Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Nevers. Verrerie des XIV-XVIIèmes siècles

Jorge Barrera

Texte intégral

"La verrerie de Nevers ! Durant deux cent ans elle peupla notre ciel des ocelles chatoyants d'un vol de papillons. Mais ceux-ci n'ont d'éclat que dans l'azur d'un bel été ; ils devaient disparaître au premier souffle de la tempête" (TOSCAN, 1934, p. 243).

PALAIS DUCAL

I. Contexte de la découverte

  • 1 Les fouilles ont été menées par le GREPAN (Groupe de Recherche et d'Etudes pour l'Archéologie de Ne (...)
  • 2 Renseignements du GREPAN.

1L'aménagement intérieur du Palais Ducal de Nevers a permis la réalisation de fouilles, une première campagne ayant été menée entre février et mai 1988. Ces fouilles ont mis au jour des structures organisées pouvant correspondre à une occupation antérieure à celle que nous connaissons1. Quatre espaces délimités par des murs ont été observés sous la couche de remblai apportée au XIXème siècle pour établir le sol actuel de l'édifice. Sous le carrelage d'un espace quadrangulaire nommé pièce A, la fouille d'une série de couches cendreuses composant le remblai d'une fosse non identifiée a livré un groupe de verres. Il nous semble important de les présenter dès maintenant, bien que l'étude du site ne soit pas encore achevée. Les indications chronologiques, suggérées par la typologie du carrelage, des enduits peints et de la céramique recueillis, situent ce contexte entre le XIVème et le XVème siècle2.

II. La verrerie (Fig. 1)

  • 3 Pièce A, couches 93 à 100.
  • 4 Détail technique toujours visible sur les verres de cette époque : il correspond aux marques laissé (...)

2La verrerie recueillie dans le Palais Ducal3 se compose de fragments qui sont pour la plupart fortement altérés. Une grande partie du verre d'origine, de teinte verte très claire, est transformée en une matière micro-fissurée, opaque et extrêmement fragile. Le comptage des marques de l'empontillage4 indique au moins dix objets en verre creux. Si l'on ajoute les formes identifiées grâce à d'autres tessons ne portant pas ces marques, le nombre des formes est nettement plus grand ; on a alors une vingtaine de verres environ.

3Le profil le plus courant est celui du verre à tige élancée : 60 % de la verrerie environ (no 1-6). On trouve ensuite le flacon (no 7-10) et le gobelet (no 11-13). Aucune forme archéologiquement complète n'a pu être remontée, mais la taille et l'homogénéité de certains tessons laissent penser qu'il devait y avoir quelques pièces complètes qui n'ont pu être récupérées en raison de leur état d'altération.

  • 5 Le profil de la base des verres à tige est restitué à partir des tessons présents dans le même ense (...)

4Le contenant des verres à tige, de forme tronconique très ouverte, porte de 8 à 9 côtes saillantes à la base et s'amincissant jusqu'au bandeau lisse (no 5.) Les tiges, creuses ou pleines, sont rapportées. Les tiges pleines, légèrement torsadées, sont soutenues par un pied large, également rapporté (no 6)5. Parmi les verres à tige creuse on observe deux groupes selon le diamètre de la tige, on a ainsi d'une part les verres à tige large (no 1 & 2) et d'autre part les verres à tige étroite (no 3 & 4).

5Il nous paraît important de souligner ici un aspect technique qui est la position et le diamètre des marques de l'empontillage. Les verres à tige creuse (et surtout ceux à tige étroite) portent la marque de l'empontillage à la base du contenant. Cela implique que l'outil employé pour soutenir ces verres, lors du façonnage du bord du contenant, devait être très mince, les tiges faisant environ 1 cm de diamètre et 10 cm de hauteur. Mais on remarque aussi que le diamètre des autres marques de l'empontillage n'est guère plus grand, il varie entre 0,8 et 1,2 cm. L'outil de préhension des verres, couramment appelé pontil, est donc ici plus mince que ce que nous montrent les verreries plus récentes.

6Parmi les formes fermées, on peut identifier le flacon à panse globulaire à partir de plusieurs éléments : le goulot à paroi lisse et à lèvre infléchie (no 7), le fond conique à paroi lisse (no 8) ou côtelée (no 9). Nous avons classé parmi les flacons, par analogie aux formes complètes recueillies sur d'autres sites, un tesson de fond bombé, légèrement épaissi et portant les marques de l'empontillage, qui semble correspondre au fond du flacon appelé "urinal" (MEYER et alii, 1983, Fig. 94 a ; CABART, 1985, Fig. 15 : 31).

7Si les verres à tige élancée et les flacons caractérisent cet ensemble, il s'y trouve également une dizaine de tessons appartenant à un autre type de profil qui est celui du gobelet. Il se distingue par des tessons de bord droit dont les caractéristiques permettent d'identifier au moins trois verres : le gobelet à côtes plates verticales et à petit bandeau horizontal soulignant le bord (no 11), le gobelet à côtes plates obliques (no 12) et le gobelet incolore décoré de filets de verre blanc opaque formant des accolades (no 13).

EGLISE SAINT-GENEST

  • 6 Nous remercions très vivement Yves Roumegoux, archéologue municipal de Nevers, et jusqu'alors respo (...)

8Cette présentation de la verrerie archéologique médiévale de Nevers ne serait pas complète si nous ne parlions du "calice" en verre actuellement conservé au Musée de Nevers (Fig. 2, no 14)6. Il s'agit d'un verre trouvé en 1832 dans un tombeau en pierre de l'église Saint-Genest (BOUTILLIER, 1885 ; BARRELET, 1953, p. 51 & 196, Pl. XXV B).

  • 7 Depuis la mention de ce verre dans l'ouvrage de James Barrelet en 1953, aucune autre découverte ide (...)

9Le profil du "calice" correspond à celui des verres à tige du XIVème siècle et à ceux qui viennent d'être recueillis sous le Palais Ducal. Il a cependant certaines particularités qu'il faut signaler. On constate que le contenant, de forme tronconique à base légèrement convexe, ne porte pas de décor ; il a une paroi lisse. D'autre part, la tige pleine montre deux bagues à mi-hauteur, reliées par quatre cordons verticaux repliés et faisant saillie. Le pied est fragmenté. La dénomination de "calice" trouve son fondement dans le fait que le verre est accompagné d'une patène (Fig. 2, no 14'), également en verre, de forme circulaire, dont le bord est horizontal et dont la partie centrale, concave à fond bombé, porte les marques de l'empontillage7.

RUE DU 14 JUILLET

I. Contexte de la découverte

10On a pu constater en mai 1988, pendant les travaux d'aménagement d'un immeuble sis au 10 rue du 14 juillet, que le terrain livrait un certain nombre d'objets archéologiques. Il n'était plus possible cependant d'entreprendre une véritable intervention archéologique et l'étude de terrain a été limitée à un ramassage du mobilier pouvant encore être sauvé. On y trouve un groupe d'objets indiquant le travail du verre soufflé.

11Il ne faut pas chercher très loin dans les textes pour constater que Nevers occupe une place importante dans l'histoire des industries du verre en France et cela à partir du XVIème siècle, date à laquelle, sous la protection de Louis de Gonzague, des verriers italiens viennent s'installer dans la ville.

12En 1885, l'abbé François Boutillier distingue, dans l'histoire de la verrerie à Nevers, quatre périodes qui correspondent à l'activité des verriers Jacques Sarode (seconde moitié du XVIème siècle), Horace Ponté (1600-1645), des Castellan (1647-1726) et des Borniol (XVIIIème siècle). L'auteur donne de nombreuses références sur ces familles verrières et l'on constate surtout, en raison de ce qui nous occupe ici, qu'elles se sont toujours installées au même endroit et qu'un Hôtel de la Verrerie y était édifié. Cet emplacement, près de l'ancienne église Saint-Laurent, correspond à la rue de la Tartre, l'actuelle rue du 14 juillet (TOSCAN, 1934, p. 229). Si différentes familles se sont succédées au cours du temps dans l'exercice de l'art du verre, l'emplacement des verreries ne semble donc pas avoir changé ; en 1778 on conseillait aux visiteurs d'aller voir le "petit Murano de Venise" dans la Grande rue (rue de la Tartre). On peut donc en déduire que le matériel mis au jour rue du 14 juillet pourrait appartenir à l'une des verreries installées dans cette rue.

13C'est la raison pour laquelle il est important de présenter, même si les renseignements archéologiques font défaut, l'étude du matériel récupéré en ce lieu car il s'agit, nous semble-t-il, des premiers témoins archéologiques des productions nivernaises.

II. Le matériel (Fig. 3 & 4)

  • 8 "... quant aux beaux objets, soufflés avec tant d'amour, ils ne sont plus qu'en nombre infime dans (...)

14L'abbé Boutillier donne la liste d'un certain nombre d'objets produits dans les verreries de Nevers. Ils correspondent surtout à des présents offerts aux princes et seigneurs venant visiter la ville. Un document daté de 1622 énumère un certain nombre de formes : "...verres raffinés, verres raffinés avec couvercle, coupes avec des oiseaux dedans, vinaigriers, boîtes à confiture, sarbacanes" (BOUTILLIER, 1885, p. 48-51). Un autre document, antérieur à 1647, donne aussi une description de pièces fabriquées à l'époque : "...verres de cristal raffiné, de toute grandeur, vinaigriers de casidoine, grands et moyens vases jaspés, boîtes à confitures, sarbacanes émaillées ; chandeliers, tasses, bouteilles, burettes, bénistiers, esguières", etc (BOUTILLIER, 1885, p. 51). Mais ainsi que le dit Raoul Toscan, peu de ces objets nous sont connus aujourd'hui8. Ce qui double l'intérêt des fragments recueillis en 1988.

15Les objets ramassés rue du 14 juillet peuvent se classer en trois groupes :

    • 9 Si certains fragments sont très caractéristiques et peuvent être comparés au matériel recueilli sur (...)

    des fragments de terre cuite correspondant à des creusets de verriers9 ;

  • des déchets et des fragments de verre correspondant à diverses phases de la préparation et du façonnage du verre ;

  • des tessons de verre correspondant à des fragments d'objets terminés.

a) Les creusets (Fig. 3 et Pl. 5a)

16Huit des fragments de creusets, montrent un profil pouvant donner des indications de leur forme, deux d'entre eux permettent même de faire une restitution vraisemblable du profil complet (no 15 & 16). La plupart des creusets montrent une pâte blanche très compacte, deux tessons sont en grès gris (no 16 & 17).

17L'abbé Boutillier signale qu'il y avait dans le Nivernais une "terre blanche nécessaire pour faire les fours et pots ou creusets de verrerie" de qualité supérieure et qu'elle était exportée à Lyon et même jusqu'en Italie (BOUTILLIER, 1885, p. 13 & 14). On peut penser que la terre blanche de nos creusets correspond à celle à laquelle il est fait référence dans ce texte. Nous ne savons, par contre, que penser des deux fragments de grès gris, dont nous ne connaissons pas d'autres exemples.

18Ces fragments montrent des profils divers. On peut faire un premier classement d'après les dimensions et la capacité des creusets. On a ainsi, parmi les fragments recueillis rue du 14 juillet, trois creusets de petites dimensions : un premier en terre blanche de forme ovale et basse, à paroi épaisse et droite (no 15) ; un second, en grès, de forme tronconique basse (no 16) et un troisième, également en grès, à bord droit avec au moins un tenon de préhension de forme semi-circulaire (no 17).

19Les autres creusets, tous en terre blanche, ont une plus grande taille, mais leur profil est difficile à connaître. On distingue d'une part, trois fonds plats à paroi épaisse et droite, légèrement évasée (no 19-21). L'un d'entre eux pourrait correspondre aussi à un profil ovale (no 21). On distingue d'autre part deux fragments de bord à lèvre amincie. Ils sont un peu déformés, vraisemblablement à cause de la température élevée à laquelle ils ont été exposés, ce qui ne permet pas de retrouver le diamètre et l'orientation d'origine. On constate aussi que l'un de ces tessons (no 18) présente une perforation sous la lèvre, faite avant cuisson. Il pourrait s'agir d'un trou de préhension, mais aucun exemple semblable ne nous est connu pour un creuset. On sait par contre qu'il existe dans la région verrière de l'Argonne des plaques de fermeture d'ouvreaux montrant une perforation centrale qui permettait leur ouverture par un système de levier (BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 31, Fig. 27). On pourrait donc penser que notre tesson correspond à une plaque de ce type. La déformation et la fragmentation du tesson ne nous permettent cependant pas de trancher pour l'une ou l'autre de ces hypothèses. Quoiqu'il en soit, la paroi vitrifiée témoigne d'un objet rattachable à un atelier de verrier.

20Tous les creusets ont une paroi vitrifiée de teinte légèrement verdâtre. Certains d'entre eux ont un dépôt de verre : sur le creuset ovale (no 15) le dépôt a une teinte verte ; sur les creusets à fond plat (no 19 & 20) il a une teinte violette ; sur le creuset tronconique bas en grès gris (Fig. 3, no 16), il est blanchâtre et craquelé. Le fragment de bord cylindrique, en grès gris également, montre une coulée de verre bleu sous le tenon.

b) Les déchets de verre

21Quant aux déchets de verre ils sont de plusieurs sortes (Pl. 5c). Ce sont des petites billes de forme irrégulière (de moins d'un centimètre de diamètre), des fragments d'écume, c'est-à-dire des fragments du verre qui reste en surface lors de la fusion de la matière et qui, chargé de nombreuses impuretés, est enlevé avant le cueillage. On trouve aussi des gouttes et des larmes plus ou moins arrondies ou allongées ; certaines montrent des traces de découpage aux ciseaux, correspondant aux surplus enlevés lors de la finition d'un bord par exemple.

22Certains fragments ont une section en cylindre creux, ils correspondent vraisemblablement au verre qui, resté attaché à l'extrémité de la canne après le façonnage, est détaché avant de cueillir une nouvelle paraison. On trouve enfin des fragments de verre plus ou moins équarris, qui ont parfois une surface plane, pouvant correspondre à des coulées de verre accidentelles ou au verre de fonds de creusets, qui auraient été concassés, par exemple.

23Ces déchets montrent ainsi diverses étapes du travail d'un atelier de verrier, depuis la préparation de la fritte (dont les petites billes irrégulières sont peut-être les témoins) jusqu'au soufflage (identifié par les fragments du mors de la canne). Ils indiquent aussi la couleur des verres soufflés. La plupart sont transparents avec généralement une teinte verte très claire. Mais il y a aussi du verre incolore, du verre de teinte légèrement jaunâtre ou grisâtre, du verre bleu et, ce qui est important à souligner, du verre opaque blanc laiteux et jaune tacheté de rouge.

c) Les objets finis (Fig. 4)

  • 10 Il faudrait dire, qu'étant donné les conditions de ramassage de ce mobilier, rien n'indique que les (...)

24Le reste du matériel comprend plusieurs tessons qui, même petits, peuvent être identifiés à un objet fini. On constate la présence de baguettes (non illustrées) et de verre creux ; il n'y a pas de verre plat10. Les baguettes sont pleines ou creuses cylindriques, de 0,2 à 0,4 cm de diamètre et de quelques centimètres de longueur. La plupart d'entre elles sont en verre transparent légèrement teinté, les autres présentent une décoration de filigrane en verre blanc opaque. Il peut s'agir de cordons utilisés pour la décoration de certains verres mais aussi de petits "cannons" employés pour le façonnage des objets en "verre filé", l'une des spécialités de Nevers (BARRELET, 1960 ; BRINGUIER, 1982).

  • 11 Des travaux anciens dans l'Hôtel de la Cour des Comptes ont en effet mis au jour une grande quantit (...)

25Quant au verre creux, il s'agit de verre de table : verres à boire, flacons et coupelles. Afin de pouvoir donner une meilleure idée du profil représenté par ces fragments nous avons associé certains d'entre eux à des fragments plus importants recueillis également à Nevers11, mais non étudiés ici (no 32-39). Trois types de verre à boire sont identifiables : le verre à tige creuse renflée, fait d'une seule paraison refoulée et renflée à la liaison contenant-support (no 22 & 32 par exemple) ; le verre à boule creuse renflée, fait à partir d'au moins trois paraisons (contenant, boule et pied) et représenté par un tesson à pied à bord replié (no 23 & 33 par exemple) et le verre à boule creuse ou à bouton arrondi, fait également à partir de plusieurs paraisons et représenté par un tesson de pied en forme de disque à bord droit (no 24 & 34 par exemple).

26Quatre autres tessons correspondent à différents types de coupelles, apodes ou à pied. Un premier montre un contenant cylindrique dont le bord évasé est replié vers l'extérieur pour former un petit ourlet creux (no 25) ; ce type de coupelle peut être apode (no 35) ou à pied (no 37). Un second tesson présente une lèvre repliée vers l'intérieur (no 26 & 36). Un troisième type est celui d'une coupelle à contenant hémisphérique décoré de côtes verticales et d'un cordon rapporté sur la lèvre (no 27). Le quatrième type est en verre opaque blanc avec un pied rapporté et une décoration faite de filets de verre bleu et rouge sur la surface externe du contenant de forme hémisphérique (no 28).

27Deux autres tessons, appartenant à deux formes différentes, sont aussi en verre opaque. L'un deux, en verre blanc opaque (no 29), semble correspondre au bord droit d'un gobelet avec un décor identique à celui de la coupelle précédente. Le second est en verre dit calcédoine à fond brun foncé marbré de jaune et de blanc. Le fragment conservé est celui d'un tesson de panse dont un épaississement à l'une de ses extrémités paraît appartenir à la base d'une forme globulaire (no 30, Pl. 5b).

28Un tesson de bord de goulot cylindrique à lèvre épaissie et légèrement rentrante (no 31), représente la fiasque à paroi aplatie et destinée à être clissée, dont l'iconographie nous montre de très nombreux exemples et dont des fragments recueillis Cour des Comptes nous permettent d'appréhender le profil général (no 38 & 39).

29On retrouve parmi les déchets les couleurs représentées dans les objets finis : les verres transparents légèrement teintés, les verres incolores et les verres opaques.

DATATION

30L'étude des fouilles du Palais Ducal, qui est en cours, ne permet pas encore de donner des indications chronologiques précises ; les conditions de découverte des verres de la rue du 14 juillet n'apportent pas non plus de renseignements dans ce sens. C'est la raison pour laquelle nous avons cherché les comparaisons qui peuvent être faites avec des verres semblables provenant d'autres sites. Cette indication chronologique ne sera qu'une hypothèse de travail et sera à remettre en question au fur et à mesure de l'étude du mobilier des fouilles à venir.

I. Palais ducal

31En ce qui concerne les verres du Palais Ducal (Fig. 1), le verre à tige élancée peut être un élément directeur pour donner quelques indications chronologiques. Ce verre est souvent représenté dans l'iconographie du XIVème siècle (BARRELET, 1953 ; CHAMBON, 1955). Les fouilles urbaines de la moitié Nord de la France ont mis au jour des verres semblables datés couramment entre la fin du XIIIème siècle et la première moitié du XVème siècle (MEYER et alii, 1983, Fig. 92-93 ; BARRERA, 1987c, Pl. 2-4 ; BARRERA, à paraître, verres 4-7). Les tessons dont la tige est nettement plus large pourraient être un peu plus anciens si l'on compare leur profil avec ceux de certains verres qui précédent immédiatement les verres à tige (BARRERA, à paraître, verres 2-3).

32Dans le cas des gobelets les indices chronologiques indiquent, pour le Nord de la France, une période un peu plus récente, c'est-à-dire à partir du XVème siècle. Cette datation correspond à celle mise en évidence par les fouilles archéologiques qui montrent par ailleurs que ce type de verre se trouve encore dans la première moitié du XVIème siècle (MOTTEAU, 1985, no 1-5 ; BARRERA, à paraître, verres 8-11).

33Le contexte fouillé dans le Palais Ducal livre en même temps des verres à tige élancée et des gobelets. Le nombre et l'homogénéité des premiers montrent qu'il ne s'agit pas de matériel résiduel. Ce qui nous fait penser à un ensemble de verres se situant au moment de la transition entre les verres à pied du XIVème siècle et une nouvelle forme de verre à boire très répandue au XVIème siècle, le gobelet.

II. Rue du 14 juillet

34Les verres de la rue du 14 juillet (Fig. 4) correspondent aussi à des types très répandus dans la moitié Nord de la France. Le verre à tige creuse renflée est présent à Tours entre la fin du XVIème siècle et la première moitié du XVIIème siècle ; à cette même époque on le trouve aussi à Paris et à Châlons-sur-Marne (MOTTEAU, 1985, no 53 ; CABART, 1986, Fig. 10 : 38). Mais on constate qu'il s'agit, à Paris et à Orléans, d'un verre que l'on rencontre encore au début du XVIIIème siècle (CABART, 1986, Fig. 4 : 7 ; BARRERA, 1988b, no 1-2). C'est la raison pour laquelle il faut prendre en considération les autres types de verres. Le verre à boule creuse renflée se trouve à Paris entre le milieu du XVIème et le début du XVIIème siècle ; en Argonne c'est un type de verre qui est produit dans la verrerie de La Chevrie, et daté du XVIème siècle ; à Châlons-sur-Marne il est daté du XVIème et du XVIIème siècle (CABART, 1984, Fig. 8 : 2 et Fig. 7 : 9 ; BARRERA, 1988b, verres 23-25 ; BARRERA et VELDE, 1989, CHE 11, 21-22). Le verre à boule creuse ou à bouton arrondi semble être plus courant au XVIIème siècle à Paris et à Châlons-sur-Marne, mais on le rencontre déjà à partir de la fin du XVIème siècle à Paris (BARRERA, 1988b, type 14). Les coupelles à bord replié trouvées à Paris ont été datées entre la fin du XVIème et le milieu du XVIIème siècle. La coupelle en verre opaque à pied rapporté se trouve à Paris au milieu du XVIIème siècle (BARRERA, 1987a, Fig. 7 : 10113-10114). Le verre opaque marbré, dit verre calcédoine, est cité par l'abbé Boutillier parmi les productions nivernaises ("vinaigriers de casidoine") et l'on trouve des objets montrant cette matière dans des collections attribuées à la verrerie à la façon de Venise du XVIIème siècle (TAIT, 1979, p. 81).

35Toutes ces indications nous amènent à proposer, pour les verres recueillis rue du 14 juillet, une fourchette chronologique allant de la fin du XVIème siècle au milieu du XVIIème siècle, c'est-à-dire à une époque correspondant aux productions de Jacques Sarode, à celles d'Horace Ponté ou à celle du début de la période des Castellan, pour reprendre les données historiques fournies par l'abbé Boutillier.

  • 12 Cette étude a été reprise et complétée par Y. Roumegoux, archéologue municipal de Nevers, à l'occas (...)

36Bien qu'encore peu nombreuse et très fragmentée, la verrerie récemment mise au jour à Nevers permet de caractériser les formes et les techniques employées dans cette ville entre le XIVème et le XVIIème siècle. En 1885, l'abbé Boutillier dressait une histoire très complète de la verrerie de Nevers ; depuis les années 30 plusieurs historiens comme Raoul Toscan et Paul Bondois rappelaient les origines verrières de Nevers ; plus récemment en 1953 James Barrelet faisait ressortir l'importance de cette ville dans l'histoire générale de la verrerie en France et publiait une première photo du calice de Nevers qui était alors l'un des deux seuls exemplaires de verre du XIVème siècle conservés ; en 1988 les recherches archéologiques 114 urbaines ont mis au jour des vestiges de la production nivernaise qui seront, nous l'espérons, le point de départ d'une recherche plus approfondie sur cette production et sur sa diffusion. Il est nécessaire en effet pour mieux analyser les nombreuses découvertes de verres archéologiques de ces dernières années en France de pouvoir identifier les centres de production et Nevers se trouve parmi les plus importants12.

Notes

1 Les fouilles ont été menées par le GREPAN (Groupe de Recherche et d'Etudes pour l'Archéologie de Nevers) sous la direction de Mme Madeleine Michaux, agrégée de l'Université. Je tiens à remercier ici M. et Mme Michaux qui m'ont confié cette étude et m'ont apporté tous les renseignements nécessaires.

2 Renseignements du GREPAN.

3 Pièce A, couches 93 à 100.

4 Détail technique toujours visible sur les verres de cette époque : il correspond aux marques laissées par l'outil (canne ou pontil) qui soutient le verre pendant son façonnage. Ces marques ne se présentant qu'une seule fois sur un objet, permettent, par conséquent, de quantifier le verre creux lorsque le matériel est très fragmenté (BARRERA, à paraître, note 2).

5 Le profil de la base des verres à tige est restitué à partir des tessons présents dans le même ensemble.

6 Nous remercions très vivement Yves Roumegoux, archéologue municipal de Nevers, et jusqu'alors responsable du musée municipal de Nevers, qui a bien voulu accepter que ce calice et sa patène soient présentés ici, et nous a d'autre part, aimablement communiqué les dessins de ces objets, dont il est l'auteur (Fig. 2).

7 Depuis la mention de ce verre dans l'ouvrage de James Barrelet en 1953, aucune autre découverte identique ne semble avoir été faite. Nous voudrions cependant signaler l'existence d'un autre calice en verre que nous avons pu voir lors d’une visite au Cloisters Museum de New York, en 1987. Le contenant hémisphérique est supporté par une tige creuse portant une bague dans la partie centrale et il est également accompagné d'une patène. Ce verre est daté du XIVème ou du XVème siècle et il est attribué à l'Europe de l'Ouest (chalice and paten - Western Europe, XIVe or XVe century, Ex coll. Andrew Constable - Maxwel, London, Lent by Jasmin Y. Homaizi, L. 1981. 128).

8 "... quant aux beaux objets, soufflés avec tant d'amour, ils ne sont plus qu'en nombre infime dans les vitrines des musées” (TOSCAN, 1934, p. 242).

9 Si certains fragments sont très caractéristiques et peuvent être comparés au matériel recueilli sur d'autres sites-ce qui permet de les attribuer à des creusets de verrier- d'autres sont moins facilement identifiables. Nous les avons cependant classés parmi les creusets car ils présentent les mêmes caractéristiques : pâte blanche et compacte, paroi interne et externe vitrifiées et dépôt de verre à l'intérieur de certains d'entre eux.

10 Il faudrait dire, qu'étant donné les conditions de ramassage de ce mobilier, rien n'indique que les creusets, déchets et objets terminés proviennent d'un même atelier. Ce n'est d'ailleurs pas le propos de cette étude de chercher à le savoir. Mais il faut cependant remarquer une homogénéité, à l'intérieur de chacune de ces catégories comme dans l'ensemble du mobilier, qui fait penser que nous sommes en présence de témoins d'une même époque.

11 Des travaux anciens dans l'Hôtel de la Cour des Comptes ont en effet mis au jour une grande quantité de matériel archéologique parmi lequel un grand nombre de verres creux (ce matériel a été récemment confié au GREPAN).

12 Cette étude a été reprise et complétée par Y. Roumegoux, archéologue municipal de Nevers, à l'occasion de la 4ème Table ronde de l'Association Française pour l'Archéologie du Verre des 24 et 25 novembre 1989 à Rouen (actes à paraître).

Auteur

66, Boulevard A. Blanqui - 75013 PARIS

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search