Version classiqueVersion mobile

Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain

 | 
Pascale Chardron-Picault

Topographie des activités dans les régions voisines de la Gaule

Topographie de l’artisanat et organisation du travail en Gaule méridionale et en Méditerranée occidentale jusqu’au début de l’Empire

Jean-Paul Morel

Résumé

La topographie des lieux où s’élaborent les productions artisanales peut être étudiée selon une triple série d’oppositions : entre « villes » et « campagnes », entre « centres-villes » et « périphéries », entre « habitations » et « ateliers », non sans quelques ambiguïtés tenant à certains points de vocabulaire. Les exemples analysés ou mentionnés (essentiellement dans les domaines de la céramique et de la métallurgie) concernent surtout le sud de la Gaule et l’Italie, de l’Âge du Bronze à la République romaine, avec des prolongements vers l’Ibérie et vers le monde punique. Sont abordés ensuite deux problèmes relatifs aux implications sociales de ces observations topographiques : la « place » des artisans dans la cité (aux deux sens d’« emplacement » et de « rôle »), et les rapports entre production « artisanale » et production « domestique » (c’est-à-dire, souvent, entre travail des hommes et travail des femmes).

Texte intégral

  • 1 Pour ne mentionner que certaines des rencontres scientifiques les plus récentes, citons les colloqu (...)

1Si la géographie de la production nous renseigne sur les courants de commerce et d’influence, sur les flux de matières premières et d’objets fabriqués, la topographie de la production nous conduit au plus près des hommes, de leur organisation matérielle, économique et sociale. À l’évidence, elle suscite actuellement un intérêt grandissant en ce qui concerne l’Antiquité1.

2Toute considération en ce domaine ne peut reposer que sur un travail d’inventaire. Celui sur lequel je m’appuie est naturellement incomplet, comme l’est a fortiori le petit catalogue d’exemples dont je fais état ici. Pouvait-il en être autrement, vu la prolifération de données à laquelle nous sommes confrontés, vu l’ampleur de la zone et de la période considérées, vu, enfin, les limites de cet exposé ? Cependant, même une série restreinte de cas de figure peut suggérer la variété et la complexité des problèmes soulevés par la topographie de l’artisanat antique.

  • 2 Sauf indication contraire, les dates s’entendent « avant notre ère ».

3Sans méconnaître l’importance des autres types d’artisanat, j’ai choisi mes exemples essentiellement dans la production céramique et surtout dans la métallurgie, les deux activités qui laissent le plus de traces sur le terrain, et dont la seconde a souvent des implications techniques, économiques et sociales particulières ; et je les ai choisis, sauf exception, dans l’époque pré-impériale, de l’Âge du Bronze à la République romaine2. Les deux principaux pôles géographiques de ma documentation sont le sud de la Gaule au Bronze final et à l’Âge du Fer, et l’Italie des périodes archaïque, classique ou hellénistique dans ses composantes grecque, étrusque, italique et romaine. S’y ajoutent accessoirement l’Italie de l’Âge du Bronze, le monde punique, l’Espagne du Nord-Est. Une documentation, par conséquent, quelque peu dispersée dans le temps et dans l’espace, mais qui, je l’espère, permet, par sa diversité même qui n’empêche pas un certain nombre de constantes, d’esquisser une typologie des enseignements ou des interrogations qu’on peut attendre d’une telle enquête.

4Venons-en aux faits. La répartition territoriale et la nature même des activités artisanales me semblent suggérer, quant aux problèmes topographiques, trois séries d’oppositions fondamentales : pour le dire sommairement, et avec les guillemets qui s’imposent ici, entre « villes » et « campagnes », entre « centres-villes » et « périphéries », entre « habitations » et « ateliers ».

I. L’opposition entre « villes » et « campagnes »

5On pourrait préciser : opposition entre complexes urbains, villages agricoles et établissements artisanaux. Je rejoins ainsi en une certaine mesure, quoique avec des variantes et avec une formulation moins restrictive qui me semble mieux rendre compte de la diversité générale des situations, la distinction établie pour la région nîmoise par Michel Py (un auteur auquel j’aurai maintes occasions de me référer) entre « agglomérations marchandes », « villages de l’hinterland » et « régions éloignées de la côte » (Py, 1990, p. 103), ou encore celle que propose le même chercheur entre les complexes urbains, les complexes villageois, les complexes artisanaux et les complexes agricoles (Py, 1990, p. 680). On peut évidemment envisager dans telle ou telle région d’autres palettes de situations, comme le fait Albert Nijboer (2004, p. 304), essentiellement à partir de l’Italie archaïque, en distinguant trois types de sites de production, localisés respectivement dans des emporia, dans des centres urbains, ou près des ressources minières. Nous sommes là dans des oppositions qui à maints égards concernent plus la géographie que la topographie, mais qui recoupent bien entendu des problèmes topographiques.

  • 3 À propos des vestiges d’activités de réduction du fer mis au jour intra muros à Autun, Pascale Char (...)

6De telles distinctions, quelles qu’elles soient dans le détail, présentent un certain parallélisme avec les diverses étapes de la chaîne opératoire de la sidérurgie telles que les définit Vincent Serneels (1998, p. 9-35), et que l’on peut résumer ainsi : 1) l’extraction du minerai, sa préparation, son enrichissement ; 2) le traitement métallurgique proprement dit aboutissant à la formation du métal (réduction) ; 3) le forgeage, éventuellement précédé d’une purification du fer, et parfois suivi de l’entretien ou du recyclage. Si les dernières de ces activités, à partir du forgeage, gagnent les villes ou leurs périphéries, voire (pour l’entretien notamment) leurs centres, les ateliers de réduction du fer, c’est-à-dire de formation du métal, sont situés le plus souvent – sauf exception éventuellement soulignée3 – à proximité immédiate des sources de minerai et en dehors des habitats, pour des raisons de commodité évidentes. C’est ce que l’on constate en Catalogne sur divers sites des viie-ier siècles (Rovira, 1998, p. 71), ou encore à partir du ier s. av. n.è. aux Martys dans la Montagne Noire (Domergue et alii, 1999). La distance pouvait être considérable entre les lieux où s’accomplissaient les deux processus de la réduction et du forgeage : ainsi le métal travaillé par les forgerons de Marzabotto provenait probablement de Populonia (et, quant au minerai, de l’île d’Elbe) (Sassatelli, 1990, p. 74-75).

7En même temps, la distance topographique, voire géographique entre les mines et les villes n’empêchait évidemment pas, le cas échéant, des rapports étroits – économiques, sociaux, institutionnels – entre les différents acteurs concernés. Ainsi pour Carthagène à la fin de la République et au début de l’Empire, a-t-on mis en évidence les liens entre les exploitants des mines de plomb et d’argent de la Sierra de Cartagena et les magistrats municipaux de la cité (Domergue, 1985 ; idem dans Colls et alii, 1986, p. 42-59 et 71-72).

8D’une manière générale, et pour serrer de plus près le binôme ville-campagne à partir d’exemples assez bien connus par les textes et par l’archéologie, il faut souligner le fait, trop souvent oblitéré, que dans le monde romain et italique de la fin de la République et du tout début de l’Empire les grandes officines, celles qui exportaient largement et souvent à grande distance, soit d’une région de l’Italie vers d’autres, soit particulièrement hors d’Italie, étaient implantées bel et bien dans des villes (ou à leur périphérie immédiate). C’est le cas de la campanienne A à Naples ; de la céramique « calénienne » et B-oïde à Calès ; du fer, des colorants et du verre à Pouzzoles ; du bronze à Capoue ; des miroirs à Brindisi ; de la céramique sigillée à Arezzo, à Pise, à Pouzzoles encore ; du traitement de la laine et de l’industrie textile à Tarente et à Canosa, avec dans de nombreux cas une continuité entre l’époque préromaine et l’époque romaine (Morel, 1976). Rappelons que Rome arrive en tête devant Capoue – elle-même fameuse par le nombre de ses artisans (Tite-Live, XXVI, 8, pour l’année 211) – dans la liste des fournitures comme des fournisseurs d’un grand domaine agricole que recommande Caton (De agri cultura, CXXXV, 1-3), alors même que ce dernier semble penser à l’équipement d’un domaine situé dans la région de Venafrum, c’est-à-dire fort loin de Rome et assez loin de Capoue. Une situation inverse, par conséquent, à celle qu’Andrea Carandini (1970) croit reconnaître, pour l’époque impériale tout au moins, en Afrique, où selon lui les ateliers de sigillées africaines auraient été liés aux grands domaines : ce qui du reste apparaît maintenant très fortement contestable pour une grande partie de l’Antiquité, comme l’attestent les productions de sigillées claires de villes telles qu’Uthina, Pheradi Maius ou Thélepte. On sait par ailleurs combien l’économie de marché dans laquelle s’insèrent ces grandes productions artisanales est liée au phénomène urbain.

9Corollairement villes et campagnes sont étroitement interdépendantes. L’idéal d’autarcie des grands propriétaires terriens – voir l’omnia domi nascuntur dont ses amis créditent Trimalcion (Pétrone, Satiricon, XXXVIII) – concerne seulement les produits agricoles, non les produits artisanaux. Et F.M. De Robertis (1946, p. 50 et no 138) observe que dans les villae de Pompéi « on ne décèle pas la moindre trace de la prétendue économie domestique », s’élevant ainsi contre une idée reçue que réfutait déjà Herman Gummerus (1906). Dans le domaine catonien, les activités non strictement agricoles se limitent au travail du bois, du chanvre, et à la confection de cordes, au plus près des matières fournies directement par le praedium ; et Caton, qui pourtant recommande au propriétaire terrien de vendre plutôt que d’acheter, d’être vendax plutôt qu’emax (De agri cultura, II, 7), achète bel et bien en ville l’essentiel de l’équipement et des fournitures nécessaires à son domaine.

  • 4 Traduction M. Nisard et P. Fontaine, modifiée.

10Un basculement se produira à cet égard au Bas-Empire. Pour Palladius (Opus agriculturae, I, 6, 2, aux ive-ve siècles de n.è.), « il faut absolument disposer de forgerons, de menuisiers, de fabricants de dolia et de tonneaux, afin de ne pas distraire les ouvriers agricoles de leur besogne habituelle par la nécessité de courir en ville »4. Mais nous sommes là désormais dans une économie proprement domaniale.

11Notons enfin que dans les remarques qui précèdent, la notion de ville s’applique aussi bien à la ville stricto sensu qu’à ses environs immédiats : ce qui exige une seconde distinction.

II. L’opposition entre « centres-villes » et « périphéries »

12Il s’agit en ce cas de la situation de l’artisanat par rapport à la ville ou dans la ville. Les périphéries telles qu’on peut les entendre ici comportent aussi bien les quartiers périphériques d’une agglomération que les lieux immédiatement extérieurs à l’agglomération et notamment à un éventuel rempart. Se posent souvent à cet égard des problèmes de politique urbaine, de disponibilité de place, de nuisances, de type d’artisanat, de prestige des lieux, de considération sociale aussi.

A. L’artisanat dans les périphéries

13On peut dire que d’une manière générale la tendance, spontanée ou non, pour l’implantation des ateliers est – non sans exceptions notables – de les établir hors des centres habités, mais tout près d’eux, en contact ou presque avec eux, ou encore à leur extrême périphérie. Évoquons quelques exemples, par ordre plus ou moins chronologique, dans toute leur diversité.

1) À l’extérieur des centres habités

14- À Pithekoussai/Ischia, au Géométrique tardif, on relève un « suburban industrial complex », en particulier pour la métallurgie (Nijboer, 2004, p. 306, fig. 2).

15- À Bezouce (Languedoc, près de Nîmes), vers 600, un four céramique « en fosse » en position isolée, hors de l’habitat, permettrait d’expliquer « qu’on n’ait jamais rencontré de traces de ce type dans les enceintes des villages du premier Âge du Fer, nulle part dans le Midi ». Cette situation dans une sorte de no man’s land suggère à Michel Py la possibilité de pratiques artisanales collectives (Py, 1990, p. 59 et 468) : en somme une sorte de four sinon « banal » stricto sensu, du moins « villageois », pour introduire ici une notion dont je reparlerai.

16- À Populonia en Étrurie, au vie siècle, un « quartier industriel » pour le traitement des minerais fut établi hors du centre urbain originel. L’établissement de cet « industrial quarter » suggère à Albert Nijboer que « metal-working advanced to a full-time occupation in the most important mining region of central Italy ». On saisit bien ici la façon dont une observation topographique conduit à d’amples conclusions portant sur l’organisation du travail, voire de la société, et concernant en l’occurrence le passage d’une activité « familiale » qu’on imagine « à temps partiel » (« part-time ») – comme celle dont témoignent à la fin du viiie s. ou au début du viie s. des cabanes d’Acquarossa, également en Étrurie, où l’on travaillait les métaux – à une activité « industrielle » qu’on imagine « à plein temps » (« full-time ») (sur tout cela, voir Nijboer, 2004, p. 309-310). Si l’on écarte ou en tout cas si l’on réserve comme hypothétique en l’occurrence la distinction entre « temps partiel » et « plein temps », ces conclusions paraissent plausibles en ce qu’elles reposent implicitement sur une notion fondamentale : les activités artisanales qui se développent en « manufactures » tendent presque immanquablement à se déplacer « hors les murs », ou plus exactement hors des agglomérations denses ou à leur périphérie, d’une part parce qu’elles ont besoin d’espace ; d’autre part parce qu’elles sont souvent gênantes, polluantes ou potentiellement dangereuses (bruits, odeurs, émission de liquides fétides ou de fumées, risques d’incendie…), comme la métallurgie, la céramique, la tannerie, la foulonnerie, la teinturerie (à la suite de la découverte à Marseille, au pied du rempart grec, d’un amas de murex datant du iie s., on a remarqué que « dans l’Antiquité, lorsqu’une ville possédait une teinturerie de pourpre, celle-ci était toujours située hors des remparts de la cité à cause de l’odeur pestilentielle dégagée lors de la formation du colorant » [Pelle, 1994, p. 24]). Ce déplacement/regroupement situe désormais ces activités hors de la sphère familiale. On entrevoit d’ores et déjà ici une distinction analogue (mais non pas identique) à la distinction centre/périphérie : la distinction demeure/atelier, sur laquelle on reviendra plus avant.

17- Le monde punique connaît des problématiques du même genre. À Tharros, une zone métallurgique s’établit aux ve-ive siècles près du tophet (Collectif, 1996, p. 78). De même à Carthage, une zone artisanale témoignant d’activités diverses a été fouillée au Kram, près du tophet (Annabi, Chelbi, 1981). Toujours à Carthage, les fouilles de la mission française ont mis au jour dans les années 1974-1994 sur la colline de Byrsa, périphérique par rapport à la ville des époques archaïque, classique et hellénistique ancienne, une zone d’activités métallurgiques (fer et accessoirement alliages cuivreux) des ive-iiie siècles recouvrant une nécropole des viie-vie siècles et qu’allaient recouvrir à leur tour au iie siècle des habitations. Enfin, depuis 2002, les fouilles belgo-tunisiennes à Bir Massouda, dans la partie méridionale de la ville punique, ont révélé un secteur d’installations métallurgiques (fer) des viie-ve siècles, sous une partie duquel s’étendait une nécropole du viiie siècle et que recouvrit dans le dernier quart du ve s. un quartier résidentiel : une succession qui rappelle celle de Byrsa, quoique avec une chronologie plus haute. Ces ateliers, en partie extra muros mais situés contre l’enceinte, étaient pour une autre partie logés à l’intérieur même de cette même enceinte, en l’occurrence un « rempart-casemate » à double parement (Docter et alii, 2003, p. 44-48). Je reviendrai sur ce dernier point, mais notons d’ores et déjà que comme les nécropoles (ou les tophets), les activités « industrielles » des villes puniques étaient généralement exilées hors des « centres-villes ». Elles étaient ainsi amenées, soit à côtoyer des sépultures, soit à les recouvrir, soit même à les détruire sans ménagements.

18- À l’oppidum des Castels à Nages, dans la région nîmoise, au deuxième Âge du Fer, des fours à céramique ont été construits sur un dépotoir à l’extérieur de la ville de Nages II, à partir du iiie s. (Py, 1990, p. 156-157). Ainsi dépotoirs et nécropoles connaissent des sorts analogues face à l’expansion des sites de production.

  • 5 Traduction Ph. Remacle.

19- Mentionnons enfin une information emblématique (mais peut-être surfaite, s’il est vrai qu’on ne prête qu’aux riches) concernant Sybaris : selon Athénée (Deipn., XII, 518 c-d), les citoyens de cette ville, en authentiques « sybarites », avaient éloigné de leur ville les activités bruyantes, afin de pouvoir dormir tranquilles : « les Sybarites furent les promoteurs d’une loi visant à bannir de la cité les artisans exerçant un métier trop bruyant, comme les forgerons, les charpentiers, et autres travailleurs du même acabit : en effet, ils désiraient que rien ne troublât le calme de leur sommeil, et ce en toutes circonstances »5.

2) Dans les quartiers périphériques des villes ou contre les remparts

20- À Els Vilars à Arbeca, en Catalogne interne, vers 700 ou un peu auparavant, un bas-fourneau de réduction du fer était installé dans un bâtiment adossé au rempart (Rovira, 1998, p. 65-66).

21- À Pech Maho (Sigean, Aude), au iiie s., un atelier de forgeron avec cour et appentis était installé dans une rangée de bâtiments probablement à destination artisanale et commerciale adossée à l’enceinte intérieure de l’oppidum (Pasnot, 1984, p. 27).

22- À La Cloche, près de Marseille, des installations de travail du fer ont été trouvées dans des cases des iiie-ier siècles près de la porte de l’oppidum indigène (Pasnot, 1984, p. 104).

23- À Eboli en Campanie, dans la première moitié du iie siècle, un atelier de fer et de plomb était établi à la périphérie de l’habitat ancien (information de Bruno D’Agostino).

24- À Nages, vers 175-150, un four de potier était « appuyé au parement extérieur du rempart » (Py, 1990, p. 470).

25- À Ordona dans les Pouilles, contre le rempart, à l’intérieur de celui-ci, s’étendait une place bordée de portiques derrière lesquels se trouvaient des boutiques à caractère artisanal et commercial (avec entre autres un four à pain), place abandonnée entre la fin du iie siècle et la première moitié du ier siècle. Jouxtant cette place, mais apparemment dans la même situation par rapport au rempart, se trouvait un autre quartier artisanal, avec toute une batterie de fours, possiblement de bronziers ou de verriers (Mertens, 1983, p. 534-536). On relève donc pour au moins une partie de cet ensemble une certaine dignité architecturale et urbanistique, couplée néanmoins avec un phénomène de relégation à la périphérie de la ville.

26- À Calès en Campanie j’ai fouillé un atelier du ier siècle producteur d’une campanienne B (ou plus précisément « B-oïde ») largement exportée, situé à l’extrême périphérie de la ville, comme d’autres ateliers céramiques de ce site.

27Descendons légèrement dans le temps hors de la période qui constitue notre cœur de cible.

28- À Autun, trois quartiers artisanaux (céramique, verre et surtout métallurgie) furent installés à l’intérieur du rempart, mais exactement à la périphérie de la ville, à partir du ier s. de notre ère et notamment de l’époque de Tibère (Chardron-Picault, Ducreux, 1993 ; Chardron-Picault, 1994, qui souligne le fait que les activités métallurgiques du faubourg d’Arroux s’exerçaient « au contact de l’enceinte » ; Chardron-Picault, Pernot, 1999). Ce phénomène prend en l’occurrence une ampleur particulière, puisque ces trois quartiers jalonnent trois secteurs (nord, est et sud) d’une enceinte qui leur préexistait.

29- À Aix-en-Provence, tous les sites ou groupes de vestiges artisanaux du Haut-Empire (métal, céramique, verre, tabletterie, transformation agricole) trouvés au cours des récentes années, au nombre de 19, sont localisés (à l’exception d’un seul) à la périphérie de la ville, soit intra muros très près du rempart (pour cinq d’entre eux, dont deux au contact même du rempart), soit surtout extra muros, mais près ou très près du rempart (Copetti et alii, 2007).

30Rappelons enfin, en revenant à une époque haute, les ateliers métallurgiques puniques de Bir Massouda à Carthage, mentionnés ci-dessus et caractérisés par une sorte de symbiose avec un rempart creux à l’intérieur duquel ils étaient partiellement établis. Les fouilleurs notent à ce propos : « this is not uncommon, since the close relationship between city walls and metal working installations is paralleled in other contemporary Phoenician settlements, so e. g. in La Fonteta near Alicante » (Docter et alii, 2003, p. 46). Mais comme on le voit, le monde « phénicien » (ou punique) est loin d’être le seul à présenter cette caractéristique, qui par ailleurs concerne l’activité métallurgique principalement, mais pas uniquement.

B. L’artisanat au cœur des villes

31Il existe cependant, bien entendu, des ateliers au cœur des villes, ou beaucoup plus généralement de ce que l’on pourrait appeler les « agglomérations ». En ce cas aussi, des observations topographiques peuvent entraîner, à tort ou à raison, des conclusions économico-politiques d’une certaine portée.

32- Pour le site du Scoglio del Tonno dans les Pouilles, en cet Âge du Bronze qui fut pour cette région une période de contacts avec la culture mycénienne, une installation pour la fusion du bronze est venue au jour « à quelques mètres » d’une grande maison à abside où l’on tend à voir la demeure d’un chef ; constatation analogue pour une période plus récente à Coppa Nevigata, également dans les Pouilles, où la découverte d’une installation pour la fusion de « minerale ferroso » dans la zone centrale de l’établissement, non loin d’une grande cabane attribuée hypothétiquement au « chef du village », amène Renato Peroni à supposer, en s’appuyant, donc, sur la topographie, que « l’attività dei metallurghi si svolgeva non semplicemente sotto il controllo della comunità, ma in forme in qualche modo specificamente collegate al potere politico » (Peroni, 1983, p. 256-257).

33- À Marzabotto, quatre ateliers de poterie et cinq ateliers de métallurgie de la fin du vie s. et du ve s. ont été repérés au cœur de l’agglomération. Au ve s., ils furent incorporés au nouveau réticulé urbain orthogonal et non pas transférés dans la « banlieue » : une situation qui semble refléter, en l’occurrence, la continuité des activités artisanales « familiales » en dépit d’une restructuration de la ville (Nijboer, 2004, p. 317-318).

34- À Locres Épizéphyrienne, aux vie et ve siècles, les ateliers de potiers étaient, comme à Marzabotto, dispersés dans l’agglomération, avant que ne se constituât, autour de 300, mais toujours dans l’agglomération, la quartier de potiers de Centocamere (Nijboer, 2004, p. 314-317). Il y aurait lieu de s’interroger sur les tenants et aboutissants de cette forme de regroupement : tendance naturelle d’une profession à se rassembler ? Rationalisation émanant de la profession elle-même et censée faciliter la production par la mise en commun d’installations, d’espaces, de matières premières ou de fournitures (ainsi Marcella Barra Bagnasco, 1983, p. 587, parle-t-elle à ce propos d’un emplacement laissé vide dans ce quartier « per necessità di spazio operativo ») ? Réglementation émanant des autorités locales, afin par exemple de réduire les nuisances ? On rapprochera en tout cas ce phénomène de celui qu’on observe sur d’autres sites de Grande Grèce, à Sybaris, à Héracléa, à Métaponte, où des « Céramiques » existent dans les villes, parfois dès l’époque archaïque et en particulier lors de la période hellénistique.

35- À Marseille, de la fin de l’époque classique jusqu’à l’Empire, des ateliers de fer et de bronze étaient établis sur la colline des Moulins, sur la Butte Saint-Laurent, aux Pistoles, c’est-à-dire en pleine ville (information de Lucien-François Gantès).

36Au sein des villes, la présence des artisans ne manquait certainement pas de provoquer des problèmes de coexistence, que suggère le cas suivant. En Étrurie centrale, à Fonteblanda (l’antique Portus Telamonis, près de Vulci), a été fouillée une agglomération à plan orthogonal (plateia, stenopoi, ambitus) remontant à 570 environ. Dans un des îlots travaillait un forgeron, utilisant aussi pour son activité (et particulièrement pour se procurer l’eau nécessaire au refroidissement du métal) un élément situé dans la rue contiguë à son atelier : un puits creusé au beau milieu de ce stenopos large de trois mètres, à guère plus d’un mètre du mur de l’atelier, mais bien entendu hors de ce dernier (Aranguren et alii, 2004, p. 328-329). Il est difficile de ne pas soupçonner l’artisan d’avoir provoqué (sinon accompli lui-même) le creusement de ce puits en un emplacement insolite et pénalisant pour la circulation de ses concitoyens ; en tout cas, il avait établi contre ce puits, toujours en pleine rue, un dispositif dont les vestiges – concavités portant des traces de feu, alignement de galets – font penser à une forge aménagée au contact de la source d’approvisionnement en eau. Cette hypothèse vraisemblable témoigne d’un empiètement caractérisé d’une activité artisanale sur le sol public.

37Il apparaît par ailleurs – et c’est un autre cas d’opportunisme « topographique » des artisans, prompts à saisir les occasions de s’installer où l’on ne les aurait pas attendus – que dans les villes qui se « défont » pour diverses raisons, existe une tendance au remplacement de l’habitat traditionnel par des installations artisanales. D’anciennes maisons, souvent riches, sont transformées en ateliers : c’est le cas bien connu (sinon clairement compris ou expliqué) de Pompéi et Herculanum après le tremblement de terre de 62 de n.è., et celui plus récemment signalé de Fregellae où, après une invasion des Samnites au iie siècle, des foulons « squattèrent » en masse de riches demeures désormais déchues (Coarelli, 1991). À Herculanum, un atelier de plumbarius situé en pleine ville, près de l’entrée du forum, a été étudié en détail : divers indices montrent que ce local était probablement à l’origine un commerce d’alimentation annexé à la Casa del Salone nero, et que selon toute vraisemblance c’est seulement après le tremblement de terre de 62 de notre ère qu’il fut transformé en atelier (Pagano, 2004 ; Monteix, 2004). Il y a en cela comme une revanche (certes modeste et opportuniste) des humbles sur les riches, du prolétariat sur les « élites », à ne pas confondre avec la tendance fréquente, et fréquemment combattue par les autorités, des commerçants et artisans à empiéter sur des espaces publics (Morel, 1997, p. 156-159).

  • 6 Alors que dans la même ville la fabrication de la pourpre, par exemple, était rejetée extra muros, (...)

38Dans cette dialectique du centre et de la périphérie, il y a lieu de distinguer divers types d’ateliers. L’artisanat de production et plus encore de grande production d’une part, et d’autre part l’artisanat d’entretien et de réparation, voire de « service », ou encore l’artisanat alimentaire (au premier rang duquel les boulangeries) sont en général deux aspects de l’artisanat techniquement, économiquement et socialement assez différents : les seconds se doivent d’être plus proches de leurs clients que les premiers, et l’étude topographique aussi bien que l’archéologie de terrain peuvent contribuer efficacement à les distinguer. Mais il reste qu’on trouve dans le cœur des villes, plutôt exceptionnellement, des ateliers dont la finalité dépasse l’entretien, la réparation ou l’alimentation. Il peut s’agir en particulier : 1) d’activités installées in fine, à la suite de circonstances très spéciales, dans des quartiers « bourgeois », comme les foulonneries, déjà mentionnées, du dernier Pompéi ou de la dernière Fregellae ; 2) d’activités mixtes, comme cette boulangerie établie dans la première moitié du iiie siècle au cœur de la ville punique de Kerkouane, et dans l’« arrière-boutique » de laquelle (qui servait sans doute d’habitation) se pratiquait aussi un très petit artisanat du verre et peut-être du métal6 (Morel, 1969, p. 477-487) ; ou, enfin, d’activités insérées au cœur du tissu urbain sans qu’on puisse invoquer à cet égard des raisons particulières, comme à Rome cette fabrique de minium implantée en plein Quirinal, et quelques autres (Morel, 1987, p. 131-133).

39Les artisans dans les villes, c’est aussi une façon de « se serrer les coudes », dans le domaine de la solidarité (voir les collèges professionnels) comme dans celui de la topographie : pensons aux regroupements d’artisans qui, à l’instar des souks arabes ou orientaux, ou de ces rues de la Rome médiévale et moderne tirant leur nom d’une corporation (vie dei Chiodaroli, dei Baullari, dei Giubbonari, dei Viminari, etc.), sont amplement reflétés par la toponymie et donc la topographie de la Rome antique, avec son Clivus Argentarius, son Vicus Materiarius, ses Scalae Anulariae, etc., ou encore ses localisations inter falcarios, inter figulos, in figlinis, etc. (Morel, 1987). Sans doute ce phénomène exacerbait-il la concurrence, mais stimulait-il en même temps l’afflux de clients sûrs de trouver dans ces lieux spécialisés la marchandise ou le service qu’ils désiraient : tout compte fait, artisans comme commerçants semblent y avoir trouvé, ou en tout cas cherché, leur avantage.

40Ce type de regroupement correspond assez à un des aspects possibles de ce que Nijboer (2004, p. 313-318) appelle « the nucleation of workshops », la concentration topographique d’artisans travaillant simultanément : se manifeste ainsi une croissance de la spécialisation artisanale et de la spécialisation des lieux, reliée par Nijboer, non sans raisons, au développement d’une économie de marché, que l’on peut repérer par des moyens archéologiques car elle a une connotation matérielle où la topographie tient une place essentielle : « a distinct indication for the emergence of market conditions is the nucleation of workshops ». Et l’on évoquera ici le double sens de « marché », système économique ou, s’agissant par exemple du macellum romain, regroupement dûment encadré (aussi bien architecturalement qu’administrativement) de boutiques, d’échoppes, voire d’ateliers (Morel, 1987, p. 138).

41De cette « urban nucleation of workshops » qu’il voit apparaître dans divers centres urbains d’Italie dès les vie-ve siècles, Nijboer donne trois exemples : Locres et Marzabotto, déjà évoqués ci-dessus (mais Marzabotto, à mon avis, reflète plus le maintien d’artisans dans un centre-ville que leur regroupement topographique à proprement parler, voir le plan de Nijboer, 2004, fig. 9), et La Laurentina-Acqua Acetosa, près de Rome. Sur ce dernier site, les fouilles ont révélé un plan urbain précoce, rare dans le Latium Vetus. Des fours de potiers datables vers 550-450, produisant des tuiles et des céramiques communes, y étaient installés dans plusieurs bâtiments alignés au long de routes, situés juste hors de la ville près d’une voie d’accès principale à celle-ci, parfois séparés par des passages, ce qui indiquerait une distribution par foyers (« households »). On notera ici une fois de plus que concentration des activités artisanales et migration vers la périphérie (interne ou externe) des agglomérations, sans être nécessairement liés, vont souvent de pair. Il convient cependant de nuancer certaines considérations de Nijboer, comme celle selon laquelle « the nucleated workshops produced mainly high-volume/low-value goods for the’commoners’of the emerging poleis » : en d’autres termes, le remplacement de la dispersion par le regroupement topographique se serait accompagné, quant à la production, d’une sorte de remplacement de la qualité par la quantité, « from wealth items to subsistance goods » : mais ni la céramique attique ni la sigillée d’Arezzo – deux cas exemplaires de concentration topographique – ne laissent percevoir clairement ce phénomène, sinon sans doute à la longue par une sorte d’érosion due au temps qui passait et à la standardisation que favorisait indubitablement ce processus. Il est vrai que le « mainly » de Nijboer laisse la porte ouverte à des exceptions.

III. L’opposition entre « habitations » et « ateliers »

A. Dispersion et concentration

42Zoomons encore pour accéder à une autre échelle topographique, celle des bâtiments et des rues. On retrouve ici, à la base, l’antinomie entre dispersion et concentration que je viens d’évoquer à propos de l’opposition centre-périphérie. Ainsi la dispersion topographique des indices de production artisanale dans des maisons individuelles est-elle considérée comme un des signes les plus évidents d’une activité artisanale domestique ou familiale. Une fois de plus le Languedoc en offre des exemples intéressants. Michel Py a relevé dans des zones d’habitat de la région nîmoise, encore au ier siècle, des vestiges divers et dispersés – scories et outils de forge (pinces de forgeron, limes, enclumes), déchets de plomb, fusaïoles – qui pourraient résulter de fabrications domestiques. Cette dispersion des traces pourrait refléter une déperdition, sinon un gaspillage, qui différencierait la production domestique de la production proprement artisanale. À l’inverse, une diminution du nombre et de la dissémination des scories et des objets dans les habitats refléterait une meilleure organisation du travail et une productivité accrue ; et au Marduel (Gard), une concentration de fours de petite métallurgie du bronze au ive siècle signalerait une « forme embryonnaire d’artisanat » au deuxième Âge du Fer et « ce qu’on peut déjà considérer comme un atelier » (sur tout cela voir notamment Py, 1990, p. 157, 226, 481, 483, 507 ; et pour Béziers au iie siècle, Olive, Ugolini, 1998, p. 79). Soulignons encore l’importance dans cette problématique de deux mots-clés étroitement liés à des constats topographiques, « concentration » et « dispersion » : pour la céramique non tournée languedocienne du Bronze Final IIIb, M. Py (1990, p. 37) évoque même un « éparpillement » de la production. On a toutefois relevé qu’une dispersion des scories dans tel ou tel habitat pourrait résulter d’un « brassage des sédiments » sans rapport direct avec les processus de production (Lebeaupin, 1998, p. 86). Quant à un autre cas de figure encore, l’absence pure et simple de structures fixes de production, constatée à certaines époques sur certains sites quant à la métallurgie du bronze, il est proposé, avec de bons arguments, d’envisager l’hypothèse de bronziers itinérants, comme pour le Languedoc du Bronze Final IIIb (Py, 1990, p. 37 et 59-60) et pour les Pouilles de l’Âge du Bronze en contact avec les Mycéniens (Peroni, 1983, p. 257).

B. La traduction dans les demeures de la spécialisation artisanale

43Les réflexions sur la possibilité d’identifier dans les habitations des espaces dévolus à une activité artisanale font apparaître un lexique quelque peu différent de celui, axé, on l’a vu, sur la « concentration » ou la « dispersion », qui concerne l’analyse plus générale d’une évolution vers un artisanat proprement professionnel. Dans cette enquête topographique au plus près de la maison, parfois de la case, reviennent avec insistance des notions telles que « diviser », « isoler », « réserver » un espace, aménager une « annexe » ou un « appentis », car il semble aller de soi qu’une activité artisanale quelque peu suivie et efficace – dans le textile, la poterie, la métallurgie surtout – ne saurait interférer étroitement avec les gestes de la vie quotidienne strictement familiale. Évoquons en bref quelques exemples de telles observations, parmi tant d’autres : aux Tamaris (Bouches-du-Rhône), aux vie-ive siècles, un fond de cabane à division interne (pour l’aménagement d’un atelier ?) (Pasnot, 1984, p. 81 et 91) ; à l’oppidum des Castels à Nages, au ier s., une tendance à fractionner l’espace intérieur et à en spécialiser certaines parties, qu’il s’agisse de pièces divisées ou de plusieurs pièces, pour en faire des ateliers (Py, 1990, p. 281) ; au Marduel, au ier s., l’installation contre la façade d’une maison, en bordure de la rue principale, d’un appentis abritant un atelier de métallurgie (Py, 1990, p. 281) (encore un cas d’annexion d’un espace public par une activité artisanale ?) ; à La Roque de Viou à Nages, au iie siècle, une division (banquette ou cloison) créée dans une case à pièce unique, peut-être en vue d’une installation artisanale (Pasnot, 1984, p. 64). On note d’une façon générale dans le Midi de la Gaule, à partir du ive s. et plus encore du iie s., une tendance générale à instaurer dans les habitations initialement pourvues d’une pièce unique des divisions légères, ou des murs, déterminant des espaces « spécialisés » destinés, peut-on penser, à des activités artisanales ou au stockage de matériaux qui leur étaient destinés, comme le bois (Pasnot, 1984, vol. II, p. 67).

44Si l’on élargit encore le propos, on observe que dans le Languedoc, la topographie de la production montre au cours des siècles une évolution depuis des pièces d’habitation abritant éventuellement aussi une menue activité artisanale, à des demeures dont une partie était réservée à une activité artisanale, puis (particulièrement au ier siècle, comme à Nages-Les Castels) à certaines habitations transformées en ateliers ou en boutiques, « phénomène qui révèle l’émergence de véritables métiers spécialisés » (Py, 1990, p. 686). À vrai dire le second de ces stades dans la « spécialisation de l’espace » (pour reprendre une formule de Py, 1990, p. 737) me semble déjà conciliable avec un véritable artisanat : sans vouloir me fourvoyer outre mesure dans des comparaisons aventureuses, je noterai que nous connaissons tous des boulangers, des garagistes, des plombiers ou des tailleurs œuvrant dans le cadre de leur domicile familial sans que leur activité soit pour autant proprement domestique. Après tout, et bien entendu mutatis mutandis, n’est-ce pas là ce que M. Py (1990, p. 224-226) appellerait volontiers, pour la région nîmoise au ier siècle, une « production artisanale ’à domicile’ » ?

45Mais revenons au deuxième terme du binôme qui nous occupe maintenant, à savoir ce que l’on considère comme le véritable « atelier » par opposition à l’« habitation ».

C. Descriptions d’ateliers

46Il s’agit là d’observations topographiques à très petite échelle. Hautement souhaitables, et pouvant éventuellement permettre à la longue, par leur accumulation, de mieux comprendre l’organisation des activités artisanales, les descriptions d’ateliers sont rares et certainement difficiles à établir, mais les exemples intéressants ne manquent pas, qu’il s’agisse d’ateliers pris dans leur totalité ou de remarques ponctuelles comme celle qui concerne la position fréquente des bas-foyers dans des pièces couvertes et loin de la porte, la pénombre permettant un meilleur contrôle de la température du métal (Rovira, 1998, p. 73). Sans aucune prétention d’exhaustivité, notons particulièrement dans le domaine de la métallurgie, pour leur précision, les descriptions concernant un « établissement sidérurgique » des vie-ve s. à Follonica en Étrurie (Aranguren et alii, 2004, p. 323-327) ; diverses « structures de travail » des ive-ier siècles en Languedoc (La Liquière, Le Marduel) (Py, 1990, p. 474-483) ; des ateliers des ive-iiie siècles à Carthage (Lancel, Thuillier, 1982) ; divers ateliers de Catalogne de l’époque hellénistique et notamment celui de Pontós à Mas Castellar (Rovira, 1998) ; un atelier du iie siècle à Béziers (Olive, Ugolini, 1998) ; sans compter, pour une époque plus tardive, la description d’un atelier de plumbarius d’Herculanum, signalée supra.

47Il n’empêche que ces enquêtes, si minutieuses soient-elles, peuvent laisser apparaître des sortes d’apories topographiques, provisoires sans doute : ainsi aux Castels de Nages, au ier s., les outils pour le travail du fer (pinces de forgeron, limes, enclumes) dispersés dans l’habitat ne sont jamais en connexion avec des rebuts de forge (Py, 1990, p. 483). Doit-on imaginer, par exemple, que les rebuts étaient enlevés au fur et à mesure de leur apparition, soit pour faire place nette, soit pour les récupérer, tandis que les outils ont pu être abandonnés sur place lors d’une situation d’urgence ? Ce n’est qu’un exemple des problèmes auxquels un approfondissement des réflexions uni à la multiplication des fouilles et à des avancées de l’archéologie apportera peut-être une solution.

D. De quelques ambiguïtés

48En fin de compte les réflexions sur les rapports entre les habitations et les installations artisanales n’évitent pas un certain nombre d’ambiguïtés.

  1. Passons sur l’ambiguïté du terme « habitat », désignant selon le cas soit une habitation, soit une agglomération composée essentiellement d’habitations, et qui peut donc introduire une incertitude entre deux niveaux topographiques.

  2. Ambiguë est aussi la production « domestique » (ou tout aussi bien « familiale »), désignant tantôt ce qui est fait « à la maison », en famille, souvent par les femmes, et généralement pour un usage familial ; tantôt ce qui est fait sous l’impulsion d’un « père de famille », souvent pour la vente (et l’on pense notamment ici à l’économie romaine, au pater familias et au travail d’une familia comportant des esclaves, cf. Lyapoustine, 1992).

  3. L’ambiguïté des situations peut s’étendre à ce qui est considéré comme « privé » : devant tel four métallurgique du premier Âge du Fer de La Liquière, qui « s’inscrit dans le cadre [du] travail local du métal, sans doute domestique, encore que sa situation dans une aire ouverte, sur laquelle sont en prise plusieurs cabanes, n’implique pas dans ce cas un caractère strictement privé » (Py, 1990, p. 59), faut-il imaginer, donc, une production domestique utilisant un four pas nécessairement privé, ou dirais-je, tout aussi bien, un four privé utilisé pour un travail pas nécessairement domestique ? Éternel problème de l’interprétation des vestiges archéologiques…

49Devant ces difficultés, M. Py (1990, p. 261) est séduit par la notion d’un « mode de production villageois », une hypothèse pour ainsi dire intermédiaire et conciliatrice, et une idée intéressante en ce qu’elle insiste sur le rôle économique des collectivités ou de ce qu’il appelle « le secteur communautaire ».

IV. Quelques problèmes plus généraux

50Resterait à réfléchir de façon plus approfondie sur les implications sociales de ces observations topographiques, ce dont il ne peut être sérieusement question dans le présent contexte. Relevons tout au plus deux approches possibles.

51L’une conduirait à s’interroger sur la place des artisans dans la cité, le mot « place » admettant en ce cas les deux acceptions, fort différentes et pourtant intimement liées, d’« emplacement » et de « rôle ». Une chose est claire. Comme les gérants des échoppes de Rome (Morel, 1987, p. 152-155 ; 1997, p. 156-158), les artisans d’un peu toutes les régions et toutes les périodes sont les protagonistes d’un double mouvement, qui en règle générale les porte d’une part à gagner de gré ou de force les périphéries des agglomérations ou tout au moins des « centres-villes », d’autre part à annexer des espaces publics tombés plus ou moins en déshérence (nécropoles, glacis des fortifications…), ou occupés d’autorité (places, rues…), sans compter une tendance fréquente au regroupement par type d’activité. Leur éloignement hors du cœur des villes ne signifie certes pas une mise au ban de la société, et, comme le notait Claude Rolley (2004, p. 382) pour le monde grec, « il n’est pas certain que l’exclusion topographique des ateliers, quand ils sont relégués à la périphérie de la ville, puisse être comprise comme une exclusion sociale : si elle est due aux mauvaises odeurs ou aux risques d’incendie, cela n’empêche pas les bronziers de participer pleinement à la vie civique ». Ce n’est pas certain, en effet. Mais le doute demeure, et il ne faudrait peut-être pas confondre ici, d’une part les droits civiques de ces artisans, et d’autre part la considération sociale probablement diminuée dont ils étaient l’objet une fois relégués dans quelque zone marginale, sans compter leur moindre insertion dans la communauté. Qu’en pensaient les Sybarites évoqués supra ? Qu’en pensaient les Romains de la fin de la République, pour qui « la dignité du Forum s’est trouvée accrue, les bouchers ayant été remplacés dans ses boutiques par des banquiers » (Varron, De vita populi Romani, II, fr. 72, d’après Nonius, p. 532 M = 853 L ; cf. Morel, 1987, p. 135) ?

52Une autre question, à laquelle conduit, de son côté, l’évolution des rapports entre les habitations et l’artisanat, est celle des rapports entre la production proprement artisanale, voire manufacturière, et la production domestique – et souvent, de ce fait, entre les hommes et les femmes. Comme l’observe Nijboer (2004, p. 303), « workshop and household production belong each to a different economic category though they may occur simultaneous » (voir aussi Lyapoustine, 1992). Cette coexistence caractérise effectivement maintes civilisations, à commencer par la Rome républicaine où la matrone du domum seruauit, lanam fecit est l’emblème d’un artisanat, précisément, « domestique », qui resta vivace jusqu’à la fin de la République au moins et dont le nom de « gynécées » (gynaecia) donné aux manufactures textiles du Bas-Empire rappelait lointainement et fallacieusement le souvenir. Malgré les progrès au cours des siècles des « workshops » face à la « household production » dans toutes les régions considérées ici, restaient certainement des îlots d’une telle production domestique. Comme l’a remarqué Bruno D’Agostino (1973, p. 210-212) à propos de Pontecagnano en Campanie, dès le ixe siècle la métallurgie était une activité hautement spécialisée, et les produits de ses artisans étaient destinés à un marché plus grand que le village, avec un répertoire des bronzes beaucoup plus fixe que le répertoire « oscillant » de la céramique, activité alors non spécialisée. Or on peut voir là aussi bien, et peut-être plutôt, une double opposition entre, pour le dire avec Nijboer, une « workshop production » et une « household production », et entre une activité « full-time » et une activité « part-time ». Ce dernier genre d’activité reste souvent, au cours des siècles, le fait de femmes qui domum seruant, et auxquelles on doit penser par exemple dans le cas de la céramique modelée, que ce soit ou non pour des périodes connaissant par ailleurs aussi la céramique tournée, dans le Languedoc (Py, 1990, p. 37, 59, 102, 156-157, 462-466, pour les époques les plus diverses) comme dans la Carthage punique (Morel, 2003). Il n’en va pas autrement, de nos jours encore, dans les sociétés berbères traditionnelles du Maghreb (Vivier, 2007), où les femmes – et elles exclusivement – produisent (comme à Sejnane en Tunisie), chez elles, dans de modestes demeures de la campagne, et moyennant une cuisson de type primitif, une céramique modelée au répertoire diversifié (ou « oscillant », pour reprendre l’expression de D’Agostino), qu’elles polissent avec des « lissoirs » analogues à ceux qu’a livrés à Nages (iie-ier s.) « chaque maison ou presque » (Py, 1990, p. 466). Ce peut être là une question de plus à poser aux habitations antiques où apparaissent, autour de la Méditerranée occidentale, des traces d’une telle production.

53Oui, la topographie des productions artisanales, longtemps considérée par la « grande histoire » comme secondaire par rapport à la géographie de ces productions, a encore beaucoup à nous dire dans ces domaines, et dans bien d’autres.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Annabi M.K., Chelbi F., 1981, « Fouilles du quartier punique au Kram 1980-81 », Bull. CEDAC (Carthage), fasc. 4, p. 26-27.

Aranguren B., Ciampoltrini G., Rendini P. et alii, 2004, « Attività metallurgica negli insediamenti costieri dell’Etruria centrale fra VI e V secolo a.C. », in : Lehoërff A. dir., 2004, p. 323-339.

Barra Bagnasco M., 1983, « Locri Centocamere : l’esplorazione del 1982 », in : Magna Grecia e mondo miceneo, Atti del ventiduesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 7-11 ott. 1982, Tarente, p. 583-590.

Carandini A., 1970, « Produzione agricola e produzione ceramica nell’Africa di et à imperiale : appunti sull’economia della Zeugitana », Studi Miscellanei, t. 15, p. 95-119.

Chardron-Picault P., 1994, « Un site artisanal antique au faubourg d’Arroux à Autun : pré-étude », Mémoires de la Société Éduenne, t. LV, fasc. 3, p. 221-226.

Chardron-Picault P., Ducreux F., 1993, « Un quartier artisanal avec atelier de bronziers à Autun : premier diagnostic », R.A.E., t. 44, fasc. 1, p. 199-209.

Chardron-Picault P., Pernot M., 1999, Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun : le site du Lycée militaire, Paris, éd. de la M.S.H., 320 p., 216 fig. (Documents d’Archéologie Française, 76).

Coarelli F., 1991, « I Sanniti a Fregellae », in : La romanisation du Samnium aux iie et ier siècles av. J.-C., Actes du colloque de Naples, 4-5 nov. 1988, Naples, Centre Jean Bérard, p. 177-185.

Collectif, 1996, Tharros XXIII, Rome, Consiglio Nazionale delle Ricerche, 166 p., 26 pl. (Supplementi della Rivista di Studi Fenici, 24).

Colls D., Domergue C., Guerrero Ayuso V., 1986, « Les lingots de plomb de l’épave romaine Cabrera 5 (île de Cabrera, Baléares) », Archaeonautica, t. 6, p. 31-80.

Copetti A., Huguet C., Navarro T., Portalier N., « Indices de la présence d’un atelier de potier à Aix-en-Provence : les fouilles préventives de la voie Georges-Pompidou », poster présenté lors du colloque « La ville au quotidien : regards croisés sur l’habitat et l’artisanat », Aix-en-Provence, 23-24 nov. 2007.

D’Agostino B., 1973, « Appunti sulla funzione dell’artigianato nell’Occidente greco dall’viii al iv secolo a.C. », in : Economia e società nella Magna Grecia, Atti del dodicesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 8-14 ott. 1972, Naples, Arte tipografica, p. 207-236.

De Robertis F. M., 1946, La organizzazione e la tecnica produttiva : le forze di lavoro e i salari nel mondo romano, Naples-Bari, éd. Libreria scientifica, 222 p.

Docter R. F., Chelbi F., Maraoui-Telmini B. et alii, 2003, « Carthage Bir Massouda : preliminary report on the first bilateral excavations of Ghent University and the Institut National du Patrimoine (2002-2003), Babesch, no 78, p. 43-70.

Domergue C., 1985 (rééd. 1988), « L’exploitation des mines d’argent de Carthago Nova : son impact sur la structure sociale de la cité et sur les dépenses locales à la fin de la République et au début du Haut-Empire », in : Leveau Ph. éd., L’origine des richesses dépensées dans la ville antique, Actes du colloque d’Aix-en-Provence, 11-12 mai 1984, Aix-en-Provence, Publ. de l’Université de Provence, p. 195-217 (Travaux du Centre Camille Jullian, 12).

Domergue C., Jarrier C., Tollon F., 1999, « La métallurgie extractive du fer dans la Montagne Noire (France) à l’époque romaine : nouveaux documents », R.A.N., t. 32, p. 147-156.

Feugère M., Serneels V. dir., 1998, Recherches sur l’économie du fer en Méditerranée nord-occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, 263 p., 231 fig. (Monographies Instrumentum, 4).

Gummerus H., 1906, Der römische Gutsbetrieb als wirt-schaftlicher Organismus nach den Werken des Cato, Varro und Columella, Leipzig, G. Kreysing, VIII-100 p. (Beiträge zur alter Geschichte, 5) (rééd. Aalen, 1979).

Jehasse J., Jehasse L., 1985, « Aléria et la métallurgie du fer », in : Il commercio etrusco arcaico, Atti dell’incontro di studio, Roma, 5-7 dic. 1983, Rome, Consiglio Nazionale delle Ricerche, p. 99-103 (Quaderni del Centro di studio per l’archeologia etrusco-italica, 9).

Lancel S., Thuillier J.-P., 1982, « Les niveaux d’ateliers métallurgiques », in : Lancel S. dir., Byrsa II : rapports préliminaires sur les fouilles 1977-1978 : niveaux et vestiges puniques, Rome, p. 215-260 (Coll. de l’École française de Rome, 41).

Lebeaupin D., 1998, « Ateliers de forgerons et témoins dispersés du travail du fer à Lattes (Hérault) (ive s. av.-ier s. ap. J.-C.) », in : Feugère M., Serneels V. dir., 1998, p. 80-95.

Lehoërff A. dir., 2004, L’artisanat métallurgique dans les sociétés anciennes en Méditerranée occidentale : techniques, lieux et formes de production, Actes du colloque, Ravello, 4-6 mai 2000, Rome, École française de Rome, 392 p. (Coll. de l’École française de Rome, 332).

Lyapoustine B.S., 1992, « Family craft in the structure of ancient Roman economy », Vestnik Drevneï Istorii, fasc. 3, p. 52-67 (en russe, résumé en anglais).

Mertens J., 1983, « Recherches archéologiques à Ordona (Foggia) », in : Magna Grecia e mondo miceneo, Atti del ventiduesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 7-11 ott. 1982, Tarente, p. 531-536.

Monteix N., 2004, « Les lingots de plomb de l’atelier VI, 12 d’Herculanum et leur usage : aspects épigraphiques et techniques », in : Lehoërff A. dir., 2004, p. 365-378.

Morel J.-P., 1969, « Kerkouane, ville punique du Cap Bon : remarques archéologiques et historiques », in : Mélanges d’Archéologie et d’Histoire de l’École française de Rome, t. 81, fasc. 2, p. 473-518.

Morel J.-P., 1976, « Aspects de l’artisanat dans la Grande Grèce romaine », in : La Magna Grecia nell’età romana, Atti del quindicesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 5-10 ott. 1975, Naples, Arte tipografica, p. 263-324.

Morel J.-P., 1987, « La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique », in : L’Urbs : espace urbain et histoire (ier siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C.), Actes du colloque international, Rome, 1985, Rome, École française de Rome, p. 127-155 (Coll. de l’École française de Rome, 98).

Morel J.-P., 1997, « Métiers, rues et sociabilité dans le monde romain », in : Leménorel A. éd., La rue, lieu de sociabilité ? : rencontres de la rue, Actes du colloque de Rouen, 16-19 nov. 1994, [Mont-Saint-Aignan], p. 149-159 (Publ. de l’Université de Rouen, 214).

Morel J.-P., 2003, « De quelques survivances protohistoriques dans la Carthage punique », in : Khanoussi M. éd., L’Afrique du Nord antique et médiévale, Actes du VIIIème colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord (Ier colloque international sur l’histoire et l’archéologie du Maghreb), Tabarka, 8-13 mai 2000, Tunis, Institut National du Patrimoine, p. 99-114.

Nijboer A., 2004, « Some models and archaeological evidence concerning the location of workshops », in : Lehoërff A. dir., 2004, p. 303-321.

Olive C., Ugolini D., 1998, « Le travail du fer à Béziers (Hérault) pendant l’Âge du Fer », in : Feugère M., Serneels V. dir., 1998, p. 76-79.

Pagano M., 2004, « Un’officina di plumbarius a Ercolano », in : Lehoërff A. dir., 2004, p. 353-363.

Pasnot J., 1984, Les installations artisanales protohistoriques dans le Midi de la Gaule, Mémoire de maîtrise de l’Univ. de Provence (Aix-Marseille I) sous la dir. de J.-P. Morel, 2 vol., dactyl.

Pelle A., 1994, La pourpre dans la Méditerranée antique : technique et économie, Diplôme d’études avancées de l’Univ. de Provence (Aix-Marseille I) sous la dir. de M.-C. Amouretti et J. -P. Morel, dactyl.

Peroni R., 1983, « Presenze micenee e forme socio-economiche nell’Italia protostorica », in : Magna Grecia e mondo miceneo, Atti del ventiduesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 7-11 ott. 1982, Tarente, p. 211-284.

Py M., 1990, Culture, économie et sociétés protohistoriques dans la région nîmoise, Rome, École française de Rome, 2 vol., 985 p., 387 fig. (Coll. de l’École française de Rome, 131).

Rolley C., 2004, « Conclusions », in : Lehoërff A. dir., 2004, p. 379-383.

Rovira C., 1998, « Le travail du fer en Catalogne du viie au ier s. avant notre ère », in : Feugère M., Serneels V. dir., 1998, p. 65-75.

Sassatelli G., 1990, « La situazione in Etruria padana », in : Crise et transformation des sociétés archaïques de l’Italie antique au ve siècle av. J.-C., Actes de la table ronde de Rome, 1987, Rome, École française de Rome, p. 51-100 (Coll. de l’École française de Rome, 137).

Serneels V., 1998, « La chaîne opératoire dans la sidérurgie ancienne », in : Feugère M., Serneels V. dir., 1998, p. 7-44.

Vivier M.-F. dir., 2007, Ideqqi : art des femmes berbères, Paris, éd. Musée du Quai Branly, 96 p.

Notes

1 Pour ne mentionner que certaines des rencontres scientifiques les plus récentes, citons les colloques « L’artisanat métallurgique dans les sociétés anciennes en Méditerranée occidentale : techniques, lieux et formes de production », organisé par l’École française de Rome et le Centre universitaire européen pour les biens culturels, Ravello, 4-6 mai 2000 ; « Les artisans dans la ville antique », organisé par l’Université Lumière-Lyon II et la Maison de l’Orient Méditerranéen, Lyon, 16-17 novembre 2000 ; « L’artisanat antique, en milieu urbain, de Gaule romaine et des régions voisines », organisé par l’UMR 5594 du CNRS, Société gauloise, romanisation, sociétés impériales, Autun, 19-21 septembre 2007, dont on lit ici les Actes ; « La ville au quotidien : regards croisés sur l’habitat et l’artisanat (Afrique du Nord, Gaule et Italie) », Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence, 23-24 novembre 2007.

2 Sauf indication contraire, les dates s’entendent « avant notre ère ».

3 À propos des vestiges d’activités de réduction du fer mis au jour intra muros à Autun, Pascale Chardron-Picault (1993, p. 223) note : « leur attestation en contexte urbain, à l’intérieur d’une enceinte et dans une capitale de ciuitas, s’avère rare ».

4 Traduction M. Nisard et P. Fontaine, modifiée.

5 Traduction Ph. Remacle.

6 Alors que dans la même ville la fabrication de la pourpre, par exemple, était rejetée extra muros, contre l’enceinte.

© ARTEHIS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search