Version classiqueVersion mobile

Verrerie de l’Est de la France. XIIIe-XVIIIe siècles

 | 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Stéphanie Jacquemot
, 
Pierre Thion

Strasbourg - Cour des Bœufs, une cargaison de verrerie du premier tiers du XVIème siècle

Pia Klingenfus

Texte intégral

PRESENTATION DU SITE

1Une fouille de sauvetage, effectuée par la Direction Régionale des Antiquités Historiques d'Alsace en mars-avril 1986 sur le site de la Cour des Boeufs à Strasbourg, a permis de mettre en évidence un important ensemble de structures archéologiques d'époque médiévale. Les premières traces d'activité humaine sur le terrain sont observées pour le XIIème siècle, mais le quartier ne semble connaître de véritable urbanisation qu'à la fin du XIVème siècle (habitations, latrines, puits...). On notera, en particulier, la présence d'une habitation construite au XVème siècle, dont l'évolution est relativement complexe. Elle a, en effet, été bâtie à partir de deux murs de clôture parallèles, distants d'environ 7 m (Etat A ; Fig. 1, no 1), qui ont été doublés pour l'occasion et réunis par deux autres murs perpendiculaires aux précédents, espacés de 16,50 m, ce qui a permis d'obtenir une maison de plan rectangulaire et d'une surface au sol de 115 m2 (Etat B ; Cf. Fig. 1, no 1). De nombreux remaniements sont intervenus par la suite, notamment au niveau de l'agencement interne (Etat C ; Fig. 1, no 1), (LEGENDRE et MAIRE, 1987, p. 85).

PRESENTATION DU MATERIEL

2Dans un vide sanitaire installé le long d'un des murs de cette maison ont été retrouvés les restes d'une cargaison de verrerie jetée là en comblement, et mêlée à des fragments de tuiles plates et de mortier. Elle fut probablement accidentée lors d'un transport ou lors de son déchargement dans le port tout proche.

3Il s'agit d'un lot homogène, sans stratigraphie, composé de plus de 2000 pièces. Elles appartiennent majoritairement à deux grands groupes : les verres de type Krautstrunk (35 %) et les verres de type Stangenglas (31 %) avec leurs variantes et/ou leurs dérivés. En ce qui concerne les bouteilles, le type Kuttrolf prédomine, mais en moindre quantité (cf. tableau d'estimation quantitative). A côté de ces trois grandes catégories de verres de couleur verte, plus ou moins nuancée, et parfois bleutée, viennent s'ajouter des fragments de verres incolores, rouges, ainsi que des éléments de cives et de nombreux fragments de carreaux de vitre.

4A cet ensemble étaient associés des fragments de céramique d'Allemagne du Sud-Ouest très typiques (Fig. 1, no 2 à 5) ; (KOCH, 1979, Fig. 22, p. 64 ; Fig. 29, p. 70).

5L'état de conservation du matériel est déplorable non pas en raison de la dégradation des verres par corrosion ou irisation, mais parce qu'il est très fragmentaire et en grande quantité (Pl. 6a). Seules quelques rares pièces nous sont parvenues presque intactes principalement présentées Fig. 2. Les fonds de ces verres restent, en règle générale, fortement ombiliqués et nous observons l'absence quasi totale de pieds formés de filets rapportés festonnés ; nous ne dénombrons que deux exemplaires de ce style.

I. Le Krautstrunk (Fig. 2)

6Le type Krautstrunk est à la fin du XVème et au début du XVIème siècle, le type le plus représentatif de la verrerie médiévale dans une région se situant le long du Rhin, en Bavière et en Autriche jusqu'en Bohème et en Alsace. Ils sont rares en Belgique et en Lorraine. Le Krautstrunk classique, avec un pied festonné, survivance des modèles antérieurs, comporte de nombreuses pastilles, un filet annulaire soulignant ou non une lèvre très arrondie. Peu à peu, il subira de nombreuses petites modifications et disparaîtra complètement sans que l'on puisse lui trouver de successeur direct.

7Il est malaisé pour nous, en raison de la fragmentation du matériel, de préciser si les verres de la Cour des Bœufs étaient ornés de filets annulaires placés sous la lèvre. Mais ce détail décoratif a son importance si l'on sait qu'il peut constituer un élément datant ; présent au départ, il tendra à disparaître par la suite.

8Le filet festonné (no 8) constituant le pied cède ici la place en quasi totalité à un pied formé par un filet lisse rapporté, spiralé, décrivant le plus fréquemment entre un et trois tours.

  • 1 Les chartes de verriers réglementant le travail journalier et annuel.

9Les pastilles à pointes tirées vers le haut sont encore très présentes (no 6 & 8), mais sans doute en moindre quantité par rapport aux pastilles de forme plus ramassée (no 5). Ce dernier type de décors peut comporter un certain nombre de variantes, à savoir : superposition de deux ou trois pastilles dont les grandeurs et grosseurs sont très variables. Nous pouvons constater que l'ordonnancement des pastilles est strict même si l'exécution du travail n'est pas toujours très bonne1. L'exemplaire no 7 nous montre une pièce composée de quatre grosses pastilles recouvrant les deux tiers de la paroi. Ici se pose le problème de la dénomination : Krautstrunk signifie littéralement trognon de chou, et désigne plus spécialement les verres plus classiques (cf. supra). Les spécialistes allemands préfèrent le terme plus général de Nuppenbecher (gobelet à pastilles). Ce que nous devons comprendre est que nous avons d'abord eu affaire à des variantes décoratives avant de constater un changement formel. Ces pastilles, plus ou moins grosses, sont au nombre de quatre pour des modèles similaires au no 7 et plus nombreuses si elles sont plus petites. Par ailleurs, elles peuvent également être creuses (no 25).

10Une première originalité pour l'Alsace est présente avec l'exemplaire no 9. Il est composé d'un filet lisse s'ondulant comme une vaguelette dont les pointes ont été étirées avec une pince (une pièce similaire est présentée dans BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 396).

11Si nous acceptons cette restitution, nous observons encore une fois la permanence de l'aspect formel du Krautstrunk. Les variantes décoratives constatées ne s'échelonnent pas durant un laps de temps très important, correspondant approximativement au premier tiers du XVIème siècle.

12Enfin, nous observons encore une petite série de gobelets issus du Krautstrunk, mais présentant un pied plus ouvragé, tronconique, composé d'un filet spiralé lisse et qui préfigure certaines formes de la Renaissance (no 10). Cette pièce propose une combinaison très élégante et très harmonieuse d'une rangée de petites pastilles sises entre deux filets lisses rapportés. D'autres fragments présentent des décors assez voisins ou des formes similaires, mais dont les parois sont restées entièrement lisses.

II. Le Stangenglas (Fig. 2, no 3 ; Fig. 3, no 20 ; Fig. 4, no 21-28, 30-32)

13Au XVème siècle et au début du XVIème siècle, les Stangengläser sont assez bien représentés dans tout le monde germanique. La permanence de la forme classique du Krautstrunk se caractérise par une lèvre très arrondie et de nombreuses pastilles. Cependant, ce type de gobelets offre également une multiplicité de variantes décoratives qui permettront des variations formelles. En fin d'évolution, le Stangenglas a une forme très élancée et pourra atteindre au cours du XVIème siècle des proportions démesurées.

14Le pied de ces verres peut être constitué d'un premier filet ajouré ondulant auquel a été accolé un deuxième filet lisse spiralé, ou d'un pied formé d'un long filet lisse s'enroulant sur lui-même et décrivant jusqu'à 14 tours. Enfin, nous pouvons également déceler une forme intermédiaire qui conjugue de manière simplifiée les deux types précédents. Comme pour les Krautstrünke, les Stangengläser peuvent être composés de pastilles de différentes tailles, elles sont positionnées soit verticalement soit hélicoïdalement et couvrent une grande partie de la paroi. Ces pastilles peuvent aussi être creuses, ou convexes (no 25). Nous observons encore la présence de filets lisses ou godronnés remontant en spirale le long de la paroi (no 3). Les filets godronnés (passage d'une molette sur le filet) peuvent être rapportés en longues bandes verticales (no 26 & 31) ou formant un enchevêtrement de lignes horizontales et verticales (no 32). Le fragment no 30 présente un filet en forme de zigzag.

15Les Stangengläser avec des pastilles animalières sont des variantes du type classique. Les pastilles sont creuses ou pleines, les oreilles et le museau étant proéminents (no 21, 22, 23 & 24). Ce type de verre constitue une originalité alsacienne. On en dénombre une grande variété (formes, couleurs...).

16Les Keulengläser, autre variante des Stangengläser sont des verres hauts dont la paroi s'arrondit dans la partie supérieure et dont le pied est obtenu par refoulement du fond. Le Keulenglas comporte très fréquemment des motifs décoratifs imprimés au moule (no 20) ; de couleur verte, il peut néanmoins être bleuté (no 27 & 28). Ces deux fragments appartiennent au même verre. En plus du décor moulé, nous observons encore des pastilles. Ces verres sont utilisés pour la consommation de bière et ne se trouvent donc qu'épisodiquement dans les régions productrices de vin. Le Keulenglas est aussi une nouvelle forme découverte en Alsace.

III. Les bouteilles

a) Le Kuttrolf (Fig. 3)

17Cette forme particulière eut un grand succès dans le monde germanique. Ce récipient est constitué d'un réservoir globuleux à fond fortement ombiliqué, surmonté d'un goulot plus ou moins complexe. Les parois comportent des côtes espacées, imprimées au moule.

18A la fin du XVème et au début du XVIème siècle, le Kuttrolf subit quelques variations : le mince goulot à côtes torsadées se recourbe en arc de cercle et porte un déversoir à bec (no 7). Ou bien, le goulot reste droit et se dédouble par pincement longitudinal en deux conduits parallèles et lisses portant un déversoir en cupule sans bec (no 11).

b) La bouteille piriforme

19C'est la forme la plus simple. Le goulot est étroit et le pied est constitué par un bourrelet creux arrondi et lisse obtenu par pincement après refoulement du fond (no 13).

c) La bouteille biconique (Fig. 3)

20La moitié inférieure tronconique repose sur un bourrelet creux, arrondi et lisse. La moitié supérieure est constituée d'un cône plus grand. Le raccord entre les deux parties, dans la zone médiane du récipient, est caractérisé par un bourrelet en saillie. A l'intérieur de la bouteille, nous observons un étranglement constitué d'un anneau creux d'une exécution parfaite (no 12).

d) Autres bouteilles (Fig. 3)

21Ce sont les no 14, 15 & 16. Elles sont uniques parmi le matériel de la Cour des Boeufs et somme toute, peu répandues par rapport aux autres bouteilles.

IV. Autres découvertes (Fig. 1, no 2-5 ; Fig. 3, no 18 & 19 ; Fig. 4, no 33)

22Certains éléments décoratifs permettent encore de souligner la présence d'un type de verres très courant à l’époque médiévale, mais dont nous ne conservons malheureusement que trop peu d’éléments pour pouvoir restituer une forme complète (no 33). Il s'agit de verres dont le décor "optique" est constitué de côtes simples ou doubles qui s'entrecroisent et forment un motif alvéolaire. Ce décor géométrique, qui préfigure certains éléments ornementaux imprimés au moule et que l'on rencontrera fréquemment à partir de la deuxième moitié du XVIème siècle, est caractéristique du Maigelein. Ce terme se rattache principalement aux pièces de faible hauteur (voir exemplaires dans BAUMGARTNER et KRUEGER, 1988, p. 308, no 359 ; RADEMACHER, 1933, Pl. 22 à 27).

23Enfin, nous observons encore des pièces très originales (no 18 & 19). Elles dénotent de l'ensemble d'une part parce qu'elles sont en verre incolore et d'autre part, parce qu'elles n'appartiennent pas à la même fourchette chronologique. Ces pièces sont plus récentes et dateraient plutôt de la deuxième moitié du XVIème siècle. Elles ont dû être jetées là au moment où ce lieu servait de dépotoir et furent mêlées à la cargaison en même temps que des os d'animaux, des clous et autres pièces métalliques fortement corrodées, un peu de tissu et de la céramique (de la vernissée verte et de la céramique commune, en plus de celle qui est illustrée no 2 à 5).

CONCLUSION

24Plusieurs monnaies furent découvertes au milieu du verre ; elles sont en bas argent et sont datées de la fin du XVème siècle (Kreuzer, Pfennig au Lys de Strasbourg, Vierer de Bâle), et surtout une douzaine de jetons en laiton dont certains sont ornés de croix tracées à la pointe et qui pourraient avoir joué un rôle dans le commerce de l'époque.

25Au vu de ces pièces de monnaies, nous aurions été tentés de considérer une fourchette chronologique débutant à la fin du XVème siècle. Mais d'après certaines formes et certains éléments décoratifs bien datables, les Keulengläser d'après l'iconographie (RADEMACHER, 1933, p. 104), les Stangengläser avec des pastilles animalières d'après les découvertes de verreries à Thüringen en Allemagne, ainsi que les nombreux gobelets avec des filets rapportés en alternance avec des pastilles, des filets en zigzag ou ondulant comme des vaguelettes sont autant d'éléments qui permettent de classer le matériel de la Cour des Boeufs au début du XVIème siècle et plus précisément dans le premier tiers du XVIème siècle. La floraison de nombreuses variantes décoratives est tout à fait caractéristique de cette période fantaisiste du début du XVIème siècle.

26L'intérêt majeur de ce lot de verres est d'ordre quantitatif pour l'établissement de statistiques concernant une période donnée en tenant compte des voies commerciales, du fait que cette marchandise n'était pas exécutée sur place.

Tableau d'estimation quantitative

Type de verres

Quantité

Krautstrunk

718

Stangenglas

640

Kuttrolf

63

Autres bouteilles

12

Maigelein

13

Gobelet avec filet et pastille rapportés

17

Verre incolore

9

Keulenglas

2

Verre non défini

551

TOTAL

2 025

Notes

1 Les chartes de verriers réglementant le travail journalier et annuel.

Auteur

12, rue des Tanneurs - 67120 MOLSHEIM

© ARTEHIS Éditions, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search