé, l’ouvrier (l’esclave ?).

1. LES SOURCES DOCUMENTAIRES

8Examinons la question d’abord par types de sources, puis par types d’artisanats, afin de brosser un tableau aussi complet que possible de cette question et des déformations potentiellement induites dans notre vision de celle-ci.

1.1. Les textes

9La documentation textuelle sur les Gaules n’est pas particulièrement riche (Ferdière, 2005b, p. 11-13) ; elle l’est encore moins sur les aspects les plus courants de la vie quotidienne, de la société, de l’économie… Les mentions d’artisanat y sont donc très aléatoirement représentées, le plus souvent anecdotiques (ex. de Pline l’Ancien) et l’on est en droit de considérer qu’elles ne sont généralement pas représentatives de leurs importances réciproques.

  • 3 Rares exceptions au Bas-Empire, avec par exemple les textrina domaniaux d’Ausone ou Sidoine Apollin (...)

10Il s’agit la plupart du temps de mentions occasionnelles dans des textes de nature historique ou descriptive, dont ce n’est pas l’objectif premier de mentionner de telles activités. Cependant, les sources textuelles concernant le Bas-Empire sont plus souvent de caractère juridique ou normatif et donc sans doute de portée plus générale et utile au propos, avec par exemple les listes de produits de l’Édit du Maximum ou des manufactures impériales énumérées dans la Noticia Dignitatum. Ainsi, d’ailleurs, l’impression d’une importance accrue de l’artisanat domanial au Bas-Empire par rapport à la situation antérieure pourrait être – en partie au moins – considérée comme un effet de source. Il est à noter en outre que pratiquement3 aucun de ces textes (pour les Gaules), de caractère général, ne mentionne un lieu précis de production artisanale, mais, au mieux, des régions.

11Et c’est enfin une banalité de rappeler que ces textes sont l’émanation d’une élite lettrée, écrits par et pour la classe dirigeante et non a priori les artisans ou les ouvriers !

12Enfin – et ce plus globalement en ce qui concerne les protagonistes –, la question de la place de l’artisan dans la société, avec la question du soi-disant « mépris de l’artisan » dans l’Antiquité, est bien un effet de source, celle des élites bien pensantes en l’occurrence (Ferdière, 2001 ; 2008 ; à paraître).

1.2. L’épigraphie

13Il en est de même, pour leur qualité « sociale », des documents épigraphiques, qui concernent en la matière soit des dédicaces de collèges (éventuellement d’artisans), soit des inscriptions funéraires mentionnant le métier du défunt. Il est clair dès lors que seules les activités de production les plus prestigieuses seront mentionnées, celles d’artisans susceptibles d’avoir les moyens de s’offrir une stèle inscrite pour leurs funérailles, ou de corporations ayant pignon sur rue dans la cité. Il est par exemple caractéristique que les potiers ne soient quasi jamais mentionnés (un à Lyon), et que les négociants le soient en général bien plus souvent que les artisans eux-mêmes.

14En outre, l’épigraphie des Gaules est aussi relativement pauvre et privilégie les grandes villes au détriment des campagnes et petites agglomérations, et certaines régions (Narbonnaise, Lyon, Gaule de l’Est et Rhénanie…) au détriment de la majorité des cités des Trois Gaules (Ferdière, 2005b, p. 13-16 et fig. 1), de même qu’elle privilégie les élites par rapport aux plus humbles ; ainsi, à titre d’exemple, les mentions d’artisans, avec leur place au théâtre, dans certaines villes d’Orient, provinces romaines où l’épigraphie est beaucoup plus abondante que dans nos contrées.

1.3. L’iconographie

15Les images qui illustrent les activités artisanales en Gaule (documents iconographiques) sont pratiquement exclusivement des stèles ou monuments funéraires, coûteux en l’occurrence, au même titre que les inscriptions funéraires, et excluant donc sans doute les classes inférieures.

16On a depuis longtemps observé que ces représentations de métiers étaient particulièrement nombreuses en Gaule (Reddé, 1978), en en tirant d’abord des conclusions hâtives sur le statut privilégié des artisans gallo-romains (par ex. Jullian, 1926, p. 168). Cette vision quelque peu nationaliste a heureusement été depuis révisée, notamment avec les travaux de J.-C. Béal (2000, surtout ; cf. Ferdière, 2001) : beaucoup de ces représentations figureraient ainsi, symboliquement, des activités de production à la source de la fortune des personnages concernés, quant à eux membres de l’élite des cités, mais non l’activité du défunt lui-même ; il ne s’agirait donc pas, dans d’assez nombreux cas, de « stèles d’artisans » au sens strict. Comme l’épigraphie sans doute, ces documents favorisent en tout cas – si l’on n’y regarde pas de trop près – une vision d’un statut élevé de l’artisan gallo-romain qui n’est encore sans doute en grande partie qu’un effet de source.

17C’est donc dire avec quelles précautions ces documents doivent être mis en œuvre pour notre propos. Et en outre, comme pour l’épigraphie, certaines activités – peut-être plus prestigieuses ? – apparaissent plus volontiers que d’autres : par exemple, beaucoup de métallurgistes pour fort peu de potiers (voire aucun)…

18Enfin, et encore comme pour l’épigraphie, les reliefs figurés ne sont pas extraordinairement nombreux en Gaule (quelques découvertes récentes s’ajoutent au recueil d’É. Espérandieu, 1907-1981 ; Ferdière, 2005b, p. 16-17), et dans tous les cas cette documentation est très fortement déséquilibrée d’une province, d’une cité à l’autre, ainsi qu’entre villes et campagnes : la Rhénanie, encore, ainsi que par exemple les villes dont les remparts tardifs ont pu faire l’objet de démontages récents, fournissent le plus gros du corpus, tous thèmes confondus.

1.4. L’archéologie

19Si je traite en dernier de cette source documentaire, c’est parce que, on s’en doute, il s’agit, du moins pour nos régions, de la principale, en tout cas quantitativement et pour quelque artisanat que ce soit.

  • 4 Voire par des « archéologues » non historiens, espèce quant à elle, heureusement – pour les période (...)

20Mais cette discipline ne doit pas être exempte de la plus grande vigilance critique – au même titre que les précédentes – en ce qui concerne sa valeur heuristique : entrent en effet en compte ici, globalement, les questions de « lisibilité » de ces activités sur le terrain, tant pour les structures de production que pour les produits eux-mêmes et leur déchets : elle est fonction d’une part des potentialités plus ou moins grandes de conservation des matériaux dans le milieu, d’autre part de la qualité des fouilles, évoluant avec les connaissances (« on n’enregistre que ce que l’on voit et l’on ne voit que ce que l’on sait reconnaître »), et donc en particulier fonction de l’ancienneté de ces fouilles. Elle est secondairement susceptible d’utilisation abusive et erronée dans le cadre de mise en œuvre indirecte, par exemple par des historiens non archéologues4.

21Notons d’emblée qu’il faut constater que l’archéologie – comme dans d’autres domaines de la recherche – ne peut répondre à toutes les questions historiques qui tournent autour de la problématique de l’artisanat, notamment en ce qui concerne les problèmes de droit, ou de statut des personnes ou des biens, ou alors vraiment à la marge et avec d’infinies précautions.

22Il est, en matière d’archéologie, nécessaire de distinguer trois aspects opérationnels de la question :

  • les activités qui laissent en général peu de traces ou inversement sont particulièrement bien perceptibles, d’une part par la spécificité et l’importance des structures de production qui y sont associées (fours notamment), d’autre part par la plus ou moins grande abondance ou rareté des objets liés, outils ou déchets, parfois par les deux en même temps ;

  • les matériaux qui sont susceptibles d’être recyclés et remis en œuvre, tels que les métaux mais aussi le verre, en opposition avec ceux dont les ratés ou les déchets ne sont pas réutilisables (os, et surtout terre cuite) ;

  • enfin, les matériaux qui se conservent bien (métal, en général, et surtout terre cuite, verre, os…) et ceux qui au contraire ne nous parviennent que dans des conditions très spécifiques (carbonisation, dessiccation, minéralisation, imbibition en milieu gorgé d’eau, surtout dans nos régions), et donc en petit nombre, à savoir les matières organiques telles que le bois, le cuir, les fibres textiles…

23En ce qui concerne spécifiquement les outils liés à tel ou tel artisanat, leur présence est aussi souvent ambiguë, du moins dans certains contextes. On en prendra deux exemples : en contexte funéraire – tout comme pour l’iconographie –, il peut tout aussi bien s’agir de l’activité même du défunt que de la symbolisation des sources de revenu de membres de l’élite, pour les sépultures privilégiée ; quant aux dépôts métalliques, il s’agit sans doute plus souvent de réserves pour des forgerons que de lots liés à la panoplie d’autres artisanats (bois, etc.). Et plusieurs de ces artisanats, et non des moindres, ne nécessitent qu’un outillage limité ou peu caractéristique (poterie par exemple, versus travail du bois).

  • 5 Il me pardonnera cette expression familière, tout à son honneur.

24Il est en outre en la matière bien connu, en principe, que la connaissance archéologique d’un secteur est directement proportionnelle à la « densité des chercheurs et des recherches », dans les faits très diverse d’une région à l’autre, voire d’un type de données à l’autre : ainsi jouent aussi l’effet des centres d’intérêt des archéologues, au moins depuis le xixe siècle, et des engouements de la recherche, dans telle ou telle région, pour telle ou telle des questions ou productions considérées ici : ainsi, « l’effet Mangin »5 est bien perceptible pour tout le grand Centre-Est de la France, de même que « l’effet sigillée » se ressent de manière prégnante, pour l’artisanat céramique, autour des principaux centres de production de sigillée (Gaule du Sud autour de La Graufesenque, Gaule du Centre autour de Lezoux…).

25Ainsi, sans qu’elles soient à proprement parler « surévaluées » dans certains secteurs, c’est l’importance relative de ces activités qui est en cause d’une région à l’autre, et elles sont aussi certainement sous-évaluées dans d’autres régions moins favorisées par la recherche.

  • 6 Quelle qu’en soit l’utilité documentaire intrinsèque par ailleurs…

26La masse de données archéologiques acquises est en effet directement liée à l’historiographie et au développement de cette discipline dans une région donnée, comme pour une thématique donnée, et n’a donc qu’un rapport plus ou moins lâche avec la réalité susceptible d’avoir existé pour la période considérée : il s’agit pour l’archéologie d’un « effet de source » extrêmement lourd pour ses conséquences sur la recherche, mais qu’il est en effet plus facile de nier ou d’oublier plus ou moins consciemment, se cantonnant ainsi à une agréable fiction qui est par exemple celle entretenue par les CAG6

27Ceci est sans doute particulièrement notable pour la comparaison des villes entre elles en matière de productions artisanales, certaines paraissant notoirement vides, à l’inverse d’autres largement pourvues : les cas d’Autun et de Lyon sont flagrants, grâce aux recherches délibérément orientées vers cet axe par Pascale Chardron-Picault, à la suite d’Alain Rebourg, pour la première, Armand Desbat et d’autres pour la seconde. Et s’ajoute à ceci la question de la localisation en fait non aléatoire des principales fouilles urbaines récentes (archéologie préventive) : celles-ci sont en effet plus enclines à privilégier les cœurs historiques urbains que les périphéries, notamment susceptibles d’accueillir un bonne part de ces activités artisanales (Ferdière, 2001), en tout cas pour les productions « de masse », sinon pour les artisanats de proximité.

28Enfin, en matière d’archéologie, l’importance relative des artisanats ne peut être clairement perçue que si l’on différencie justement (voir Ferdière, 1999 ; 2001…) les « productions de masse », destinées au marché et produisant des quantités massives, de la « production de proximité », essentiellement urbaine et s’adressant, autour du forum, à une clientèle limitée, pour des produits notamment « de luxe » (sur ces derniers, cf. Chardron-Picault, 2007), et en tout cas fabriqués en petite quantité : l’aire de diffusion et, autant que faire se peut, la masse produite doivent être prises en compte pour pondérer et comparer ces productions, et ceci est alors étroitement lié à la diffusion des produits vers les lieux de consommation plus ou moins lointains, et donc à leur « traçabilité ».

2. LES DIFFÉRENTS ARTISANATS

  • 7 L’ordre ici choisi est arbitraire et fonctionnel (technique), mais ne prétend pas à la neutralité o (...)

29Il est donc maintenant nécessaire d’examiner la question du point de vue des différents artisanats7.

2.1. Les « arts du feu » (matières minérales)

2.1.1. La métallurgie

30D’une manière générale, les métaux sont recyclables et les ratés quasi absents sur les lieux de production. La conservation des produits est en général assez bonne, malgré les effets de la corrosion. Cependant, en l’état des recherches, les métaux et alliages ne sont pas traçables et ne permettent pas, depuis les produits découverts sur les lieux de consommation, de remonter à ceux de production ou d’acquisition des matières premières.

La sidérurgie, le fer

31Le travail du fer est une activité relativement bien documentée pour les Gaules et qui a fait l’objet de nombreuses enquêtes, notamment récentes (dernier bilan in : Mangin, 2004). Mais M. Mangin note cependant, par exemple, que la réduction du fer en Gaule, pourtant si développée, n’est mentionnée par aucun texte antique.

32Pour les seules données archéologiques, les disparités qualitatives et quantitatives concernant les informations se font sentir à travers la chaîne opératoire, complexe et longue : la masse particulièrement visible des ferriers, amas de scories issues de la réduction directe du minerai, privilégie manifestement cette phase première de la sidérurgie au détriment des suivantes (affinage, élaboration, puis entretien et recyclage).

33Ces dernières activités sont quant à elles perceptibles par leurs structures (forges), la présence de scories en général distinguables de celles de réduction, enfin de certains outils du forgeron (pinces, enclumes et tas, marteaux…). Mais, sauf fouille relativement soigneuse, la présence de battitures, caractéristiques de la forge, n’est pas systématiquement enregistrée, et seules les fouilles relativement exhaustives d’ateliers, avec tamisage et tri des déchets, permettent – et non toujours – de différencier ces activités sidérurgiques en aval de la chaîne.

Les alliages cuivreux

  • 8 Pas de synthèse sur ces alliages pour les Gaules.

34Les occurrences de ces activités métallurgiques du travail des alliages à base de cuivre (bronze et laiton)8 sont assez nombreuses aussi dans la documentation pour les Gaules, et en particulier en ville.

35Dans la mesure où il s’agit dans certains cas d’artisanat « de luxe » (pièces exceptionnelles, toreutique, joaillerie…), les inscriptions en font parfois mention.

36Quant à l’archéologie, si le foyers sont en général très détruits et plus difficilement identifiables que dans le cas de la sidérurgie, en revanche, les résidus de ces activités se conservent bien et sont facilement reconnaissables : déchets et scories, chutes, et surtout creusets et moules à la cire perdue, ces derniers d’autant plus nombreux qu’ils ne sont pas réutilisables.

Les autres métaux

37Les métaux ou alliages qui ne sont ni ferreux ni cuivreux, soit essentiellement le plomb et les métaux précieux, correspondent quand même à des productions relativement marginales, dont les occurrences sont donc plutôt rares. Et d’un côté les métaux précieux (or et argent) sont le plus souvent associés aux artisanats de luxe de joaillerie, bijouterie, etc., de l’autre, le plomb, en revanche d’usage courant, ne nécessite que peu de savoir technique et n’exige pas de structures de production spécifiques (à l’exception de quelques pièces majeures comme les cercueils à décor moulé) (Cochet, 2000) : à la limite de l’artisanat spécialisé, cette production reste donc en général mal identifiée.

2.1.2. La céramique, la terre cuite

38Le matériau céramique (terre cuite), quant à lui, concerne à la fois des objets fragiles et donc sujets à beaucoup de casse – à la production comme à l’usage – et une matière extrêmement résistante à l’altération (à l’exception, à la rigueur, de certaines pâtes calcaires en milieu acide, par exemple) : il est donc susceptible de se conserver quasi indéfiniment. Mais il est en revanche non recyclable (sauf réutilisation marginale de tessons, d’amphores…), en tout cas comme matière première pour une nouvelle production.

39Ce caractère non recyclable préserve la matière première argileuse de mélanges a posteriori et permet de suivre à la trace ces productions, depuis leur lieu de production et les argiles d’origine jusqu’aux lieux de consommation les plus lointains : l’importance de la diffusion et la masse produite peuvent ainsi être estimées dans de nombreux cas, notamment pour les produits les moins courants comme la sigillée et les céramiques fines.

La poterie, la sigillée…

40L’archéologie est la source quasi unique en la matière, textes, épigraphie et iconographie étant globalement muets à ce sujet pour nos contrées. Comme l’artisanat de la terre cuite en général, la poterie en particulier (Desbat, 2003) est donc particulièrement bien perceptible, même en surface, par l’abondance de ses déchets : ce n’est évidemment pas un hasard si ces productions apparaissent sur le devant de la scène dans tout tableau classique de l’économie des Gaules…

41Les structures de production et surtout les fours sont aussi facilement identifiables, souvent assez vastes et bien conservés, facilitant encore la reconnaissance de ces lieux de production. Il est toutefois ici nécessaire de rappeler que la localisation des ateliers d’amphores renseigne souvent plus, en Gaule, sur les lieux de production viticole que sur l’artisanat céramique. Mais il est vrai que ce n’est que récemment qu’on a appris à reconnaître les structures archéologiques correspondant à l’emplacement des tours de potiers, ainsi qu’on a entrepris la fouille plus extensive des ateliers, auparavant limitée au seul four.

42La sigillée spécifiquement, objet de productions quasi « industrielles » et en tout cas massives, apparaît bien sûr en tête, avec ses productions si caractéristiques et aisément identifiables, ses accessoires de production (moules…) remarquables et de même matériau, donc nombreux, ses structures de cuisson aux dimensions impressionnantes et spécifiques (tubulures…). Ces produits bénéficient en outre d’une reconnaissance facile par leur aspect, leurs décors, leurs estampilles, qui en ont fait le succès dans les travaux des archéologues et céramologues depuis près de deux siècles, tout en la mettant au premier plan des productions gallo-romaines, notamment grâce à leur pouvoir de datation des contextes.

43Il en va globalement de même, chacune avec leurs spécificités, pour les productions (souvent associées) concernant les autres céramiques fines, les lampes, les statuettes… La diffusion de ces produits, à partir d’ateliers relativement rares et pour une grande part localisés, est donc assez bien estimée.

  • 9 Sur cette question, voir Ferdière, 1990 ; 1993.

44Mais ici joue en outre, de manière prégnante, l’un des effets de source dénoncés plus haut, à savoir le rapport inconnu entre la masse de données acquises par l’archéologie et celle ayant en réalité existé : pour la poterie la plus courante en effet – et en sus –, la masse produite n’a certainement qu’un lointain rapport avec les quelques ateliers connus, certes plus nombreux dans certaines régions que dans d’autres, mais parfois, on l’a vu, en partie pour des raisons liées à l’orientation des recherches et les intérêts des chercheurs. On sait pourtant qu’en termes d’approvisionnement en poterie des lieux de consommation (villes ou autres), il est impossible de se cantonner aux seuls sites de production identifiés, car les études par groupes techniques, pâtes ou fabriques montrent à l’évidence des productions, parfois massives, non reconnues dans ces ateliers mêmes (dont plusieurs peuvent par ailleurs fabriquer les mêmes produits, dans les mêmes argiles, à une période donnée)9.

Les terres cuites architecturales

45Malgré les volumes concernés de production, pour les tuiles (tegulae et imbrices, antéfixes), les briques, les éléments d’hypocaustes (pilettes, tubuli…), cet artisanat reste pour nous discret, en tout cas par rapport à la poterie, et ses acteurs n’apparaissent par exemple quasi jamais dans les textes, l’épigraphie, l’iconographie. Cet « effet de flou » est certainement accentué par le fait de l’éparpillement des structures de production, par petites unités, la plupart rurales. Les produits estampillés offrent toutefois des informations spécifiques en matière d’organisation du travail, de diffusion…

2.1.3. La verrerie

46Comme les métaux, le verre n’est pas traçable de la production à la consommation, en l’état des recherches, du fait notamment des mélanges de matières premières par recyclage et aussi déjà de son homogénéité à l’origine (pâte de verre orientale).

47Et ce n’est que récemment (depuis une vingtaine d’années : voir par ex. Foy, 1991 ; 2003 ; Nenna, 2000) que l’on a vraiment appris à reconnaître les structures de productions (fours), auparavant souvent confondues avec des fours de métallurgie (alliages cuivreux…) ; ces ateliers sont d’autant plus difficiles à détecter que les ratés et « chutes » peuvent être systématiquement récupérés et que les scories plus ou moins vitrifiées peuvent aussi laisser croire (en l’absence d’examen approfondi ou d’analyse) à de la métallurgie, voire à la production de terre cuite (point de fusion de la silice).

48Le recyclage des ratés comme du verre cassé, en contexte de production ou d’utilisation, est ici systématique, alimenté sans doute par des circuits relativement organisés de récupération, face au coût élevé de la matière première (pâte de verre), importée d’Orient.

49Quant à la perception des structures de production, ajoutons que les « arts du feu » en général (métallurgie, céramique et verrerie), par la nécessité de fours et chauffés à haute température, constituent le terrain privilégié d’application des méthodes de prospection géophysiques fondées sur les caractères magnétiques (Dabas, 2006, p. 211-215), facilitant la reconnaissance de ces ateliers et des fours (tout particulièrement pour la céramique), ce qui n’est en revanche pas le cas des autres activités artisanales en général.

2.2. Les matières organiques

50Leur sort (conservation) est en archéologie très varié, selon qu’il s’agit notamment de matière dure ou non.

2.2.1. Le travail du bois et ses dérivés

51Certainement très courantes (charpenterie et charpenterie navale, production de meubles, petite menuiserie et ébénisterie…), ces activités (cf. par ex. Hedinger, Leuzinger, 2003) sont en revanche aussi fort peu documentées par les données écrites (textes et inscriptions), ou encore l’iconographie.

52Et ici les données archéologiques sont extrêmement fugaces, le bois étant un matériau périssable dans les conditions atmosphériques normales de nos contrées : seuls les bois gorgés d’eau (en lacs, rivières, puits…) nous parviennent, fournissant ainsi une vision très lacunaire de ces artisanats.

53En revanche, les outils, variés, sont en général bien identifiables et permettent en partie de palier cette carence de données.

54Il en est de même pour la grande pauvreté de la documentation concernant la vannerie ou la sparterie (voir par ex. la contribution de N. Blanc et F. Gury sur la vannerie gallo-romaine in : Tissage…, 1989 ; Vannerie…, 2004 ; Barbier et alii, 1999), pour les mêmes raisons de conservation ; et dans ce cas, pour une activité ne demandant qu’une connaissance technique limitée et qui devait être au moins en partie domestique, les outils spécifiques sont également quasi absents.

55Enfin, le bois permet la production de poix (voir Trintignac, 2003), une activité sans doute secondaire et dérivée, liée à la coupe forestière destinée à l’alimentation des centres de production gros consommateurs de combustibles tels que la céramique (sigillée notamment) et la sidérurgie de réduction (charbonnage) : les stations de résiniers sont en général bien repérables par la présence de « fours » en « urnes à résine », de forme très spécifique.

2.2.2. Le tissage

56Il s’agit encore d’un groupe d’activités (Tissage…, 1989 ; Roche-Bernard, Ferdière, 1993 ; Cardon, Feugère, 2000) dont font assez peu état les sources écrites, sauf exception, un peu plus sans doute l’iconographie (funéraire).

57Au plan archéologique, en excluant ici la phase amont de la chaîne de production, et en ne commençant donc qu’au tissage, les seuls éléments identifiables – à l’exclusion de quelques rares traces supposées de métiers – sont les pesons de métiers à tisser verticaux, en général en terre cuite. Mais on pense depuis peu que vraisemblablement une partie de la production est alors réalisée à partir de métiers sans pesons mais à « barres », qui ne laissent donc quant à eux pas de traces archéologiques (Walton Rogers, 2001 ; Ferdière, 2003, p. 271 ; à paraître).

  • 10 Leur recension à partir des Cartes Archéologiques de la Gaule (cf. Béal, 1996) peut même être tromp (...)

58Ces indices sont donc fugaces (tout au plus quelques pesons10, sans que leur absence signifie donc absence de tissage), à telle enseigne que certains rejettent cette activité, quand elle n’est représentée que par un ou deux pesons, dans la sphère de la production domestique autosuffisante. Il faut bien pourtant que les ateliers de production « de masse » (attestés par d’autres sources pour les régions « drapières ») soient quelque part, et par exemple ceux des grandes manufactures impériales du Bas-Empire mentionnées dans la Noticia Dignitatum (Ferdière, 2007 ; à paraître).

59Quant à la suite de la chaîne opératoire jusqu’au produit fini (pièces de tissu et vêtements), avec la foulerie, la teinture, le façonnage…, elle ne laisse que des traces archéologiques fugaces et d’interprétation souvent ambiguë, tant en ce qui concerne les structures (bassins…) que le mobilier (forces ?, peignes ?, amphores à alun des Lipari ?).

2.2.3. L’os et la corne

60La tabletterie n’est strictement documentée que par l’archéologie ; l’intérêt pour cet artisanat est récent (surtout, Béal, 1983 ; voir en général sur cet artisanat : Deschler-Erb, 1997 ; Bertrand, 2008, p. 9-11) et se développe sensiblement avec la multiplication, elle aussi récente, des études archéo-zoologiques : ces productions sont en effet souvent associées, comme artisanat de récupération, aux boucheries, ce qui en fait une activité essentiellement urbaine.

61Il en est de même de la production de colle d’os, de l’artisanat de la corne… Le bois de cerf (de chute ou issu d’animaux chassés) est aussi concerné par la tabletterie.

62Si l’os et le bois de cerf se conservent en général assez bien (en milieu non acide toutefois), il n’en est pas de même de la corne, que seules renseignent en général les chutes de chevilles osseuses sciées.

2.2.4. Le cuir et la peau

  • 11 En général, sur ces activités, voir Leguilloux, 2004.

63La présence d’amphores à alun des Lipari (Berthaud, 2005) reste ambiguë, ce produit pouvant servir au tannage comme à la foulerie ou à la teinture (artisanat textile). Et les structures de production telles que les cuves de tannage ne sont que très rarement mises en évidence de manière indiscutable, car souvent elles aussi d’interprétation ambiguë (par rapport à ces mêmes activités textiles)11.

64Il est donc vrai que les informations les plus riches et les plus nouvelles nous viennent de l’archéozoologie, avec la mise en évidence de traces de dépeçage, ou par exemple de la sélection des pièces osseuses mises au jour (extrémités de pattes, etc.) ; c’est dire que beaucoup reste à faire et est attendu de cette discipline en la matière : l’étude des ossements animaux ne se développe en effet que depuis une trentaine d’années et est par ailleurs loin d’être mise en œuvre partout, et même de pouvoir l’être (selon la nature des contextes).

65Mais le cas des utricularii, sans doute essentiellement des fabricants d’outres, mais par nécessité associés aux transport des denrées liquides (vin…) et donc aux corporations de nautes, est caractéristique de la probable « sur-représentation » de ce modeste artisanat par la documentation épigraphique (Verdin, 2005).

66Ainsi, la vision de l’artisanat gallo-romain varie en fonction des sources utilisées et l’on comprend bien que celle de Camille Jullian (1920-1926, t. 2, p. 77-106), au début du xxe siècle, quasi exclusivement fondée sur les données textuelles et épigraphiques, soit fort différente – et non seulement quantitativement – de celle acquise aujourd’hui, après près d’un demi-siècle notamment de fouilles réalisées selon des méthodes plus rigoureuses, d’études typologiques et par exemple archéozoologiques, d’analyses en laboratoire et autres mesures archéométriques.

67Reste que, d’une source à l’autre ou toutes confondues, certains artisanats – on l’a vu – prennent le devant de la scène, en particulier grâce à une plus facile perception à partir des données archéologiques : ceci reste par exemple le cas de la céramique ou de la métallurgie, au détriment d’autres activités de production apparemment plus fugaces, comme le travail du bois ou du cuir. Il est nécessaire de s’imprégner du constat que ceci ne veut pas dire que pour le Gallo-Romain la production potière était beaucoup plus importante que la charpenterie ou la menuiserie : tout laisserait à penser que ce pouvait même être plutôt le contraire.

68C’est donc le devoir de l’historien-archéologue de prendre pleinement conscience de ces questions de perception différentielle des données, du domaine de ce qu’on appelle aujourd’hui un peu abusivement la « taphonomie » : il se doit en effet de restituer un tableau des activités artisanales, évidemment différent d’une région, d’une cité à l’autre, qui rende compte de ces problèmes, de ces limites documentaires et effets de source ; il doit le faire en gommant donc autant que faire se peut ces différences de perceptions pour tenter de remettre à leur juste place économique et sociale les artisanats les plus difficiles à mettre en évidence, au détriment alors de ceux qui nous apparaissaient artificiellement les plus importants, par les effets de « sur-documentation » et par conséquent de surévaluation qui les concernent.

  • 12 À l’exception peut-être de l’archéologie funéraire, dans quelques rares cas de « tombes d’artisans  (...)

69Il est également clair, en outre, que ces différentes sources ne se complètent pas au vrai sens du terme, les unes comblant strictement les lacunes des autres. Certes, les textes, l’épigraphie et l’iconographie fournissent souvent des informations qui ne sont en général pas redondantes par rapport aux données archéologiques, apportant ainsi leur concours au tableau général qu’on souhaite brosser, mais, globalement, les informations fournies par ces dernières ne sont pas vraiment sur le même plan heuristique que les trois premières : par exemple, il est clair que l’archéologie nous informe quasi exclusivement12 sur les structures de production, donc sur l’artisanat lui-même, alors que l’épigraphie et l’iconographie concernent en général plutôt les hommes, les individus, les protagonistes, les artisans. Quant aux textes, ils se placent le plus souvent sur un plan encore différent, plus global…

70On l’aura compris : l’objectif de cette contribution est de souligner ce qui est intuitivement perçu par tous mais souvent relégué par facilité à l’arrière-plan : le fait que l’importance relative des différentes activités artisanales, à une période donnée et pour leurs contemporains, n’est selon toute vraisemblance pas celle directement perceptible aujourd’hui par les chercheurs, à travers les multiples prismes déformants des données, des recherches et de leurs méthodes. Autrement dit, les artisanats qui à première vue nous apparaissent comme les plus importants, en l’occurrence en Gaule romaine, ne l’étaient pas forcément alors, ni même perçus comme tels par les contemporains.

  • 13 Ceci sans aucune connotation péjorative : l’état de la recherche à un moment T ne peut que baigner (...)

71Il est donc patent que notre perception de l’artisanat gallo-romain n’a sans doute – et ce sur tous les plans – que des rapports lointains avec la réalité ayant existé. À nous de voir si nous voulons tenter d’en avoir des aperçus fugitifs mais plus pertinents, sans doute possibles dans certains domaines, ou rester, au plan global, dans une création imaginaire conforme à l’idée que l’on s’en fait, dans l’état actuel des connaissances et l’idéologie ambiante qui en résulte13

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barbier G. et alii, 1999, La vannerie à l’époque galloromaine, Catalogue d’exposition, Saint-Marcel, Musée d’Argentomagus, 26 juin-28 nov. 1999, 63 p.

Béal J.-Cl., 1983, Catalogue des objets de tabletterie du Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon, Lyon, Univ. Jean Moulin/Paris, de Boccard, 421 p.-LXXI pl. (Coll. du Centre d’Études romaines et gallo-romaines, 1).

Béal J.-Cl., 1996, « Instrumentum et production textile en Gaule romaine : l’exemple des pesons de terre cuite », in : Aspects de l’artisanat du textile dans le monde méditerranéen (Égypte, Grèce, monde romain), Univ. Lumière-Lyon 2/Paris, de Boccard, p. 121-132, 3 fig. (Coll. de l’Institut d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité, 2).

Béal J.-Cl., 2000, « La dignité des artisans : les images d’artisans sur les monuments funéraires de Gaule romaine », Dialogues d’histoire ancienne, 26/2, p. 149-182.

Berthault F. dir., 2005, « Alun et artisanat en Gaule romaine », in : Borgard P., Brun J.-P., Picon M. éd., L’alun de Méditerranée, Actes du colloque international, Naples/Lipari 4-8 juin 2003, Naples/Aix-en-Provence/Paris, p. 323-334 (Coll. du Centre Jean Bérard, 23).

Bertrand I., 2008, « Le travail de l’os et du bois de cerf à l’époque romaine : bilan et perspectives de la recherche sur un artisanat ’mineur’ », in : Bertrand I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ?, Actes de la table ronde Instrumentum, Chauvigny, 8-9 déc. 2005, Chauvigny, Ass. des publications chauvinoises/Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 3-13 (Monographies Instrumentum, 34).

Bordet M., 1971, La Gaule romaine, Paris/Montréal, Bordas, 160 p. (Coll. Bordas-Connaissance, 28).

Cardon D., Feugère M. dir., 2000, Archéologie des textiles des origines au ve siècle, Actes du colloque de Lattes, oct. 1999, Montagnac, éd. M. Mergoil, 290 p. (Monographies Instrumentum, 14).

Chardron-Picault P., 2007, « Les artisanats de luxe chez les Éduens : les exemples de Bibracte et Augustodunum », in : Baratte F., Joly M., Béal J.-Cl. dir., Autour du trésor de Mâcon : luxe et quotidien en Gaule romaine, Actes du colloque de Mâcon, 27-29 janv. 2005, Mâcon, Inst. de rech. du Val de Saône-Mâconnais, p. 221-237.

Cochet A., 2000, Le plomb en Gaule romaine : techniques de fabrication et produits, Montagnac, éd. M. Mergoil, 223 p. (Monographies Instrumentum, 13).

Dabas M., 2006, « La prospection géophysique », in : Dabas M. et alii, La prospection, Paris, éd. Errance, p. 167-222 (Coll. Archéologiques).

Desbat A., 2003, « La céramique romaine en Gaule et en Occident », in : D’Anna A. et alii, La céramique : la poterie du Néolithique aux Temps modernes, Paris, éd. Errance, p. 115-181 (Coll. Archéologiques).

Deschler-Erb S., 1997, « One, antler, tooth and ivory : Raw materials for roman artefacts », in : Proc. 7th Internat. Conf. for Archaeo-Zool., Constance, 26 sept.-1er oct. 1994, p. 73-77 (Anthropozoologica, 25/26).

Espérandieu É., 1907-1981, Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, 16 vol., Paris, 1907-1981 (I à XI : É. Espérandieu ; XII à XV : R. Lantier ; XVI : Tables, P.-M. Duval).

Ferdière A., 1990, « Approvisionnement en céramique (note 56) », in : « Voyages à travers les campagnes de la Gaule romaine - V », Revue Archéologique du Centre de la France, 29-2, p. 201-202.

Ferdière A., 1993, « Droit de réponse I (note 63) » ; « La place des ateliers céramiques (note 79) », in : « Voyages à travers les campagnes de la Gaule romaine - VI », Revue Archéologique du Centre de la France, 32, p. 187-189 et 198-199.

Ferdière A., 1999, « L’artisanat gallo-romain entre ville et campagne (histoire et archéologie) : position historique du problème, méthodologie, historiographie », in : Polfer H. dir., Artisanat et productions artisanales en milieu rural dans les provinces du nord-ouest de l’Empire romain, Actes du colloque d’Erpeldange, mars 1999, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 9-24 (Monographies Instrumentum, 9).

Ferdière A., 2001, « La ’distance critique’ : artisans et artisanat dans l’Antiquité romaine et en particulier en Gaule », Les Petits Cahiers d’Anatole (publ. en ligne de l’UMR Archéologie et Territoires), 1, 07/02/2001 : (http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/F2_1.pdf)

Ferdière A., 2003, « La place du domaine foncier dans la production artisanale destinée au marché », in : Lepetz S., Matterne V. dir., Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de la Gaule romaine : matières premières et produits transformés, Actes du VIe colloque AGER, Compiègne, 5-7 juil. 2002, p. 263-279 (Revue Archéologique de Picardie, no 1/2).

Ferdière A., 2005a, « L’artisanat en Gaule romaine », in : Actes du congrès de la SFECAG, Blois, 5-8 mai 2005, Marseille, p. 7-14.

Ferdière A., 2005b, Les Gaules : iie s. av. J.-C.-ve s. ap. J.-C., Paris, éd. Armand Colin, 447 p. (coll. U-Histoire).

Ferdière A., 2007, « Des maîtres de domaines investissent dans la manufacture : fundus et production artisanale », Communication à la table ronde Le Maître du Domaine, Lyon, MOM, 15 oct. 2004, Bull. AGER, 17, p. 9-18.

Ferdière A., 2008, « La place de l’artisanat en Gaule romaine du Centre, Nord-Ouest et Centre-Ouest (province de Lyonnaise et cités d’Aquitaine septentrionale) », Revue Archéologique du Centre de la France, 45/46-2006/07, en ligne (http://racf. revues.org).

Ferdière A., à paraître, « Les techniques artisanales en Gaule romaine : innovation et transfert de savoirs », Communication au colloque Archéologie et Histoire des techniques du monde romain, SFAC, Paris, 18 nov. 2006, à paraître in : Actes.

Ferdière A., à paraître, « L’artisanat en Gaule romaine : organisation et place », Communication à la table ronde L’Artisanat grec : approches méthodologiques et perspectives, École Franç. d’Athènes/HALMA, Athènes, 5-6 oct. 2007.

Foy D., 1991, « Ateliers de verriers de l’Antiquité et du haut Moyen Âge en France : méthodologie et résultats : un état de la question », in : Foy D., Sennequier G. dir., Ateliers de verriers de l’Antiquité à la période pré-industrielle, Actes des 4èmes rencontres de l’Assoc. Franç. pour l’Archéologie du Verre, Rouen, 24-25 nov. 1989, Rouen, p. 54-69.

Foy D. dir., 2003, Cœur de verre : production et diffusion du verre antique, Catalogue d’exposition, musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 19 déc. 2003-25 avril 2004, Gollion, éd. Infolio, 192 p.

Hedinger B., Leuzinger U. ed., 2003, Tabula rasa : les Helvètes et l’artisanat du bois : les découvertes de Vitudurum et Tasgetium, Avenches, Ass. Pro Aventico, 136 p. (Documents du Musée Romain d’Avenches, 9).

Jullian C., 1920-1926, Histoire de la Gaule, 2 vol., Paris, éd. Hachette, rééd. 1993, t. 1, 1271 p. et t. 2, 889 p.

Jullian C., 1926, De la Gaule à la France, Paris, éd. Hachette, rééd. (1ère éd. : 1921).

Leguilloux M., 2004, Le cuir et la pelleterie à l’époque romaine, Paris, éd. Errance, 192 p. (coll. des Hespérides).

Mangin M. dir., 2004, Le fer, Paris, éd. Errance, 239 p. (Coll. Archéologiques).

Nenna M.-D., 2000, La route du verre : ateliers primaires et secondaires du second millénaire av. J.-C. au Moyen Âge, Actes de la table ronde du 24 oct. 1997, Maison de l’Orient méditeranéen et des 12èmes journées de l’A.F.A.V., Lyon, 174 p. (Travaux de la Maison de l’Orient Méditerranéen, 33).

Reddé M., 1978, « Les scènes de métiers dans la sculpture funéraire gallo-romaine », Gallia, 36, 1, p. 43-64, figs.

Roche-bernard G., Ferdière A., 1993, Costumes et textiles en Gaule romaine, Paris, éd. Errance, 175 p. (Coll. des Hespérides).

Tissage…, 1989 = Tissage, corderie, vannerie : approches archéologiques, ethnologiques, technologiques, Actes des IXèmes rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 20-22 oct. 1988, Antibes, éd. APDCA, 317 p.

Trintignac A., 2003, « La production de poix dans la cité des Gabales (Lozère) à l’époque gallo-romaine », in : Lepetz S., Matterne V. dir., Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de la Gaule romaine : matières premières et produits transformés, Actes du VIe colloque AGER, Compiègne, 5-7 juin 2002, p. 239-248 (Suppl. à la Revue Archéologique de Picardie, 1-2).

Vannerie…, 2004 = La vannerie dans l’Antiquité, Catalogue d’exposition, Nemours, Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 59 p.

Verdin F., 2005, « Encore les utriculaires », in : Bouet A., Verdin F. éd., Territoires et paysages de l’Âge du Fer au Moyen Âge : mélanges offerts à Philippe Leveau, Bordeaux, Ausonius/Paris, de Boccard, p. 275-284 (Mémoires, 16).

Walton Rogers P., 2001, « The re-appearance of an old loom in medieval England », in : Walton Rogers P., Bender Jorgensen L., Rast-Eicher A. dir., The Roman textile industry and its influence, A birthday tribute to John Peter Wild, Oxford, Oxbow Books, p. 160-171.

Notes

1 Je m’abstiendrai, par indulgence, de citer des exemples plus récents.

2 Je limite, ici comme ailleurs – et pour des raisons en grande partie liées à l’acquisition des données en question ici –, l’artisanat à la production d’objets manufacturés ou à la transformation des matières premières dans cet objectif, excluant donc notamment les activités de construction ou de bouche.

3 Rares exceptions au Bas-Empire, avec par exemple les textrina domaniaux d’Ausone ou Sidoine Apollinaire.

4 Voire par des « archéologues » non historiens, espèce quant à elle, heureusement – pour les périodes qui nous occupent ici – en voie d’extinction…

5 Il me pardonnera cette expression familière, tout à son honneur.

6 Quelle qu’en soit l’utilité documentaire intrinsèque par ailleurs…

7 L’ordre ici choisi est arbitraire et fonctionnel (technique), mais ne prétend pas à la neutralité ou l’objectivité…

8 Pas de synthèse sur ces alliages pour les Gaules.

9 Sur cette question, voir Ferdière, 1990 ; 1993.

10 Leur recension à partir des Cartes Archéologiques de la Gaule (cf. Béal, 1996) peut même être trompeuse, compte tenu de l’hétérogénéité de la qualité de ces ouvrages en la matière et en fonction de l’intérêt de l’auteur pour la question, de la qualité de l’indexation, etc. : ici aussi, l’absence des pesons mentionnés pour un département ne peut jamais être considérée comme la preuve de leur réelle absence…

11 En général, sur ces activités, voir Leguilloux, 2004.

12 À l’exception peut-être de l’archéologie funéraire, dans quelques rares cas de « tombes d’artisans ».

13 Ceci sans aucune connotation péjorative : l’état de la recherche à un moment T ne peut que baigner – et heureusement – dans le consensus des problématiques en cours et donc des a priori idéologiques plus ou moins consciemment admis alors : ceci est aussi valable pour le temps de Camille Jullian que pour aujourd’hui.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search